AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Nombre de messages : 903
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    Ven 6 Oct 2017 - 14:44



Sur une des terrasses du palais de Soltariel, les bras posés sur une balustrade de pierre et les yeux perdus dans l'immensité du ciel étoilé de cette douce nuit de printemps, la dame de Solaria profitait de la relative quiétude que lui offrait un épais rideau de brocard et d'or. Si il la protégeait des regards, il ne filtrait que bien peu ce qui se passait au delà. Discutions, tintements de verres, rires et musiques et tant d'autres signes que se jouaient ce soir entre ces murs des festivités ou il faisait bon ton pour la noblesse d’être vue. Le cœur d'Angelina n'était point a la fête. C'était sa première sortie publique après une année recluse sur ses terres. Son retour aux mondanités, un an après l'incident qui avait faillie lui coûter la vie et qui l'avait privé momentanément de l'usage de ses jambes. Si elle était la ce soir, ce n'était pourtant point pour mettre terme aux rumeurs, les plus folles et les plus diverses, ayant courues sur son état et sa personne, non sa présence était du fait de son désir de revoir sa cousine, mais également de s'entretenir enfin avec l'époux de cette dernière, Franco, le nouveau duc de Soltariel. Malheureusement, elle n'avait guère fait plu que croiser Tibéria, la jeune duchesse étant toutes aux prises de ses invités et peut etre aussi un peu du léger état d’ébriété qui semblait imprégnait la majorité des personnalités présentes. Quand a Franco il était jusqu'alors resté invisible a ses yeux, si bien qu'elle en venait a regretter de s’être déplacer.

Elle n'était guère rassurée d'avoir laisser la jeune Faustina, sa fille adoptive, seule sur ses terres. Elle avait bien entendue toute confiance en la garde de Solaria, mais il suffisait d'un seul etre instable, belliqueux, revanchard ou extrémiste pour que tout pusse basculer en un seul pauvre instant. Après tout, cela avait faillie etre. La dame grimaça légérement tandis qu'une crampe affaiblissait ses jambes. Elle n'en avait retrouvée pleine maîtrise que récemment, si bien que rester trop longtemps immobile ne manquait jamais de lui créer quelques inconforts. Ses mains délaissèrent le rebord de pierre, qu'elles agrippaient inconsciemment, et ses pieds lui firent faire quelques pas tel un automate, laissant son esprit vaqué pleinement a ses pensées. Sa robe bruissait doucement sur le sol, chanson discrète qui se murmurait au gré de ses mouvements. La pièce de tissu était faites de plusieurs soieries délicates, dans des tons noir et rouge sombre. La jupe, sur laquelle retombait deux délicates chaines d'argent, était ample affirmant la finesse de sa taille et la rondeur de ses formes, prisonnières dans un corsé recouvert de pierreries. Les manches a la fois longues et ouvertes, tombaient en pointe sur ses doigts, tandis qu'une cape était savamment drapé autour de son cou, tombant  sur le creux de ses coudes. Le corsé, lassé a l’arrière, laissait apparaître le haut de son dos ou pendait joliment des chaines faites de pierreries. Les bijoux constituant la robe étaient les seuls que portaient la dame de Solaria. Point d'artifices ne coloraient ses joues, dont le teint se suffisait a lui meme bien que plus pale que d'ordinaire, ni meme ses lèvres dont la nuance rosée n'était due qu'au naturel.


Spoiler:
 

Ses mains glissèrent sur l'étoffe, tandis qu'elle s’efforçait de refouler le flot de souvenirs qui lui étaient associés. Pourquoi avait t'il fallut qu'elle la porte ? Pourquoi, parmi tant d'autres, son choix s'était il porté sur celle ci ? Elle l'ignorait ou du moins pouvait t'elle se forcer a le feindre. Le vêtement était l'écrin de tant de choses, un pan tangible de souvenirs qu'elle voudrait pouvoir effacer mais que pourtant elle se refusait a perdre. Elle avait dansée avec lui dans cette robe. Leur première danse. Il l'avait embrassé tandis qu'elle la portait. Leur premier baiser. Cet enchevêtrement de tissu s'était vu quérir en une nuit bien des promesses et avait retenu bien des mots. Devait t'elle s'y accrocher pour se rappeler ce qui ne pourrait plus jamais etre ou oublier ce qui avait failli etre ? L'une ou l'autre des possibilités lui étant toute aussi intolérable et douloureuse. Ses yeux se firent brillant de par le trop plein d'images qui les assaillirent. Elle soupira avant de ramener, en une masse lourde et indisciplinée, sa longue chevelure brune sur le coté de sa nuque, la laissant ainsi recouvrir l'une de ses épaules. Quand la musique lui parvint un peu plus forte, en meme temps que le bruit reconnaissable d'un rideau que l'on tire, elle fit volte face pour se rendre compte que sa petite antre de quiétude venait de voler en éclat, elle n'était plus seule.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Franco di Celini
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 22
Date d'inscription : 22/11/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    Mer 11 Oct 2017 - 8:12



~ Le soleil ne sait rien de l’ombre ~


Franco avait erré au cours de cette soirée. On disait des soltaris et plus particulièrement des ducs de Soltariel qu’ils représentaient le soleil qui illuminait le sud de la péninsule. Pourtant, Franco, lui, préférait errer dans les ombres. Certains avaient l’habitude de dire qu’il rodait sournoisement. Mais lui savait que c’était quelque chose de bien plus complexe et de bien moins subtil. Tout simplement, le duc de Soltariel avait remarqué que, en politique, les informations valaient de l’or. Un homme averti en vaut deux et il faisait toujours en sorte de ne pas être dans l’ignorance. Alors il allait là où l’on trouve les meilleures informations par soi-même, dans les ombres.

Alors qu’il cherchait de nouvelles personnes avec qui entamer des conversations, le duc longeait les murs du palais de Soltariel. Il avait alors aperçu une ombre. Une ombre de plus parmi les ombres qui se dessinait derrière un rideau, sur un balcon du palais. Ne sachant trop de qui il pouvait bien s’agir, Franco fut intrigué. Il franchit le pas et s’approcha de la silhouette sans plus attendre. Une fois la tenture franchie, il vit qu’il s’agissait d’une femme. Elle fit volte-face car elle l’avait entendu arriver et elle sembla surprise. Le duc aussi fut surpris. Il la connaissait, du moins il savait qui elle était, et sa présence ici était pour le moins surprenante.

- Bonjour, ma dame.

Franco s’inclina légèrement et s’empara de la main de la jeune femme pour lui offrir un baisemain. Angelina de Solaria. Ici, tout le monde la connaissait. Même si elle s’était montrée moins active et moins présente dans la vie politique du duché ces derniers temps, elle n’en restait pas moins un acteur historique majeur de la politique soltarie. Et à peine la voyait-il que Franco se disait déjà que, si elle l’avait voulu, elle serait assise aujourd’hui à sa place sur le trône.

Angelina était une femme influente mais également un être humain doté d’une grande sensibilité. Le duc ne voulait surtout pas la brusquer. Il réfléchit un instant à ce qu’il savait sur les activités récentes de la dame de Solaria et n’en tira pas grand-chose. Il savait qu’elle avait été missionnée par Tibéria pour aller au Zagazorn, mais il ne s’était guère renseigné par la suite. Quoiqu’il en soit, Franco ne voulait pas s’en faire une ennemie, bien loin de là. A cette heure où les troubles sont grands en péninsule, les soltaris devaient au moins être soudés entre eux. Comment le navire suderon pourrait-il braver l’Eris si même son équipage se sabordait ? Alors Franco sourit.

- Je suis heureux de vous savoir ici, Angelina. J’ose espérer que ce bal sied à vos attentes et que vous vous sentez à votre aise, ici au palais. Sous mon règne, vous serez toujours la bienvenue ici.


Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Nombre de messages : 903
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    Mer 11 Oct 2017 - 10:12



Si il fut un endroit ou la dame de Solaria ne s'était pas attendue a croiser le duc de Soltariel, c'était bien sur cette terrasse ou elle avait crue, naïvement, pouvoir passée le reste de la soirée en toute quiétude. D’où sa légère surprise quand a son apparition. Si elle s'était laissée aller a imaginer leur première rencontre, probable que s'eut été en de toutes autres circonstances, en un lieu plus formel et en compagnie de sa cousine. Pourtant l'opportunité n'était pas désagréable et lui permettrait d'un peu mieux cerner le personnage de par le cadre "intime" de leur entrevue, qui se déroulerait ainsi éloignée de toute influence due aux convenances ou aux mondanités. Passée la seconde du léger étonnement qui l'avait saisie, elle se laissa baiser la main, un sourire aux lèvres puis inclina légèrement la tete pour le saluer avec respect, sans pour autant courber réellement l'échine. Elle n'avait jamais été très encline aux courbettes et encore moins quand nul regards n'étaient la pour exiger de s'en repaître. " Bonsoir votre altesse, pardonnez ma surprise je ne m'attendais guère a voir quiconque troubler la solitude de ce lieu. "

Les paroles de l'homme étaient aimables, invitation a une discutions courtoise, et de bon ton pour débuter une amitié. Rester a savoir si il agissait ainsi pour quelconque motifs sournois ou avec sincérité. Il était trop tot pour le dire, mais sur l'instant il lui sembla bien pensant et animé de bonnes intentions. A moins que l'alcool, a l'image du reste des invités, ne l'ait rendu quelque peu guilleret. " Ce bal est une réussite, nul doute que vous et la duchesse avez supervisés le tout d'une main de maître. Néanmoins je crains que les mondanités a long terme n'aient jamais fait partie de mes activités favorites. " Un sourire. Il devait comprendre cela, après tout ne se trouvait il pas lui meme présentement a l'abris des dites festivités. " Vos mots me touchent et me ravissent et il est en effet heureux que nous nous croisions, bien que cela soit de manière fortuite. Notre rencontre tardant a se faire j'avais finie par craindre que vous désiriez rester distant de ma personne, ou bien que ma cousine préférait vous garder cacher a mes yeux. " Termina t'elle, sur une pointe d'humour, taquine.

Elle fit quelques pas pour se diriger a nouveau vers la balustrade de pierre, l’immobilité ne la réussissait pas, mais afin qu'il ne s'en offusque pas ou n'y voit pas un manque de respect, elle se retourna rapidement vers lui afin que leurs regards pussent a nouveau s'accrocher. " Tout deux n'étant que par trop habituer aux jeux politiques, a leurs faux semblants et a leurs bassesses, j'ose croire que vous me pardonnerez ma franchise et me permettrez de ne point user de gants ou de demis mots dans nos discutions. Je vous invite a en faire de meme, il m'est avis que nous y gagnerons bien du temps, mais également de l'estime pour l'autre, et que cela ne pourra qu’être profitable a nos relations. " Elle sonde un instant son regard pour y déceler la moindre émotion pouvant trahir ses pensées, bonnes ou mauvaises puis elle se lance avec la franchise et la détermination qui la caractérise si bien. " Que nous le voulions ou non, vous et moi nous retrouvons maintenant liés par deux choses qui me tiennent particulièrement a cœur et qui occupent des places prioritaires dans ma vie, ma cousine et Soltariel. "

Un sourire pour adoucir les paroles qui suivront ou peut etre pour instiller un peu d'humour en ses mots. " Je vous épargnerais les menaces qui vous diront que si vous faites du mal a l'une ou a l'autre, vous me trouverez immanquablement sur votre chemin. Néanmoins je vous poserais une unique question. " Du moins pour l'heure, mais celle la pourrait bien déterminer la teneur de leur relation a l'avenir. " Vous avez épousé Tibéria pour sa couronne, pour accéder au trône, pour etre duc. Un autre que vous l'avez fait pour des motivations similaires alors dites moi Franco, qu'est ce qui vous différencie d'Arichis d'Anoszia ? " Sur ces derniers mots, les yeux de la dame se firent étincelants. Si elle avait été une fervente partisane des Anoszia, qu'elle en élevait désormais une et qu'elle n'avait jamais cachée son affection et sa dévotion pour cette famille, il semblait évident qu'elle ne portait pas le patriarche en son cœur. Encore moins aujourd'hui alors qu'elle lui devait bonne partie de son chagrin. Oui la Soltariel avait beau etre mesurée tant dans ses mots que dans son attitude, nul ne pouvait douter du fait qu'elle n'était guère une admiratrice de l'Anoszia. Dommage qu'elle n'ait pas éprouvée le meme genre de sentiments pour ses fils, voila qui lui aurait épargné bien des désillusions et bon nombre de souffrances.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Franco di Celini
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 22
Date d'inscription : 22/11/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    Jeu 12 Oct 2017 - 9:19



Cette conversation semblait bien s’engager et Franco ne pouvait qu’en être ravi. Même si Angelina avoua se sentir gênée de la surprise que le duc venait de lui faire, il se dit qu’elle devait forcément s’attendre à rencontrer quelques individus en tête à tête en restant ainsi cloîtrée sur un balcon du palais. Après tout, si elle avait fait le choix de se rendre au bal de Soltariel c’était tout de même pour faire son retour sur la scène publique. Le duc accepta les compliments que lui fit Angelina concernant l’organisation de la soirée et il préféra, comme il l’avait fait tout au long de la soirée, rendre à Tibéria ce qui était à Tibéria.

- Vous me voyez honoré de votre compliment sur l’organisation de la soirée. Je n’ai été que pour bien peu de choses dans cette réussite. Tibéria, quant à elle, a su se donner beaucoup de mal afin de rendre ce bal le plus majestueux possible.

Lorsqu’Angelina prit le ton de l’humour pour parler de leur non-rencontre à tous les deux jusqu’alors, Franco fut soulagé. Si la dame de Solaria se montrait encline à être ainsi sympathique avec lui c’est qu’elle n’était pas ici pour compliquer les choses. Souhaitant lui démontrer sa bonne foi, le duc enchaina en utilisant à son tour le ton de l’humour.

- Je ne crois pas que Tibéria ait particulièrement cherché à me dissimuler. En fait, elle est même bien contente de me mettre en avant quand ses interlocuteurs sont des hommes politiques belliqueux ou des nobliaux un peu trop ambitieux. Si votre nom avait été Angelina de Brochant ou Angelina de Saint-Aimé, nul doute qu’elle m’aurait jeté à vos devants pour que vous me dévoriez !

Franco sourit. La présence d’Angelina lui était agréable. Il vit que la jeune femme n’était pas très à l’aise à discuter debout ainsi et qu’elle semblait souffrir physiquement. Ne souhaitant point l’importuner, il ne chercha à en savoir davantage. Elle enchaina ensuite sur le thème de la confiance et du fait qu’ils n’avaient aucun intérêt à se mentir l’un à l’autre. Approuvant ses  paroles, le duc se contenta de hocher de la tête en signe d’approbation. Il reprit la parole quand Angelina évoqua leurs points communs.

- Vous savez, Angelina, contrairement à tous ces nobles venus d’ailleurs qui ont pu prétendre au trône de Soltariel, je suis né ici. Point de sang venu d’Ydril, d’Aphel ou de je ne sais où plus au sud ne coule dans mes veines. J’ai grandi à Soltariel et je tiens énormément à cette ville et ce qu’elle représente ici-bas.

Le duc de Soltariel ne fut point surpris quand Angelina durcit le ton pour parler des éventuelles représailles qu’elle pourrait entreprendre à son encontre s’il se jouait de Tibéria. La vérité était que Franco n’était pas vraiment du genre à se laisser impressionner par ses interlocuteurs lors de joutes verbales. Pour autant, il savait que l’appui de la Dame de Solaria était quelque chose d’important, ici à Soltariel. D’autant plus que la question qu’elle soulevait était éminemment pertinente.

- Je pense que la question que vous posez est tout à fait pertinente, Angelina. Tout le monde à Soltariel sait que je n’ai point épousé Tibéria par amour. Mais je pense, toute réserve gardée, que vous commettez une erreur de jugement en disant que je l’ai épousée pour sa couronne. En fait, je l’ai épousée pour Soltariel. A des heures où notre belle ville était menacée par le règne d’un étranger, par une révolte indigne de notre réputation et par des intentions sombres à l’égard de sa majesté le Roy ; j’ai répondu à l’appel du destin pour aider Soltariel à retourner dans le droit chemin. Celle que j’aime, c’est cette ville. Je ferai en sorte d’en défendre les intérêts coute que coute, et tant que Tibéria sera dans la même mouvance que moi, je ne vois strictement aucune raison à ce que je souhaite lui nuire. Si le peuple de Soltariel et sa noblesse accepte Tibéria en tant que duchesse, je consens à vivre avec elle. De la même manière, si c’est ce que le peuple de Soltariel attend de moi, je ferai un enfant à ma chère et tendre épouse.

La réponse du duc se voulait être claire. Il espérait qu’elle siérait à la Dame de Solaria. Après tout, il était en train de lui assurer de sa bonne volonté à faire son maximum pour Soltariel et, par extension si tout se passait bien, pour Tibéria.  

Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Nombre de messages : 903
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    Jeu 12 Oct 2017 - 10:49



Angelina eut un sourire lumineux quand il vanta les mérites que Tibéria avait eut a mettre en place les festivités qui se tenaient ce soir. Il était de bonne augure qu'il mette sa femme en avant et ne cherche pas a s'octroyer toute la lumière pour la laisser volontairement dans l'ombre. " Un trait caractéristique a tout les Soltariel, nous sommes persévérants .. Quoi que certains diraient têtus, mais je préfère qualifier ça de persévérance. D'ailleurs celle de ma cousine a payée au vu de l’allégresse de tout les convives présents. Je n'ai guère fait plus que la croiser tout a l'heure, alors si je n'avais la chance de ne pouvoir d'avantage profiter de sa présence, merci de lui adresser tout mes compliments quand a son organisation sans faille de son premier bal au palais. " Elle se rappela les grands bal donnés a Solaria du temps ou sa chère Ambre était sur le trône et de tout le stress et le travail que ça pouvait occasionné. Oui la toute nouvelle duchesse avait fait du bon travail et cela ne pourrait servir que son image, ce qui rassurait Angelina.

La dame de Solaria laissa échappée un rire franc, ce qui lui était rare d'autant plus en les périodes sombres qu'elle avait eut a traverser récemment, quand Franco répondit a son trait d'humour avec la meme légèreté. " Oh je ne vous aurais point dévorée, mais peut etre m'auriez vous trouver moins sympathique si vous avions dus converser de manière politique et non personnelle. L'on ne peut guère reprocher a ma cousine de ne pas etre friande de ce genre de compagnie, mais elle apprendra a s'en accommoder et a en tirer parti. L'expérience forgera en elle une grande politicienne si elle s'en donne les moyens. " C'est la tout ce qu'elle lui souhaitait, car il ne serait pas de bonne augure que sa cousine se terre trop longtemps derrière le rempart que lui donnait son mari, quand bien meme la politique pouvait etre assommante et les interlocuteurs virulents. Un sourire éclaira ses traits comme pour témoignait de l'affection qui couvait sous ses mots. Elle aurait bien guidée elle meme Tibéria, mais leurs avis divergeaient parfois et il y'avait des choses qu'il fallait mieux apprendre par soit meme.

Elle apprécia qu'il lui parle franchement, comme elle l'avait fait avant lui. Elle écouta chacun de ses mots avec soin, en pesant le moindre sens. " Nous sommes donc tout deux fort attachés a Soltariel, a son peuple et a ses racines. " Un hochement de tete appréciateur. " Vos mots me semble tout aussi louables que vos intentions, bien que ma vision diverge de la votre. Pour que vous compreniez mon point de vue, je vais vous compter mon histoire. " Un sourire entendu. " Du moins par bribes très incomplètes. Il y'a de nombreuses années de cela quand le malheur frappa et priva Soltariel de sa duchesse, ma cousine Ambre, bon gré mal gré je monta sur le trône en tant que régente. C'était une époque troublée, le royaume était en déroute, la guerre menacée et Soltariel était loin d’être aussi lumineux qu'il ne l'est aujourd'hui, du moins du coté du peuple. " Ses yeux brillèrent sous le coup des nombreux souvenirs qui s'agitèrent en elle a la mention de ces événements. Nostalgie et tristesse se déversaient a part égale, mais elle chassa ses émotions distractives pour se concentrer sur l'essentiel.

" J'étais alors une toute jeune fille, du haut de mes 18 ans, j'avais pourtant déjà parcourue des contrées éloignées et affronter bien des épreuves. Si bien que le faste de la couronne ne m’intéressaient guère, ce que je voulais c'était aider les paysans, le peuple, leur assurer de meilleures conditions de vie, faire évoluer Soltariel. " Elle secoua lacement la tete. " Soltariel n'y était pas prés ou tout du moins la noblesse n'y était pas prête, aujourd'hui elle semble l'avoir oublier car quand trône se fait vacant beaucoup se tournent vers moi. Peut etre espèrent t'ils que j'eusse changée ou que je pusse etre influençable, mais point n'est le cas ne leur en déplaise. " Elle brassa l'air du revers de la main. " Mais qu'importe je m'égare, pour en revenir a la couronne, malgré les propositions de Trystan .. " Un étau lui étreint le cœur a sa mention, un ami de plus perdu bien trop tot. " J'ai toujours refusée de m'asseoir sur le trône de Soltariel, préférant le laisser tour a tour a d'autres membres de ma famille. L'ai je regretter ? Mon cœur a saigné quand j'ai vue de la façon dont certains gouverner oh ça oui, mais cela n'a jamais remit ma décision en cause. "

Elle accrocha son regard au sien afin qu'il pusse y lire la véracité et la sincérité de ses mots. " Je suis de celles qui pensent profondément que l'on ne peut changer le monde et œuvrer pour ses idéaux en étant prisonnier du joug d'une couronne, d'enjeux politique et de rang. Pour moi aider Sotariel, aider le peuple, ne peut se faire que dans l'ombre, libre de toute attaches et de toutes contraintes. " L'ombre d'un sourire. " Pour devenir duc, il faut vouloir pouvoir et couronne en accompagnement de tout désir de vouloir accomplir de grandes et louables choses. Sans quoi, c'est moi qui serait assise a votre place Franco. " Un nouveau sourire, plus grand cette fois. " Ne voyez aucune ombre dans mes mots, comme je vous l'ai dis le trône ne m’intéresse nullement, je ne vous porte pas jugements et cela n'est pas accusation. Mais si vous avez épousé ma cousine, c'est qu'une part de vous désirait le pouvoir et la couronne que cela vous octroierait, les idéaux derrière et ce que vous en ferez n’appartiennent ensuite qu'a vous. " Les paroles étaient bienveillantes, compréhensives, et n'étaient point la pour chercher quelconque querelle.

" Néanmoins si nos opinions divergent sur la meilleure façon de servir Soltariel, je tends a penser que nos objectifs sont les mêmes et que nos visions se rejoignent, ce qui ne peux que oh combien apaiser les craintes que je pue avoir a votre égare. " Elle inclina la tete, soudain un brin plus sombre. Pensive ou mélancolique, nul ne saurait le dire. " Vous vous doutez que vos derniers mots en revanche ne me remplissent pas de joie, je ne m'attends pas a ce que quelques sentiments romantiques vous habitent, nous savons tout deux de quoi sont majoritairement fait les mariages entre nobles. Permettez moi pourtant de vous donner un conseil, le bonheur ne vient pas sans affection hors pour le bien de Soltariel ses dirigeants ont besoin d’être heureux. Si quelques heurtent venaient a naître entre vous et Tibéria, cela en viendrait forcément a rejaillir sur votre vie publique et par ce biais sur la politique et le bien etre du duché. Un couple peut etre une arme redoutable pour qui sait s'en servir, surtout quand rien ne l'unit. Ne laissez pas cela vous arriver. Ne faites pas un enfant sans tendresse et ne voyez pas Tibéria que comme un moyen de sauver Soltariel. "

Elle s'approcha de lui et posa une main légère sur son bras. " D'un point de vue plus personnel, je désire que ma cousine soit heureuse. Le bonheur est une chose que peu d'entre nous ont la chance de posséder, mais je veux que Tibéria en jouisse. Ne lui infligez pas le poids de la solitude, il n'y'a rien de pire que cela et plus encore quand l'on n'est pas seul. " Un sourire porteur d'une grande tendresse, bien que le regard lui soit triste. " Elle est une femme étonnante. Fougueuse. Parfois un peu trop ouverte, ou débordante d'émotions je vous l'accorde, mais admirable, forte, vertueuse et terriblement aimante si vous lui en laisser la chance. Pour son bien, le votre et celui de Soltariel, apprenez a la connaitre et si l'amour jamais ne naissez entre vous alors donnez lui au moins toute votre affection, elle le mérite, vous le méritez tout les deux. " Elle s'écarta, sa main délaissant son hôte et une distance respectable se creusant a nouveau entre eux, en meme temps qu'elle s'éloignait de quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Franco di Celini
Humain
avatar

Nombre de messages : 99
Âge : 22
Date d'inscription : 22/11/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  34 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    Lun 6 Nov 2017 - 15:11



Les paroles de la jeune femme étaient emplies de sens. Non seulement elles étaient sages, mais également empreintes d’émotion et guidées par une expérience inégalable. Quel dirigeant passé de Soltariel pouvait encore se targuer de pouvoir assister aujourd’hui à ce bal à part elle ? Angelina avait passé les époques, avec son histoire, ses points de vues, son opinion. Mais elle était là. Elle assistait à ce bal comme une mère assisterait à la prise d’envol de ses enfants. Et elle dégageait quelque chose que Franco appréciait énormément : la bienveillance.

Le duc écouta les paroles de la jeune femme avec attention. Parfois en hochant la tête pour lui signifier son accord, parfois en lui souriant pour lui montrer qu’il appréciait ce qu’elle disait. Chaque mot était retenu à sa juste valeur. Le duc vit qu’une pareille intervention coutait à Angelina. Non seulement car elle semblait affaiblie physiquement mais également parce que ses mots semblaient réveiller en elle une souffrance enfouie bien plus profondément. Etait-ce de la nostalgie, de la rancœur ou même encore de l’amour ? Franco ne saurait le dire. Mais il voyait dans les beaux yeux bleus de la dame de Solaria qu’elle vivait ce moment avec intensité. Aussi, il tenait à l’assurer de sa reconnaissance pour le temps qu’elle prenait à lui prodiguer des conseils.

- Je ne puis que vous être reconnaissant pour vos mots avisés, Angelina. J’ai toujours entendu parler de vous comme une femme bienveillante et humaine. Je peux constater de mes propres yeux aujourd’hui que les rumeurs à votre sujet disaient vrai. J’accepte donc vos conseils avec honneur. Et je me permettrai même de vous dire que, contrairement à ce que vous pensez, vous auriez fait une très bonne duchesse aujourd’hui. Vous n’êtes plus la même qu’il y a une dizaine d’année. Votre expérience vous aurait permis de … gouverner à ma place. Nos idées sont proches Angelina, je suis certain que votre règne ne m’aurait pas déplu.

Il sourit, une fois plus. Franco était quelqu’un d’ambitieux. Il n’était vraiment pas commun de l’entendre dire ce genre de choses. Mais pourtant il pensait les paroles qu’il prononçait. Mais les choses étaient ainsi. Angelina agissait dans l’ombre quand Franco était exposé au regard du public. Lequel était le plus efficace ? Peut-être que la question n’avait en fait pas lieu d’être et que chacun avait sa place.

- Je voudrais simplement partager avec vous une réflexion que j’ai sur la possibilité ou non de soutenir les gens du peuple lorsque nous accédons à des postes à responsabilités. Je pense, pour ma part, qu’il est en effet plus simple d’agir sans chaînes et sans contraintes dans l’ombre des puissants de ce monde. Mais, chacun agit à son niveau pour le bien de tous s’il le souhaite. Je m’explique : Depuis mon arrivée sur le trône ma plus grande priorité est la paix pour le duché de Soltariel. Ne croyez-vous pas que ce soit une des meilleures manières de défendre son peuple que d’user de la diplomatie pour conserver la paix ? Un pays en paix est un pays serein. Des gens sereins sont des gens qui peuvent prétendre au bonheur.


Les paroles prononcées se voulaient un brin philosophique. Pourtant, elles étaient à la portée de tous. Franco pensait sincèrement que le modèle social tel qu’il était construit était efficace car il permettait à tout un chacun de faire progresser les choses s’il en avait réellement envie.
Puis Angelina revient sur le sujet de Tibéria. Dans le fond elle avait raison. Un couple ducal heureux dégage forcément une image positive pour son peuple. Un couple régent uni ne peut qu’être fort. Pourtant, Franco avait l’impression de n’être pas si éloigné de Tibéria que cela. C’était son naturel un peu froid qui le faisait certainement paraître bien moins sympathique avec elle qu’il ne l’aurait voulu.

- Vous avez raison, Angelina. Je sais qu’un couple uni est un couple fort. Et qu’un couple fort est tout ce que peut souhaiter un peuple pour le diriger. Cependant, même si les rumeurs ne vont pas dans ce sens, je n’ai pas l’impression d’être particulièrement « désuni » de Tibéria dans mes décisions. J’essaye d’être là pour elle lorsqu’elle en a besoin, et j’essaye de discuter avec elle sur certains aspects de l’avenir du duché. Malheureusement, il n’est pas vraiment dans mon tempérament de faire étalage de mes sentiments. Aussi, je pense que nos caractères avec Tibéria sont tellement opposés l’un à l’autre que nous avons parfois du mal à nous comprendre.

Franco resta pensif un instant. La réflexion ouverte par la dame de Solaria était éminemment intéressante. S’il savait qu’il y avait bien aspect ou il pêchait, Franco savait que c’était avec sa femme. Il avait espéré qu’avec le temps leur relation deviendrait plus naturelle … Peut-être le serait-elle lorsqu’ils arriveraient à avoir des enfants. Et pour cela, le duc devait accorder un peu de son temps à la duchesse. Il le savait … Le duc secoua la tête comme pour chasser quelques idées noires. Il reprit donc le ton de l’humour pour alléger la conversation.

- Nous devons faire attention à ne pas être trop unis tout de même. Nous risquerions presque de finir comme le célèbre couple formé par la sorcière de Hautval et l’ogre du Médian.

Revenir en haut Aller en bas
Angelina de Solaria
Humain
avatar

Nombre de messages : 903
Âge : 32
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  30
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    Lun 6 Nov 2017 - 16:05



La dame de Solaria se trouva, étonnamment, a apprécier un peu plus, a chaque instant, son échange avec le duc. Bien loin de l'image assez froide qu'elle s'était faite de lui, de par les appréciations de chacun sur sa personne, elle découvrait un homme aimable, ouvert, et avec des intentions louables. Peut etre s'en était elle un peu trop fait, tant pour sa cousine que pour Soltariel, mais Angelina avait toujours été doter d'un caractère protecteur et propice a materner les autres. " Bien que guère peu friande de compliments, car je tends a penser qu'ils nous rendent un peu trop prompte a la suffisance, vos paroles ne peuvent que m'êtres agréables. " Un sourire, léger, serein. " Je ne peux que vous donner raison quand au fait que je ne sois plus la meme que jadis, ni meme qu'hier d'ailleurs. Je me plais a penser que je ne change pas mais que j'évolue au fil des expériences que m'offre ou m'inculque la vie. C'est a mon sens la preuve que j'apprends du bon comme du mauvais. Néanmoins quand bien meme j'aurais voulue du trône, je ne pense pas que tout a chacun a Soltariel l'aurait vue d'un très bon œil. "

Elle accroche brièvement son regard au sien. " Vous, comme toute la noblesse de Soltariel, n’êtes pas sans ignorer les origines familiales de ma fille adoptive. " A la mention de Faustina le regard de la dame s'illumine d'une tendresse toute maternelle. " Si il y'a bien des regrets dans ma vie, etre devenue sa mère n'en sera jamais un, je m'estime dont fort chanceuse d'avoir pue prendre en charge son éducation sans avoir a me soucier que cela interfère ou non avec ma vie politique. La pauvre enfant aura déjà fort a faire pour ne point etre juger pour des crimes qui ne sont pas siens, je n'aurais pas supportée qu'elle doive aussi subir les regards scrutateurs de la cour. " Elles étaient l'une comme l'autre suffisamment l'objet de commérages et de rumeurs sans qu'il ne faille rajouter au fait que l'enfant, par concours de circonstances improbables, pusse un jour se retrouver sur le trône de Soltariel. Parfois d'ailleurs elle se demandait si ce n'était pas pour ça que la fillette était toujours a ses cotés. Si le patriarche des Anoszia n'avait pas une fois de plus quelques projets insoupçonnés. Grand bien lui fasse, elle vivante, il ne pourrait jamais les mener a bien. Ni elle, ni l'enfant, ne seraient ses instruments. Il lui avait déjà trop pris. Elle ne céderait pas plus. Bien décider a ce que ses pensées ne se reflètent pas sur sa mine, la Soltariel les chassa prestement pour donner toute son attention a la conversation présente. Attachant grande importance a chaque mot prononcer par Franco, y saisissant la l'opportunité de mieux le connaitre. Après tout qui pouvait dire quand une autre occasion se présenterait.

Un hochement de tete, suivi d'un sourire lumineux. " Fort m'est de constater et avec agréable surprise, que non content d'avoir certaines valeurs communes, nos idées se rejoignent en bien des points. Je ne peux qu’acquiescer sur ce qui est de la paix et la façon de la promouvoir. La diplomatie a toujours était une ligne de conduite que je me suis efforcer de suivre. Les mots sont, a mon sens, gagent de bien plus de réussites et de bonnes choses que ne le sera jamais la voix des armes. La paix, la sérénité et le bonheur se devraient d’être placer en priorité par chaque dirigeant la ou trop souvent viennent les corrompre le gout du pouvoir et de l'avarice. Je pense que vous et Tibéria accompliraient ensembles de grandes choses, tant pour Soltariel que pour son peuple, et sachez que tant que vos idéaux seront ceux que vous venez de m'exposer, vous trouverez toujours en moi un soutien complet et infaillible. " Les mots étaient sincères, porteur de promesses réelles et non de courbettes visant a l'obtention de quelques privautés ou bénéfices. Si le duc se dressait en défendeur de la paix et du peuple alors elle serait la première a défendre tant son règne que ses intérêts et si en plus il pouvait rendre sa cousine heureuse, alors bien plus que son respect, il y gagnerait aussi son amitié et par la meme son affection.

Un nouveau sourire, bienveillant et un brin amusé. " Ne dit on pas que les contraires s'attirent ? " Elle pense au duc et a la duchesse, s'interdisant d'effleurer meme la pensée de songer a Oscario ou au couple qu'ils eurent brièvement former. " Vos tempéraments sont peut etre différents, mais point n'est besoin d'emprunter les mêmes chemins tant que l'on regarde dans la meme direction. Si au final la destination de vos cœurs est la meme, alors il vous sera facile de vous retrouver a l'arrivée et ce qu'importe le voyage ou les détours qu'il vous aura chacun fait prendre de votre coté. " Ayant peur que ses paroles ne soient un brin trop philosophiques, voir pompeuses, elle ajouta de façon plus légère: "Ce que j'essaie de vous dire Franco, c'est que qu'importe que vous ne la couvriez pas d'attention amoureuse ou que vous ne fassiez pas étalage de tendresse, tant que vous la soutenez, que vous ne lui mentez pas et ne la garder pas dans l'ombre comme un autre l'a fait avant vous, Tibéria vous sera une épouse fidèle et aimante. Alors ensembles vous serez a meme de faire de grandes choses. L'amour est parfois une terrible faiblesse quand il devient l'instrument de vils mains, mais l'affection, la tendresse et le respect mutuel vous seront eux une force prompte a désarçonner vos ennemis et contenter vos soutiens. Un couple uni est un couple fort. Un couple fort fait de meilleurs dirigeants et de meilleurs dirigeants offrent un avenir meilleur. A cela le plus grand nombre ne peut qu'adhérer. "

Un hochement de tete, signe d'approbation quand aux dernières paroles du duc. Elle y répond pourtant de manière un peu plus sérieuse que ne le laissait présager le ton employé par son interlocuteur. " Entre nous, Blanche a plus d'une fois laissée son cœur s'égarer en des endroits sombres et ne visant qu'a la mener a sa propre perte. Mais le cœur a des raisons que la raison ignore. Je ne saurais la blâmer de cela. " Tant par Oschide que par Oscario, Angelina savait dans quels autres bras que ceux de son époux la duchesse du Median avait succombé, mais elle meme ayant livrer et perdue bataille contre un Anoszia elle ne pouvait se placer dans la position de juger les actes de cette femme qu'elle ne connaissait que de vue et plus encore de réputation, pas assez a son sens pour émettre la moindre opinion sur elle ou ses actions, si ce n'est qu'elle s'était laissée infliger bien trop de souffrances, qu'elle n'aurait due le permettre, tant a elle qu'a son peuple. C'est dont d'un ton triste que la dame de Solaria ajouta: " Aujourd'hui mes prières vont vers elle, tant pour ses enfants, que pour ses terres et son peuple. Puisse la guerre ne point faire couler trop de sang innocent et puisse la paix revenir en les contrées du royaume. Il est temps que s'offre a tous une ère plus prospère et plus heureuse. Les terres de la péninsule n'ont eut que trop a éponger le sang et la violence ces dernières années et tout les litres de larmes versées par les veuves et les mères éplorées ne sauraient malheureusement les en laver. Puisse dont les dieux nous épargner le coût destructeur d'un nouveau conflit sanglant. " Oui les dieux pussent avoir pitié, du moins si tenter qu'ils jugent que l'humanité le méritait encore.
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )    

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'autre coté du rideau. ( PV Franco. )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De l'autre côté de la forêt, une petite chapelle...
» [Fe] De l'autre coté du Miroir - Evenement #65
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !
» Une Etoile s'éteint, une autre renait... [Mort d'Etoile de Satin, Ceux qui veulent lui rendre hommage]
» Club de Karaté et autre du meme genre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Soltariel :: Duché de Soltariel-
Sauter vers: