Partagez | 
 

 Un vieil ami | Sandriel

Aller en bas 
AuteurMessage
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1649
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Un vieil ami | Sandriel   Jeu 5 Oct 2017 - 19:25

<< Comme en famille

Missive associée :
Missive d'Halya à Sandriel

Une danse pour l'amor >>



Printemps - 1er jour de la 2e ennéade de Favrius
10e année du XIe Cycle


Un soleil resplendissant s'était levée sur la Cité des arbres ce matin là, illuminant les pluies de la veille, le verre et le métal de milles reflets lumineux au travers de feuilles vert-clair qui commençaient à peine à pointer le bout de leur nez à tous les étages des Hauteurs. L'odeur entêtante de la terre et des plantes détrempées collait agréablement au visage tout comme l’atmosphère fraiche et humide de ce début de printemps.

Au sol, sur la rive de la Rêveuse, flanquant le temple de Tari dont la pierre blanche resplendissait, le Cloître s'éveillait doucement. L'équipe de pensionnaires et de prêtres qui s'occupaient du repas du matin était déjà levé et au travail. Parmi eux, Halya s'activait le long des tables en bois massives pour mettre le couvert nécessaire à toute cette communauté, l'un de ses soigneurs à son côté, n'abordant aucun autre sujet que celui du temps et de la bonne odeur qui flottait là. Malgré le temps qui passait, elle n'aimait pas parler aux quelques personnes triées sur le volet pour observer son état, même si cela ne jouait certainement pas à en sa faveur. Au moins se montrait-elle toujours sous un bon jour avec eux. Les rares fois ou elle s'était épanché durant leurs entrevues c'était à morceau choisi et avec avec un laissé allé convenable.

Elle finissait de poser les cuillères de toute une rangée en glissant ses mèches rousses derrière son oreille lorsque le visage fin de l'une des voilées qui occupaient le rôle de tourière, s'occupant d'accepter ou de refuser les visiteurs, apparu dans l’entrebâillement du réfectoire. " Heri Halyalindë ? " L'ancienne militaire se redressa, surprise. " Heru Sandriel Nëiris est au temple et demande à vous voir. Il n'était pas au courant du protocole vous concernant. " ajouta-t-elle en jetant un coup d’œil incertain au soigneur, rapidement imité par l'ardamirie. L'homme eut l'air de réfléchir un temps puis acquiesça, prenant sur lui d'accepter sans en référer à ses collègues en entendant le nom du Commandant des Auxiliaires de l'armée royale. " Il peut venir mais vous ne quittez pas le...
- Le Cloître. Ne vous inquiétez pas, j'ai saisi le concept. " sourit Halya, contenant difficilement la joie qu'elle éprouvait à l'idée de voir Sandriel. Il ne lui avait pas dit qu'il passerait la voir ! Elle le pensait bien trop occupé de toute façon.

Emboitant le pas à la tourière, Halya laissa le soigneur finir seul de mettre la table et épousseta la tunique en lin verte des plus basique qu'elle avait enfilée sur son pantalon brun. Tandis que la voilée s'engouffrait dans le passage qui menait à l'extérieur, Halya trépignait sur place. Les bras croisés, elle fit de long pas dans le chemin couvert qui ceinturait le jardin intérieur, plus un grand carré d'herbe avec une fontaine qu'un réel jardin d'ailleurs.



Dernière édition par Halyalindë Yasairava le Ven 17 Nov 2017 - 0:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sandriel Nëiris
Elfe
avatar

Nombre de messages : 11
Âge : 34
Date d'inscription : 18/09/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  470 - 1,97m
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vieil ami | Sandriel   Jeu 5 Oct 2017 - 21:19


C'était au crépuscule d'une journée somme toute banale, d'une journée sans événement notable, au retour d'une inspection des guérisseurs de l'armée royale que Sandriel eut la surprise de recevoir une missive, une missive marquée du sigle officiel d'Ardamir. Diantre ! Qu'est-ce que les autorités de la cité natale de notre homme pouvait-elle bien lui vouloir ? Fronçant un sourcil, soupçonneux, le Commandant d'ouvrir la lettre d'un geste sec. Son visage se détendit dès la lecture des premières lignes. Halya ! Halyalindë ! Halyalindë Yasairava ! Sa vieille amie lui avait donc écrit après une si longue période de séparation. Il fallait dire que les deux Elfes avaient connu des rebondissements dans leur existence, notamment Halya. Ses récents déboires ne lui étaient pas inconnues. Tout se sait et, dans l'armée royale comme ailleurs, les gens parlent et personne n'ignorait les liens d'amitié entre les deux anciens Aigles. Ainsi les rumeurs étaient-elles vraies et l'ancienne Protectrice était-elle en convalescence dans le temple de Tari en Ardamir. Enfin, autant que "convalescence" pouvait exprimer un repos forcé plus proche de l'emprisonnement que d'une douce villégiature.

A la lecture de la fin de la lettre, la décision du guérisseur fut prise. Il irait la voir. Conscient que l'impossibilité de pouvoir se mouvoir librement devait être difficile à supporter pour quelqu'un comme Halyalindë, il lui était apparu qu'une petite visite surprise ne manquerait pas d'égayer le quotidien de l'Elfe. Par ailleurs, Sandriel escomptait voir de ses propres yeux l'état de son amie, préférant son jugement aux racontars et autres ragots véhiculés çà et là.

Sitôt la décision prise, Neïris d'informer ses subordonnés de son absence momentanée. Certains avaient bien tenté d'en savoir plus mais le guérisseur leur avait adressé une fin de non-recevoir. Taciturne et un brin ombrageux, le Commandant des Auxiliaires ne tranchait pas avec la réputation de misanthrope qui lui collait fort justement à la peau. La situation d'Halyalindë était délicate et Sandriel préférait ne pas donner plus de précisions sur son voyage et risquer d'accroître la pression sur son amie. D'autant qu'il préférait éviter que, si sa venue était annoncée et connue des gardiens, il soit empêché de voir leur "protégée" aux cheveux roux. A l'aube, l'Elfe se mit en donc en route pour Ardamir.

Sans détailler un voyage somme toute assez tranquille et qui n'appelle pas de grands développements, tout juste pouvons-nous mentionner que ce fut au lever du soleil que les hauteurs de la Cité aux Mille Voix apparurent au regard grisé de Sandriel. Au vu de l'heure encore matinale, l'Elfe de préférer attendre un peu avant de se rendre au Temple. Il prit alors le chemin des hauteurs de sa cité natale. Heureux de revenir en ces lieux familiers où sa jeunesse avait éclos, le Commandant de traverser les passerelles hautes de plusieurs pieds et de flâner quelques minutes durant sur la place d'Arcamenel alors en plein éveil. Bientôt, il le savait d'expérience, les artistes ardamiriens auraient tôt de se réunir en ce lieu et de rivaliser par leur maîtrise de leurs arts respectifs. Le temps passant, Nëiris quitta les Hauteurs pour s'approcher du Temple. Celui-ci était situé sur les rives de l'Ëlorëa et possédait la particularité d'être bâti en pierre, fait notable car unique dans toute la cité. Progressant jusqu'au fleuve, l'Elfe d'attarder quelque peu ses iris sur les grands arbres de la forêt. Ainsi lui revint en tête des vers du début de l'Ode d'Anadris :

Ami du Peuple, remplace ses tours,
Jamais ne vis plus beaux atours
Que tes branches couvertes d'or vert
Avant que ne vienne ce cruel hiver


Les murs blancs du Temple lui apparurent alors et un élan notable secoua l'âme de Sandriel. Depuis qu'il avait renoncé au métier des armes, brisé sa lance et pris la voie du soin, il avait goûté à une certaine solitude. Loin de s'en plaindre, sa misanthropie grandissante et sa nostalgie persistante avaient entretenu cette solitude. Pour autant, il gardait une affection profonde pour Halya et se faisait une joie de la revoir. En attestait le présent qu'il lui avait apporté et qu'il comptait bien lui offrir : un foulard bleu pastel finement tissé et dont Sandriel avait longuement hésité sur la couleur, préférant in fine une teinte douce qui irait bien avec le roux de la chevelure de son amie.

Arrivé devant le Temple il se fit annoncer à une voilée.

« Bonjour ! En cette belle matinée, pourrais-je voir Halyalindë Yasairava je vous prie ? Je crois savoir qu'elle est ici. »

L'Elfe de demeurer volontairement flou et de faire mine d'ignorer la situation d'enfermement de son ami. Avec un peu de chance, cela va passer se dit-il. La voilée de l'informer qu'elle allait chercher celle qui était demandée et de préciser qu'à cette heure, elle devait se trouver au réfectoire. Sans plus d'informations, la voilée le laissa là, sur place, à attendre une réponse. Ce n'est qu'après une certaine attente que le fin minois de son interlocutrice réapparu. Elle l'invita à le suivre en précisant :

« Vous pouvez entrer. Ceci dit, Halyalindë Yasairava ne peut pas quitter le Cloître. »

Pour toute réponse, Sandriel de darder son regard sur la voilée, esquissant un léger sourire énigmatique, comme ils progressaient sur le sol de pierre du Temple. Rapidement, le Cloître se dessina, espace vert clôt, pas bien grand, entouré d'une promenade couverte et où une fontaine trônait en son centre. Mais la contemplation architecturale du lieu fut vite éclipsée par la vue de son amie.

Celle-ci était simplement vêtue : une tunique en lin, verte, complétait un pantalon brun. Pour autant, il lui semblait qu'elle était sereine et bonne santé. Les bras croisés, elle faisait les cent pas, trépignant sur place et incapable de rester en place, comme à son habitude !

Ouvrant ses bras, Sandriel de s'exclamer en s'avançant vers sa vieille connaissance :

« Nín meldis* ! »


* Mon amie (sindarin)
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1649
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vieil ami | Sandriel   Dim 8 Oct 2017 - 16:16


Et puis de toute façon, qu'allait-ils bien pouvoir faire ? Que faisait-il là d'ailleurs ? L'attente ne durait que bien peu de temps, pourtant des questions germaient déjà sous les boucles rousses de la dame. Ce n'était pas l'angoisse qui la poussait à penser, elle connaissait Sandriel depuis bien trop longtemps pour se sentir gêner par l'une de ses visites, mais elle était curieuse de savoir pourquoi il était là. Peut-être pour lui passer un savon. Ou pour égayer son quotidien ? Sans doute les deux d'une manière ou d'une autre.

Mais lorsque la voix bien connue s'éleva derrière elle, elle fit volte face avec un sourire plus que rayonnant. " Sandriel ! " Un pas et elle venait lui donner l'accolade, laissant échapper quelques éclats de rire dans leur amicale étreinte. " Alors on passe sans prévenir. Heureusement que tu es un haut gradé sinon je crois que mes soigneurs t'auraient renvoyés sans hésitation. " Elle se recula d'un pas, gardant la main sur son épaule tout en le regardant avec attention. Cette attentive affection fraternelle qu'elle lui offrait à chacune de leur entrevue et qui n'avait été que renforcée depuis quelques années par la crainte qu'elle avait eu de le voir se laisser disparaitre. Elle l'observait toujours ainsi, sans pitié ni appitoiment, plutôt une certaine fierté de pouvoir compter quelqu'un comme lui parmi ses proches et une conivence trempée dans le sang des bataille communes et le deuil partagé. Le jour où il avait perdu sa femme, elle même avait voué sa propre mère à la mort d'un simple ordre stratégique pour sauver la majeure partie de ses hommes, ce n'était pas le genre de lien qui disparaissait pour quelques mois sans lettres. Mais il n'y avait pour autant aucune douleur à se revoir. C'était bien une joie sans partage qu'Halya éprouvait.

Passant son bras sous le sien, elle fit un geste grandiloquent de l'autre en désignant le cloître.
" Bienvenu dans mon royaume. " puis elle baissa le ton tout en commençant à faire quelques pas " Si tu veux j'ai déniché un passage vers la berge, nous y serons tranquille. Les pensionnaires ne vont pas tardre à tous descendre pour aller manger. " Un froncement de nez caractéristique laissait facilement deviner qu'elle préférait ne pas rester dans la cohue. L'idée de tomber sur ses autres soigneurs ne l'enchantait pas particulièrement.  " Tu pourras me donner quelques nouvelles et je pourrais t'offrir un peu de mon calme et de ma quiétude. " Le sourire qu'elle avait sur les lèvres était digne d'un tirage de langue enfantin.
Revenir en haut Aller en bas
Sandriel Nëiris
Elfe
avatar

Nombre de messages : 11
Âge : 34
Date d'inscription : 18/09/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  470 - 1,97m
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vieil ami | Sandriel   Mer 11 Oct 2017 - 19:29


L'accolade fut chaleureuse entre les deux anciens amis. Lorsqu'ils se furent écartés d'un pas l'un de l'autre, l'Elfe de darder ses iris grisés dans ceux de son vis-à-vis à la chevelure flamboyante.

« Alors on passe sans prévenir. Heureusement que tu es un haut gradé sinon je crois que mes soigneurs t'auraient renvoyés sans hésitation ».

Sandriel d'esquisser un sourire qui, très vite, étira largement ses lèvres. Un léger rire s'en échappa à la mention de son haut grade.

« Que veux-tu, privilège des "huiles" ! Désormais, il me suffit de prononcer le mot "Commandant" et de froncer un peu les sourcils et tout le monde écoute religieusement mes demandes » dit Sandriel un brin amusé avant de se fendre d'un clin d’œil joueur.

Il poursuivit, toujours taquin :

« Tu mesures donc l'honneur qui est le tien de recevoir une telle visite... »

Son regard brillait d'une teinte malicieuse, de celle qui existait entre de vieux amis heureux de se retrouver et de se livrer à quelques menues plaisanteries. Sans le percevoir, Sandriel venait de sourire plus de fois en quelques minutes qu'au cours des dernières semaines, trop heureux qu'il était de revoir Halya.

Une fois qu'elle eût présenté son royaume, notre Elfe de s'exclamer :

« Et quel royaume ! Merci, "Majesté, de me recevoir en ce lieu qui est vôtre ! » Un nouveau rire vint souligner sa phrase.

Ayant laissé son amie passer son bras sous le sien, il l'écouta lui proposer de gagner la berge et l'observa discrètement, du coin de l'oeil. Elle lui semblait en bonne forme. C'était déjà un motif de soulagement, tant les rumeurs étaient contradictoires à propos de l'état de l'ancienne Protectrice. Toutefois, Sandriel comptait bien s'enquérir de visu de la situation exacte de son amie et, le cas échéant, de lui prêter assistance si elle ressentait le besoin. « Allons donc goûter au calme et à la quiétude des bords de l'Ëlorëa ! Je te suis ».

Un sourire d'éclairer son visage. Comme il progressait vers les berges, Sandriel de s'exclamer :

« Oh, j'allais oublier ! Il sortit alors le foulard de sa besace et le tendit à la jeune Elfe. Voici un présent pour toi. Je n'allais tout de même pas venir les mains vides ! Après avoir hésité, j'ai pensé qu'un petit accessoire coquet pourrait égailler un peu le morne quotidien vestimentaire propre au temple. J'avais même imaginé que tu aurais pu prendre le voile ! » Demi-sourire taquin. « Pour la couleur, j'ai choisi quelque chose de discret afin de mettre en valeur ton roux flamboyant ! »

Ils reprirent leur marche, notre Elfe suivant son amie qui le guidant vers de plus calmes rivages, comme, déjà, les pensionnaires semblaient se presser vers leur frugal petit-déjeuner.
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1649
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Un vieil ami | Sandriel   Ven 13 Oct 2017 - 18:34


" Par Kÿria ! Je vous remercie de me faire l'honneur de votre présence, Commandant. " répliqua-t-elle en se redressant soudain en un impeccable garde à vous avant qu'ils ne s'éclipse de cette allée dans laquelle tant de personnes commenceraient à déambuler d'ici quelques instants. L'idée de pouvoir aller sur la berge était sacrément plus présente pour elle qui aimait l'eau avant même de savoir marcher... Même si elle savait que la baignade ne serait pas pour aujourd'hui.

" Oh, j'allais oublier ! " Sous les yeux curieux de l'ex-militaire, Sandriël tira un tissus bleu pâle. "Voici un présent pour toi." Mais au lieu de retrouver son air habituel, Halya n'en fut que plus suspicieuse. Comment ça un cadeau ? La pensait-il mal à ce point ...? Un sourire taquin la détrompa. " Je n'allais tout de même pas venir les mains vides ! Après avoir hésité, j'ai pensé qu'un petit accessoire coquet pourrait égailler un peu le morne quotidien vestimentaire propre au temple. J'avais même imaginé que tu aurais pu prendre le voile !
- Ne plaisant pas avec ça. J'ai bien cru qu'ils allaient me demander de rentrer à Ardamir nue en marchant sur les genoux. Et après le temps que j'ai mis à récupérer l'état de mes cheveux, si j'avais du prendre le voile, mon père aurait fait une syncope..." Le nez froncé et la bouche tordue, le ton n'en était pas moins léger, poussant à imaginer la situation d'un point de vue grandiloquent pour le moins comique.

En le manipulant le présent, Halya se rendit compte que c'était un foulard. Le tissus léger et doux serait des plus agréable à porter. " Merci. " sourit-elle en claquant une bise sur sa joue. Il savait à quel point elle pouvait se fiait à ses cinq sens mais il n'avait sûrement pas oublié non plus que l'énorme morsure de loup qui maculait l'épaule de la rouquine jusqu'à son cou rendait l'endroit plus sensible que la moyenne. Son sourire pris quelque chose d'un peu plus attendri en s’apercevant que la couleur douce se marierait à la perfection avec la robe bleue au dos nu que lui avait offerte Fenris. L'accessoire sortait un peu des couleurs qu'elle avait l'habitude de porter, mais la douceur de ton était vraiment magnifique.

" Vous me connaissez vraiment bien. "

Malgré le vert de sa tunique qui n'irait pas particulièrement avec ce présent, elle l'enroula autour de son cou et y enfouit son menton jusqu'à pouvoir respirer l'odeur qui s'en dégageait comme elle en avait l'habitude.

" Par ici. " signala-t-elle à travers le tissus en posant la main sur la poignée d'une porte en bois des plus sobres. A l'intérieur, seules les interstices d'un petit volet en hauteur et d'une seconde porte barrée en face laissaient passés une lumière blanche pour éclairer les étagères, tonneaux et sacs remplis. Le cellier à n'en pas douter. Des grappes de fruits secs des lianes d'herbes aromatiques  pendaient au plafond, embaument l'air d'une saveur complexe allant de l'ail à la figue. Halya referma soigneusement derrière elle et s'approcha du verrou de l'autre côté.

Donnant sur ponton permettant l'approvisionnement du cloitre par barge, la porte était fermée pour éviter que les jeunes de la cité ne viennent chaparder quelques confitures ou ne rentrent dans le cloître sans que les prêtres ne soient au courant.

" Alors, Commandant, ça te fait quoi de revivre les escapades des jeunes recrues ? " plaisanta-t-elle en faisant silencieusement coulisser la barre de fer qui en obstruait l'accès. L'air frais de ce début de printemps se glissa à l'intérieur en même temps que la lumière lorsque la porte s'ouvrit.

Avancée sur le la rivière, la plateforme de pierre était assez haute pour n'être mouillée que par la pluie et assez basse pour que les provisions puissent être charger et décharger facilement. La rive de terre était invisible, engloutie derrière les murs du cloitre. L'endroit ne devait même pas être visible des fenêtres des chambres qui le surplombaient à moins que l'habitant ne baisse ostensiblement la tête. Ignorant l'humidité de la pierre et laissant échapper un soupire de délassement, Halya s'assit en tailleur au bord de la plateforme, tapotant la place à côté d'elle pour y inviter son ami.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vieil ami | Sandriel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vieil ami | Sandriel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le vieil indien
» [recherche] maison de retraite pour vieil aigri
» Un lac, un étalon, un vieil homme et une jument
» (disparu) samuel h. adams - civilian - vieil homme prêtre
» vieil Ipad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: