AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Voir à travers le blizzard | Kaëlis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anorn
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 498
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   Mar 16 Mai 2017 - 19:01

Palais d’Alëandir,
Tario de la huitième ennéade de Verimios,
De la neuvième année du onzième cycle.

Kaëlistravaë lui avait répondu favorablement. Et même plus, elle lui avait assuré qu’elle ferait le déplacement. C’était assez confortable. L’hiver était particulièrement rude cette fois-ci. Ils devaient chauffer un peu plus que les autres années. Et ils pensaient, en conséquence, à ses enfants comme les jumeaux du froid. Helch’Gwenyn. Il savait que ce surnom resterait. Il savait qu’on les appellerait comme ça encore des siècles. Mais il aimait l’idée qu’ils ne naissent pas dans la douceur du printemps. Qu’ils connaissent une période particulièrement dure pour mieux apprécier le reste. Arwain sortait peu, elle qui aimait tant les jardins et les conversations inattendues, les rencontres surprises et les discussions de toutes sortes. Elle consacrait tout le temps qu’elle avait à ses enfants. Et elle avait défendu à Anorn d’en faire autant. Parce qu’il était régent et parce qu’on avait besoin de lui. Il aurait pu lui dire qu’ils avaient besoin de lui aussi, autant si ce n’était plus mais elle ne l’aurait pas entendu. Elle l’aurait balayé d’un revers de main avant de le prier de ne pas raconter de sottise. Elle refusait aussi l’aide d’une nourrice. Même si quelques personnes l’aidaient quand les situations étaient critiques, elle ne les supportait pas bien longtemps. Elle était assez forte pour s’occuper de ses propres enfants. Elle était capable.

La détermination qu’il lisait alors dans ses yeux lui rappelait la moine qu’elle avait été. Il revoyait cette hargne et cette envie de vaincre qu’elle avait pleinement exprimé quand elle servait Calimenthar. Et il disait que si elle avait quitté le monastère, elle n’avait sans doute jamais réellement quitté son dieu. Au fond de lui, il aimait ça. Il l’aimait elle toute entière, jusqu’à la moindre petite chose qu’elle refoulait. Il l’avait prévenue qu’aujourd’hui, il rencontrerait la régente d’Ardamir. Si elle voulait venir, elle était la bienvenue. Elle lui avait répondu par un sourire fatigué. Elle viendrait si elle le pouvait. Mais malgré toute sa bonne volonté, elle était épuisée. Heureusement qu’Anorn la surveillait et la reposait profondément de temps à autres, parce qu’elle n’aurait pas tenu autrement. Vouloir s’occuper seule au possible de deux bébés, c’était presque de la folie. Et c’était aussi tellement de force qu’il ne pouvait que l’admirer.

Quand il fut prévenu de l’arrivée de son invité, il demande à ce qu’on la fasse de suite entrer. Rester dehors par ces températures, surtout en ville où la canopée ne protégeait plus tant, ce n’était pas plaisant. Attrapant son manteau fourré, blanc et parsemé de broderies dorées, qu’il avait jeté sur un fauteuil en rentrant dans son bureau, il l’enfila par dessus sa robe d’un vert assez foncé et suivit celui qui était venu le prévenir. Portant une main à son torse, il vérifia que son focalisateur était bien contre sa peau et non par-dessus le tissu. Arwain avait rassemblé les cheveux du haut de son crâne en une queue de cheval qu’elle avait tressée à l’arrière. Le reste de ses cheveux tombaient sur ses épaules et dans son dos. Certaines mèches blondes se mêlaient parfois à la couleur des broderies. Quand il la vit enfin, il la salua poliment.

- Kaëlistravaë Yasairava, bienvenue à Alëandir. J’espère que vous avez fait bonne route, malgré le climat peu clément. Je suis ravi que vous ayez fait le déplacement, je ne sais si j’aurais pu le faire aussi vite personnellement. Nous avons beaucoup à nous dire, si vous voulez bien me suivre.

Il n’attendit pas vraiment sa réponse et s’engouffra dans le dédale des couloirs du palais. La salle de réception les attendait.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   Jeu 18 Mai 2017 - 1:04





Le jour d’après la réception de sa lettre, d’un pas précipité et hâtif, l’étoile du matin fonça tête première, tenant les pans de sa longue robe entre ses dix doigts, vers les différents bureaux de ses conseillers. Nul messagers n’avaient été engagés, non ; la chose devait être dite de vive voix et non par l’entremise d’un tiers.
Demain, Ardamir serait sans protection, sa protectrice ainsi que sa main étaient toutes deux dans l’obligation de s’absenter, heureusement pour une courte durée. Dans les mains de Killen revenaient les prérogatives obtenues par l’entremise du titre de régent, en son absence. Plus que de délaisser sa citée ainsi que toutes ses responsabilité, le fait de piéter hors d’Ardamir la rendit fort craintive, appréhendant ce que lui réservait la route, hasardeuse et parfois même dangereuse, disait-on. Hah, bien sûr, elle ne sortait pas seule, évidemment, mais tout de même : si elle devait se confronter à un clan de noss, qui lui en voudrait pour une raison ou une autre ? Ses boucliers ne lui seraient plus d’aucune utilité, car ils ne seraient non plus chez eux, mais dans leur environnement, chez eux.

Enfin, il fallait y aller.

Loin d’être prompte au voyagement, elle se vêtit tout aussi noblement qu’elle en avait l’habitude. De long de son cheval, chutait les pans de sa robe tout aussi immaculée que la neige, alors que sur ses épaules venaient y réchauffer sa peau quelques couvertures douillettes et pesantes. Un iota moins vêtue que son escorte, elle garda comme toujours, contre son sein son focalisateur, afin de pouvoir en faire bon usage si la température se montrait moins clémente qu’en ce jour de bon augure au voyage. Sans accrocs, les dieux soient loués, ils firent tous bonnes route jusqu’au trône blanc, où fébrilement Kaelistravae se livra au régent.

D’une légèreté naturelle, elle se laissa chuter le long du flanc de son compagnon équidé, trouvant le sol de ses deux petons. À la voir, aussi impeccable qu’à son départ, un diadème cintrant sa crinière immaculée, de sorte à ce que son visage soit plein, complétement à découvert devant son régent, peu se douteraient qu’elle avait monté quatre journées pour parvenir à ses fins. Pourtant, elle était là, distinguée comme peu d’autres, trahissant son ancien lignage de par l’air régalien de son regard, aux spinelles grisâtres.

Quand bien même se montrait-elle des plus dignes, elle vint pincer deux pans de sa robe afin de courber l’échine devant lui, en une révérence un brin exagérée, mais qui prenait tout son sens devant le prochain roi du Royaume elfique.
« C’est pour moi, le plus grands des honneurs de faire votre connaissance, Rég… » Et il tourna les talons, avant même qu’elle n’ait eu temps de terminer ses présentations. Incertaine de savoir comment le prendre et même de réagir, elle resta là, pantoise, un moment, un peu bouche-bée …

Priée à s’en tenir au secret, elle se tut sans ajouter quoi que ce soit. Elle tâcha, du mieux qu’elle le pouvait, de reprendre ses aises, en pinçant ses affublements immaculés et en suivant son Roi. La discussion était aux portes et, si elle empruntait le même ton que leurs présentations, s’annonçait fort bien peu plaisante …

Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 498
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   Jeu 18 Mai 2017 - 17:09

Evidemment, elle ne se fit pas prier et il entendit rapidement ses pas derrière lui. Elle avait voulu exprimer l’honneur qu’il lui faisait en la recevant mais ils auraient le temps plus tard. La discussion serait bien plus agréable une fois qu’ils seraient en comité restreint et ailleurs que sur le pas de la porte. Ou ce qui pouvait s’y apparenter à défaut de l’être réellement. La manière dont il l’avait abordé n’était certes pas des plus chaleureuses. Mais le temps s’y prêtait plutôt bien, après tout. Décontenancée, elle n’avait tout de même pas bronché. Et cela lui plaisait. Qu’elle ne s’offusque pas et qu’elle le suivre aussitôt. Restait à voir si elle lui ferait remarquer le peu de délicatesse qu’il avait eu à son égard quand ils entameraient leur discussion. Dans la salle de réception, on avait dressé un petit buffet. Dans l’âtre centrale brûlait un feu qui dissipait sa douce chaleur dans toute la pièce. Défaisant son manteau, il l’accrocha à une des nombreuses patères qui étaient alignées sur le mur à côté de la porte. On proposa à son invité de prendre le sien pour l’y suspendre aussi. Une table rectangulaire occupait l’espace au fond de la salle. Vide aujourd’hui, elle servait parfois à disposer les papiers et les cartes qui seraient utilisés au cours de la discussion. Il ne s’y dirigea donc pas et resta dans le petit salon, où se réunissaient fauteuils et canapés. A travers les grandes fenêtres, les rayons du soleil illuminaient la pièce. Il savait que cette lumière était trompeuse, qu’elle n’était pas garante de chaleur, loin de là. Au loin, des nuages s’amoncelaient déjà. Auraient-ils droit à une pluie de grêle, cette nuit ?

- Excusez ma précipitation, Kaëlistravaë. Je ne voulais pas m’éterniser dans ce couloir quand un endroit tel que celui-ci nous attendait. Cependant, je vous répondrai que j’espère que ce sera aussi un honneur pour moi de faire votre connaissance. Avez-vous besoin de quelque chose, particulièrement ?

Un verre d’eau, la présence d’un autre elfe, la possibilité de s’installer ailleurs. Même s’il n’aurait sans doute pas accepté cette dernière requête. Il lui laissa tout le loisir de répondre, cette fois, ne l’interrompant pas une seule fois. Les politesses passées, il entama alors le sujet pour lequel il l’avait convié ici.

- Si vous le voulez bien, j’aimerais que vous m’exposiez la situation actuelle en Ardamir. Je sais que vous avez été désignée régente, en l’absence d’Heri Halyalindë Yasairava. Ce que je ne sais pas en revanche c’est ce qui est prévu par la suite. Sauriez-vous m’en parler, ou n’avez-vous pas plus d’information que moi à ce sujet ?

Si elle n’en avait pas, cela s’avérerait être bien malheureux. Parce qu’il en avait besoin. Et qu’Ardamir en avait besoin aussi. Comment pouvait-on avancer décemment sans avoir une seule idée de ce qui pourrait se dérouler dans le futur ? Comment pouvait-on être à même de guider son peuple si on ne savait pas ce qui serait demain ? Sans doute baserait-il le reste de la discussion sur sa réponse. La manière dont elle allait la formulait et ce qu’elle contiendrait. L’apprécierait-elle ? C’était toujours cette même question qui revenait quand il rencontrait une nouvelle personne. Même s’il n’avait pas besoin d’apprécier les gens pour travailler avec eux, la preuve en était avec Neraën, c’était tout de même bien plus agréable. Personne aurait pu le nier. Et il ne savait pour combien de temps il devrait travailler avec elle.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   Lun 29 Mai 2017 - 18:20




Dépaysée, elle l’était et c’était peu dire. Ici, la citée, bien qu’érigée dans le bon goût, n’avait rien de l’Ardamir qui l’avait vue naître. Les arbres bien que présents, n’avaient n’étaient pas à même d’égaler la grandeur de ceux de sa citée et, les décorations, quoi que choisis élégamment, lui rappelait qu’elle ne sortait de chez elle que trop rarement. Enfin, elle n’en fit pas de cas, s’aurait d’abord pu être fort bien pire, si d’infortune s’eut été chez son fiancé, qu’elle se devait de séjourner. Là, dans la citée de pierre, seuls les dieux sauraient comment elle réagirait. Quant au régent, elle se contentait de se tenir en son ombre, calquant son pas afin de tenir le rythme jusqu’à destination où, visiblement, on l’attendait. Puis, arrivés tous deux à bon port, il tenta de récupérer les pots cassés –par convenance sans doutes- en achevant les présentations laissées tantôt à l’abandon. « Nuls heurts, je vous en prie. Je disais tantôt qu’il ne m’était plus grande joie que de vous être utile ; s’il m’est possible de vous informer de quoi que ce soit, je le ferai. » Lui assura-t-elle naturellement, afin de compléter leur prime échange. « Non, je crois que nous pouvons commencer. »

Elle délaissa ses parures supplémentaires, celles qui la gardaient au chaud, dénudant du même fait ses frêles épaules qui n’étaient couvertes par sa robe aussi blanche que la neige. Elle posa son séant sur l’assise qui lui était destinée et affronta son suzerain en soutenant son regard. Sa posture ne s’était ternie, elle gardait cette certaine prestance et fierté qu’on lui connaissait, d’ancestrales habitudes qu’on lui avait inculquées dès son jeune âge. Ses mains vinrent sagement se poser contre ses genoux repliés, rehaussant légèrement les joues envers son interlocuteur, en un sourire avenant.

La question lancée faisait tout son sens, quand on se souvenait de qui la posait. Le fait qu’il se tienne informés de chacun des protectorats confirmait à la main, qu’icelui ne prenait pas sa tâche à la légère. En effet, sa curiosité quant à l’avenir d’Ardamir, une citée à la prospérité incertaine et qui, de surcroît, avait subi son lot de drames, méritait qu’on lui accorde temps et patience. Ainsi, Kaelistravae répondit de son mieux, quoi qu’elle-même ne fût en poste que depuis peu et, compte tenu de son manque d’expérience et en tant que dirigeante et en tant représentante, ne pouvait peut-être pas combler toutes les interrogations de son suzerain.


« À dire vrai, Ardamir essuie encore le drame qui s’est produit à Éraison. C’est une tâche bien lourde, fastidieuse et complexe que d’enrayer les souillures que les sombrelfes ont semés à leur passage. Le moral est au plus bas et les réfugiés peinent à se trouver un endroit où dormir. Heureusement, ils sont nombreux ceux qui mettent main à la tâche afin de redresser la citée. Elle ne retrouvera pas sans doute jamais sa prestance d’antan, mais tout est à faire. » Elle marqua une pause, comme si elle se souvint de ses innombrables entrevues concernant les malheurs concernant cette citée fantôme. Les dégâts causés par la guerre dépassaient l’entendement et pour que puissent reprendre un rythme de vie normaux, les habitants devaient s’armer de patience, car ce n’était pas demain la veille qu’ils pourraient retrouver le confort de leur nid douillet. « Quant à Ardamir, elle a fait face à des pluies diluviennes de forte importance. Les niveaux inférieurs ont été inondés en partie, heureusement ce malheur ne fut qu’éphémère –loués sont les arbres sacrés qui nous accueils en leur sein-. Enfin, à propos d’Heri Halyalindë … Je ne saurai dire. Je suis sans nouvelle d’elle depuis son départ précipité. Quelques rumeurs sont parvenues jusqu’à mes oreilles, mais sans plus. Son absence se prolonge et, ce serait vous mentir que de vous affirmer que je ne m’en inquiète guère. Elle est intrépide, ne redoute rien et, c’est exactement pour cela que je crains pour elle. »

Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 498
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   Mar 30 Mai 2017 - 14:39

Elle lui passa rapidement ce manque de politesse, qui ne lui était pas habituel à vrai dire, et lui répondit qu’elle n’avait besoin de rien. Parfait. Ils pouvaient donc entamer convenablement la discussion. Il voulait savoir comment était Ardamir. Comment elle se remettait de ses pertes, comment le protectorat gérait l’après-guerre. C’était une période assez triste, l’hiver n’étant pas pour aider beaucoup. Elle lui parla des reconstructions d’Eraïson et il ne put s’empêcher d’imaginer le travail de titans qu’y effectuaient ses frères. Le froid, la pluie et le gel devaient ralentir considérablement leur avancée. Les rescapés allaient devoir être patients. Pour ceux qui retrouveraient leur maison, pour ceux qui n’avaient pas abandonné l’espoir de revoir leur Cité un jour, l’attente serait longue. Les survivants de la ville avaient été dispatchés dans les cités voisines majoritairement, jusqu’en Epine Dorée ou en Quatrième-Saison pour ceux qu’il restait. Ils allaient devoir refaire leur vie, reprendre racine autre part. Entre des murs qu’ils n’avaient jamais connu, dans une culture qui serait sans doute différente de la leur. Ils avaient perdu leur unité. Les sombres la leur avait fait perdre. Ils avaient aussi fait germer la haine dans le coeur de certains. La régente d’Ardamir avait fait référence aux drows en des termes qu’il n’appréciait que très peu. Etait-il nécessaire de rappeler dans ce contexte leurs origines communes ?

Anorn se leva de son siège, se dirigeant vers la table où il attrapa une bouteille d’alcool. S’en servant légèrement un verre, il en proposa à Kaëlis. Revenant sans précipitation à sa place, il fit tourner le liquide dans son verre. Un léger fond, voilà tout ce qu’il y avait. Mais il n’en avait pas besoin de plus.

- Il vient de Quatrième-Saison. Assez fort, même s’il n’a rien à voir avec ce qu’on fabrique à Eteniril. Le goût est assez amer, une légère note de sucre qui peut rebuter certains. La robe est légère, ce qui laisse à penser qu’il réchauffe bien. N’est-ce pas parfait en cette saison ?

Il avait évidemment attendu qu’elle finisse pour lui décrire rapidement ce qu’il venait de verser dans son verre. Rapidement, il enchaîna sur ses propos.

- Evidemment, Eraïson est à refaire. La refont-ils à l’image de ce qu’elle était ? Ou changent-ils de direction en reconstruisant une toute nouvelle Cité ? Les architectes qui ont érigé les murs qui sont tombés ne trouvent aujourd’hui plus d’égal. Je ne crois pas ne effet qu’il soit possible de redonner à Eraïson sa splendeur d’antan. Mais cela n’est pas nécessaire. Quelque part, c’est là l’occasion de créer de nouveau. Enfin, je suppose que des personnes bien plus qualifiées que moi se penchent déjà sur le sujet.

Cependant, il se dit qu’il enverrait bien quelques tailleurs, une fois l’hiver passé. De cette saison, avec ces températures, il était assez compliqué de faire quelque chose de bien efficace. La pierre devait être gelée par endroit, prête à se fendre. Sans parler du fait qu’ils n’en étaient peut-être pas là. Il nota l’idée dans un coin de sa tête et revint au vif du sujet.

- Vous craignez pour Heri Halyalindë. Sans doute parce qu’elle n’est autre que votre cousine. La famille a tendance à nous inquiéter plus que n’importe qui d’autre. Plus que cela ne le devrait, parfois. Mais ce n’est pas pour elle que je me fais du souci. Peut-être parce qu’elle n’est ma sœur que parce que la Mère en a décidé ainsi. C’est pour le protectorat que je m’inquiète. Ardamir a besoin de stabilité, plus encore aujourd’hui. Vous me l’avez dit, les séquelles d’Eraïson sont assez fortes. Sans parler des conditions météorologiques indépendantes de notre volonté mais qui en rajoutent une couche. Alors il est nécessaire d’avoir une vision d’avenir. Des plans sur du long terme, une politique qui ne risque pas de varier dans un an ou deux. Des très brèves rumeurs que j’ai pu entendre, vous n’avez pas une politique bien différente de celle de votre cousine. Mais elles peuvent se tromper et avoir été déformées. De plus, il m’est impossible de savoir si un jour, Heri Halyalindë sera en mesure de reprendre le poste et les responsabilités qu’elle a abandonné suite à Eraïson. Est-ce quelque chose que vous avez envisagé ? Ou n’êtes-vous à cette place que temporairement, dans l’attente qu’un ou une autre prenne votre place que vous ne sauriez considérer comme la votre ?

Il avait besoin d’être certain qu’elle avait les épaules pour mener à bien ce qui devait l’être. Elle semblait assez posée, polie et au fait de la situation de son protectorat. Même si elle trahissait parfois quelques incertitudes, il se dit qu’elle pourrait sans doute faire l’affaire. Mieux : qu’elle pourrait conduire une politique bien plus en adéquation que celle d’Halyalindë dans ce climat qui n’appelait qu’à la paix.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Kaëlistravaë Yasairava
Elfe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 73
Âge : 28
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  598
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   Lun 3 Juil 2017 - 9:26




D’avantage par politesse que de soif, elle accepta volontiers qu’on lui remplisse sa coupe. Le voyant faire, puis ensuite de décrire ce qu’elle allait boire dans les secondes qui allaient suivre, elle en déduit qu’en dehors de ses lourdes et abondantes responsabilités de régent, il devait être ce qu’on appelait communément un œnophile. C’était quant à elle loin d’être son cas, elle qui ne buvait qu’en de rares occasions. Tout de même, cela ne lui empêcha point d’apprécier la prime gorgée du cru qu’on lui avait servi. « Je n’aurais pas su mieux dire, Régent. » Affirma-t-elle à sa question, tout avenante qu’elle était. Il revint donc au vif du sujet en se questionnant sur Éraison, chose à laquelle elle ne lui donna pas longtemps avant d’éclairer sa lanterne.

« Hélas, bien que les connaissances me manquent, je peine à croire qu’il nous sera un jour possible de reproduire la magnificence de son architecture. Comme vous dites, le temps s’y prête mal et le talent y est, mais ne compétions pas avec les génies qui érigés feu Éraison. Néanmoins, avec patience, minutie et passion, c’est sans doutances que je peux vous affirmer qu’icelle aura tout d’une citée agréable, autant à l’œil que pour ses habitants. Le but, à terme, est de la rendre si douillette et agréable que ses habitants en viendront à oublier ces horreurs du passé qui terrassèrent leur chez eux. Le temps s’y prêtant mal, les grands établissements ne peuvent que difficilement grandir et voir naître leurs fondations. C’est pourquoi nous nous concentrons d’avantage sur du temporaire que du permanent. La priorité reste toujours d’offrir un toit sur chacune des têtes qui laissèrent une partie de leur vie à la bataille d’Éraison. » Se contenta-t-elle de répondre, clairement et sans hésitation, comme si le sujet lui était bien connu et contrôlé. « Et pour satisfaire votre curiosité, si telle était le cas, le tout chemine à grande vitesse. Avant la fin de l’hiver, nous aurons enfin terminé de loger toutes les victimes, mais aussi ceux et celles qui participent à la reconstruction de la citée. »

Enfin, une fois le sujet plus ou moins clos, Anorn enchaîna sur un sujet bien plus houleux, dans lequel son interlocutrice ne trouva que peu à répondre. « Point parce qu’elle est ma cousine, Régent. Si cette information vous était d’une quelconque utilité, sachez que qu’elle et moi n’avons jamais entretenu de relation … Pour ainsi dire, amicale. C’est que nos points de vue divergent en plusieurs sujets et que de ce fait, nous n’avons su être amies. Néanmoins, notre amour pour Ardamir nous a permis d’être collègue, compte tenu de nos positions dans le conseil. Et si vous vous inquiétez pour le protectorat, il en est de même pour moi. » Encore jusque-là, son ton de voix était resté cordial et respectueux, mais lorsqu’il lui énonça la possibilité que sa cousine ne reprenne pas sa charge, la peau de l’étoile du matin devint plus pâle encore, comme si un malaise s’était momentanément emparée d’elle. « Je … Non, je n’ai jamais pensé à une telle éventualité … » Trouva-t-elle seulement à répliquer, bêtement. « Je n’ai pas cherché à changer la politique d’Ardamir, ce n’est d’ailleurs pas dans mes prérogatives … Je n’ai fait que qu’honorer ce qu’elle désirait ; à savoir de me voir prendre sa place, en cas d’absence. Maintenant, si elle ne devait jamais revenir, très franchement, je ne serais trop quoi vous dire … »

Et ce fût la première fois que Kaelis se retrouva incapable d’emboîter quelques mots pour se sortir de l’embarras ou de ne pas perdre la face. Après tout, elle n’était pas pour mentir au Régent du Royaume, si ? Elle n’avait jamais aspirer à gouverner et s’était retrouvée là, sur le siège de régent sans jamais avoir su de sa cousine pourquoi. Alors aujourd’hui, alors qu’on lui faisait miroiter la possibilité qu’elle soit considérée comme Protectrice … Cela avait assez pour lui donner le vertige.


Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 498
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   Mer 12 Juil 2017 - 20:50

Son verre toujours en main, il reprit une gorgée suite à la réponse de Kaëlis à propos de la reconstruction d’Eraïson. Une reconstruction temporaire pour reloger tous les habitants, un espoir d’oublier quand on bâtira du définitif. Il n’était pas convaincu par la douceur et le bon-vivre qu’ils voulaient ramener dans le but de ne plus penser aux événements qui avaient détruits leur cité. Les elfes n’oublieraient pas. Ils n’oubliaient jamais. Sans doute finiraient-ils par vivre plus sereinement et non plus dans la crainte constante que cela recommence. Il pouvait espérer pour qu’ils ne se sentent un jour plus en danger, que la génération future acquiert même un sentiment de sécurité. Mais de là à oublier, il en fallait énormément, bien plus qu’une belle cité. Il ne releva pas, gardant ses réflexions pour lui même car il était bien peu intéressant de contredire son invitée à ce sujet. L’important était de savoir qu’à la fin de l’hiver, tous auraient de nouveau un toit au dessus de leur tête. Les réfugiés les plus lointains devraient sans doute faire la route au début du printemps pour remplir de nouveau la Cité, mais ce serait pour eux un soulagement. Ils étaient tous bien logés sans avoir vraiment le sentiment d’être chez eux. Comme lorsqu’on sait qu’on part pour un temps donné et qu’il n’est pas nécessaire de trop s’acclimater, parce qu’il est meilleur de rêver à ce qu’on retrouverait en rentrant chez soi.

Sur le sujet qu’il avait lancé ensuite, par contre, il fut surpris de l’embarras de son invitée. Comme elle le lui avait dit de but en blanc, elle n’avait pas considéré cette option. Elle suivait selon ses dires la politique de sa cousine, bien qu’elle ne partage apparemment pas son point de vue. Qu’on lui balance de but en blanc que cette cousine pouvait ne jamais reprendre sa place la laissait coite. C’était étrange, parce que la situation de cette dernière ne devait pas être inconnue de Kaëlis, du moins savait-elle qu’elle n’était plus en Ardamir et connaissait-elle la raison officieuse de son absence. Elle n’aurait pas du être si surprise de sa question, du moins aurait-elle du réfléchir à cette situation bien avant qu’il ne la lui expose. Reprenant une gorgée, comme pour s’éclaircir la gorge, il se rendit compte qu’il venait de finir son verre et le reposa par conséquent sur la table devant lui, sur un dessous de verre. Laissant ses doigts traîner un peu sur le verre, il le fit tourner légèrement de gauche à droite avant de se rasseoir correctement pour répondre à Kaëlistravaë.

- Il est bien étrange que vous n’ayez pas considéré cette situation comme probable pour le futur d’Ardamir. J’entends bien que vous n’êtes là que temporairement et je pense que votre désir n’est pas de l’être autrement. Mais j’aurais pensé que le conseil se serait préparé un minimum. Il m’est avis que vous ne pensez pas qu’Heri Halyalindë Yasairava reprendra son poste et ses fonctions dès son retour, si elle vous revient, n’est-ce pas ? Ce serait autrement utopique. Mais il m’intéresse tout de même de savoir ce que vous attendiez du futur.

Enfin, nous saurons bientôt ce qu’il en sera de celui de la Dame Protectrice. En attendant, il est bien inutile de se perdre en conjectures, y a-t-il des sujets, hormis celui-ci, que vous souhaitez aborder ? Qu’il s’agisse de politique intérieure, extérieure, d’économie ou bien de culture, il serait intéressant d’échanger avec vous.


Parce qu’il la connaissait peu, savait seulement qu’elle était mage de la vie, qu’elle avait fait ses classes à Alëandir et qu’elle était représentante de l’Art au conseil d’Ardamir où elle siégeait quand elle n’était pas aux dispensaires. Il avait découvert qu’elle n’avait pas l’étoffe d’une protectrice mais qu’elle prenait à coeur son rôle de régente. Il lui manquait une ouverture sur l’avenir, sans doute parce qu’elle n’avait jamais été amenée à en avoir besoin, hors de son domaine peut-être. Si elle devait parler maintenant, il s’imaginait qu’elle les lancerait sur la culture, plus particulièrement l’Art, pour dériver ensuite sur la question de la santé, tout naturellement. Mais peut-être se trompait-il. Voyant qu’elle n’avait pas terminé son verre, il ne lui en resservit pas un en même temps que lui. Restant un instant debout, il regardait les verglas briller sous le soleil qui était enfin revenu, timidement. Il ne resterait pas bien longtemps, au loin des nuages gris clairs, presque blancs, finiraient par l’avaler. Il écoutait ce que lui répondait son invitée et finit par revenir vers elle, lui redonnant l’attention qu’elle aurait pu avoir l’impression de perdre un temps, à tort.

_________________


Estiam Faerin : Bah j'ai très envie d'Anorn mais j'essaie d'être réaliste quand même

Aldartha & Arwain

#2F94A8
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voir à travers le blizzard | Kaëlis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Voir à travers le blizzard | Kaëlis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marche à travers les ténèbres de la Jungle
» Un retour dans le passé (pv)Korîs
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Prix du petrole a travers le temps
» site pas mal pour voir des films en direct ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: