AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Retour aux Fosses - Velkyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Nombre de messages : 56
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Retour aux Fosses - Velkyn   Mer 26 Juil 2017 - 12:19

 3ème jours,  6èmeénneade de Karfias d'Hiver, an 10ème du 11èmecyle
Fosses de Gilgamek, Cité de Thaar, Ithri'Vaan




Était-ce toujours le même lieu ? Pour sûr. Les relents, les brailleries et la folie sanguinaire. Rien n'avait changé. Les Fosses resteraient à jamais les Fosses, si ce n'était qu'elles ne possédaient plus le même nom Haapur était un homme libidineux et aux vices pervers, il avait prospéré dans la cité de Thaar en faisant fortune sur le dos de cadavre à peine bon à se battre. Longtemps il avait eu recours aux combats truqués, droguant à leurs insu les combattants extérieurs, favorisant ainsi ses propres champions. Une manœuvre qui était courante, mais d'on il était nécessaire de garder le silence, sous peine d'être exposer au courroux des puissants.
Et c'est en cela que le laniste avait fauté.
Lors du précédent mois, le champion des Milles-Caves avait remporté maints combats. Préservé des manigances par sa récente et fulgurante ascension, il avait put combattre sans être inquiété, traînant dans la boue ses adversaires, mettant à mal le système de paris initié par le propriétaire des lieux. Alors Haapur en était venu à se rapprocher de lui. Plutôt discret dans un premier temps, ses cadeaux se firent de plus en plus nombreux, jusqu'à qu'il en vienne à inviter presque quotidiennement le gladiateur dans ses loges. La, ils échangeant tout deux dans un moment de liesse intime mit en place spécialement pour le combattant nain. La bière coulait à flot ainsi que le vin de palme. Le gérant avait même engagé quelques bavettes réputées pour être les meilleurs suce-queutards de la région. Cela avait dut lui coûter une belle fortune, car Gilgamek était un monstre, aussi enclin à vider un fût d'une traite, qu'à casser des dos sans vergogne. Et tout ceci aurait put être le fin mot de l'histoire si Haapur n'avait pas fait cela avec un intérêt bien précis.
Alors qu'il avait gagné la confiance du combattant, un soir, il avait placé de l'essence de morte-kabash dans le bock de son hôte et cela, juste avant un combat qui voyait s'opposer Gilgamek à un membre de son écurie personnel, Samark le Selynontois. Ce dernier était un agile bretteur, mais un vieux de la vieille, trop âgée pour réellement espérer pouvoir gagner. C'est ainsi sans surprise que la côte du Selynontois s'en retrouvait à plus de une contre trente. Haapur avait alors parié une grosse partie de sa propre fortune via des intermédiaires sur son combattant, sûr de rafler la mise.

Et c'est ce qui arriva.

Drogué, le gladiateur nain ne réussit à placer aucuns coups de haches, aucunes de ses bottes. Il tournoya pataudement dans le sable de l'arène et se fît saigné de nombreuses fois, jusqu'à être transpercer au niveau de l'échine, tombant raid au sol. Samark gagna ce combat et on évacua le nain qui bien que toujours vivant, avait perdu l'usage de ses jambes et de son bras gauche.

Quand la nouvelle parvint à Salfaryl, les murs des Milles-Caves tremblèrent.
La Loge d'Onyx intervient alors et ce fût toute une partie de son réseau qui enquêta sur les agissements de Haapur. Ils ne mirent pas longtemps à remonter la trace du poison et de l'alchimiste qui l'avait concocté. Car si la morte-kabash était difficilement traçable, inodore et incolore, elle restait complexe à produire. Le Maître des Milles-Caves tendit referma alors ses griffes vengeresses sur le laniste. L'invitant à une réception qu'il prétexta être un rendez vous de la noblesse marchande de la ville, il s'agit en réalité d'un piège grossier.
On fit avaler de force le même poison à l'homme avant de le laisser dans une pièce en compagnie de Gilgamek, qui se déplaçait maintenant à l'aide d'un fauteuil et à l'unique force de son bras droit. Les cris qui s'élevèrent de la pièce furent inhumain.
Le lendemain, Salfaryl racheta les Fosses et y plaça son malheureux champion à leurs têtes. Ce n'était qu'une bien maigre récompense, mais cela lui permettrait au moins de vivre le reste de sa vie dans un luxe notoire sans pour autant quitter complètement les arènes qu'il appréciait tant.

Depuis, le Sombre avait prit l'habitude de lui rendre régulièrement visite, assistant pour l'instant d'une nuit, combats sanglants qui se déroulaient sur le sable. Le Sang-d'Argent en était même venu à apprécier l'ambiance, bien plus qu'il n'avait put l'imaginer.

« Qui vient de combattre à l'instant mon cher ? »
« Akaron. Homme du Nord. Tekoa. Homme noir.»
« Un combat intéressant s'il en est. Le Zurthan avait bien peu de chance.»
« Lui trop lent. Lui devoir mourir.»
« Certes, certes.»
Le Maître-Caves tira machinalement sur son brûle-gueule. S'il n'avait jamais était très loquace, en plus de la perte motrice de ses membres, il avait aussi perdu l'usage de la bonne conversation ainsi que l'usage de la partie gauche  de son visage. Salfaryl essayait néanmoins de ne pas y prêter attention, sachant pertinament qu'à l'intérieur de lui, la rage brouillionait toujours et qu'il était mal avisé de l'hâtiser.
« Et maîntenant Gilgamek, qui va combattre cet Akaron ?»
« Toi voir Maître. Toi voir.»
Un gargouillis guttural s'échappa de ses lèvres serrés, c'était sûrement la ce qui ressemblait le plus à un rire pour lui aujourd'hui.

Revenir en haut Aller en bas
Velkyn Xaran
Drow
avatar

Nombre de messages : 348
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  678
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Retour aux Fosses - Velkyn   Jeu 27 Juil 2017 - 15:36





Une soif inextinguible de sang semblait prendre à la gorge le publique qui, sans commune mesure, en redemandait d’avantage. C’est que depuis, l’arène avait acquis son lot d’habitué et qu’ils étaient pour la majorité, friands non seulement de duels, mais aussi de violence. La vue du sang excitait cette foule à l’instar des requins, prêt à bondir et à attaquer quiconque leur en priverait. Le grouillement de la foule en liesse atteignait son paroxysme et pour le néophyte de cette cage des Maccabées, la cacophonie semblait n’avoir aucune commune mesure. À tous coups, même un sourd aux esgourdes bousillées pourrait ressentir cette vague d’engouement. À cet effet, afin de ne pas la haine par-delà des temps morts trop échelonnés, les tourmenteurs passèrent au cou des corvéables une laisse, afin de les empêcher d’aller étrier l’arène de ses souillures.

Lorsque les portes de l’arène s’ouvrèrent afin de laisser entrer le prochain champion, le corps de Tekoa n’avait pas encore terminé de rougir le sable de la fausse. Quant à Akaron le déveinard, personne n’était à sa dextre pour l’encourager à reprendre son souffle plus prestement. Pourtant, il aurait dû, car son adversaire n’était pas la moitié d’un homme. Lorsque l’arénaire pietà dans la fausse, l’ambiance atteignit son climax aussitôt, accueillant le Haut-Prêtre de la sorte non pas à cause de son titre ou de sa renom, mais plutôt car tous savaient désormais que le prochain affrontement était éminent. Ah, de surcroît, il n’était pas incertain que leur enthousiasme ait été égayé par l’harnechement ô combien léger du nouveau belluaire. C’est que Velkyn s’était présenté devant tous, sans rien sur le dos, excepté une paire de bottillon et de pantalon de cuir clouté. Plutôt que de s’encombrer d’un harnois ou de quelques pelures de maille ou même de cuir, icelui avait préférer exposer les reliefs de son corps si particulier. L’entièreté de ses tatouages était à la vue de tous, représentant pour chacun d’eux l’une des déités sombres, ceux-là même qui serpentaient sur son derme scarifié en nombres d’endroits. Sa crinière immaculée et longue jusqu’à ses épaules était défaite et éparse, laissée à l’air libre et couvrant partiellement les traits austères de son faciès. Au travers la masse compacte d’adeptes de violence, certains commencèrent à se questionner, comme si la présence du Haut-Prêtre d’Uriz leur était familière …

Il s’avança lentement, tenant en ses mains deux poignards à la lame acérée. Son regard se plissa lorsqu’il jugea son adversaire puis, ses lèvres s’étiraient adagio en un sourire moqueur. Ses yeux ne quittèrent désormais plus sa cible, analysant ses possibilités d’approche. Son enchaînement de pas tantôt posé et calculé, s’emballa peu à peu pour grandir et devenir course. Rendu à sa hauteur, le héraut d’Uriz chercha une percée au niveau de l’abdomen, allongeant le bras dans le but de lui creuser un troisième œil au niveau du nombril. L’estoque parée de justesse par l’homme du Nord, profita de cette lancée pour répliquer durement et à son tour, tenter une touche. À la main, c’est plutôt munie d’une massue, dont la tête était ornée d’une protubérance suffisamment pointue et massive pour en percer même la plus épaisse des armures, qu’il échangeât violemment la politesse avec le Drow. Nettement désavantagé par son équipement restreint et vu la taille de l’engin de son opposant, la meilleure technique à utiliser restait l’esquive.

Mais à esquiver, le publique ne risquait pas d’être charmé et, au-delà de ce facteur de poids, Velkyn n’y trouverait pas son compte. Ne s’était-il pas compromis pour s’amuser un peu ? Enfin! Le sang coula pour le Nordien, entre deux mailles de sa cote métallique, le Drow planta l’un de ses poignards jusqu’à mi-lame puis, ce fût le déluge. Entaille après entailles, chaque ouverture fut exploitée par le maître de la guerre, mettant peu à peu en déroute le combattant septentrional. Ce sourire qu’afficha tantôt le Drow muta en quelque chose de plus cruel, mais d’autant amusé. Il se plaisait à outrance de voir sa victime couiner, saigner comme un pourceau et se trémousser comme un animal effrayé. À trop vouloir s’amuser et d’étirer l’agonie du pauvre hère, Velkyn se brûla. Un coup directement à l’estomac lui fit perdre le souffle, l’obligeant à se cambrer de l’avant en reflexe à la douleur. Le prochain coup ne se fit point tarder, car aussitôt le Nordien se rua contre le sombrelfe et chercha à le faire chuter au sol. Quel impacte ce fût! Comprimé entre l’animal mourant et le sable bondé de sang chaud, le Haut-Prêtre se débattait d’autant plus. Le duo de gladiateur lutaient tous deux pour leurs raisons, leur donnant le coup de main nécéssaire pour offrir de ces combats légendaires : l’un désirait vivre, meurtri à outrance et sachant son trépas à portée de main, l’autre désirait s’amuser, assouvir son besoin de sadisme et de violence.

Après un moment, à se faire masser violement les cotes par les jointures de son adversaire, plutôt que de tenter de se dégager, Velkyn chercha à saisir le crâne du Nordien et ainsi, le rapprocher d’un geste sec et vif, afin d’y fracasser son crâne contre le sien. Sonné, ce dernier vit des étoiles dans les yeux puis … Sentit son audition franchement déboussolée, car prit d’une douleur vive au crâne, en rouvrant les yeux, la première chose qu’il aperçut fut le Drow qu’il écrasait toujours de son poids, mais qui entre ses dents, détenait son oreille. Du front jusqu’au menton, une giclée sanguine avait peint le faciès du héraut d’Uriz. Il lui cracha rien de moins que ce qui lui appartenait au visage, lui laissant comme dernière image de lui, un sourire cruellement satisfait et comblé, avant de lui planter dans l’un de ses orbites, l’un de ses poignards qu’il avait ramassé du bout des doigts.

Péniblement, mais non mécontent, le Haut-Prêtre se redressa sous les louanges des spectateurs satisfaits. Pourtant, le vainqueur ne s’y attarda pas et quitta sans autres cérémonies, s’essuyant seulement le rebord des lèvres du revers de son poing.

C’était amusant …


Revenir en haut Aller en bas
Salfaryl le Sombre
Nain
avatar

Nombre de messages : 56
Âge : 26
Date d'inscription : 14/03/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 297 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Retour aux Fosses - Velkyn   Jeu 31 Aoû 2017 - 12:36



C'est sans un mot que Salfaryl assistait au combat qui se déroulait dans la Fosse. Il n'était pas un grand expert, loin d'être aussi assidu que certains des badauds qui s'égosillaient dans les gradins. Mais le duel qui se jouait la n'avait rien d'équitable. Point besoin d'être un grand connaisseur, le noirelfe surpassait l'homme du nord. Le Maître des Caves avait l'impression d'assister à un combat entre un chat joueur et une souris querelleuse. Le rongeur avait des chances de blesser, des chances d'esquiver, mais son destin le conduirait inévitablement à trépasser entres les griffes du félin.
Les déplacements du sombre était rapide, vif, précis, son corps tout entier chantait la guerre et le pugilat. Ses étranges tatouages semblaient eux aussi raconter le récit d'une vie passer au fil de l'acier. Le nain grommela, quelque chose le dérangeait au plus haut point chez cet oreille-pointu.
Salfaryl se pencha un brin en avant et héla de sa voix parcheminé le propriétaire des lieux.
« Donne moi son nom Gilgamek.» Il ne s'agissait la point d'une question.
Le Laniste gromella, peut être riait t'il encore, mais il avait saisit l'ordre à peine dissimulé.
« Lui Velkyn Xaran. Haut-Prêtre de la Guerre.»
« Le couillard de la Faussegerone.» Cracha le Sang-d'Argent du tac au tac.
Gilgamek lui ne répondit rien, braquant son oeil sur le combat qui se jouait toujours.

Mais le Maître des Milles-Caves lui était en réflexion intense. Voila que sous ses yeux, dans son établissement, se trouvait l'amant de son ennemie.  Une foule d'idée lui vinrent en tête. Celle de présenter la tête de ce dernier sur un plateau d'argent aux portes de la Corporation en tête de liste. Il s'imaginait déjà le faciès de la sombrette, la souffrance sur ces traits, la haine qui jaillirait dans son cœur et au delà de tout, l'impuissance qui la saisirait implacablement. De quoi faire trembler son monde de certitude.
Il dut réprimander ses instincts les plus bestiaux, un acte de ce type l'aurait grandement soulagé, mais ses conséquences auraient était terrible. Une guerre ouverte en Prince-Marchand nuirait au Sacro-Commerce. Non, il fallait la précéder d'une autre façon.
Le Sombre s'adressa à nouveau au laniste.
« Fait le mander dans la loge une fois les combats terminés.»
« Si lui mourir avant ? »
« Ce genre de viandard ne calenchera pas ici Gilgamek.»
Son hôte bava un nouveau rire gras et hocha de la tête. Il transmit les ordres du Maître aux serviteurs. Ceux ci se rendirent alors dans les quartiers des combattants en quête du dénommé Velkyn afin de transmettre de vive voix. La soirée n'était pas encore terminé pour les bretteurs et elle ne faisait que commencer pour le Prince-Marchand.

Revenir en haut Aller en bas
Velkyn Xaran
Drow
avatar

Nombre de messages : 348
Âge : 29
Date d'inscription : 02/03/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  678
Niveau Magique : Apprenti.
MessageSujet: Re: Retour aux Fosses - Velkyn   Mar 12 Sep 2017 - 3:56





Si le premier affrontement tua tout espoir d’un mauvais investissement pour le coût de leur entrée dans la fausse, les spectateurs en eurent doublement pour leur or lorsque le Haut-Prêtre retourna dans l’arène pour défaire deux adversaires à la fois. Pour eux, le tout était de croire qu’en réalité, les combats semblaient plus égaux à deux contre un ; la réalité était tout autre. Dans les profondeurs du Vatna où tirait tout son talent le combattant d’Uriz, l’habitude était de guerroyer contre les plus fourbes, les plus vicelards, en des rixes injustes qui demandaient aux guerriers à faire usage d’imagination, de débrouillardise pour trouver une faille à ce désavantage cuisant. Voilà ce que fit Velkyn, en défaisant ses adversaires l’un après l’autre, en enchaînant les victoires et les estafilades contre son corps ravagé par les cicatrices et autres scarifications. À un moment, certains venaient même à se demander si le bougre faisait exprès d’être marqué par l’arme de son ennemi, comme pour se railler d’eux, leur laisser croire un moment qu’ils avaient une chance, aussi maigre soit-elle, de s’en sortir vivant …

Ce ne fût qu’une fois la nuitée bien entamée, après que le Drow se soit retrouvé dans les quartiers des bêtes de cirque, qu’il croisa l’hôte des lieux. Alors il comprit qu’il avait bonne impression, se dit-il, tout en passant un peu d’eau contre son visage empoissé par le sang de ses ennemis. Puis, sans poser d’avantage de question au monstrueux coursier, le Haut-Prêtre confisqua à un autre laideron une poche de cuir généreusement remplie de vinasse, dans laquelle sans doute le pauvre aurait désiré s’abreuver après cette longue aventure. Pas très loquace, Velkyn se mit dans l’ombre du coursier pour le suivre jusqu’aux appartements nanesque du Prince Marchand, auquel il rencontra pour la première fois. Sans le saluer, ni lui témoigner le moindre respect, il préféra s’approcher de lui et observer aux alentours les décorations de la salle dans laquelle ils se retrouvaient. Ce ne fût qu’ensuite qu’il daigna observer le Prince, tout en tétant une généreuse gorgée de son contenant alcoolisé.
« Je peux vous aider? » Dit-il simplement, concisément, lui qui s’était manifesté devant le Prince sans même se rhabillé ; toujours vêtu de ses braies de cuir salies à outrance de sable, de sang et de boue.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour aux Fosses - Velkyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour aux Fosses - Velkyn
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse
» Jacques Bernard , un retour avec le plein pouvoir ou presque...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: