AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chronique d'une naine aventurière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Brynhild Odomar
Nain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 37
Âge : 23
Date d'inscription : 31/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  84 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Chronique d'une naine aventurière   Ven 12 Mai 2017 - 2:49

Brynhild Odomar
Physique
La génétique est une chose fort importante. De génération en génération, des traits persistent a apparaître sur chaque nouveaux nés d’une même famille.
Ainsi je suis plutôt grande. Un mètre cinquante est une taille élevée dans la race naine. Je dépassais mon père de dix bons centimètres et ma mère de vingt.
Cette taille me permet de voyager aisément sans trop de moqueries, humaine ou elfique, bien que ce soit rare à Lante. Mais cette stature à l’avantage de me permettre de courir vite et de voyager loin en peu de temps. Elle me permet également de voir plus facilement par dessus une foule de nains.

J’ai hérité de la chevelure blonde de ma mère. J’aime les tresser sur le dessus afin de ne pas être dérangée par ceux ci lors d’un combat. De plus, elle tend à rappeler les tresses que mon père se faisait à la barbe.
Je possède aussi les yeux bleus de ma mère, bien que mon regard soit celui de mon père. Un regard sévère, dur et froid accentué par des yeux aussi clairs que l’acier des nains.
Mon visage est commun aux membres de ma famille paternelle. Des traits fins, mais comme taillés dans la froideur de la roche. Je possède aussi un front large, un nez long et fin ainsi qu'une bouche aux lèvres charnues.

Outre ma cicatrice au dos, je vois tout le temps mes deux marques sur le visage, l’une sur le menton, coté droit et l'autre sur la joue, juste sous mon œil droit. Je les ai obtenu durant le Voile, il y a 8 ans. Ce n’est cependant que la partie visible de l’iceberg. Mon corps entier est couvert de cicatrices. Mes trophées de guerre comme je les appelle.
Au cours de mes péripéties, je me fis tatouer des lignes noires sur le visage, ainsi que quelques symboles nains.
Avant de partir en expédition, je me recouvre le visage de peintures bleues, symbole de courage au combat.

Physiquement, je dirai que je suis costaud. Des épaules larges, des hanches épaisses et des seins généreux sans trop l’être. Juste ce qu’il faut pour ne pas être gênant sous mon armure.
En parlant d’armure, je porte souvent une armure de cuir réhaussée de plaques d'acier, m'octroyant un juste compromis entre défense, souplesse et légèreté. C'est également sur mon armure que je suspend mes hachettes de combat.

Caractère
Odomar, l’ancêtre célèbre fondateur de notre famille, un nain têtu, bourru, mais courageux et plein de sagesse dans ces vieux jours.
J’ai hérité du côté têtu, ou bien est-ce la fougue de jeunesse qui parle ? Les autres individus me laissent indifférente ; non pas que je n’aime pas mes proches, c'est juste qu'autrui m’indiffère.
Je ne fais preuve de curiosité qu’envers les faits historiques, récits de batailles, tout ce qui n’est pas vivant à vrai dire. Les nains ont la réputation d’être méfiants, et bien je ne déroge pas à cette règle. J'accorde une importance capitale à l’honneur et respecte les traditions que l’on m’a inculqué depuis ma plus tendre enfance. Une parole est une parole. Estime et amitié sont des mots allant de paire dans mon clan. Gagne mon estime et mon amitié te sera acquise.
Mon honnêteté me valut plusieurs embrouilles. J’appris donc à mes dépends que dire la vérité ne se faisait qu’avec parcimonie.
Il arrive parfois que je sois solitaire. Lunatique et également un mot qui me caractérise.
Loin d’être parfaite, j’avoue sans complexes mes défauts. Tantôt brutale et terre à terre, tantôt pessimiste.

Je suis pourtant une bonne vivante, aimant la nourriture, appréciant la bière et fumant le tabac.

La Louve Cuirassée

  • Femme
  • Naine
  • 84 ans
  • Aventurière
  • Chaotique
  • Neutre
Histoire

Plic... Plic... Plic... Une goutte... Deux gouttes... Trois gouttes...
Comme une douce mélodie. Un air des plus apaisants. Bien que les nains étaient un peuple vivant sous les montagnes, le délicat son de l’eau était tout aussi beau dans les grottes que sur les feuilles d’arbre. Créant une symphonie naturelle faisant s’exprimer la pierre ou la verdure.
Plic... Plic... Plic...
Le son régulier d'un orage battant la campagne de ses éclairs et martelant les arbres de furieuses bourrasques.
Plic... Plic... Plic...
Cette grotte m'offrait un confortable écrin pour me reposer en attendant la fin de l'averse. Trois jours. C'est ce qu'il me reste à parcourir afin de rejoindre Lante. Mais avant cela, un feu, des victuailles et quelques heures de sommeil ne seraient pas un luxe. Voilà déjà quinze jours que je déambule dans les plaines et les forêts pour rentrer chez moi.
Plic... Plic... Plic... Chez moi...
Ce mot, pourquoi est-il aussi lourd de sens ? Ou tout du moins, pourquoi a-t-il autant de sens dans toutes les cultures ?
Plic... Plic... Plic...
Mère, si seulement tu avais vécu plus longtemps...
Plic... Plic... Plic...

Père me fit plusieurs fois le récit de ma naissance. Deux enfants pour le prix d’un, voilà qui devait être honnête. Tel un habit d’apparat, le destin me vêtit du rôle de l’ainée.
Je naquis que de quelques centimètres et grammes de plus que mon frère, mais la vélocité de mes cris firent penser à mon père que je fusse le mâle. Brunhilde, c’est ainsi qu’il me nomma. Le Loup cuirassé était en faite une femelle. Brunhilde devint Brynhild, la Louve Cuirassée. Le fils prodigue fut baptisé Leif, le fils descendant.
Cela faisait des années que Sigmar du clan des Odomar de la lignée d'Odomar et son épouse Frideborg essayaient de concevoir une descendance pour cette grande lignée de guerriers. Et voilà enfin le fils tant attendu.

La fête fut des plus majestueuses pour célébrer la naissance d’enfants. On dressa de nombreuses tables dans la cours de la maison. Des mets succulent et par centaines furent déposés aux convives. Musique, et autres festivités jamais assez couteuses pour fêter l’évènement.

Un corps trop frêle pour se battre, une constitution faible, une santé défaillante. Des milliers de termes pourraient être employés pour parler de l’état de mon jumeau. Cet être qui avait germé à mes côtés dans le ventre de notre mère. Celui avec qui je partageais nourriture et espace.
Une vie commune qui ne pouvait être altérée dans l’avenir. Et pourtant, j’étais la valide. Pouvant me mouvoir à ma guise dans la ville de Lante. Il fallut que ce soit ce fils tant espéré qui soit malade, handicapé même.

Plic… Plic… Plic…
Je m’étais assoupie, mais il pleut encore et le jour ne pointe pas encore le bout de son nez. Je vais m’accorder encore un peu de sommeil.
Plic… Plic… Plic…
Je me rappelle des caresses que ma mère me faisait sur la tête pour m’endormir les soirs d’orages comme celui là. Douces, délicates, presque aériennes sur ma chevelure blonde.
Plic… Plic… Plic… Maman…

Un fils handicapé ne pouvant atteindre les espérances de son père fut le premier malheur de la famille des Odomar. Il fallut que cela se poursuive. L’été de mes 7ans, mère tomba gravement malade.
Alitée, affaiblie et souffrante, je pris progressivement son rôle dans la maisonnée. Il fallait bien s’occupé de Leif.
Mère ne cessait de me dire que bientôt elle pourrait marcher et qu’elle pourrait se rendre utile. Mais les mois défilaient sous nos yeux et ses joues se creusaient, ses muscles devenaient moins vigoureux. Ce fut vite un corps sans vie.
Elle mourut durant l’hiver. Elle n’avait pas souffert. Son trépas était survenu dans son sommeil. Il devint éternel.
J’avais 8 ans et j’étais désormais orpheline.

Plic… Plic… Plic…
Ma cicatrice me démange ce soir… Le mauvais temps va sans doute perdurer quelques jours encore.  Ce picotement fréquent que me fait subir mon dos. Une déchirure. La déchirure de mon corps d’enfant vers celui d’adulte. Une mue progressive, beaucoup plus lente que celle des hommes, et pourtant si radicale. L’on découvre la vie sous un autre angle, une nécessité de grandir pour remplacer ceux qui nous quitte, même trop tôt.
Plic… Plic… Plic…
Si seulement…

Si seulement j’avais choisis la voie la plus simple, celle de la gardienne de foyer, faire naitre et protéger ma progéniture des danger extérieur. J’aurais voulu apprendre tout ce que ma mère pouvait m’enseigner.  M’occuper d’enfants, tenir ma maison et autres taches féminines incombant à la maitresse des lieux…
Mais le temps n’est plus aux regrets. Je ne pourrais jamais revenir en arrière.

Cet accident fut le prix à payer pour devenir une naine guerrière. Une naine libre de ses choix et de ses regrets. Bien que désespérément seul sur une route si masculine chez les autres factions. Certains étaient impressionné par mes actions et mes idées, pendant que d’autres me blâmait d’être ainsi, insoumise et inébranlable. Les humains et les elfes avaient certainement plus à apprendre de nains que l’inverse.
Plic… Plic… Plic…
Mon corps restera malheureusement celui d’une naine avec ses contraintes et ses qualités. Plus souple, plus légère, plus rapide, plus délicate et patiente... Mais les problèmes féminins n’aidaient guère à la tâche que je m’étais imposée.
Entrainement chaque jour. Se battre, se défendre, courir, ramper, sauter. Autant d’actions répétées à l‘infini pour obtenir l’ultime mouvement d’une lame transperçant la chair. Hache, épée, espadon, arc. Toutes sortes d’armes manipulées durant des heures. L’essence de la guerre et du combat coulant dans le sang de génération en génération. Mon corps en venant a exécuter les mouvements sans aucune réflexion, tel une action naturel, tout comme un muscle se contractant.
Plic… Plic… Plic…
Bryn, la Louve cuirassée…
Un nom qu'il me faudrait mériter.
Plic… Plic… Plic…
« Bryn, plus à droite ! Accélère ! Bouge plus rapidement !  Lève les bras! Tu faiblis mémère! »

Plic… Plic… Plic…
Les jours qui se succédèrent furent les mêmes. Immanquablement semblables. Réveil, déjeuner, entrainement, diner, repos.
Combien d’années ce sont-elles écoulées sans que je puisse compter les jours ?
Puis vint l’inverse. Alitée je comptais les jours qui se suivait inlassablement.
Plic… Plic… Plic…
Avais-je faillis à ma tâche ? Non, mais le ressentiment qui en découlait s'en approchait. Ce stupide accident m’arrachait mes rêves
Plic… Plic… Plic…
Marquée au fer rouge d’un signe que je ne peux voir. Une balafre me traversant le dos.
J’ai encore moi même moult questions à son sujet. Comment mon frère avait-il bien pu être derrière moi ? Tout c’était passé si vite. Je me souviens uniquement d'une chute. J'étais tombé du balcon et la hache de mon père qui était accrocher au pilier me déchira la chair. Je n’étais pas si jeune pourtant, avec son frère je m’étais relâchée, ne m’attendant pas à ce qu’un accident survienne aussi rapidement.
Plic… Plic… Plic…
J’avais repris rapidement l’entrainement malgré tout, rejoignant a nouveau les rangs de mon père, pour qu’il soit fière de la naine que je suis, me battant pour nos convictions et la survit de notre peuple. Reprenant ma mission, combattre notre ennemis jusqu’à la mort. La mort n’est rien, si ce n’est le commencement d’une autre chose.
Hache, épée, espadon, arc, … la symphonie des lames se heurtant les unes contre les autres au mépris du danger. Inlassablement les mêmes mouvements, m’usant les mains et les muscles dans ses répétitions devenue trop naturelle au fils des ans.

Le repos de mon corps m’avait été bénéfique contrairement à ce que je pensais et l’expérience de cette accident m’apprit a me méfier encore plus, travaillant mon acuité auditive et visuelle dans mon lit. J’étais désormais plus que prête à faire couler le sang de mon ennemis.

Plic… Plic… Plic…
Le même son que mon sang sur le pavé, il y a huit ans.
Plic… Plic… Plic…
Une éclipse des plus étranges, tant par sa durée que par son impact sur la vie. Quatre-vingt un jours de nuit profonde qui mena à la destruction de la cité naine.
La migration des réfugiés nains me fit prendre ma décision de partir. Trop de populace.
Mon père et moi-même allions être réquisitionnés afin de protéger les défenses en cas d’attaque. Les nains n’étaient pas vraiment aimés et les ennemis pouvaient être nombreux en cette période de troubles. Notre capitale détruite et des milliers de nains à la dérive venant chercher une nouvelle vie.
Certains virent un présage de fin du monde et se livrèrent au saccage des villages et villes. Blessée dans l’exercice de mes fonctions. De nouveau alitée durant des enneades.
J’en vins à croire que j’étais maudite.
Plic… Plic… Plic…
Voir autre chose a été mon but. Je devais prendre mon envol et suivre un autre chemin que celui que mon père avait tracé à mes dépends. Je fit l'exact opposé de ce qu’il espérait de moi.
Plic… Plic… Plic…

Plic… Plic… Plic…
Le jour se lève enfin. Je vais pouvoir quitter cette grotte. Il est temps de me mettre en route pour rentrer.

Mais que vais-je bien pouvoir dire à mon frère ? Prendra-t-il bien le fait que j’ai rejoins un groupe d’aventuriers pour voir du pays ? Que je voulais changer d’air ? Que j’ai vu plus de choses que jamais il ne verrait dans sa vie. Ou encore ce que j’ai fait…









Liens










Odomar
Brynhild34 ans - Aventurière - Naine
adjectifadjectifadjectifadjectifadjectifadjectif

Résumé de l'histoire du personnage.

▬ lien recherché : description
▬ lien recherché : description




Connaissance










Nom
Prénom

...

Nom
Prénom

...




Nom
Prénom

...

Nom
Prénom

...




Chronologie










A venir- Bientôt -

La Louve Cuirassée

raconte son histoire

Bientôt bientôt promis!
Revenir en haut Aller en bas
Brynhild Odomar
Nain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 37
Âge : 23
Date d'inscription : 31/05/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  84 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Chronique d'une naine aventurière   Ven 28 Juil 2017 - 20:06

Todril Odomar
Informations
Âge : 125ans
Occupation : Vagabond
Nationalité : Zagazorn
Situation financière : Précaire
Physique
Carnation : Bronzé
Taille : 1m48
Corpulence : Musclé
Cheveux :  Long, Brun
Yeux :  Noisette
Signe(s) distinctif(s) : Tatouage

▬ ft. Daximus Shadowborne de Noiprox

  • Solitaire
  • Déterminé
  • Impulsif
  • Courageux
  • Colérique
  • Bagarreur
  • Malin
  • Sans coeur
  • Insatiable
  • Indomptable
A propos

Histoire
Le clan possède une longue histoire dans le domaine militaire, si bien que se fut naturellement que le jeune Tordil prit la voie des armes avec réussite et facilité. Comme s’il avait tenu une arme dans le ventre de sa mère.
Mais sans raison apparente, il n’arrivait nullement à se lier aux autres pisses-laits, restant seul dans son coin et cultivant une ombre dans son coeur, désireuse de dépasser les attentes de tout être voulant se mettre en travers de son chemin.
Il partit de chez lui dès qu’il pu prendre son envole, vagabondant à travers le monde.

Possessions et Equipements
Il n’y a pas réellement de possession chez un vagabond, uniquement le strict minimum pour survivre durant son voyage. Une petite hache comme tout les nains, un couteau pour dépecer les animaux chasser ainsi qu’une arbalète pour attaquer à distance. Ce sont les seuls armes qu’ils possèdent dans son package.
Malgré tout, une besace en cuir l’accompagne partout, contenant de l’eau et un peu de nourriture, une corde et de nombreuses décoction. Todril à même prit l’habitude de conserver son herbe naine dans une petite boite en bois de chêne, donnant du parfum et de la tenue lorsqu’il se préparait sa pipe, ou un long rouleau fait avec les plus grande feuilles obtenu et bourré des petites.

Sigmar Odomar
Thane
Oncle
fiche

Brynhild Odomar
Guerrière
Cousine
fiche

NOM Prénom
Occupation
Relation
fiche

Liens potentiels




Sigmar Odomar
Informations
Âge : 238ans
Occupation : Thane
Nationalité : Zagazorn
Situation financière : Bonne
Physique
Carnation : Normal
Taille : 1m46
Corpulence : Musclé
Cheveux :  Long, Brun/Blanc
Yeux :  Noisette

▬ ft. Yvorn O'dgray de George Stratulat

  • Taciturne
  • Peu locasse
  • Réflechit
  • Courageux
  • Calme
  • Juste
  • Stratége
  • Patient
  • Aimant
  • Fort
A propos

Histoire
Sigmar Odomar est connu autant pour sa force physique que mental, excellent stratège et combattant aguerrit, il a su s’entouré des puissants et influant de la société zagazornienne.
Dans sa vie privée, il fut combler par son mariage avec Fridborg et la naissance de ses deux enfants. Deux enfants qui lui permirent de tenir la barre au décès de sa femme tant aimée.
Il est fier de ses enfants malgré le fait que son fils n’est pas suivit sa voie, mais à préféré continuer dans un domaine d’aide au peuple et non à sa protection. Un pacte et des enfants ont ramener la vie dans la demeure triste du Thane Odomar.
Sa fille, elle s’était exilé bien loin, découvrant le monde de ses propres yeux. Mais son retour fut l’un des plus grands bonheur de ce nain vieillissant, d’autant plus qu’elle s’était fait très rapidement remarqué par ses aptitudes guerrières et de stratéges.

Possessions et Equipements
Le Thane avait fait forgé quelques vingtaines d’années auparavant une armure lourde de métal et d’or, dans laquelle il pouvait insérer des fourrures pour aller combattre pour l’hiver. Il possède également une belle brochette de hache a mains et de couteaux qu’il utilise au grès de ses envies.
Son arme principale est un marteau de guerre massif, qu’il est presque le seul à savoir manipulé après toute ses années.

Todril Odomar
Vagabond
Neveu
fiche

Brynhild Odomar
Guerrière
Fille
fiche

NOM Prénom
Occupation
Relation
fiche

Liens potentiels
Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique d'une naine aventurière
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Liste d'armée naine..
» armée naine en 1000 pts
» liste d'armée naine de 1500 points
» armé naine 500pts
» [Terminé] La taverne du Ménestrel [Libre !]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Bibliothèque :: Journal de bord-
Sauter vers: