AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Jeu 10 Aoû 2017 - 20:14

Second jour de la cinquième ennéade de Karfias
An Dix du Onzième Cycle


A l'horizon se dessinait les reliefs artificiels façonnés par la cité de Thaar, et même si une partie de son esprit appréhendait la suite des événements et l’accueil qui serait fait, tant par celle qu'il s'était engagé à rencontrer, par reconnaissance envers le capitaine, que par une population qui devrait composer avec l'apparition d'un dragon et d'un dragonnier dans la Cité, il ne pouvait s'empêcher de se réjouir de voir ce voyage enfin terminé.

Il n'avait plus de regrets quand il embarqua à Berdes, ayant finalement trouvé un capitaine estréventin avec qui il put discuter, et, lui découvrant une appartenance à un culte dérivé de celui des Nisétiens, il s'était permit de se révéler. Ce dernier, d'abord sceptique, fut finalement convaincu en un regard, et tant par croyance que par intérêt – il ne cacha nullement son intention de le présenter à la Princesse Marchande qu'il servait, et offrit même de l'embarquer gratuitement à cette condition qu'Arthur accepta – il accepta le chevalier errant à son bord.

Prévoyant, plusieurs jours auparavant, il avait activement chassé, constituant une petite réserve de viande séché en prévision du voyage, non pour lui mais pour le dragonnet auquel il dut expliquer la situation et ce qu'elle exigerait... En mer pour plusieurs jours, il y aurait peu d'occasion de voler pour chasser par lui-même, il aurait à passer le plus clair du temps à l'intérieur, sur le navire, et mettre son mal en patience... Au bout du voyage, une liberté garantie et de grands espaces qu'il pourrait s'approprier. A contrecœur, le dragonnet accepta.

A Berdes, le chevalier et le dräke embarquèrent avec leurs provisions, par précaution, il était convenu que le dragonnet les rejoigne une fois en mer et un espace lui fut accordé. Au moment de quitter le port, il jeta un dernier regard vers le port et les monts d'Ancenis, devenus si agréable ces dernières années... Une nouvelle fois, il retrouvait cette vue, mais les conditions étaient cette fois très différente. Et comme prévu, longeant d'abord les côtes, les marins purent voir, émerveillés, venir le dragonnet blanc, se posant sur le pont avant qu'Arthur ne l'accompagne dans l'espace qui leur avait été prêté.

Courage Zéphyr... Ce ne sont que quelques mauvais jours à passer, ensuite, il n'y aura plus d'obstacles entre toi et le Ciel.

Et même pour lui, les premiers temps furent pénible, s'obligeant à rester avec le dragon le temps qu'ils quittent véritablement les côtes de la Péninsule pour se diriger à travers l'Olienne vers Nelen tout d'abord, avant de se diriger vers Thaar. Une fois en mer, il se rendit sur le pont, parfois, et souvent dîna avec le capitaine, ressentant continuellement l'oppression d'un dragonnet lui faisant comprendre qu'il n'appréciait pas du tout ce qu'il se passait.
Ce dernier le mit en garde sur les réactions que pourraient susciter son apparition, si elle devait être connu, comme il s'en doutait, les fanatiques de tous bords pourraient réagir d'une extrême manière, et il ne pouvait guère le contredire. Si le dragonnet pouvait leur échapper, il ne disposait pas encore des moyens de ses ancêtres pour calmer les intentions des humains. Pour autant, il était hors de question de contraindre encore ce dernier à se cacher, simplement, il éviterait de permettre qu'on fasse trop facilement le lien entre eux, jusqu'au jour où il jugerait être capable de faire face.

Plusieurs jours s'écoulèrent, un oiseau fut semble t-il envoyé, et Arthur ne fit rien pour l'empêcher, à Nelen, finalement, ils parvinrent à Thaar. La cité en vue, et le dragonnet s'agitant dans son esprit, comme un lion en cage, fut enfin conduit sur le pont où il respira l'air marin sous les regards de marins peinant à se concentrer sur leurs tâches. Le dragonnier posa un genou à terre auprès du dragonnet, lui flattant le flanc.

Allez, vas, mais sois prudent, pour un temps encore, nous devrons nous méfier. Au delà de cette ville se trouve d'immenses plaines où tu ne manqueras de rien.

Le dragonnet roucoula curieusement, appréciant les images que le chevalier lui offrit des alentours de la ville, et lorsque se dernier donna une tape sur le flanc, il s'avança, déployant ses ailes, son regard fixé sur la cité, un dernier à son dragonnier, et il s'élança, le chevalier se portant à la proue pour contempler le spectacle. Le dragon vola d'abord au plus bas, effleurant du bout des pattes les eaux avant de s'élever dans le ciel. Il parvint bien avant le navire au port, et là, il poussa un cri de triomphe qui ne manqua pas de capter l'attention de gens médusés par ce qu'ils voyaient. Il poussa plus avant dans la cité, atterrissant maladroitement sur un toit, observant les alentours avant de se relancer. Son apparition ferait grand bruit, mais Arthur ne doutait nullement de sa capacité à disparaître, et il savait qu'il irait bien vite en dehors des limites de la ville pour se nourrir de proies fraîches.

Pendant ce temps, ils parvinrent jusqu'au pont, et, récupérant  ses affaires – qui tenait en un baluchon, le capitaine lui ayant promit qu'en temps voulu, son destrier l'attendrait après sa rencontre avec la Princesse -, le chevalier salua les membres de l'équipage avant d'accompagner un capitaine probablement pressé de profiter du bénéfice d'une telle compagnie conduite à bon port. Au bout du ponton semblait attendre des gardes que le capitaine annonça être au service de sa maîtresse.
Quand les deux hommes furent devant les gardes, les saluant, le capitaine présenta Arthur comme l'homme « promit » à la Princesse Marchande. Et tous se mirent en route.

Zéphyr a bien de la chance... Nous allons devoir attendre encore un peu avant de profiter de notre liberté.

Pour eux, et surtout pour lui, les choses délicates commençaient... Les Princes Marchands n'étaient pas des individus à prendre à la légère, et le peu qu'il ait apprit de celle qu'il s’apprêtait à rencontrer renforçait la nécessité d'être prudent...


Dernière édition par Arthur le Dim 22 Oct 2017 - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Jeu 10 Aoû 2017 - 23:55


Pour une belle rencontre, cela avait été une belle rencontre. Un dragonnier, rien que ça. En voyant l'arrivée du dragon sur le pont de son bâtiment, le Capitaine Aphyr avait du gardé les jambes serrées pour que ses genoux ne se mettent pas à jouer des castagnettes. Si son père avait su ça, il en aurait fait une syncope. Heureusement, même si le navigateur comptait des sectaires dans sa famille, il ne s'était jamais mêlé activement d'autres religions que celles qui concernaient la mer et le vent. Aussi, bien qui le raconterait surement jusqu'à la trentième génération, le fait d'avoir un véritable dragon à son bord n'avait traumatisé le gaillard que de façon temporaire. Certes, il avait bien eu une crise de larme du à la panique dans le secret de sa cabine au moment de décider d'envoyer ou non une lettre à la fondatrice de la corporation pour laquelle il travaillait... Mais ça il mourrait bien avant que quelqu'un ne soit au courant. Et finalement l'appel de la gloire avait retrouvé toute sa valeur au sein de ses turpitudes. Non seulement il avait envoyé la lettre, mais en plus il avait rudement bien dormi cette nuit là.


________________________


Sous les draps chamarrés qui ombrageaient les rues étroites du bazar pour que le soleil de midi ne fasse pas tout ce qui se trouvait au sol, les clients, tire-laines, arnaqueurs, putains, mystiques et marchands se figèrent. Tournant la tête de droite et de gauche, on plissait les yeux vers les fins traits de ciel visibles entre les tentures. Le dernier crachas de Sherya Peau-Grise avait raté le plateau d'étain qu'elle voulait faire reluire de quelques centimètres, tombant sur les orteils d'un malheureux voleur en sandalettes. Kaleb le faux-boiteux s'était même redressé pour l'occasion. Dans un silence relatif, on guetta un nouveau rugissement.

Le temps ayant un peu adoucis la mort de Courte-Pointe, sur son amas de riches tapis Gareshiens aux couleurs aussi extravagantes que délavées, la colossale Aïsa n'était pas en reste. Coupée dans sa harangue de mauvais sort envers un gamin des rues qui venait de piétiner la frange d'un des composant de son trône en tentant d'échapper à un grand types armé d'une courte lame - type qui était d'ailleurs mystérieusement tombé de tout son long en passant près de la jeune femme - la grande et grosse femme à la peau d'ébène s'était soudainement retrouvée muette. L'oreille aux aguets, les yeux toujours sur la pyramide d'obsidienne qui trônait devant elle pour éviter qu'un petit malin profite du flottement pour partir avec, elle cherchait à savoir quelle genre de bête pouvait bien faire un bruit pareil... Car la dernière fois que des échos de ce genre avaient retentis, c'était entre Ys et Thaar, haut dans le ciel, et il s'agissait de pas moins de quatre dragons immenses en train de se taper dessus...

Puis quelqu'un cria en pointant un coin. Une forme blanche passa au dessus des toits et disparu en un battement d'aile.

" Non d'une chrivine, c'était quoi ça?! " gueula le Charognard depuis l'ombre d'une ruelle adjacente.

A bien y repenser, jamais Aïsa ne sut si le plus étrange évènement de la journée était l'apparition blanche ou le fait d'entendre pour la première fois la voix de l'étrange personnage qui écumait les poches des laissés pour mort à la nuit tombée...


________________________


Inconsciente de l'approche d'un homme qu'elle avait pourtant hâte de rencontrer, la terrible et sulfureuse Maîtresse des Forges, celle la même qui ne vivait que de caprice et avait vu de ses yeux un petit comptoir côtier se faire baptiser Thaar par les forgerons du coin, continuait de vaquer à sa vie de débauche et de luxe.

" Il était un petit navire. Il était un petit navire.
Qui n'avait ja-ja-jamais naviguer.
Qui n'avait ja-ja-jamais naviguer. Ohé Ohé! "

Assise en tailleur sur les coussins étalés sur le sol de son salon personnel, ses mains empoignaient avec douceur les petites pinces blanches de son fils tout en se trémoussant avec lui de gauche et de droite au rythme de la comptine. A chaque fois que l'heureuse maman faisait une pose, Elghinn partait d'un grand rire sur-aiguë, sa frimousse éclairé par joie pure que lui procurait ce petit jeu. Elle continua donc jusqu'à la fin de la chansonnette, tout en se surprenant à penser que les humains avaient beau dire que les drows étaient des barbares, ils parlaient tout de même de cannibalisme dans leurs chansons pour enfant... Elle attaquait justement le passage ou tous les matelots perdu en mer font une grande réunion pour savoir quelle sauce ils utiliseraient pour manger le plus jeune d'entre eux lorsqu'une ombre en tunique blanche vint lui apprendre que les gardes qu'elle avait posté sur la jeté depuis plusieurs jours venaient de franchir les grandes portes en compagnie d'Aphyr et d'un voyageur en piteux état et qu'ils étaient en ce moment même conduit dans un salon d'apparat du rez-de-chaussé donnant sur l'immense atrium du palais.

Krish regarda alors le bambin agacé par l'interruption. Puis sa propre tenue, un simple peignoir de soie rouge. Puis de nouveau le bambin. Puis le messager.

" Ust'Kor..." jura-t-elle dans un grognement.

Adieux veau, vache, bain et massage. Elle n'avait pas envie de les faire poireauté jusqu'aux calendes Dorniennes. Elle fit donc signe à Wik pour lui confier Elghinn... Mais l'enfant n'avait pas l'air décidé. Sentant que si elle s'éloignait, ils auraient le droit à une crise mémorable, elle se baissa pour souffler sur le ventre du petit, lui tirant un rafale de rire, et profita du répits pour aller s'habiller, plantant son intendant préféré dans un coin de la chambre de façon à ce que son fils l'ai toujours en visuel pour ne pas se mettre à chouiner.

Laissant sa longue crinière caresser librement les courbes de ses hanches, elle enfila une tunique blanche lassée sous son opulente poitrine et découvrant son ventre, une longue jupe fendue de la même couleur et posa quelques gouttes de parfum au creux de ses poignets ainsi qu'à la base de sa nuque. Sans mettre de chaussure - choses dont elle se passait le plus souvent possible - elle récupéra le bout de chou braillard qui commençait à tomber de sommeil tout en se tenant prêt à gueuler à la moindre insatisfaction. Fin prête, elle gagna donc le salon indiqué, Wik - un grand drow flegmatique aux yeux d'or, portant une tunique bleue et une fine dentelle d'argent évoquant une toile d’araignée autour du coup - sur les talons. Wydrin, la chétive chef de sa garde aux cheveux poivre et sel, à la peau grise et aux yeux d'un bleu cristallin, l'attendait à la porte de la pièce, bardée d'une armure de plate qui semblait trop grande pour elle. Elle resterait dehors durant cet entretien. Aucune garde n'était resté avec les deux hôtes d'ailleurs.

La courte marche semblait avoir quelque peu calmé l'enfant à la peau d'ivoire et aux yeux rouge sang que tenait la princesse contre elle. Une main sur le renflement du sein de sa mère, la petite créature somnolait paisiblement. Lorsque Krish ouvrit la porte pour se retrouvé face aux deux voyageurs, il ne leur accorda pas même un regard. Elle, en revanche, détaillait déjà avec un grand sourire félin et un grand intérêt le visage et le maintien de l'humain qu'elle accueillait aujourd'hui. Si ce qu'on lui avait dit était vrai, alors elle avait hâte d'en savoir plus sur lui...

" Bonjour, Capitaine. " salua-t-elle, joviale, sans se soucier du volume de sa voix avant de se tourner plus franchement du côté du sujet de sa curiosité. " Et tu dois être ce fameux dragonnier venu de Péninsule. Enchantée ! " Au lieu de lui tendre la main ou de le saluer respectueusement de la tête comme toute bienséance l'aurait exigé, elle s'approcha de l'humain pour venir poser ses lèvres sur sa joue couverte d'une courte barbe de voyage. " Par contre Aphyr n'a pas jugé bon de mettre ton nom dans la missive qu'il a envoyé. Je dois t'appeler comment ? " C'était un grand gaillard sec à la face dure, marquée par l'expérience et usée comme pouvaient l'être celles des humains. Ses longs cheveux étaient soignés et laissaient voir, tranchant le magnétisme de deux yeux émeraudes, une longue balafre qui rendait toutes les lettres de noblesse à son visage. La cicatrice attira d'ailleurs une œillade appréciatrice de la part de la maîtresse des forges.

En soi, s'il n'était pas le plus inintéressant des personnages d'un prime abord, il n'était pas non plus le plus remarquable ou le plus excentrique... Si on omettait bien sûr le dräke d'or posé sur son épaule. Sans s'éloigner de l'humain, elle resta un moment interdite, se demandant si c'était là le dragon que le capitaine lui avait promis à mots concis dans sa lettre... Au quel cas elle se serait servit de sa langue pour laver le sol de son palais pendant deux ou trois ennéades pour lui apprendre ce que c'était que la crédulité. Mais les mimiques d'Aphyr, par dessus l'épaule de l'étranger, lui firent comprendre que non. Elle salua donc l'animal comme il se doit. Préférant cependant ne pas risquer de perdre un doigt ou un bout de son visage, elle se contenta d'un signe de la tête sans perdre son sourire provoquant et s'adressa à son maître, d'une voix taquine. " On m'avait dit que tu étais dragonnier mais je vois que tu as plus d'une bonne fréquentation. Cela faisait longtemps que je n'avait pas vu un drake d'une couleur pareille. " puis de nouveau au reptile " Tu es particulièrement beau, je dois dire. "

Puis elle prit place sans plus attendre sur l'un des confortable sofa bordant la table sur laquelle ses esclaves avaient apportés des rafraichissements pour faire patienter les deux hommes, prenant cette fois garde à bouger avec une certaine douceur pour ne pas gêner son fils. " Alors, Comment s'est passé la traversée ? "
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Ven 11 Aoû 2017 - 11:35

Sur le route qui mena jusqu'au palais de la Maîtresse des Forges, Arthur resta pensif, observant les réactions déjà suscitées par un Monarth perché sur son épaule, comme d'accoutumée autant que par la curiosité de l'escorte qu'on savait appartenant à l'une des plus puissantes personnalités de la cité. Quels seraient les regards, quels comportement adopteraient ces gens si ils savaient ?
Il lui faudrait réfléchir à la manière et au moment adéquate de dévoiler la vérité, car tout comme il refusait de contraindre le dragon à se cacher, il ne voulait pas vivre constamment dans l'ombre et dans la peur d'être découvert, tôt ou tard, ces gens devront apprendre tant l'existence et réapprendre à cohabiter avec de tels individus et créatures, c'était nécessaire.

Ils parvinrent au palais, qui, si il était impressionnant, n'impressionnait pas un chevalier ayant déjà été hébergé par une Princesse-Marchande, il avait été initié à cette pratique de vouloir bâtir aussi imposant que possible pour écraser les visiteurs sous le faste et la richesse exhibée à outrance, et d'une manière ou d'une autre, les distraire ou les intimider. Qu'importe les races et les origines, les règles fondamentales du jeu qui se jouait constamment avec les puissants reposaient sur les mêmes principes qui n'étaient pas étranger au chevalier.

Ils furent laissés dans un salon privé et il regretta qu'on ne lui ait pas laissé l'occasion d'un petit brin de toilette, ne serait-ce que pour se débarrasser d'une barbe développée durant le voyage. Sa tenue contrastait déjà nettement avec la richesse des lieux, et plus que jamais, il paraissait davantage comme un vagabond que comme le chevalier qu'il était supposé être. Un instant, il se demanda si c'était une démarche volontaire ou si elle était simplement pressée par d'autres affaires, pour en conclure finalement que ça n'avait guère d'importance. L'image qu'on pouvait avoir de lui importait peu, et c'était d'autant plus à son avantage qu'on le sous-estimait et se croyait plus haut qu'on ne l'était – même si cette Maîtresse des Forges l'était effectivement.

Il attendit, le regard semblant par moment perdu dans le vague, l'esprit tentant de remonter l'un des minces fils étirés qui le liait à celui d'un dragon trop loin pour percevoir le moindre écho ou faire parvenir la moindre bride de pensées. Cet éloignement ne le dérangeait pas, il révélait une fois de plus l'indépendance bénéfique du dragon capable de décider et de se débrouiller par lui-même, et ce même dans un ciel inconnu.
Revenant à la pièce, il partagea quelques pensées avec un Monarth qui, par expérience désormais autant que par le biais de l'humain, savait ce qu'il avait à faire. Ils ignoraient encore la nature de l'accueil qu'on leur accorderait, mais ils allaient devoir être attentifs et prudents car il n'est pas plus dangereux qu'un puissant.

Quand finalement, la Princesse-Marchande pénétra le salon, la surprise fut de taille, tant par la tenue que la présence d'un nourrisson. La dame avait certains atouts et savaient comment les mettre en valeur comme autant d'éléments de charme et de distraction, et si cela ne laissa pas indifférent un Arthur qui n'en avait simplement plus l'habitude, il put compter sur un Monarth aux aguets et insensible, pour sa part, pour balayer ces pensées et se recentrer sur l'essentiel. Et il fallut autant de concentration quand elle vint lui faire une bise au lieu des manières coutumières. Sans son expérience ou son dräke pour l'aider, il aurait pu céder face au jeu de séduction qu'elle semblait déployer, au lieu de cela, il resta cordial, et la laissant jouer son numéro, il attendit.

Le compliment qu'elle fit à Monarth le fit roucouler et le dräke se mit à pavaner, rendant son équilibre sur l'épaule un peu plus précaire.
Arrête de faire le beau, tu es ridicule !
Jaloux !

Un mouvement brusque de l'épaule pour réponse fit perdre un instant sa stabilité et il renforça un sa prise sur le cou, un maigre prix à payer pour voir le dräke s'arrêter et piailler contre l'humain, visiblement mécontent. Sur l'instant, il importa aucunement qu'une telle scène se passe sous l'attention des deux autres.

« Évitez de le complimenter, je vous prie, quand on flatte son ego, ses chevilles enflent et ça ne lui réussit pas. » Et la remarque fut accueillit par un coup d'aile qui, intentionnel et mesuré, semblait de loin simplement une maladresse dans son repositionnement.
Il ignorait dans quelle mesure elle connaissait les capacités de l'espèce, mais si elle ignorait l'intelligence ou l'existence du lien qui pouvait s'établir, toute cette scène aura été très étrange.

Reprenant son sérieux, un dernier regard sur le dräke, lui adressant un sourire qui devait signer la fin des hostilités de l'instant, il resta debout face à la Maîtresse des Forges confortablement installée, et maintenant qu'elle avait prit un peu de distance, il la salua comme il convenait, si elle se permettait des familiarités, il doutait que la réciproque ne soit bien accueillit, ou qu'elle soit gratuite.

« J'ignorais être fameux. » Un regard au capitaine, et il lui lança une remarque amusée. « Pauvre oiseau, ignores-tu qu'il faut les ménager, ces bêtes-là. » C'était une boutade, évidemment, il se doutait que le message avait du naturellement être concis. « Mais vous pouvez m'appeler Arthur » Un coup de queue et il ajouta « et le fanfaron à écailles, c'est Monarth. » et un instant, sans trop en faire, de crainte qu'un nouveau coup d'épaule ne vienne, le dräke se grandit un peu, gonflant la poitrine.

« J'imagine que je dois m'excuser d'avoir déçu une de vos attentes... Ce voyage a mit à rude épreuve la patience et la tolérance du dragon, incapable de voler ou de manger à sa guise, aussi s'est-il empressé de se mettre en chasse à peine la terre en vue et à portée d'ailes. » La vérité était qu'il n'aurait jamais, même avec un dragon conciliant, amené Zéphyr ici, il fallait le tenir éloigner autant que possible, préserver et assurer le caractère indomptable pour qu'aucun de ces puissants ne puissent croire pouvoir avoir la main dessus, le considérer comme une attraction ou un jouet. Lui-même ne l'était que dans une moindre mesure, mais il fallait paraître plus... accessible et gérable, au moins le temps d'avoir assez de répondant pour faire comprendre qu'ils ne contrôleraient, ni le dragon, ni le dragonnier.

« Quant à la traversée... Ma foi, mieux que tout ce que j'avais pu imaginer. La mer s'est montrée relativement clémente au vue de la saison et Aphyr et ses hommes n'ont jamais manqué de courtoisie et n'ont jamais menacé, ni mon dragon, ni moi-même, d'aucune manière que ce soit. Ce qui est aussi surprenant et appréciable étant donné la... situation. » Il était parfaitement honnête et réaliste dans ses mots, il savait la convoitise ou la violence que pouvait susciter autant Zéphyr que lui-même, et avait longtemps cru devoir renoncer et attendre que le dragonnet grandisse encore davantage pour faire la traversée par lui-même, de son côté.

Son regard se posa un instant sur le nourrisson, et il s'autorisa une petite remarque. « Vous devriez peut-être aller le coucher convenablement, il serait dommage que notre discussion ne perturbe son sommeil. Nous savons nous montrer patient, n'ayez crainte. » Il semblait sincère, et l'était d'ailleurs, au-delà de son souci de ne pas être dérangé par un réveil soudain et agité du petit. De façon surprenante, ou non, lui qui était originaire de Péninsule ne semblait montrer aucune hostilité à l'égard des origines de la marchande et de son petit.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Ven 11 Aoû 2017 - 16:21


Dans les entrailles du plus vieux palais de Thaar, joutant le Palais du Conseil lui-même, la rencontre allait bon train. La prise de bec entre l'humain et le dräke amusa leur hôte qui n'intervint pourtant pas, observant plutôt la façon de bouger du dragon miniature. Entre le caractère dont il faisait démonstration et les mouvements équilibrés, il avait quelque chose de félin qui plaisait particulièrement à la forgeronne.

Si ce n'était pas la première fois qu'elle avait l'occasion de rencontrer une telle créature et qu'elle avait put constaté plus d'une fois leur intelligence et communiqué avec eux dans une certaine mesure, la nature de ce qui les liait à leur maître lui restait inconnue. Pouvoir en voir un d'aussi près était suffisamment rare pour obtenir toute son attention. Elle avait bien pensé à prendre ce genre de créature comme modèle pour la créature qu'elle et le Toer Tamindal avait comme projet de concevoir, mais n'ayant aucun spécimen à sa portée, la réalisation de croquis pour en comprendre la subtilité des mouvements avait tourné court.  

La première réflexion de l'humain arracha un rire bien réel à la Princesse qui délogea légèrement le bambin qui, sans ouvrir les yeux, babilla d'un ton chouinard jusqu'à ce qu'elle lui donne son petit doigt à mâchouiller. La présentation succincte fut aussi bien accueillie... Mais ne faisait qu'exacerbé sa curiosité. Alors comme ça il n'était pas venu avec son dragon. Prévisible. Mais regrettable.  Et si elle ne perdit pas son sourire espiègle, toute cette histoire avec ses mystères et ses imprévus lui devenait de plus en plus agréables. L'idée qu'un Péninsulaire aurait put éprouvé de l'animosité devant elle ne lui était pas un instant venu à l'esprit. Il ne manquait plus qu'une preuve de l'existence de ce fameux dragon et elle serait comme une gamine la veille de son anniversaire.

" Et bien Aphyr, tu m'avais caché que tu donnais des cours de courtoisie à tes matelots. " le railla-t-elle alors que le soit-disant dragonnier ne tarissait pas d'éloge. Un rire nerveux s'empara sur capitaine qui bombait néanmoins le torse, fier comme un paon, répondant une vague flatterie. Puis il fut question d'Elghinn et la mine de Krish se fit malgré elle un peu plus tendre. " Cela risque d'être un peu long. Il se met à pleurer dès que je le lâche depuis quelques jours. " Mais tant que cela ne gênait pas ses hôtes...

Elle se leva donc et se dirigea vers la porte " Mettez vous à l'aise. Mes gens sont à votre service. A mon retour nous parlerons un peu plus de ce fameux dragon. "

Heureusement, Elghinn était visiblement déjà suffisamment somnolant pour que sa mère le mette au lit sans déclencher un nouveau front elfico-drow. Après quelques minutes et grâce à la présence de Wik qui devait toujours resté près de lui, le petit se calma relativement rapidement et Krish put regagner le salon les mains libres.

" Me revoilà! " claironna-t-elle " J'ai plutôt eu de la chance aujourd'hui. " D'un geste précis, elle repoussa quelques mèche blanches derrière la pointe de son oreille travaillée comme de la dentelle et ornée criblée d'argent et revint s'asseoir auprès de ses hôtes le plus naturellement du monde. Sa main gauche, dont les doigts se terminaient par de courtes griffes finement travaillées et ornée chacune d'un rubis, jouait sur les broderies d'un coussin nonchalamment rapproché.

" Bien bien. Nous disions... ? "
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Jeu 17 Aoû 2017 - 7:20

Qu'elle ait accepté d'aller coucher le petit était une bonne chose pour lui permettre de commencer à réfléchir à l'attitude à adopter. Plusieurs problématiques devaient être résolus rapidement, certaines immédiates et concernant cette Maîtresse des Forges, d'autres tout juste moins proche concernant sa survie dans la région... Qu'allait-il faire ?

Il ne parvint pas à véritablement poser sa réflexion, sur aucun des sujets... Il allait devoir improviser et gérer au mieux cette Princesse Marchande, et pour la suite... Les prochains jours seraient  tout aussi délicat à négocier. Cette région offrait moins de facilité à quelqu'un de « pauvre », tout du moins, de pauvre et ne souhaitant pas se vendre, que la Péninsule. Plus pratique pour le développement du dragon, certes, mais bien moins pour le sien, du moins jusqu'à ce que le premier n'ait atteint un certain stade dans sa croissance.

Il allait devoir se louer, d'une manière ou d'une autre, mais il ne pouvait pourtant pas permettre son exploitation, et moins encore, si la chose était connue, permettre l'exploitation de sa nature réelle. Une solution existait, évidemment, mais il fallait encore trouver la bonne opportunité et convaincre... Le meilleur moyen de ne pas avoir à souffrir de devoir se mettre, même temporairement, au service de quelqu'un était d'éviter ce que son allure rendait évident au premier abord... Il lui fallait éviter de devenir une épée louée. De même qu'il devait s'épargner de contracter des dettes, tout du moins, trop importante pour le style de vie qu'imposait ses choix.

Et cela commençait par cette Maîtresse des Forges. Pour l'heure, il ne devait rien, dans l'absolu... Il ne devait qu'à Aphyr de l'avoir embarqué et amené ici et avait à sa manière honorer sa part en se présentant à elle. C'était pour sa propre conscience – et pourquoi pas pour l'avenir – qu'il devait s'assurer qu'Aphyr n'aurait pas à souffrir de sa décision d'en avertir sa maîtresse – ce dont il aurait pu se passer, si il n'y avait pas vu l'occasion de se faire bien voir et récompenser – et sa dette serait, de ce point de vue là, totalement effacé.
Bref, toute la problématique de l'instant était de contenter suffisamment, mais pas trop, cette puissante personnalité de Thaar et de ne pas se rendre obliger vis à vis d'elle – ce qui était possible, du moins en théorie.

Tout ce temps, tandis que Aphyr prenait ses aises, le chevalier errant était demeuré debout, dans sa réflexion. Quand finalement, elle revint décharger du nourrisson endormi, hésitant encore un instant, il prit place dans un fauteuil, Monarth descendant de l'épaule pour venir se poser sur ses cuisses.

« Vous vouliez parler du dragon. » Il se contenta de cela. Il lui était bien venu à l'esprit de proposer de répondre à ses questions, voir de présenter un raisonnement du point de vue du capitaine, mais c'était suggérer soit son accord pour parler de cela, ce qui n'était pas son souhait, même si c'était une évidence, soit un certain souci du devenir d'Aphyr, réel mais qu'il ne voulait pas voir exploiter comme un levier contre lui. Peut-être se faisait-il trop de souci, mais l'excès de prudence n'est jamais mauvais lorsqu'on joue avec un puissant.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Ven 18 Aoû 2017 - 0:15


Aujourd'hui, Krish n'avait pas essayé le moins du monde de prendre son invité à rebrousse poil. Elle se surprenait même à n'avoir préparer aucune entourloupe élaborée à son encontre. Il avait une dette envers elle et sa Corporation pour l'avoir transbahuté gratuitement et celui lui suffisait finalement amplement. C'était d'une telle évidence qu'elle n'avait pas jugé nécessaire de le rappeler.

" A oui ! " Aussitôt rappelée à leur précédent échange, elle posa tout d'abord un nombre incalculable de questions à Aphyr pour savoir comment les deux hommes s'étaient connus. Quand. Pourquoi. S'il avait bien vu le dit-dragon. A quoi ressemblait-il ? Etait-il impressionnant ? A chaque réponse, à chaque précision, le visage de la drow millénaire s'éclairait d'une excitation intéressée toute enfantine. Elle qui avait été bercée par les histoires des dragons Nisetiens vaincus par ses ancêtres et disparus un peu plus d'un cycle avant sa naissance, elle touchait du doigt l'occasion d'en voir un. " Fantastique ! "Et plus cette possibilité s'installait dans son esprit, plus la colère de se voir retirer le pain de la bouche aurait été grande.

Puis elle enchaina avec le dragonnier lui-même. " Alors il est blanc. Mais dis-moi. Comment s'appelle-t-il ? C'est toi qui l'a nommé ? Sa mère ? Ou il s'est nommé seul peut-être ? Comment l'as-tu trouvé ? " Elle avait visiblement bien d'autres questions sur le bout de la langue mais se retenait avec peine, attendant sans broncher les réponses de l'humain. Tout cela était sans doute bien loin de l'âpre discussion sur d'éventuelles dettes ou d'éventuelles exigences à laquelle s'attendait le Péninsulaire, mais cela viendrait sûrement, qu'il ne désespère pas. Il y avait un temps pour chaque chose... et pour l'heure, c'était celui du savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Lun 21 Aoû 2017 - 17:18

Tandis qu'elle passait en revue toutes les questions qu'elle se posait à Aphyr, le chevalier n'écouta qu'une demi-oreille, l'esprit en partie ailleurs, comme bien souvent depuis toutes ces années, davantage encore depuis la naissance de Zéphyr, et il sondait toujours ce fameux Lien, toujours trop étiré, l'assurant que le dragon n'était probablement pas tout près.


* * *


Et effectivement, il ne l'était pas, mais n'avait pas encore quitté la ville, survolant celle-ci, atterrissant plus ou moins facilement sur les toits qu'il trouvait à proximité d'une scène, d'une chose nouvelle qui piquait sa curiosité. A chaque occasion, il s'arrêta, prudent tout de même, mais pas discret, attentif au comportement et aux réactions. Pour l'heure, il ne trouvait que la surprise coupant court à toute forme d'intention... Un jour, ces êtres là seraient habitués à son existence, ils risquaient alors de ne plus être paralysés par cette surprise saine pour le dragon.

Ainsi apparut-il en de nombreux endroits... Là, le port, là une place marchande active et bruyante, là une rue où avait éclaté une rixe, inexorablement, cela le conduisait aux murs de la ville, à cette horizon qu'il avait vu dégagé depuis son point de vue privilégié.

Et quand il l'atteint enfin, il disparut réellement aux yeux des thaaries.


* * *


Se fut finalement son tour, comme attendu, de subir les émanations de curiosité de cette Princesse Marchande. Pour l'heure, il ne voyait aucune raison d'esquiver les réponses, tout au plus résumerait-il la manière dont les choses s'étaient passés pour ce qui est de sa quête de l'Oeuf, d'abord parce qu'elle n'avait pas besoin d'en connaître chaque détail, et que pour lui-même, bien que l'ayant vécu, la chose paraissait surréaliste.

« Il se nomme Zéphyr, je l'ai ainsi nommé car d'anciennes tribus de cette région appelaient ainsi les vents d'ouest qu'ils attribuaient à un dragon. Je ne crois pas avoir une seule fois croisée sa mère, et de lui-même, il n'a pas besoin d'un nom. »

Un instant, il se demanda d'où pouvait venir la croyance qu'un jeune dragon puisse décider de lui-même d'un nom. Mais sans chercher plus longtemps une réponse, il embraya sur le moins évident, faire le récit de cette découverte de l’œuf. En offrir plus sur ce point pour pouvoir plus facilement esquiver des questions plus délicates par la suite.

« C'était il y a un peu plus de deux ans, alors que j'escortais des marchands depuis l'Alonnan, par hasard, je suppose, je n'ai ni la foi, ni la prétention de croire avoir été choisi ce jour là. Un dragon blanc, un adulte, est apparu et s'est posé non loin d'une auberge de voyageurs, sur la route. Il venait probablement de chasser et ne fit pas attention aux quelques personnes présentes alors, sur l'instant, et s'envola dès qu'il y accorda un regard. 

Ça n'était pas la première fois que je poursuivais une telle chimère, depuis qu'il y a des années, j'ai accosté ici, sur ces terres où ces créatures de légende en Péninsule ont contribué à façonner la culture et l'histoire de la région. Déjà quelques années auparavant, un marchand d'ici, je crois, avait monté une expédition à destination de Nisétis, il me semble, suivant une étrange rumeur. »


C'était un demi-mensonge... Sa connaissance pour les dragons remontaient évidemment à plus loin, mais il voulait éviter de faire mention des autres dragonniers humains et des liens qu'il a pu avoir avec. Quant à cette rumeur, c'était une histoire bien réelle, qu'il avait suivi et à laquelle il voulu prendre part, non pour le dragon qui en était à l'origine mais pour saboter l'expédition et le protéger d'eux, il était possible qu'elle en ait alors entendu parlé, ce qui donnerait davantage de crédit à son histoire.

« Mais c'était la première fois que j'en rencontrais un, et même si je partage mon quotidien avec Monarth depuis bien des années, cette vision m'a fasciné, ça n'était plus une chimère. J'ai achevé mon boulot d'escorte et laissé ma compagnie pour me mettre en quête de la moindre rumeur, du moindre bruit pour trouver une piste et retrouver ce dragon, je voulais le revoir, je voulais comprendre, comment et pourquoi il était réapparu alors que tout ce que j'avais lu sur eux, c'était leur disparition. »

Là encore, toujours des demi-mensonges, il avait été fasciné de découvrir Leirn bien des années plus tôt, et s'était inquiété à l'apparition publique d'un dragon adulte et sauvage, mais il avait effectivement d'abord poursuivi la piste pour comprendre, il n'imaginait pas alors récupérer un œuf.

« J'ai fini par croiser la route d'une jeune femme avec qui le dragon avait apparemment communiqué. C'était une femme importante pour le Culte, ce qui l'attira peut-être, je n'en sais rien, et elle recrutait des volontaires pour l'assister dans une sorte de quête que lui avait confié ce dernier. Encore aujourd'hui, je ne comprends pas le comportement de ce dragon, mais toujours est-il que je me portais volontaire, et c'est avec un homme d'arme qui l'accompagnait déjà depuis un certain temps que nous nous mîmes en route, suivant des indices dans un jeu de piste qui me laissait perplexe... Le dragon se jouait-il tout simplement de nous ? Mais nous avons persévéré. 

Notre route nous amena à traverser une partie de la Péninsule, jusqu'au cœur des chaînes montagneuses du Médian, et suivant là encore des indices qu'il laissait apparemment à la jeune femme, de temps en temps, il nous amena dans un endroit reculé, dans les hauteurs, un lieu autrefois occupé par des hommes, il y a probablement bien des siècles, et si il ne nous est plus apparu, il nous avait conduit à un œuf, et nous le confia, d'abord à elle, qui m'accorda sa confiance pour prendre soin, de lui autant que du dragon à venir. »

Environ un an après naissait Zéphyr, et avec lui furent balayé toutes les interrogations soulevées par le dragon et son comportement. »


Il acheva ici son récit... Si il occulta les détails, quant à la nature réelle de la jeune femme autant que de son propre passé qui donnait une explication plus aisée à tout ceci, il avait tout de même été aussi honnête que possible, et bien que cela puisse soulever des questions, la vérité était qu'il serait incapable d'y répondre, ne sachant réellement pas quoi penser du comportement du dragon d'alors, et il avait arrêté d'y penser pour simplement se réjouir et s'occuper du dragonnet.

Et même les ruines dans lesquelles ils avaient trouvé l’œuf était un mystère... Une ouverture au fond d'une grotte perdue dans les montagnes, loin des sentiers et difficile d'accès, si bien qu'il était incapable de mettre un point sur une carte... Tout au mieux, il aurait pu préciser qu'il s'agissait des Monts Corbeaux, mais cela n'aurait pas été d'une grande aide.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Lun 21 Aoû 2017 - 23:02


" Quelle épopée... " applaudit-elle de quelques claquements enthousiastes avant d'ajouter, son sourire se faisant plus félin " Si ce dragon existe bel et bien. "

Ils y étaient. Ce moment précis d'une conversation purement amicales où les choses commencent à déraper. Cette première estoque qui remet tout le petit monde sous tension... Et qui pour une fois fut en partie balayer par la sincérité de la suite " Ne faites pas ces tête. Je suis juste curieuse. Je ne m'attends pas à ce que l'un de vous le sorte de sa poche. "

Elle se tournicota pour trouver de quoi boire à portée mais ne repéra rien de satisfaisant. Dommage. " Peux-tu nous laisser un instant Aphyr ? Mes gens te mettront comme un coq en patte en attendant que j'en ai fini ici. " Voyant le marin jetait des regards lourds de sens vers l'homme venus de l'autre côté du monde, elle soupira en ajoutant " Je n'ai rien à gagner à vous faire le moindre mal à l'un ou a l'autre. Si tu veux retourner sur ton bateau tu es libre de partir, je veux juste discuter un peu affaire avec notre ami. Il faudrait vraiment que tu arrêtes de croire à toutes les rumeurs qui courent en ville... "

A contre cœur, le Capitaine quitta les lieux en s'inclinant avec déférence, le dos raide. Difficile de ne pas prêter attentions à des rumeurs qui faisaient partis des murs depuis la création même de la Cité. Pourtant, contrairement à tout grand méchant qui se respecte, Krish ne changea pas de visage lorsqu'elle se retrouva seule avec le chevalier errant, arborant la même expression avenante et intéressée quoi qu'un peu moins enfantine étant donné qu'elle n'était plus en position de simple spectatrice. Se redressant légèrement, elle attaqua sans agressivité :

" Crevons l’abcès une bonne fois, tu veux ? Si tu as eu recours à Aphyr, c'est que tu ne tiens pas à ce que ton arrivée se fasse en fanfare. Peut-être même que tu crains de voir les Princes de cette ville essayer de se partager ta carcasse à coup de menaces et de contrats douteux. Je me trompe ? "

Elle aurait bien aimé se trompé, cela aurait peut-être conduit à un échange moins prévisible, mais elle en doutait fortement. Mais il y avait une chose encore qui la tenait en halène...

" En fait la chose que je n'arrive pas à m'expliquer jusque là, c'est la raison qui t'a poussé à venir jusque chez moi, aujourd'hui. "
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mar 22 Aoû 2017 - 1:19

Il sourit, s'amusant de ce que suggérait la Princesse Marchande, ce qu'elle supposait des craintes qu'il pouvait nourrir. Et puisqu'elle en était à parler de franchise, il décida d'être tout à fait honnête à son tour.

« Vous vous trompez. » Il avait peut-être tort de se montrer ainsi, de prétendre à un quelconque rapport de force face à cette drow, mais de la même façon qu'il en était venu à refuser de condamner Zéphyr à l'ombre en lui permettant de voler librement, il devenait lasse de jouer ce jeu, encore et encore. « Demain, lorsque vos yeux et vos oreilles vous rapporteront ce qu'ils ont vu et entendu, vous saurez. »

« Mais doutez, ça n'est pas important, après tout, je ne suis pas ici pour vous convaincre, je n'attends même rien de vous pour moi-même. » Il aurait presque voulu dire à haute voix que le scepticisme faisait son affaire, mais cela se devinait après ces mots. Et il poursuivit, jetant davantage la prudence au vent, c'était ces soucis, ce jeu, ces règles qu'il s'obligeait encore à respecter car il avait grandi et apprit le monde de cette façon, mais le spectre de cette vie était mis à mal par l'insouciance et la facilité, la fraîcheur d'un dragon qui n'aspirait qu'à jouir d'une liberté qu'il considérait déjà acquise dès le moment où il s'était arraché du sol.

« Si je suis vraiment ce que je prétends, pensez-vous que je permettrais un seul instant aux prince-marchands de cette cité d'avoir la moindre prise sur moi ? Croyez-vous que je redoute les contrats et les prétentions qu'ils pourraient espérer avoir de contrôler ce dragon en me contrôlant, moi ? » Il se mit à sourire davantage, s'en amusant plus encore, et se libérant encore, il décida d'affermir ses principes et idées, de les afficher plus encore, de faire tomber quelques masques. « La fortune et l'influence n'accorde de pouvoir à celui qui les possède que pour ceux qui y attribuent ce pouvoir, tout comme n'est pas absolu le pouvoir des hommes qui prétendent gouverner la terre par le sang qui coule dans leurs veines. » Il était un homme qui rejetait, pour lui-même, ces prétendues vérités et ne se considérait pas soumis à ces dernières. De la même manière qu'aucun noble péninsulaire ne pouvait plus le commander, un marchand thaarie ne pourrait brandir sa richesse et l'influence qu'il possède pour le contraindre... Son idéal l’entraînait sur des sentiers à l'écart, se détournant de ces croyances et n'y accordant qu'un regard critique sans avoir plus besoin de s'y soumettre.

« Si je devais devenir une cible, faire l'objet de tentative de menace, je disparaîtrais, le monde est si vaste au delà de ces murs qu'il saura pourvoir à ma survie. Il vaut mieux être là-bas et libre que de profiter du confort d'une cité mais d'être contraint à vivre dans une cage dorée, une laisse autour du cou, à servir de jouet et d'attraction pour quelques individus. »

Ce qu'il avait fait en Péninsule, il saurait le refaire ici... Et cette première rencontre le lui mettait en évidence, finalement... Ce n'était pas ici qu'il trouverait ce qu'il cherchait pour l'instant, cette cité pouvait même être, pour lui, un endroit pire encore que la Péninsule et ses seigneurs va-t-en-guerre. Comme Zéphyr survolant cette cité, contemplant davantage l'horizon et ses promesses que la vie foisonnante en dessous de lui. Il lui fallait du repos, c'était une évidence, mais il en devenait une autre qu'il ne resterait pas très longtemps.

« Quant à la raison qui m'a poussé à venir jusqu'à chez vous, vous l'avez fait sortir un peu plus tôt. C'est ma manière d'honorer ma dette envers ce capitaine qui m'a conduit à bon port et traité avec égard. C'est la seule chose qu'il ait réclamé de moi en retour, et même si il est possible que cela me coûte, c'était la moindre des choses de la lui accorder. »

Eh non... Il n'attendait absolument rien de cette Princesse Marchande pour lui-même, et ne considérait même pas lui devoir quoique ce soit, à elle. Bien sûr, ils ne s'entendraient pas sur cette différence de vue sur la notion de dettes, mais que croyait-elle ? Qu'une traversée lui donnerait une emprise sur lui ? Sa dette était envers Aphyr, et il l'avait honoré, même si il se demandait si le capitaine en tirerait le bénéfice qu'il avait espéré en l'amenant jusque là.

« Maintenant, je peux me douter que vous devez être déçue, j'ignore dans quelle mesure vous vous êtes imaginée faire de moi votre obligé, que mon dragon soit réel ou non, mais cela ne signifie pas que je refuserai chacune de vos demandes, simplement que rien ne m'oblige à les accepter. »

Conclure de la sorte lui semblait indispensable, il demeurait sincèrement ouvert, n'avait rien contre l'idée de rendre des services, après tout, il pouvait en tirer quelque chose pour lui-même, mais rien ne pouvait l'y contraindre. Il espérait que cela atténue la déception, et sortir de là, sinon en bons termes, au moins sans animosité latente.
Il posait par la même occasion ce qu'il entendait être les termes de leurs relations.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mar 22 Aoû 2017 - 11:48


" Que de nobles pensées ! " rit-elle de bon cœur. Les grandes idées de cet étranger étaient rafraichissantes. " Vous êtes donc un homme d'honneur. Une race qui se fait rare ces temps-ci. Et mon obligé, que vous le considériez ainsi ou non, vous l'êtes déjà par l'intermédiaire d'Aphyr. Mais passons. " Rien ne servait à ergoter sur ce point, les dettes ne fonctionnaient jamais bien lorsqu'on se battait avant de savoir ce qu'on pourrait bien demander en échange. Elle effaça la question d'une main, nullement désarçonnée ou renfrognée par les grandes explications du potentiel dragonnier.

" Peut-être que chez toi, les gens ne sont puissant que parce que d'autres accordent de la valeur à un titre mais la richesse et l'influencent donnent bien plus que ce que ça. Pour l'instant je suis encore la seule membre du Conseil à connaitre ton visage mais si tes sous entendus ont la moindre part de vérité, cela sera très vite réglé."


Et elle se demandait bien pourquoi il avait tenté de faire quelque chose comme ça... Elle aurait été dans sa position, elle aurait fait profile bas un petit siècle, attendant que son arme sur patte soit suffisamment robuste pour ne plus craindre les emmerdeurs avant de me faire reconnaitre... mais bons, les humains avaient toujours tendance à être pressés. Ce qu'elle voulait lui faire comprendre en revanche c'était le guêpier potentiel dans lequel il venait de mettre les pieds.

" A ton avis, combien de mages, combien de nécromants, combien de soldats et combien de trahison faut-il pour qu'un homme seul accompagné d'une bête qui sera de plus en plus facile à repérer se retrouvent acculés ? A combien doit s'élever une prime pour que le plus infime vagabond devienne ton ennemis ? Et je ne parle pas seulement des limites des Principautés. "

S'il se drapait dans son indépendance tel un Naélisien sur le retour, il avait bien plus à craindre qu'il ne semblait l'entrevoir. Tout le peuple drow verrait d'un très mauvais œil la réapparition des dragons après le temps qu'ils leur avait fallut pour exterminé leur empire et étant donné ce qu'elle avait entendu sur les endives d'Anaëh et leurs déboires avec les humains, elle doutaient qu'ils soient plus tranquille à l'idée d'un dragonnier humain qu'à celle d'un dragonnier drow. A tous les coups ils tenteraient une connerie magique pour défaire le lien entre le dragonnier et la bête pour lui rendre la 'liberté' ou une stupidité elfique du genre.

" Les légendes sont nombreuses. D'après ce que tu m'as raconté, tu dois savoir ce que les dragons représentent pour ces terres qui ont vécues le joug de Nisetis il y a longtemps. Beaucoup préfèreront dépenser une grande part de leur fortune plutôt pour te soumettre ou te tuer que de risquer de se retrouver esclave d'une nouvelle sorte de dracennes d'ici quelques dizaines d'années. A moins que les elfes préfèrent éviter l’avènement d'humains assez puissant pour bouter le feu à leur bosquet. Ou peut-être tes propres compatriotes qui se fédèreront enfin pour venir te casser les pieds.  "

Ici ou ailleurs, il serait toujours en proie aux retombées de guerres intestines. Mais ici, il pouvait peut-être s'en sortir mieux qu'ailleurs avec un petit coup de pouce.

" Mais crois moi ou non, te donner la clef pour vous tenir hors de nos griffes à tous, toi et surtout ton dragon, m'amuserais bien plus que te voir l’enferrer dans de petits jeux de pouvoirs serviles... Et bien sûr, la dette que tu n'estimeras pas avoir envers moi n'y est pour rien étant donné que tu es libre de refuser ou d'accepter tout ce qu'on te proposera. "

Elle n'avait pas pu s'en empêcher. Même en voulant lui parler sérieusement, elle n'avait put s'empêcher de railler son premier mouvement de dragonnier libre et au dessus de la mêlée. Alors pour tenter de faire bonne mesure, elle ajouta.

" Voit-ça comme le caprice d'une femme qui a vu beaucoup de choses et pour qui les changements et nouveautés sont des trésors inestimables, surtout s'ils impliquent de pouvoir admirer un dragon en vol. "
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mar 22 Aoû 2017 - 12:42

Une part de lui-même aurait voulu répondre à la menace, mais il s'abstint, c'était inutile et vain, il fallait jouer autrement la partie en cours, car après tout, rien de ce qu'il se produisait n'était surprenant, malheureusement. Aussi ne réagit-il finalement pas aux menaces, il releva les mots de la drow, semblant suggérer qu'au contraire des autres régions du monde qui le mettraient en pièce, y voyant une menace universelle, il y avait ici une opportunité de vivre en paix...
A ces derniers, il décida de ne pas répondre non plus, débattre avec cette drow ne servirait à rien, c'était une futile perte de temps, il en était désormais convaincu. Tout ce qu'il pouvait faire était de voir quelle porte de sortie sûre il pouvait s'aménager, quelque soit le prix prétendument exigé, et s'éloigner de cette maudite cité, au moins jusqu'à pouvoir répondre à ces menaces.

« En supposant que j'accepte votre « aide », bien que ça soit davantage du chantage qu'une généreuse offre de votre part, quel serait le prix ? Que suis-je supposé faire pour l'obtenir et sortir d'ici ? »

Avait-il une autre alternative ? Elle s'épargnerait la gêne de devoir employer ces hommes et en possédaient certainement suffisamment dans ce palais pour l'enfermer si c'était ce qu'elle décidait finalement. Quoiqu'il advienne, le souvenir de cette drow resterait... Et même pour celui qui n'aspirait qu'à la paix et la tranquillité, pour son dragon, son dräke et pour lui-même, l'idée de lui démontrer la futilité de la fortune et de l'influence face à des êtres déterminés lui titillait l'esprit.

Quelle aide recevrait-elle de ses semblables si il s'engageait à quitter la région pour plusieurs siècles une fois l'empire qu'elle s'était façonné en ruines ? Ces princes seraient-ils solidaires ou bien affûteraient-ils les poignards pour se repaître de son cadavre ? Il écarta de telles idées, ça n'était ni le moment, ni le propos... Pour l'heure, il lui fallait connaître le prix à payer pour retrouver sa liberté, jusqu'à la prochaine fois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mar 22 Aoû 2017 - 15:21


" Il y a des cours en Péninsule pour déformer ce que disent les gens ou c'est juste toi pour le plaisir d'être chiant ? " Répondit-elle en fronçant le nez. " Si je voulais te faire chanter, ton dräke serait dans une cage, toi dans une autre et j'aurais tout le temps du monde pour appeler un mage de l'esprit. Quelques interventions plus tard, les hommes les plus récalcitrants sont morts, les autres de loyaux alliés. Mais je ne te veux aucun mal bon sang. En quelle langue il faut que je le répète ?!
Tu peux partir en courant avant que tes 'révélations' ne soient faites. Si tu veux, je peux même te faire préparer un panier piquenique et tu n'entendras plus jamais parlé de moi. Mais rien ne changera le fait que tu aura la soif de pouvoir de centaines de personnes aux fesses et que tu devras te cacher pendant des années au lieu de vivre tranquille. "


Elle soupira, déçu à l'idée de ne pas avoir l'occasion d'observer de ses yeux le déploiement rayonnant d'un dragon libre au dessus de Thaar au fil des jours.

" Je voulais juste te proposer un coup de main. Invite toi à une des cessions régulières du conseil, même pas besoin d'entrer, il suffit de faire suffisamment de grabuge sur l'esplanade pour attirer le chaland dehors. Là tu pourras annoncer la couleur proprement avant qu'ils n'aient eu le temps de se renseigner sur les multiples façons de t'atteindre. Tu ne travailleras jamais ni pour ni contre un Prince Marchand. Oblige le Conseil à ne s'adresser à toi qu'en tant que groupe et tu seras tranquille du moment que tu ne menaces pas son intégrité par d'autres moyens. Tu serais un parti neutre et si l'un d'entre nous tente de prendre l'ascendant sur toi, le Conseil risquera d'imploser de l'intérieur. Et ça, crois moi, c'est bien une chose qu'aucun membre du Conseil ne veut. "

Dans sa longue vie, elle avait pu constaté à de nombreuses reprise qu'il était bien plus difficile de se faire des amis que des ennemis. Malheureusement, resté en vie tenait souvent autant aux uns qu'aux autres. Dettes ou entre-aide étaient des mots pleins de préjugés, bon ou mauvais, pour décrire le même phénomène. Elle croisa les jambes et soupira, plus ennuyée qu'en colère.

" Ou tu peux aussi me renvoyer ma proposition au visage et te draper dans ta dignité. Mais dans ce cas, j'aurai une humble requête à formuler. "
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mar 22 Aoû 2017 - 16:21

« Si vous aviez tenté de mettre mon dräke en cage, vous, et tous ceux qui s'y seraient essayés ne se souviendraient probablement pas de leurs propres noms... » C'était dit avec une pointe d'humour, teinté de vérité, mais pas de menace. Jamais il ne demanderait à Monarth de nuire à quelqu'un comme ça, mais nul doute que le drâke, menacé, ne manquerait pas de répondant... Et il se servirait assurément de plus que ses griffes pour cela.

Il écouta la suite, il ignorait la réalité de ce qu'elle suggérait, mais il prit le parti de réduire la méfiance qu'il lui témoignait un peu plus tôt. Quelque soit la sincérité de son propos, partir du principe qu'elle était franche en affirmant ne pas lui vouloir de mal pouvait être la meilleure voie pour s'en sortir... Néanmoins, sa solution supposait de ne considérer que le Conseil comme un problème, et pour ce qu'il savait de Thaar, dans son cas, ce dernier serait un moindre mal.

« Les Prince-Marchands ne sont pas ceux qui m'inquiètent le plus. Si je me dévoile comme vous le dites, je deviens un personnage publique pour les fanatiques de tous bords, fascinés ou hostiles, ils deviendront un problème autrement plus gênant que le Conseil de Thaar. »

C'était ces groupes et foules potentiellement ingérable qu'il redoutait réellement, non des individus plus... raisonnable, dans une certaine mesure, pouvant devenir des interlocuteurs réfléchis, et non des fanatiques de la pire espèce.

« Et personne ne me traquera si ils n'apprennent pas mon existence, et cette révélation repose entre vos mains. Les marins parleront, mais ce qu'ils pourront dire deviendra des ragots et rumeurs mélangés aux histoires que le passage du dragon aura inspiré. Par précaution, il me suffira de me tenir loin du port, de ne pas me montrer en compagnie de mon dräke et cela me permettra de me fondre dans la masse. »

C'était mettre en évidence le pouvoir qu'elle détenait effectivement sur son devenir à court termes, mais le nier était une bêtise. Si elle ne voulait pas lui nuire, alors il n'aurait pas à craindre qui que ce soit. A mesure qu'il parlait, il se détendait, voulant afficher une relative confiance après s'être évidemment braqué quand il fut question de menace – qu'elle pouvait attribué aux autres, faisant figure d'exception, certes, mais cela restait des menaces.

« Quelques préparatifs, un peu de repos et je quitterais la cité pour un temps, et je n'y reviendrais à l'occasion qu'une fois en mesure, au besoin, de gérer les élans que provoqueraient une telle annonce, mais pas avant. »

Et à ce moment là, et à ce moment là seulement, il verrait comment se situer vis à vis du Conseil. Ce qu'elle venait de proposer était une option, mais quand bien même il ne mettait pas en cause sa connaissance des rouages du Conseil, le fait est qu'il représenterait une situation tout à fait inédite avec un caractère imprévisible.

« Dans ces conditions, je peux écouter votre requête, et je m'y emploierais, si elle est réalisable. »

Si elle était effectivement humble et acceptable, elle serait l'occasion de définitivement mettre derrière eux la tension née des menaces formulées, et qui sait, il pourrait même la réaliser de bon cœur.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mar 22 Aoû 2017 - 17:28


" Oui... C'est pas faux... " rit-elle en voyant la mine goguenarde de l'humain notant que le dräke avait ses propres moyens de défenses. Elle aurait bêtement perdu quelques gardes, mais ça encore... Elle s'en faisait plus pour l'état du dräke après. ça aurait été un beau gâchis.

" Homme d'honneur et grand prince ! Cela fait beaucoup pour un seul homme. " le railla-t-elle une fois de plus avec son sourire à la fois provocateur et appréciateur. Il semblait décidément incapable du moindre trait d'humour... S'en était comique. " Alors voilà Votre Altesse. J'aimerai dessiner Zephyr. "

Non, elle n'était pas peintre, mais voir les mouvements d'une créature pareille et pouvoir passer un peu de temps à l'étudier serait une occasion en or si elle voulait s'essayer à des créations inédites concernant ces légendes revenues à la vie. Un temps bien étrange que ce début du cycle, étrange et pleins de possibilités nouvelles.

" La rencontre peut avoir lieu ou tu le souhaites quelque soit la distance d'ici et je peux y aller seule nue et les yeux bandés si ça peut te rassurer. Je demande juste une poignée d'heure et un peu de coopération pour faire des croquis. "
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mer 23 Aoû 2017 - 10:22

Il ne réagit pas aux railleries, sa situation ne lui permettait pas d'être aussi détendue qu'elle dans son sofa, mais au moins, ce qu'elle demandait relevait du possible, et était étonnamment raisonnable. Bon, il lui faudrait retrouver Zéphyr, et le convaincre de coopérer dans un exercice qui n'allait probablement pas beaucoup lui plaire... C'était ce qu'il espérait épargner au dragon, de devenir une attraction, mais si une seule fois pouvait garantir ensuite une certaine tranquillité pour prendre ses distances de cette cité, c'était un moindre mal.

« Si ma mémoire est bonne, il y a, non loin au sud des vestiges isolés, rendez-vous là-bas lorsque vous serez prête, en ce qui me concerne, je prendrais les devants pour le retrouver et le convaincre de venir. »

Ça n'était guère plus que les restes d'un ancien hameau depuis bien longtemps abandonné et n'offrant qu'un témoignage du passé, situé non loin de la côte. Les alentours, dans son souvenir, était suffisamment dégagé pour s'assurer qu'aucune mauvaise surprise ne les prenne aux dépourvus.

« Je ne garantis pas sa coopération mais je ferais mon possible, toutefois, n'espérez pas le toucher. »

Une limite qui venait autant de lui que de Zéphyr lui-même, mais il était sincère lorsqu'il assurait vouloir faire son possible, avec à l'esprit qu'en lui donnant autant satisfaction que possible, elle ferait au mieux sa propre part.

« Oh, et... Pour mes conditions, pas plus d'un homme pour escorte, et il se tiendra à bonne distance une fois là-bas, et sans arme, une fois sur place. Pour le reste... Si vous préférez être nue et les yeux bandés, à votre guise, qui suis-je pour mettre un frein aux habitudes d'une artiste. »

Il n'était évidemment pas sérieux, et se doutait qu'elle plaisantait – n'est- ce pas ? -, mais après tout, c'était elle qui l'avait suggéré, qui était-il pour le lui refuser ? La seule chose sérieuse était la présence d'un seul homme. Non qu'il ait la moindre intention de profiter de l'occasion, mais il voulait s'assurer de ne courir aucun risque.

La chose entendue, il fut autorisé à quitter le palais, et découvrit agréablement qu'entre temps, on avait débarqué et conduit sa monture et ses quelques affaires du port jusqu'ici. Il ne tarda pas davantage pour se mettre en route, partant vers le sud de la ville.
Il aurait pu en profiter pour s'enfuir, mais il avait besoin de repos, de se poser et de faire des préparatifs, sans quoi cette région aurait raison de lui. Un maigre sacrifice pour, espérait-il, un peu de tranquillité, il fallait essayer.

Une fois franchi les murs de la ville, il laissa son cheval avancer, ferma les yeux, se concentrant sur son lien avec le dragon, toujours si fin, tendu par la distance qui le séparait encore de lui. Il se relâcha et guida le cheval à l'instinct, ne cherchant plus consciemment, se laissant porter, entraîner vers celui qui était une autre part de lui-même, à présent. Cela vers l'ouest et la côte, et à mesure qu'il progressait, le lien se renforça.

Il comprit que Zéphyr, une fois le navire derrière lui, avait d'abord survolé la cité avant de choisir une direction, là, il s'était mit en chasse et avait trouvé une petite proie, de quoi contenter sa frustration de chasseur, mais loin de le nourrir, puis le dragon semblait avoir eu une autre idée et s'était dirigé vers la côte pour se reposer là, sur la plage, bercé par le son des vagues.
Avant que le chevalier n'ait atteint la côte, le dragon avait perçu sa proximité et ses intentions, s'était réveillé et avait prit son envol, survolant le cavalier. Et si un instant, Arthur craint qu'il n'ait l'envie de s'esquiver, il le vit manœuvrer bientôt, décrivant de large cercle autour d'eux.

Tu comprends pourquoi on doit le faire ?

Pas vraiment... Mais ça semble important pour toi.


Ça l'était, et il lui paraissait évident que le dragon ne comprenne pas l'ensemble, tout ceci se trouvait être des choses bien éloignées de ce qui pouvait préoccuper naturellement une telle créature, jeune ou non. Il survolait littéralement ces choses là, normalement insensible, mais ce lien changeait la donne.
Le dragonnier transmit son souvenir de l'endroit qu'il avait indiqué à la Princesse Marchande, et le dragon cessa ses manœuvres pour se diriger vers l'est et prendre les devants sur le cavalier qui, à peine quelques secondes, avait pu suivre son ombre.

Il fallut encore un moment pour atteindre les fameux vestiges généralement désert, dans lesquels le dragon les attendait, ayant apparemment encore profité de l'attente pour chasser ou s'y essayer, observant les proies potentielles et nouvelles de cette région... Certaines s'étaient déjà avérées difficile à poursuivre.
Une fois la monture attachée, et installé à une bonne place pour regarder les alentours, l'humain et les deux lézards patientèrent jusqu'à ce qu'au loin, ils aperçoivent quelque chose.

« J'imagine que c'est elle... »

Cela sonna comme un signal pour Zéphyr qui décolla aussitôt. C'était son initiative, sa décision. Il ne prit pas beaucoup d'altitude et se dirigea vers les arrivants, et lorsqu'il fut assez près, poussa un puissant cri – par rapport à sa taille - à leur adresse, intimidant sans sembler hostile, tout comme la manœuvre elle-même, les dépassa avant de décrire un large virage pour faire demi-tour qui l'amena bientôt à leur niveau, bien plus haut et plus loin, sur le côté. Là, il ralentit son allure, observant ces créatures avant de reprendre de la vitesse et de se diriger vers les vestiges autour desquels il décrivit de large cercle durant le reste de leur approche.

Arthur savait ce qu'il avait à l'esprit en manœuvrant ainsi... Et quand il fut assuré que c'était bien la drow qui se trouvait là, il se montra finalement, fit un signe avant de crier à leur attention. « Votre escorte est suffisamment proche comme ça. » Il aurait suffisamment de temps pour réagir au besoin, de cette façon. Et il la laissa combler la petite distance qui la séparait encore du campement improvisé et précaire à l'abri des quelques pans de murs encore debout, pendant que Zéphyr continuait de voler en large cercle au-dessus.

« Toujours sceptique quant à ce qu'affirmait Aphyr ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mer 23 Aoû 2017 - 16:22


Les conditions semblaient honnêtes et le fait qu'il parte en avance n'était pas particulièrement problématique étant donné qu'elle en savait assez sur lui pour rendre sa vie infiniment plus compliquée s'il essayait de la lui faire à l'envers. Lorsqu'il s'épancha sur les habitudes des artistes qui ne devaient être contrarié, elle soutient son regard, taquine, sans ajouter un mot avant de le saluer, le laissant reprendre sa route.

Aussitôt, elle couru à toutes jambes, dévalant les escaliers vers ses appartements, passant sous le nez de Wydrin qui en garda les yeux arrondis. Toute minauderie, toute classe, toute provocation avait quitté ses traits. Elle était juste excité comme une puce à l'idée de ce qui allait suivre. Une euphorie rare. Elle allait voir un dragon ! Un dragon bon sang ! Même si ce n'était encore qu'un tout petit dragon, les légendes de son enfance prenaient corps... Et les dieux savaient que son enfance était loin ! Si son père avait su. HA ! Il devait se retourner dans sa tombe celui là.

Elle aurait sautillé sur place si elle n'avait pas été trop occupée à réunir ce dont elle aurait besoin. Fusain. Sanguine. Lazuli. Mine de plomb. Des monceaux de papier. Une planche. Une lunette. Elle ferait l'encrage une fois rentré, c'était plus sûr. Et puis elle devait se changer. ça au moins ça irait vite. Elle sauta dans un pantalon de cuir noir avant de passer une ample tunique rouge sans manche et au laçage approximatif. Elle allait y ajouter ses lames habituelles lorsqu'elle se souvint de l’avertissement. Pas question de gâcher cette chance... Par contre elle ne pensa même pas a enlever la griffe d'argent effilée qui galbait son index gauche comme une armure. Toujours pied nu, elle ramassa son barda... Avant de se rappeler qu'elle avait des esclaves qui pouvaient s'en charger.
" Selle un cheval lambda et attache tout ça. " ordonna-t-elle à Wik en se dirigeant plutôt vers le meuble sur lequel était disposé plusieurs carafes. Tirant un bouchon de verre coloré, elle laissa coulé une dose d'un liquide ambré dans un verre non loin et le descendit d'une traite.

C'est donc seule et sans arme qu'elle franchit les grilles de son propre palais, ayant refusé l'homme d'escorte qu'on lui avait autorisé. Wydrin en faisait une jaunisse... Sur le dos d'un hongre brun-terreux, elle obliqua vers la plus proche porte de la ville et pris la direction du sud. Elle avait une bonne idée du lieu de rendez-vous... Mais de là à le retrouver en une seule fois, il y avait un monde visiblement. Elle erra un peu dans les alentours avant de se rappelé, qu'effectivement, elle avait tourné vers la cote au lieu de tourner dans la direction d'Ys sur la première sente.

Elle remontait vers les ruines lorsqu'une forme blanche vola vers elle. Un rugissement sonore déchira le ciel. Elle éclata d'un rire incrédule. Il était là ! Juste là ! Elle se dévissa le cou pour le regarder faire demi tour et talonna sa monture pour tenter de le suivre à même allure, sans résultat évidement.

" Je suis seule ! " répondit-elle en freinant violemment lorsqu'on lui demanda de laisser son escorte avant de mettre pied à terre. Face à son regard suspicieux, elle leva les bras et fit un tour sur elle même pour lui montrer qu'elle ne portait rien de tranchant. " Pas le moins du monde. Par les Dieux, Arthur, c'est ahurissant ! " Elle se serait sûrement jeté dans les bras du chevalier si elle n'avait pas été trop occupé à admirer les mouvements fluides du dragon qui évoluait sans difficulté au-dessus de leurs têtes sans tenter de cacher son admiration. Lorsqu'elle parvint enfin à en éloigner son regard, elle fit un signe de tête à Monarth et planta son regard extatique dans celui de l'humain, on ne peut plus sérieuse. " Tu as réellement des amis incroyables. Merci d'avoir accepté. "

Puis elle se tourna rapidement vers ses fonds de selle pour en tirer ses mines et son papiers. Elle s'installa en tailleur, à même le sol, la planche posée sur sa cuisse gauche lui servant d'appui. " Ça me rappelle mes cinq-cents ans... " marmonna-t-elle toujours avez le même enthousiasme. " Tu penses que Zephyr accepterai de se poser le temps que je regarde ses articulations et que je me fasse une idée de sa taille ? " Et ainsi commença l'occasion dont elle ne comptait pas perdre une miette. Bien sûr, elle ne parvenait pas à comprendre toute sa façon de bouger et le dragon n'était pas ce genre de chien chien qu'on peut siffler pour qu'il s'asseye sans moufter mais quelque soit les gestes que la créature faisait, Krish les considéraient avec intérêt et attention. Tantôt debout, tantôt assise, elle espérait vraiment que le dragon accepterait deux choses relativement ridicule. La première était de déployer ses ailes au sol pour qu'elle puisse voir son dos et la façon dont les muscles et les os pouvaient se mouvoir, même de façon rapide. L'autre était de lui laisser voir sa dentition et l'articulation de sa mâchoire en ouvrant la gueule de face à distance réduite. Pour le reste, le voir bouger comme il l'entendait était plus que suffisant. Et tout en croquant avec attention, elle faisait quelques remarques et posait quelques questions au dragonnier non loin. Le fait d'obtenir ou non des réponses semblait être d'une importance secondaire tant elle ne s'affligeait pas devant le silence de l'humain. L'âge du dragon. La taille qu'il faisait à la sortie de l’œuf. Savoir s'il chassait. Ce qu'il mangeait.

" Et tu peux voler avec lui ? " demanda-t-elle sans détourner les yeux de la légende qui décrivait un cercle dans le ciel d'hiver, sa mine de plomb posant plusieurs silhouettes rapides sur le papier.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mer 23 Aoû 2017 - 17:49

Il ignorait ce qui était le plus surprenant... Qu'une Princesse Marchande s'aventure seule et désarmée de la sorte ou l'attitude et le visage totalement différent qu'il en découvrait. Si il avait perçu plus tôt une possible menace en elle, ce qu'il découvrait là était une gamine probablement plusieurs fois centenaires fascinée et surexcitée par ce qu'elle découvrait, une vision qu'elle avait probablement rêvé. C'est la raison pour laquelle il se détendit complètement, et se décida à partager l'enthousiasme de la drow.

Si il ne répondit pas tout de suite, un œil sur le dragon et l'autre sur celle qu'il ne reconnaissait plus, il finit par acquiescer. Et il décida de lui répondre, avec franchise et détails... Parce qu'il appréciait ce qu'il voyait d'elle à présent autant qu'avec l'idée que peut-être, pour plus tard, cette discussion et son déroulement pourrait servir à faire accepter Zéphyr, avec l'appuie d'une personnalité influente... Lui qui aspirait à cela, à l'avenir, ne pouvait manquer une telle occasion.
Et cela permettrait d'enrichir le savoir qu'on avait de ces créatures, et comprendre était généralement une bonne première étape pour accepter... Bien qu'une espèce aussi puissante et intelligente, assurément, continuerait d'attirer convoitise et hostilité de ceux qui voudraient les contrôler et découvriraient qu'ils ne le peuvent pas.
Un instant dans le vague, et la trajectoire du dragon fut un instant moins régulière, d'abord hésitant, la confiance du chevalier acheva de convaincre un Zéphyr qui amorça une descente en douceur pour se poser, marchant quelques mètres vers les deux bipèdes, repliant ses ailes imposantes.

Il n'était pas encore aussi grand que pouvait l'être Leirn, mais il était déjà assurément aussi affûté qu'elle malgré son jeune âge. Le dragonnier s'approcha du dragon – qui désormais ne pouvait décemment plus être considéré comme un dragonnet - qui portait son attention sur la drow, un mélange de curiosité et de soupçon dans l'attitude. C'était déjà son attitude habituelle avec les humains, même si il percevait sans prendre la mesure de leur importance, les différences qu'elle affichait avec eux... Ils n'avaient pas encore côtoyé suffisamment ces créatures pour se faire une idée. Ses impressions étaient renforcées par le propre trouble d'un Arthur face à ce changement frappant chez la Princesse-Marchande.

Il passa la main sur le côté de la gueule, une caresse affectueuse que le dragon affectionnait, et en même temps qu'elle demandait, il servait d'intermédiaire avec lui. Mais il y ajouta sa propre impression, autant que ce qu'il estimait nécessaire pour persuader le dragon. Elle n'allait pas lui nuire, pas maintenant, et il commençait à douter qu'elle soit une menace pour plus tard... Sa fascination était aussi franche que réelle, et elle réalisait probablement un rêve de très longue date. Et  finalement, et c'est de cette façon qu'il pensa la chose, elle lui demandait de faire le beau, ce qu'il faisait déjà bien souvent, fier de ce qu'il était, fier de ce qu'il pouvait faire.

Et il se mit à donner des détails, sur la taille à l'éclosion, et il put apporter un point de vue comparatif avec un Monarth dont la taille était alors comparable, sauf que l'un était totalement développé, l'autre avait encore les ailes peu développées, incapable d'être déployé. Il répondit à ses interrogations, l'âge, le régime alimentaire au cours de son développement, l'émergence du comportement de chasseur, tant qu'il estimait que cela ne permettrait pas de piéger les futurs représentants de l'espèce. Tout en répondant, il manipulait le dragon avec une expertise acquise avec le temps, et cela ne semblait pas déranger le dragon, et ce dernier coopéra, trouvant finalement la chose amusante, d'autant plus avec ce que faisait Arthur... Cela lui rappelait les exercices tout d'abord, et de façon générale, les soins réguliers que celui-ci apprenait à prodiguer à mesure que le dragon grandissait... Les ailes, la mâchoire et les dents, les deux consentirent, car c'était effectivement les soins habituels avec une spectatrice en plus.

Puis elle évoqua le vol, et la chose surprit l'humain. Il y pensait, forcément, d'autant qu'il avait Leirn et Roxane à l'esprit, mais la chose n'était jamais venue, quand bien même le dragon gagnait en taille et en force.

« D'une certaine manière, oui, un peu, mais si vous voulez parler de le monter, comme un cheval... Non. » Ils avaient peu abordé la chose, et pour cause, quand bien même ils leur seraient venus l'idée d'essayer, en l'état, le chevalier y voyait un obstacle de taille. « J'ignore si il est suffisamment développé pour le faire, et même cette question écartée puisqu'il me semble particulièrement à l'aise en vol... Je ne peux pas simplement monter sur son dos ou récupérer la selle de mon cheval, la poser dessus en espérant que ça ne gène pas le mouvement de ses ailes en m'accrochant comme je peux à son cou. Ça serait certainement inconfortable pour lui, et j'aurais toutes les chances de glisser de faire une très mauvaise chute. » En gros, il n'avait simplement pas l'équipement pour ne serait-ce qu'oser s'y essayer, et la chose semblait tellement folle et dangereuse qu'il ne se voyait pas se lancer sur un coup de tête.
Mais la chose les titillait tout deux, et tôt ou tard, ils s'y essayeraient.

« Mais c'est quelque chose que j'aimerais faire... J'ai pu partager ce qu'il a ressenti lors de son premier envol, et c'était probablement l'émotion la plus forte et la plus incroyable que j'ai jamais connu. A ce moment là, et depuis un moment, tout son corps, tout son être n'aspirait qu'à s'arracher du sol, à faire ce pour quoi il était réellement fait, et il a essayé, encore et encore, échoué, maudissant presque à sa manière un sol qui le retenait encore... Quand il a réussi, c'était comme une libération, à l'état pur, débordante et éclatante, elle irradiait presque autour de lui en même temps qu'il faisait retentir alentours sa victoire, il était parvenu à mettre en échec cette terre, il avait triomphé, chaque battement d'aile le renforçait... De mon ressenti, de l'impression qu'il me donna ce jour là, il était véritablement devenu un dragon à cet instant précis, cela l'a fait davantage grandir qu'une année passée au sol. » Il semblait vraiment admiratif, et le dragon sembla réagir avec douceur à l'attachement qu'en témoignait l'humain, et presque envieux, en vérité, ce qui était le cas, mais surtout, il essayait finalement de transmettre même un fragment de cette émotion débordante qui l'avait presque noyé ce jour là.

« Ce jour là, je n'étais qu'un témoin privilégié... Aussi j'espère avoir l'occasion de le vivre par moi-même, en attendant, je ne peux qu'apprécier de le voir baigner dans son élément et partager ce qu'il y ressent. » Ce qui était davantage que les autres, mais ce que le dragon lui avait montré ce jour là lui faisait désirer plus.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Jeu 24 Aoû 2017 - 14:26


Le monter comme un cheval... Exprimé de la sorte, elle trouvait l'idée vraiment très très déplaisante pour le 'cheval' en question mais après tout c'était globalement ça. De plus, le début de la phrase du chevalier l’intriguait bien plus. D'une certaine façon, il volait avec son dragon... Les légendes sur le lien qui unissait dragon et dragonniers étaient donc vrai. Plus elle observait. Plus elle écoutait. Plus elle était curieuse.

L'éclair d'une idée lui vola un sourie lorsqu'il avoua n'avoir jamais tenté l'expérience mais elle se contenta d'ajouter à la va-vite une note ou deux sur le coin de sa feuille.

Pendant qu'il racontait ce qu'il avait ressenti le jour où le dragon avait volé pour la première fois, Krish avait peu à peu quitté Zephyr pour poser son regard sur l'humain. Pendant que lui avait levé les yeux vers son ami, se remémorant avec émotion les sensation de l'époque, elle l'observa avec un peu plus d'attention. Elle détailla ses traits, sa posture. Puis elle se détourna avec un sourire, posant un instant sa mine pour regarder évoluer le dragon en tendant l'oreille, appuyée sur un bras, l'autre se délaçant sur son genou replié. Bien trop de gens utilisaient le verbe pour baragouiner des envolées creuses et camoufler l'absence de sens de leur discours. Lui, il parlait d'une façon à la fois simple et enflammée. L'image était si saisissante, si vrai, qu'elle en avait eu un léger frisson.

« Vous êtes un homme surprenant, Messire Arthur. Surprenant et chanceux. » lui lança-t-elle lorsqu'il eu fini. D'une main adroite, elle roula sa feuille et l'engouffra dans un long étui, comme elle l'avait fait pour les précédentes. « Partager son esprit de façon si étroite avec une créature aussi majestueuse et appelée à devenir si puissante... Sans jamais pouvoir s'en détacher... » Un trémolos s'était glissé par mégarde dans sa voix mais elle le masqua bien vite en prenant un ton qui se voulait plus ironique « Je ne sais pas si je dois t'envier ou te plaindre. »

Au moins la direction à prendre devait être plus clair que dans le méli-mélo de pseudo-signes divins dans lequel elle devait se débattre. Des prêtres, des rêves, des apparitions et paroles rapportées par des mortels. Tous plus contradictoire les uns que les autres. Elle replaça et attacha une nouvelle feuille sur son support de bois pour chasser les pensées qui tournaient bien trop souvent dans sa tête ces derniers temps et retrouver ce moment de plénitude joyeuse que la vue d'une légende et l'apprentissage de choses oubliées depuis des milliers d'années lui procurait aujourd'hui.

« En tout cas ça doit changer un homme ce genre de choses. A t'entendre, il ne manquerait plus que des ailes te poussent pour que tu sois comblé. »
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Jeu 24 Aoû 2017 - 18:18

Il sourit, amusé par la remarque sur les ailes. C'était probablement vrai, à certains moments, mais les choses n'étaient pas aussi simple, elle semblait s'en douter. Cette relation l'avait changé, comme l'avait changé les autres... Chaque rencontre apporte ses petits changements, fait varier le cap que l'on croyait suivre. Celle qu'il entretenait avec le dragon était simplement plus intense, plus profonde.

« Une part de moi approuverait certainement... Mais je ne suis pas un dragon, je ne dois pas chercher à en devenir un, un dragon dans un corps d'homme ne pourrait survivre à ce monde. » De curieux mots, et pourtant, ils trouvaient du sens à ses yeux, c'était là toute la complexité qu'il trouvait dans ce qu'il percevait tout de même comme une bénédiction. « Comme vous pourriez influencer n'importe qui avec vos mots, avec une mise en scène, cette relation m'influence, ou bien cherche à m'influencer, à me changer, même si lui-même n'en a pas conscience, et réciproquement. » Il était toujours délicat de tenter d'expliquer ces choses, la formule changeait à chaque fois qu'il s'y employait. « La seule différence, c'est la profondeur et la subtilité de la forme... Il peut être difficile de s'en prémunir, et parfois, ce qui ne vient pas de nous s'insinue si bien qu'on se l'approprie, en bien ou en mal... Une idée, un concept dans sa forme la plus élémentaire, affectant la manière dont on perçoit et comprend les choses. » Il semblait en recherche permanente des mots justes, pas convaincu, il avait l'habitude de la communication, désormais, et elle facilitait tellement les choses, même face à des explications du genre.

« Partager son esprit avec une créature aussi remarquable et puissante, c'est un plaisir indescriptible, si on accepte l'idée de ne jamais plus être vraiment seul, mais qui comporte un risque tout aussi grand, celui de céder trop de terrain au dragon et de cesser d'être soi-même. » Du moins, supposait-il, pour quelqu'un qui aspirait à développer ce lien, comme il le faisait. « Alors, pour ce qui est de m'envier ou de me plaindre... Je crois qu'il n'existe pas une seule bonne réponse. » Malgré le sujet, il gardait le sourire, maintenant le contact avec le dragon, la main sur le flanc. Les deux étaient conscients de ces phénomènes, mais ni l'un, ni l'autre, n'y pouvaient grand chose, sinon de se garder à leur manière de l'influence involontaire de l'autre.

Le dragon s'écarta, un regard balayant les deux individus avant de s'éloigner de quelques mètres, décollant sans difficulté, décrivant quelques cercles avant de s'éloigner. « Il reviendra, au besoin. Sauf quand il s'agit de dormir pour digérer, il n'apprécie pas d'être trop longtemps à terre ces derniers temps. » furent les mots d'Arthur avant que la Princesse Marchande ne marque sa déception.

« Je dois dire que vous êtes vous même surprenante. Vous affichez un tout autre visage que tout à l'heure, et j'ai peut-être eu tort de me braquer comme j'ai pu le faire, et vous ai mal jugé... ou bien ai-je bien fait, si je n'avais pas été réellement le dragonnier qu'on vous avait annoncé. Je ne sais pas, mais j'apprécie. »

Il ne savait pas trop quoi en penser, mais s'en réjouissait, pour l'instant. Il demeurerait prudent, mais moins qu'il ne l'aurait pensé plus tôt. Il voulait croire que ce qu'elle montrait comme enthousiasme à la vue du dragon était vraiment sincère et que s'assurer d'une bonne relation avec eux, pour l'avenir, pouvait en faire une bonne connaissance, fiable.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Jeu 31 Aoû 2017 - 20:38


Elle ne comprenait pas tout ce qu'il disait, elle n'avait pas le vécu nécessaire pour en saisir la profondeur, mais sa sincérité et sa gravité les paraient toujours d'une certaine emphase agréable à l'oreille. En revanche, explication ou pas, Krish ne cacha pas sa déception en voyant le dragon s'éloigner. Une déception qui ne dura pas, à la fois puissante et volatile comme toutes les autres émotions qui passaient par les entrailles des drows.

Il avait son attention d'une toute autre manière et un sourire taquin lui vint sur le visage. Elle se tourna ostensiblement pour êtres en tailleurs dans sa direction, alternant les coups d’œil à la silhouette de l'humain et les traits sur sa feuille.

" Est-ce moi qui me comporte différemment ou est-ce toi qui me regarde différemment parce que tu n'es plus dans mon palais, entouré de mes gardes et que je n'ai aucun moyen de te contraindre à quoi que ce soit ? Le décorum a tendance à rendre les gens nerveux... " Après un sourire carnassier, elle s'empara d'une sanguine et se tut quelques instants pour poser ce qui semblaient être de grands traits courbes avant de reporter son attention sur le visage du chevalier. " Dans tous les cas je suis flattée. "

Elle pencha soudain la tête sur le côté, le regard visiblement attiré par un détail. Laissant sa planche a dessin par terre, essuyant sur son pantalon ses doigts tâchés de sanguine, elle se leva. En quelques pas, elle entama la distance qui l'éloignait du dragonnier... et lui tendit la main.

" Je peux voir ta main ? " d'un geste du menton, elle désigna la main d'arme du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Lun 4 Sep 2017 - 16:20

« Probablement un peu des deux, vous ne pouvez effectivement pas me contraindre, ici et maintenant, mais si votre pouvoir et votre influence s’exerçait sur le présent uniquement, ni vous, ni aucun des marchands de Thaar n'en possèderait ne pensez-vous pas ? » En somme, il avait beau être un peu rassuré par son attitude, ça n'était pas tant pour l'absence de contrainte présente que les menaces futures qui semblaient s'écarter à mesure qu'elle faisait montre d'une franche et sincère fascination pour le dragon.

Mais si il avait toujours à l'esprit une certaine prudence nécessaire, il n'en afficha rien, quand bien même il devrait encore disposer de quelques verrous, il avait véritablement à cœur de libérer sa pensée, ne pas la contraindre avec le jeu des puissants, encore et encore...
Un jour ou l'autre, il serait véritablement libre, que ce soit dans dix ans ou un siècle, c'était le vœu qu'il formulait, plus encore qu'à ce jour, il serait seul à décider de ce qui l'obligerait.

Observant autant la Drow que s'égarant, tant dans ses pensées qu'à suivre le dragon qui, s'étant éloigné ne semblait pas le faire davantage, sinon en altitude, pour observer, semblait-il, sans inquiéter les proies potentiels. Le chasseur voulait apprendre et comprendre le comportement de ceux qui seraient soumis à ses appétits futurs. Là, la drow, tout à ses dessins sembla remarquer une chose chez lui et formula une demande qu'il ne comprit pas.

Si il observa un instant la dite main d'épée, il finit par la tendre, observant davantage – par curiosité plus que par prudence. « J'ignore ce que vous avez vu, mais je vous en prie. »

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Mar 5 Sep 2017 - 23:05


" Voilà un homme prudent. ça ce fait rare. " répondit-elle, distraite par les traits qu'elle traçait et retraçait sur la feuille. Décidément, les détails c'étaient pas encore ça. Mais les mouvements et les proportions, elle maîtrisait et c'était tout de même le plus important.

C'est avec une attention soutenue et une précision extrême qu'elle cueillit l'humain au niveau du poignet, le cerclant de ses doigts et marmonnant un nombre entre ses dents. Puis elle orienta le dos de sa main vers le sol et commença a en explorer la paume et les doigts des deux pouces. Le visage toujours penché la pince robuste, ses yeux virent rencontrer en coin le regard du curieux. " C'est pas ce que j'ai vu qui compte. C'est ce qu'il me reste à savoir. " le piqua-t-elle avec un soupçon de d'impatience dans la voix. Elle finit de regarder la main sous toutes les coutures en se plaçant à côté de l'humain pour pouvoir placer sa propre paume contre la sienne dans le même sens... Et avoir une idée plus précise de sa taille et de la longueur de son bras en notant le niveau de son épaule et l'allonge dont il disposait par rapport à elle. Notant mentalement les derniers ajustements, elle glissa un ton en dessous " Comment pourrais-je essayer de créer un équipement de vol qui te convienne à toi autant qu'à Zephyr si je ne connais pas vos deux morphologies ? "
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Dim 17 Sep 2017 - 9:19

« Et que croyez vous encore avoir envie de savoir, Princesse ? Ou peut-être devrais-je dire, ce que vous avez le plus envie de savoir, je n'aurais pas la prétention de pouvoir contenter votre curiosité. » Il ignorait l'étendue de cette dernière, mais lui-même ne possédait pas toutes les réponses, que ce soit celles qu'ils trouveraient dans quelques écrits encore inconnus que celles dont il devait encore faire l'expérience et découvrir le moment venu.

« Vous ne le pourriez pas, effectivement. » répondit-il dans un premier temps, car après tout, ce qu'elle disait était juste, quand bien même il fut légèrement surprit... Qu'avait-elle véritablement en tête était tout de même un mystère, car au-delà de ce qu'elle avait pu dire, de la fascination qu'il avait aperçu, il ne pouvait s'empêcher de considérer qu'il y avait un calcul derrière cette apparente générosité. Mais contrairement à plus tôt, il décida de ne pas s'en soucier.

« Avec les dessins que vous avez fait, sans tenir compte des mesures, il me semble que vous pourriez vous y essayer. L'adulte dont Zéphyr était l’œuf, quoique plus grand, possédait la même morphologie, si cela peut vous rassurer quant à l'utilité de cette séance. » Autant tirer parti de l'intérêt d'une des plus importante artisane pour un tel projet.

« Bien qu'à mon sens la morphologie seule ne permettra pas de faire un équipement convenable... » en disant cela, il regarda dans la direction dans laquelle Zéphyr était parti. « D'après les légendes et les écrits nisétiens, c'est le plus rapide et le plus agile des dragons... Il doit pouvoir le rester, ce qui sera un défi pour vous, probablement, et la promesse de nombreuses chutes douloureuses pour moi, le jour où il sera prêt. » Mais, pour ce qu'il avait entendu comme histoire, ça n'était pas totalement hors de portée de la Princesse Marchande, elle avait peut-être même une grande part de solution en réserve pour ces questions pourtant spécifique. Il avait entendu parlé d'un seigneur de guerre eldéen qui montait une wyvern, aussi fou que cela pu lui paraître.

« Est-il vrai qu'un des vôtres montait une wyvern ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 510
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 000ans (né en 9 du 10ème cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Lun 18 Sep 2017 - 0:40


Sans s'éloigner, Krish tourna son regard de lave vers son comparse, un mot ayant tout à coup recentrer son attention. " Un adulte ? " Elle le laissa continuer, lâchant finalement son bras et reculant pour récupérer sa planche à croquis et noté ce qu'elle avait mesuré devant le peu de cas que semblait faire l'humain de sa proximité. Elle sourit cependant, titillée par un brin de fierté patriotique.

" C'est exacte. "
Elle tira la page remplit de note, la roula, la rangea, mais cette fois n'en sorti pas d'autres. " Je n'étais pas disponible lorsque son équipement a été réalisé. J'étais à la recherche de pierre de lune pour un autre projet. Mais j'ai eu l'occasion de jeter un coup d’œil à l’œuvre. Du grand art, malgré quelques imperfections, et je ne dis pas ça souvent." S'appuyant en arrière contre un reste de mur, elle continua " Dit moi plutôt quel taille faisait ce fameux adulte et quel poids fait Zephyr. "

Tant qu'elle était là, elle voulait en apprendre le plus possible.
Revenir en haut Aller en bas
Arthur
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1368
Âge : 28
Date d'inscription : 30/05/2009

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 42 ans (42ème jour de Bàrkios, de l'an 967 du Xème Cycle)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   Lun 18 Sep 2017 - 8:33

« Oui, enfin, je suppose qu'il était adulte, je ne suis pas vraiment un expert en la matière, tout ce que je peux affirmer, c'est qu'il était plus grand et qu'il avait laissé un œuf, si ça n'était pas un adulte, il était en tout cas assez mature. » A vrai dire, même si il était en bonne part convaincu que c'était un adulte, à cause de Leirn, qu'il n'avait plus vu particulièrement grandir pendant des années, rien ne lui permettait d'être certain qu'elle avait vraiment cessé sa croissance ou bien si elle avait simplement ralenti.

« Pour la taille... Sans pouvoir être très précis, il devait faire le double de Zéphyr, avec une morphologie comparable. Par contre, je serais bien incapable de vous dire combien il pèse, il n'est pas facile à manipuler, sauf avec son aide, je ne peux plus le porter, parce qu'il est trop lourd mais surtout trop encombrant. Si je devais faire une estimation, quelque chose comme deux cent kilos, dans ces eaux-là. » Et qu'il ne se laisserait pas faire. Même pour les soins, Arthur se reposait sur la coopération du dragon plutôt que sur lui-même pour qu'il puisse atteindre certaines zones.

Sur l'autre sujet, il était donc à priori possible de créer un équipement de vol satisfaisant... Il était assez fou d'imaginer qu'un drow ait réussi à capturer et maîtriser une wyvern, un animal qui, pour ce qu'il avait en mémoire était partiellement comparable à un dragon blanc mature, même ni la physionomie et le gabarit n'était pas les mêmes. Qu'est-ce qui peut motiver un individu à se lancer dans ce genre d'essai ?

« J'imagine qu'on ne peut réaliser la perfection du premier coup en ayant si peu d'occasion d'éprouver et d'améliorer les choses. » Après tout, on ne parlait pas ici d'une selle, pour laquelle on avait d'innombrables chevaux et surtout de cavaliers et du temps pour en améliorer tous les aspects, que cela soit le confort pour l'un et l'autre mais aussi et surtout la sécurité dans la manœuvre. « Vous aurez donc l'occasion de faire mieux que celui qui se chargea de la wyvern. » dit-il avec un certain défi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Vent d'Ouest souffle sur Thaar. [Krish][Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Le vent d'Asgard souffle sur Juneau
» Pourquoi? Parce que. [Enne & Krish] [terminé]
» La dread au vent je me présente ici maintenant . ( Terminé )
» « L’aventure est dans chaque souffle de vent. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Ithri'Vaan ~ CENTRE :: Principautés de Thaar :: Thaar (Cité)-
Sauter vers: