Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]

Aller en bas 
AuteurMessage
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Lun 9 Oct 2017 - 9:40

Mois de Favriüs, deuxième jour de la première ennéade


 « Tu devrais en faire commerce. Elle est plus que respectable, ta gnôle. »

 « Ouais, bah attends de voir la chiasse que tu vas avoir demain. C'était ça le problème avec Mère, elle faisait les meilleurs tord-boyaux du coin, vapeurs exquises, douce chaleur dans le bas ventre, ça adoucissait même le tempérament des plus belliqueux. Mais faut voir comment tu te vides le lendemain. À ce niveau là, c'est même plus caguer... Moi, je l'appelle la Drouille Du Diable, ou DDD si tu préfères. »

Malgré son âge avancé, Mère avait un sacré penchant pour la picole, à tel point que le comédien aurait juré que ce n'était plus du sang mais de la liqueur qui coulait dans les veine de l'ancêtre. Combien de fois avait-elle fini la gueule dans son bol de potage, complètement ivre. Y'a qu'à voir, même le jour où elle est morte, le jeune homme croyait qu'elle faisait un énième coma. Ah, sacrée Mère, des piches comme toi on en fera plus.

Wyman fixa le liquide brun au fond de son verre et trinqua avec Aldus, le capitaine du bateau, avant qu'ils ne s'esclaffent ensemble. C'est ça les hommes, les vrais, ils rient quand ça se passe bien même s'ils savent qu'ils vont en chier le lendemain.

 « Des trucs à me dire sur Thaar ? »

Aldus était originaire de la cité, c'était un affréteur honnête qui n'hésitait pas cependant à faire un peu de contrebande pour arrondir les fins de mois, le genre de mec qui connaît bien les règles, les lois, et qui sait donc parfaitement comment les détourner.

 « La cité se développe de plus en plus chaque jour, les quartiers sont bien délimités. Si tu veux aller chez les bourgeois, t'as intérêt à être connu de la garde ou d'avoir un vrai motif, sinon les milices privées t'en chasseront. Mais je vois pas ce que t'aurais à y foutre. Va plutôt à la Place des Lanternes, le soir, tu vas voir c'est assez vivant, et comme l'alcool y coule à flots les langues se délient, c'est là où t'apprendras le plus de chose je pense. »

Un bon gars cet Aldus, toujours prêt à rendre service, même si Wyman l'avait payé plus que correctement pour le voyage.

 « Combien de temps fais-tu escale à Thaar ? Tu pourrais me montrer où est cette place, ce serait l'occasion de boire un godet. »

 « Désolé gamin, j'y reste qu'une nuit, et je compte pas m'éloigner des docks, la plupart des putains y sont déjà, pas besoin d'aller plus loin. »

Il sourit au comédien, enfin du moins c'est ce que ce dernier imagina, car la bouche du marin ne comptait plus que quelques rares chicots tous plus noirs les uns que les autres, rendus encore plus dégueulasses par la lueur jaunâtre des bougies qui éclairaient la cabine. Pour sûr qu'avec sa dégaine d'ivrogne et son allure plus crasseuse que celle d'un purineur, ce pauvre bougre n'attraperait pas mieux que ces salopes mal fringuées. Et encore, sans doute côtoyait-il le fond du panier comme les vieilles ou les laiderons, voire celles qui traînaient des bestioles. Mais bon, il semblait pas s'en faire pour ça ce bon vieil Aldus, alors Wyman ne s'en fit pas non plus.

 « Chacun ses plaisirs, je trouverai cet endroit tout seul alors. »

Ils passèrent une bonne partie du reste de la nuit à picoler l'eau-de-vie de Mère avant de ronquer tous les deux comme les viandes saoules qu'ils étaient. Ils mouillèrent finalement dans les eaux du port de Thaar au petit matin et se saluèrent chaleureusement avant que leurs routes ne se séparent.
Comme il s'y attendait, Wyman avait la gueule en vrac, et les gargouillements de son ventre ne présageaient rien de bon. Il n'avait pas fier allure le gosse en cette pâle matinée de printemps, avec sa tunique grise tâchée, ses manches pleines de cire, sa tronche barbouillée, ses cheveux gras et sa démarche digne d'un gars qui n'avait plus confiance en son fondement.

M'enfin rien de très grave, une nouvelle aventure commençait et l'Histoire oubliera ces détails sans importance. Pour le reste, il lui fallait trouver une auberge où se poser un peu, avec de quoi se débarbouiller la ganache et pouvoir se faire bello pour le soir. L'effervescence de la ville, ses nombreux jardins, la chaleur déjà importante pour un début de printemps, autant de choses qui contrastait avec la seule ville qu'il avait connue, Etherna. Il sentait qu'ici, il allait pouvoir accomplir des choses, l'ambiance semblait propice aux affaires, peut-être même qu'il pourrait reprendre la scène, qui sait. Les troubadours étaient plus nombreux que dans la ville de la Péninsule, et recevait un meilleur accueil. Mère ne s'était pas trompé, l'endroit commençait à plaire au comédien, il savait qu'il serait plutôt pas mal ici, ne serait-ce qu'un temps.

*****************************

Wyman avait finalement trouvé une auberge correcte où il put se reposer un peu avant d'enfiler des affaires propres et de se diriger vers cette Place des Lanternes, dont il apprit l'emplacement par le tenancier. Il y avait une soirée spéciale aujourd'hui paraissait-il, un truc qui valait le coup d’œil apparemment, à base de cracheurs de feu, danseurs, musiciens et saltimbanques, bref, une soirée qui allait rassembler du monde, du misérable au riche commerçant. L'occasion rêvée pour tendre l'oreille et, pourquoi pas, faire quelques poches.

Le jeune homme s'y rendit sans plus tarder, habillé d'une tenue élégamment simple, de bonne facture et d'un bleu nuit, en faisant valser ses bouclettes au rythme d'une marche rapide. Il avait hâte.
Revenir en haut Aller en bas
Tao
Humain
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 118
Date d'inscription : 01/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Mer 11 Oct 2017 - 18:55

Printemps, Julas, première ennéade de Favriüs, an dix, onzième cycle.


Des gamins des rues lui tournaient autour depuis déjà une bonne vingtaine de minutes. Tao dirigeait le contingent de soldat, car les petits avaient tous un bout de bois en guise d’épée, et l’un d’eux arborait même une casserole de fonte sur le crâne. Et l’heure était grave, pas pour eux, ni pour Thaar, mais bel et bien pour le monde entier. Un groupe de sectateurs sévissait dans les ruelles, et la fière troupe qu’ils étaient n’avait que pour unique but d’empêcher la fin prochaine de toute vie.
Et alors qu’ils approchaient d’un croisement, les sorts plurent sans prévenir ! Les sectateurs, à peine plus âgés que les soldats, leurs lançaient de petites balles faites de chutes de cuir. L’embuscade fut sans pareille ! Une véritable hécatombe, les héros qui souhaitaient sauver le monde furent anéantis, tous s’étaient effondrés sous la puissante  magie de leurs ennemis.

Deux badauds qui se dirigeaient vers le quartier des Lanternes observaient la scène d’un air incrédule. D’ordinaire, le quidam se contentait d’envoyer un bon coup de pied aux fesses de ses gosses crasseux, ce qui suffisait amplement à faire les déguerpir, mais ce soir-là, une adulte se prêtait au jeu.

- Y a d’ces gens j’te jure…

Son comparse acquiesça, tandis qu’ils dépassaient l’attroupement, et ils reprirent leur discussion qui visait à décider laquelle des prostitués d’un des bordels du quartier était la plus salace. Ces messieurs en voulaient pour leur argent si durement gagné, dans le sang et la sueur à en juger de leurs accoutrements qui rappelaient ceux de mercenaires.
La zurthane passa un bon quart d’heure de plus en compagnie de ses jeunes connaissances, avant de prendre congé pour se diriger vers le lieu du spectacle. Plus tôt dans la journée, quelques crieurs public avaient scandé les talents de la troupe qu’ils représentaient, avait promis musiques et cracheurs de feu, ainsi que tours de passe-passe et d’adresse. Et la jeune femme ne voulait manquer cela pour rien au monde.

La foule avait déjà envahie les lieux, aussi elle ne s’approcha pas outre mesure. Et elle prit soin de s’éloigner de l’énorme poivrot qui la fixait d’un regard lubrique, assis à l’une des tables sur laquelle trônaient les six chopes qu’il avait englouties à lui seul. Un autre l’avait prise pour une saltimbanque de la troupe, puisque vêtue de tissus colorés, qui laissaient entrevoir par endroits sa peau nue, et de simples bandages de tissus couvrant la plante de ses pieds en guise de chausses. L’alcool lui avait sans doute monté à la tête, puisqu’il lui avait demandé si le long qu’elle transportait lui servait à faire un numéro d’équilibriste. Ce à quoi elle avait répondu par la négative en fendant d’un sourire, pour se diriger vers l’endroit où étaient entreposés sacs et caisses de bois. Elle n’était pas très grande, mais ne comptait pas non plus rater une miette du spectacle à cause de cette foule qui barrait le chemin, alors elle se hissa, en prenant appui sur un ballot, sur un des caissons lui-même empilé sur un autre. La vue était parfaite ! La petite brune s’assit en tailleur, déjà tout sourire à l’idée de voir des cracheurs de feu dans un numéro bien rodé, et accompagnés de musiciens de talent.


Dernière édition par Tao le Jeu 12 Oct 2017 - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Jeu 12 Oct 2017 - 4:55

La place était bondée. Roturiers, curieux, nobles, riches commerçants, l'événement avait rassemblé une foule si cosmopolite et si haute en couleur que Wyman s'arrêta quelques instants pour en détailler ceux qui la composaient. Des personnes au teints halés, des drows, un groupe de nains, Thaar était donc ce genre de villes qui sont des carrefours de civilisations, où tous se mélangent plus ou moins bien dans un seul but : l'échange. Échange de culture, de techniques et surtout de biens, voilà pourquoi la plupart des cités d'Ithri'Vaan prospéraient en autonomie. Mais bon, tous ces gens c'était bien beau, mais le comédien n'y voyait pas grand chose. Il regarda à nouveau la troupe de nains pour voir comment ils allaient s'en sortir, mais ces derniers ne semblaient prêter aucune attention au spectacle qui allait se jouer, bien trop occupés à frapper du poing sur la table quand, lors d'un jeu à boire, l'un d'entre eux héritait d'un cul sec. S'il voulait voir les artistes se produire, Wyman devrait se débrouiller par lui-même.

Il repéra une pile de caisses qui lui donneraient la hauteur suffisante pour apprécier le cirque. En plus, il serait au-dessus de tout le monde, et ça lui plaisait, mais une jeune femme s'y était déjà installée, ce qui le fit grimacer. Il voulait être seul sur son trône, à regarder les autres pouilleux de haut, que tous puissent le voir lui, et lui-seul, tandis qu'il ne leur accorderait par un regard. Elle gâchait tout cette fille, et Wyman réfléchissait à un stratagème pour la faire déguerpir quand le divertissement commença enfin. Tant pis pour son égo, il allait devoir passer la soirée à côté d'elle, et cette perspective lui gâcha une bonne partie du spectacle. Acrobates, cracheurs de feu, il y avait même eu quelques fauves et un magicien, mais rien de tout ceci n'impressionna le jeune homme qui gardait un goût amer en bouche et qui avait regardé les numéros assis et accoudé à une autre caisse, son poing soutenant son menton et appuyant sa moue boudeuse. Peut-être aurait-il dû aller au bordel avec Aldus, car au moins les putains auraient su satisfaire son arrogance en lui faisant croire qu'il n'existait que lui, et ce même s'il ne comptait jamais pratiquer avec ce genre de créatures de petite vertu.
Finalement, le narrateur frappa trois fois la scène de son bâton avant de clôturer le spectacle, sous les acclamations sourdes d'un public conquit. Wyman se redressa d'un bond, les sourcils hirsutes et les poings fermés.

 « QUOI ?! Même pas de comédiens ?! Mais c'est une farce ! »

Il avait attendu toute la soirée qu'une troupe d'acteurs viennent jouer quelque chose, qu'il puisse évaluer le niveau de la région, découvrir une nouvelle pièce et, pourquoi pas, rejoindre ces gens pour reprendre sa vie de bohème. Mais non, rien. Rien d'autre que de la poudre aux yeux, du spectacle sans message, des artifices pour les non-initiés, du pain pour les crétins.

 « C'est une honte ! Une hooooooooooonte ! », cria-t-il en plaçant ses mains près de sa bouche pour que ses mots portent plus loin.

Il hésita même à crier « Remboursez ! » mais il se souvint qu'il n'avait absolument rien payé. Déçu, dégoûté, énervé, il toisa la femme qui lui avait pourri sa soirée.

 « Ah j'imagine que vous êtes contente, vous, de ce spectacle pour bouseux. Les flammes, wooooh, comme c'était impressionnant, j'en avais jamais vu avant ! Et ce mage qui a quand même réussi à geler l'eau d'un vase, j'ai cru que j'allais tomber dans du mal. Pathétique. »

Son regard revint à la scène et il plaça à nouveau ses mains près de sa bouche.

 « PATHÉTIQUE ! »

Puis il se laissa tomber sur son postérieur et croisa les bras, les sourcils blasés, le regard gris et les lèvres pincées. Soirée de merde.
Revenir en haut Aller en bas
Tao
Humain
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 118
Date d'inscription : 01/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Sam 14 Oct 2017 - 1:14

Printemps, Julas, première ennéade de Favriüs, an dix, onzième cycle.


À mesure que les acrobates avaient exécuté contorsion et pirouette, un sourire radieux s’était étiré sur le visage de Tao. Et il avait fini par s’illuminer lorsque les artistes suivants avaient craché des gerbes de flammes, qui avaient semblé déchirer le ciel étoilé. Quel spectacle ! Fabuleux ! Grandiose ! Et ce magicien qui avait gelé de l’eau… Il lui rappelait étrangement Shan, cet homme à la peau d’ébène qu’elle avait rencontré dans les ruines d’Essalia, ayant fait pareille démonstration quelques ennéades plus tôt, seulement quelques instants avant que des bandits ne leur tombent sur le coin de la figure. Que devenait-il d’ailleurs ? Soudain prise dans ses pensées, plus occupée à imaginer le colporteur quelque part dans le désert, ou dans une autre cité de l’Ithri’Vaan à y écouler ses marchandises, la zurthane n’accorda plus guère d’attention au spectacle et manqua le passage des fauves. L’homme avait affirmé être le propriétaire d’une échoppe à Thaar, mais elle n’y avait jamais mis les pieds et la ville était bien assez grande pour rendre la recherche fastidieuse.

« QUOI ?! Même pas de comédiens ?! Mais c'est une farce ! »

Le jeune homme accoudé contre l’une des caisses d’en dessous exprimait son mécontentement avec vigueur, couvert par le tonnerre assourdissant des applaudissements. Et à bien regarder le reste de la foule, il semblait être le seul à ne pas avoir apprécié la représentation de ce soir, car presque tout le monde frappait dans ses mains, au moins pour la forme, quand quelques autres jetaient des pièces sur la scène. Pièces que les artistes se hâtaient de récupérer, non sans remercier la plèbe de gestes amicaux et de sourires.

« C'est une honte ! Une hooooooooooonte ! »

Tao finit par se pencher lentement direction la petite brune.  Drôle d’énergumène celui-là. Elle affichait l’air d’une gamine face à son premier tour de passe-passe. Qu’est-ce qui pouvait être si honteux, au point de le hurler sans gêne aucune ?
Le voilà qui levait les yeux vers elle, animés d’une lueur méprisante et hautaine.

« Ah j'imagine que vous êtes contente, vous, de ce spectacle pour bouseux. Les flammes, wooooh, comme c'était impressionnant, j'en avais jamais vu avant ! Et ce mage qui a quand même réussi à geler l'eau d'un vase, j'ai cru que j'allais tomber dans du mal. Pathétique. »

Après une seconde d’hésitation, et sans avoir compris la totalité de la complainte, elle acquiesça avec un grand sourire. Elle pensait avoir certainement entendu l’essentiel : Elle était contente. Et aussi le fait qu’elle appartenait à une catégorie de spectateurs appelés « bouseux ».

« PATHÉTIQUE ! » Scanda-t-il à nouveau avec force.

L’air contrit de ce détracteur bruyant lui arracha un sourire, presque un gloussement qu’elle étouffa en se planquant la main sur la bouche, les yeux rieurs. Cependant, certains des spectateurs proches jetaient des coups d’œil curieux et surpris au contestataire, aussi elle opta pour un conseil de circonstance.

- Élever la voix ne donne pas raison. Dit-elle avant de se laisser glisser jusqu’au sol avec souplesse, pour se réceptionner avec légèreté. Tao trouve spectacle très joli, eux ont une grande maîtrise de leur art. Ajouta-t-elle en tendant son bras tatoué de motifs colorés en direction de la scène. Tao respecte l’art, celui qu'elle aime et celui qu'elle aime moins.

Elle se pencha légèrement vers lui et tout en gardant son léger sourire aux lèvres, elle ajouta d’une voix modulée et assurée que les bagarres se déclaraient trop vite à son goût par ici. Et qu’à cette heure, il valait mieux « être un grain de sable parmi les grains de sable et non un caillou ».
Après tout, la Place des Lanternes était réputée pour ses débits de boissons, ses jeux et autres festivités, qui vous échauffaient les esprits aussi rapidement que les prostitués du coin soulageaient les hommes de leur bourse.
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Dim 15 Oct 2017 - 10:24

La colère du comédien aurait pu se changer en ire mais il n'en fut rien, bien au contraire, elle se mua en un mépris froid. Wyman rugissait de déception et cette femme aux traits inédits s'amusait à rire et à donner des conseils sous forme de dictons tout droit sortis d'un recueil de brèves de comptoir. Son regard biaisa sur elle, hautain et glacé.

 « Tao par-ci, Tao par-là. Tao ferait bien de s'occuper de ses propres affaires et d'apprendre à causer. »

S'il n'éprouvait aucun remord à prendre les autres de haut, Wyman détestait que l'inverse arrive, surtout sous couvert de bons sentiments comme venait de le faire la jeune femme. Il n'avait pas besoin de conseils, encore moins sous la forme de phrases toutes faites et surtout pas venus de quelqu'un qui n'y connaissait absolument rien sur le sujet évoqué. Le jeune homme était artiste depuis son plus jeune âge, il avait écumé les fêtes et foires, rencontré de nombreux saltimbanques, troubadours. Et de toutes ces disciplines, le domptage, la jongle, le lancer de couteaux comme le reste des arts du cirque, c'était la Comédie qui en était la reine. L'art le plus profond, le plus complet et complexe, capable d'être grotesque et drôle, accusateur, dénonciateur, sibyllin et mystique, émouvant ou révoltant. Le seul qui faisait réfléchir et qui pouvait changer le cours d'une vie.

Alors peut-être que Wyman s'était fait une fausse idée sur le spectacle de ce soir et que sa colère était exagérée, mais elle n'en demeurait pas moins justifiée. S'il avait su que tout ne se résumerait qu'à des divertissements fades alors il aurait écumé les rues de la ville à la recherche d'une meilleure aventure pour la soirée.

 « Et d'abord vous venez d'où vous ? Si j'avais un accent pareil, je me garderai de faire des remarques aux inconnus. »

Pourtant elle n'avait pas vraiment tort, car déjà en contrebas certains esprits s'échauffaient. Visages rougeots, panses avinées et démarches titubantes vidaient petit à petit la place, non sans certains esclandres à droite à gauche. Quitter l'endroit était en effet une sage décision, mais Wyman bouillonnait d'aigreur à l'idée de le reconnaître, d'autant qu'il ne savait où ni comment passer le reste de la soirée. Il avait besoin de se détendre avant de dormir, sans quoi il ressasserait sans cesse cette déception amère. Son regard se planta dans celui de cette Tao, la bouche en biais et un sourcil plus haut que l'autre.

« Puisque vous semblez de si bon conseil, où est-ce qu'on peut boire un verre en paix dans cette ville, hein ? »

Elle n'avait pas franchement la dégaine à écumer les tavernes, mais peut-être avait-elle connaissance d'un endroit où l'ambiance serait jouasse et propice à la franche camaraderie.
Revenir en haut Aller en bas
Tao
Humain
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 118
Date d'inscription : 01/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Mar 17 Oct 2017 - 20:10

Printemps, Julas, première ennéade de Favriüs, an dix, onzième cycle.


Elle avait fait mouche sans le vouloir, c’était certain. Le jeune homme répondit dans la foulée d’une rebuffade irrévérencieuse en réponse à ce qu’il prenait pour un jugement.

« Tao par-ci, Tao par-là. Tao ferait bien de s'occuper de ses propres affaires et d'apprendre à causer. »

Flûte, le voilà qui était vexé. Il fronçait légèrement les sourcils, affichant ouvertement son mécontentement. Tao, bien embêtée, inclina le buste. Elle n’avait pas souhaité l’importuner, encore moins l’agacer. Une fois redressée, elle se fendit d’un nouveau sourire, les yeux rieurs, en se frottant l’arrière du crâne.

« Et d'abord vous venez d'où vous ? Si j'avais un accent pareil, je me garderai de faire des remarques aux inconnus. »

- Tao vient du Grand Désert. Répondit-elle en hochant la tête. Et encore plus loin vers le Nord aussi, vers les grandes plaines d’herbes et les forêts. Tao va entre un endroit et l’autre en même temps que les saisons. Mais maintenant Tao vient de Thaar. S'empressa-t-elle d'ajouter ensuite, visiblement sûre et certaine de ce qu’elle avançait.

Voilà que la foule s’était dispersée pour de bon, ne laissant désormais qu’une majorité de soiffards et de types à l’air assez louche. En revanche, on n’apercevait aucun mendiant trainer ses culottes par ici le soir. À croire qu’ils évitaient le quartier, ou bien qu’on les chassait de là bien trop rapidement et avec trop véhémence pour qu’ils ne s’y installent.  Le quartier semblait être animé, la nuit en tous les cas, d’une autre population qu’en journée, lorsque le soleil bien haut dans les cieux brunissait les peaux des passants. Car c’était dans ces établissements à la morale souple qu’on concluait les quelques affaires qu’on ne souhaitait pas voir ébruitées.

« Puisque vous semblez de si bon conseil, où est-ce qu'on peut boire un verre en paix dans cette ville, hein ? »

- Tao sait ! Répondit-elle du tac au tac en levant l’index, tout sourire. Belle auberge, très colorée, coussins, rideaux, tapis… Tao boit beaucoup de thé là-bas. Et Amhal est très gentil.

La jeune femme désignait l’une de ruelles de la main, comme si elle invitait son interlocuteur à se mettre en marche. Et cette ballade ne serait pas très longue, s’ils ne croisaient pas de crève-la-faim ou quelques mains lestes sur le chemin, car cette fameuse auberge n’était pas bien loin, à deux ou trois rues de la place tout au plus.
Et l’établissement, bien que peu réputé, était toujours fréquenté, surtout par des marchands et colporteurs de passage à vrai dire. Ils avaient d’ailleurs bien souvent la peau sombre, et il va sans dire que Tao faisait déjà tâche dans ce paysage ethnique malgré son teint hâlé, alors ce jeune homme venu des contrées péninsulaires allait déteindre encore plus.

Pendant la marche, Tao continua de parler un peu de ce fameux Amhal. D’après elle, il était grand et fort, un véritable bœuf, avec un os dans le nez, mais c’était un homme bien habillé qui affectionnait les couleurs criardes. Elle affirmait aussi que ses talents de cuisiniers étaient impressionnants et qu’il était capable de jongler avec ses ustensiles tout en découpant un quartier de viande. Mais elle revint rapidement un sujet plus personnel.

- Tao ne connait pas ton nom. Et d’où tu es ? Pas d’Itrhi’Vaan, ça, Tao en est sûre !

Spoiler:
 


Dernière édition par Tao le Mar 24 Oct 2017 - 11:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Mer 18 Oct 2017 - 18:00

Cette femme était un mystère. Wyman ronchonne, Tao sourit. Wyman envoie une pique à Tao, Tao sourit de plus belle à Wyman. Wyman insulte Tao, Tao s'excuse. C'était à n'y rien comprendre. N'importe qui se serait déjà engagé dans une joute verbale avec le comédien, aurait proféré des menaces voire en serait venu aux mains. Mais pas elle, elle restait d'une politesse et d'un calme si consternant que le jeune garçon la fixa de longues secondes en se posant plusieurs questions, avant que sa colère ne se mue en curiosité. Il avait connaissance des nains et de leur vie troglodyte, il avait entendu parler des elfes et de leurs cousins les drows, mais absolument rien sur le peuple de cette fille. Une civilisation nomade semblerait-il, un mode de vie qu'elle avait visiblement décidé d'abandonner en s'installant à Thaar.

Wyman avait grandi en tant que nomade, toujours sur les routes, arpentant la Péninsule de villages en hameaux, de bourgs en cités avec la troupe pour donner des représentations aux quatre coins du pays à qui voulait bien les regarder. Comme elle, même si la manière était différente, il avait dû bouger pour se nourrir et faire face à des situations nouvelles chaque jour, il savait très bien ce qu'il en coûtait de suivre un tel style de vie, même s'il avait adoré ces années.

Car vivre sur la route c'est vivre de rien, c'est vagabonder sans savoir ce qu'on mangera le soir, sans savoir si l'on mangera le soir. C'est grelotter sous la pluie, passer la journée, la semaine, dans des vêtements mouillés ou sales. Vivre sur la route c'est subir le regard des autres, se sentir paria, indésirable, rejeté, c'est se sentir rat.
Mais vivre sur la route, c'est vivre libre, c'est avoir le ventre vide mais le cœur rempli d'amitié, d'amour, d'aventures. C'est rencontrer, découvrir, sentir, goûter.
Une vie sur la route c'est peut-être une vie de rien, mais c'est une vie sans chaînes et sans maître.
Wyman regrettait ces années, il eût une pensée pour Gallot et Choucas, et pour les autres aussi, ils lui manquaient.

Il revint à la réalité quand Tao l'invita à le suivre. En temps normal, le jeune homme se serait méfié, mais la jeune femme n'avait pas l'air méchante, et elle avait attisé sa curiosité, alors Wyman lui emboîta le pas. Dans les rues subsistaient quelques soûlards, ceux qui étaient dans le pire état, car les autres avaient déjà rejoint les auberges pour finir leur soirée ou commencer leur nuit. Si les ivrognes chantaient et que certains d'entre-eux dégueulaient même sur les pavés, la plupart se contentaient de tituber et restaient plus ou moins calmes.

L'étrangère lui décrivit le maître des lieux, visiblement un homme pour qui elle en pinçait vu la pluie d'éloges qu'il recevait d'elle. Le comédien tilta néanmoins sur un détail, ce fameux os dans le nez, qui le fit pouffer de rire. Il avait hâte de voir ça, et heureusement qu'il avait été prévenu, sans quoi il aurait certainement éclaté de rire devant ce spectacle étrange. Et même là, il serait dur de se retenir. Drôle de coutume.

- Tao ne connait pas ton nom. Et d’où tu es ? Pas d’Itrhi’Vaan, ça, Tao en est sûre !

 « Lequel tu préfères ? Guenilles, Cat, Wyman ? »

Se doutant qu'elle n'allait pas comprendre, il lui sourit pour la première fois.

 « Pour l'instant, c'est encore Wyman. Je viens du nord, de la Péninsule, le royaume des hommes aux cœurs aussi froids que l'acier de leurs lames. »

Il n'avait pas gardé un très bon souvenir des gens qui peuplaient son pays natal, ils n'appréciaient pas vraiment les comédiens pour qui ils avaient autant de considération que pour les putains. Et qui n'aime pas le théâtre ne possède aucun cœur.

 « J'imagine que c'est ici ? »

Son doigt pointait vers une bâtisse d'où provenait un certain brouhaha, attestant des nombreux clients qu'elle accueillait ce soir là.
Revenir en haut Aller en bas
Tao
Humain
avatar

Nombre de messages : 19
Âge : 118
Date d'inscription : 01/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Mer 25 Oct 2017 - 17:41

Printemps, Julas, première ennéade de Favriüs, an dix, onzième cycle.


Les deux jeunes progressaient dans les ruelles. La zurthane menait la marche, avançant avec son bâton à la main, et arborant un air jovial comme à son d’habitude. Il fallait dire qu’elle était heureuse de sa nouvelle rencontre. D’ordinaire on ne s’intéressait pas vraiment à elle, et la plupart des habitants de la cité n’étaient pas forcément le genre de personnes vers lesquelles la jeune femme se tournait.

« Lequel tu préfères ? Guenilles, Cat, Wyman ? »

Tao répondit d’un haussement d’épaule, puis se tapota le menton de l’index. Visiblement, avoir plusieurs prénoms était une possibilité, mais quelle utilité ? Elle ouvrit la bouche pour poser la question, mais l’intéressé enchaîna.

« Pour l'instant, c'est encore Wyman. Je viens du nord, de la Péninsule, le royaume des hommes aux cœurs aussi froids que l'acier de leurs lames. »

- Wyman. Wyman, répéta-t-elle en opinant du chef avec un large sourire, première fois que Tao rencontre une personne qui a ce nom. Wyman sonne bien ! Et pourquoi les hommes ont le cœur froid là-bas ?

Mais voilà qu’ils arrivaient tous deux près de l’auberge, qui était le sujet des propos de la zurthane encore quelques instants plus tôt. Par les fenêtres se dégageaient une douce lumière, et sans y avoir mis les pieds, on entendait déjà le brouhaha des discussions animées et joviales. En tendant l’oreille, on pouvait même distinguer la mélodie d’une flûte. L’auberge ne payait pas de mine de l’extérieur, mais semblait jouir d’une âme véritable, contrairement à bien des bouges de la cité thaarie.

Tao s’engouffra dans l’établissement, se dirigeant droit vers le comptoir derrière lequel se trouvait Amhal. Il était un beau bébé de plus de deux mètres avec des bras aussi imposants que les cuisses de Wyman. Habillé de vêtements amples faits de tissus bariolés de couleurs, sa musculature et son air robuste jurait avec cet accoutrement. Et c’était déjà sans compter l’os qui lui traversait le nez. Et l’homme au crâne lisse était souriant et affable, saluant Tao et son compagnon d’un geste amical.

- Bien le bon soir ! Comment était la représentation ?

- Magique ! S’exclama Tao avec des étoiles pleins les yeux. Un homme gèle de l’eau et un autre crache des flammes ! D'autres jonglent avec des couteaux !

- Vous allez me raconter ça, dit le tenancier en s’adressant à l’une comme à l’un, installez-vous, je vous rejoins avec boissons et fruits. Conclut-il en disparaissant dans l’arrière salle.

Tao agitait déjà la main à l’attention de Wyman, et l’invita à la suivre dans la grande salle. Et quelle grande salle ! Les murs étaient tapissés d’une bonne dizaine de soieries brodées, les tables et les chaises donnaient une impression de luxe, et bon nombres d’entre elles étaient déjà occupées par des hommes et des femmes à la peau sombre. Quant aux lustres de fer forgé, ils étaient tout aussi impressionnants. Dans le fond se trouvaient trois alcôves, séparées du reste de la salle principale par des rideaux bleus et oranges.

La jeune femme se tourna vers son nouveau compagnon.

- Wyman choisit ?
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 25
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   Jeu 26 Oct 2017 - 18:07

-Wyman. Wyman, répéta-t-elle en opinant du chef avec un large sourire, première fois que Tao rencontre une personne qui a ce nom. Wyman sonne bien ! Et pourquoi les hommes ont le cœur froid là-bas ?

Le cœur froid. Wyman avait vécu une vie de bâtard, un être de peu de valeur pour la Péninsule. Puis en tant que comédien, un costume encore plus méprisé que celui du sans-père, et pour ne rien arranger, il avait quitté le royaume en tant que meurtrier. La Péninsule ne lui avait rien apporté à part souffrance et rancœur, cette société embourbée dans ses traditions poussiéreuses aux mœurs dépassés, cette société dévorée par l'ambition des puissants, peuplée de va-t-en-guerre en tout genre qui s’entre-tuent pour les miettes que leur lancent les plus riches aux désirs les plus tordus et inavouables. Quand il travaillait avec mère, le jeune homme demandait souvent des nouvelles du pays aux clients qui en étaient originaires ou qui y faisaient affaire. Pourquoi ? Il ne le comprenait pas vraiment. Wyman n'avait aucune affection pour sa patrie d'enfance qui avait tout fait pour le pousser dans la tombe le plus tôt possible. Peut-être parce qu'il savait que, là-bas, quelque part, vivait son vrai père. Peut-être aussi pour espérer connaître un jour le sort de Gallot, qui sait. Toujours est-il que les nouvelles n'en étaient jamais vraiment, le même système ronflant encore et toujours, ses failles et tragédies se répétant sans cesse.

La réponse pour Tao aurait pu être longue, et le comédien n'avait pas vraiment envie de parler de la Péninsule alors il suivit l'étrangère et pénétra dans l'établissement. Si, au-dehors, l'auberge ne payait pas de mine, l'intérieur contrastait totalement. Il s'en dégageait, de par les broderies colorées aux murs, soutenues par cet air de flûte réconfortant, une certaine impression de bien-être. On s'y sentait bien, tout de suite, même si le patron des lieux n'avait pas une carrure très commode. Sans ses habits quelque peu fantasque, il pourrait en effrayer plus d'un, même s'il se révéla plutôt accueillant, voire bienveillant.

 « Pfeu.. »

Pourquoi fallait-il qu'ils reparlent du spectacle minable de la soirée ? Un homme gèle de l'eau, quel miracle. Enfin, Wyman tâcha de garder la tête froide et l'humeur propice à la détente, l'endroit lui plaisait bien et il ne comptait pas gâcher sa nuit à défaut d'avoir réussi la soirée.

 « Tu bois du vin ? » demanda-t-il quand Tao s'inquiéta de son choix alors qu'ils s'installaient dans l'une de ces alcôves aux teintes chatoyantes.  « Peu importe en fait, j'en prendrai quoiqu'il arrive, en fait. »

Même s'il avait picolé sévère sur ce navire hier soir, le jeune homme désirait encore plus d'ivresse. La faute à cette vieille peau de Mère qui l'avait habitué à se foutre une race plusieurs jours d'affilés. Cette ivrognesse de femme aurait couché le plus soûlard des matelots avec un doigt dans le cul. Faut dire qu'elle faisait son alcool elle-même, cette bougresse, tant la gnôle commune n'arrivait plus à réveiller son palet nécrosé. Peut-être que Wyman finirait comme elle, tout desséché, avec le fondement plus capable de retenir le moindre étron et les chicots aussi rares qu'une putain pucelle.

 « Bon, je sais toujours pas comment j'ai fait pour en arriver à passer la soirée avec quelqu'un comme toi, mais puisqu'on y est, et histoire d'éviter de s'emmerder, autant faire connaissance. Pourquoi tu es ici, à Thaar ? »

La question était d'une banalité exaspérante, mais l'énergumène était si originale que le jeune homme peinait à la cerner pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ne rentre pas Thaar ce soir [Tao]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hier soir sur ARTE... un téléfilm anglais super intelligent
» La patagonie sur Thalassa ce vendredi soir 26 nov
» Ce soir, tous les musées sont gratuits !
» Allons au cinéma ce soir...
» UFC 124, ce soir... j'y serai devant ma TV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Thaar-
Sauter vers: