AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nous réunir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Nous réunir   Dim 6 Aoû 2017 - 13:26


Néris,
Mois de Karfias, hiver de la 10e année du 11e cycle


A Bathilde d'Ancenis et aux membres du Conseil de régence d'Ancenis,


Chacun d'entre nous aura certainement reçu la missive du Comte de Missède. C'est donc, notamment pour faire suite à ce lien, que nous demandons à nous réunir à Ancenis-la-ville dans les jours prochains.

Il nous apparaît nécessaire de devoir faire suivre une réponse concertée à l'encontre du Comte Ernest de Missède, qui a pris la peine de s'enquérir de notre situation. Et c'est justement pour faire le point entre nous sur ce qu'il convient de préparer prochainement, que nous devrions nous réunir rapidement.

Puissiez-vous recevoir nos salutations respectueuses,
Faraj d'Orneyad et Eïlyn de Néris, Seigneurs de Néris.


Dernière édition par Sangarah d'Orneyad le Mer 11 Oct 2017 - 13:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Sam 12 Aoû 2017 - 14:19

1er jour de la 7e ennéade de Karfias, 10e année du XIe cycle.


La réponse du régent tardait à venir. Après la sollicitation de Faraj pour la réunion du Conseil, nul confirmation ou infirmation ne lui fût parvenu. Or, il pensait important, si non urgent, d'échanger sur la situation de la Baronnie. Depuis combien de temps n'en avaient-ils donc pas eu l'occasion ?
Ceci était inquiétant. Il était du devoir et de la responsabilité des Seigneurs de l'Ancenois de prendre part à la régence de la Baronnie, jusqu'à la majorité de Bathilde d'Ancenis. C'est ce qu'Abriel de Néris avait signé, et c'est ce que Faraj entendait faire respecter.
Des pigeons furent envoyés à Mons et Aspremont, prévenant de la visite de Néris. Il fallait espérer qu'il n'ait pas encore neigé dans le Nord de l'Ancenois.

Briac terminait de sangler la scelle de son hongre gris, tandis que Sangarah revêtait sa cape, par-dessus l'épée et le bouclier sanglés dans son dos. Cinq chevaliers les accompagneraient.
- Richard de Mons a été très malade. J'espères que nous serons au moins reçu par son fils aîné héritier.

Sangarah et ses hommes arrivèrent à Mons en fin de journée. Ils avaient longé le Ner sans encombre, puis coupé à travers bois pour rallier la Cité en moins d'une journée. La neige demeurait très présente, mais à cheval, la région devenait plus praticable qu'il n'y a quelque temps. Les chevaliers furent bien accueillis. Mons et Néris étaient restés en bon terme depuis les fonctions d'Arthur de Melasinir à la tête de la Baronnie. Ce fût chargé d'un humble présent que Sangarah se présenta aux responsables de la Seigneurie.
La soirée lui permis d'exprimer les inquiétudes de son père vis à vis du Conseil de régence d'Ancenis. Le silence de la Baronnie durait depuis trop longtemps, manquant aux obligations des Seigneurs de L'Ancenois. De plus, le climat extérieur, la menace du Nord sur le Médian pressait Ancenis à devoir se positionner. Le couple ducal était menacé. Mais d'avantage que leur vie, c'était celle du peuple de la Baronnie dont il était question. Car Néris avait aujourd'hui la profonde sensation d'être livrée à elle-même. Et si c'était le cas, la priorité revenait à la préservation de l'intégrité de l'Ancenois. Mons et Aspremont devaient également se reconnaitre dans l'incompréhension de Néris. Ainsi, Sangarah s'évertua à convaincre l'héritier de Mons de l'accompagner à Ancenis-la-ville.

Le lendemain matin, Sangarah se remit en route. Aspremont étant à une grosse journée de Mons, les Nérisois partirent avant l'aube. Dame Helene d'Aspremont était de mémoire, la dernière représentante de la famille d'Aspremont, à moins que sa mère soit encore en état de gouverner. Mais Faraj n'avait pas eu de nouvelle depuis trop longtemps pour en être certain.
Ils arrivèrent tard dans la nuit. La chevauché fût plus laborieuse, surtout à la nuit tombée, ce qui avait ralentit la progression.

Au lendemain, les représentants de leur Maison purent échanger de nouveau, au sujet du Conseil. Sangarah et l'héritier de Mons s'étaient entendus facilement. Le Chevalier adopta le même discours, consciencieux.
- Sire Raymond d'Ancenis n'est pas seul. Nous devons tous nous rencontrer, et honorer nos engagements au Conseil.

Rendez-vous était donné. Sangarah espérait que Mons et Aspremont seraient présents.

Trois jours s'écoulèrent ensuite. Sangarah pu informer son père de ses entrevues, confiant sur la présence de Mons et Aspremont.
Faraj d'Orneyad et son fils se mirent en route pour Ancenis-la-ville, où devait les rejoindre les autres Seigneuries. La-bas, ils demanderaient à rencontrer Raymond d'Ancenis.


Dernière édition par Sangarah d'Orneyad le Mer 11 Oct 2017 - 13:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Sam 12 Aoû 2017 - 22:27




Orderic de Fonrac
Grand Prêtre de Néera en Ancenis
Membre du conseil de régence de la baronnie




- Mais ils sont déjà ici, votre bienveillance !

- Et alors, Gontran, peux-tu me dire quel est le problème ?
- Ils ont demandé à voir Raymond d’Ancenis en personne et vous …
- Je … ? Je ne suis pas Raymond d’Ancenis ? Je fais partie du conseil de régence au même titre que lui et j’estime qu’il est de mon devoir d’apaiser la situation actuelle.

Sans plus attendre, Orderic franchit la porte en bois massif de la salle d’audience où l’attendait les représentants de Néris. On disait depuis quelques temps les Nérisois mécontents de l’ingérence manifeste qui planait sur la baronnie. Le Grand Prêtre ne pouvait que trop aller dans le sens du seigneur de Néris. Bathilde était encore jeune et insouciante. Là où le conseil de régence ne se contentait que de faire le strict nécessaire en remplissant sa mission d’assurer la pérennité de la baronnie et du pouvoir en place. Néera seule savait combien la tâche était ardue, étant donné qu’Ancenis était cernée par ses ennemis au sud, comme au nord.

Orderic était un homme concerné. Il n’aimait pas laisser les choses au hasard et avait suivi la montée des mécontentements des seigneurs locaux depuis le temple où il officiait. Les rumeurs disaient que le seigneur de Néris avait envoyé son fils quémander du soutien dans toutes les terres de la baronnie afin de rapporter son mécontentement ici, à Ancenis-la-ville. Alors, en sa qualité bienveillante de Grand Prêtre, Orderic s’était questionné sur la finalité d’une pareille action et sur les bienfaits éventuels que pourraient en tirer les différents seigneurs ancenois.  Non content d’être au courant du manège des Nérisois, il avait également mené une réflexion sur la réponse qu’il pourrait leur donner afin de les apaiser. Le discours était rodé, il se sentait prêt.

Le Grand Prêtre d’Ancenis vit qu’une petite troupe avait été accueillie. Il reconnut immédiatement Faraj d’Orneyad, natif d’un pays lointain et donc facilement reconnaissable, mais légitime successeur du défunt seigneur de Néris.

- Votre seigneurie, soyez le bienvenu à Ancenis-la-ville. J’espère que votre route a été bonne, malgré les affres de l’hiver. Je me présente, Orderic de Fonrac, Grand Prêtre et humble serviteur de la DameDieu ; ainsi que membre du conseil de régence au nom de son honneur Bathilde d’Ancenis. Vous me voyez être votre obligé en ce jour, que nous vaut l’honneur de votre présence ?

Le ton était courtois et simple. D’ailleurs, Oderic était un homme simple. La baronnie vivait des temps bien calmes, comparé à ce qu’elle avait pu connaitre. La paix n’avait pas de prix et le Grand Prêtre de Néera ferait tout pour préserver cette dernière.



HRP:
 

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Dim 13 Aoû 2017 - 9:43


Faraj d'Orneyad, Seigneur de Néris



Les Nérisois n'eurent pas à patienter longtemps. Un homme, qui n'était pas Raymond d'Ancenis mais membre du Conseil également vint les trouver dans la salle.

Faraj ne portait plus l'armure depuis un moment, à l'inverse des sept chevaliers de son escorte et de son fils. Depuis sa succession, il avait laissé ses armes de fer, non par plaisir, mais avec un certain soulagement. Son corps ne suivait plus aussi bien qu'avant. Ses réflexes et son endurance avaient bien diminué. Mais sa combativité n'en était pas pour autant écrasée.
C'est munie de sa canne, le torse droit dans un épais manteau de voyage et le visage grave, qu'il vint saluer Orderic, inclinant modestement la tête. Un pas derrière lui, Sangarah l'imita sans mot dire, le heaume sous le bras, tandis que les autres chevaliers patientaient sagement plus en retrait.

- Votre Bienveillance, répondit-il sereinement, d'une voix profonde. Je vous remercie de votre accueil, et vous prie d'excuser notre arrivée inopinée. La route fût bonne, par la Grâce de Néera.
Il joignit ses deux mains appuyées sur le pommeau de sa canne.
Nos voisins m'interpellent. Les uns semblent s'agiter au Nord, menaçants, quand d'autres au Sud s'enquièrent de notre situation. Ma lettre à l'intention du Conseil, silencieux, étant restée sans réponse, je viens donc l'interpeller à mon tour.

Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Dim 20 Aoû 2017 - 16:39




Orderic de Fonrac
Grand Prêtre de Néera en Ancenis
Membre du conseil de régence de la baronnie



Le seigneur de Néris fut direct dans son approche. Il ne semblait pas être ici pour parlementer mais davantage pour faire avancer les choses. Peut-être que sa présence dans le conseil de régence d’Ancenis aurait pu être profitable. En effet, le conseil de régence assurait son rôle : il maintenait le pays en état en attendant que la baronne légitime soit en âge de gouverner. Mais parfois, Orderic se sentait forcé de détester ce système bureaucratique et inefficace qui avait été mis en place. Le Grand Prêtre était d’avis qu’un changement devait toujours être amené avec prudence, mais à ce stade là ce n’était même plus de la prudence …

Puisque Faraj ne semblait pas enclin à s’enliser dans une conversation sans fin, Orderic lui emboita le pas en lui répondant de manière simple et directe.

- Votre lettre a été lue en présence du conseil de régence. Nous n’y avons pas encore fait de retour car les sujets soulevés par notre voisin suderon ne sont pas de notre autorité. A l’heure où le mot « guerre » est dans l’esprit de tout un chacun sur notre continent, pensez-vous qu’il soit sage de prendre des décisions risquées ?

Le seigneur de Néris devait très bien savoir à quoi le Grand Prêtre faisait allusion. Ancenis était liée par serment au duché du Médian ainsi qu’à ses souverains, Blanche de Hautval et Nimmio de Velteroc. Un couple puissant mais belliqueux qui s’était créé, au fil des ans, une colonie de détracteurs à travers tout le continent. S’il n’était pas dans les habitudes d’Orderic de s’intéresser à la politique. Il était davantage dans ses coutumes de veiller au bien être des fidèles de la DameDieu. Il voyait pertinemment que l’avenir sombre destiné à Ancenis n’augurait rien de positif pour ses habitants. S’il était un homme de compromis au quotidien, Orderic savait pertinemment que la politique et la guerre n’offraient pas toujours des possibilités de négociation.

- Messire, je vous sens concerné par l’avenir de nos terres. Vous m’en voyez honoré. Mais vous devriez faire attention. L’orage s’annonce plus au nord. Si la mort ne vient pas du sud, elle viendra du nord. Je pense être en position de vous dire que j’aime le pays ancenois comme peu d’hommes en ce monde mais … Il s’arrêta un instant, le regard assombri par les paroles qu’il prononçait. Quoique nous fassions aujourd’hui, je ne suis pas persuadé que l’avenir d’Ancenis appartiennent réellement aux ancenois.


HRP:
 

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Dim 27 Aoû 2017 - 15:26

Faraj écouta Orderic, se contentant d'un subtile acquiescement à sa question rhétorique. Il entendit ce qui semblait être un désire de prudence et de temporisation. Faraj ne souhaitait brusquer personne, et savait que la situation actuelle, bien que périlleuse pour Ancenis demandait réflexion. De plus, le lien de la Baronnie avec le reste du Médian semblait laisser peu de marge de manœuvre à ceux souhaitant la paix, aujourd'hui.
Pourtant, l'inaction les condamnerait sans doute autant que les mauvaises décisions. Restait à savoir la part d'auto-détermination qu'avait encore les Seigneurs de l'Ancenois et le Conseil d'Ancenis pour la sauvegarde de leur intégrité.

- C'est parce que je porte attention aux gens qui comptent sur notre protection que je suis venu. Je n'attendrai pas la mort, Votre Bienveillance, d'où qu'elle vienne.

Il avait combattu toute sa vie, bravé des ennemis pour de l'or, enduré des blessures pour son Seigneur. Il n'avait pas peur de se battre pour protéger les siens.

- Et je crois que, si l'avenir d'Ancenis n'appartient pas aux Ancenois, les Ancenois se doivent de faire leur possible pour l'influer.

Car si la Baronnie avait prêté serment au Médian, ce n'était pas pour en être délaissé. Or, aucune nouvelle du couple Velteroc et de leur projet n'était parvenu à Néris, les laissant à leur sort.

- Le Conseil d'Ancenis n'a-t-il point pour devoir de conseiller Nimmio de Velteroc et Blanche de Hauval ? Si tant est que vous ayez reçu de récents échos de leur part.

Faraj n'avait pas changé de posture, ni de ton, demeurant aussi pausé qu'à son arrivé. Il s'était réchauffé, mais ne montra aucun signe d'inconfort, portant toujours son lourd manteau sur les épaules. Et s'il prenait son temps pour répondre calmement à son interlocuteur, il n'hésitait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Mer 11 Oct 2017 - 13:19

L'instant de silence pesant donna véritablement l'impression qu'Orderic voulait écourter la visite du Seigneur de Néris. Visiblement, ni Raymond d'Ancenis, ni aucun autre membre du Conseil de régence n'était disponible pour s'asseoir autour d'une table à ce jour, hormis Orderic. Le Haut prêtre tâchait de faire bonne figure, souhaitant sans doute renvoyer Faraj à ses occupations, à Néris. Pourtant, il ne renoncerait pas. La situation de la Baronnie demandait trop d'attention pour ignorer le silence du Conseil. Et puis, Faraj s'était engagé vis-à-vis d'Erac. Il ferait entendre ce qu'il avait à dire, c'en était décidé.

Il prit une grande inspiration, avant de reprendre la parole.

- Je vois que vous n'êtes pas prêt à me recevoir. Alors, je vais vous laisser réunir le Conseil, et revenir. Vous avez cinq jours de plus, Votre Bienveillance. Le temps nous manque, je suis sûr que vous me comprenez.
Je reviendrais ici-même, dans cinq jours, pour m'exprimer face au Conseil, qu'il vente et qu'il neige.


Raymond d'Ancenis serait sans doute mis au courant, et cette fois-ci, peut-être envisagerait-il de se montrer.

- Je m'engage également à y convier les Seigneurs de Mons et d'Aspremont. Ce que j'ai à dire les intéressera certainement.

Orderic prévenu, Faraj le salua comme à son arrivée, en lui tenant ces derniers mots:
- J'ose espérer que vous n'ignorerez pas les seigneurs qui gardent l'Ancenois.

Et Faraj s'en retourna pour quitter les lieux avec son escorte.


Le soir même fût écrit un message, destiné aux Seigneurs des terres de la Baronnie. Il fallait espérer que la visite de Sangarah ait amorcé leur prise de conscience.

Citation :
"Seigneurs et Dames de Mons et d'Aspremont,

En ce 5e jour de la 7e ennéade de Karfias, je vous salut et demande votre attention. La guerre couve. La menace du Nord et du Sud est certaine. Or, nous n'avons nul information de la part du Conseil d'Ancenis. Nous sommes livrés à nous-même, et ils se contentent du silence.
Alors, si le sort des vôtres vous importe, exigez audience sans attendre. Nous devons nous organiser et renvoyer chacun face à ses responsabilités.

J'ai prévenu le Conseil. Je serais à Ancenis-la-ville dans cinq jours. Je vous enjoint à prendre place également et à vous faire entendre.

Mes respects,


Faraj d'Orneyad
Seigneur de Néris"
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Lun 16 Oct 2017 - 22:37



 °  
Orderic de Fonrac     Raymod d'Ancenis
Grand Prêtre de Néera en Ancenis et Père de Blanche d'Ancenis ( oncle de feu Aemon IV, ancien baron d'Ancenis).
Membre du conseil de régence de la baronnie


Hiver - 3e jour de la 9e ennéade de Karfias
10e année du XIe Cycle


Orderic se leva prestement et épousseta sa tenue cléricale en entendant quelques coups frappés à la porte. Grand bien lui en prit puisque ce n'était pas un vulgaire messager qui patientait derrière la porte. Raymond d'Ancenis, en personne, dans un pourpoint rouge-sang, darda son regard sur le Grand-Prêtre en robe bleue.

« Ils sont là. »

Les deux hommes acquiescèrent de concert et quittèrent immédiatement les lieux en direction de la grande salle qui abriterait leurs débats du jour. Ils arboraient tout deux un air grave. Même Orderic, habituellement affable bien que calme, semblait inhabituellement renfermé. Les rumeurs qui leurs étaient parvenues n'avaient rien d’engageantes en même temps. Les vassaux grondaient. Blanche était impossible à contacter. Le Duc Nimmio jouait les fantômes. Raymond craignait de jour en jour davantage pour la sécurité de la jeune baronne et en était même venu à doublé sa garde. Le Conseil de régence avait du se rendre à l'évidence : il était seul. Seul face à ses vassaux mécontent. Seul entre les mouvements de troupes qui avaient été rapportées au nord et les menaces de la couronne émanant de Merval. Diantra était sous contrôle Soltari et Langecin, comme si même ce duché à la fois traître et trahi avait réussi à faire oublié son passé au profit d'une paix commune. Toutefois, la main tendue du Comte de Missède n'avait pas été réitérée.

D'une certaine façon, si Raymond était parfaitement fier d'avoir tenu bon jusque là face aux menaces et aux tentations, Orderic regardait le passé avec quelque regrets. A vouloir trop attendre de voir venir et à trop en demandé à ses suzerains absents, la régence c'était coupé des principaux alliés qui auraient put lui éviter ce qui semblait se tramer au nord... Et à l'intérieur de leurs frontières. Le plus gros regret du vieil homme était de ne pas avoir pris au sérieux le seigneur de Neris quand il était venu la première fois, car si les rumeurs étaient fondées à son propos, alors le sang serait peut-être versé dès aujourd'hui...

Une porte à franchir et ils se trouvaient tous deux face à la longue table ovale à laquelle présidait la jeune Bathilde. Elle ne pourrait décider quoi que ce soit mais Raymond avait décidé qu'en sa qualité de baronne, elle devait assister à cet événement qui promettait de marquer les mémoires. Orderic craignait pour sa sécurité mais hélas, Aemon était venu à la rescousse de l'Ancenis et le grand-prêtre avait du s'incliner. Le borgne, d'ailleurs, ne serait pas là ce jour. Il avait décidé de rallier lui-même Hautval, bien décidé à s'entretenir de vive voix avec quiconque se réclamait encore de leur suzeraineté.

Autour de la table, les visages s’alignaient, prêt à en découdre. Les représentant de Neris, Aspremont et Mons ainsi que le vieux Guillaume d'Ofray célèbre chevalier Ancenois qui avait plus d'une fois montré une loyauté sans faille à la famille régnante avant de gagner ses lettres de noblesses en tant que conseiller à la suite d'une mauvaise blessure au dos qui le tenait à moitié voûté.

« Nous n'attendions plus que vous. »
caqueta le vieux chevalier avec un sourire malgré sa disgracieuse posture.
- Bienvenu à vous tous, en ce cas.
- Seigneur d'Orneyad. » salua Raymond, un peu plus sec qu'il n'était de coutume. « Si vous voulez bien commencer, nous vous écoutons. »

Les hostilités étaient lancées... Et Raymond ne cachait pas les mauvaises dispositions dans lesquelles toute cette affaire le mettait d'avance.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/


Dernière édition par Entité le Mar 17 Oct 2017 - 19:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Mar 17 Oct 2017 - 9:19

Il fallu finalement plus de temps au Conseil pour se réunir. La pression du Nord, la réflexion, ou les manœuvres qui agitaient l'ancenois avaient sans doute décidé Raymond et son entourage à accueillir le Conseil de vassalité. Faraj pu constater alors qu'il avait eu raison d'insister, quitte à brusquer.

Ce jour, il revenait accompagné de son fils aîné Sangarah, et d'une escorte plus importante que la première fois. Une cinquantaine de chevaliers nérissois patientaient aux portes du château, avec ceux de Mons et d'Aspremont. L’atmosphère était tendue, et chacun semblait vouloir prendre des dispositions qui n'apaisaient personne.
A la table, Robert* de Mons, fils successeur de feu Richard avait pris place. Cela faisait des années qu'il prenait activement part à la charge seigneural, déjà lorsque son père était malade, surtout depuis la querelle de Mons. Jeune et impliqué, Sangarah l'avait rencontré deux ennéades plus tôt, lors de son tour de l'ancenois. Il voyait en lui un homme d'honneur dévoué. Il avait également été reçu par Hélène d'Aspremont à la tête de la Châtellenie depuis plus de six années, également présente. Cette dernière assurait la gérance depuis le décès de son frère, et semblait maintenant rodée à la charge de ses responsabilités. Elle semblait très encline à la paix des siens.
Vêtu chaudement en cette fin d'hiver, Faraj était donc assis, sa canne à son côté, le visage grave, avec Sangarah à sa droite, et accueillit les salutations de Raymond en opinant poliment du chef.

- Tout d'abord, je tiens à remercier tout le monde de sa présence, commença-t-il. J'ai insisté car le temps presse. Vous savez tous à présent que la menace du Nord, et du Sud, se fait certaine. Et nous savons tous pourquoi.
Il fixa Raymond, et balaya les autres d'un bref regard.
- Or, aucune disposition ne nous est parvenue, ni de Hautval, ni de Velteroc, nous laissant à notre sort. Ancenis et des milliers de vies sont menacées, ce qui nous inquiète tous, et aucune directive ne nous parvient.
Je ne l'accepte pas,
annonça-t-il gravement en accrochant à nouveau Raymond et Orderic.
La jeune Bathilde étant présente mais certainement exempte de prise de décision, sa vie demeurait également menacée. Le Conseil devait aussi s'en inquiéter.

- Il est honorable de mourir pour de justes causes. Mais qu'en est-il de mourir par attentisme, ou pour des êtres ne se souciant pas d'autres vies que la leur ?
Je refuse cela. Je suis venu vous le dire, et vous demander de bien considérer ce qu'il risque de se passer.

Cette fois, il regarda  les seigneurs qui devaient ressentir le même dénuement.

- Je tiens ici un courrier d'Erac. Il souleva le parchemin qu'il replaça à plat sous sa main. Il espérait que la missive fasse office de preuve concrète à ce qu'il avançait.
- Le Duc d'Erac assure pardonner tout Seigneur reconnaissant sa Suzeraineté, et le préserver de la guerre.
Je parle de l'avenir de l'ancenois et de ses habitants. Alors, pour qui sommes-nous prêts à mourir, et pour quelle cause ?
*:
 
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Mar 17 Oct 2017 - 11:36



 °  
Orderic de Fonrac     Raymod d'Ancenis
Grand Prêtre de Néera en Ancenis et Père de Blanche d'Ancenis ( oncle de feu Aemon IV, ancien baron d'Ancenis).
Membre du conseil de régence de la baronnie


La première prise de parole trouva un échos certains chez tous les participant, et ceux, même si Raymond se rendait à l'évidence de moins bonne grâce que les autres.

« Certes bien. » Gronda ce dernier après s'être fait outrageusement traité d'attentisme, ce qui ne lui semblait pas mieux en ce jour qu'un soufflet bien senti. Contre cela, au moins, il aurait put se défendre. Mais lorsque le Seigneur de Neris en vint à Erac t que vint le temps de glapir, ce fut le silence d'Orderic après la tirade de son compère qui eut de quoi surprendre ceux qui le connaissaient.

« Quoi ?! Vous déraisonnez ! Vous voulez renier nos serments pour rejoindre les rangs de cette girouette ? Il est de ceux qui ont abandonné notre cause avant même de lui donner une chance véritable ! Il n'attendait que de pouvoir se placer plus généreusement auprès de la couronne puisque personne là-bas n'a pu avoir la couronne pour lui-même! Je n'abandonnerai pas ma fille pour un tel homme! Et je défend à qui que ce soit ici de remettre en cause son bon droit ! 
- Allons. Allons. Raymond. Vous mettez trop de feu dans tout cela. »

La jeune baronne avait sursauté sur son siège en voyant son oncle se relever d'un coup, mais Orderic, silencieux, lui souriait tandis que Guillaume calmait doucement l'empourpré. Il y avait toujours quelque chose de bienveillant dans le regard du vieux prêtre, mais également quelque chose de triste aujourd'hui... Bien moins rassurant que d'habitude.

« Guillaume. Il n'y a pas a parler de ça. Ancenis ne devrait pas être prête à renier ses serments pour s'épargner quelques combats.
- Et pourtant, regardez autour de vous. Les seigneurs sont là pour nous demander d'y réfléchir. Écoutez-les, au moins. La guerre n'est pas aussi exaltante que d'aucuns veulent bien le penser... » ajouta le chevalier rompu pour obliger une bonne fois pour toute son compère à se remettre.
- Très bien... Allez-y. Pourquoi devrions nous accepter cette offre alors que nous n'avons aucune frontière en commun et qu'il va sûrement profité de notre position de tenaille pour déclarer la guerre à Hautval même lorsque les batailles qui s'annoncent seront finies ? Expliquez moi donc pourquoi ma fille devrait subir une autre trahison.»

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Mar 17 Oct 2017 - 21:57

Faraj ne broncha pas à l'intervention émotive de Raymond. Tout juste fronça-t-il les sourcils lorsque furent évoqués les serments passés. Il ne souhaitait pas envenimer les choses, bien au contraire. C'était par honnêteté et sens du devoir qu'il venait prévenir chacun, et tenter de les sauver d'un massacre. Alors, c'est calmement que le Seigneur de Néris reprit la parole.

- Le problème n'est pas de combattre, mais bien de savoir pour qui, et pourquoi.
A nouveau, il s'appliqua à regarder tout le monde, bien que son attention se porte beaucoup sur Raymond qu'il fixait dans les yeux.

- Vous avez raison sur un point: les serments se doivent d'être tenus. Pourtant, qui a rompu le siens, lorsque Nimmio s'est autoproclamé Duc du Médian ?
Erac était notre suzerain, et il aurait dû le rester, car Ancenis avait prêté serment d’allégeance.

- Alors, vous pouvez imaginer les plans futurs de Renaud. Pour l'heure, il suffit de relire ceux passés de Nimmio et de Blanche pour s'appercevoir qu'ils nous ont conduit à rompre nos premiers engagements sur l'honneur, nous couper du reste du Royaume et finir menacé par les armées du Roi. Pourquoi au juste, si ce n'est par ambition d'un général aussi émérite soit-il, mais n'ayant aucun droit sur un Duché qu'il avait pourtant juré de servir ?
Ceci est trahison.

- S'il y a un homme dont la parole peut être sujette à de sérieux doute, je crois que c'est Nimmio de Velteroc, aujourd'hui étonnamment silencieux.


Conscient que cette déclaration pouvait faire mal aux oreilles de Raymond et à l'amour qu'il portait pour sa fille, Faraj enchaîna en veillant à contrôler l'intensité de sa voix, pour qu'il soit correctement entendu.

- Je n'en veux pas à votre fille d'avoir suivi son époux, adressa-t-il à Raymond. Comme je comprends que vous la défendiez en tant que père. Mais il s'agit ici de se positionner en tant Seigneurs et Baronne d'Ancenis, responsables de milliers de vie humaines, et porteurs de principes Justes.

- Une opposition aurait pu se construire autour du Duché d'Erac. Au lieu de cela, Nimmio s'est laissé griser par le pouvoir. Il n'était pas Juste de rompre notre serment à Erac. De force, le Nord et le Sud pourront nous écraser par vengeance ou sentiment de devoir envers le Roi. Pourtant, aujourd'hui Renaud nous tend la main.
Reconnaissons nos erreurs.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Mer 18 Oct 2017 - 2:15



 °  
Orderic de Fonrac     Raymod d'Ancenis
Grand Prêtre de Néera en Ancenis et Père de Blanche d'Ancenis ( oncle de feu Aemon IV, ancien baron d'Ancenis).
Membre du conseil de régence de la baronnie



Raymond serrait les mâchoires au point qu'elles en soit blanchies. Il n'oubliait pas  à qui il devait en parti sa place dans ce conseil. Il n'oubliait pas à qui il avait donné la vie. Et il n'oubliait pas non plus qui était la tutrice officielle de Bathilde.

" Vous parlez de notre choix de suivre Hautval comme d'une erreur à la charge de Nimmio et de Blanche, quoi que vous vouliez me pisser comme miel pour adoucir vos accusations." réussit-il a articuler sans se mettre à hurler cette fois. Sa voix n'en était pas mois d'une froideur terrifiante. " Mais nous avons fait ce choix en connaissance de cause. Nous avons choisi de suivre non seulement un duc, mais également une légitimité. Ma fille est la mère de princesses de sang, au même titre que ce Bohémond dont, je vous le rappelle, nous ne savons même pas s'il est effectivement le véritable Bohémond. Ma fille est la tutrice officielle de Bathilde. Et elle a été maintes fois dénigrée et trahie par ceux qui avaient prêter serment de s'unir à elle pour l'avenir du royaume.
- Vous ne pensez pas qu'en suivant Nimmio et en l'encourageant, votre fille aurait pu...
- Non ! Ancenis, a fait le choix. NOUS avons fait le choix de nous battre aux côté du Médian, chacun pour ses propres raisons. L'honneur la gloire, l'avidité. C'était un pari risqué pour certain. Un choix de cœur pour d'autres. Dans tous les cas, l'heure est venu d'en assumer les conséquences. Je ne démordrai pas de ce point. Et n'importe quel homme d'honneur ne le devrait pas plus. "

Elle se rassit au fond de son siège, jaugeant avec un peu plus de calme les différents seigneurs présents. Il prit même un instant pour respirer et se pinça l'arrête du nez avant de reprendre.

" Ne soyons pas happé par la facilité. Notre choix n'est pas du fait des autres et nous n'avons pas bêtement tourné kazakhe au royaume du jour au lendemain. Nous avions beaucoup à gagner dans l'ascension de Hautval et Velteroc. Ce n'était pas une action due au hasard. Mais nous avons également œuvré au mieux pour le royaume lorsque le roi lui-même ne pouvait le faire. La Ligue a été sabordée de l'intérieur. Erac fut le premier. Certes, Nimmio et ma fille ont des tords mais n'oublions pas quels sont aussi les nôtres et ceux de tout autre seigneur en cette période de trouble. Tant que ma fille ne se soumettra pas, il est de notre qualité ; non pas de vassaux, mais d'hommes du médian; de nous en tenir aux choix que nous avons fait au fur et à mesure de ces temps difficile. "

Les mains se posèrent sur la table alors que son regard bleuté se vrilla dans celui du Seigneur Faraj.

" Un homme intègre ne peut pas jeter une pièce en l'air et fuir lorsque le résultat ne lui est pas favorable. "

Si le Seingneur de Neris était clair dans ses espoirs et ses choix, le sire d'Ancenis l'était finalement tout autant, et ses propos étaient bien moins basés sur l'affection qu'il avait pour sa fille que ne le craignait Orderic. Mais se conduire en homme d'honneur couterait bien plus à Ancenis et à son peuple que de se conduire en lâche... en tant qu'homme de foi, il redoutait le moment où il devrait ouvrir la bouche et finissait toujours par le reporter, peaufinant son approche tout en sentant que cela serait inutile. Pourtant, il continuait. Il voulait entendre ce que les seigneurs pouvaient bien penser de cela. Une fois. encore une fois.

Seigneurs de Mons et d'Aspremont:
 

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Mer 18 Oct 2017 - 15:24

Faraj secoua doucement la tête, déçu de l'entêtement dont faisait preuve Raymond. Il aurait pu justifier sa propre position comme le refus d'un héritage, car Faraj n'avait jamais rien signé de tel. Il avait succédé à son beau-père, ignorant du fondement de ses décisions. Mais il n'était pas ici que pour Néris.

- Un homme intègre ne joue certainement pas pour la gloire ou l'avidité, comme vous le reconnaissez sans honte, répondit Faraj aussitôt.

Il s'adressa ensuite d'avantage aux autres membres présents.
- Tout le monde peut se laisser séduire par de jolies promesses et l'espoir d'une meilleure condition, surtout submergé par une affaire aussi floue que les accusations sans preuve ni enquête de Nimmio envers Bohémont.
Mais l'honneur différencie les entêtés des sages, quand il s'agit de reconnaître ses erreurs en toute objectivité.

- La passion peut vous porter,
Messire, ajouta-t-il à l'intention de Raymond, mais vous déraisonnez. Il n'y a aucun honneur à se battre par avidité, ni à faire preuve d'orgueil. Vous concédez l’existence de tords de la part de Nimmio, de Blanche et des seigneurs de l'ancenois. Et pourtant, vous persistez à ne pas reconnaître qu'il faille les réparer. Est-ce donc là un comportement honorable ?

Faraj laissa sa question rhétorique en suspens, conscient qu'il ne tirerait pas d'avantage de Raymond. Il jeta un bref regard à sa droite, et Sangarah lui assura un œil approbateur.
C'est donc vers le Seigneur Robert de Mons et Dame Hélène d'Aspremont qu'il se tourna enfin, les laissant s'exprimer à leur tour.


Seigneurs de Mons et d'Aspremont:
 
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Mer 18 Oct 2017 - 21:45



 °  
Orderic de Fonrac     Raymod d'Ancenis
Grand Prêtre de Néera en Ancenis et Père de Blanche d'Ancenis ( oncle de feu Aemon IV, ancien baron d'Ancenis).
Membre du conseil de régence de la baronnie


Robert acquiesça de suite. Tout comme son confrère, les décisions qui avaient menées Ancenis dans cette voie n'étaient pas de son fait. Il se sentait donc coincé par l'héritage d'une décision qui n'était pas la sienne et pourrait coûtée des centaines de vies.

« Pour Ancenis et son peuple. Nous devrions au moins tous être d'accord sur ce point ! » lança le jeune homme.
- Si nous devions plié à chaque guerre sous prétexte qu'il peut y avoir des morts, nous ne serions plus qu'un mélange de Wandrais et de Noirauds. Je le dis et je le répète, notre honneur nous dicte d'aller jusqu'au bout de notre serment. » Grommela Raymond, de plus en plus tendu au fur et à mesure qu'il voyait ses soutiens s'amenuiser. Ce fut précisément ce moment que choisi Guillaume pour partager son opinion malgré la sympathie qu'il avait put montrée jusque là.

« Messires, je comprends que vous vouliez protéger vos gens et je déplorerait que nous puissions entrer en guerre contre la couronne. Mais un homme de ma sorte perd son bien le plus précieux en revenant sur sa parole. Mes serments m'obligent envers la dame du Val et son mari. Je ne peux donc être que contre le fait de nous assermenter à Erac.
- Mais peut-être y a-t-il un autre moyen ? » suggéra Hélène, prise également entre sa volonté de garantir la paix et les décisions politique contre lesquelles elle ne s'était jamais battue jusque là. « Sire d'Ancenis et vous-même semblez rabâcher le fait que nous ne pouvons pas nous allier à Erac. Mais serait-ce plus acceptable de nous rendre directement au roi ? Ou à ses osts s'ils viennent jusqu'à nous ? Père Orderic, nous ne vous avons pas encore entendu. »

Le vieil homme qui souriait à la jeune Bathilde tourna davantage son attention vers le débat en cours. Son détachement manifeste sembla redoublé le mécontentement de Raymond mais également désarçonné le jeune Robert.

« Veuillez m'excuser. Je suis pour le maintien de la paix mais il m'est facile de demander un changement d’allégeance qui ne me demande personnellement aucun sacrifice. En tant que membre du Clergé, je ne peux cependant caché ma suspicion à l'encontre d'Erac après toutes les actions discutables de mon ordre dont leur famille est est cause. Peut-être donc que trouver une autre voix serait plus profitable. » Il soupira en croisant les doigts « Mais avant j'ai du mal à voir les tenants réels de cette réunion. Certes, j'ai bien compris que messire Faraj souhaitait la paix. Mais l'un de nos propres vassaux viens nous certifier qu'Erac, une terre avec laquelle nous sommes plus qu'en froid, est prêt à recevoir notre serment de vassalité et à oublier le fait que nous avons choisis Hautval à ses dépend. Pour cela, il faudrait que le vassal se soit longtemps entretenu avec Erac. Qu'il ait peut-être même rencontré un représentant. Mais alors, qu'aurait-il promis et qu'aurait-il donné à Erac pour obtenir une telle indulgence ? »

C'est avec un regard lourd de tristesse et de regret que le Grand prêtre de tourna plus franchement vers Faraj. Il n'était pas un homme de cours mais un homme de foi. Un homme de foi qui n'avait rien d'autre que son réseau pour aider Ancenis. Il aurait été bien en peine de l'utiliser sans le concours de plusieurs nobliaux aux dents longues qu'il connaissaient pour les avoir placé sous la protection de la DameDieu à leur naissance. Mais en ce jour, il était visiblement le mieux informé... ou le moins bien, il verrait bien.

« Ce ne sont que des rumeurs mais comment croire le message lorsqu'on suspecte le messager lui-même d'avoir les pâtes graisseuses. Je vous en prie. Détrompez-nous. Dites nous pourquoi vous l'avez contacté et quels accords vous avez aujourd'hui avec ce Sire d'Erac. »

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Jeu 19 Oct 2017 - 10:00

Écoutant les interventions nouvelles, Faraj comprit que le nœud semblait résider en un manque de confiance évident envers Erac. Mis à part un insupportable conflit de loyauté d'un père envers sa fille, le fond du discours du Seigneur de Néris n'était pas tant remis en cause. Il y avait la parole sacrée d'un Chevalier qui se positionnait en tant que Chevalier, et non en tant que régent d'une Baronnie. Il y avait également la parole d'un religieux dans le doute. Mais il doutait de l'homme. Il ne connaissait pas Faraj, et se méfiait sans doute.
Pourtant, loin d'être déstabilisé car de bonne foi, d'Orneyad reprit la parole.

- Sauf votre respect, Votre Bienveillance, je crois que le fond et le sens d'un message demeure le même, qui que soit son messager. Et le message est tel que je vous l'apporte aujourd'hui.

Calme et mesuré, Faraj s'attela à répondre directement à la question d'Orderic.

- C'est un homme se présentant comme un négociant venu d'Erac qui est venu nous contacter. Il prétendait être un médiateur, proche de Renaud d'Erac. Et il eut dit vrai.
Nous avons échangé, avec mon fils,
dit-il en le désignant du regard, et reconnu l'incohérence d'un serment brisé lorsque Nimmio forma le Médian. Je n'ai jamais rien approuvé de tel, car je n'étais pas encore Seigneur de Néris à ce moment, et aujourd'hui, je le réfute publiquement.

- J'ai alors voulu renouveler l’allégeance de Néris à Erac, comme cela fut toujours le cas par l'intermédiaire d'Ancenis avant la trahison de Nimmio. Et je regrette que mon prédécesseur n'eut pas à ce moment le courage ou la clairvoyance de s'opposer à cette injustice.

- Je ne sais pas, et personne ici ne sait véritablement si les accusations de Nimmio envers Bohémont étaient fondées. Pourtant, trop ont cru, plus fermement que le serment d’allégeance avéré dont ils étaient pourtant garant envers Erac.
Car je ne parle pas que de paix, ici, mais également et surtout de Justice.


Calme mais dur, Faraj n'hésitait pas. Il prenait ici tout le monde à témoin.

- Je n'ai rien donné ni promis à Erac, si ce n'est ma parole et ma bonne foi, comme je le fais maintenant face à vous. Je souhaitais nous réunir depuis longtemps, dit-il en regardant Orderic, par inquiétude pour nous tous. Mon lien avec Erac m'a confirmé ce sentiment légitime de fourvoiement.
Je suis venu vous alerter, et vous proposer de réparer nos erreurs, en partageant l'opportunité que l'on m'a offert.


- Si je n'avais pas de considération pour le peuple de la Baronnie et pour Son Honneur Bathilde, je vous aurais laissé continuer votre route, sans prendre le temps et la peine de cette réunion. Que vous m'entendiez ou non, cela ne changera pas la condition de Néris, seulement la votre.

- Vous n'avez pas confiance en Erac ? Je n'ai pas confiance en Nimmio. Vous avez prêté serment à Hauval ? Mais quelle valeur a-t-il quand vous avez d'abord rompu celui d'Erac.

- Faites votre choix.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1107
Âge : 817
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Jeu 19 Oct 2017 - 22:34



 °  
Orderic de Fonrac     Raymod d'Ancenis
Grand Prêtre de Néera en Ancenis et Père de Blanche d'Ancenis ( oncle de feu Aemon IV, ancien baron d'Ancenis).
Membre du conseil de régence de la baronnie


Et là fut la rupture.

L'homme ne semblait pas se rendre compte de la gravité de ce qu'il énonçait. Les rumeurs étaient donc fondées. Néris avait prêté serment à Erac. Un serment qui n'avait jamais été sien puisqu'il était le vassal d'Ancenis. Le Seigneur Faraj venait d'avouer la tête haute être un parjure...

Autour de la table, un silence pesant était tombé d'un coup. Si Raymond plissait davantage le nez, il se retrouverait à jamais avec un groin sur le visage. Orderic avait le même air douloureux qu'au moment de poser sa question. Guillaume, habituellement avenant, s'était rembruni. Quant aux deux seigneurs écoutés grâce à l'entêtement du Nérisien, ils trépignaient tout deux sur leur siège sans savoir où regarder.

" Il a raison ! Quelle... quelle importance à le messager ? La proposition d'Erac nous éviterait une guerre contre les ost royaux. Ne tenons pas rigueur à Sire Faraj d'avoir voulu précipité la protection de ses terres.
- Ne pas lui tenir rigueur d'avoir briser son serment de vassalité pour donner sa parole à un autre ? Nous parlons ici de parjure de la pire espèce, jeune homme. Le fondement de notre société. " expliqua sombrement le vieux chevalier.

Les yeux du Sire d'Ancenis se posèrent sur le jeune Robert de Mons qui se ratatina sous le froid mortel qui s'en dégageait. Heureusement, le Néerite fut plus rapide à prendre la parole.

" Cela change que tout cela n'est qu'une mascarade. Que ce soit sciemment ou non, Sire, vous ne nous donnez que deux alternative. "
sourit-il pauvrement à l'intention de Faraj " La guerre civile ou l'acceptation de la suzeraineté d'Erac. L'un nous menant à notre perte face aux ost royaux. L'autre nous menant à notre perte puisqu'en tant que suzerain directe d'un des vassaux d'Acenis, il pourra annexer peu à peu les autres. Il n'aura pas besoin de nous punir puisque la baronnie d'Ancenis de sera plus qu'un fantoche sans vassal.Cela se résume à ces deux choix. Inutile de nous lancer dans de grandes diatribes philosophiques sur une troisième option car le temps que notre conflit interne soit résolu, l'ost royal aura pris Ancenis aussi facilement qu'on soulève un bambin dans ses bras.
- Vous n'y pensez pas..." murmura Hélène, pâle comme un linge. Orderic lui rendit un regard lourd de sens et de peine.

" Niez-vous, Seigneur de Néris ? " demanda la voix froide de Raymond

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Nous réunir   Dim 22 Oct 2017 - 16:02

Le traitaient-ils de parjure, pour avoir conclus directement avec Erac ? A la réflexion, ceci avait peut-être été précipité de la part de Néris. Mais tout de même, Faraj n'avait pu compter sur personne à Ancenis, et ils lui reprochaient maintenant de s'être passé d'eux ?
S'il eut un moment de réflexion, Faraj sentit la colère lui monter au nez. Il avait essayé de bien faire, de convaincre Ancenis pour ne pas justement créer la scission. Il avait fait preuve de franchise et d’honnêteté en demandant cette réunion et en ne leur cachant rien de ses convictions. Ils parlaient de serment et de parjure, eux qui avaient tout balayé le jour où ils avaient rompu avec Erac. Quelle hypocrisie de leur part, aujourd'hui, ces gens faisait-ils donc preuve avec leur leçon de moral. Il n'y avait donc rien à tirer du Conseil. Ils n'entendaient que ce qu'ils voulaient, sans aucunement remettre en cause leur propre politique.
Faraj soupira de dépit, quand il eut ré freiner son pique d'agacement.

- Je ne nie rien du tout. C'est vous qui le faite.
Vous êtes les premiers parjures de ce Royaume. L'hypocrisie dont vous faites preuve, Votre Bienveillance, me déçoit.
Puis à l'intention du vieux Chevalier:
- Il serait bon de vous rappeler tous vos serments, Sire. Vous aviez un Roi et déjà un Duc lorsque vous leur avez tourné le dos.

Il se leva, suivit par Sangarah.

- Il vous reste effectivement le choix. Vous auriez pu ne pas l'avoir.
Il saisit sa canne et réajusta son manteau.
- J'aurais fait mon possible pour vous. Restez donc sourd, et que Néera vous protège.

- Votre Honneur,
adressa-t-il à la jeune Bathilde avec compassion.

Se tournant vers Robert de Mons et Hélène d'Aspremont, il les remercia silencieusement, leur souhaitant de ne pas se laisser écraser par Raymond. Il n'était rien sans eux.
Puis Faraj se dirigea vers la porte, accompagné de son fils, sans un regard en arrière.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nous réunir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous réunir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le destin nous réunit comme il nous sépare
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Baronnie d'Ancenis-
Sauter vers: