AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Renaud d'Erac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 39
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Jeu 11 Mai 2017 - 11:21


Elenwënas de la 4ème ennéade de Verimios, 9e année du XIe Cycle


Renaud avait enfin prit la route pour Sainte-Berthilde, il avait tout préparé avant son départ, n'aimant pas particulièrement partir vu les évènements, mais n'ayant pas trop le choix. C'était sa première sortie d'Erac depuis qu'il avait accéder à la tête du Duché et cela l'angoisser un peu, même s'il n'en montrait rien. Malheureusement, il n'était pas parvenu à dissuader Alcippe, sa soeur, de l'accompagner. Les carrosses ne pouvant pas rouler avec la neige qui s'était accumulée sur les routes, elle montrait en amazone. Les trajets avaient été calculé et raccourcis afin de toujours trouver une taverne sur la route en fin de journée et éviter de dormir à la belle étoile.

Le Duc d'Erac comptait beaucoup sur ce premier voyage, les relations avec son voisin étant importante. Les promesses de guerre du printemps, si elles devaient voir le jour, s'annonçaient sanglantes, et il ne désirait pas que son Duché en pâtisse. Il avait écrit au régent afin de lui annoncer que son serment allait à son Roy et il devait maintenant voir ce qu'en pensait le régent de Sainte-Berthilde, et s'ils pouvaient trouver un accord commun.

Cantharel enfin en vue, ce fut un soulagement pour la troupe qui accompagnait le Duc afin de le protéger. Les routes avaient été sécurisé et le banditisme chassé avec entrain, toutefois l'on était jamais à l'abri d'une troupe inconnue ou qui était passée entre les mailles du filet. C'est donc un tantinet congelé, mais entier, que tout ce beau monde entra en ville, montant jusqu'au château, un éclaireur les ayant devancé pour annoncer l'arrivée du Duc. Très fier dans sa cape en peau d'ours, par dessus sa cotte en cuir et les chauds vêtements, évitant le fer qui garde le froid, Renaud se présenta donc aux portes ou l'un de garde l'annonnça

"Le Duc d'Erac et Seigneur Du Lyron, Renaud d'Erac"

Le feu de la cheminée serait la bienvenue afin de se réchauffer


Dernière édition par Renaud d'Erac le Mer 17 Mai 2017 - 13:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 157
Âge : 28
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Lun 15 Mai 2017 - 4:04





« Comme je vous disais plus tôt, monseigneur, quelques brèches ont été aperçues sur les fortifications du nord ainsi qu’à celles du sud : le gel en est la principale cause. On aperçoit même, dit-on, les fissures d’en bas des murailles et ce, serpentant jusqu’à leur sommet en passant entre chacun des rochers que constitues les murs. » Expliqua l’un des conseillers, le rachis légèrement incliné vers l’imposante tablée sur laquelle, avait été préalablement déroulé un brillant croquis des défenses de Cantharel. Du doigt, il pointait les brèches identifiées à l’œil, ceux-ci identifiées par de minuscules figurines en forme d’étendard. « Les réparations sont futiles avant la fonte des neiges, à peine aurons-nous calfeutré les imperfections du crépi que le gel viendra gâcher nos efforts en l’effritant derechef. Pensons plutôt aux interventions que nous aurons à faire, plutôt qu’à celles que nous pouvons faire immédiatement. » Corrigea un autre conseiller, celui-là à la barbe grisonnante, reluisante de sagesse. « Plus nous attendrons, plus elles s’aggraveront, pardi! »

Et ce fût le débat … Pour de simples fissures, aussi anodines soient-elles. Un débat auquel Louis se garda se participer, préférant garder sa langue dans la prison de ses dents, alors que voguait son regard vers la fenestration de la salle de réunion, pendant un moment pensif. Intérieurement, il repensa au conflit Éthernien, comme si les problèmes de ses murailles lui faisaient penser à la guerre, une possibilité qui restait encore à envisager si l’avis de Gaston n’évoluait point plus rapidement. Des gens se gelaient, là, dehors, alors que ses conseillers se tiraient les oreilles pour une bagatelle; une comparaison qui attisa en le régent un certain mépris envers les futiles problématique de sa prospère citée. Enfin, sans autres préambules, Louis trancha sans laisser place à de plus amples argumentations : « Au printemps, Cantharel sera laissée à elle-même, vous le savez plus que quiconque, vous mes conseillers. Alors monsieur, patientez, attendez une journée clémente, où le soleil chauffera suffisamment pour que vous puissiez, ne serait-ce que temporairement, empêcher l’écroulement de nos murailles. Nous ne saurons attendre plus longtemps, agissez. » Et tandis que s’était exprimé le jeune faon, le principal concerné aux ouvrages civils, s’était raidit de manière incontrôlée, comme s’il n’avait jamais eu l’habitude de se faire parler sur ce ton.

« Alors, prochain sujet? » Enchaîna Louis, pressant le pas pour abréger cette interminable séance. Et il ne fallut pas grand temps, avant qu’un héraut se pointe aux devants des notables de Cantharel, porteur de bonne nouvelle : le Duc était aux portes du castel. Alors d’une pierre deux coups, le Régent laissa monter à ses joues un sourire comblé : enfin il pourrait converser avec son voisin et du même coup, s’évader de cette infernale réunion. « Messieurs, on m’attends. Continuez sans moi et par pitié, ne faites pas durer la séance jusqu’à la vêprée. »

En route vers le hall d’entrée, Louis considéra l’idée d’aller se changer, mais il n’en fit rien : il avait en tête de se présenter tel qu’il était en toute authenticité. Ainsi, c’est muni d’une pesante cape en poil d’ours, ainsi que d’un mantel tout aussi pesant que ce que retenait son col, qu’il se montra devant Renaud, un sourire avenant aux lèvres. « Hah! Monsieur le Duc, il fait bon vous voir sain et sauf. Dehors, par ce temps rigoureux, d’un manque de prudence il n’est pas impossible d’attraper la mort tant Verimios se montre féroce. Qu’on emmène la suite de monsieur le Duc jusqu’en salle du manger, qu’on puisse leur offrir une décente pitance. Quant à vous, Renaud, à en voir vos joues, je devine qu’une bonne flambée ne serait pas de trop, me tromperais-je? » Ajouta Louis, non sans une certaine camaraderie, alors qu’il s’adressait à un homme qu’il considérait comme un voisin proche. D’une main, il lui montra le chemin à emprunter, un corridor large aux multiples décorations et autres fioritures, menant à une pièce chauffée par deux cheminées, une de chaque côté de la pièce. Là, des sièges, non, des trônes, les attendaient. Ainsi, ils pourraient converser d’homme à homme, sans qu’aucun ne puisse prendre l’autre de plus haut. « Alors, monsieur le Duc, vous avez fait bonne route? » Le questionna-t-il, en bon hôte, alors qu’il brûlait d’envie de lui demander la véritable raison de sa venue.

Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 39
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Mer 17 Mai 2017 - 13:38


Chemin faisant depuis Erac, Renaud avait demandé à ses hommes d'ouvrir l’œil, ou plutôt les deux yeux. Arrivés à Cantharel, ils en firent de même, tout comme dans tous les endroits par lesquels ils étaient passés. Le Duc espérait s'entendre avec celui qui régentait Sainte-Berthilde, tout en espérant accéder au titre de Marquis. Toutefois, si ce n'était pas le cas, alors ils seraient ennemis, et bien que cela n'enchante pas Renaud, il profiterait de son voyage pour noter tous les préparatifs et les places fortes de son voisin. Déceler un point faible pouvait devenir vital, et, bien que ses intentions soient pacifiques, il ne serait pas assez idiot pour ne pas en profiter pour glaner encore plus d'informations que ses espions n'en rapportaient déjà. La piétaille était bien entendue restée dehors, mais avec elle, un tout petit nombre qui étaient la pour se promener en ville et en tracer les grandes lignes, dénicher les poternes ou tout point faible pouvant apporter un avantage. Cela pourrait aussi permettre, si les deux s'entendaient, et que tous les espoirs du Duc étaient comblés, de les lui indiquer afin de mieux se défendre, même s'il ne doutait pas que les hommes vivants au sein de ces murs ne soient parfaitement au courant de tout cela.

Dans le hall où ils attendaient, l'on pouvait voir les hommes taper du pied pour essayer de se réchauffer, ou encore souffler sur leurs mains, la buée de leur haleine glacée n'aidant pas à grand chose. Louis ne pu aucunement louper Renaud, qui, drapé dans son orgueil, était pratiquement le seul à ne pas bouger d'un cil, droit comme un I, recouvert de son épais manteau et de sa fourrure d'ours d'un noir de jais par dessus. Ses joues rouges du froid hivernale trahissaient pourtant la température extérieure, tout comme la neige qui commençaient à perler des vêtements sur le sol en fondant. Alcippe, sa sœur, se tenait à ses côtés, observant le benjamin de la fratrie et dernier mâle encore vivant, cherchant encore à le jauger. Malgré le temps qui était passé depuis son retour à Erac, il était toujours une énigme tant il avait changé par rapport à son comportement durant son enfance.

Lorsque Louis fit irruption dans le hall d'entrée, Renaud le jaugea de la tête aux pieds, ne manquant pas de souligner sa jeunesse, reflétant la sienne. Il était triste, même s'il n'en montra absolument rien, de constater que les vieux seigneurs se faisaient rare et que c'était entre de si jeunes mains que se jouaient l'avenir de leurs terres. Renaud n'oubliait aucunement les responsabilités qui lui étaient échues avec le titre et, même s'il idolâtrait son paternel et qu'il s'était enfuit, il aimait Erac et ferait tout ce qui était en son pouvoir pour ramener le Duché au niveau qui devait être le sien.

Offrant un sourire feint mais très protocolaire, ne sachant pas encore de quel bois se chauffait Louis, Renaud répondit avec joie et de manière très affable. Ne sachant pas trop quel titre lui octroyer, il biaisa la difficulté

"Votre excellence, les anciens parlent d'une seule voix lorsqu'ils expliquent n'avoir jamais vu d'hiver si rigoureux. Les temps sont durs et tout le monde attend le printemps, oubliant que ce n'est que le début de l'hiver.

Tout le monde prend tellement soin de moi qu'il serait étonnant que je n’attrape le mal en raison du froid. Toutefois, un bon feu ne sera pas de refus, je vous en remercie grandement."


Toujours très stoïque, Renaud emboita le pas de Louis alors que sa suite, sa sœur comprise, partaient se restaurer. Le Duc examina la décoration des lieux, la comparant à celle d'Erac jusqu'à ce qu'ils entrent dans un pièce à la température des plus agréable

"Très bonne, je vous en remercie. Malgré les craintes qu'un tel voyage peut amener, la route est courte d'Erac à Sainte-Berthilde. Nous n'avons fait aucune mauvaise rencontre, les routes de votre marquisat sont sures, il n'y eut que la neige pour nous retarder, ainsi que les bonnes gens que nous avons croisés dans vos tavernes, tous aussi aimables et accueillants que l'on puisse le souhaiter"

Jetant sa fourrure et son manteau avec les manière de son rang, Renaud vint s'installer sur le siège que son hôte lui désigna

"Votre excellence, nous ne nous connaissons pas alors que nous sommes voisins, c'est donc un réel plaisir que de vous rencontrer en personne et de pouvoir me présenter devant vous. A mes yeux, il n'y a qu'une bonne entrevue, face à face, afin de pouvoir discuter clairement. J'escompte bien que notre entretien aboutira à de grandes choses pour l'avenir de nos terres."

Renaud semblait convaincu par ce qu'il disait, il restait à voir si cela recevrait un bon écho de la part de son homologue
Revenir en haut Aller en bas
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 157
Âge : 28
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Jeu 18 Mai 2017 - 3:26






« Elle n’emporte point avec elle que du mauvais, cette rigoureuse température ; elle dissuade le mécréant de faucher les sentiers battus, ainsi que les malchanceux qui y chevaucheraient. Puis, Sainte-Berthilde n’est pas une ruche à bandit, nos routes sont pour la pluparts, assurément vidées des genses de mauvaises intentions. »

Enfin, ils arrivèrent au salon auquel Louis avait décidé d’entamer la prime réunion entre les deux chefs d’état. À défaut d’être vaste, le salon offrait un petit quelque chose de réconfortant, cette qualité sûrement épaulée par les fenestrations qui menaient aux jardins, iceux généreusement couverts d’un tapis immaculé. Là, les attendaient deux fauteuils bien larges, ainsi qu’une jacqueline de vin, prompte aux bons échanges. Il lui versa sans lui demander, un généreux gobelet, puis en fit de même avec lui avant de s’asseoir, puis en l’invitant de la paume de la main d’en faire autant. « Prenez vos aises, mon ami. Vous êtes ici chez vous, ainsi vous saurez que l’hospitalité de Sainte-Berthilde n’a pas son égal dans le nord. » Non sans un sourire mutin, un iota de fierté dans la voix. « Alors, ainsi vous avez eu vent de nos entreprises prévues pour le printemps ? J’imagine dès lors que si vous êtes ici, ce n’est point en qualité de rival, mais bien de potentiel allié, me tromperais-je ? Si je soulève ce que vous avez dicté en nos récents échanges, j’ai bonne souvenance que vous vous déclarez désormais royaliste et que votre épée est maintenant au service du Roi. Ainsi, cela fait de nous des alliés, n’est-ce pas? » Le tout avait été lancé d’une pointe dubitative, comme s’il n’était pas certain des prochaines allégations de son invité de marque.

Venait-il à son chevet pour se joindre à lui, ou pour savoir si Louis le considérait encore comme l’égal des Médianais ? La ligue s’était dissoute certes, et bien qu’elle l’avait poignardé d’un enlèvement d’un parent, il n’en restait pas moins qu’icelui faisait partie de ce groupuscule de fot-en-cul. Or, désormais que la ligue avait volée en éclat, comment le marquis-régent devait-il considérer le Renaud ?



Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 39
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Jeu 18 Mai 2017 - 7:48

Après avoir vanté son marquisat, ce qui était de bonne guerre et sensiblement vrai, de ce que Renaud avait constaté, Louis enchaina et entra dans le vif du sujet. Intérieurement, le Duc sourit, il se demandait si le Régent-Marquis de Sainte-Berthilde était quelqu'un de sincère, ou s'il voulait pousser Renaud dans ses retranchements. Acculer son adversaire, voir l'expédier était un moyen de lui faire perdre ses moyens, surtout que c'était Renaud qui était demandeur et en position d'infériorité. Il devait savamment jouer le coup, il restait à savoir s'il avait la carrure de l'emploi. Prenant son temps, voulant montrer qu'il n'était pas du tout mal à l'aise, ni ne se sentait menacé, le Duc prit le gobelet et but avec modération et lenteur, à l'aide de mouvements soigneusement mis au point, prenant tout son temps, mais sans paraitre nonchalant. Lorsqu'il répondit, le ton employé était d'une neutralité à toute épreuve

"Une visite du Roy et de son régent ne passe pas inaperçue, j'ai donc en effet eu vent de son passage et de l'entreprise que vous préparez pour le printemps"

Renaud était quelqu'un qui voulait tout savoir, c'était une obsession chez lui, il détestait l'ignorance. Et pourtant, il y a avait tellement de choses qui lui étaient inconnues que par moment, il en avait des maux à l'estomac de contrariété. L'un de ses premiers ordres, une fois devenu Duc, avait été de convoquer le maitre espion d'Erac afin d'avoir une très longue conversation avec lui.

Renaud ne manqua de relever certains passages du monologue de Louis qui ne collait pas vraiment. Il avait la mauvaise impression qu'il avait relégué Erac au même plan que le médian, soulevant les reproches dissimulés. Louis ne semblait guère croire ce qu'il avait lu dans les lettres que Renaud lui avait envoyé. Le Duc allait devoir parler plus qu'il ne l'avait escompté

"Votre excellence, ce que vous dites est juste, mais seulement en partie, du moins si c'est à ma personne, et non au nom du duché tout entier que vous vous adressez. Sachez que j'ai toujours été royaliste pour ma part, cela n'a donc pas changé du tout, je suis pas quelqu'un qui change selon le sens du vent. Je me permets de vous rappeler aussi qu'Erac n'a pas prit part à la guerre du médian contre le Roy et qu'il n'y avait aucun représentant du duché aux champs pourpres. Nous avions alors nos propres problèmes, eux aussi causés par le mécréant de Velteroc, maudit soit son nom"

Renaud allait devoir jouer finement le coup, car malgré ce qu'il venait de dire, Erac avait rejoint la ligue et Harold avait même tenté d'usurper la couronne.

"La famille est ce qu'elle est, je ne renie pas mes frères, je les aimais profondément, toutefois, je ne cautionne absolument pas les fautes qu'ils ont commise à l'encontre du Roy. Vous noterez que mon premier acte, au sein de la ligue, fut de la saper, et que j'y suis parvenu bien mieux que ce que je n'espérais. Elle à volé en éclat, tel un château monté sur un terrain mouvant. J'ai écris au régent dès mon accession au titre de Duc afin de lui dire ma loyauté, vous pouvez le vérifier si vous avez quelques doutes que je peux comprendre. Je compte bien remettre Erac sur le droit chemin, jamais le duché n'aurait dû rejoindre la ligue. Toutefois, vous ne devez pas ignorer que mon père est retenu en otage à Hautval, il y a donc eu des pressions exercées et les choix se sont restreints. Je fais d'ailleurs tout mon possible pour obtenir sa libération"

Renaud espérait que Louis aurait un meilleur aperçu de son hôte après ce qu'il venait de dire, que sa classification des terres serait révisée et qu'Erac ne serait plus sur sa liste des territoires à abattre. Renaud continua pour clarifier encore la raison de sa venue

"Enfin, tout cela pour dire que c'est en effet pour vous tendre la main en tant qu'allié, et non pas en rival, que j'ai fais le voyage jusqu'à Cantharel. Que ce soit les yeux dans les yeux que nous discutions afin de lever toutes les questions et les soupçons que vous pourriez avoir à mon encontre, et à celle d'Erac. J'espère trouver un allié, et pourquoi pas un futur ami en votre personne. Je vous prie de parler sans retenu afin d'aplanir tout ce qui pourrait se dresser entre nous, je suis venu pour cela."

Renaud ne savait rien de Louis, il n'avait pas connaissance de ses projets, ni s'il était belliqueux, conquérant, ambitieux, ou tout le contraire. Il espérait que l'homme n'allait pas le rejeter avec pour seul prétexte, d'attaquer ses terres ou de se les accaparer. L'entrevue allait permettre aux deux hommes d'apprendre à se connaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 287
Âge : 56
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Lun 22 Mai 2017 - 18:00


On l'avait mandé au palais ce matin-là. Il était resté en la capitale depuis le rôtissage de son cadet. Sa femme et ses enfants s'en étaient allés quant à eux. Seul Hector avait reçu l'ordre de le servir malgré ses longues journées de solitude. Vêtu à la hâte, il prit les chemins de Cantharel lorsque la nouvelle de la venue du dernier duc d'Erac en vogue vint à ses oreilles. On le laissa passer sans avoir besoin de l'arrêter. Sa présence n'était plus un mystère pour personne, les visages des serviteurs se braquèrent vers les dalles à son passage. L'égide, indifférente, lui indiqua le chemin à prendre et la salle dans laquelle avait déjà débuté l'entrevue entre l'Eracien et le Saint-Aimé. Après s'être introduit par la porte et avoir salué les deux jeunes hommes d'un simple hochement de tête, il s'en alla poser son derrière sur l'une des banquettes encore libre avant d'écouter avec attention ce que jacta le voisin du sud. C'est en l'écoutant parler que Thibaud se remémora quelques moments passés plusieurs années en arrière. La chose le fit rire lorsqu'il se rappela la guerre d'Atral et de la vingtaine d'eraciens qu'il aligna au bout de sa lame. Le savait-il alors, ce jeune blanc-bec, à quel point il avait haït ses pairs, puis les avait maudit lorsqu'ils s'étaient ralliés au manchot et sa suite ? Mais le dénommé Renaud semblait vouloir faire table rase du passé et demander l'amande honorable pour les méfaits commis par ses frères. Chose tout à fait normale, surtout lorsqu'on le savait en position de faiblesse après sa dernière écartade ligarde pour laquelle il se vantait.

-Pardonnez mon arrivée tardive, messire Louis, votre messager a dû se perdre en chemin avant de me trouver, lança-t-il avant de se retourner vers le fameux Renaud. Mes respects, altesse, je n'ai point encore eu l'occasion de vous rencontrer. Je suis Thibaud de Kelbourg, connétable de Sainte-Berhtilde et fils de Frédérique du même nom. Il a très bien connu votre père et en a gardé du respect jusqu'à sa mort aux champs pourpres paraît-il.

Il se servit un verre de bière avant qu'on ne lui en propose, puis but une rasade avant de reprendre de plus belle.

-Le Roi peut se féliciter de voir de nouveau rentrer dans ses rangs l'une de ses brebis. Je gage qu'il vous en sera gré lorsqu'il aura atteint l'âge de raison. Je serai en tout cas fort honoré de pouvoir combattre à vos côtés dès les premières fontes de neige, pour marcher sur la catin d'Hautval et son vilain afin de libérer votre père. D'ailleurs, comment se porte-t-il ? Vous a-t-on au moins donné des nouvelles de sa santé ? Il doit être fort pressé de regagner ses penates je jure !
Revenir en haut Aller en bas
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 157
Âge : 28
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Ven 26 Mai 2017 - 23:09




« Hah! Mais je ne nie en aucun cas que vous fîtes preuve d’une inébranlable honnêteté, en ce qui attrait vos intentions envers notre très bon Roi et à cela, je lève mon verre car il n’est point en ce monde plus belle vertu. » Ainsi le faon fit canter ses bois à la renverse afin de s’enfiler une bonne rasade de Hautval, le coude bien haut. Du revers de sa manche, il alla se torcher la moustache afin de nettoyer son bec. « Quant aux pressions que vous avez subit, je peux également imaginer la pesanteur de vos maux, la situation était loin d’être évidente et pourtant, vous voilà, à trinquer avec ceux qui vous auraient passer au fil de l’épée, eut été autrement … » Faisant de toute évidence référence à ce qu’adviendra des ligards, une fois les premiers bourgeons poussés.

« Un allié voir même un ami ? Mollo mollo ! C’est que la route est encore longue fastidieuse avant d’en arriver là, les relations entre nos deux pays partent de loin et nous aurons gros à nous prouver tous deux avant de pouvoir parler de franche camaraderie. » Dit-il sans une once de malice, mais plutôt d’un timbre de voix porté vers l’optimisme. « Et tout n’est pas que chemins houleux et hasardeux, il arrive que des opportunités s’offrent à nous, de la manière la plus inopinée qu’il soit. Il n’en reste qu’à vous de savoir si, oui ou non, vous la saisirez. » Avait-il rajouté vers son invité de marque, légèrement accoudé sur les rebords de son fauteuil, de sorte à mieux le distinguer. Les mimiques de son visage pouvaient en dire long et Louis s’intéressaient à elles, tant qu’elles témoignaient comment se sentait Renaud face à cette situation pour le moins aisée. Louis pinça les lèvres afin de poursuivre, mais l’arrivée impromptue de son connétable lui cloua le bec. « Justement, quand on parle de guerre …! » S’était-il exclamé, en guise de salutation. « Thibaud, je demandais justement à monsieur le Duc si les épées d’Érac pointeraient au sud, à l’instar des nôtres, lorsque le temps sera prompt aux politesses. »


Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 39
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Jeu 1 Juin 2017 - 11:59


Louis était prudent, il doucha les ardeurs du Duc en le freinant dans sa lancée. C'était un signe de prudence, voir de sagesse, ou la crainte de s'acoquiner avec quelqu'un dont on avait des doutes. Compréhensif sur l'avenir de son paternel et les choix difficiles qui avaient été faits, il n'avait pas oublié de mentionner la menace quand à l'avenir si Erac déviait de sa route actuelle

"Votre excellence, je parlais effectivement d'un futur potentiel et non d'une amitié soudaine et immédiate. Je vous comprends et je suis pareillement, quelqu'un qui n'accorde pas sa confiance facilement et s'en remet aux actes plutôt qu'aux mots. J'ai bien conscience que le chemin sera tortueux et ardu et qu'Erac devra faire ses preuves, je ne compte pas me cacher, mais bien faire montre des engagements que j'ai pris pour mes sujets et le Duché"

L'arrivée d'un nouveau participant figea intérieurement le Duc, luttant contre l'envie de se lever immédiatement pour se défendre en cas de menace. C'est qu'il ne savait pas trop les intentions de son voisin à son encontre et qu'il n'aurait pas été surprenant de constater qu'on l'avait berné, tout comme le père de Louis l'avait fait par le passé. Les deux hommes ne se connaissaient pas et avec le troisième larron, la donne venait de changer. Il n'y avait plus un rapport de force équivalent, un duel entre deux personnes, Renaud se demandait si cela avait été préparé à l'avance ou si, comme les premiers mots cinglants de celui qui se nommait Thibaud, il s'était invité tout seul. il était parvenu à garder sa contenance, mais intérieurement, il bouillait de défiance. Il regarda le vieil homme prendre place comme s'il était chez lui et prendre la parole sans même en demander la permission à son suzerain. Le Duc se demanda alors le pouvoir que ce nouveau venu possédait afin de pouvoir agir ainsi sans remontrance. Fidèle à son titre, Renaud avait salué d'un bref signe de tête

"Le Seigneur de Kelbourg, le fief le plus proche de la frontière entre nos deux terres, vous me voyez ravis de vous rencontrer."

Après l'avoir écouté faire son monologue, puis Louis répondre en profitant de l'ouverture amené par son vassal, Renaud se devait d'apporter une réponse claire. Il allait maintenant devoir marcher sur le fil du couteau

"En attendant que le Roy puisse gouverner ses terres seul, il a un régent et un chancelier qui gèrent en son nom. Et pour tout vous dire, je compte bien me rendre auprès de la cour du Roy afin de les rencontrer pour officialiser mon serment le plus rapidement possible. Erac et Diantra ont toujours reflété la puissance du Royaume, jamais ils n'auraient dû se séparer. J'ai honte de savoir que le Roy fut contraint à la fuite, en raison des vassaux de mon Duché et l'affront causé à ma famille est grand. J'ai bien l'intention de demander l'autorisation de laver l'humiliation en joignant mes troupes aux votres lors du printemps."

De beaux mots, mais il devait tempérer. Renaud n'avait plus bu, ni manger quoi que ce soit, et il se tenait très droit, masquant du mieux qu'il pouvait ses sentiments opposés

"Je n'ai aucune nouvelle de mon père, si ce n'est un mot de la Baronne de Hautval pour me dire qu'il allait bien. Nous n'avons eu aucun signe qu'il soit toujours en vie, ni bien traité, ce qui est un vrai calvaire pour ma mère qui se languit de son époux, ainsi que mes sœurs et moi même pour notre père. Je fais tout mon possible pour négocier sa libération, je suis actuellement en pourparlers avec la dame. Il m'en couterait de devoir marcher sur le median en sachant mon père toujours captif, mais je ne compte pas me dérober de mes obligations envers le Roy"

La prise d'otage de Léandre était maintenant un vrai dilemme pour les félons. En effet, le relachait pouvait laisser Erac libre de les attaquer, mais le garder obligeait, en raison de l'honneur, Renaud à marcher sur Hautval afin de libérer son père. Le Duc avait bien entendu oublié de préciser que les négociations pourraient changer quelque peu la donne, selon que la dame fasse le bon choix. Il avait encore quelques propositions à lui faire si elle faisait montre de bonne volonté. Toutefois, si celle-ci continuait de se moquer de lui et ne garder son père, il serait alors évident qu'elle deviendrait la cible prioritaire pour Renaud.
Revenir en haut Aller en bas
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 287
Âge : 56
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Jeu 1 Juin 2017 - 12:29

Ainsi soit-il, l'eracien souhaitait officialiser son serment auprès de la smala royale, et ce, le plus tôt possible. Thibaud tenta d'imaginer un bref instant la réaction du vieux Léandre en apprenant la chose. Trahi par tous ses fils, y compris par le dernier. Il n'était pas aisé de voir en l'hértitier d'Erac un homme d'honneur après ses rapides présentations. Si une chose était certaine pourtant, c'est que l'Erac ne pouvait se passer d'un digne représentant pour palier à cette vilaine période noire que le duché avait connu. Mais la question d'Erac était la même que celle des terres royales. Pouvait-on leur faire confiance après ses moult revirements et changements de cap. S'il avait été seul avec Louis, il lui aurait conseillé la plus grande prudence et méfiance vis-à-vis de ce dérangeant voisin du sud. Mais bien que Louis eut commis quelques bourdes, il le savait suffisamment fin politique pour tâcher de ne point se précipiter avec trop d'hardeur dans cette nouvelle relation.

-Cela me peine pour votre père, mentit-il, et pour votre famille. Mais s'il y a bien une chose dont je suis sûr, messire, c'est que la sorcière et son manchot ne le relâcheront jamais avant la trêve hivernale. Cet « invité » de marque est peut-être leur meilleure chance de vous tenir en respect et de vous forcer à courber l'échine...

Il but une gorgée de bière tout en regardant brièvement le Saint-Aimé.

-Après votre rattachement au Roi, vous serez probablement contraint de marcher sur vos voisins. Cela réduira très certainement vos chances de retrouver votre père sain et sauf, vous le savez.

Mais cela lui permettrait d'être légitimement le nouveau duc d'Erac. Thibaud n'osa le dire et préféra rester à la place qui était sienne bien que cela le démangea. Il y avait pourtant fort à penser qu'en levant une armée contre l'hautvaloise et le velterien, Renaud redorerait le blason familial et gagnerait sa place au rang des grands de ce monde. Sa marge de manœuvre était néanmoins infime et tout autant que Louis, il lui faudrait prouver son dévouement et sa fidélité.

-Ce sera en tout cas un grand honneur de vous voir rejoindre les ost nordiens. N'est-ce pas messire Louis ? Vous compter parmi nous ne peut présager que d'une seule chose. La victoire sera à notre portée.
Revenir en haut Aller en bas
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 157
Âge : 28
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Jeu 8 Juin 2017 - 2:12




Thibaud, du pouvoir ? En quelque sorte, il en avait. Non pas décisionnel, mais le bougre avait su se faire de Louis un ami et pour cela, sa voix gagna en importance de même qu’en notoriété. Sa manière d’être et de s’exprimer, sans détours ni fioritures, usant même de provocation pour faire surgir des hommes et des femmes l’inattendu, avait indéniablement son charme. Si on omettait ses inclinaisons à la violence gratuite et aux autres atrocités auxquelles on lui affabulait quelques accointances, le soudard –car c’était à peu de chose près, ce qu’il était-, ne lui était pas désagréable. C’est d’ailleurs pour ces raisons qu’il laissa Thibaud s’exprimer aussi ouvertement sans le ramener à l’ordre ; le chien jappait et à voir les genses sur la défensive, le maître s’en satisfaisait. Oh, cela n’avait rien de vilain ou de malin, seulement qu’il était doux d’apercevoir se manifester quelques réactions impulsives, qui n’auraient été retenue par la bienséance ou le masque d’indifférence qu’arborait normalement la haute. « Il dépend, mon ami. » Interrompit Louis, alors que Thibaud soulevait un point on ne peut plus logique. « Il n’est pas dit que la putain de Diantra n’essaie pas de sauver sa croupe aux dépends du manchot ; on dit qu’ils ne partagent plus grands points communs, pas même la couche. Il n’est pas impossible qu’elle tente de s’attirer la sympathie des autres pour ne pas voir sa tête suspendue à la potence. Enfin, voilà, ce ne sont que des suppositions! Voyant ses alliés prendre la poudre d’escampette, elle-même doit être tentée à quitter le navire avant qu’il ne coule. » Ajouta le régent, tandis qu’il termina son gobelet d’une traite. C’est que l’âtre se donnait à cœur joie et qu’il commençait à faire chaud dans la pièce, pour faire changement!

« Tout à fait, tout à fait! Vous joindre à nous ferait non seulement gage de votre bonne volonté au repentir, mais aussi ajouterait un poids considérable à la menace qui guette le médian. »  Ajouta-t-il naturellement, comme s’il en allait de soi. « Et vos négoces, avancent-elles ? Si nous pouvions ajouter à votre poigne un brin de rigueur en ce qui attrait vos pourparlers, faites-nous en part céans! En toute certitude, Thibaud saurait se montrer fort imaginatif pour trouver les mots justes, m’est d’avis! »


Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 59
Âge : 39
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   Mer 14 Juin 2017 - 11:29

Il semblait que Renaud avait maintenant devant lui un véritable duo, deux hommes qui se complétaient dans leur discours. Le Duc prenait sur lui pour ne pas paraitre déstabilisé par l'irruption inattendue, et dont il commençait à être persuadé qu'elle était calculée. Etre Duc était une chose, surtout quand le sang vous en donnait le droit légitime, avoir la carrure de l'emploi en était une autre. Les responsabilités étaient nombreuses et lourdes et Renaud était bien jeune, cela l'amenait à avoir un problème de plus pour justifier son accession au titre. Heureusement, jeune, Louis l'était aussi, cela pouvait s'avérer être à double tranchant. Soit il se voyait l'un dans l'autre et peut être qu'une amitié pourrait naitre entre les deux, soit il profitait de ce qu'il savait, ayant vécu des choses similaires et il s'en servait contre Renaud. Très droit, voir trop et donc rigide, le Duc d'Erac sirota son vin alors qu'il aurait préféré une boisson chaude pour l'occasion

"Et bien, si la dame ne relâche pas mon père, elle subira les foudres d'Erac et toute la haine que mon peuple peut déverser sur son passage. Il n'y aura nul pardon, ni pour elle, ni pour le peuple qu'elle semble, d'après ce que l'on m'a conté, aimer. Si mon devoir m'oblige à faire marcher mes troupes sur Hautval, alors c'est le cœur gros, mais la tête bien haute, que j'irais porter mes osts contre les murs de la baronnie"

Renaud attendait une réponse de Blanche, espérant encore pouvoir trouver un accord pour la libération de son père. Ce dernier était une idole pour son fils, et s'il devait le sacrifier, ce serait un véritable crève-cœur. Louis apporta d'ailleurs de l'eau au moulin de Renaud, qui s'étonna d'entendre de tels mots. Il pensait que tous seraient ivres de marcher sur les rebelles afin de laver l'affront des champs pourpres. Entendre parler d'une voie pacifique l'étonnait donc, encore plus de la bouche de Louis qui devrait avoir la fougue de la jeunesse. Est ce que la sagesse l'avait emporté sur le tempérament du régent-marquis

"Je prie les cinq pour que vous ayez raison, messire Louis, et que la raison s'invite dans la pensée de la Baronne de Hautval. La rupture de la ligue que j'ai réussis à avoir avec beaucoup moins d'efforts que je ne le pensais, à fragilisé considérablement cette ancienne entité. Les Terres Royales et le median sont maintenant divisés, ce qui facilite la tâche. Par contre, cela n'attirera pas les troupes en dehors des montagnes pour protéger les plaines. La traque en sera plus compliquée lorsqu'il faudra attaquer Velteroc et Hautval. Il faudra alors compter sur Erac et la connaissance des terres de juré du duché pour trouver des passages aux troupes."

Renaud repensa à la dernière lettre qu'il avait écrit à Blanche, elle n'avait rien de sympathique et tenait plus en un ultimatum. Par moment il fallait savoir hausser le ton afin de ne pas être pris à la légère

"Les négociations sont en attente d'une réponse de la Baronne de Hautval. Je pense avoir été très clair dans mon dernier courrier, j'escompte que même si je n'ai pas été tendre, elle comprendra les insinuations par rapport à celui d'avant et qu'elle saura tendre la main que je lui ai tendue. Je vous remercie pour l'offre que vous me faites, même si j'ai quelques doutes sur les mots justes du Seigneur de Kelbourg"

Renaud appuya ses mots d'un rire qui faisait référence aux actes de l'homme plus qu'à sa diatribe, tout en montrant que c'était amical et non une agression à son encontre

"Je gage qu'en cas de refus, sir Thibaut se trouvera à mes côtés pour que les foudres des vassaux du Roy frappent impitoyablement les rebelles"

La discussion semblait avoir fait avancer une chose, c'était que Renaud ne semblait pas être prit pour l'un de ces traitres, à moins que l'on joue double jeu à sainte-Berthilde. Donc, même si le Duc pouvait comprendre certaines réticences qui seraient vivaces jusqu'au moment de punir les rebelles, il pouvait peut être amorcer un autre motif de sa visite au marquisat

"Je pense que vous aurez compris qu'Erac n'est pas un ennemi pour vous, mais bien un allié qui renforcera l'ost coalisé qui partira au printemps. Si vous permettez, j'aimerais vous entretenir d'une autre question importante pour Erac

En ayant fait voler en éclat la ligue, vous comprendrez que le duché n'est plus dans les meilleures conditions pour commercer avec le median. Je pensais que l'on pourrait voir à trouver des accords entre nos deux terres, qu'en pensez vous ?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La neige ne refroidit pas l'ardeur [Louis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» neige et eau
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Un souffle dans la neige... [Syndrell, Snow]
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: