AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur le tas | Ernest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 480
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Sur le tas | Ernest   Sam 1 Avr 2017 - 21:06

<< Missive à Maélyne
<< Une dernière trahison
D'esprit à Esprit >>


Hiver - 1ere ennéade de Verimios
9e année du XIe Cycle
Palais de Missède - Aile privée

Le soleil blafard perçait doucement les tentures de la chambre de l'aile Ouest des bâtiments privés du Palais sans en gêner le moins du monde son occupante. Les rideaux supplémentaires ajoutés et noués devant la fenêtre coupaient le vent d'hiver. Les lourdes tentures entouraient la couche pour en cacher sa pensionnaire tout en la préservant du froid. Assise au creux de ses draps, les yeux clos et , Cécilie n'était pas pressé de mettre pied à terre pour commencer cette journée. Elle n'était même pressée de rien. Ni de se marier. Ni d'être veuve. Ni d'avoir des enfants. Ni d'être vieille fille. Ni de recevoir les Hommages. Ni de rentrer au couvent. Ni de réussir. Ni d'échouer. Ni de faire plaisir. Ni de respecter la coutume. Cela faisait des ennéades qu'elle vivait dans un non-temps savamment entretenu par la pratique de son Art.. Dormant de courtes nuits, elle méditait d'au moins autant, décryptant, analysant, contrôlant et modelant ses propres émotions, se replongeant dans des souvenirs, essayant de les ramener à elle, aussi vivant que la réalité. Jadis intéressée par la manipulation des lois du monde, elle se perdait peu à peu dans la manipulation des esprits... Du sien tout particulièrement.

Et lorsque les bruits des couloirs et de la cour parvenaient jusqu'à elle dans toute l’ampleur de leurs murmures diurnes, elle s'obligeait à revenir lentement pour tirer le cordon qui pendait non loin de sa tête, appelant sa femme de chambre.

Depuis mi 8e ennéade du mois précédent, Cécilie et Ernest avaient emménagés dans des appartements séparés au sein du Palais de Missède, mettant en place une cohabitation étrange, tant entre eux qu'avec le Conseil, en attendant leur mariage et leur investiture officielle. Entre les affaires commerciales, les Seigneurs, les préparatifs et l'abdication langecienne, les deux fiancés avaient à peine eu le temps de se croiser, encore moins en privé... et cela piquait ce qui restait de curiosité à la jeune femme sans trop la tendre toute fois. Après tout, ils avaient le reste de leur vie pour se parler.

Les deux ennéades de deuil pour le Comte Théobald s'étant terminées le deuxième jour de ce mois d'hiver, les préparatifs du dit mariage allaient tout de même bon train. Et c'était justement le sujet principal de la matinée. Après un rapide petit déjeuné, la Dame de Beaurivages s'aventura au travers des couloirs qu'elle essayait encore de mémoriser, cane à la main, accompagnée de Rose pour la guider en cas de soucis.

Dans le salon Aetius, une salle de taille tout a fait respectable près des appartements officiels du Comte, elle était la première arrivée. Une cheminée plus large que les fenêtres pourtant caractéristiques du style missédois, crépitait à l'oreille de la jeune femme dont l'amoncellement de robes et de sur-robes attestait de la saison déjà bien installée.

Une tablette de cire, un sylet et un rince doigt avaient été placés sur un côté de la longue table qui occupait l'endroit pour être utilisés à la convenance de l'aveugle qu'elle était, comme elle en avait fait la demande plusieurs fois. Cependant, encore seule, elle préféra s'installer sur une banquette, demandant rapidement à ce que sa suivante envoie Azula lui chercher la lyre, restée dans ses appartements.

Égrainant quelques arpèges pour réhabituer ses doigts à l'instrument, ses mains s'immobilisèrent lorsque la porte tourna sur ses gonds.

« Qui est-ce ? » demanda-t-elle clairement, encore trop peu habituer aux lieux et aux gens pour reconnaître leurs façons de ses déplacer.

Car de l'Intendant chargé de décidé quelle ampleur de fête leurs réserves pouvaient supporter sans aucun risque pour le reste de l'hiver, d'Ernest ou d'un quelconque quidam supplémentaire, elle aurait été bien en mal de reconnaître cette personne...


Dernière édition par Cécilie de Laval le Lun 1 Mai 2017 - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ernest de Missède
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 01/10/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 - Taille : 1m80
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   Dim 2 Avr 2017 - 1:31


1er jour de la 2ème ennéade de Verimios
Hiver de l'an 9 du XIe Cycle


Les derniers préparatifs pour la descente à Edelys se précisaient encore à la veille du départ. En plus d’un hiver rigoureux, les nouvelles responsabilités d’Ernest compliquaient drastiquement ce genre de déplacements. Les Vertueux ne le quittaient plus d’une semelle. Loin de s’en plaindre, le jeune homme s’inquiétait plutôt pour Elmure dont la charge avait décuplé tout autant qu’il en avait perdu une certaine autonomie. Ernest savait bien que le capitaine de sa garde personnelle ne saurait longtemps perdurer dans cette situation liminaire où trop de museaux allaient de leurs recommandations quant à la sécurité du futur Comte. Le colosse comptait les jours jusqu’à l’investiture officielle tandis que son maître réfléchissait ardemment à la réorganisation de sa garde. Elmure accepterait-il un nouveau poste ? Ernest n’en était pas moins sûr. L’homme vouait une dévotion martiale à son suzerain et verrait tel éloignement comme un coup à son honneur ; quand bien même cela signifierait une promotion.



La visite dans les terres du Garnaad s'était trouvée justifier par les funérailles de Robert de la Herse qui avait finalement succombé à son empoissonnement quelques jours plus tôt. Néanmoins, Ernest comptait bien en profiter pour passer en revue les troupes missèdoises présentes au sein de la baronnie et s’assurer qu’elles étaient prêtes à affronter l’hiver. Il avait déjà échangé plusieurs lettres avec le jeune Jean, héritier du défunt, et l’avait invité à le rejoindre dans tous ses déplacements durant les trois jours qu’il viendrait à passer à Edelys. Depuis leur première rencontre, Ernest avait fait preuve d’une attention tutélaire à l’égard de Jean de la Herse. Et si celui-ci ne se doutait pas encore du destin que le futur Comte de Missède lui réservait, il ne tarderait pas à s’y voir confronter.



Mais pour l’heure d’autres préparatifs étaient à l’ordre du jour, et pas des moindres. Ernest n’avait jusque-là porté que très peu d’intérêt aux questions d’organisation de la cérémonie d’investiture à laquelle était enchâssée celle de son mariage, laissant à d’autres ces accommodages. Néanmoins, aujourd’hui était le jour où les principaux concernés devaient approuver ce que d’autres avaient décidé pour eux et le jeune homme ne pouvait se résoudre à abandonner sa future épouse à une besogne aussi saumâtre. « C’est moi, dit Ernest en entrant dans le salon. Enfin, moi et… reprit-il en se retournant vers la porte. Vous pouvez attendre dans le couloir. » De toute évidence, il s’adressait à des gardes de la bibliothèque. Le jeune homme alla baiser la main de la rivegeoise avant de s’enquérir de son bien-être. Puis, il s’accorda un affalement des plus débonnaires dans l’un des fauteuils attenant l’âtre crépitant. « L’Intendant n’est pas encore là ? demanda Ernest, un sourire dans la voix. Moi qui pensais que mes recherches matineuses en matière de plan de table nous mettraient en retard. »




Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 480
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   Mar 4 Avr 2017 - 20:37

Dans l’atmosphère soudain plus légère de la pièce, Cécilie fut touchée par l'attention du jeune homme. Si elle avait l'habitude de côtoyer tout un panel de noblesse policée, la proximité naturelle de quelqu'un, d'autant plus si ce quelqu'un était un homme, lui était peu habituelle. Mais plus encore que son baise main, c'était son intonation enjouée qui avait fait forte impression. Il avait l'air... joyeux. Et dieux que cela faisait du bien d'entendre cette intonation légère aux lèvre de quelqu'un. Il lui semblait que cela faisait des années qu'elle n'avait rien entendu d'aussi simple. Un léger sourire lui vint naturellement aux lèvres sans qu'elle n'y pense réellement.

« L’Intendant n’est pas encore là ? demanda Ernest, un sourire dans la voix. Moi qui pensais que mes recherches matineuses en matière de plan de table nous mettraient en retard. »

Elle étouffa quelques éclats de rires cristallins.

« Et non, il ne s'est pas encore montré. » laissant sa main couvrir les cordes de sa lyre pour les garder totalement silencieuses, elle ajouta, amusée. « J'aurais bien tranché entre les nappes beiges et les nappes écrues en vous attendant, mais j'avais un peu peur que mon avis sonne creux... »

Ils avaient tant à faire et pourtant, depuis l'abdication de Méliane et malgré les instabilités qui continuaient au Nord, elle ne ressentait plus la même urgence.

« Merci de participer aujourd'hui, je crains déjà les question qu'on me posera durant votre séjour en Edelys... »
Revenir en haut Aller en bas
Ernest de Missède
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 01/10/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 - Taille : 1m80
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   Sam 8 Avr 2017 - 1:07




Ernest ne put cacher un certain soulagement lorsqu’il lui sembla que la jeune femme approchait tous ces préparatifs avec une humeur similaire à la sienne. « Je me vois obliger de vous retourner la reconnaissance dont vous faite preuve à mon égard, Cécilie. En effet, je me suis engagé à vous prendre comme mon égal en toute chose et la frivolité de ces affaires ne devraient pas vous incomber par la seule raison de votre féminité. Vous verrez, je le souhaite, que ma parole ne se frelatera pas avec le temps et que ce que j’ai pu dire lorsque nous cherchions à gagner la confiance de l’un et l’autre adviendra à déterminer mes actes et mon caractère. » L'instant d’un souffle repris, Ernest envisagea de la mettre au courant. Ce qui s’était réellement passé à Langehack n’était connu que d’une poignée d’hommes du duché. L’assassinat de Méliane de Lancrais avait été dextrement travesti par le prochain Comte de Missède et, sous peu, la vérité devrait reprendre son cours après un détour au travers d’une flache nécessaire d’inexactitudes. Ainsi, demain, à l’heure de midi, une annonce serait publiée indiquant que l’ancienne duchesse avait succombé, dans la nuit, de fatigue et de chagrin. La jeune Linaelle se trouverait alors orpheline et sous la tutelle de Missède. Et, comme le reste du Langecin, elle ne connaitrait sans doute jamais les véritables circonstances de la mort de sa mère. Ernest s’était assuré qu’elle recevait les plus grands soins au sein de la résidence secrète où elle était gardée. Depuis quelques jours, à sa demande, le jeune homme recevait des notes journalières sur son état, ses humeurs et des détails de sa routine ; il se forçait à les lire, toutes : une façon, peut-être, de ne jamais s’affranchir du fardeau qu’il avait alors endossé. Cependant, Ernest n’avait rien partagé de tout cela avec sa future épouse. Se faisant, il savait qu’il dérogeait déjà à son vœu d’égalité comme fondement de leur relation. Mais il fallait la protéger, avait-il convenu, non pas car elle était faible, mais parce qu’elle devait être forte ; pour elle-même, bien sûr, mais aussi pour lui, pour eux et pour le Comté. Et, ici, sa force tirait de son ignorance. « Alors, faisons-en sorte que toutes les questions soient posées aujourd’hui pour que demain n’en soit embarrassé d’aucune, finit-il avec un sourire bienveillant. »

   

L’arrivée de l’Intendant fut annoncée sur ces entrefaites. L’homme et ses collaborateurs firent irruption peu de temps après. Leur nombre était tel qu’Ernest, mal à l’aise, finit par se lever pour aller se tenir près de la cheminée, le plus loin possible de la quinzaine d’hurluberlus pour le moins enthousiastes. Comme un seul homme, tous saluèrent le couple avec force de courbettes, puis, l’Intendant fit les présentations, désignant chacun des hommes par leur spécialité. Ernest s’efforça de retenir quelques noms, sans grand succès. Ils passèrent ensuite à la lecture du programme provisoire des cérémonies ; la seule demande du jeune homme avait été que le mariage, l’investiture et les hommages soient rassemblés au cours de la même occasion. L’Intendant semblait avoir respecté cette volonté et, à mesure que les détails furent présentés, Ernest porta son attention sur Cécilie alors qu’il se demandait si les descriptions faites correspondaient à ses attentes les plus profondes.




Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 480
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   Dim 9 Avr 2017 - 13:01

Il avait l'air à ce point préoccupé par sa promesse d'égalité qu'elle ne put que le trouver charmant. Il était décidément différent de la masse de nobliaux qu'elle avait côtoyé d'un bout à l'autre de la Péninsule. Il y avait quelques caractères, comme cela, qui semblaient dénotés dans l'orchestre bien rodé du Noble Jeu. De par leur caractère fantasque comme un certain jeune Montecale. Par leur austérité, comme son père. Ou même par leur honnêteté, comme Ernest semblait-il... Bien qu'elle est encore quelques réserves que seul le temps pourrait apaiser, elle se prit à imaginer ce qu'aurait put être sa vie s'ils s'étaient croisés plus tôt... Et renonça très vite en sentant sa propre mémoire la poignarder au cœur.

Au lieu de perdre son humeur dans de veines pensées, elle écoutait les légers froissements qu'engendraient les mouvement du jeune seigneur, ses orbes bleues fixées sur l'horizon. D'une voix un peu plus sérieuse, elle le détrompa cependant sur un détail qu'ils seraient sûrement amener à discuter plus tard :

« Je plaisante, mais ces affaires ne sont pas si frivoles que vous semblez le penser. Une première impression envers les vassaux et les suzerain ne se rattrape que rarement et d'un autre côté, trop de dépenses dans un contexte peu sûr peuvent nous coûter la confiance du peuple et de nombreux vassaux. Si elle n'apporte généralement pas grande gloire, qualifié une occupation de 'féminine' n'est pas rabaissant. ...Bien sûr, le choix de la disposition des centres de table n'est pas non plus une activité des plus épanouissantes. » termina-t-elle avec un fin sourire, peu avant que l'Intendant ne s'invite avec ses aides.

Après divers détails aussi insignifiants qu'incontournables selon les conseillers du jour, Cécilie put se peindre un meilleur tableau de ce qui avait été programmé. Trois jours de festivités pour le mariage, les hommages et un peu d’esbroufe à destination des seigneurs invités. Condenser les Hommages et le mariage sur une seule journée pour que tout le décorum soit planté et puisque la mode semblait aux exploits guerriers, on leur avait même suggérer un petit tournois de joute avec mêlée et tir a l'arc en plus. D'après l'Intendant, ils avaient bien de quoi faire malgré la saison peu propice... Mais Cécilie ne pouvait s'empêcher de froncer le nez.

Inconsciente de l'attention d'Ernest, elle se repassa les explications de l'Intendant avant d'en imaginer quelques corrections.

« L'hiver s'annonce particulièrement rude et la condition du Nord pour la saison prochaine est des plus incertaines. Nous aurons peut-être du mal à refaire nos réserves au printemps et Thaar en profitera très probablement pour monter ses prix. Pourquoi ne pas réduire toute les festivités officielles à deux jours et trois nuits ? Laisser une foire s'étendre durant une ennéade  pour attirer quelques bénéfices et guildes de Langehack, Edelys et Merval. Cela nous permettrait de faire des bénéfice et de nouer quelques contactes pour acheminer des denrées plus tard.

Le premier jour, ne garder que mariage et un bal réservé aux seigneurs fieffés et à leurs proches. Le reste de la noblesse se verra invité chez Madame de Clairmont, elle s'en fera une joie je suis sûre. »


La dame en question, noble sans terre de la ville très connu des bourgeois comme des courtisans pour les salons d'artiste qu'elle organisait le plus souvent possible, était non seulement de bonne nature, mais une amie de longue date de la jeune musicienne. C'est dans son manoir qu'elle avait fait ses début étant enfant.

« Cela réduira l'impact sur les réserves comtales. Le lendemain, les Hommages, quelques passes de joute ou de duels si vous y tenez, un dîné et ils pourront repartir le troisième jour dès le matin. Cela leur permettra de ne pas s'attarder sur la route de nuit avec ce temps fluctuant... A moins que nous ayons réellement besoin d'un délais supplémentaire pour Edelys... Qu'en pensez-vous, mon ami ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ernest de Missède
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 01/10/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 - Taille : 1m80
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   Lun 17 Avr 2017 - 0:21




« Les désirs de la future comtesse sont plein de bon sens. Veuillez à en tenir compte, Choderlos, répondit Ernest en s’adressant à l’Intendant. Quant à Edelys, faites en sorte qu’un temps soit alloué à une annonce importante que nous ferons en préambule à la cérémonie des hommages du deuxième jour.
L’Intendant ne put étouffer sa curiosité.
- Si Messire nous accordait plus de détails quant à la nature de cette annonce, nous pourrions au mieux préparer…
- Non, interrompit le jeune homme sans rudesse. Aucun détail ne sera donné au préalable. Assurez-vous seulement que le programme nous laisse l’opportunité d’un discours auquel le plus grand nombre des invités devrait assister.
- Ce sera fait, messire, répondit Choderlos en courbant légèrement l’échine.
- Auriez-vous l’obligeance de vous retirer un moment ? demanda finalement Ernest de manière inopinée.
La troupe de planistes emballés eut l’air décontenancé par cette requête alors qu’ils venaient tout juste d’arriver. Tous obtempérèrent néanmoins sans attendre. Les portes une fois fermées, Ernest poussa un fauteuil du pied pour le rapprocher de Cécilie.
- J’ai bien peur ne pas avoir eu l’occasion de vous donner plus de détails concernant la situation d’Edelys, dit-il en se laissant tomber dans le siège. Il entama alors de raconter les circonstances de sa dernière visite au sein de la baronnie. De l’incendie de l’ancienne résidence royale, à la mort de Carvali, en passant par le découpage administratif des terres de la région ; il s’assura de ne rien oublier et de lui fournir toutes les informations qu’il jugeait utiles. On vient de me rapporter la mort de Robert de la Herse et mon départ pour Edelys se trouve principalement justifié par ses funérailles qui auront lieu dans deux jours. Néanmoins, j’entends aussi passer en revue nos troupes présentes au sein de la baronnie ainsi qu’évaluer les activités de chacun des gouverneurs provisoires. Jean de la Herse m’accompagnera dans mes déplacements, il est le fils adoptif du défunt Robert. C’est lui que je souhaiterais voir à la tête de la baronnie. Il est jeune, issu du commun et il n’a que peu d’expérience. Mais c’est un homme bon, intègre, loyal et, surtout, c’est un enfant du pays. Edelys a besoin de se rassembler derrière une figure qui saurait lui insuffler sa propre identité. Choisir quelqu’un avec plus d’expérience aurait certains avantages mais reviendrait également à choisir un camp et à aviver des conflits d’intérêts. Jean de la Herse n’est pas assez usé pour émouvoir les grands de la région. Ils le laisseront prendre ses marques et trouveront quiétude à le voir mûrir sous leurs yeux. Beaucoup n’oublieront pas qu’il fut le protégé de l’homme le plus populaire d’Edelys. Sa jeunesse nous permettra aussi de prendre part à son apprentissage et de l’orienter vers le type de gouvernance que nous pensons nécessaire pour la baronnie. Mon avis n’est pas encore pleinement arrêté à son sujet. Je souhaite voir comment il se débrouille face aux nobles du pays et surtout je tiens à solliciter votre avis. Qu’en pensez-vous, Cécilie ? »




Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 480
Âge : 22
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   Mar 18 Avr 2017 - 11:02

La demande d'Ernest laissa Cécilie quelque peu dubitative. Un discours, Pour dire quoi ? Elle notait cela dans un coin de sa tête pour lui poser la question lorsqu'ils seraient seuls et affecta de comprendre parfaitement de quoi il était question. Les explications de l'Intendant et de ses aides avaient durées une petite heure pour en arriver au précédent résultat mais c'est avec stupeur qu'ils se firent mettre dehors par le futur comte.

Entendant le raclement du fauteuil près d'elle, Cécilie tandis machinalement la main vers son interlocuteur, posant tout simplement le poignet sur l'accoudoir de son siège, paume ouverte en une invitation silencieuse.

«  Sa jeunesse ne serait pas un problème s'il n'était de basse extraction... la baronnie d'Edelys sera maintes fois contestée, j'en ai peur. Le fait qu'un homme du peuple, ou même un bâtard, soit positionné à sa tête ne pourra que la desservir. Beaucoup y verront un désintérêt pour l'ordre établi par la DameDieu, ne croyez-vous pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ernest de Missède
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 01/10/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 26 - Taille : 1m80
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   Ven 19 Mai 2017 - 18:55

Spoiler:
 


« Vous parlez juste, Cécilie, et j’entends vos préoccupations. Il y a maintes façons d’enrober un homme de noblesse. Si la naissance suffisait à susciter légitimité, notre roy n’aurait point à gesticuler pour faire valoir ses droits. » Ernest referma ses fortes mains sur celle de la jeune femme. « Je ne puis que vous demander votre confiance en cette affaire ; et vous promettre que si Jean de la Herse ne se trouve pas être à la hauteur de nos attentes, nous envisagerons une alternative. » Finalement, Choderlos et ses hommes furent rappelés dans la pièce, et les préparatifs du mariage furent discutés amplement jusqu'à ce que tout soit réglé.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur le tas | Ernest   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur le tas | Ernest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Ernest Pierre : « La situation est pire qu'en 2004»
» Fouille de la tombe d'Ernest Chausson.
» « La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini. » - Ernest Renan
» Décès d’Ernst Bennett, ex-beau-père de Jean-Claude Duvalier
» L'expérimentation archéologique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: