AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La sueur du Chevalier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sangarah d'Orneyad
Humain
avatar

Nombre de messages : 36
Âge : 28
Date d'inscription : 24/07/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La sueur du Chevalier   Dim 6 Aoû 2017 - 18:03

Néris - 10e année du XIe cycle; Karfias; Hiver
Jour 3


Après la pluie de la veille, il avait neigé, recouvrant les terres d'un manteau blanc. Dessous, la glace rendait par endroit les pistes difficiles. De retour chez lui, avachi dans son fauteuil, une simple chemise de coton sur le corps et un pantalon de laine, Sangarah fixait la danse des flammes dans la cheminée. Une infusion à la menthe lui réchauffait l'estomac. Il faisait nuit et le calme régnait dans la maison. Seul le crépitement du bois le berçait doucement. Le regard lointain, Sangarah imagina le brasier prendre des formes qu'il connaissait. Un tissu qui brûle, frappé par le vent, au milieu d'un monticule de bois et de chair...
Il se retrouva au milieu d'un charnier. Tout un campement brûlait autour de lui. Des hommes criaient à tout va, des tintements de métal, le fer et le sang se mêlant, éclaboussant la terre noire d'une nuit encore plus sombre.
- En avant ! S'écria un homme à la barbe grise et en armure lourde à sa gauche. L'épée brandie, il regarda Sangarah qui tenait la sienne.
- Couvre-moi, mon garçon, lui dit-il avant de s'élancer vers l'ennemi.
- Grand-p... balbutia le Chevalier, qui remarqua au dernier moment le tranchant d'une épée lui siffler sous le nez.
Son réflexe le sauva, et Sangarah para l'attaque suivante. Un pas à droite, il dévia de nouveau et répondit d'un revers du poing dans le visage de son agresseur. L'homme recula, la rage au corps. Il reçu une flèche juste au-dessus de la clavicule qui le fit vaciller. Hagard, Sangarah regarda de part et d'autre. Il reconnu les chevaliers de son contingent submerger le camps en rasant tout sur leur passage. Ils exécutaient tous ceux qu'ils débusquaient, ouvrant les tentes et pourfendant même les défroqués. Abriel était à leur tête, se battant aussi vaillamment qu'à ses jeunes années. Sangarah voulu le rejoindre, mais son adversaire se ressaisit et le chargea avec pugnacité. Sangarah n'eut cette fois aucun mal à parer son attaque laborieuse, l'accueillant d'un coup d'épaule qui l'envoya au sol. Sa chute brisa la flèche. Sangarah le regarda mourir, gisant dans son sang. Soudain, une explosion lui roussit la joue, le poussant à se détourner de la lumière...
et il se réveilla brutalement.
Sangarah était dans son fauteuil, le visage perlant de sueur. Le jour se levait.

Briac fût réveillé sans ménagement, alors qu'il bavait sur son oreiller, emmitouflé sous une couverture.
- Debout ! Rejoins-moi dans la cour, lui ordonna Sangarah.
Dehors, alors que le froid gelait même l'herbe, le Chevalier entama des exercices d'échauffement. Vêtu d'un pull et chaussé de simple chaussures de cuir, il déambula sur le carré d'herbe couvert de neige, aux premières lueurs de l'aube. Il attrapa ensuite une poutre émergeant de la façade de l'écurie, et opéra plusieurs séries de tractions. Chacune de ses expirations créait une fumerolle aussi épaisse qu'un nuage. Briac le trouva là, gardant les mains dans ses poches, non-content d'être si tôt mis à contribution.
- Au boulot, lui lança Sangarah.
Le jeune écuyer se retint bien de râler, et se mit à l'échauffement à son tour. Il connaissait la routine de ses entraînements, tandis que son mentor mettait son corps à l'épreuve dès qu'il en avait l'occasion.
- Nous n'allons pas à la caserne ? Demanda-t-il en effectuant des mouvements d'assouplissement.
- Pas aujourd'hui.
Sangarah se mit en équilibre sur ses mains, s'appuyant contre le mur, et entreprit de fléchir les bras à plusieurs reprises. Il s'écoula une trentaine de minutes, durant lesquelles l'aîné privilégia la musculation, pendant que le plus jeune cherchait à entamer son endurance et sa vitesse d'exécution. L'un et l'autre retirèrent leur première couche de vêtement, alors que leur visage rougissait à l'effort.
- Enfiles-les, lança Sangarah en tendant des gants de cuir. Ils étaient rembourrés de laine, et il fallait les maintenir en nouant des lacets autour des poignets.
- La gauche seulement, indiqua-t-il à son écuyer, tout en se mettant en position, les poings levés à hauteur de visage.
Les assauts qui s'en suivirent, témoignaient d'une certaine maitrise de ce type de combat. Les coups directes étaient rapides, mais peu appuyés, et les mouvements d'esquive étaient fluides. Les poings passaient très prêt du visage, frôlant parfois le menton quand l'un ou l'autre envoyait un crochet. Chacun se déplaçait avec aisance, malgré la neige piétinée. Ils alternaient des prises de distances avec des feintes et de vives charges. Il fallait souffler, gérer sa respiration, surtout quand Sangarah frappait au corps, cherchant à couper l'élan de Briac. Il ne lui laissait pas de temps mord.
- Les deux, maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
 
La sueur du Chevalier
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un honorable chevalier
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» Haldurion, apprenti Chevalier Galadhrim
» Un petit bonjour de La maisnie du chevalier Bragon
» l armure du Chevalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché du Médian :: Baronnie d'Ancenis-
Sauter vers: