AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le peuple qui a les meilleures écoles...[keyboard solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Le peuple qui a les meilleures écoles...[keyboard solo]   Jeu 25 Mai 2017 - 10:05

3ème énnéade de Verimios

Chère Madame,

Le temps des troubles étant passé, je vous avoue mon désarroi quant à notre ajournement indéterminé des affaires dont nous parlâmes il y a quelques ennéades. Vous excuserez ma précipitation, mais depuis mon récent éloignement des affaires de nos terres au profit de mon fils Clothar; j’eus le loisir de considérer l'idée d'une université plus en détail. En effet, je pense qu'au vu de nos discussions passées -et je l'espère, futures, vous avez sans doute remarqué mon intérêt pour la chose naturelle, ainsi que pour l'instruction et l'éducation de nos gens. Et, durant ma longue vie, j'eus l'honneur de rencontrer maintes gens de classe respectables, de bonne famille, versés dans les lettres et les nombres; or donc il advint que, suivant à votre proposition de contacter certains de ces gentilhommes, ces derniers eurent la générosité d'accepter la proposition.  Aussi ai-je pris l'initiative de les inviter en mon castel, le temps de résoudre ces affaires de succession. Or il me semble que ce temps est arrivé.

Le moins que l'on puisse dire est que nos discussions sont bien animés. Ces gens sont tous de bonne famille, un alchimiste originaire de Serramire, versé dans la science des éléments, rocheux ou vivants; un mathématicien langecin -que je soupçonne Arcamite tant il est doué avec les nombres, et enfin, le plus illustre de mes hôtes est un ancien précepteur qui fut professeur à la tour de l'Arcanum d'alors; celui-ci est un de ces philosophes naturels. Je réponds de l'érudition de chacun d'entre eux, ayant eu le plaisir de les interroger longuement sur leurs arts.  

Ce dernier m'a tout de même recommandé la chose suivante : qu'il valait mieux commencer modestement avec un collège d'une vingtaine de personne. S'il était clair que l'entreprise était louable, c'est bel et bien le renom qui attirera des gens plus illustres, professeurs ou élèves.  Gérons donc ce que l'on peut gérer pour l'instant.

Sur une autre note, le bruit court que votre père est envoyé en Etherna ? Que s'y est-il passé de si important qui fallut que l'on y envoie Charles ?


Je vous prie de bien vouloir croire, chère madame, en l'assurance de ma considération.

Gassien de Ronceroc.



Dernière édition par Judith d'Hardancour le Jeu 25 Mai 2017 - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Re: Le peuple qui a les meilleures écoles...[keyboard solo]   Jeu 25 Mai 2017 - 11:37


Gassien de Ronceroc, qu'elle rencontra il y a une dizaine d'années, était l'une de ces rares lumières qui subsistaient encore au Nord. Les rumeurs disent qu'il fut page et écuyer d'un lointain cousin langecin, en profitant ainsi pour se verser dans les arts de ce que les gens appelaient philosophie naturelle; soit la compréhension des phénomènes se déroulant dans l'environnement, et si possible, leur prédiction suivant des règles présupposées, puis mises à l'épreuve par l'expérimentation répétée. Lorsque le convoi arriva, Judith, ayant déjà convenu de la date d'arrivée avec le sieur Gassien, avait préparé une réception à leur honneur. Le déjeûner, certes, mais c'était bel et bien l'instant thé et pâtisseries au miel qu'ils attendaient tous, car cet instant était celui de la discussion sérieuse.

"Ma foi ! La célérité dont vous avez fait preuve vous fait honneur, madame."



"Ainsi que votre dévouement qui nous honore tous, seigneur Gassien. D'ailleurs, j'ai le plaisir de vous rapporter cette bonne nouvelle; le régent trouve l’œuvre fort intéressante, et il lui plairait de voir son accomplissement."


Le vieux seigneur, malgré la bonne nouvelle haussa un sourcil.

"Le régent ? Vous parlez d'Angle... Ah, je me rappelle. Mon fils était présent au concile. Un bien triste moment pour notre marquisat, qui se targuait enfin d'être uni sous la bannière d'un homme que vous avez vous-même éduqué. Je vous avoue avoir du mal avec la gente suderonne... cela fait presque trois ans qu'ils sont les seuls à soutenir cet enfant dont l'extraction reste douteuse; et maintenant que le Nord apporte l'unification sur un plateau d'argent, ils s'en réduisent à ces pitoyables enfantillages."


Judith haussa les épaules, faisant mine de feigner une incompréhension égale. En réalité, elle comprenait parfaitement la logique derrière cette régence; elle espérait juste que Cléophas tiendra parole si cette histoire de Médian trouve une conclusion, pacifique ou non.

"Je crains que cela n'est guère de mon ressort, messire,"
fit Judith, évasive. Puis, se tournant vers les savants qui descendaient de leur voiture : "Mais présentez-moi donc à ces messieurs ! Je suppose que l'homme à la robe bleue est le professeur de l'Arcanum ?"

"Sans doute, confirma Gassien. Voici Aristide de Sorbes , l'alchimiste, Ferdinand d'Estèves, le mathématicien du Langehack, et voici maître Hansel Katz. Messieurs, il n'est nul doute que vous connaissiez Madame d'Hardancour."

"Voilà une rencontre des plus heureuses, madame,
 fit Katz avec un fort accent apreplainois. L'on m'a parlé beaucoup de vous et de vos ambitions de refaire la prospérité du Royaume; il y a néanmoins certaines modalités quant à l'entreprise que vous lancez que je voudrais approfondir..."

"Mais bien sûr, maître Katz," l'interrompit Judith, qui ne voulait pas non plus négliger ses autres invités. "Mais je crains de devoir reporter ces approfondissement à plus tard. Je gage que nous serions bien plus réfléchis à la suite d'un repas bien chaud. De plus, le maître cuisinier est originaire de Diantra; sans doute retrouverons sur notre table certaines spécialité de votre beau pays ?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

MessageSujet: Re: Le peuple qui a les meilleures écoles...[keyboard solo]   Jeu 25 Mai 2017 - 14:42

Le repas, comme attendu, se déroula sans encombre; et les invités, ainsi que Gassien, furent redirigés vers leurs appartements respectifs. Quant à Judith, elle contempla quelques instants les tapisseries de la salle à manger, pensive, avant de s'apprêter à partir, quant une voix l'interpella.

"Madame ? Puis-je prendre quelques instants de votre temps ?"


C'était Katz, à l'accent caractéristique, resté dans la salle, qui prononça ces mots.

"Bien sûr, qu'y a-t-il de si urgent ?"


"Rien, bien sûr, si ce n'est mon enthousiasme à l'égard de votre projet... Mais je voulais vous poser une question délicate. Quelle est votre position quant au sujet de la magie ?"

Pour une question délicate, c'en était bel et bien une; Judith avait une opinion qui divergeait fortement du reste du nord, même si elle pensait en comprendre les raisons. Néanmoins il valait mieux rester prudent, et c'est cette prudence qui transparaissait dans sa réponse :

"Je dois vous dire, maître Katz, que la magie n'a jamais été de bon aloi dans le nord. Notre ami Aristide évitait d'avouer son intérêt pour l'alchimie au restant de son peuple, et les derniers mages à qui nous avions affaire étaient soit les nécromants noirelfiques, ou encore un prétendu méchant homme qui fut inculpé de régicide. Nous devons faire preuve donc de diligence, et ne pas précipiter les moeurs du pays en s'engageant sur trop d'innovations."

Elle entendait par là parler de Nakor, dont les positions de Judith suite à une certaine rencontre se devaient de rester privées. La position publique, quant à elle, a été clairement explicitée; si l'ancien de l'Arcanum avait une quelconque velleité à enseigner la magie, il devait la garder, pour l'instant, pour lui-même.

"Notre intention aujourd'hui est d'initier le peuple à la science des ponts, des mines et des chaussées; à l'ingénierie mais également à la culture littéraire, à l'éducation religieuse et aux bonnes mœurs."

Katz haussa un sourcil.

"Vous n'y pensez pas avec ce que nous avons là, madame."

"Comment cela ?" rétorqua-t-elle, surprise (et légerement blessée)

" Eh bien, sauf votre respect, il vous faudra bien plus d'enseignants pour enseigner tout cela, et nous n'attirerons que bien peu de monde. Si Aristide et moi-même pouvons prétendre à enseigner les sciences, ce qu'il vous faut, madame, c'est des lettrés."

"Bah ! Pour l'histoire, les bibliothèques feront bien l'affaire... N'est-ce pas ?"

Le maître s'étonna de la naïveté de la dame, avant de se rasséréner en ravalant un sourire.Elle projetait sa propre éducation sur celle qu'un étudiant devrait avoir. "Je crains que rien ne se substitue à la présence d'un maître théologue, un maître du droit féodal, et enfin d'un littéraire. Je crois comprendre que Gassien sait enseigner les herbes et la médecine, mais cela ne sied pas à un homme de son extraction."

"Je suis troublée par vos paroles, mon bon monsieur. Il m'a semblé que vous vouliez commencer avec un modeste établissement disposant que d'un éventail limité de professeurs et d'étudiants."

Katz opina du chef.

"Et c'est bien ce que j'ai dit au sire de Ronceroc. Néanmoins, les sciences de la nature ne font pas tout; vous devez compléter cela avec les sciences humaines. Tenez, vous parlez donc du prétendu ressenti sur les mages. Mais si ces mêmes gens savaient qu'un corps de mages était entretenu par chacune de nos baronnies et que c'est Arsinoé d'Olysséa qui était à l'origine de cette aversion pour les mages, nous ne serions point là, à dissimuler notre passé. Vous voulez reconstruire notre grandeur passé, et j'en salue l'initiative, mais nous n'avons hélàs droit qu'à un essai avant de décevoir les gens susceptibles d'être séduit par cette éducation. Je vous suggère donc de profiter de nos prochaines rencontres pour constituer un syllabus; et chercher à Diantra certains de ces lettrés, aujourd'hui désœuvrés, à qui il plairait de retrouver un travail respectable. Mais nous reparlerons sans doute de cela plus tard. En tout cas, je vous remercie pour cette opportunité. Je ressens une vitalité que je n'ai point ressenti qu'à l'époque ou Trystan était encore dans le royaume de Néera, et non, hélàs ! de celui de Tyra."

Judith acquiesça. L'entreprise, déjà bien complexe, s'avèrait ainsi bien plus dure encore.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le peuple qui a les meilleures écoles...[keyboard solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le peuple qui a les meilleures écoles...[keyboard solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ecoles avec un taux de reussite eleve seront recompensees
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» Le PAM et AMURT appuient le nettoyage des écoles aux Gonaïves
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Par Mario Barthelot la victoire du peuple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: