AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Administration bien ordonnée commence par soi-même

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alanya de Broissieux
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Âge : 217
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Administration bien ordonnée commence par soi-même    Dim 11 Juin 2017 - 17:06

Historique des faits relatés en Alonnan,
Par Mathieu Galainier, Conseiller de la Chancellerie

Car il est de mon devoir de retranscrire ci-après les évènements, traités, constitutions et rencontre entre son Honneur et ses vassaux, ses alliés, la Chancellerie et le bon peuple. Je m’engage en ces termes à ne point y mêler mon jugement personnel et mes opinions, donnant une vision générale et sans biais des décisions prises par n’importe quel parti de l’Alonnan. Je laisse au bon soin de Père Guilhem l’apposition du sceau des Cinq et l’archivage des présents documents. Ainsi nulle revendication juridique ne pourra s’opposer à ce qui est ici décrit, ces quelques mots faisant foi et loi à travers toutes les terres de l’Alonnan et s’appliquant sur tous les sujets, commerçants et voyageurs foulant notre bonne terre, et par la Grâce des Cinq.

Arkuisa de la première énnéade de Karfias, de l’an de Grâce 10 du onzième cycle

Plus tôt dans la journée a été convoqué un conseil des Grands Vassaux, de la Chancellerie, des Hautes Instances ecclésiastiques et de la Guilde Marchande. Chacun des hommes ou femmes faisant partie d’un de ces groupes avait préalablement reçu, deux énnéades plus tôt, une missive les enjoignant à retrouver les Trois-Murs pour la séance. Toutefois, en vertu des intempérries, de la neige et du froid qui sévit dans tout le grand Nord depuis le début de l’hiver, peu ont répondu présents. Parmi lesquels : le seigneur de Rodem, son fils, le seigneur de Wacume, la Dame de Jersada, la Dame de Chtoll, Dame Angélique de Broissieux en sa qualité de sœur de son Honneur, une dizaine de vavasseurs, Maître Gibouin, Maître Edmond et Maître Yvain de la guilde Marchande, Père Guilhem évêque de d’Alonnan et sœur Constance Mère Protectrice des monastères, Maitre Huon, Maître Sigfurd, Maître Tristan et moi-même, membres de la Chancellerie. Le conclave a pris part après les matines, mis en place et présidé par son Honneur Alanya de Broissieux.
Il a été établit dès lors qu’une nouvelle politique économique serait mise en place dès la fin de l’hiver, en accord avec les différentes instances en présence. L’Alonnan a aujourd’hui une trésorerie stable avec un faible gain, réinvestit en partie dans la réhabilitation des troupes, le maintien des forges et l’extraction – aujourd’hui interrompue par la neige – du minerais de fer. D’ici au départ en campagne Sainte, deux tiers des effectifs seront opérationnels. Il a été, d’un accord général, que la priorité était aux garnisons les plus affectés par la guerre d’Oësgardie et les camps de réfugiés, celles du Nord de la baronnie.
Après l’opposition de deux vassaux et plusieurs vavasseurs, ainsi que l’appel à la tempérance de Père Guilhem, il a été décidé à la grande majorité et sous l’appui et l’autorité de son Honneur que les troupes de l’ancien ralliement opposé à la Voie Sainte de la Couronne, de Serramire et d’Etherna lors de la guerre civile seraient sous l’entier commandement de son Honneur, mettant sous tutelle les garnisons du seigneur de Chtoll, de Kreskan et de Lodiaker. Dans une grande volonté de ne point faire de différence entre ses vassaux, son Honneur laisse aux autres seigneurs jusqu’à la fin du printemps pour prendre les dispositions nécessaires à la recentralisation du pouvoir militaire à Alonna les Trois-Murs. Il a été souligné par son Honneur que ce n’est pas une punition mais une action longuement pesée qui entre en vigueur dans la même ligne de pensée que lors de l’établissement du Code Duncanya. Les seigneurs n’auront, de fait, plus à payer leur gens d’armes mais devront faire parvenir sous cachet une demande de mise à disposition de troupes renforcée si besoin – et le justifiant – chaque année, avec une contribution forfaitaire à la discrétion de la Chancellerie selon les coûts estimés au déploiement annuel des troupes, de l’entretien de leur matériel et de leur confort.
Fort aise de ces changements militaires, la Chancellerie se voit incité à se réunir avec son Honneur une fois tous les mois au moins. Durant cette entrevue seront analysés les comptes, les traités et les doléances de l’Alonnan, impliquant derrière la mise en application immédiate des modifications induites par ce dernier. Ainsi, le conseil des Grands Vassaux ne sera convoqué qu’en cas de réformes importantes et si l’avis des seigneurs est demandé par au moins un tiers de la Chancellerie.
De manière unilatérale il a été concédé qu’au vu de l’ampleur de l’hiver et selon les chiffres établis au retour de la campagne d’Oësgardie des greniers, un rationnement serait mis en place dès la fin du présent conseil sous l’égide des juges envoyés dans chacune des grandes cités, ainsi que les représentants ecclésiastiques les plus proches. Ils sont alors responsables de la bonne gestion des greniers, de la régulation de l’abattage animal et de la bonne santé du peuple. Les hommes d’armes ainsi que la noblesse sont les premiers à devoir être nourris et soignés.
Après moult débats entre les différentes instances, il a été décidé que dès la fonte des neiges, une ambassade serait envoyée à Thaar, en Anaëh et dans chacun des comptoirs déjà présents afin de négocier de nouveaux traités d’échanges et de renforcer ceux déjà établis. De plus, la rénovation du grand port d’Alonna les Trois-Murs débutera à l’été et devra être achevé au printemps suivant. Cette rénovation laissera la place ensuite à l’élargissement des berges du fleuve jusqu’à la frontière Oësgardienne et à la réhabilitation des axes commerciaux routiers principaux en les pavant.
L’Alonnan jouit de nombreux pôles économiques que son Honneur souhaite enrichir et mettre en avant non seulement au travers des échanges commerciaux assurés par la Guilde Marchande et le conseil mais aussi par un rayonnement, une culture et une excellence dans les produits proposés. Ainsi, dès les périodes de reproduction, les éleveurs seront invités à sélectionner les meilleurs bêtes et à diriger les accouplements de telle façon que seules les plus belles bêtes puissent engendrer une progéniture. Elles devront alors répondre à des critères de qualité du poil, de la laine, de la dentition et de la santé. Il sera possible de diriger une double exploitation du bétail : une de qualité supérieure pour les produits du cuir, de la laine ou du lait et une pour l’élevage de viande. Il sera demandé aux instructeurs d’informer de manière numéraire des avantages à long et court terme des deux méthodes d’exploitations. Ce qui concerne du rayonnement intellectuel, il a été présentement obtenu par son Honneur de la sœur Constance la mise à disposition d’un monastère dans les alentours d’Alonna les Trois-Murs pour établir un collège d’enginieurs érudits. Dès le printemps, les savants militaires et autres stratèges pourront se retrouver là-bas et étudier sur de nouvelles machines et techniques de guerres afin de faire valoir le savoir Alonnais en la matière.
En toute fin, il a été établi qu’en été prochain aurait bien lieu la foire annuelle, organisée cette fois-ci conjointement entre la guilde Marchande et son Honneur.
Ci apposés les sceaux de son Honneur, de la Chancellerie et du Culte des Cinq.

indications:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alanya de Broissieux
Humain
avatar

Féminin
Nombre de messages : 607
Âge : 217
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Administration bien ordonnée commence par soi-même    Sam 12 Aoû 2017 - 23:21


Arcamenel de la cinquième énnéade, de l'an de Grâce dix du onzième cycle

Près de cinq énnéades après la tenue du prime conseil, son Honneur Alanya de Broissieux, Maître Huon en charge de la surintendance des finances, Maître Tristran en charge du secrétariat de la Guerre et moi-même nous sommes entretenus sur l'avancement des préparatifs pour le printemps de l'an dix.
Il a été confirmé de la baronne notre participation à la croisade orchestrée par le Marquis suzerain, Aymeric de Brochant, contre les Liguards du Médian et les ennemis de la couronne. La volonté des armées réunifiées du Nord – comprenant l'ost Serramirois, l'ost Alonnais, l'ost Arétan et l'ost Berthildois, suceptibles d'être rejoint d'ici le départ des troupes par l'ost Odéliannais et l'ost Olysséen – est de restituer à sa Majesté notre bon Roy Bohémond Ier Phiiram ses terres, son titres et ses hommages. Bafoué par Blanche d'Ancenis et son époux Nimmio de Velteroc, parjuré par tous ceux qui n'ont pas encore ployé le genoux, il a été convenu entre son Excellence Aymeric de Brochant et le régent et prince du Mervalois Cléophas d'Angleroy qu'à la fonte des neiges s'accompagnerait le pas lourd des armées salvatrices. Les soldats du Roy ayant été mis en déroute lors de la bataille de Cristabel, et éclatés lors de l'édification du Garnaad, il est du devoir des hommes du Nord de prendre les armes contre la mauvaise foi; et par la Grâce des Cinq, rétablir l'ordre et la justice royale.
Dans la volonté de réunification du Royaume, il sera certain que devront être fait sièges et batailles dès l'arrivée sur les terres du Manchot de Velteroc. Affaibli par les ans d'oppositions et les rudes combats menés pour s'attribuer un pouvoir nouveau, il est toutefois possible qu'au vu de la supériorité de l'ost réunifié soient rendues les armes, et que faisant face à leurs méfaits, les ennemis de la Couronne demandent le pardon royal. Il appartiendra dès lors à ces gens de faire cesser immédiatement tout conflit et de se présenter au devant de la Justice. Passé les terres de Hautval, il sera du devoir de chacun de veiller à faire taire la révolte possible dans les campagnes des terres royales, séditieuses jusqu'alors et de marcher pour reprendre la ville de Diantra, siège du pouvoir royal. N'ayant point de nouvelles du duché du Langecin – partisan de la Ligue -, il est probable de devoir faire face à n soulèvement à l'Est que son Honneur a juré d'essayer de maîtriser par la paix avant d'agir par la guerre ; eut égard de son amitié pour la contrée et ses anciens dirigeants.
C'est une entreprise ardue qui s'annonce, et surtout une longue campagne qui nécessitera de grands moyens – ce pourquoi nous nous sommes rencontrés ce jourd'hui.
Il a été préalablement demandé à Maître Huon de faire état des finances de l'Alonnan, ainsi que de dépêcher les questeurs pour faire remonter ici les dispositions en grains et en troupeaux. Les finances étant gelées pour l'hiver – les primes de la garnison de métier ayant été préalablement calculée et mis de côté du mois de Barkios, annonce de la levée des bans au printemps, au mois de Favrius, début  présumé du rassemblement des osts -, il apparaît que la baronnie pourrait subvenir à ses besoins matériels et humains pour six énnéades complètes avant de s'endetter auprès de créanciers estréventins. Cette constatation, d'un part, laisse entendre qu'il n'y aurait aucun bénéfice tiré de la marche vers le sud et d'autre part, un échec de la relance économique simultanée, entamée depuis le début de la saison. Le surintendant des finances s'assure à ce qu'aucun frais excessif ne soit réalisé jusqu'au retour des troupes, ainsi que la bonne tenue des primes négociations avec les créanciers. Il a été soulevé par son Honneur la possibilité d'une aide pécuniaire du culte pentien, qui devrait être demandée dès lors de la fin de l'entrevue.
Les greniers à grains sont en bonne santé, grâce au rationnement précoce ordonné par son Honneur de Broissieux. Les questeurs des grandes cités s'assurent de la bonne tenue des manuscrits régulièrement et ont été mandés afin de vérifier leur véracité. A quinze portions près, le rapport était exacte, permettant de projeter les réserves pour le printemps. Si la neige l'a permit, les champs de pommes de terre, de choux, de navets et blettes viendront compléter les rations militaires. Un effort sera toutefois demandé à son Excellence de Brochant si la guerre venait à durer plus de quatre énnéades, afin qu'aucune pénurie ne soit à déplorer et si le temps ne devenait pas plus clément pour exploiter les jachères. Les troupeaux souffrent du froid mais aucune perte drastique n'est encore à déplorer : les bêtes mortes étant aussitôt découpées et salées pour mettre au séchage. La mauvaise saison s'impactera essentiellement sur les exportations de l'été, ainsi que sur la reproduction des bestiaux que l'on craint trop basse pour compenser les pertes.
Maître Tristan s'est ensuite exprimé sur l'avancement des préparatifs de guerre. Les machines de sièges présentes à Amblère ont été réparées et remise en état très vite, bien que l'usure ait allongé le temps accordé à leur entretien. Les enginieurs profitent de la chute d'arbres par la neige pour commander à la corporation artisane une à deux balistes supplémentaires selon le temps imparti avant le départ. Les forges des grandes cités réarment les soldats de métiers dans un premier lieu, selon la volonté du Maître Tristan qui profite des intempéries pour offrir du travail aux armuriers et aux forgerons qui s'improvisent armuriers. Les villes de Chtoll, Kreskan, Lodiaker, Alonna les Trois-Murs, Kregan sont déjà largement pourvues et s’attellent depuis deux énnéades à la réparation et au réapprovisionnement si nécessaire des armes des conscrits. A cette allure, sans pénurie de fer et en tenant compte des mauvaises conditions, mille permanents et un peu plus de trois milles cinq cents conscrits – avec des outils de moins bonnes factures – pourront rejoindre Serramire en sus de la réfection déjà établie en amont des hommes victorieux d'Amblère. Cela représente soixante pour cent de l'armée totale Alonnaise au dernier comptage, un nombre honorable compte tenu des conditions défavorables en tout point et de la tout juste sortie de la guerre.
Ces résultats n'ont été rendu possible que par la Grâce des Cinq et l'organisation disciplinaire du Maître Tristan, veillant au bon déroulé des préparatifs.

Ci apposés les sceaux de son Honneur, de la Chancellerie et du Culte des Cinq.

indications:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Administration bien ordonnée commence par soi-même
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» Réfléchie bien !
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» [Réservé]Du mal pour faire du bien [Rang D]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat de Serramire :: Baronnie d'Alonna-
Sauter vers: