AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quotidien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Renaud d'Erac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 39
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Quotidien   Jeu 4 Mai 2017 - 11:15


5ème jour de la 3ème ennéade de Verimios de la 9ème année du XIème cycle


Cyrielle, la mère de Renaud avait finalement quitté Harren pour revenir dans la cité d'Erac, elle y avait retrouvé ses deux filles et son fils, même si ce dernier était très peu accessible depuis la diète. Déjà très pris, ne voulant pas déléguer le travail, les journées du Duc ne se terminaient plus et les temps de sommeil étaient des plus réduits. Cette journée donnant encore lieu à une réunion, devenu un rituel presque journalier, la mère de Renaud et ses deux sœurs jumelles se trouvaient seules dans un salon. Une fois de plus, Alcippe, la puinée prit la parole en première, très protectrice envers son dernier frère, tout comme l'ainée des jumelles, bien que celle-ci soit plus pragmatique

"Il va finir par se tuer à la tâche, ne le voyez vous pas ? nous devons faire quelque chose, ce n'est pas possible. Il veut tout faire tout seul, ce n'est plus possible, et même lorsqu'il donne quelque chose à faire à quelqu'un, il faut qu'il surveille et questionne pour savoir si c'est fait."

Roxanne prenait plus de recul que sa jumelle, toutefois, elle était inquiète également

"Je suis d'accord avec toi, mais nous n'avons aucun pouvoir pour lui imposer des choses. Je n'arrive pas à le cerner depuis son retour et cela m'inquiète, il n'est plus du tout le même. On ne peut pas lui reprocher de nous rejeter, mais je sens une distance entre lui et nous et cela m'attriste. Il ne nous écoute pas, sauf pour des broutilles et en plus on ne le voit même plus ces derniers temps."

Les jumelles étaient très protectrice de leur famille et avoir déjà perdu deux frères sur trois avait été un vrai crève cœur. Elles s'étaient promises de veiller farouchement sur le dernier, mais leurs pouvoirs étaient limités. Elles avaient même demandé à leurs époux, deux seigneurs éracins de les aider en le surveillant lors des conseils auxquels ils étaient présents. Profitant de l'absence de son frère et revenant sur un sujet qui lui tenait à cœur mais qui semblait être tabou, elle enchaina

"Il lui faut une épouse. peut être qu'elle aura plus d'emprise sur lui et qu'elle pourra le ramener à la réalité."

Cyrielle ne leva pas la tête, perdue dans ses pensées, sa broderie tenue en main, bien qu'elle n'avance pas. Ce fut Roxanne qui répondit

"Tu sais bien que ce sujet ne l'intéresse pas, tu lui en a déjà parlé et il n'a pas écouté. Il a d'autres choses à faire pour le moment, être Duc est une tâche qui amène de nombreuses responsabilités tu le sais"

Alcippe eut une moue très peu noble mais qui en disait beaucoup

"Je le sais, c'est pour ça que je n'en parle plus devant lui, mais je reste persuadé qu'il faut faire quelque chose. Et puis rien ne nous empêche de commencer en faisant une recherche des bons partis qui ne sont pas encore mariés."

Roxanne sourit devant la grimace de sa jumelle

"Tu as raison, ça nous pouvons le faire"

Elles se lancèrent un regard plein de malices qui en disaient long sur leurs futures recherches. Voyant que leur mère n'était toujours pas sortit de sa léthargie, Roxanne l'interpella

"Mère, qu'en pensez vous ? avez vous des idées à partager avec nous ?"

Cyrielle leva enfin le nez de sa broderie

"Pardon ? désolé, je n'ai pas écouté"

"Vous devriez plus vous intéresser à votre fils, mère, il a besoin de vous et nous aussi."

Cyrielle posa sa broderie et prit un air sévère devant les accusations de sa fille

"Roxanne, tu me pardonneras, mais mon époux, ton père, est retenu en otage à Hautval, et mes deux premiers fils sont morts, alors permets moi d'avoir du chagrin et d'avoir des absences"

"Pardonnez moi mère, nous les aimions aussi et le sort de père nous inquiète également. Mais toute la peine du monde ne ramènera pas nos frères à la vie. Alcippe et moi sommes très triste également, toutefois, Renaud est toujours vivant et nous devons l'appuyer"

La conversation continua ainsi quelques temps, des noms de futures prétendantes furent énoncés et des rires parvinrent à vaincre la morosité de leurs mère durant quelques instants


-------


Durant ce temps, Renaud tenait donc conseil. Il se préparait à rejoindre Sainte-Berthilde pour rencontrer le régent-marquis et il ne désirait pas être prit de court avec la neige qui recouvrait le pays

"La ligue étant dissoute, il est clair que l'animosité entre Velteroc et Erac n'en sera que plus exacerbée. Erac doit être prêt et je compte sur vous pour m'y aider. L'hiver doit être mis à profit pour que tout soit terminé, dites moi Roland, qu'en est il de l'armée."

"Nous en avons déjà parlé, votre altesse"

"Je le sais, mais cela fait déjà quatre ennéades, dites moi les évolutions"

"Le froid n'a pas été un bon allié pour les brigands, beaucoup ont attaqué pour piller et survivre et les soldats les ont trouvé. D'autres se sont tout simplement rendus, épuisés et affamés. Je n'irais pas jusqu'à dire que l'affaire est entendue et que le banditisme est éradiqué mais ceux qui restent sont insignifiants. Nous les traquons toujours, mais cela à permis de libérer pas mal d'hommes dont cette tâche était dévolue, nous avons pu les rediriger vers les frontières, en particulier Velteroc et Hautval. Je ne pense pas qu'une armée puisse passer sans être aperçue"

"Très bien, excellente nouvelle. Je dois aller rencontrer le Marquis de Sainte-Berthilde, toutefois, pour l'instant, je ne peux pas lui faire confiance, encore moins Velteroc et Hautval. Durant l'hiver, tous les vivres doivent être ramené en ville, rien ne doit être laissé sur le territoire et qui pourrait servir pour une armée adverse, avez vous compris ? De même, je veux qu'au printemps, la moitié du ban soit levé et prêt et l'autre moitié sur le pied de guerre"

Roland acquiesça, sans vouloir contredire son Seigneur.

"Très bien, il en sera fait comme vous le désirez, votre altesse"

"J'ai écris au Régent afin de lui dire notre loyauté envers le Roy, il était plus que temps qu'Erac rentre dans le droit chemin"

Plusieurs seigneurs se regardèrent brièvement et discrètement, des vieux de la vieille

"Avez vous pris contact avec Langehack et Missède ?"

"C'est que...nous ne les avons pas contacté, vous comprenez, suite à la diète, nous ne savions pas..."

Renaud tapa du poing sur la table, la colère étant visible sur son visage

"Par Néera, faut il que je fasse tout ici ? nous avions convenu d'intensifier notre commerce et j'apprends que, quatre ennéade plus tard, rien n'est fait"

"Mais, votre altesse, nous sommes cerné par Velteroc et Hautval, comment voulez vous faire passer les marchandises s'ils nous ferment leurs frontières"

"Et pourquoi pensez vous que je vais à Sainte-Berthilde ? ils ne pourrons pas stopper tout le commerce, les marchands passent et sinon il y a d'autres chemins. Je veux que vous entamiez les négociations le plus rapidement possible."
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 39
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Quotidien   Hier à 9:32

7ème jour de la 5ème ennéade de Verimios de la 9ème année du XIème cycle


Renaud était partit pour son périple, il devait officiellement se rendre à Sainte-Berthilde, mais il avait avisé un petit groupe, dont le conseil, qu'il se rendrait ensuite à Merval, et peut être ailleurs si l'idée lui venait. Il était mystérieux pour ceux qui le connaissaient et peux, voir personne, ne pouvaient se vanter de savoir le percer à jour dans son entièreté. Aussi bien qu'il est décidé de se rendre dans le sud par la suite, cela il ne l'avait pas dit. Toujours est il que malgré son absence, la vie continue son cours, c'est pourquoi en ce milieu de matinée, le conseil s'était réunit pour discuter de ce qu'on leur avait demandé de faire, et aussi de ce qu'il y avait à faire et qui n'était pas prévu. Ce fut Robert d'Orfe, le commandant d'Erac, surnommé "La brute d'Erac" qui ouvrit le débat

"Les frontières ont bien été renforcée comme le voulait le Duc, dans la limite du raisonnable pour ne pas vider le trésor, il sera difficile d'envahir le pays sans que nous soyons au courant. Plusieurs villages ont été attaqué par de brigands, plusieurs bandes ont été éradiqué sans aucune pitié, chaque Seigneur s'étant vus rappeler son devoir de protection par le Duc et que c'était l'une des priorités. Le froid force les bandits à être plus téméraire, cela les rend plus vulnérable. Les convois de nourritures sont sous bonne escorte pour éviter les pillages durant leur transport jusqu'aux places fortifiées. Son altesse serait fortement agacé s'il devait entrer en guerre et qu'Erac se voyait affaiblit par quelques pillards, cale reste donc l'une de ses priorités majeures"

Eude de la Ferté-Morille, prit la suite. Un ancien soudard d'Aetius D'Yvrey ayant des lettres de noblesse et qui s'était distingué durant la guerre entre le régent et Erac. Celui-ci s'était vu offert le castel en cadeau de la part du régent, ainsi que la place au conseil de Raymond d'Ancenis. Peu scrupuleux, comme une majorité des suivants du régent, et constatant la réhabilitation de Léandre par Arsinoé, il n'avait pas fallu bien longtemps pour qu'il se rallie totalement à Erac suite au décès tragique d'Aetius, son bienfaiteur. il désirait conserver également son titre honorifique au conseil, il servait donc fidèlement le duchés depuis. Il était d'ailleurs à souligner qu'une grande majorité des Seigneurs s'étant vu offrir des titres à Erac avaient tournés casaque pour devenir de loyaux sujets d'Erac, cherchant à préserver ceux-ci et ne s'étouffant pas avec l'honneur

"Nous avons laissé aux paysans juste de quoi se nourrir durant cet hiver, rien d'assez conséquent pour sustenter une armée. Toutefois, les bourgmestres ont reçu instruction de mettre le feu aux greniers si un ennemi se dirige vers eux et d'amener la population à la place forte la plus proche pour aider à la défendre."

Renaud n'avait pas beaucoup bougé le conseil, ne désirant, dès sa nomination, se faire haïr par une partie de ses vassaux. Il serait temps plus tard, s'il parvenait à assoir sa puissance, de voir à qui il pouvait faire confiance, et qui méritait le plus un poste au conseil. L'intendant, Gauvin, faisait bien entendu parti de la fête

"Le trésor se porte plutôt bien. Ne pas avoir participé à la boucherie des champs pourpres nous a permis de ne pas perdre nos paysans à la guerre. Les Seigneurs n'ont pas eu à payer de rançons comme lors de la dernière guerre contre le régent. Erac n'a donc aucun problème particulier pour le moment, je m'inquiète tout de même en cas de levés de troupes. Il y aussi la question du blé."

Norbert de Castelbroc avala sa salive; après avoir été rappelé à l'ordre par Renaud la dernière fois, il s'était entretenu avec le Duc avant qu'il ne parte.

"Son altesse le Duc m'a dit de ne pas tenir compte de sa dernière demande et de mettre en attente. Il m'a avisé qu'il allait se charger en personne des premières demandes et d'attendre un signe de sa part."

Le conseil durant encore un certain temps ou chacun amena sa pierre à l'édifice
Revenir en haut Aller en bas
 
Quotidien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’impunité au quotidien
» Magie pratique au quotidien
» & les emmerdes du quotidien. [Sil]
» Heure par heure, nos humeurs. Nos pensées. Notre quotidien. Du n'importe quoi.
» Aimez vous lire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché d'Erac-
Sauter vers: