AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faeron Savarius [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Faeron Savarius [Terminé]   Mar 7 Mar 2017 - 21:29

Identité
Nom/Prénom : Faeron Savarius
Âge/Date de naissance : 42 ans (mais en parait 28)
Sexe : Masculin
Race : Sang mêlé aux racines elfiques
Faction : Ithri'Vaan
Alignement : Loyal Mauvais

Particularité : N/A


Métier : Armateur et Usurier à Thaar

Classe d'arme : Corps à corps


Possessions & Equipements :

Il n’y a pas beaucoup de choses en ce monde qu’un grand marchand de Thaar ne puisse s’acheter, à part peut-être des amis véritables. C'est de toute manière une denrée disparue depuis belle lurette. De plus comme les amis ne sont que des possessions éphémères, nous ne les ferons pas apparaitre au titre de ce chapitre…

Pour ce qui est du reste, on peut diviser le patrimoine de Faeron Savarius en quatre. Les quatre parts ne sont pas équivalentes en termes de ressources, et nous expliquerons plus loin comment il est entré en possession de ce capital.

Commençons par la fibre historique : le commerce du bois et ses possessions. Car c’est de cette première activité que découlera le reste. Mais nous en reparlerons dans l’histoire.

Pour faire du bois, il faut des forêts. Et cela, Faeron Savarius en a soit en possession directe, soit en location, soit en ‘prêt’, soit en partageant avec des fonctionnaires peu scrupuleux des repas copieux ou des soirées bien accompagnées. Les surfaces boisées ne font pas légion à Thaar ou dans les environs, c’est donc plus au nord, dans le duché des septs monts, que Faeron possède ou utilise de nombreuses forêts. Il s’agit là de ses principales possessions foncières en termes de surface.

Ses intérêts dans le commerce du bois dépassent ces régions, et il en importe ou en exporte de partout où Thaar peut imaginer faire affaire. Mais en termes de possession de forêt, il se limite à l’Ithri’Vaan.  A ces forêts fournissant la matière première s’ajoute les possessions foncières habituelles pour ce genre de commerce : maisons forestières où les bûcherons organisent la chauffe du charbon de bois jusqu’aux scieries le long des rivières, aux ateliers d’ébénisterie ou encore de charpenterie.

Comme souvent le secret de la réussite -et surtout de la longévité- pour Faeron et avant lui ses aïeux avait été d’être suffisamment intelligents et doués pour être les plus reconnus, mais pas nécessairement pour paraître être les plus gros. Et surtout, surtout, ne jamais créer de monopole. En devenant seul fournisseur l’on entrait dans les ennuis. Il fallait toujours des plus petits que soit pour laisser une concurrence gérable attirer l’attention et rassurer les requins les plus habiles. C’est donc vrai pour chacune de ses activités.

Outre le commerce du bois, qui a mis aux Savarius le pied à l’étrier, son père est descendu à Thaar pour se lancer dans le rachat puis la maîtrise de leurs principaux clients : les chantiers navals. Ainsi la famille dispose des plus grands chantiers navals de Thaar, bien qu’il ne s’agisse pas là non plus de tous les chantiers de la ville. Et leurs possessions se sont limités à cette ville uniquement, laissant ainsi la capacité aux princes marchands de faire leurs affaires avec eux ou d’autres, pour là aussi ne pas faire comme le crapaud de l’histoire et grossir trop vite au goût de leurs futurs concurrents. Ses achats en gros de textile pour les voiles et de graisses animales pour les chantiers doivent ravir ceux parmi les marchands s’occupant des textiles et des bêtes. Faeron est un bon client.

Avec la construction de navire dans la poche il va de soi que l’armement maritime était une option trop séduisante pour ne pas être étudiée. Mais là la concurrence est beaucoup plus rude, et les grands princes marchands de Thaar disposent chacun d’une flotte très conséquente – parfois même de navires fournis par les chantiers navals Savarius– et ce nid de guêpe là est une toute autre affaire. En conséquence les Savarius se sont concentrés dans leur compagnie d’armement maritime sur le commerce du bois (naturellement!), et sur le fret très fractionné : à savoir qu’ils fournissent des services d’export ou d’import pour des petits marchands, bien plus petits que les grands princes marchands et trop petits également pour avoir leurs propres navires. Ils en profitent comme habituellement pour embarquer des passagers. Les pauvres se retrouvent sur les navires de transbordement de bois. Ceux avec le portefeuille bien rempli sur les petits navires rapides de commerce servant à subvenir aux besoins des petits marchands. Ce marché de niche n’est pas celui sur lequel le chiffre d’affaire est le plus grand dans le commerce maritime, mais par contre c’est certainement le plus rentable.

Le fruit de ce commerce très rentable, et d’une proximité importante avec les petits ou tout petits marchands a donné les capacités à la famille de tisser un réseau très puissant de connaissance. Mais surtout leur a donné la possibilité de réutiliser les masses d’argent levées pour un commerce bien moins vertueux d’après les Péninsulaires. Mais bien plus rentable encore que l’armement maritime : celui de l’argent. Là aussi les grands princes marchands faisaient souvent des prêts soit entre eux, soit vers ceux de leur corporation qu’ils voulaient soutenir. Mais rarement pour le commerce de l’usure en soi.

Faeron Savarius lui s’y est jeté à corps perdu et est devenu l'usurier le plus reconnu -et le plus redouté-  de la ville. Ce commerce est très difficile, et demande des nerfs solides – et de la poigne avec les mauvais payeurs. Deux choses dont Faeron dispose. Tous les aspects de l’usure sont présents dans son commerce : du change de valeurs contre de la monnaie jusqu’à l’usure simple contre une dette. Et par ses activités d’usure de change, il était nécessairement un bon client des marchands de métaux -surtout précieux- de Thaar.

Heureusement pour Thaar que la monnaie fiduciaire n’avait jamais fait son chemin dans l’esprit de Faeron. On évite ainsi le désastre. Son commerce était réputé au point que les étrangers faisaient appel à ses services. Principalement parce que si les Savarius et Faeron en particulier étaient connus pour être des commerçants qui ne faisaient aucun cadeau, ils étaient également connus pour être particulièrement fiables en affaire (chose rare à Thaar). Et en usure comme en commerce maritime, la fiabilité était le signe de la prospérité.

Voilà pour les possessions rentables et utilitaires. Venons-en maintenant aux possessions d’agrément.

Du fait de leur ancienne présence et de leurs intérêts importants aux septs monts, Faerion dispose en héritage d’un hôtel particulier assez exubérant à Hanning dont le jardin est très prisé par un grand nombre de bourgeois, magnats et conseillers. Il s’agit pour Faeron d’un outil de corruption immobilier autant que d’une réelle résidence secondaire. Il dispose également de l’une ou l’autre maison de passage bien plus petites en particulier dans les ports du duché et à l’ouest du duché, grande zone forestière. Les intérêts de Faerion dans le commerce du bois étaient suffisamment importants pour y revenir assez souvent. En son absence l’hôtel est utilisé pour des fêtes par ses assesseurs locaux. Les pourvoyeurs de Thaar du commerce d’épices pour le vin de ses invités et de chair pour le reste trouvent en Faerion un client fidèle.

Si le duché n’est plus la source principale de commerce de Faeron, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de l’épine dorsale d’une partie de ses possessions et il a particulièrement mal vécu les dernières péripéties avec le duché. Son éloignement de Thaar l'inquiète.

Du fait de ses attaches au commerce maritime et d’usure vers des contrées plus lointaine, Faeron dispose d’hôtels de tailles raisonnables, à la mode d’un grand bourgeois, et à Ydril, et à Port Royal. Il ne s’y rend presque jamais, n’ayant que peu confiance dans sa sécurité en Péninsule et rechignant à trop se dévoiler sur place, les gens d’autres races n’étant pas toujours bien vus. Mais ses possessions permettent là encore à ses représentants de voir les bourgeois sur place ou les petits nobles dans des salons et non dans des entrepôts. Chacun là-bas doit s'imaginer en lui un grand humain à la barbe blanche et aux vêtements de velours. Surtout que les portraits à son nom dans ces maisons présentent exactement cela. Pour se mettre d’accord en Péninsule sur un prêt ou sur le prix d’une expédition de marchandise en toute discrétion, mieux valait avoir les fesses sur du duvet que sur un banc de bois et se croire dans les salons d'un vieux monsieur humain.

Pour finir sur les possessions personnelles l’on parlera de son dernier projet immobilier Thaari. Afin de s’assurer que l’on reconnaisse bien son statut d’étoile montante à Thaar, Faeron s’est lancé dans ce que ses parents n’avaient pas osés faire de leur vivant : la construction d’un palais Thaari à la mesure de ses ambitions. Le "palais maritime" comme on l’appele dans le milieu se trouve en lieu et place d’un ancien chantier naval et d’entrepôts que Faeron a fait raser. Il se trouve au centre du port. La construction a pris presque vingt ans et le palais se trouve à l’extrémité des quais de plaisance, marquant par son mur sud le début des docks. Il domine ainsi le dessus et le dessous du panier.

Grand palais dont une partie est en pierre et une autre partie en bois, il s’agit en son intérieur d’une construction assez aérienne aux grands volumes faisant honneur aux racines elfiques dont pourtant il se rie -sauf pour le physique pour lequel il est bien content de pouvoir user de ce que son sang lui fourni. Les jardins y sont suspendus, ce qui donne une vue sur la ville assez impressionnante tandis que le palais en lui-même n’est vu de l’extérieur pas très impressionnant. Il donne l’impression d’être bien plus une succession de jardins en terrasse qu’un véritable palais. Pourtant cette petite colline de jardins en plein port maritime n’est pas pleine mais bien creuse, l’intérieur étant pour les parties basses les salles de réception des clients et plus on monte dans les étages, plus on en arrive aux parties privées. La seule superstructure extérieure outre les jardins est ce qui semble de loin ressembler à une minuscule pyramide et qui accueille les appartements privés de Faeron.

Sans nul doute ce n’est pas le plus grand palais de Thaar, ni le plus faste. Mais c’est une prouesse architecturale et il dispose d’une vue totalement inédite de la ville, comme lui faisant face. Il est visible de toute personne ayant vue sur le port, et il embrasse en retour presque toute la ville lorsqu’on est dedans.

Ses jardins ne sont pas les plus grands, mais certainement les plus originaux dans leur disposition, les terrasses successives donnant la possibilité de faire de nombreux tableaux de végétation et de jeux d’eaux.

Au sous-sol on retrouve les domestiques et les esclaves d’une part, mais également les gardes du corps d’autre part. Et la partie la plus proche du port contient également les salles obscures dans lesquelles l’on entre soit avec beaucoup de joie, soit avec une peur bleue. Car si Savarius est un marchand fiable, il n’est pas de ceux à apprécier ceux qui ne le sont pas avec lui.

Je vous passe les possessions mobilières telles que les sommes d'argent et les œuvres d'art dont il dispose. Cela fait trop nouveau riche... On finirait pas ne plus me croire. Ou par comparer mes dires au dernier audit du collecteur des taxes de Thaar, et cela risque de ne pas totalement concorder...




Apparence :

  • Taille : 1.98m
  • Couleur des yeux : Bleu tirant sur le violet


Faeron Savarius dispose pour lui d’une apparence répondant à certains canons de beauté, et il n’hésite ni à l’entretenir, ni à en jouer. Il dispose pour lui d’une partie de sang elfique qui, si elle ne lui permettra pas d’atteindre l’âge canonique et vénérable des véritables représentants de cette race, lui permet déjà de vieillir avec une lenteur toute elfique. A une quarantaine d’année, il parait toujours comme un jeune adulte et sa forme physique est impressionnante, il dispose de la chance de voir son âge figé physiquement à son entrée dans l’âge adulte.

Très grand, il est bien proportionné et sportif. Pour cause il ne s’est jamais abandonné à des plaisirs trop coupables de gourmandise, et s’il ne mange et ne boit que les bonnes choses, il n’est pas dans l’excès. Il vit selon un régime particulièrement contraignant et dors bien. Conscient que la survie repose à Thaar également parfois sur ses propres capacités à se défendre, il s’entraîne avec une régularité presque militaire au corps à corps. Pas celui du duel ou du combat entre nobles, celui des criminels et des assassins.

Chez les Savarius, en raison de leur statut de sang mêlé, il n’y a que trois générations entre leur condition de miséreux et Faeron qui dispose d’une richesse indécente et insolente. A ce titre son propre grand père, qu’il a eu la chance de ne pas connaitre, était connu pour avoir, dans sa longue vie, fait bien des carrières, dont celle d’un assassin avant de se recycler dans le bois puis de finir psychopathe et violeur. Belle carrière vraiment... On comprendra que Faeron en parle peu.

Faeron a été formé dès le plus jeune âge à être aussi préparé que possible à l’éventualité d’un coup bas, y compris physique. Cela ne coule peut-être pas de source pour des marins et des constructeurs navals, mais cela fait partie de l’éducation que sa mère et son père lui ont donné. Cela et bien d’autres choses. Car les parents de Faeron avaient des ambitions très claires pour celui qu’ils avaient choisi d’élever au rang d’héritier. Il avait été élevé physiquement comme on élève un cheval de course et il avait été élevé intellectuellement comme on élève un dauphin royal.

Outre sa taille et sa composition corporelle, son visage est entretenu avec le plus grand soin. Non pas qu’il soit un Narcisse en puissance. Mais dans le commerce comme dans la politique, le paraître est souvent important. A ce titre il prend soin de lui, toujours très propre, jamais négligé. Il suit également les modes de Thaari et n’est jamais laissé pour compte à ce titre. Tantôt longue, tantôt courte, sa chevelure change selon les grandes circonstances. Pour autant, depuis quelques années, il se laisse aller à moins de diversité et sa chevelure noire est toujours tenue assez courte et bien coiffée. Ceci car Faeron préfère à présent ne pas avoir à se préoccuper de conserver son champ de vision largement ouvert. Ses sourcils ne nécessitent pas beaucoup d’entretien, comme le reste de ses attributs du visage, il doit cela à ses origines et remercie en cela ses aïeux. Il est imberbe, ce qui ne lui plaît pas beaucoup mais qui a ses avantages. Ses traits sont assez anguleux, en particulier sa mâchoire, ce qu’il doit bien plus à ses origines humaines. De manière générale on aurait pu le prendre pour un éphèbe humain si ses oreilles pointues ne venaient pas trahir ses origines.

Ses yeux en revanche sont d’une teinte violette tirant sur le bleu assez peu commune, ce qui avait toujours fait dire aux racontars que sa mère était un peu sorcière. Pour favoriser leurs fertilités, sa mère et son père s'étaient effectivement livrés à de petites expériences. La fertilité n’étant pas ce qui caractérisait le plus les elfes ou les sangs mêlés, et ces derniers ayant l’envie d’un héritier avant la disparition de sa mère, ils avaient agis en conséquence.

D’un point de vue de l’habillement, ses atours changent selon les circonstances et il porte l’essentiel du temps des tenues assez simples mais faites des meilleures soies ou des plus beaux velours., selon qu’il se protège du froid ou du chaud. Ses vêtements sont tous réalisés sur commande et sur mesure naturellement, et son conçu pour son régime de vie actif. Bien que proches du corps, ils permettent une fluidité suffisante pour avoir une grande amplitude dans les mouvements. Il ne se protège pas beaucoup contre les coups de poignards ou des flèches insolentes, car il compte sur sa prudence et ses capacités d’esquive.  De toute manière, il traite bien plus dans les antichambres que dans les mauvais estaminets. Il ne descend dans les bas-fonds que pour les affaires nébuleuses ou pour prendre le pouls de ses informateurs et espions.

Pour une journée d’administration ou de négociation commerciale, il sera le plus souvent habillé de bottes légères ou de chaussures souples, d’un ensemble de soie légère blanche ou d’une teinte claire retenue par une ceinture d’un cuir parfaitement réalisé. Pour des journées à arpenter ses chantiers ou ses quais, il sera la plupart du temps habillé de couleurs brunes tirant sur le clair. Dans des habits peut être un peu plus chauds mais plus respirant que la soie. Il portera aux pieds presque toujours des bottes plus conséquentes, permettant de naviguer en sol accidenté ou sale. En dehors de chez lui, pour arpenter la cité, il porte le plus souvent des gants légers, histoire de ne pas avoir à toucher la saleté sans bonne raison.

Le soir, chez lui, il porte de grands ensembles noirs de soie assez amples et confortables et porte des sandales d'excellente facture.

Pour les réceptions ou les fêtes, les choses sont fluctuantes. Il innove souvent et s’adapte aux situations. En bals costumés il fait souvent l’attraction par l’originalité de la composition qu’il porte. Pour les réceptions formelles il pourrait donner le change à des nobles péninsulaires dans ses grands habits de velours et de tissus coûteux si ses oreilles ne le trahissaient pas. Pour des réceptions plus légères, voire plus malséantes, là aussi il pouvait faire preuve de créativité dans ses tenues, mettant en avant son corps bien composé. Au final il était un comédien à la panoplie assez complète. En règle générale et sauf si cela faisait partie d’un accessoire pensé en conséquence pour une fête il ne portait aucun bijou ou aucune valeur sur lui. Les tissus et ce qu'il y avait en dessous se suffisaient à eux même.

En dehors de cette vie mondaine ou professionnelle, Faeron se mêle parfois au bas du panier. Et pour cela son comportement vestimentaire change du tout au tout. Il s’habille plus volontiers de cuirs et de tissus rêches, ceux que pourraient favoriser un assassin discret des bas-fonds de Thaar. Des tenues passe partout et se perdant dans la foule. C’était encore là le plus sage et le plus discret. Le plus sûr aussi… Pour ses transits maritimes il était à peu près habillé de la même manière.

En rendez-vous chez lui il ne sera que peu armé sur lui-même, sachant que la plupart des pièces disposent de toute manière d’un nombre d’objets relevant du domaine militaire suffisant. En revanche dès qu’il sort de chez lui, il le fait presque toujours soit avec un poignard ou un couteau pouvant être lancé qui sont dissimulés dans ses vêtements ou attaché à ses jambes. Pour les soirées officielles il préfère sortir avec une dague luxueusement décorée et pouvant faire office d’accessoire vestimentaire autant que de défense personnelle efficace.


Personnalité :

La vie entière que ses parents lui ont préparé est toute entière définie autour de l’ambition qu’ils avaient pour leur unique fils qu’ils avaient eu le plus grand mal à concevoir. C’est donc dans un mélange de grandeur, de progression constante d’une situation sociale et d’ambitions que le jeune Faeron a fait ses jeunes années. Il est le fruit de gens s’étant enrichis sur plusieurs décennies, presque deux siècles et demi même si on comptait l'épisode de son grand père. Il a encore en lui le goût de la revanche sur la vie que lui ont conféré ses parents.

Ils avaient tout fait pour accéder aux plus hautes classes. Accumulant de l’argent, du pouvoir et de l’éducation. Utilisant le temps dont ils disposaient pour monter leurs coups sur le long terme. Agissant promptement toujours, mais pouvant attendre parfois des années pour voir leur coup réussir.

Faeron est donc tiraillé entre l’impatience d’une ambition dévorante et la patience venant du fait que l’âge n’était pas un problème pour lui. Tant qu’il décidait que cela n’en était pas un. A ce titre il a une personnalité posée, joviale, mais pouvant parfois tirer sur l’énervement ou l’agacement. Il a un complexe de supériorité évident, convaincu qu’il est sur une pente ascensionnelle qui lui incombe de garantir et de continuer. Il vit comme une presque insulte d’avoir réussi à réunir les principales ressources permettant d’arriver au fait de la puissance Thaari, mais que les portes du palais des princes lui sont encore fermés, sauf s’il y est invité ou convoqué.

A personne il ne laisse voir sa frustration, mais par contre son ambition est maintenant connue de tous, et les princes de Thaar, qui ne sont pas nés de la dernière pluie, surveillent maintenant de près l’évolution de Faeron et de ses intérêts commerciaux et financiers. Lui, comme ses parents, a eu la chance et l'intelligence de ne s’aliéner que peu de monde. Bien sûr il a croisé le fer avec certains, des traîtrises s’étaient résolues dans la violence ou dans la négociation, comme toujours à Thaar. Mais ce sont là les règles du jeu, et les ennemis d’hier peuvent être les amis de demain. Les princes marchands le savent mieux que personne et se servent parfois des ambitions de Faeron pour avancer leurs propres pions. Il en a conscience et accepte de jouer les règles de ce jeu dangereux pour lequel il a été formé toute sa vie.

Personnellement, il rayonne d’une énergie assez envoûtante et d’une aura de sympathie quelque peu ténébreuse. Souvent charmeur, toujours très poli. Il pourrait se recycler comme pervers narcissique s’il n’avait été d’un bon équilibre mental. Car si le besoin venait, il savait y faire avec la manipulation. Une manipulation sans trop de douleur immédiate, insidieuse et perverse. Il a pourtant sa propre éthique, et est reconnu, comme ses aïeux avant lui, pour être un homme de parole une fois que l’accord commercial était réalisé. Durant la phase de négociation en revanche, tous les coups sont permis. Et si les termes de l’accord ne sont pas respectés par le partenaire de circonstance, là aussi tous les coups sont permis. L’ombre et la lumière ne sont jamais loin chez Faeron.

Au moins était-il fiable une fois l’accord passé, et cela à Thaar valait de l’or massif, même pour les princes marchands. Qui de toute manière avec de l’argent n’avait pas d’ambition dans cette ville ? Les futurs dépouillés sans aucun doute…

Sur un plan personnel, il n’a pas beaucoup d’attache. L’avantage de son statut de sang mêlé est qu’il a reçu la malédiction d’être presque stérile. Le jour où il se chercherait un héritier, il lui faudrait autant de patience que son cher père pour obtenir un héritier avec celle qui aura réussi à le ranger. En attendant, et dans sa jeunesse physique, il profite de son statut. Autant pour le plaisir que pour les affaires ou pour la politique. En cela comme dans tout le reste, tous les coups sont permis pour parvenir à ses fins. Il a mis des hommes et des femmes dans sa couche, pas toujours séparément, autant pour son amusement, que par attachement passager avec l’un, l’une ou l’autre artiste ou intellectuel de passage ou encore par simple intérêt commercial ou financier. Certaines négociations se déroulaient mieux sur l’oreiller…

Bien que de nature calculatrice et ambitieuse, il aime aussi la fête, il aime l’exotisme et rien ne le gêne ni l’arrête. Il n’a honte que de dont il décide d’avoir honte. Il n’a de gêne que lorsqu’il décide d’avoir de la gêne. C’est un esprit libre et convaincu d’une certaine forme de destinée manifeste dont il peut profiter gaiement entre deux instants où il travaille à cette destinée.

Il est juste avec ceux qui sont inférieurs à lui, tant que cette position d’infériorité est bien claire. Un employé ou un esclave est bien traité par Faeron, tant qu’ils connaissent leur place. Il en va de même pour la critique. Il n’y est pas perméable, à la condition expresse qu’elle soit constructive, professionnelle et surtout faite avec beaucoup de politesse. Et une fois une décision prise, il ne fallait pas voir à insister.

Si l’on a compris ces règles, travailler pour Faeron est une promenade de santé en comparaison d’autres princes marchands.

Il n’est pas violent ou cruel en temps normal. Là aussi il a son éthique. Il est violent et cruel avec ceux qui sont violents et cruels. Mais lorsqu’il l’est, il peut l’être de manière très inquiétante.



Capacités magiques :

Pas à sa connaissance.




Histoire


§§§§§

Un Exil

§§§§§



Les forêts elfiques sont de vastes terrains presque impénétrables pour qui ne connait pas bien ces lieux de légendes. Pour le tout-venant, il s’agit d’un endroit aussi merveilleux qu’effrayant. Pour les habitants de ces endroits extraordinaires, il s’agit de la plus belle et de la plus honorable des maisons que l’on puisse bâtir : celle qui n’est issue que d’elle-même, c’est à dire la nature.

Pour les autres peuples doués de raison leur connaissance n’est que parcellaire de la société elfique. Ou plutôt devrait-on parler des sociétés elfiques au pluriel. Mais dans l’imaginaire collectif de bien des peuples, l’image de cette société dont les racines historiques dépassent la mémoire même écrite de bien des civilisations, est celle d’une société figée, presque utopique dont les membres sont au final les enfants les plus proches d’une certaine forme de déité. L’immortalité n’était-elle pas le signe d’être sur un plan existentiel différent du reste des races ?

Pourtant ces cultures si lointaines, ces lieux si différents, ne sont que le prologue de l’histoire qui nous préoccupe.

Ce qui importe est souvent moins ce qui différencie que ce qui unit. Et si les races ne se comprennent pas toujours, si les us, les actions, les organisations sont différentes, certaines réalités et certains comportements existent partout de manière presque axiomatique dans le règne animal. Pour le plus grand attrait de notre histoire mais pour ses aspects dramatiques également.

Nous le disions à l’instant, les choses ne sont simples nulle part, et même chez les enfants des Dieux, l’harmonie peut être brisée par des choses apportant pourtant des grandes joies. Et les pires atrocités, les plus dures injustices sont parfois commises au nom de belles choses. L’amour en l’occurrence a été le moteur de notre affaire. Et là où un conte de fée aurait pu naître, une descente aux enfers s’était amorcée.

Daumeldiriel Ealoeth était une membre de ces peuples vivant au plus profond de ces secrètes forêts. Elle était amoureuse de celui qu’elle avait choisi Rainlaerdir Undoelon et qui l’avait choisi. Pendant un temps extraordinaire ils vécurent heureux dans ces lieux. Mais comme tous les peuples, comme toutes les races, l’amour rend parfois fou. Et certains dans leur amour fou, s'écartent parfois de la raison. Rainlaerdir fut de cela. Cela prit du temps… Beaucoup de temps, mais il devint de plus en plus reclus, de plus en plus protecteur envers celle qu’il aimait. Il la couvrit de fleurs. La fit vivre de grandes aventures, de grands voyages au cœur de leur forêt. Cela ne dura qu’un temps. Un temps fort long pour les autres races, mais un temps tout de même.

Dans son amour fou, Rainlaerdir amenait toujours plus de présents, toujours de fleurs, toujours plus de choses. Sa jalousie couvait comme l’électricité d’un soir d’orage. Et alors que le crédo des siens était de respecter la nature qui les entouraient, Rainlaerdir commença à inventer des promenades de plus en plus longues pour sa belle, jusqu’au jour où ils ne revinrent plus.

Il fallut beaucoup de temps, une decennie presque, pour retrouver la trace des amoureux. Ou plutôt de l’amoureux et de celle qui était devenu la victime de sa folie. Dans sa jalousie, dans sa déraison, il avait utilisé cette nature dont leur communauté était si proches pour enfermer jalousement son adorée.

Un crime pareil ne s’était jamais vu dans cette communauté. La chose n’était jamais arrivée. On mit bien du temps à décider du sort de Rainlaerdir et finalement on se décida à l’exiler, la pire des sanctions imaginable. Si la sanction était la plus terrible imaginable, la communauté aurait mieux fait de tuer cet esprit malade. En lui faisant la grâce de la survie, ils jetaient sans le savoir un sort terrible à Daumeldiriel…



§§§§§

De la folie à la richesse à la folie

§§§§§



Il y a des dizaines de décennies de cela, Rainlaerdir perdit donc son nom, devenant simplement Rain, plus simple de prononciation pour les humains. Il perdit ce qui lui restait de bonté et les derniers fils de la raison. Une fois la forêt quittée, une fois mêlé aux hommes et aux pires des instincts de ce peuple, il devint pire qu’un animal fou. Aussi cruel que les pires hommes, aussi inflexible que les plus sages elfes. Mettant son énergie et ses talents dans les pires des commerces. Ceux du sang, ceux de la violence. Un voile implacable s’était posé sur sa raison.

Après des décennies à aller d’une criminalité à l’autre, l’appel de la forêt se fit à nouveau ressentir. Et c’est au milieu de sangs mêlé dans le nord de l’Ithri’Vaan que Rain devint un forestier. Il retrouva une certaine forme de paix dans ce travail, émergeant quelques instants des eaux troubles de la folie. Forestier il en était un bon. Très bon même. La faute à ses origines sûrement. Et le fait de couper des arbres, de les torturer comme les humains aimaient le faire était suffisant à assouvir sa vengeance éternelle contre l’injustice d’avoir perdu sa bien-aimée.

Il se confondit avec son travail, et de fil en aiguille, devint d’abord aisé, puis riche. Son commerce se développait d’autant plus rapidement que lorsqu’un homme lui barrait trop longtemps le chemin, il pouvait compter sur sa formation et sa folie pour s’en débarrasser des manières les plus illégales et immorales qui puissent être.

Il retrouva une certaine forme d’équilibre dans cette course nouvelle à la richesse, dans la corruption de l’adrénaline de voir jusqu’où il parviendrait à bâtir son empire de destruction forestière. S’il arriverait à couper tous les arbres jusqu’à trouver la communauté de son enfance et de sa bien-aimée... Si seulement... Il n’arriva pas à couper tous les arbres, mais à devenir aussi riche et puissant que fou et cruel, cela il y parvint très bien.

Et puis lui vint une idée, un plan génial dans son esprit torturé. Peut-être que sa bien-aimée aimerait-elle sa fortune ? Peut-être le verrait-elle maintenant sous un autre jour ? Peut-être que les fleurs qu’ils pourraient faire venir de tout le continent la ferait autant rire que celles qu’il allait lui cueillir par le passé ? C’était probable. C’était même sûr. C’était l’évidence même…

Aussi prit-il avec lui quelques bandits recrutés sur le volet et fit-il construire une tour immense de bois dans la plus profonde des forêts des sept-monts qu’il possédait. Un écrin parfait pour la perle de ses nuits.

Et à la fin de la construction, il se mit en route, tel le chasseur, l’assassin, le fou qu’il était devenu, pour retrouver son Daumeldiriel. Il finit par la retrouver. Il fallut l’acharnement de sa folie, mais il la retrouva. Et il l’enleva, tuant plusieurs de ses comparses au passage. Mais ses mains, ses bras, ses pieds, son corps entier était tant recouvert du sang de toutes ces victimes que celles-ci ne firent guère de différence dans son âme.

Rainlaerdir se désintéressa à son empire, confiant sa gestion à des assesseurs et la tour fut presque oubliée des mémoires. Personne ne s’en approchait réellement, comme si un vieux sortilège l’avait frappé. Rainlaerdir retomba dans l’anonymat, les sept monts allant jusqu’à presque oublier sa présence.

Daumeldiriel fut au martyr pendant des années. Emprisonnée dans une tour horrible où le luxe était un luxe de bois, du bois mort et martyrisé sous les coups de burins et de ciseaux. L’art qui y était présent était parmi les plus beau que l’on pouvait faire sur du bois, mais c’était un cercueil gigantesque pour la pauvre elfe. Et son bourreau n’avait aucune pitié pour elle. Comme elle se refusait naturellement à lui, il abusait de sa force et de sa folie pour obtenir d’elle ce qu’il voulait.

Des années passèrent, et la folie autant que le désespoir même de vivre approchait Daumeldiriel. Bafouée, violentée, sans repère et sans espoir, elle était devenue méconnaissable, prenant l’allure d’une vieille femme.

Ce qui pour un couple heureux aurait été une nouvelle extraordinaire fut pour Daumeldiriel la pire des injures, le pire des sacrifices : elle attendait un enfant de son tortionnaire. Le désespoir fut tel que plusieurs fois elle tenta de mettre fin à ses jours. Mais la folie de Rainlaerdir fut plus forte et brimée, attachée, nourrie de force, elle arriva à terme. Ce fut une torture inimaginable. Elle était épuisée et refusa de s’occuper de l’enfant, allant jusqu’à nier son existence. Mais qui pouvait lui en vouloir ?

L’enfant fut nommé Laiquamordur par son père. Sa mère ne lui donna pas de nom.

Il grandit lentement, comme tout elfe bien né. Et s’il était en parfaite santé, il n’avait pas reçu de son père de folie qui aurait pu être congénitale. Ce dernier l’éleva -si l’on pouvait utiliser ces mots- ou tout du moins lui apprit-il à parler et à lire et écrire. Il comprit très vite la dynamique dans laquelle son fou de père était enfermé. On peut parfois être plus sage enfant qu’un adulte. Les coups, les brimades et les remontrances devinrent finalement inutiles. Le gamin avait compris la situation. Et un jour où son père dormait d’un sommeil agité, il prit son courage à deux mains, retrouva la cachette d’une dague qu’il avait vu un jour son père affûter, et dans son sommeil, l’égorgea sans ménagement et sans hésiter.

Il resta là toute la nuit, à regarder le cadavre sans vie de son géniteur, contemplant la justice qu’il venait de réaliser. Comprenant également qu’il était à présent libre, et avec lui sa mère.

Il retourna dans la cellule de bois de cette dernière, marquée sur les murs des griffures qu’elle avait fait dans sa longue vie de captivité, cherchant tel un animal aux abois un moyen de sortir de cet enfer, quitte à s’en arracher les ongles. Mais la torture était finie. Tout du moins Laiquamordur le pensait-il. Il prit sa mère par la main et l’amena alors que le petit jour pointait dans la chambre de son père. Elle resta quelques instants à regarder la scène. Dévisagea ensuite l’enfant qu’elle n’avait jamais reconnu, jamais regardé. Elle lui fit un sourire voilé, proche de la folie, et en un bon totalement inattendu vu sa condition, sauta sur la dague et fit mine d’attaquer le jeune elfe. Elle s’arrêta néanmoins dans son élan, hésitant à frapper le symbole d’années de viols.

Ce dernier ne dit rien, resta là, une larme au coin de ses yeux fermés, attendant la fin de sa courte vie.

En sentant la main de sa mère se détendre sur son cou et en sentant son corps fléchir, il rouvrit les yeux. Elle s’était planté la dague dans le cœur et agonisait avec un sourire apaisé aux lèvres. Elle avait enfin eu la mort qu’elle avait appelé de ses vœux depuis si longtemps.



§§§§§

Un nouveau départ

§§§§§



Choqué, hagard, totalement déboussolé le jeune elfe quitta la tour maléfique pour s’installer dans un bivouac de fortune à l’orée de la forêt. Le lendemain il s’obligea à remonter dans tour pour chercher le cadavre de sa mère. Il le descendit lourdement et difficilement et lui fit une simple sépulture au pied d’un arbre, le plus beau qu’il avait vu à la ronde.

Il pleura. Il pleura longtemps. Il envisagea de suivre l’exemple de sa mère. Mais au final l’envie de vivre fut plus forte que son désespoir. Il lui fallut près d’un mois pour trouver le courage de retourner dans la tour. Il lui avait de toute façon fallut ce temps là pour se construire une cabane qu’il avait agrandi peu à peu pour en faire un repère de taille appréciable. Il descendit de la Tour tout ce qui pouvait être intéressant. Papiers, livres, dossiers.

Il découvrit vite qu’il était à la tête d’une surface forestière importante, mais sûrement inexploitée depuis que son père s’était préoccupé plus de martyriser sa mère que de ses affaires. Il découvrit néanmoins que l’avoué de pouvoir de son père avait continuer à faire fructifier le patrimoine. Son père ne lui écrivait qu’une fois tous les trois mois pour commander des affaires et de la nourriture. L’homme était un magnat des sept monts qui visiblement s’était engraissé sur les affaires de son père. Mais c’était presque de bonne guerre.

Imitant l’écriture de son père et utilisant le coursier devenu complice qui apportait autrefois les vivres à la tour pour continuer à faire croire que son père était vivant, il se substitua à son père. Il devint de plus en plus impliqué à distance dans les affaires. Il se prit au jeu et commanda petit à petit des livres et se fit envoyer la comptabilité de son père.

Le Magnat était un brave homme, et Laiquamordur devint un redoutable entrepreneur. Il finit par mettre en scène son arrivée, envoyant une lettre à l’homme pour annoncer que le fils de Rainlaerdir venait le représenter à Hanning. Il s’y rendit après avoir commandé de beaux vêtements et avoir dit un dernier au revoir à sa maison forestière.

Avant de partir il retourna une dernière fois à la tour. Il monta les escalier une dernière fois, pour aller contempler le cadavre mutilé par les corbeaux et les vers de son père. Il n’en restait presque plus rien d’autre que des bouts de tendons séchés et des os. Il ne méritait pas mieux. Il mit le feu à la tour et s’en fut.




§§§§§

Laiquamordur Savarius

§§§§§



L’arrivée à Hanning se fit assez étonnement sans aucune peine. Et la passation de pouvoir fut également d’une simplicité presque incroyable. Bien qu’il toquait maintenant les soixante-dix ans, l’elfe atteignait enfin l’apparence d’un véritable jeune homme et non d’un adolescent. L’on était au début du siècle dernier.

Sans réel but autre que de se prouver à lui-même qu’il pouvait réussir sa vie et faire de grandes choses, Laiquamordur s’était lancé sans compter dans le commerce du bois qui avait fait le succès de son père. Il entreprit également de mettre un pied là où son couard de père n’avait jamais officié : à Thaar. Et son grand coup fut d’arriver à faire suffisamment de mal aux chantiers navals de la capitale pour petit à petit devenir leur principal créancier.

Les rachats en furent facilités, et depuis son hôtel d’Hanning, Laiquamordur devint d’abord l’heureux propriétaire d’un petit chantier naval de grosses barques de pèche, puis d’un atelier de petites coques, puis une dizaine d’année plus tard d’un chantier de bien plus grande catégorie. Il avait le temps pour lui, et le tempérament d’une mygale recroquevillée la journée entière dans son terrier, prête à bondir au dehors pour inciser à sa proie son dernier venin.

Il fallut du temps. Entrer à Thaar n’était pas une chose compliqué, y faire ses preuves en était une autre bien plus complexe. Allant de plus en plus souvent dans la capitale, utilisant ses relations pour faire fructifier son commerce, il était toujours à l’affût de son plus grand coup : il voulait les chantiers principaux de la capitale. Avec cette prise, il pourrait enfin déménager à Thaar et ainsi se trouver dans un lieu moins regardant sur ses origines. Car les sept monts n’étaient pas aussi ouverts que la capitale marchande sur les origines de ses riches. Au milieux des Magnats et conseillers, presque tous humains, il ressortait désagréablement.

Au final la chance lui sourit doublement par la voie d’une humaine merveilleuse. Une mygale comme lui, au regard aussi doux que le fil de la toile qu’elle tendait. Une femme à poigne pour une humaine. Une véritable commerçante…

Elle s’appelait Savarius. Un vieux nom dans la capitale Thaari, une grande famille de marchands sur le déclin. Son père était un piètre entrepreneur et avait dilapidé sa fortune dans des idioties. Mais il disposait d’accès extraordinaire à tout le gratin de la ville. Laiquamordur n’avait jamais réussi qu’à se faire une place auprès des petits marchands ou de la pègre ou encore des négociants en bois qu’il contrôlait plus ou moins en étant leur principal fournisseur.

Mais jamais n’avait-il percé dans les hautes sphères. Quant à Maria Savarius, elle détestait son père pour son incompétence, et s’était fait une mission divine de sauver le statut de sa famille. Son statut.

Ils se rencontrèrent par hasard, dans un dîner très simple chez un petit marchand. Jamais elle n’aurait dû être là, mais son père avait contracté des dettes chez ce marchand de rien du tout, et elle vendait son nom  et sa présence à ce repas en échange d’un peu de temps sur le prêt. Lui avait toujours été un discret avec les femmes. Trop occupé à faire grossir sa fortune. Bien sûr de temps en temps il s’amusait, mais il n’y trouvait que peu d’intérêt.

Là il était tombé sur son égale, mieux, sur ce qui allait devenir son égérie. Peut-être que la folie amoureuse de son père couvait-elle chez lui aussi ?

Ils discutèrent de quelques sujets généraux, mais en quelques phrases ils s’étaient jaugés l’un l’autre, et avaient compris qu’ils étaient fait du même bois. Ils se quittèrent en apprenant l’identité l’un de l’autre, et Laiquamordur se renseigna sur l’emploi du temps de la jeune femme. Elle pendant ce temps s’était renseigné sur cet elfe, beau comme un dieu et pour lequel elle pensait être tombée amoureuse par accident et qui se prétendait marchand. Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir l’extension très discrète du capital de ce dernier, qui pourtant semblait sortir de l’enfance. Son cœur fut couplé à sa raison. Elle le voulait.

Pour lui, les choses étaient semblables. Il l’avait trouvé d’une beauté et d’un esprit admirable, et d’apprendre qu’elle faisait partie des anciennes familles de la capitale sur le déclin précipita sa décision. Il la lui fallait !

Il lui fit une cour tendre et adorable à bien des égards. S’arrangeant pour tomber dans les mêmes soirées. Corrompant un nombre extraordinaire de gens pour participer à des soirées où il n’aurait pas dû être. Dépensant sans compter. Les comptes de l’homme plongèrent et si son empire forestier lui rapportait toujours des fortunes, on pouvait aussi dépenser facilement des fortunes à Thaar pour simplement faire partie du ‘monde’. Surtout quand on n’en faisait pas partie.

C’était un investissement risqué, mais il savait que c’était l’investissement de sa vie.

Il finit par intégrer le cercle privé de la famille, et il fallut tout le génie manipulateur des deux amoureux pour convaincre le père de Maria de laisser  Laiquamordur lui faire officiellement la cour. A partir de là les choses se sont accélérées. Car Laiquamordur, par sa race, avait la chance d’être peu fertile et il le savait bien. A ce titre le mariage fut consommé -même plusieurs fois- avant même les fiançailles. Et s’ils s’aimaient par l’esprit et par le cœur, ils découvrirent que par les plaisirs de la chair, ils n’étaient pas moins égaux dans leurs qualités, leurs attentes et leurs passions.

Les fiançailles eurent bientôt lieues, et c’est par un pacte commercial et familial que se scella cette alliance. Car ils avaient mis au point leur plan. Le premier d’une longue série de plans. Le père ruiné de Maria vivait ses derniers mois de riche. Les dettes étaient innombrables. Seul l’arrivée d’un nouveau venu dans la famille, de préférence très riche pourrait faire tourner le dos aux créanciers. Laiquamordur serait ce nouveau venu. Mais avant son idiot de beau père allait servir pour la première fois de sa vie à une bonne affaire. Les chantiers navals principaux de Thaar étaient dans une mauvaise passe eux aussi. Les flottes étaient constitués, le commerce en berne et devant la disette, les princes marchands faisaient alliance pour utiliser leurs surcapacités. Peu de nouveaux navires à construire… La faillite était proche.

Son beau père serait l’allumette qui mettrait le feu aux poudres. Laiquamordur allait faire une demande de remboursement des ardoises que le chantier lui avait laissé, menaçant sinon de stopper les livraisons. Acculé, le chantier irait chercher de l’argent là où il pourrait. Le père de Maria proposerait l’argent : un mauvais investissement de plus à son actif qui se douterait de quoi que cela soit ? Tout cela en échange de l’hypothèque du chantier naval de toute façon sur la scellette. De l’argent le beau père n’en avait plus, donc ce dernier viendrait de Laiquamordur. Un argent qui retournerait de toute manière dans la poche de l'elfe puisqu’il s’agissait de rembourser son propre bois.

Maria utiliserait ses relations et Laiquamordur ses espions pour rendre dans les deux ou trois mois suivant la vie impossible au chantier. Annulation de commandes, retard dans les fournitures, et autres coups bas. Tout cela sous le regard indifférent des princes marchands qui de toute manière étaient préoccupés par d’autres sujets et surtout qui n’avaient que faire d’une énième faillite des chantiers navals de Thaar. Cette activité tombait en faillite à intervalle régulier pour renaître de ses cendres dès que le besoin s’en faisait sentir. C’était un nid à investisseurs cherchant une rentabilité rapide, ou, si le cycle était mauvais, un nid à pigeon. Bref, un métier trop incertain pour les princes marchands qui pouvaient de toute manière se rabattre si nécessaire sur des chantiers plus lointains.

Trois mois après le début de la manœuvre, le pauvre propriétaire du chantier dû remettre les titres de propriété au père de Maria. Le premier bon investissement de sa vie. Mais ces derniers durent rester moins de dix minutes dans sa poche puisqu’il devinrent le remboursement de Laiquamordur d’une part et la dot de Maria d’autre part. Laiquamordur accepta dans l'arrangement de perdre son nom de famille pour prendre le nom des Savarius. Au contraire cela l’arrangeait de couper les ponts avec le nom de son paternel. Avec un haussement d’épaule lors de la conclusion de l’affaire, le soir des fiançailles, l’homme regarda sa fille avec un sourire en lui assurant que de toute manière, il n’avait jamais été doué en affaire, et qu’il était fier d’elle.

La nuit fut torride pour les deux amants, fiancés et maintenant possesseur de l’essentiel de la construction navale Thaarie…

Ce à quoi les planches de bois pouvaient mener tout de même…




§§§§§

La mort peut être un choix

§§§§§



Le couple fut une réussite totale. Outre le bois et la construction navale Thaari pour lesquels ils étaient devenus la discrète référence, ils avaient utilisé le nom des Savarius pour se refaire une réputation. Lui était officiellement issu d’une famille de marchands exotiques et à la fortune colossale qu’il dilapidait sans compter, elle était l’héritière d’une famille sur le déclin. Personne se méfiait de ce couple dont on savait bien qu’il était en train de descendre en flamme l'héritage de l'une et de l'autre.

Laissons-les dilapider leur fortune, les morceaux nous reviendrons pensaient tous les vautours. De toute manière la fortune dans la construction navale n’avait toujours qu’un temps. Ils avaient été chanceux et la chance passerait. C’était ainsi que les gens les voyait et c’était parfait au goût du couple. Il fallait que les gens ne se méfient pas. Il fallait qu’on les laisse tranquille. Qu’ils puissent faire dans l’opacité leurs petites affaires, monter leur capital, et devenir un jour eux aussi, des princes marchands.

Les années passèrent et le capital progressa effectivement de manière conséquente. Ils rentrèrent une nouvelle corde à leur arc, profitant des chantiers pour s’offrir de temps en temps des navires à prix faibles, utilisant ainsi la surcapacité de leurs chantiers pour monter une petite flotte discrète d’abord, plus ostensible ensuite. Leur secret ? Ne jamais faire d’ombre aux gros requins… Un prince marchand exigeait un bateau immédiatement ? Ils arrêtaient le navire qu’ils se réservaient séance tenante pour le convertir dans la demande du prince marchand. Un petit chantier naval concurrent faisait un bateau pour les princes marchands ? Le bois n’arrivait jamais en retard, et n’était pas trop cher… Un prince marchand voulait leur louer un navire ? Il l’avait le lendemain prêt à partir.

Ne pas faire de vague, s’écrouler devant ceux qu’on le ne pouvait ni fuir, ni combattre. Esquiver. Telle était la tactique. Et en attendant, engranger, ajouter du capital, faire fructifier. Prendre les niches dont ces grands magnats du commerce ne voulaient pas. S’appuyer sur les petits commerçant et leur donner un moyen d’exporter par voie de mer à prix compétitif et avec plus de garanties qu’avec les choix habituels.

Cela marcha bien, très bien même. Et au bout d’une vingtaine d’année d’efforts, les deux voyaient leurs chance s’améliorer d’atteindre leur but. Mais une chose était claire à présent : ils n’étaient pas certain qu’ils y arrivent de leur vivant. Il fallait un héritier. A tout prix.

Pourtant les dieux étaient témoins qu’ils y mettaient du cœur à l’ouvrage. Mais rien n’y faisait. Laiquamordur semblait incapable de concevoir. Et Maria était humaine, donc le temps frappait à sa porte. Il fallait agir et agir vite pour que le couple puisse concevoir et ensuite élever la fille ou fils prodigue qui entraînerait le nom des Savarius au travers des portes du Joyaux.

Il fallut faire appel à une sorcière au final. Ou une sage, comme on l’appelait pudiquement dans les milieux. Le prix fut astronomique, mais les résultats étaient garantis. Et effectivement, avec les conseils de la dame et quelques onguents et autres filtres, Maria fut enceinte de Laiquamordur. La dame prévint que les filtres utilisés auraient certainement un effet sur l’enfant. Il ou elle aurait les yeux violets.

Et effectivement un jeune sang mêlé apparu au monde trois mois et demi plus tard, avec un regard au violet envoûtant.

Ce fut une fête, et également le début d’une machinerie totalement incroyable. Car les deux savaient bien qu’il n’en aurait qu’un. Et sur les épaules de ce frêle bout de chair retombaient les espoirs du couple. Ils avaient maintenant un objectif unique : puisqu’ils n’avaient pas réussi à passer les portes eux-mêmes, ils feraient en sorte de le faire pour leur enfant.

Il eut droit au nom de Faeron.

Il grandit lentement, mais moins lentement que Laiquamordur en son temps. Son sang mêlé aidait à une croissance plus rapide. Mais à vingt ans, quand enfin son corps sortit de l’adolescence, il constata que la magie de son sang elfique avait fait œuvre : il ne vieillissait plus. Tout du moins pour le moment. Peut-être ne serait-il pas immortel, mais au moins avait-il du temps devant lui.

On lui apprit tout. Absolument tout. Un nombre de langue incroyable, les mathématiques, le sens des affaires, la comédie, la politique, la culture, les arts, les bonnes manières. Tout. L’organisation de leur empire, les possessions qu’ils avaient. Tout était sous le vigilant contrôle du couple. Maria organisa même dès qu’il fut en mesure de comprendre de quoi il en retournait son accession aux plaisirs de la chair, et cela auprès des deux genres.

Il apprit à se battre, à mentir, à respecter une certaine éthique et à se respecter lui-même. Il devait être un esprit critique, libre, et capable de prendre des décisions pour son bien et pour le bien des ambitions qu’on lui transmettait. Il devait avoir des loisirs et bon goût, le sens du plaisir et le sens du devoir. Il vécut cette enfance dirigée d’une main de fer sans trop de problème. Il n’était pas un rebelle dans l’âme.

Le plus dur fut la mort de sa mère. Elle arriva vite. Alors qu’il avait vingt-cinq ans à peine. Sur son lit de mort, son père pleurait, son mari semblant avoir vingt ans… Le plan de Maria et Laiquamordur était clair dès le départ. Ils étaient une équipe. Ils avaient monté une entreprise colossale, ils avaient créés de toute pièce l’héritier qu’ils voulaient être le parfait dépositaire de leurs ambitions. Leur temps sur ce monde était fini. Et Laiquamordur refusait d’imaginer laisser Maria affronter l’entreprise suivante sans être à ses côtés.

Il avait toujours été décidé que Laiquamordur prendrait sa vie dès que Maria serait décédé. Ils seraient enterrés au même moment. Il se tua en présence de son fils. Faeron souhaitait être là. Cela pouvait paraître bizarre, mais ce moment, on lui en avait parlé toute sa vie. On l’avait préparé à ce moment-là. Ce momen précis. Il ne flancherait donc pas. Il était né pour prendre les rênes. Et la moindre des choses était qu’il devait être là pour soutenir sa mère et son père dans leur dernier voyage.

Le père de Faeron prit sa vie avec rapidité. Comme il avait dû faire prendre la vie d’autres personnes avec apidité. Faeron reprit le lendemain les affaires après l’enterrement, comme si de rien n’était. Mais maintenant les choses allaient suivre un cours différent. Charge à lui de mener l’assaut vers le Joyaux.

Et pour cela il lui fallait une tête de pont et encore plus d’argent. Il lui faudrait sûrement une vingtaine d’années pour y parvenir, mais il avait son idée derrière la tête. Il allait construire un palais, montrer son statut, mais également ouvrir une nouvelle niche de commerce peu exploitée : l’armement maritime était un commerce faisant circuler la monnaie. Il fallait se lancer l’usure pour les petits. C’était clairement un marché sous-exploité.

Le joug des drows sur la cité de Thaar n'était pas pour déplaire à Faeron, il fallait dire que cette situation permettait de brider un peu les princes marchands. En ne laissant qu'une marge de manœuvre limité à chacun, la compétition n'était pas totalement ouverte et chacun jouait un jeu subtil qui oscillait entre les coups bas et la solidarité. Cette façon si Thaari de se comporter entre puissant allait comme un gant à Faeron qui savait couler avec la fluidité d'un serpent du rôle d'ami à ennemi.

Les choses changèrent avec l'arrivée du Voile. L'emprise des drows sur la ville se relâcha d'un coup et laissa le champ libre aux princes marchands. Faeron aurait pu prendre le parti de se lancer dans la course immédiatement. Mais c'était un homme sachant user de patience, et il jugeait qu'il valait mieux dans un premier temps voir quelques uns se casser les dents, histoire d'analyser au mieux la situation. Par ailleurs son commerce de l'usure commençait à réellement décoller, et il était occupé à consolider ses affaires. S'il devait se lancer dans la course au Joyaux, il fallait s'assurer de ne pas avoir de trop gros talons d'Achille.

Vingt ans plus tard, et avec toujours son visage d'ange de vingt ans Faeron semble en passe de réussir son pari. Ses commerces se portent bien. L’usure, se rajoutant au bois et à la construction et l’armement de navires lui donne les moyens de prétendre à la cour des grands. Il s’est construit une demeure digne de ce statut qu’il envie. Reste maintenant à trouver les moyens de passer de l’autre côté et d’entrer enfin dans le Joyaux comme prince. Faeron se sent prêt, et il va s’en donner les moyens.
HRP:
 


Dernière édition par Faeron Savarius le Mer 15 Mar 2017 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Faeron Savarius [Terminé]   Ven 10 Mar 2017 - 0:43

Je vous remercie d'avance des remarques que vous pourrez faire à ma fiche !

Bonne soirée !
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1276
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Faeron Savarius [Terminé]   Ven 10 Mar 2017 - 12:06

Hello!

Je ne suis pas là ce week-end mais si Thor et Enin n'ont pas le temps de s'occuper de ta fiche d'ici là, je m'en chargerai dès lundi Wink

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Faeron Savarius [Terminé]   Sam 11 Mar 2017 - 18:47

Pas de soucis ! Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Thorgrel Poing-de-Fer
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1549
Âge : 25
Date d'inscription : 07/05/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  169
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Faeron Savarius [Terminé]   Mer 15 Mar 2017 - 8:49

Alours ! Après les légères modifications en off concernant le Voile, validé ! Fiche très sympa, bienvenue dans la fosse des requins ! Razz


Code:
[Métier] : Armateur et Usurier Thaari

[Sexe] : Sang mêlé elfique & Masculin

[Classe d'arme] : Corps à corps

[Alignement] : Loyal Mauvais

Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Journal de bord ~ Pour archiver tes liens de RP qui content l'histoire de ton personnage {Vivement conseillé}.
Et enfin, si tu as des question, n'hésite surtout pas à demander l'aide d'un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.

_________________
Invité, marasmê targmêzu himir fa kasat 'adadmêzu bal 'utn ?


->Chroniques<-

MdO:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faeron Savarius [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Faeron Savarius [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Tabularium :: Sang-mêlés-
Sauter vers: