AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De gré ou de force

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aymeric de Brochant
Humain
avatar

Nombre de messages : 614
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: De gré ou de force   Jeu 29 Juin 2017 - 20:36


5ème jour de la 2ème énéade de Karfias, 10ème année du 11ème cycle.

Le pays éthernien, qui avait été tant agité à la fin de l'automne, s'était cependant tu avec les premières neiges. Enlisant des ostes qui n'aspiraient qu'à se rejoindre et à s'affronter, l'hiver mit ainsi une halte brusque au conflit naissant. Peu de temps après, c'était au tour des armées berthildoises, n'ayant guère à gagner à rester ainsi immobiles, au froid, dans une terre étrangère, de prendre le large.

La conflagration n'en était pourtant éteinte. En effet, si les armes avaient été remises de force au fourreau, les hommes n'étaient, quant à eux, guère arrivés à s'entendre. Ainsi, les partisans des Berdevins occupaient encore le Nord du pays, et le bourg de Romeno, tandis que les rebelles, représentés par les seigneurs Albéron et Guillaume, tenaient respectivement Caernyl et Seram. Le marquis d'Odelian, quant à lui, continuait d'occuper la cité même d'Etherna, où il avait installé un conseil d'échevins certes, mais dont ses armées gardaient les longs murs.

C'est que le conflit s'était déplacé ailleurs, plus loin dans le Sud, à la cour du Roy à Merval, où, disait-on, chacun avait tenté d'obtenir la faveur de sa Majesté. De verdict royal, cependant, on n'avait eu vent, et dans les Nord, les ostes continuaient ainsi à se regarder en chien de faïence, à travers un rideau de neige toujours plus épais, qui empêcherait assurément le conflit de reprendre, quand bien même une décision proviendrait de Merval.

Or, cet immobilisme coutait aux hommes du Nord dans son ensemble. Il sapait le moral de la troupe, cantonnée à garder des forteresses que personne n'assiégerait et ponctionnait les caisses des seigneurs afin de payer des reîtres qui ne se battraient pas plus. Et cependant que la soldatesque se murait derrière ses remparts, la canaille, elle, proliférait sur le pays, enhardie par la rigueur de l'hiver, et le délaissement des campagnes.

C'est pour remédier à ce mal, qui hypothéquait la participation d'Etherna à la guerre contre la Ligue, qu'Aymeric, sitôt fait sénéchal, envoya sans attendre ses enseignes dans le pays voisin. La première prit la direction de Caerlyn, tandis que l'autre gagna le port de Seram. Chacun portait une lettre signée du sceau au corbin des Brochant, et dont la teneur était la suivante :


Citation :
À Albéron, seigneur de Caerlyn,

Au 4ème jour de la 1ère énéade de Karfias, à la 10ème année de notre cycle,

Seigneur, cela va faire près de deux mois que vous avez bafoué vos serments envers votre suzerain et engagé vos gens sur le sentier de la guerre, quand l'hiver commande à l'homme prudent de garder son épée au fourreau. Malgré la défection de vos alliés berthildois, vous avez maintenu la lutte contre un ennemi qui détient d'ors et déjà la moitié et votre pays, vous dépasse en nombre, et jouit de son bon droit.

D'aucuns vous fustigeraient pour cette obstination dans la rébellion ; votre acharnement, cependant, prouve votre aplomb et fit sur moi grande impression. Sachez cependant que votre lutte est vaine, et que votre parti, s'étant placé du mauvais côté du droit, sera vaincu le moment venu. Adonc, puisqu'il me chagrine de voir pareille ténacité si mal employée, je vous invite céans à abandonner vos querelles, et à mettre votre épée au service de sa Majesté le Roy, pour la grande guerre qui sera menée en son nom au printemps.

Il ne m'appartient pas de décider de votre sort : sachez cependant qu'il n'est de meilleur moyen pour racheter son honneur que le service de notre Sire. Si d'aventure vous y accordiez encore quelque importance, vous serez le bienvenu sur mes terres à la fin de l'hiver, afin de mettre en ordre de marche cette grande et juste campagne.

Que la DameDieu vous garde,

Aymeric de Brochant, marquis de Serramire


Citation :
À Guillaume, de la maison de Clairssac, seigneur de Lourmel et de Seram,

Au 4ème jour de la 1ère énéade de Karfias, à la 10ème année de notre cycle,

Cher ami, bon vassal, il me chagrine d'apprendre que malgré les exhortations de mon chancelier, vous avez rejoint le parti de séditieux mené par le seigneur de Caerlyn. Je garde à l'esprit le souvenir d'un jeune chevalier qui porta autrefois les armes devant ma maison, désireux de voir la ruine et la mauvaiseté abandonner le Nord. C'est ce même homme que je vis servir son frère contre les puysards, et que je pensais marier à ma bonne vassale la dame de Lourmel, toutefois il m'est fort lacrimable de constater qu'aujourd'hui vous différez bien de cet homme.

Si je ne puis vous contraindre ou vous ordonner, car pour vos fiefs de Seram vous ne me devez aucun hommage, sachez cependant que je ne saurais que trop vous conseiller de cesser votre vindicte funeste, faire amende honorable, et mettre fin à une guerre qui porte apporte la ruine au pays éthernien. Si vous n'avez oublié vos idéaux chevaleresques d'antan, vous saurez là que j'ai raison.

Je conçois vous redoutiez la colère du seigneur d'Odelian, tant il est vrai que l'homme est terrible et épris du pouvoir. Si je ne puis vous soustraire à sa justice, sachez cependant cela : en servant le Roy dans sa campagne, et en faisant amende honorable, vous pourriez gagner, sinon l'absolution, au moins l’adoucissement de vos peines, et attirer la sympathie de votre juge.

Que la DameDieu vous garde,

Aymeric de Brochant, marquis de Serramire

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Maélyne de Lourmel
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 2478
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2012

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 25 ans / 983 du 10ème cycle.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De gré ou de force   Jeu 27 Juil 2017 - 8:28

<= Trahison et Disgrâce

Albéron avait convaincu les nobles présents à Seram, il ne restait plus qu’à passer à la seconde étape de son plan. Plusieurs missives lui furent apportés dont l’une venait du seigneur Marquis Brochant. Cela ne pouvait on ne peut mieux tomber. Aidé d’une bougie et d’un scribe, il se mit immédiatement à la tâche.





Au 5ème jour de la 2ème ennéade
Karfïas, second mois d'hiver
De l'an 10 du 11ème cycle

A son Excellence, le seigneur Marquis Brochant


Effectivement. Nous étions prêts à abandonner, résolus et finalement convaincus par les paroles de votre vassale que nous nous devions de préserver la paix. Respectant ainsi, aussi bien la volonté de celui que nous estimions digne d’être notre baron, mais également celle de la Couronne : nous décidâmes de partir à la rencontre du seigneur Marquis d’Odélian.

Malheureusement, je me vois forcé de vous apporter la mauvaise nouvelle. En chemin, nous furent attaqués par des épées Odéliannes. Je me vois donc dans le regret de vous annoncer le décès de vos vassaux ; Sire de Clairssac et Dame de Lourmel qui ont tous deux périt sous les coups sanglants de l’opposition alors que nous tentâmes vainement de leurs annoncer notre visite à leurs seigneur.

Croyez m’en bien, Seigneur Marquis, que de par cet acte, Etherna ne risque pas de retrouver la paix aussitôt. Aucune excuse ne peut être donnée à ces hommes manœuvrant sous les ordres de leurs Marquis. C’est bien la mort qui attend généralement les traitres, mais nous ne nous considérons point comme tels. Certes nous nous attendions à un glacial accueil mais de là à tâcher la neige du sang d’une femme qui jusque-là s’était toujours battu pour préserver la paix est un acte impardonnable à nos yeux.

Sachez, que peu importe vos lettres ou vos mises en gardes, nous continuerons de combattre pour notre liberté.

Que les cinq vous gardent.
Albéron de Caerlyn.


Temps de trajet:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aymeric de Brochant
Humain
avatar

Nombre de messages : 614
Âge : 28
Date d'inscription : 22/02/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De gré ou de force   Jeu 27 Juil 2017 - 10:55


7ème jour de la 4ème énéade de Karfias, 10ème année du 11ème cycle.

Seul le seigneur de Caerlyn avait répondu aux missives d'Aymeric ; et pour cause. Dans sa lettre, l'homme avait annoncé le trépas de Guillaume de Clairssac, ainsi que de la dame de Lourmel, Maélyne. S'il était naturellement préoccupé par les troubles que ces morts entraineraient à Serramire même, le marquis se souciait toutefois encore plus de la décision d'Albéron de poursuivre la guerre contre Odelian. Ainsi, une énéade après avoir reçu la réponse de l'homme, c'était un coursier qui se présentait en Etherna pour remettre la réponse du Marquis, qui disait ceci :


Citation :
À Albéron, seigneur de Caerlyn,

Au 6ème jour de la 3ème énéade de Karfias, à la 10ème année de notre cycle,

Seigneur, les nouvelles que vous m'apportâtes m'ont grandement attristé, tandis que vos choix, eux, me courroucent. Vous qui avez oublié ce que c'est que l'honneur, vous êtes par la suite aventuré en personne au devant des soldats de votre ennemi ; je ne saurais éprouver de pitié pour ce qui fut en vérité une folie. Si vous vous y entendez à la guerre comme à la négociation, je gage que Gaston Berdevin a d'ors et déjà gagné.

C'est mon ultime avertissement, seigneur. Sa Majesté le Roy, que les Cinq le protège, m'a chargé à titre de sénéchal, de ramener les rebelles dans sa paix, et le printemps venu, c'est ce que j'entends faire. Nul homme qui ne se rendra ne sera épargné, or par vos agissements, bafouant les édits du Roy, vous insultez son autorité et ne valez guère mieux que les rebelle de la Ligue.

Le choix est vôtre : si au printemps, vous ne marchez pas à mes côtés, je serais forcé de vous considérer comme un ennemi de sa Majesté, et marcherait sur vos terres à l'instar de celles des Ligards.

Que la DameDieu vous garde,

Aymeric de Brochant, marquis de Serramire


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De gré ou de force   

Revenir en haut Aller en bas
 
De gré ou de force
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Installation de la Commission sur la Nouvelle Force Publique
» RETOUR EN FORCE DE L'INSÉCURITÉ:2 POLICIERS LÂCHEMENT ABATTUS À CROIX BOSSALES
» Laisse la force te guider [libre]
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !
» NOUVEAU COMMANDANT DE LA FORCE DE LA MINUSTAH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Marquisat d'Odélian :: Baronnie d'Etherna-
Sauter vers: