Partagez | 
 

 [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv

Aller en bas 
AuteurMessage
Neo de Cléruzac
Humain
avatar

Nombre de messages : 179
Âge : 27
Date d'inscription : 21/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   Mer 6 Sep 2017 - 9:49

‹‹‹ Le sens du commerce
Autel d'Othar ›››

« Ronronne l'Engrenage »



XIe Cycle • An 10 • Karfias d'Hiver
3° Ennéade
Julas
 

Sur la route d'Erlem, l'échange fût plaisant et instructif quant au futur proche guettant la Fraternité. Erestor de Renir était un homme fort aimable de prime abord, mais sans l'ombre d'un doute était-il préférable d'obtenir son amitié que le contraire ; ses deux mètres de hauteur étaient visibles quoique assis sur sa monture ; cette dernière disons-le était gaillarde : porter une telle bête relevait de l'exploit. Cependant qu'il parlait, sa grosse voix ne se laissait point emporter par le vent, elle sortait fière de derrière ses grandes lèvres purpurines, remparts de raison.

Ainsi firent-ils poliment connaissance avec Erestor et les trois Guetteurs qui l'accompagnaient, à mesure que le groupe avançait, doucement mais sûrement vers la forteresse. Ensuite le Commandant avait commencé par s'enquérir de leurs faits d'armes, hochant subrepticement la tête à chaque combat énoncé. Mais il attendait de voir... Voir s'ils étaient aussi empreints de virtuosité qu'on le disait, Erestor était de ceux qui aimaient voir pour croire, était-ce un péché ? Respectueux et homme réfléchi, il ne semblait pas porter de jugement hâtif, de fait son regard se faisait juste interrogatif face aux paroles de Neo. De toute façon se serait le parcours de l'audace qui jugerait à sa place, mais de ce parcours il ne leur dit d'avantage... Les mots se firent de plus en plus rares, n'étaient-ils pas tous hommes d'action plutôt que de palabre ? Puis... Les Aegypius restaient, bien que puissants et glorieux, les humbles serviteurs d'un Dieu qu'ils voulaient servir, prouvant bravoure sur le terrain.

Plus tôt dans la journée vive impatience taraudait la Fraternité du Roi alors qu'ils respiraient encore l'air marin. Or l'impatience allait en s'adoucissant peu à peu, cependant que la forteresse s'agrandissait devant leurs mires curieuses. Avait-il mit dans la confidence les guerriers ? Connaissaient-ils désormais la cible de leur futur courroux ? Seul le vent en fût témoin.
Toujours est-il que la guerre n'était pas imminente ; le manque de patience devait à ce jour être écarté car il était encore question d'entraînements... Si le Cadet était déçu, Neo et les plus vieux prennaient ce répit avant l'heure, comme une chance de vivre encore quelques instants, ne serait-ce que quelques ennéades...

Le Commandant des Guetteurs avait donc profité de la distance entre Naelis et le Fort d'Erlem pour expliquer en détails le but de leur intervention : cent et un légionnaires avaient étés sélectionnés dans le but d'être entraînés aux arts du camouflage ; adin d'être formés pour faire face à une grande diversité d'ennemis et d'armes ; suivis afin de développer certaines techniques, entre autre prestesse et maestria. En somme le pari était risqué, aguerrir ces clampins afin de réaliser n'importe quelle mission spéciale qu'on leur imputerait. Pour cela les Aegypius feraient à l'aide du Guetteur, un tri minutieux éliminant toute faiblesse, sélectionnant l'élite. Ainsi trente à trente-cinq soldats seraient retenus pour former les Aigles Noirs...
Seulement avant...

Et comme je disais tantôt, on va d'abord, sans vouloir vous offenser les gars, s'assurer de VOS compétences à vo... Un tonnerre dont ils n'avaient pas vu l'éclair, gronda, irascible. Quelques secondes plus tard, alors que les montures talonnées étaient passées de trot à galop, des gouttes vinrent marteler crânes et casques, sans pitié pour leurs habits secs. Plus tard, mais guère plus, les vicieux nuages qui déversaient leurs larmes nonchalantes – et froides – optèrent pour une grêle acerbe, qui fendit sur eux. Nul doute que soldats et guerriers arrivèrent au Fort d'Erlem trempés mais surtout frigorifiés et bien heureux de se mettre à l'abri.

La grêle devint pluie nouvellement, puis fit étalage de sa fureur, martelant violamment le sol du royaume naelisien pendant des heures. Le soleil se coucha... Éprouver leur aptitudes fut naturellement reporté au lendemain.
Aux aurores, avait rencardé Erestor avant de disparaître derrière la porte du réfectoire laissant derrière lui les discussions qui allaient bon train. La nuit serait courte.


Dernière édition par Neo le Jeu 12 Oct 2017 - 13:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Neo de Cléruzac
Humain
avatar

Nombre de messages : 179
Âge : 27
Date d'inscription : 21/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   Mar 12 Sep 2017 - 13:24




La nuit fut courte certes, cependant Neo remercia les Cinq alors que ses rêves furent bercés par l'averse et son tapage soutenu ; loin d'eux désormais les cognantes vagues de la veille. Il avait apprécié ce sommeil réparateur qui n'avait été perturbé que par le toussotement des uns et le pet des autres.
Trois dortoirs leurs avaient été octroyés puis au hasard il y eu répartition. Le bonheur d'avoir un vrai lit, immobile de surcroît, avait fait oublier la bienséance aux aegypius qui s'étaient jetés sur leurs couchages sans d'autre cérémonie que le claquement sonore de leur atterissage... Et ils sombrèrent profondément se lovant dans les bras de Morphée, trop heureux de leur condition...

De grâce Neo avait ouvert l'œil à temps et était allé réveiller les autres qui ronflaient encore dans leurs petites chambres à coucher. En émergeant de celles-ci, rafraichis à l'eau glacé car ils avaient rapidement réalisé une toilette imposée par leurs habitudes : chacun d'eux était paré, fraîchement réveillé. Les frères dont le principal dogme était la discipline, possédaient chacun une personnalité unique ; pourtant suivaient-ils pieusement leurs codes communs.

Dans la petite chambre de cinq personnes – qui était finalement la plus grande – il se réunirent tous les neuf quelques instants. Quelques-uns assis sur les matelas, d'autres agenouillés, ils échangèrent quelques mots de soutien. Ils étaient frères, et l'affection était reine de leurs sentiments. Ils s'aimaient à la façon de parents proches et des attachements qui vont avec ; ils craignaient la mort des uns, se préoccupaient du bien-être des autres.
Bon les gars c'est maintenant ou jamais, annonça Neo, êtes-vous prêts mes frères ?
Beh sûr, frérot, répondit Raffik, et toi Neo ? Ce dernier leur sourit.
Moi je me sens bien les gars. Ils se regardaient tous, se jaugeant, soucieux ou avisés.
Oui... Moi aussi, dit Matteo le Barbu, et vous autres garçons ?
Pareil. Un p'tit casse dalle et qu'ils nous testent pardi ! Ricannèrent les Bessons. C'est qu'on crève de faim pardi...
C'est ç'la, c'est ç'la ! Que voui que voui, approuva Kéno.
La teste sera dure ! Dit le Canasson.
Mouarf, du fer et qu'ils s'y cognent ! Prononça Jim Calotte
Ça va t'es prêt, l'Cadet ? Futile interrogation : le jeune était en ébullition.
Ouais les vioques j'suis prêt. Et j'ai envie d'dire si ch'puis m'permettre Neo... Un peu pour Othar, et le reste pour Kovù.
Pour Kovù ! Reprirent-ils tous ensembles.
Habituellement nommaient-ils ainsi leur Dieu Othar, faisant offrande de leurs force et puissance avant chaque mission, chaque défi, chaque guerre, chaque combat quotidien. Aujourd'hui cette première phase d'entraînement mais avant tout d'essai, était en l'honneur de leur ancien camarade et chef.

Pour cette raison... Ils donneraient tout et plus encore.

Et c'est bien aux aurores qu'ils se retrouvèrent dans ce même réfectoire de la veille. Le même feu brûlait dans l'atre. Était présente la même odeur de chien mouillé dans l'humidité régnante qu'avait engendrée la pluie. À l'instar d'Erestor qui les salua respectueusement, moults légionnaires avaient dû se lever afin d'assister au parcours de l'audace de leurs nouveaux... Précepteurs ? À ceux-là, à tout ces lèves-tôt, les frères firent grande impression lorsque chacun engloutit en quelques battements de cils, deux bons bols de gruau chacun avant de se diriger vers la sortie prêts à en découdre avec le froid. Et ils ne savaient pas si bien faire, parce que le froid en question avait reprit ses droits dehors, la pluie transformant sécheresse en froid glacial, convertissant chaque respiration en vapeur. Ce matin là alors que les heures après minuit étaient encore bien rares, le gel était à son apogée. C'est que le froid avait aussitôt fait de vous engourdir le corps en secondes ; sous arbres et fourrés, il était encore possible de distinguer quelques billes de grêle invincible...

Erestor mena les guerriers à l'extérieur du fort. Ils avaient le ventre bien plein et la chaleur se répandait dans leur corps fortifiés. Mais... Mais n'étaient-ils pas un peu loufoques, ces gars là chaussés de sandales et gigotant ainsi dans le froid, se demandaient tous les légionnaires présents. De fait les frères trotillaient sur place, étirant articulations et assouplissant muscles endormis. Neo avait même fait gigoter ses orteils calleux quelques instants en écoutant les directives d'Erestor.

À chaque nouvelle épreuve, la suivante vous sera indiquée par le tintement d'une cloche. Dirigez vous vers celle-ci. Mais en somme le parcours suit un cheminement logique. Et... Bon courage les gars. Ainsi le Capitaine des Guetteurs leur souhaita du courage après avoir expliqué le parcours dans son ensemble. Celui-ci sillonnait à travers les douves de la forteresse et n'avait rien d'agréable. Bien au contraire. Les épreuves semblaient nombreuses et prenaient place de chaque côté du fossé formant une boucle de plusieurs kilomètres. Il y avait un nombre considérable de constructions en bois qui représentaient divers obstacles qu'ils devraient surmonter ; composés d'échelles, de passages, de haies entre autres écueils inopportuns.

Au début cela leur sembla relativement facile. Du moins aucun obstacle ne représentait de véritable danger, mais plus ils avançaient, enfin comprirent-ils l'évolution du parcours, dit de l'audace. C'était une indubitable mise à l'épreuve des muscles et des méninges. Mais aussi de la solidarité du groupe.
En équipe, donc, soudés, ils firent continuer les leurs jusqu'au bout. Et à juste titre d'ailleurs, car plusieurs fois ils se rendirent compte que si l'un d'eux manquait à l'appel, ils n'auraient pu continuer. À diverses reprises les frères durent faire marche arrière afin d'aider un des leurs. Lorsque Grégoire par exemple, les paumes lacérées par l'épreuve précédente – un mur couronné de verre pilé qu'il avait ignoré – avait eu du mal à se hisser au bout de cette corde, ils l'avaient hissé, et ainsi de suite... Alliant intelligence, agilité et force les amis purent surmonter tous les obstacles précédents ensemble.

Une des dernières épreuves consistait à nager sous l'eau pendant une bonne minute parcourant une distance donnée en apnée. Le soleil commençait à pointer son bout de nez, malheureusement pour eux sa chaleur n'était pas encore au rendez-vous. Heureusement par contre, tous savaient nager, du moins possédaient-ils les rudiments. Trempés, glacés, frigorifiés, ils avaient continué.
Ils durent ensuite traverser une étendue assaillie par des jets de pierres incessants ; bien sûr huit boucliers avaient été mis à leur disposition. Hélas ils étaient neuf... Le neuvième eut les yeux bandés par un légionnaire. Dans un travail d'équipe incontestable ils réussirent à traverser le calvaire, formant un mur circulaire autour de l' « aveugle ». Ils souffrirent de quelques plaies de moindre importance si ce n'est le pouce cassé de Jim.
Enfin ils arrivèrent épuisés au bout du parcours, face à l'ultime épreuve. Une vingtaine de lutteurs formaient un mur devant Erestor de Renir et d'autres soldats en attente : puis au bout, la réussite. Les lutteurs faisaient rouler leurs muscles devant notre petit groupe d'hommes, sans doute que les premiers étaient les plus grands et les plus lourds légionnaires du royaume. Ils hurlèrent à en faire trembler le fort puis armés uniquement de leur main et de leur force, ils firent signe à la Fraternité de s'approcher lorsqu'une cloche tinta. Le Cadet eut un fou rire que Neo arrêta d'une claque bien placée sur la nuque.

Formation en M, beugla Neo, maintenant ! Greg reste derrière, Raffik c'est toi la pointe, les Bessons, le socle ! Jim à dextre. Les aegypius ainsi regroupés avancèrent à pas mesurés prenant soin de respecter chaque millimètre d'une des formations qu'ils avaient mille fois étudié dans les sous-sols de leur demeure thaari...
Pour Kovù ! Et la lutte fut entamée.

Plus tard dans la journée...

Eh beh les gars je dois dire que vous m'avez surpris. Après le lourd du parcours, vous... Vous avez assommé un à un nos lutteurs, devant nos yeux ebaubis... Je peine encore à y croire, saaacrés vous ! On nous avait pas menti. Heureusement pour vous que tous se sont réveillés, ou du moins respirent-ils encore... Oscar a de sérieuses contusions au crâne et Diego ne pourra pas remarcher de sitôt... Mais... Comment dire, vous... Savez exactement où taper, n'est-ce pas ? Hormis les deux grièvement blessés, puis à part quelques coquards et rares dents déracinées, tous les lutteurs présentaient des hématomes aux mêmes endroits précis. Expliquez moi un peu vos techniques si vous le voulez bien les gars... Et je vous expliquerai la teneur de notre future besogne...
Après avoir allègrement palabré il fût dit qu'ils commenceraient l'entrainement le lendemain. Erestor était ravi de pouvoir compter sur ces mercenaires d'élite.

Revenir en haut Aller en bas
Neo de Cléruzac
Humain
avatar

Nombre de messages : 179
Âge : 27
Date d'inscription : 21/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   Ven 15 Sep 2017 - 14:51



XIe Cycle • An 9 • Karfias d'Hiver
3° Ennéade
Calimehtarus


Le vent soufflait affreusement, mais c'était grace à lui que le temps nébuleux de la veille s'était éloigné, poussé au-delà des frontières estreventines. Si le printemps était loin d'être là, l'hiver commençait à tirer une timide révérence. Mais il était rappelons-le imprévisible, le froid extrême de cette année n'avait pu qu'affirmer les dires : la nature reprenait ses droits sur les hommes trop imbus, soucieux que de leurs existences et de leurs petites guerres, d'intérêts ou de prétention...

Alors les gars... À moins que vous ne soyez des messires...

Ils étaient cent-un légionnaires et autres combattants. Ils s'étaient volontairement proposés afin d'intégrer une nouvelle unité de commandos que le Roi de Naelis avait demandé à son ami et commandant, Erestor de Renir, de préparer avant le printemps. Devant eux se tenaient les Aegypius accompagnés par certains Guetteurs Naelisiens : ceux-ci seraient leurs guides dans cette nouvelle aventure.

Il y a une chose par laquelle j'aimerais commencer. En la faisant courte comme dirait votre Chef Guetteur, mon brave ami de Renir. Nous sommes ici pour transmettre. De cette façon... Vous permettre d'appréhender certaines choses différemment... De concevoir l'idée de groupe. Vous... Êtes ici pour devenir des militaires... Matois... Et de réaliser des opérations... Plus que dangereuses. On vous sélectionnera progressivement, mais sachez qu'il n'y a pas de place pour les pleutres.

Il y avait quelques elfes parmi les humains. Des barbes, des glabres joues, des oreilles poussant vers les cieux, des seins tombant vers le sol : éclectique était l'assemblée, rassemblant presque autant de femmes que d'hommes. Cela devait être une richesse naelisienne. Les aegypius n'étaient pas plus misogynes qu'aveugles, et de fait ils avaient maintes fois frôlé Tari devant le sexe opposé : de quoi craindre autant que respecter la force physique et intellectuelle d'une femme. L'agilité d'un elfe ; la perspicacité d'un humain.

Le sol d'Erlem était aujourd'hui foulé par une multitude de forces et d'aptitudes, qui triées et jointes, regrouperaient en un maelström destructeur, les Aigles Noirs.

C'est en travaillant en équipe que vous extirperez de vous le meilleur. Et que vous pourrez le mettre en pratique. Jamais trente ou quarante des légionnaires sélectionnés, ne pourront être aussi soudés que mes frères et moi le sommes. Mais nous ferons de notre mieux, en... Ce temps imparti.

Il respira bruyamment en avalant sa morve. C'était un de ses petits plaisirs dégueulasses.

Pour parler de nous justement. Et brièvement. Nous sommes... guerriers d'Othar. Comme tout guerrier ou soldat digne de l'être n'est-ce pas ? Maintenant, ceux qui voudront partager leur foi, seront les bienvenus à chaque dîner quotidien, en fin de repas, et ce afin de discuter religion. Néanmoins... on ne vous bassinera pas avec nos croyances. La principale raison de notre intervention sera... la foi martiale.

Neo fondit sur un de ses frères... Kenopi, celui parmi les neuf aegypius qui ressemblait le plus à un vieillard. Ledit vieillard à la peau d'ébène et aux cheveux grisonnants, pas moins que borgne, s'abaissa presque aussitôt. Neo se fit faucher par le dos arrondi et alla atterrir un plus loin, de justesse retombant sur ses pieds. Une lame d'épée menaçait toutefois sa nuque, l'empêchant de se retourner.

Ne jamais se fier aux apparences. Toujours prévoir les conséquences de vos actions. Nous aborderons une multitude de sujets qui feront de vous la meilleure arme de Naelis.

C'était un petit aperçu, afin d'introduire en images les premiers enseignements. Bien sûr ils rentreraient bien assez vite dans le vif du sujet.

Ces prochaines ennéades nous travaillerons plusieurs aspects tactiques, plusieurs méthodes, vous affronterez vos affres, sublimerez vos faiblesses. Pour ce faire nous allons devoir nous séparer en trois plus petits groupes. Erestor – Neo avait déjà de l'affection pour ce grand gaillard – viendra souvent observer et juger vos progrès ainsi que vos performances. Pour ce qui est des entraînements, certains Guetteurs travaillerons en cohésion avec nous afin de vous inculquer une grande diversité de savoirs-faire outre les vôtres bien entendu. Pour l'instant vous n'avez pas besoin d'en savoir plus. Maintenant... Je veux qu'en deux minutes vous vous soyez répartis en trois groupes distincts, voyez cela comme un premier aperçu pour nous, de votre rapidité et discipline.

Plus tard Neo se retrouva avec son tiers d'effectif qu'il partageait avec Raffik et trois guetteurs. Vous serez la première unité d'entraînement. Nous commencerons ensemble les formations de combat rapproché pendant quelques jours. Entre temps le deuxième groupe sera formé aux aptitudes de défense ; le troisième quant à lui apprendra l'anticipation. Plus tard vous irez sous le commandement des guetteurs, réaliser une ennéade intensive de grimpe, d'excursions nocturnes, de petits « jeux » aquatiques et ainsi de suite les gars s'est parti on s'arrête plus.

Les premiers jours de l'entraînement débutèrent ainsi... Si quelques aegypius s'occupaient à développer les qualités personnelles des uns, d'autres faisaient subir des entraînements d'endurance, épuisant jusqu'au dernier des candidats. S'ils voulaient avoir l'honneur d'incorporer les Aigles Noirs, ils allaient devoir être à la hauteur de milles situations possibles et inimaginables ; à la hauteur des missions commandos qui leurs seraient attribuées.
La quatrième ennéade...
... permit déjà de remarquer aux entraîneurs ceux qui très vite rejoindraient leurs anciennes unités sans grand succès d'enrôlement dans cette nouvelle section d'élite. Ceux-là furent toutefois mis à l'épreuve individuellement avant d'être remerciés ; quelques-uns eurent la chance d'exceller dans leur domaine de prédilection et furent rescapés des premières sélections éliminatoires. Les entraînements allèrent bon train, Aegypius et Guetteurs firent de leur mieux afin d'aguerrir les futurs commandos, aux aléas du temps et de l'obscurité...
La cinquième ennéade...
...vint le premier tri. Une trentaine de soldats furent remerciés un matin de Kyrianos, avec tout le respect qu'ils méritaient. Ils avaient eut l'envie et la motivation d'aider le royaume différemment, hélas ils n'avaient pas les compétences requises pour faire partie de l'élite. Les exercices continuèrent, mêlant agilité, force et intellect. L'endurance était passée au second plan de l'entraînement, il représentait néanmoins le réveil des soixante-dix hommes : au lever donc, après le gruau, pendant une heure devaient-ils courir autour de la forteresse avant d'entamer les activités du jour : la circonspection, l'adresse, la dissimulation, la feinte...
La sixième ennéade...
...se déroula sans encombre. Outre les courses et entraînements physiques quotidiens, chacun pu choisir volontairement ses faiblesses à corriger. Parce qu'il fallait nourrir l'âme afin d'être bien dans sa peau, tous profitèrent d'une excellente soirée de beuverie et de boustifaille ; l'idée première de cette soirée étant de lier d'amitié ces hommes et ces femmes, car la cohésion serait l'un des points primordiaux à la réussite de leurs futures missions.
La septième ennéade...
...voyait déjà un premier aperçu du groupe de commando que formeraient les trente sélectionnés. En effet après quelques mises à  à l'épreuve, vint le second et avant-dernier tri. Restait désormais plus qu'une quarantaine de légionnaires, et ils seraient triés sur le volet. Etaient présents des légionnaires et combattants de tout âge de tout sexe et de toute race. Il restait encore quatre ou cinq femmes – qui avaient fait leurs preuves et feraient sans doute partie des tentes sélectionnés – et les elfes sui eux représentaient un bon tiers des candidats restant. Erestor avait insisté sur ce point, il fallait respecter la diversité naelisienne : c'était bel et bien une force.

Bien que tous possédaient des dispositions à la manipulation d'armes différentes – pendant la cinquième ennéade ils avaient réalisé des ateliers au maniement de diverses armes –   tous avaient aussi une spécialité dans laquelle ils excellaient. Erestor avait aussi insisté à ce qu'au moins trois archers des plus compétents soient sélectionnés.

Aujourd'hui ils éliminaient le surplus...

Demain ils seraient trente et des poussières et ils auraient deux ennéades pour cuirasser et souder la petite troupe d'élite, avant la guerre...



Hendrick & Glenn:
 


Dernière édition par Neo le Sam 30 Sep 2017 - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hendrick
Humain
avatar

Nombre de messages : 235
Âge : 22
Date d'inscription : 05/04/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  33 ans (ne éen 976)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   Ven 29 Sep 2017 - 9:09


Hendrick et ses fiers compagnons avaient fait le voyage depuis Naelis jusqu’à Erlem, à pied. Arrivés devant le fort mythique des anciens rois naelisiens, ils étaient frais et goguenards, prêts à montrer aux autres légionnaires de quel bois ils se chauffaient. En tant qu’instructeur des archers, Hendrick avait été poussé par ses recrues pour participer à ce fameux test, tandis que ses autres comparses, attirés par la possibilité de revivre l’atmosphère des vieilles campagnes d’Oësgard en compagnie des vétérans, s’étaient présentés sur un coup de tête. Ils avaient tous leur spécialité, mais savaient aussi qu’ils n’étaient pas forcément les meilleurs dans leur domaine.

Les amis de longue date ayant accompagné Hendrick étaient au nombre de cinq ; Gilles le Louche, petite fouine aux yeux chafouins et au nez de bois ; Le Rance d’Erbay, habile coutelier aux odeurs fortes et aux effluves de graisse ; Thierry la Frange, aussi connu pour porter la pire coupe de cheveux de son unité, mais aussi pour porter les coups les plus dévastateurs à la hache ; Esberth, grand échalas aux paroles motivantes et aux gestes galvanisants ; et enfin Xavier Neuf-Doigts, l’ancien boucher aux mœurs violentes et au passé sanglant. Ils étaient six, six compagnons. Et déjà trouvèrent leur nom : les Joyeux Sgardiens, qu’ils s’appelleront.

Apparemment, ils auraient de la concurrence. A peine arrivés qu’ils avaient remarqué le nombre de légionnaires déjà sur place, et plus encore, ces grandes armoires qui portaient un blason qui n’était que bien trop connu par les fiers comparses ; ne serait-ce pas les Aegypius, cette fameuse compagnie d’Othraïtes en manque de bataille permanent ? Avaient-ils la moindre chance de rivaliser avec des frères jurés dont la guerre avait été la principale préoccupation depuis tant d’années ? On pouvait déjà sentir Gilles se décourager rien qu’à la vue des tronches de molosses qui garnissaient les rangs de cette fraternité belliqueuse.

« Bon bah, Esberth, tu vas pouvoir rentrer chez toi... »

Le grand type secoua la tête avec un petit sourire.

« Je flaire la bonne tatane, Gillou… »

Encore une blague sur son nez de bois, et Gilles se jurait d’égorger Esberth avec un couteau rouillé… Hendrick, quant à lui, se contenta de hausser les épaules.

« Qu’on s’fasse retourner ou pas, on est pas là pour se dégonfler. Allez, suivez-moi, et rentrez dans l’rang. Le grand type à l’allure de kerkand va parler aux aut’ avec ses compagnons. »

Ils se dirigèrent alors vers les lignes des légionnaires et, pour certains déjà, vers leur inexorable destinée…




La quatrième ennéade

Hendrick montra une partie de son habileté à l’arc, conservant cependant le meilleur pour la fin. Il voulait mettre les meilleures chances de son côté. La cohésion et l’esprit d’équipe était un travail qu’il connaissait bien, car depuis le siège de Diantra jusqu’à la résistance farouche menée dans les Monts d’Or par les partisans d’Oësgard, il avait appris qu’un homme seul était voué à manger les pissenlits par la racine. Les autres Nordiens firent bonne impression durant les premières éliminatoires, même si Gilles ne fut repris que de justesse.

La cinquième ennéade

Elle se déroula moins bien pour le Louche. Recalé, sa dignité en prenait un coup. Cependant, les autres gars d’Oësgard continuaient d’épater les instructeurs, avec plus ou moins de résultats. Hendrick savait encore tenir la distance lors d’une course, cependant, c’était réellement au tir qu’il excellait. Qu’il s’agisse d’un tir de guerre, ou d’un tir de ‘chasse’, ses résultats dépassaient les attentes de certains. Le tri commençait à sélectionner les plus endurants, mais aussi les plus doués.

La sixième ennéade

Belle ennéade pour les braves amis d’Hendrick. Malgré le recalage de Xavier Neuf-Doigts, et la blessure légère d’Esberth lors de l’entraînement, tout se déroula très bien. Les coquilles qu’Hendrick connaissait au corps à corps étaient méthodiquement arrangées par ses instructeurs, ainsi que par ses amis. Il s’était remémoré le duel au corps à corps qu’il avait livré à de Drow, lorsque le frère de Krish avait tenté de l’éliminer. Rapidement dépassé, il n’avait pas été très brillant. Aussi, un tel entraînement n’était pas superflu.

Cependant, ce qui permit aux Nordiens de se faire de nouvelles connaissances, ce fut la fête organisée pour lier les différents soldats entre eux. Une réussite sur tous les plans, et qui avait aussi permis à Hendrick de renouer avec son vieux démon de l’alcool, toujours à l’affût d’un moment de faiblesse. D’ailleurs, il ne savait pas si c’était à cause de la boisson, mais il avait cru voir quelqu’un de très familier, de loin… Une tête blonde qui lui disait quelque chose.

La septième ennéade

Plus de doute possible, celle qu’il avait vue n’était pas un mirage. Mais que faisait-elle ici ? Entre le bonheur de la revoir, et l’étonnement, il avait décidé qu’il irait lui parler à la fin de l’entraînement. Entraînement qui ne vit le départ d’aucun autre Nordien ; Esberth s’était remis de sa blessure, et avait levé son majeur à la guérisseuse qui l’avait martyrisé pendant quelques jours. Et cette ennéade, c’était le moment pour Hendrick de faire montre de toute sa maîtrise de l’arc, finissant sa démonstration par un petit truc que lui avait appris un déserteur hautvalois, au retour de Diantra.

Après avoir tiré une flèche en pleine tête d’un mannequin, il prit le temps d’encocher à nouveau, et dans une parfaite économie de mouvement, de bander à nouveau son arc, jugeant à nouveau de la distance, vérifiant que le vent ne se lève point. Il décocha son tir, qui siffla dans l’air, avant de retomber à l’exact même endroit que le précédent, fendant le bois de la première flèche en deux. Il était étonné cependant de l’avoir réussi, car il n’avait réussi ce prodige que trois fois dans sa vie, dont l’une était un pur hasard…

La sélection était enfin établie, et on avait demandé à la trentaine de recrues d’être disposés en rangs, afin d’écouter les prêtres d’Othar et les instructeurs. Il chercha une certaine personne du regard, et fut en joie de constater qu’elle n’avait pas été recalée. Il s’était placé à côté d’elle dans le rang, et lui avait souri.

« Bah tiens. Comme on se r’trouve, Ranulf. »


Dernière édition par Hendrick le Lun 23 Oct 2017 - 9:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 624
Âge : 22
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   Sam 7 Oct 2017 - 8:30


Aux premières lueurs de l’aube, les derniers légionnaires encore en lice s’étaient rassemblés par taille pour former trois rangs propres dans la cour de la forteresse d’Erlem. Erlem les avaient accueillis pendant près de quatre ennéades. Par ses obstacles, elle avait su sélectionner les meilleurs et restait aujourd’hui uniquement celles et ceux qui avaient su la dompter. Contrairement à leur routine habituelle, ce ne fut pas Erestor ni Néo qui vinrent s’adresser à eux en cette fraîche matinée, mais le Roi. Glenn Hereon, reconnaissable de par sa couronne d’or, son armure brillante et sa longue cape rouge, s’avança au devant des légionnaires. Il était suivi par un chevalier de naelis qui portait une bannière. Cette bannière représentait un rapace ailée fondant sur sa proie, entourée d’un large cercle noir sur un fond blanc.

- Soldats ! Je suis ici devant vous car vous avez triomphé de toutes les épreuves du fort. Vos chefs vous ont choisis parce qu’ils croyaient en vous. Et en réussissant, vous avez honorez vos supérieurs et votre unité. Néanmoins, contrairement à vos camarades qui ont échoués, vous ne retournerez pas dans vos légions. Vous allez former ensemble une unité à part entière, et voici votre emblème, l’aigle noir ! Erestor de Renir, sortez des rangs (Le guetteur s’avança dignement et fit face à son Roi). Qui d’autre que vous pour commander cette troupes de guerrier d’élite ? Je vous nomme chef des aigles noirs ! »

*

Deux heures plus tard, les aigles noirs et les aegypius étaient rassemblés dans la grande salle du bastion, celle qui servait habituellement de salle à manger pour la troupe. Erestor était soucieux. Il préféra s’entretenir avec le chef mercenaire en privé avant de prendre la parole devant sa troupe.

- Néo, le Roi de Naelis m’a confié une mission. Il veut que nous interceptons une certaine cargaison, de la contrebande, qui reposerait dans une cache liée à la pègre de Naelis. Mais cette cache est gardée et surtout, elle est en dehors des frontières du Royaume. C’est le baptême du sang pour  les aigles noirs, l’ultime test. Voudra tu nous accompagner ? En spectateur pour pouvoir nous débriefer, même si j’aurai bien besoin de tes conseils pour la préparation de cette mission. »

Ils discutèrent ainsi une dizaine de minutes avant de se mettre d’accord sur la marche à suivre. Erestor entra dans la grande salle, où les commandos l’attendaient. Sans plus de palabres, il leur expliqua la mission que le Roi venait de leur confier.


- Vous avez une demi-heure pour préparer vos affaires et vous rassembler dans la cour. Un bateau nous attend au sud. Il ne faut pas traîner car nous devrons attaquer cette nuit. Avez vous des questions ? »

Erestor était une véritable légende dans l’armée de Naelis. Ses capacités martiales n’étaient plus à démontrer au vue des nombreuses batailles auxquelles il prit part. Au delà de ça, l’amitié sincère qui le liait au Roi de Naelis était connu de tous. Il avait jusqu’alors incarné l’image des guetteurs, ces cavaliers à la cape rouge qui parcouraient la province de Naelis et défendant fièrement la frontière. Les guetteurs étaient sans contexte une unité d’élite. Mais ils ne participeraient pas à la grande expédition que le Royaume prépare… Pour l’emporter, Glenn Hereon avait besoin de ses meilleurs atouts et Erestor en faisait partie. C’est pourquoi il le nomma à la tête des aigles noirs.

*

Thème des aigles noirs

Les fustes avançaient silencieusement dans la nuit noire. Un homme couvert d’un large manteau de laine grise scrutait l’horizon avec sa longue vue. L’espace d’un court instant, les nuages laissèrent l’occasion à la lune de se montrer. Il n’en fallut pas plus à l’homme pour repérer ce qu’il cherchait.

- La crique est là, devant nous. Il n’y a aucun feu, la plage doit être déserte, c’est votre chance. La grotte a sûrement d’autre issus, mais n’oubliez pas, la priorité est ce coffre vert, pas la vermine qui le garde. »

Déjà, ses groupes s’activaient silencieusement à mettre les barques à l’eau. Vigilants, les archers avaient déjà encochés une flèche et s’apprêtait à tirer sur toute nouvelle silhouette non déclarée. Erestor attrapa la corde et descendit sur la barque, accompagné de Néo. L’ex guetteur avait empoigné son arbalète et prit place aux côtés d’un archer barbu qu’il n’eut aucun mal à reconnaître.

- L’entraînement est finit, oublie les cibles et pantins en bois. C’est maintenant qu’on va voir si tu mérites d’être un aigle noir, Hendrick. »

Malgré le silence, la tension était largement palpable. Tous regrettèrent alors la douce chaleur du parcours de l'audace...
Revenir en haut Aller en bas
Hendrick
Humain
avatar

Nombre de messages : 235
Âge : 22
Date d'inscription : 05/04/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  33 ans (ne éen 976)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   Lun 23 Oct 2017 - 9:52

Au plus noir de la nuit, l’homme sage craint les ombres et le surnaturel.

Au plus noir de la nuit, l’homme plus sage encore se fait ombre, et devient surnaturel.

Les Aigles Noirs portaient bien leur nom, dans ces ténèbres rendues opaques par les nuages cachant les astres. Vêtus comme les fils de la sorgue elle-même, ces soldats parmi la fine fleur de l’armée de Naelis filaient à bord de fustes en direction d’une plage plongée dans une noirceur abyssale. Au-delà, dans une grotte, se trouvait l’objectif de leur mission, un coffre vert qu’ils devraient s’approprier et ramener le plus vite possible.

Au sein de la troupe, parmi les archers, Hendrick. Il avait encoché une flèche, et usait de ses deux yeux pour scruter l’horizon à la recherche du moindre signe, du moindre mouvement. Le voilà revenu au temps de la guerre d’Oësgard, avec ces attaques nocturnes qui maintenaient les hommes éveillés, et faisaient peu à peu tomber les plus inexpérimentés dans une profonde folie. A la différence qu’ici, il se trouvait sur un bateau, et que c’était lui l’attaquant.

Hendrick sentit l’ombre d’Erestor planer sur lui, et se porter à côté. Il l’aimait bien. Cet homme avait plus de mérite que n’importe quel chevalier sous la houlette duquel il avait servi, qu’il s’agisse du baron Norman en personne, ou de cette enflure de Calcèlme. A la remarque d’Erestor, l’archer ne fit qu’acquiescer en silence. Il lui fallait faire ses preuves, c’était indéniable. Ainsi, tous pourraient voir qu’il n’était pas qu’un petit crâneur qui savait planter une flèche dans une autre sur un grand madrier.

Une légère et saine tension parcourait l’ensemble du groupe, alors que le bruit des rames, tentant d’imiter le ressac des vagues, étaient peut-être la seule chose qui pouvait trahir l’avancée des Aigles. Un mouvement plus loin alarma un peu Hendrick. Il ne savait pas s’il s’agissait de quelqu’un, mais il était sûr d’avoir vu bouger quelque chose. Il ne dit rien, attendant de pouvoir observer à nouveau cet étrange relief. Gris sur gris, noir sur noir. Repérer quelque chose n’était pas aisé…

Et il le vit à nouveau. Plus distinctement. Un homme, contre la paroi d’un rocher, qui leur faisait face. Les avaient-ils vus ? Hendrick n’en savait rien, et ne voulait pas le savoir. Il se contenta de se relever doucement, de bander son arc dans un silence de mort, et de lâcher sa flèche à pointe large en direction du bonhomme. Il avait choisi la région de la trachée, pour trois raisons ; la première était qu’il couperait toute velléité d’alerte en le faisant s’étouffer dans son propre sang, la seconde qu’en le touchant au-dessus de son point de gravité, il basculerait en arrière contre le rocher et non en avant contre le sol, et la troisième, hé bien… C’était qu’il voulait impressionner son instructeur.

La tête fit mouche, et le son se perdit dans le bruit des vagues, que Tyra faisait s’échouer sur la plage afin de couvrir l’avancée des Aigles Noirs. Ces derniers allaient peut-être donner du travail à la déesse...
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 624
Âge : 22
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   Dim 18 Fév 2018 - 9:57


La première flèche partit, emportant avec elle le premier corps qui s’écroula sur la plage de galets. Couvertes par la brume, les barques continuaient d’avancer. Leurs gestes étaient précis et discret, de sorte qu’on ne pouvait entendre qu’un léger clapotis régulier. Erestor leva alors son poing. Ce simple geste était un ordre d’arrêt que les autres chefs d’embarcations exécutèrent. Les aigles noirs allaient bientôt pouvoir débarquer, mais Erestor voulait d’abord observer. Une faible lueur se dégageait de la caverne. Balayant la plage du regard, il ne vit pas d’autres sentinelles. Néanmoins, son instinct le poussa à maintenir son observation. Les aigles noirs retenaient leur souffle, dans l’attente de l’ordre qui allait les faire débarquer et se jeter à l’assaut de la grotte. Soudain, des légers bruit de pas se firent entendre. En effet, deux hommes venaient de sortaient de la pénombre sur leur gauche et poursuivaient leur marche le long de la plage. Une nouvelle fois, des flèches sifflèrent et vinrent s’abattre en nombre sur leurs cibles. Mais avant de sombrer, l’un des brigands eut le temps de pousser un hurlement, qui trouva écho en cette nuit silencieuse, dans cette caverne.

- A l’assaut ! A l’assaut mes braves ! » Hurla Erestor.

De chaque embarcation, un aigle noir se jeta à l’eau pour attraper la corde et tirer l’embarcation sur les derniers mètres avant la plage. Si la plupart le firent brillamment, d’autres eurent moins de chance et glissèrent avant de tomber à l’eau la tête la première. Déjà que ce n’était guère agréable d’avoir de l’eau jusqu’aux genoux, voilà que les nouveaux commandos venaient de tremper jusqu’à leur capuchon.

Erestor brandit son épée et sauta à son tour de l’embarcation. Déjà, les jeunes qu’il avait formé s’élançaient par petits groupes le long de la caverne. Les premiers brigands qui en sortirent furent bien en peine de se retrouver devant un tel nombre d’adversaires. L’un d’entre eux, qui portait un cache-oeil, abattit sa hache sur un aigle qui para le coup de son épée. Ce dernier adressa ensuite un coup de pied dans l’estomac du brigand, qui recula, déstabilisé. Il n’eut que le temps de se reprendre avant de voir sa gorge tranché et son sang se déverser. Très vite, les brigands comprirent qu’ils n’étaient pas de taille face à cet adversaire sorti de la brume. Les survivants détallèrent par les galeries, laissant même leurs armes sur place.

Les aigles ne les poursuivirent pas, mais cherchèrent le coffre, qu’ils trouvèrent dans un coin de la caverne. L’espion qui les accompagnait demanda aux aigles de forcer la serrure. A l’intérieur, de nombreuses pièces d’or et d’argent, ainsi qu’un registre, petit carnet usé rempli de chiffres. Ce carnet avait appartenu à l’homme que l’espion avait interrogé, un comptable qui travaillait pour la pègre de Naelis. Ce ne fut que sous la torture que l’homme révéla l’existence de cette planque.

- Cet argent était destiné à Salon de Trys. Il semblerait que le balafré ait quitté notre cité pour le duché des Septmonts. Merci, Erestor. Je m’occupe du coffre, ne tardons pas à retourner au bateau. »

Il n’y avait pas eu de morts du côté des aigles, seulement un peu de sang versé. Bien plus tard, le Roi de Naelis consentit à répartir une partie du butin récupéré ce jour entre les aigles noirs, en guise de prime pour leur engagement. Erestor était satisfait de ces hommes qu’il avait formé et sélectionné avec l’aide des aegypius. Ils étaient prêt pour la guerre que le royaume allait mener en Ydril.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Erlem]Ronronne l'Engrenage • Pv
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pourquoi il ne faut pas mettre la main dans un engrenage?
» Adieu Whippet ... [ Liibree! ]
» Chap IV - Episode 1 ; Quand l'engrenage se met en place
» Un grain de sable dans l'engrenage.. [PW Scelmiar & Hent]
» ARC 01 - Grain de sable dans l'engrenage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis-
Sauter vers: