AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Présomption d'innocence (Killen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cinnaeth Kielendar
Architecte
Architecte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Âge : 33
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Présomption d'innocence (Killen)   Sam 3 Juin 2017 - 15:14

<< Du Sang sur l'Écorce


An 9 du XIe Cycle
Deuxième ennéade de Verimios

Calimehtarus



Après s'être accordés pour se retrouver et s'attendre aux Archives, Cinnaeth et Artiön  séparèrent temporairement leur chemin, chacun en quête d'informations complémentaires dans l'espoir de trouver la réponse à l'énigme du Grand-Chêne se posant à eux. Ayant bien pris note de la réaction des autres Taledhels lors de son évocation de chercher des éléments de réponse auprès d'autre Noss, Cinnaeth avait révisé son plan. C'était donc vers la seule personne qui lui devait, sans doute inconsciemment, des explications qu'elle se tournait : le Seigneur Limier de la cité d'Alëandir, Killen. 

Ceci était plus facilement dit que fait, car ce-dernier avait pris soin de disparaître de la scène rapidement. Loin de se décourager pour si peu, la Lëandrine se décida à partir à sa recherche, et c'est tout naturellement qu'elle se dirigea vers le bureau du seigneur Limier. Elle toqua quelques coups à la porte et attendit une réponse qui ne vint jamais. À la place, c'est le Chambellan Celondil qui croisa son chemin, ou plutôt qu'elle alpagua en le voyant passé à sa droite. Avec sa politesse habituelle, l'Ardamiri lui indiqua avoir vu Killen sortir du palais à grand pas par la grande porte. Après l'avoir remercié, Cinnaeth prit son congé et descendit à son tour, suivant le chemin que Killen avait pris quelques temps plus tôt. Alors qu'elle descendait les dernières marches menant à la grande porte, elle se demandait où allait par la suite. Plusieurs possibilités se livraient à elle : Killen aurait très bien pu partir en direction des écuries que celles de la caserne ou du terrain d'entraînement. Elle pensa aussi au sanctuaire, mais cela lui paraissait peu probable, sachant que les deux Lam'Nirs s'y trouvaient. Ne souhaitant perdre de temps en devinette, elle demanda la même chose aux gardes de la porte que ce qu'elle avait demandé à Celondil auparavant : vers quelle direction est parti Killen. On lui indiqua que le militaire était parti en direction de la caserne de manière pressée, et c'est ainsi vers celle-ci qu'elle se dirigea.

Descendant promptement les marches formées à même l'arbre vers la caserne, Cinnaeth se retrouva sur un petit terrain d'entraînement, où trois duos de jeunes elfes, apparemment pas très dégourdis, s’entraînaient avec des épées en bois sous l’œil d'un elfe à l'allure âgée, auquel une jambe manquait. Quelque peu déçue, la Lëandrine n'aperçut aucun signe de Killen. Elle s'approcha du groupe et tout en restant à une distance respectable, s'adressa au vieil elfe qui, en plus d'être unijambiste, louchait sacrément :

- Heru, auriez-vous vu passé le Seigneur Limier ? La dévisageant d'un air pas commode puis portant son regard sur l'arme de Kireth qu'elle avait toujours avec elle, il lui répondit :
- Il est allé voir un lieutenant dans la caserne. Il doit toujours s'y trouver.

Cinnaeth fit un signe de tête reconnaissant à l'elfe avant de faire volte-face pour se diriger vers la caserne faite de pierres, détail étonnant dans Ardamir. N'entendant aucune protestation de la part de l'entraîneur, elle s'autorisa à pousser doucement l'une des portes de l'entrée principale du bâtiment. Passant la tête par l’entrebâillement, elle découvrit un hall composé d'une multitude de portes et d'où partait un ensemble de couloirs et escaliers. À droite se dessinait une arche donnant sur un très vaste mess mais vide, meublé de longues tables, où un petit feu crépité dans une cheminée au fond de la salle. À pas feutré, l'elfe aux cheveux d'argent était arrivée au centre du hall, entendant vaguement des bruits de pas raisonnant au loin. Détectant que ceux-ci provenaient des étages supérieurs, elle se dirigea vers les escaliers, tout en jetant un coup d’œil vers le couloir à sa gauche, quelque fois que Killen y apparaîtrait comme par enchantement. Et cela se trouva être partiellement ce qui se produisit. Alors que Cinnaeth avait monté les premières marches de l'escalier, un bruit sourd dans le couloir de gauche se produisit, accompagné quelques secondes plus tard d'une voix pestant, voix qui ressemblait à s'en méprendre à celle de Killen, même si elle ne l'avait jamais entendu hausser le ton de la sorte. S'engageant dans le couloir de gauche, Cinnaeth découvrit finalement le Seigneur Limier qui s'était visiblement fait mal. La main serrée sur la poignée d'une lourde porte en bois à demie ouverte, Killen était plié en deux, une jambe en l'air. Ses traits tendus, marqués de la longue cicatrice qui lui traverse toute la moitié gauche du visage, étaient inhabituellement expressifs. Il a les paupières fermés et la mâchoire toute aussi serrée. Son poing libre se balance d'avant en arrière et il marmonne des mots aux consonances chuintantes. Dans la salle d'où il sort une voix qui essaie de paraître la plus sérieuse possible malgré un amusement manifeste demande :

- Vous allez bien ?

La réponse se fit attendre, Killen venant de s'apercevoir de la présence inattendue de la Lëandrine. Cette-dernière prit la parole et répondit à l'interlocuteur invisible :

- La réponse peut paraître assez évidente. Puis cette fois-ci à l'adresse de Killen : avez-vous besoin d'aide Heru Killen ?

_________________



Fiche - Journal

Ces derniers temps :
Fait la fête à Ardamir, commence l'enquête sur le mal du Grand-Chêne d'Ardamir, et rencontre une vieille connaissance.





Dernière édition par Cinnaeth Kielendar le Sam 3 Juin 2017 - 20:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë Yasairava
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1190
Âge : 90
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  477ans (né en 531) - taille : 1m98
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Présomption d'innocence (Killen)   Sam 3 Juin 2017 - 15:50


Il se reprit aussi vite qu'il le pouvait, retrouvant sa neutralité habituelle et sa posture digne... Bien que quelque chose dans son regard reste troublé d'avoir été surpris ainsi. La portes'ouvrit un peu plus grand alors qu'une femme aux longs cheveux blancs tressés et à la carrure sèche pointait son nez.

- Je vous remercie, Heri. Il n'y a rien que je ne puisse endurer pour l'instant. Mais peut-être puis-je vous être utile ? Vous cherchiez quelque chose peut-être ?

Tout en parlant, il semblait s'être rendu compte que la présence d'une étrangère en ce lieu n'était pas des plus habituelles. La femme derrière lui avait finalement réussit à reprendreson sérieux et se tenait au moins aussi droite que Killen lui-même.

Dire que la Lëandrine faisait une apparition impromptue vis-à-vis des deux militaires était sans nul doute un euphémisme. Ceci dit, elle réalisait seulement maintenant que Killen, cet elfe à l'attitude si froide, venait de faire preuve d'un comportement totalement décorellé de l'apparence qu'il se donnait en temps normal. Qui plus est d'être arrivée comme un cheveu sur la soupe, elle avait aussi été témoin d'une version presque "humaine" du Seigneur Limier, point qui ne jouerait pas nécessairement en sa faveur. Baissant légérement la tête avec modestie, elle commença :

- Je tiens tout d'abord à m'excuser de mon arrivée non annoncée. Puis relevant la tête, elle continua avec un air plus grave :j'aimerais m'entretenir avec vous de la situation que nous avons vécu quelques temps plus tôt aujourd'hui.

Cinnaeth ne donna pas plus de précision, et attendait de voir la réaction de Killen qui ne manqua pas une occasion pareille de pouvoir froncé les sourcils jusqu'à ce que ses yeux se résument à deux fentes hésitant entre la suspition et l'agacement. Décidement, ce sujet semblait contrarier au plus haut point le Seigneur Limier, signe que Cinnaeth devrait faire preuve de prudence et de tact dans sa manière d'aborder la chose.

- Je vois. Lieutenant. Ajouta-t-il en se retournant vers la femme qui se tenait toujours là en chemise blanche et braies vertes pour s'incliner d'une façon très distinguée.
- Seigneur Limier. Répondit-elle avec un salut militaire parfait avant de se tourner vers l'étrangère pour la saluer respectueusement, salut qui lui fut renvoyé par la Lëandrine.

Puis, Killen sembla totalement oublié la présence de la militaire et avança le long du couloir en y invitant la Lëandrine d'un mouvement de main. Son premier pas fut légèrement déséquilibré mais il fit comme si de rien était, se racla la gorge et passa devant.Cinnaeth nota la peine première que le militaire tenta de dissimuler, et bien que la tentation était grande, elle se retint de faire tout commentaire, même si elle était convaincue qu'il serait plus sage d'aller consulter un mage de la vie ou autre thérapeute.

- Suivez-moi.

La Conseillère lui répondit par un hochement de tête affirmatif et lui emboita le pas. En quelques foulées, ils étaient dehors et obliquaient vers le palais après un bref signe de tête à l'intension de l'instructeur. Mais arrivé à bonne distance des oreilles des combattants et encore bien assez loin des lieux de passages, le Seigneur Limier s'arrêta, faisant face à Cinnaeth. Son calme froid et distant était redevenu égale à lui même. Chose qui ne troublait pas le moins du monde la jeune elfe. C'était une attitude à laquelle elle avait été confrontée à de très nombreuses reprises, en particulier parmis des Ornedhels. Elle se demanda soudainement si Killen n'avait pas quelques origines d'une Noss environnante. Question qui l'amusa intérieurement en vue de l'animosité que le militaire nourrissait vis à vis des clans. Pour l'heure, elle s'estimait déjà heureuse qu'une hostilité ouverte ne s'était pas encore manifestée entre eux. Peut être que cela ne durerait pas. Plongeant ses yeux azurs dans ceux froids de Killen, elle commença :

- Cela fut une surprise de vous voir nous quitter lors de ce Conseil improvisé. Votre expertise nous aurait été d'une aide précieuse...

Ne formulant qu'une partie de sa pensée, elle préférait avancer pour le moment à tâton, et comptait bien sur le fait que Killen fasse une partie du chemin par lui même. Ceci dit, en vue de son air insondable, cela se révélerait peut être plus difficile qu'escompté.

- Puis-je  parler franchement? demanda-t-il de but en blanc.
- Très certainement, répondit-elle très tranquillement, fixant avec attention le visage de Killen.
- Soit je quittais les lieux, soit je risquais de devenir violent... Et ce n'était clairement dans l'intérêt de personne d'en arriver à de telles extrémités. L'entrevue a-t-elle été concluente tout de même?
- Malheureusement, la violence n'a pas été étrangère à cette entrevue... Mais cela m'étonne que vous même pouvez faire preuve de ce trait, les Ornedhels vous insupportent-ils à ce point ?
- Non. En rien. J'ai l'habitude de traiter avec eux de longue date. Mon travail m'oblige à faire très attention aux déplacements et aux zones occupées ou protégées par les Noss alentours. La... Chef du clan Sin'Dalvir, est d'ailleurs une connaissance de longue date, je ne sais pas ce qu'il lui a pris... Non pas que je comprenne quelque chose au comportement de ces gens remarquez.

Il croisa les bras, faisant involontairement saillir ses épaules, et s'accorda même le luxe de changer son poids de corps d'un pied sur l'autre... avant de faire marche arrière.

- Mais deux clans à couteau tiré dans la même pièce... disons que Heru Medherith est bien pus diplomate que moi et que je ne voulais pas gacher ses efforts. Cinnaeth lâcha un léger soupir :
- Les représentants des Noss resteront un mystère pour nombre d'entre nous... Même elle restait circonspecte sur de nombreux points. Ceci dit, je pense que nous pouvons très largement remercié Heru Artiön pour ses actions lors de cette réunion, sans lui, la situation aurait pu être bien plus désastreuse. Si elle pouvait valoriser le Daranovan aux yeux de Killen, autant qu'elle en profite. Si vous cotôyez les Noss du protectorat depuis longtemps, peut être pouvez-vous m'éclairer sur les origines et la culture des Lam'Nir ?
- La culutre... Il répéta le mot avec une furtive expression de mépris... ou de dégoût ? Ils attaquent nos mines, nos convoies et Ostirion depuis des Cycles. Beaucoup de sang. Baucoup de mort, même si heureusement cela n'a pas eu lieu depuis que les deux dames Yasairava sont au plus près du Conseil. Ce sont des elfes aux croyances extrêmes et belliqueuses. Ils ne font aucune différence entre les civiles et les soldats.

Cinnaeth laissa un léger silence planer, ayant noté l'expression du Seigneur Limier. Comme beaucoup de Taledhel, il ne semblait pas considérer très hautement leurs frères des clans. Le récit sur les agissements des Lam'Nir n'étaient pas pour rassurer la Lëandrine, même s'il était difficile de savoir si ces actions étaient liées à un réel fanatisme de la part de la Noss ou bien si cela découlait d'un manque d'ouverture de la part de la cité. Quoiqu'il en soit, les choses revenaient une fois de plus au sang, à croire que la Noss était marquée par cela. Malgré sa très grande tolérance pour les Ornedhels et sa passion pour leur culture, la Conseillère était lucide à leur égard, et s'il s'avérait que les Lam'Nir étaient réellement des extrémistes, le rituel lui parraissait de plus en plus... risqué.

- Et connaissez-vous leurs revendications précises ?
- Oui. La fermeture définitive des mines sans aucune condition. Et la disparition d'Ostirion. Sa langue claque puis il repris. J'oubliais presque. Depuis le Voile nous avons un accord avec eux. Les murs d'Ostirion ont été gravement touchés et ils refusaient que nous les reconstruisions. Tous les convoies de pierres venant de Mera ont été attaqué. Il y a eu un mort. la Protectrice a pris les choses en mains. Nous avons formé une équipe d'architecte qui travaille en collaboration avec les Noss pour trouver un moyen acceptable de réparer et de renforcer le fort sans qu'ils ne décide de lancer une offencive contre tous ceux qui l'approche.



Cinnaeth fronça légérement les sourcils en écoutant Killen. Elle savait la plupart des Noss contre l'exploitation des richesses de l'Anaëh, quelles qu'elles soient, mais chercher la disparition pure et simple d'une cité était une première à ses oreilles. Cela faisait-il si longtemps qu'elle n'avait visité un clan ? Sans doute le Voile avait réveillé des sentiments de rancoeur enfouis depuis de longues années. Après tout, les elfes n'oublient jamais n'est ce pas ? Alors qu'elle s'apprêtait à questionner le Seigneur Limier au sujet des raisons de l'opposition de la reconstruction du fort, elle retint ses paroles. La Protectrice avait réussi à faire flêchir un clan ayant une résistance aussi importante ? L'instinct diplomatique de Cinnaeth lui souffla que cela voulait dire qu'il y avait eu des négotiations, de nombreuses négotiations même.

- Cela n'a pas dû être évident de convaincre les Lam'Nirs d'un tel contrat ? Qu'obtiennent-ils en retour ?
- Ce que nous obtenons tous dans cette situation : une paix précaire qui nous a permis de nous occupé des drows malgré la trahison des autres cités... Il sembla soudain se rendre compte de la violence de ses mots et se reprit, inclinant légèrement la tête en signe d'excuse. Pardonnez-moi. Je ne devrais pas parler ainsi. Les plaies sont encore fraiches...
- Il n'en est rien et votre réaction est tout à fait compréhensible, répondit-elle d'une voix douce et adressant un sourire réconfortant à Killen. Elle continua, retournant au coeur du problème immédiat : je suppose que des négotiations ont eu lieux avec les Lam'Nirs. Cela les a-t-il mené à l'intérieur du Palais pour une de ces sessions ?
- De ce que je sais, non. Toutes les négociations ont eu lieu autour d'Ostirion à ce moment là. Laisser l'endroit sans surveillance aurait été désastreux. Heri Halyalindë y a passé plusieurs ennéades avec moi, le capitaine d'Ostirion et quelques représentants des artisans Ardamiris.

Réponse quelque peu décevante il fallait bien l'avouer. Elle scruta de ses yeux d'azur le visage barré d'une cicatrice de l'elfe se tenant face à elle. Toujours aussi froid, elle ne pouvait y déceler une quelconque expression de mensonge ou malhonnêteté. Ou bien, il était très doué pour le dissimuler.

- Pourtant je doute que les Lam'Nirs ne se soient jamais aventurés dans la cité d'Ardamir, voir même dans le palais...

Même si peu d'elfes auraient juger l'exploit possible, le Seigneur Limier réussit à froncer les sourcils encore plus qu'ils ne l'étaient déjà. Toute la menue décontraction à laquelle il s'était laissé allé en parlant si inconscidérément à une diplomate fraichement arrivée s'évanouit en un instant.

- Vous pouvez me poser la question autant de fois que vous le voulez, sous toutes les formes et toutes les tournures qui vous sembleront nécessaire. Le fait est que les Lam'Nir n'ont jamais mis les pieds dans la Cité de mémoire d'elfe. Même les Sin’Dalvir ne viennent qu'en de rare cas. Les derniers en dates étaient les Mirtil'Di et ils ne sont même pas venu jusqu'au Palais. Les relations que nous entretenons avec les clans de la région ne sont peut-être pas toujours simples, ni même cordiaux, mais au moins nous savons à quoi nous en tenir contrairement à ceux... Il fit un léger arrêt et changea brusquement de ton, redevenant d'un calme divin. à ceux qui sont passés dans la régions pour rejoindre le Sud.

D'autres Ornedhels venant semer la zizanie en Ardamir ? Même si elle avait le sentiment que la conversation déviait de son sujet initial et qu'à ce rythme elle n'obtiendrait jamais une réponse satifsaisante, elle avait au moins l'opportunité d'en apprendre plus sur la politique de la cité etelle décida de continuer à creuser cet aspect :

- Vous avez eu des problèmes avec ces clans là ?
- Non. répondit-il du tac au tac. Des tensions seulement. Nous avons du interdire la circulation des Noss dans les hauteur ainsi que le port des armes... Ce qui a mené au même genre de scène que ce matin.

Il inspira a fond mais aucun soupire ne vint conclure geste agacé.

- Ecoutez. Notre Protectrice a été empoisonnée et presque tuée par des Noss. Cela incite à la méfiance. Et maintenant, si je puis me permettre, je vous conseille de poser  vos questions aux historiens et aux chroniqueurs de la Cité, ils seront certainement plus compétant que moi sur tout ce qui tourne autour des détails de nos choix politiques et des petites accroches quotidiennes que nous avons subis depuis le Voile. Puis-je ?

Il montra la direction du palais avec empressement, son air plus contrarié que d'habitude. Il avait l'air réellement empressé. Peut-être un peu trop...

_________________
couleur: #9999ff
Mériale de Beaurivages - Dame Louve - Maîtresse des forges

Cadeau d'un gentil membre:
 

MdO2017:
 
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Architecte
Architecte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 42
Âge : 33
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Présomption d'innocence (Killen)   Sam 3 Juin 2017 - 20:13



Il montra la direction du palais avec empressement, son air plus contrarié que d'habitude. Il avait l'air réellement empressé. Peut-être un peu trop... Bien trop aux yeux de la diplomate en qui la suspicion ne faisait que croître et embellir. Cela était un signe de trop pour écarter le fait que Killen puisse être au courant de rien. Voyant que la patience du Maître Limier s'amenuisait mais qu'elle avait commencé à chatouiller le pot au rose, elle planta ses yeux dans celui du Seigneur Limier et lui dit d'un ton ferme :

- Heru Killen, je suis surprise de vous voir si pressé de finir cette conversation alors qu'elle est absolument cruciale à la résolution du Mal atteignant le Grand-Chêne, chose à laquelle vous portez une attention toute particulière j'en suis bien certaine. Elle laissa planer un léger silence après ces paroles, puis reprit, durement : pour quelqu'un qui semble si dédaigneux des Noss, vous jouez admirablement bien leur jeu, et se faisant nous vous nous privez des éléments pour faire toute la lumière sur cette affaire et nous devons ainsi avancer dans les ténèbres les plus totales pour résoudre le problème. Puis, d'un ton adouci : je vous sais un elfe dévoué à votre cité et à ceux et celles chargés de la protéger. Votre silence dans ce cas précis ne leur apportera aucun bénéfice sur le long-terme, il en résultera même très  certainement le contraire.

- "nous"? répéta-t-il d'un ton dur. Je vous prives d'informations cruciales? Mise à part votre curiosité mal placée, rien ne vous relie à cette histoire, Heri. Rien.

Son maintien était plus régalien que jamais lorsqu'il retourna à la jeune femme son regard inquisiteur.

- À qui croyez-vous vous adressez, Heri ? L'une de vos vieilles connaissances de la Capitale pour pouvoir jurer vos grands dieux que vous savez de quoi je suis capable et ce qu'il est bon pour moi de faire ou de ne pas faire ?

Cela était pour le moins une réaction... échauffée, qui commençait à tenir de l'attaque personnelle et d'un certain dénigrement d'Alëandir qui n'avait rien absolument rien à faire dans cette discussion. Quant à questionner sa propre implication dans cette affaire, cela lui paraissait encore plus étrange... Les actions suspicieuses de Killen étaient-elles liées à un autre événement ? Ne se laissant pas impressionnée par le Seigneur Limier, et levant un sourcil dénotant une certaine surprise, elle lui répondit très calmement :

- En toute honnêteté je ne fais qu’œuvrer pour le bien de cette cité, à la demande de son Conseil. Le seul intérêt que je peux avoir dans cette histoire serait celui de ne pas voir un conflit s'instaurer entre Taledhel et Ornedhel, mais cela est lié à une sensibilité toute personnelle. Son regard se dirigea en direction du temple de Kÿria. Après un court silence, elle s'adressa une nouvelle fois à son interlocuteur : un meurtre a eu lieu aux cimes du Palais. Pouvez-vous jurer devant la Très-Sage que vous qu'un tel événement aurait échappé à votre attention Heru Killen ?

Avec cette question, Cinnaeth ne cherchait qu'à vérifier le soupçon qu'elle avait nourri depuis le début de cette histoire, ni plus, ni moins. Surtout, son souhait final était d'évaluer la dangerosité de ce que proposait Dalen. Si elle n'avait pas tous les éléments pour porter ce jugement, peut être que si Killen le serait... S'il savait quelque chose, bien évidemment. Mais la réaction du militaire fut pour le moins inattendue... Un pas en avant, étonnamment souple et rapide pour un homme aux abords si guindés, le porta à un souffle de la jeune diplomate. Sa main rugueuse s'arrêta à un souffle de son col. Derrière l'agacement et la froideur de sa retenu, c'était bien de la rage qu'on pouvait entendre tonner dans sa voix.

- Je peux jurer sur la Très-Sage et sur chacun de ses enfants que cela n'est pas de votre ressort. Et je peux jurer sur la Très-Sage que ma loyauté va à des personnes autrement plus impliqués dans la protection de notre peuple que vous ne l'êtes vous-même.

Il prit une inspiration tendue, presque tremblantes, obligeant les doigts de sa main droite à s'éloigner de la dague qu'il portait à la ceinture.

- Ni moi, ni mes hommes ne sommes en cause dans cette histoire et je ne permettrai à personne - Je dis bien personne - de remettre en cause leur loyauté ou la mienne.

La réaction du militaire et ses paroles furent assez pour Cinnaeth pour comprendre qu'il n'existait plus qu'une ligne très fine à ne pas franchir pour ne pas déclencher une fureur incontrôlable chez son interlocuteur. Et malgré son attitude agressive, elle n'avait pas eu un seul mouvement de recul et était restée là où elle était, face à Killen la dominant largement de par sa hauteur et sa stature. Le comportement de la Conseillère se caractérisait par un flegme à tout épreuve, ses pensées, elles, filaient à toute allure, retournant les paroles du Seigneur Limier dans tous les sens. « Ni moi, ni mes hommes ne sommes en cause dans cette histoire », preuve finale que Killen était parfaitement au courant de quelque chose, l’inaction pouvait être dans ce cas une forme de participation. « Je dis bien personne - de remettre en cause leur loyauté ou la mienne », loyauté, loyauté... avait-elle remis cela en question ? Pourquoi une telle obsession sur ce mot ? Ses actions pouvaient-elles être comprises comme une trahison ? « Et je peux jurer sur la Très-Sage que ma loyauté va à des personnes autrement plus impliqués dans la protection de notre peuple que vous ne l'êtes vous-même. », loyauté envers la cité ou envers les personnes la protégeant ? Et quelles sont ces personnes ? Ses hommes ? Le Conseil ? La Protectrice ?

Cette histoire ne semblait ne plus avoir aucun sens. Un clan Noss, des plus hostiles aux citadins, soudainement atteint d'un mal étrange qu'ils relient à un meurtre dans l'enceinte du Palais ; un Seigneur Limier décidé à être aussi muet qu'une tombe, préférant le silence plutôt que de trahir ceux qu'il a juré de protéger ; et elle-même, se retrouvant au milieu de cette confusion... Quelque chose échappait à Cinnaeth, un quelque chose crucial qui ne lui permettait pas de reconstruire le déroulé de l'histoire. Sentiment frustrant, dotant plus qu'elle avait bien réalisé qu'elle aurait dû utiliser une autre tactique avec Killen. Elle se maudit intérieurement de son apparent manque de tact, même si celui-ci lui permettait de mieux cerner le personnage du Seigneur Limier, il lui permettrait difficilement de travailler en bonne entente avec lui. Le plus urgent dans l'immédiat était de calmer  la colère montante du Seigneur Limier, et s'excuser était sans nul doute la meilleure chose à faire. Avec une expression de regret sur le visage, elle commença :

- Heru Killen, j'aimerais vous présentez mes plus plates excuses, à vous et à vos hommes. Jamais n'était mon intention de remettre en cause votre loyauté et dévotion envers cette cité et ceux chargés de la protéger.

Après quelques instants d'observation, comme pour s'assurer qu'elle n'allait pas ajouter un "mais", le Segneur Limier expira lentement et se remis d’aplomb, prêt à tourner les talons. Les paroles de Dalen lui revinrent soudainement en mémoire de la Lëandrine : « La nature des nôtres est telle que nous sommes personnellement touchés par le mal du Grand Chêne. ». Les Lam'Nir étaient sans nul doute considérés comme une plaie par les Ardamiri. Si leur nature a pu être connue de certain Taledhel hauts-placés, ceux «  impliqués dans la protection de notre peuple », ces-derniers aurait-ils osés commettre un crime souillant le Grand-Chêne afin de se débarrasser une bonne fois pour tout de la Noss gênante ? Cinnaeth ressentit un léger malaise à cette pensée. Cela voulait dire que si Killen avait quelque chose à voir avec cette histoire, il ne révélerait jamais rien. Cela était bien trop compromettant. Ceci dit ce raisonnement pouvait aussi être appliqué à une Noss concurrente des Lam'Nir. Ou bien toute cette histoire ne résultait que d'un enchaînement malheureux d'événements...

En tout état de cause, cette discussion ne l'avait pas amené un pas plus loin pour rassembler des indices sur le potentiel coupable de l'histoire. Ayant compris que les allusions n'étaient pas du goût de Killen, Cinnaeth décida de jouer la carte de la transparence, après tout, les informations qui avaient été échangées lors de leur réunion avec Medherith et Eorim n'avaient pas grand chose de confidentiels, et le Seigneur Limier avait tous les droits d'en être informés. Aussi, s'il avait une quelconque implication malévolante dans cette histoire, il devait déjà être au courant des détails.

- Selon les Lam'Nir, une importante quantité de sang a été versée aux cimes du Grand-Chêne, suite à un conflit sans nul doute. Cela a eu pour effet de corrompre le chant de l'Arbre. Maintenant, l'intégralité du clan est touché, seuls les deux représentants étant venus au palais sont encore immunisés. La Symphonie pourrait être rétablie à son état d'origine au travers d'un rituel, mais nous avons besoin de trouver le coupable du sang versé. Au risque de paraître une  nouvelle fois de me mêler des affaires qui ne me regardent pas, n'avez-vous  entendu parler d'aucun événement de ce genre sur la dernière année ? Ou peut-être avez-vous une idée du coupable ?

Le militaire était déjà à demi retourné lorsqu'elle avait commencer à expliquer ce qu'elle avait appris dans la chambre du Conseil... Mais à la fin de la première phrase, il avait déjà fait volte face. Scrutant le visage de l'étrangère, toujours furieux, son expression se brouilla pourtant un instant, son teint déjà fort pâle devenant de plus en plus blême. Même lorsqu'il parvint à se recomposer une certaine contenance, sûrement en se replongeant dans la colère qu'il venait de ressentir, il resta livide et quelque peu figé.

- Toute la Noss est touchée, vous dites ? demanda-t-il d'une voix inhabituellement faible bien que tranchante. Notant le changement de comportement de Killen, la Lëandrine eut un hochement de tête affirmatif ajoutant :
- Signifiant que ce qui s'est passé dans le Palais devait être très sanglant... Il n'est pas exclut qu'un meurtre ai eu lieu.

Sans un mot, il soutint le regard de la jeune diplomate puis fit demi tour vers le palais, commençant à marcher d'un bon pas, que Cinnaeth emboîta sans l'ombre d'une hésitation.

- Comptez-vous faire quelque chose Heru Killen ?
- Je dois voir la Main. répondit-il sans se retourner.
- Voyez-vous un inconvénient à ce que je vous accompagne ?

  Quelques pas plus loin, il haussa le ton pour que sa réponse soit suffisamment claire :

- Oui.
- Très bien. Je vous fais mes adieux Heru Killen.

Cinnaeth ne se sentait aucunement offensée d'être ainsi mise à l'écart. Qui plus est, elle savait Artiön aux côtés de Kaëlis en ce moment même. À deux, et connaissant leurs affinités, ils réussiraient sans doute à en apprendre plus du Seigneur Limier. Une idée germa soudainement  dans l'esprit de Cinnaeth.

- Au fait, gardez en mémoire qu'aider les  Lam'Nir à résoudre ce problème sera l'un des meilleurs arguments en  faveur d'Ardamir dans tous vos échanges futurs avec le clan...
- Ce n'est pas pour des considérations diplomatique que nous sauvons des vies, Heri.

Alors qu'elle avait déjà pris la direction du sanctuaire de Kÿria, un sourire se dessina sur les lèvres de la Lëandrine en entendant la réponse de Killen.


_________________



Fiche - Journal

Ces derniers temps :
Fait la fête à Ardamir, commence l'enquête sur le mal du Grand-Chêne d'Ardamir, et rencontre une vieille connaissance.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présomption d'innocence (Killen)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présomption d'innocence (Killen)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: