AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fais le bilan, calmement [Louis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 315
Âge : 56
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Fais le bilan, calmement [Louis]   Jeu 1 Juin 2017 - 2:57


Fin 3e ennéade de Verimios, an IX

Des dents avaient déjà grincés du temps où l'effroyable régnait en maître. Ce jour d'huis, la chose s'était reproduite. Mais cette fois avec le fils. Ils étaient réunis autour de la grande table et se regardaient dès lors en chiens de faïence. Les nouvelles du retrait des troupes leur était parvenu et Thibaud avait réclamé qu'un conseil de régence ait lieu. Il était temps pour le régent de rendre compte de ses actions et de s'expliquer en long et en large. C'est que tous ici savaient de quoi il en ressortait. Le vieil Hardancour avait outrepassé très allégrement ses prérogatives en demandant à ce que les Ethernans reconnaissent Louis, non pas comme le régent, mais comme le marquis plein et entier du Berthildois. Son sang n'avait fait qu'un tour. Se pouvait-il que l'Hardancour ait reçu ses ordres du faon en personne et que celui-ci ait eu envie d'aller à l'encontre du pouvoir royal alors que sa place ne tenait qu'à un fil ?

-Mes seigneurs, messire Louis, clama Thibaud, le ton grave. Sainte Berthilde vient de commettre une monumentale erreur. En plus d'avoir été un gâchis total de nos ressources militaire et financière, nous passons aujourd'hui pour des abrutis aux yeux du nord et du Roi.

-N'en faites pas trop, riposta le sire de Casteldulac.

-Êtes-vous con ou simplement stupide Valérian ? Vous qui êtes un homme de guerre endurci. N'avez-vous point eu la jugeote de vous dire qu'il était non seulement suicidaire de partir guerroyer en plein hiver, mais aussi totalement illégal d'outrepasser un édit royal ?

-N'allez point me parler de légalité, Thibaud. Pas vous.

-Donc vous êtes simplement con.

-Votre insulte me passe au dessus.

-Et ma main dans votre... Il se retint bien de poursuivre, comprenant qu'il n'en résulterait rien de bon.

Jusqu’où pourrait aller cette histoire ? Le chancelier et le régent pourraient s'offrir ce prétexte pour destituer le Saint-Aimé. Et cela, Thibaud souhaitait que le gamin en soit bien conscient.

-Messire Louis. Je vous ai offert mes services pour mettre un terme au plus vite à votre expédition. Mais vous êtes aujourd'hui dans une posture foutrement bien merdique. Je ne vous rappellerais pas que vous représentez le pouvoir royal ici, et que par conséquent, cette expédition aura été perçu comme une décision royale. Alors, outre le fait que vous n'ayez nullement demandé nos avis avant d'agir, avez-vous eu au moins l'accord du régent d'Angleroy pour intervenir en Etherna et vous faire reconnaître comme marquis de plein droit au près des séditieux ? Cela nous sommes en droit de le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 211
Âge : 28
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Fais le bilan, calmement [Louis]   Mer 7 Juin 2017 - 18:58




Dans sa chambrette, assis dans l’un de ses fauteuils, Louis se tenait la tête dans un silence pieux. Étherna, Étherna, Étherna … Toujours cette damnée citée! Depuis les premiers instants où son aïeul lui avait fait reluire les biens faits d’un coup de main envers le peuple lésé d’Étherna, une migraine s’était confortablement installée en son crâne. De jour en jour, elle s’alimentait et gonflait au même rythme que le conflit évoluait. Les troupes levées pour porter main forte à Caerlyn et ses alliés n’avait pas aidé la cause, non, elle ne l’avait qu’empirée. Et depuis, tout avait déraillé. Il avait affiché ouvertement ne pas être du même accord qu’Odélian, il s’était écarté de sa sainte mission du printemps, qu’était de rétablir la justice du Roi à Diantra et même, avait fait payé le prix cher aux pauvres Olysséens qui, à peine venaient-ils de se découvrir un régent, qu’icelui les envoyait faire des bonhommes de neige en cassant la croûte avec les Étherniens! Seules de mauvaises décisions avaient été faites et pourtant, elles partaient tous d’une bonne volonté ; mais ça, peu le savaient. Car encore aujourd’hui, certain croyait Louis comme étant le fier successeur de son père, l’effroyable. Malin, sans scrupules et impitoyable, on l’accusait de porter un faux masque de bonté et de bienveillance, alors que toute sa vie durant, le pauvre faon s’était évertué à l’être vraiment. Une chose était certaine, au plus profond de lui, la seule décision qu’il avait fait correctement, était de retirer ses troupes au plus preste et sans autres sommations. Jamais il n’avait voulu la guerre, pas celle-ci et encore moins avait-il désiré compromettre la santé de ses hommes. Pourtant, aujourd’hui il devait se justifier devant ses conseillers, des gens qu’il avait écarté d’un revers de main en laissant plein pouvoir à son grand-père, comme si ce dernier ne pouvait en aucun cas se tromper. Louis soupira profondément, en serrant l’un de ses poings avec une hargne telle, qu’il en ressentit les phalanges de ses doigts se tendre à outrance. Son inexpérience ne l’avait certes pas aidé, mais il en ressortirait grandit. Il se le promettait.

Ainsi, il fit son entrée dans la grande salle du conseil, où débuta sans plus attendre la séance. Thibaud envoya la balle et son premier lancé fût des plus expéditifs. Pour une fois, cela ne plut en rien à Louis, qui de toute manière, n’avait pas tête à sourire ni à la rigolade. Certes, il avait fait une erreur, mais cela ne justifiait en rien les familiarités auxquelles Thibaud s’accorda. Ainsi, Louis tâcha d’attraper la balle sans broncher. « Gardez-vous de cracher votre venin ce jourd’hui, Thibaud. Nous ne sommes pas dans une basse cours, aussi dois-je vous rappeler de peser vos mots ; bien que cela relève du défi. En aucun cas il n’a été question de guerre. Si vous avez bonne mémoire, je vous ai dit qu’au printemps Diantra sera notre préoccupation. Mais elle l’est également en ce moment ; la guerre doit se préparer et je n’entendais pas dépenser de nos forces dans un conflit tel que celui d’Étherna. Les hommes avaient pour mandat de s’assurer de la coopération d’Odélian, dans les pourparlers qu’il se devait d’engager avec les hommes de Caerlyn. Or, la chose ne s’est produite ou du moins, point à ma connaissance. Le temps faisant rage et le conflit s’envenimant de jour en jour, j’ai pris la décision de libérer de leur charge les Olysséens. De plus, je rajouterais que la proximité des citées alliées me rassuraient : elles seraient disponibles non seulement en ravitaillement, mais également pour assurer le nécessaire, en cas de crise. Car crise, il y a eu, mais point causée par Gaston, mais par la Damedieu. Ce temps que nous vivons … Jamais pire climat ne s’est acharné sur le Berthildois et même, sur l’ensemble de la péninsule. Comment alors prévoir que seraient mis en déroute, des hommes qui naquirent eux-mêmes le cul dans la neige ? » Il prit une pause, maintenant qu’il avait mis au clair qu’en aucun cas, il n’avait désiré compromettre leur entreprise du printemps. « Certes, vous avez plein droit de savoir. Et ma réponse répondra à vos deux questions, d’une pierre deux coups. Personne n’a cru ou ne croit que l’aide déployée aux Étherniens est d’origine Royale, car des Étherniens aux Olysséens, tous furent contraints à me reconnaître comme le Marquis de Sainte-Berthilde. Charles, mon grand-père, a tenté à mon insu, de s’assurer de la fidélité des opprimés qui demandèrent main forte au Berthildois. Il en fit de même, en s’assurant de la fidélité des soldats qui se présentèrent au campement, ceux-là même venu après avoir été mobilisé à mon bon vouloir. Alors, non, jamais et en aucun cas, ais-je tenté de supplanter la décision du régent Mervalois. C’est d’ailleurs à cause de ces rumeurs, que je me suis rendu moi-même là-bas afin de corriger le tir. Les gens avaient droit de connaître la vérité et qu’ils avaient été bernés, comme je l’eus été, par mon grand-père. »

Il avait tout dit, maintenant tous savaient. Non, il n’avait pas voulu la guerre. Non, il n’avait exigé le marquisat. Non, il ne voulait pas outrepasser ses prérogatives.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 315
Âge : 56
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Fais le bilan, calmement [Louis]   Mar 13 Juin 2017 - 2:17

Le gosse se serait sûrement mangé une beigne en pleine poire s'il avait été son fils. Thibaud n'en fit pourtant rien et continua d'écouter. Ce qu'il vit l'attrista bien plus qu'il ne fut en colère. Si seulement le petit faon lui avait demandé son avis avant de partir en vadrouille, ils se seraient passés d'un tel rendez-vous. Mais l'aïeul avait eu gain de cause et avait finement préparé sa ruse pour rendre la pareille au régent. Sous couvert de bonnes intentions humaines... et sécuritaire... le vieux loup avait demandé la reconnaissance de Louis comme Marquis de plein droit. Thibaud venait de grincer des dents. « Le salaud, il a osé ! ». Alors certes la légalité n'était point son fort, il est vrai, mais le boucher savait néanmoins que le faon s'était mis dans une sacrée posture en fin de compte. Le Berthildois, lui, s'en sortirait dans tous les cas.

-Misère... misère, murmura-t-il assez fort pour que tout le monde l'entende. Comprenez Louis, qu'il vous faudra en répondre devant l'autorité royale tôt où tard et si ces derniers cherchaient un prétexte pour vous priver de votre récompense, la chose est désormais toute trouvée.

Son ton s'était radoucit. Les mots eux, étaient lourds de sens. Louis savait là où il voulait l'amener. Les autres par contre, l'apprendraient de sa bouche.

-A moins qu'un coupable ne soit reconnu pour cette forfaiture.

Il repensa à la conversation qu'il avait eu avec Roderik le jour de l'intronisation du Saint-Aimé. L'arétan avait préconisé que l'on capture l'hardancour pour que son petit-fils soit privé de ses précieux conseils. Ce jour d'huis, la chose avait de quoi faire rire n'importe qui lorsqu'on comprenait que le pépé avait finalement failli ruiner les espoirs de sa descendance.

-Que préconisez-vous pour le sire d'Hardancour, Louis ?

Sa question, brutale et sèche, manqua de créer un malaise dans la pièce. Les hommes semblèrent se détourner de leur responsabilité. Seul Thibaud avait eu l'audace d'aborder le sujet, lui qui avait brûlé son fils quelques jours plus tôt. Quelle ironie du sort ! La seule manière possible de régner sur le Berthildois reposait désormais sur le jugement de l'aëul et sa probable mort. Tout dépendrait de celui qui le faisait face et qui ne pouvait se dérober.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 211
Âge : 28
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Fais le bilan, calmement [Louis]   Mer 5 Juil 2017 - 1:23





Ce n’était plus un secret pour personne, Louis avait fauté en autorisant une telle entreprise sur le territoire Olysséen. Mais qui ses judicieux conseillers s’était levé pour le mettre en garde ? Ils furent gourment de silences, lorsqu’il avait été le moment propice pour lui signifier leur appréhensions! Hélas, l’un d’eux ne se serait pas gêné, l’un d’eux se serait manifesté et mettant en garde son régent, s’il avait été à l’époque l’un de ses conseillers. Un moment, Louis regretta pratiquement d’avoir nommé si tardivement Thibaud comme son connétable … Louis laissa Thibaud s’exprimer par la suite, cherchant à mieux identifier là où il cherchait à amener la conversation.

« Seigneur de Kelbourg, sachez qu’il est désormais de notoriété publique que Charles fût celui qui tira les ficelles de cette pantalonnade. Un coupable, nous en avons un. Maintenant, qu’elle sera sa sentence, pour avoir tenté d’attirer sur le Berthildois des malheurs qui ne lui étaient en aucun cas réservés ? Je ne saurais dire, mais pour l’instant, le voilà dénudé de toutes ses prérogatives de chef d’état, jusqu’à ce qu’il soit porté en justice. »

Le regard de Louis se porta sur Thibaud, toujours aussi sévèrement, comme s’il s’était imaginé un instant qu’il aurait aimé entendre autre chose … Comme un sort fatidique en guise de paiement pour la faute que Charles avait commise.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 315
Âge : 56
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Fais le bilan, calmement [Louis]   Jeu 6 Juil 2017 - 2:48


Le petit faon se débattait, même avec les pieds et mains liées. Partagé entre son devoir et sa famille, Thibaud le regardait plonger dans la mélasse en essayant de garder un semblant d'autorité. Son aïeul avait fauté, certes, mais la chose ne serait jamais arrivée s'il lui avait fait part de ses intentions de s'en aller guerroyer en plein hiver. Contrairement à tous ces laquets présents dans la salle, il aurait imposé son veto tant bien que mal.  

L'Adhemar n'en payait pas large. Complice et victime de cette fâcheuse excursion. Ce n'était point lui qui avait tiré la sonnette d'alarme en voyant le vieil Hardancour réclamer la chose. Lui qui s'était illustré avant le concile comme la neutralité incarnée en prétextant qu'il suivrait l'avis royal, le voilà qui baissait les yeux à chaque fois qu'il le fustigeait. Le seigneur de Laraus, quant à lui, n'avait pipé mot depuis le début. Sans doute se complaisait-il à voir un homme tel que l'Hardancour déjà à terre.

-La couronne vous agite un os comme si vous n'étiez qu'un vulgaire chien, Louis. Tel a été mon sentiment à l'annonce de votre régence. J'eus préféré que ce soit un oui inconditionnel ou un non brutal, mais au moins ne vous seriez vous point retrouvé à devoir agiter la queue pour faire plaisir à votre maître. Alors libre à vous de punir sévèrement ou non votre aïeul pour ses tords, afin de contenter ce suderon de malheur. Je n'en ai cure et avoue avoir moi-même une certaine admiration pour le culot de votre grand-père.

Il fallait le reconnaître, Charles d'Hardancour venait de faire un sacré bras d'honneur au Roi. Telle avait été sa vengeance pour la suspension du marquisat.


-Mais cessons de leur donner un bâton pour nous battre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fais le bilan, calmement [Louis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fais le bilan, calmement [Louis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOILA LE PATRON DE MICHELLE PIERRE-LOUIS
» Le premier ministre Michèle Pierre-Louis au mini-sommet économique de Punta Cana
» Dernier bilan de choléra:14,642 cas et 917 décès
» Le bilan des inondations en Haiti
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Marquisat de Sainte Berthilde-
Sauter vers: