AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 427
Âge : 21
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]   Sam 15 Juil 2017 - 15:44


- Votre pressentiment est très juste maître Faeron. Quand à ce que je porte atteinte à votre personne, ce n’est nullement dans mes intentions, bien au contraire. »

Letwyn comprit qu’il avait affaire à un homme alerte, attentif et surtout prudent. Cela ne l’étonna pas puisqu’il s’agissait des qualités d’un bon homme d’affaires. Que sa couverture soit dévoilé n’était pas un problème. L’important était d’avoir suscité l’attention du maître des lieux, ce qui était réussit. Faeron le conduisit sur un petit balcon dominant une partie du jardin suspendu. Ses gardes refermèrent les fenêtres et en bloquèrent l’accès par leur physique : les deux hommes avaient toute l’intimité requise.


- Vous avez mon attention la plus complète Monsieur Calvane. »


Letwyn réfléchit quelques instants avant de répondre. Il hésitait sur l’attitude à adopter. Faeron s’était montré assez curieux pour accepter de l’écouter et assez conciliant pour amener la discussion dans un endroit discret comme lui avait demandé Letwyn.  Appuyé contre la balustrade, le maître des lieux attendait.

- Je vous remercie maître Savarius. Je ne vais pas vous mentir car vous m’avez fait confiance le premier en m’accordant cet entretien. Cet ami commun dont je vous parlais, il s’agit du Roi de Naelis. »

Le morceau était lâché. Avec sa conquête de la cité en l’an 2, Glenn Hereon avait fait d’une ville pauvre dominé par la pègre un puissant royaume indépendant capable de résister à une invasion de grande ampleur, comme il l’avait prouvé à Ruven en l’an 6, en repoussant les restes du 4ème Ost. Naelis occupait désormais une nouvelle place en Itrhi’Vaan : mais qu’en pensait Thaar ? La cité cosmopolite ne se souciait guère des affaires de Naelis. Si on tenait également l’inverse pour dit, Faeron Savarius avait maintenant la preuve que c’était faux. Comment allait-il accueillir cette nouvelle ?

- Le Roi a besoin de bateaux, de navires de guerre pour sa flotte. Le marché que Naelis vous propose pourrait être le début d’une grande alliance où vous n’aurez pas de mal à trouver vos intérêts. En échange de navires, Naelis pourrait vous fournir deux choses, tout d’abord l’équivalent de trois galées chargés en bois. Avec l’hiver, le prix de cette matière dont vous avez besoin pour vos activités a considérablement augmentée. Ensuite, la cité pourrait accorder le droit à votre compagnie de s’établir sur ses quais et de bénéficier d’un comptoir là où aucun autre marchand, Prince ou non, n’y a droit. »

La proposition était lancée. Mais Faeron Savarius avait-il même envie de traiter avec Naelis ? Appuyé lui aussi sur la balustrade, il balaya le décor d’un coup d’œil. Il n’aurait pas de mal en cas de problème à sauter du balcon et à se servir du mur et des palmiers pour atterrir en douceur.

De son côté, Rickert avait quitté la salle précédente et essayait de se frayer un chemin à travers le labyrinthe qu’était le palais maritime. Arrivé dans les jardins, il cherchait à avoir des vues sur le balcon où Letwyn échangait avec Faeron. C’est alors qu’il s’aperçut qu’il était suivi. Rickert se résigna alors à chercher à couvrir Letwyn : il retourna à l’intérieur du palais bien décidé à se séparer de ses poursuivants.
Revenir en haut Aller en bas
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]   Dim 16 Juil 2017 - 15:12


Le commerçant ne lâcha pas son interlocuteur du regard, même pour piquer quelques petites gorgées de sa boisson. Le jeu de lumière provenant de l’intérieur du palais était changeant, principalement en raison des voilages aux fenêtres. Le balcon était dans la pénombre, tantôt éclairé principalement par les quelques rayons fugaces s’échappant de l’atmosphère de la pièce, tantôt éclairé par les rayons des astres nocturnes. Lui avait la chance, par ses ascendances elfiques, de voir parfaitement l’homme. Sans trop de couleurs naturellement, mais pour les expressions cela n’était pas grave.

Il écouta ce que l’étonnant jeune homme avait à dire, et il ne s’était pas moqué de Faeron. Ce dernier le scruta. Pour Faeron, son corps était presque figé dans son apparence de la fin de la vingtaine. On aurait pu croire qu'ils étaient du même âge. Et pourtant il devait être de dix ans l’aîné de l’espion qu’il avait en face de lui. Son identité ne fut pas mise réellement à jour, mais il accepta de confirmer qu’il s’agissait d’un jeu de dupe et qu’il n’était pas plus marchand Thaari que Faeron n’était noble Diantrais.

Faeron n’était pas pressé, et l’homme réfléchissait visiblement aux paroles qu’il allait prononcer. Faeron appréciait beaucoup ceux qui se taisaient avant de parler. Savoir gérer les silences était la plus grande règle d’or des négociations. Il attendit donc avec patience et sans aucun signe d’exaspération que le jeune homme trouve son angle d’attaque. Il en profita pour le dévisager de la tête aux pieds. Ses vêtements étaient dans le jus, on pouvait effectivement croire à un Thaari plutôt fortuné. A mi-chemin entre le boutiquier et Faeron. Dans les trois cent mille souverains de chiffre d’affaire annuel. Il devait y en avoir un gros millier sur Thaar. C’était bien trouvé. Mais c’était un petit monde pour qui avait de la mémoire.

Sa coupe de cheveux était un peu excentrique, mais celle de Faeron l’était aussi. Il avait un grand cou, un grand front et des sourcils très fins. Sa barbe n’était pas taillée à la mode locale, mais était passe partout. Un nez proéminent, une bouche assez large coupant son visage anguleux en deux. Ses yeux étaient assez perçants, avec une paupière inférieure un peu proéminente. Ainsi s’affichait ce fameux M. Calvane. Comme le nom ne valait pas plus qu’un sac de cacahouète, Faeron préférait tenter de bien se souvenir de ses traits. Pour emploi futur…

Puis vint la révélation. Il s’agissait d’un envoyé du roi de Naelis. Tout du moins était-ce la version du jeune homme. Faeron eut un petit sourire, laissant échapper un petit son amusé tout en regardant attentivement le jeune homme. Faeron ne se trompait que rarement dans ces jugements de valeurs, mais était de nature prudente. Thaar… Nid d’espion… Ce qu’il pouvait aimer ces lieux… Avec un sourire un peu plus large, il répondit simplement :


« - Je vous écoute… »

Vint la proposition commerciale. Pour le coup : ce fut totalement inattendu. Faeron eut un mouvement de la tête d’appréciation.

« - Vous devez savoir Monsieur Calvane que dans ma position l’on ne s’étonne de plus grand-chose. Vous pourrez vous féliciter de m’avoir surpris… »

Il retomba dans le silence. Faeron qui par ses affaires était lié au plus haut point avec les sept monts, était naturellement curieux du royaume puissant et discret, et qui se trouvait à mi-chemin de nombreux carrefours. Une position stratégique dont le principal dividende avait jusqu’à présent été militaire pour le royaume. Mais après l’époque de la consolidation, il semblait que ces derniers regardaient à présent au-delà de leurs frontières. Voilà qui était intéressant.

« - Je vois que vous êtes bien renseigné sur mes activités.»

On toqua à la vitre, une personne habillée de noir entra, glissa un mot à Faeron à son oreille. Faeron fit un signe de remerciement du garde du corps

« - Votre ami s’inquiète pour vous… Et à disparu de notre vue. Rassurez-vous je ne suis pas du genre à maltraiter mes invités sans une excellente raison. Et j’ai une réputation de marchand fiable à défendre. Une denrée rare dans ces contrées. Même -et peut-être surtout- les princes n’en dispose pas… Votre proposition m’intéresse naturellement. Mais je pense pouvoir vous offrir mieux que cela… »


Il retomba dans le silence pendant une petite minute.


« - Votre roi semble disposer avec vous d’une personne connaissant bien les lieux. Et j’ai le sentiment que vos informations sont de celles dont les rois peuvent se permettre de disposer. Vous connaissez l’équilibre des forces à Thaar cher Monsieur Calvane. Sans cela vous ne seriez pas venu voir le petit dernier, celui dont on s’amuse que les portes du Conseil lui soient toujours fermées. Et vous ne devez pas ignorer que je suis particulièrement impliqué financièrement aux sept Monts et que les manigances du conseil sur place n’ont pas été pour me plaire. »

Il parlait avec la même légèreté que s’il on avait parlé d’une autre personne, ou d’un jeu sans conséquence.

« - Si Sa Majesté souhaite construire une flotte, je suppose que cette dernière ne souhaitera pas le faire au su et la vue de chaque espion de Thaar. Je vous propose donc un marché qui, de plus, favorisera bien plus grandement l’économie de vos provinces : construisons ensemble un chantier naval digne de ce nom à Naélis. J’apporterai les fonds, le savoir-faire et les architectes navals, tout du moins au départ. Tous les ouvriers seront de Naelis. Et dès que le chantier naval sera ouvert, chaque vaisseau que vous me commanderez sortira exclusivement de ce chantier… Ainsi vous garderez pour vous l’étendue de votre flotte, récupèrerez le moyen de réaliser des navires sur vos terres et pour ma part je disposerai d’un lieu de construction différent de Thaar, au cas où l’on tenterait de m’empêcher de construire des navires ici.

Si Sa Majesté me donne un comptoir sur ses quais, alors je pourrai commercer du bois avec vos sujets ou avec vos domaines sans problème, et je pourrai leur donner le juste prix de leur marchandise. Nul besoin de nous mettre d’accord dès maintenant sur l’équivalent en galées de bois d’un navire de guerre, car la valeur du bois est fluctuante. Voici ce que je vous propose : pour tout le temps où l’on construira le chantier naval de Naelis, et par conséquent où je serai obligé de construire vos navires ici, à Thaar, je propose de ne pas vous payer les taxes au comptant mais que ces taxes soient défalquées du coût des navires, que nous aurons bien sûr négocié auparavant. Ainsi vous y gagnez en évitant de devoir financer votre flotte par des impôts nouveaux, j’y gagne en transférant les coûts financiers de mon futur comptoir sur mes chantiers navals, où je maitrise bien mieux mes coûts, et je m’auto-impose d’accélérer la croissance commerciale de ce comptoir pour accélérer justement ce transfert.

Qu’en pensez-vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 427
Âge : 21
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]   Jeu 20 Juil 2017 - 6:34


Letwyn faisait beaucoup plus jeune que son âge. Étrangement, son visage semblait s’être figé alors que les années elles, continuaient de s’écouler. En vérité, nul ne connaissait son âge véritable. Cette question avait d’ailleurs animé toute une soirée dans le salon privé de l’Oëstkjord, petite salle surchargé de meubles qui servait à la réunion du conseil de Naelis. Trimack, sénéchal et maître des légions, en avait tiré la conclusion suivante : Letwyn n’avait pas moins de trente-cinq ans. L’homme était aux affaires depuis trop longtemps pour être plus jeune. En effet, Letwyn commença sa carrière au service des Séraphins à Serramire.

Devant la démarche de Faeron, il fut soulagé. Il n’aurait pas à devoir multiplier les acrobaties pour sortir en vie de cette fête. La mention de Rickert ne l’étonna pas. Ils avaient été pisté dès lors que Rickert avait repéré le maître des lieux parmi la foule. Au moins, le service de sécurité de la compagnie Savarius était efficace. A défaut d’assurer la descendance, il fallait bien pouvoir assurer la pérennité du maître.


-(...)Votre proposition m’intéresse naturellement. Mais je pense pouvoir vous offrir mieux que cela… »

Letwyn se montra très attentif aux propos de Faeron Savarius. A Thaar, c’était sur ses épaules que reposait le fardeau de représenter le Royaume. En tant que porte parole du Roi, le maître espion avait donc de lourdes responsabilités. Il écouta donc patiemment l’offre de l’armateur.

- (…) Qu’en pensez-vous ? »

- J’en pense que vous avez de la suite dans les idées et que vous êtes un véritable entrepreneur. Avec vous la tradition familiale est assurée ! Vous avez raison quand à la nécessaire discrétion de notre accord. Dans le cas contraire je ne me serai pas amusé à ce stratagème. La construction d’un nouveau chantier naval serait une aubaine pour Naelis. Il me faudra informer le Roi de toutes vos propositions mais sur le principe, le Royaume a toutes les raisons d’accepter votre offre. Néanmoins le Roi a un besoin immédiat de bateaux, de transports de troupes pour l’essentiel. Combien de navires pourrez fournir vos chantiers d’ici la fin de l’hiver ? »


Si le projet de construction d’un chantier naval allait avoir des conséquences très positive pour le Royaume, reste que cela tenait du long terme. Il est vraie que les besoins du Roi tenaient plus du court terme, quitte même à louer des navires.

- Votre différend avec le conseil à propos du Duché des Septmonts ne nous ai pas inconnu en effet. Peut être notre collaboration nouvelle pourra vous permettre de mieux défendre les intérêts de votre compagnie sur les territoires du Duché dans le futur. »

Les De Clary des Septmonts avaient soutenu l’invasion Drow d’Oësgard par une importante aide logistique envoyé à l’armée sombre. Apprenant cela, Naelis avait parvenu à couper la voie de ravitaillement qui passait par l’Olya en prenant place en Aduram. Ce fut d’ailleurs les seules participations de l’Itrhi’Vaan à cette guerre qui secoua le nord de la péninsule.
Revenir en haut Aller en bas
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Masculin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]   Jeu 20 Juil 2017 - 22:45


Le marchand regarda l’homme. Il réfléchissait rapidement dans son esprit. Il dévisagea l’homme. Il n’était pas totalement certain que cet homme disait la vérité, et avant de discuter du nerf de la guerre, c’est-à-dire du prix, il faudrait être un peu plus clair sur les garanties. Il ne s’agissait pas de nourrir des concurrents sur les prix qu’était capable de pratiquer Faeron sur des grosses commandes non plus. Pour le moment on avait discuté de généralité. Maintenant on entrait dans le vif du sujet, à savoir un nombre de navire. Faeron fut très intrigué d’entendre que la question était posée à l’inverse. Combien de navire pouvait-il construire d’ici à la fin de l’année ? Jamais ne lui avait-on posé une question ouverte à ce point.
 
« - Je suis capable de construire beaucoup de navires d’ici à la fin de l’année M. Calvane. Tout dépend de savoir de quels types de navires nous parlons. Si votre roi cherche de simples transports de troupe ou de vrais navires de guerre en haute mer. Ce n’est ni le même prix ni la même complexité de réalisation. Il va falloir discuter cahier des charges pour que je puisse vous faire établir un devis.
 
Si votre but est d’envahir… Mettons -par pure hypothèse- Nelen par exemple… Si nous partons sur des transports de troupe trans-Olien et non pour l’Eris, permettant de garantir une sécurité suffisante pour une armée disons de dix mille hommes avec matériels et un millier de montures, nous parlons de 30 navires de transport de troupe de large gabarit en trans-Olien, non côtiers… Sans protection puisque pour le moment aucune flotte militaire digne de ce nom ne patrouille en Olienne.
 
Si en revanche votre but est une expédition plus lointaine. Mettons Meca par exemple… Nous partons sur des transports de troupe Erisien de cinq mille hommes, avec quatre navires de protection, des troisièmes lignes de haute mer par exemple… Il vous faudra six navires de transport de troupe plus les quatre navires en question pour vous protéger des velléités d’une patrouille Soltaari ou des pirates de l’Eris. »
 
Faeron posa son verre en équilibre sur la rembarde et croisa les bras.
 
« - Vous voyez, tout cela dépendra beaucoup de votre cahier des charges… Et bien que nous soyons au calme sur ce balcon, nous devons être plus discrets encore. J’ai la satisfaction de mes clients à cœur, jusque dans la garantie du secret de leurs transactions… »
 
Il eut un sourire aimable d’un professionnel chevronné.
 
« - Monsieur Calvane. Vous avez sans nul doute éveillé mon intérêt. Mais nous devons poursuivre cette discussion dans des lieux plus calmes et plus intimes. Je vous invite à me suivre un étage plus haut ou à prendre rendez-vous demain pour que nous puissions fixer les détails. Car avant de poursuivre j’aimerai un gage de votre sincérité. Pouvez-vous me présenter une preuve que vous n’êtes pas un homme cherchant à connaitre mes prix de gros et bien qui vous prétendez être…
 
Excusez-moi de ce soudain accès de scepticisme, mais vous comprenez, on voit de tout dans ce monde et si mes instincts dans l’honnêteté des gens me guident habituellement dans la bonne direction et me pousse à vous croire ce soir, je reste un homme prudent. Je suis certain que vous comprenez ma situation.
 
Si vous ne disposez pas d’un mandat dès maintenant, nous pouvons attendre demain. Sinon montons voir tout cela et discuter des services que vous recherchez exactement, si tout du moins vous vous en sentez le cœur… »
 
Il avait dit cela avec un ton ne souffrant que peu de latitude de négociation, mais avec une politesse toute marchande.
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Masculin
Nombre de messages : 427
Âge : 21
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 33 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]   Sam 22 Juil 2017 - 16:50


Faeron démontra par plusieurs exemples qu’il était capable de produire rapidement des navires, tout dépendait des besoins réels de Naelis. Cela rassura Letwyn, car sa mission première avait été de trouver des bateaux utilisable dès la fin de l’hiver. De pouvoir négocier un tel accord avec ce prétendant au conseil de Thaar renforcerait indéniablement sa position. Cela permettrait à Naelis de considérer sous un nouvel œil sa politique envers la cité marchande, une nouvelle politique où Letwyn avait toute sa place. Il ne put s’empêcher de penser à son confrère, Sirio. Ce dernier croupissait à La Dross et n’était pas prêt d’y être remplacé. S’il avait eu à choisir entre Thaar et La Dross, Letwyn n’aurait pas hésité une seule seconde.

- Vous m’avez rassuré quand à votre capacité de production, maître Faeron. C’était tout ce dont j’avais besoin de savoir pour le moment. »

Néanmoins, Faeron émis des réserves pour la suite des négociations. Il cherchait, à juste titre, à s’assurer de la véritable identité de son interlocuteur.


- Pour moi nous avons un accord de principe et c’était le but de cette entrevue. Je ne veux pas vous occuper plus longtemps, beaucoup de monde ici cherchent encore à vous saluer. Je vous propose de nous voir dans les prochains jours, à la date que vous fixerez. Je vous prouverai alors mon affiliation au royaume de Naelis, car par précaution ce soir mes poches sont vides. Je peux vous laisser une adresse à Thaar, où vous pourriez envoyer un sbire me contacter. »

Letwyn lui donna l’adresse d’une cabane, dans les quartiers sales de la ville. Cette même cabane où était retenu en ce moment même le véritable Antonio Phere. C’était l’une des planques sur lesquelles les espions de Naelis pouvaient compter à Thaar. Très discrets depuis leur implantation il y a sept ans, c’était la première fois qu’il se révélaient ainsi à qui que ce soit. Leur secret restera t-il bien gardé avec Faeron Savarius ?

- J’oubliais, merci pour l’invitation, dit-il en posant le carton d’invitation sur le rebord du balcon. Ne vous inquiétez pas pour Antonio Phere, il refera surface. »

Letwyn était un espion, pas un assassin. Tuer le marchand ne lui aurait rien apporté de plus c’est pourquoi il l’avait enlevé et séquestré sans toucher à son intégrité physique. Pour le maître espion, c’était ça aussi le professionnalisme. En revanche, la bourse d’Antonio ne bénéficia pas de la même immunité. Letwyn retrouva Rickert et ils quittèrent ensemble le palais maritime. Même si tout deux auraient eu envie de profiter un peu plus des festivités, ce n’était pas correct vis à vis de leur mission. Le maître espion était assez satisfait de cette rencontre. Il avait vu en Faeron un entrepreneur qui avait mérité sa richesse par des prises de risque audacieuse. Il avait également vu un demi-elfe ambitieux, avec encore de nombreuses années devant lui…. Mais Thaar lui refusait de siéger au sommet. Peut être le Roi Hereon gagnerait à rencontrer cet ambitieux marchand, car il n’y a rien de plus terrible que l’alliance de l’épée et de l’or.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'intriguant Monsieur Calvane [Faeron]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» monsieur Jambou
» Requête auprés de Monsieur le frére du roi
» Le passeport de Monsieur Rouzier s'est-il perdu dans le courrier ?
» Bonne fête monsieur le président!
» L'important n'est qu'un détail, mais les détails sont importants selon Monsieur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: