AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 D'aventures en aventures ... [PV T'si]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   Mer 11 Oct 2017 - 20:58




~ L'aventure, c'est d'abord l'ouverture aux autres ~


Le voyage avait été long. Si Yenaël avait déjà beaucoup voyagé au cours de sa vie, il n’avait jamais été aussi loin de chez lui qu’en ce jour de Favriüs. Enfin, chez lui … si tant est qu’il en ait encore un. Au final, chez lui c’était nulle part. Il n’avait pas de maison, pas de famille, pas d’amis. Tel un électron libre, rien ne l’arrêtait .Quelque part, il était libre. Pour autant, il ne sentait pas spécialement libre. La vie faisait que l’homme n’était jamais vraiment libre. Les règles, les lois, les dangers, l’argent, nombreux étaient les éléments qui entravaient la liberté des hommes.

C’était alors qu’il marchait le long de la rivière Sirilya que Yenaël menait cette réflexion. Zaahrian l’avait accompagné jusqu’alors. En bon compagnon de route dans un premier temps, puis en tant qu’amant éperdument amoureux dans un second temps. Yenaël était un jeune mage, sa vision des choses faisait qu’il avait un peu de mal à croire au destin. Il pensait plutôt que chaque individu se façonnait la vie qu’il avait envie de vivre et que finalement, au bout du compte, chacun n’avait que ce qu’il méritait. Ainsi, il s’était dit que sa rencontre avec Zaahrian n’était pas un coup du sort. Que l’un et l’autre avaient su faire la bonne chose, il y’a un an, sur le marché de Thaar, afin de se retrouver ensemble aujourd’hui.

Cela faisait plusieurs jours que les deux aventuriers marchaient depuis la dernière grande ville qu’ils avaient croisé. Ayant abordé les terres péninsulaires par un territoire assez austère nommé le pays alonnan, les deux hommes s’étaient rapidement renseignés sur la marche à suivre pour pouvoir descendre plus au sud. En effet, le climat rude des terres nordiennes ne leur seyait guère et, étant tous les deux originaires de la région thaarie, ils aspiraient à vivre sous un climat plus clément. Alors, suivant les conseils des autochtones, ils s’étaient mis à descendre le long de la rivière Sirilya. La marche avait été longue le long de ce fleuve qui séparait les terres péninsulaires de leurs potentiels  envahisseurs voisins venus des sombres recoins de l’Aduram. A plusieurs reprises, la curiosité de Yenaël l’avait invité à aller faire un tour dans cette sombre forêt mystérieuse et autrefois habitée par les elfes. Mais ce voyage serait peut-être pour une autre fois. L’heure n’était pas aux risques supplémentaires mais bel et bien à la survie et à la recherche de terres plus accueillantes.

Une fois la ville d’Assar passée, Yenaël et Zaahrian changèrent de cap. Fin de la descente vers le sud. Une fois de plus, les rumeurs locales disaient que les conflits se faisaient nombreux dans les terres plus au sud. Certains hommes parlaient de révoltes en Etherna tandis que d’autres parlaient de guerre dans le Médian. Cela faisait longtemps que le jeune mage n’avait pas pris le temps de se poser devant une carte géographique mais il savait plus où moins de quoi parlaient les gens. Et les rumeurs étaient rarement fausses, surtout en ce bas monde. Les deux voyageurs prirent donc l’initiative de virer à l’ouest pour s’enfoncer un peu plus en péninsule.  Après tout, ils trouveraient peut-être un peu plus de paix et de sérénité en se rapprochant du cœur du royaume des humains.

Au cours du voyage, Yenaël avait pu voir nombre de choses auxquelles il n’était pas forcément habitué. Que ce soit des chevaliers en armures reluisantes qui se pavanent sur les routes ou encore des forteresses quasiment imprenables situées en plein milieu de nulle part. Le monde féodal tel qu’il était en péninsule n’était pas forcément en concordance avec ce qu’avait pu connaître le jeune homme jusqu’alors. S’il comprenait qu’on puisse faire la guerre pour défendre ses terres, son village ou encore sa famille ; le jeune homme avait bien plus de mal à comprendre que des hommes puissent prendre les armes afin d’aller combattre sur des terres éloignées simplement au bon vouloir de leurs seigneurs. Mais la péninsule était ainsi. Ici, Yenaël n’avait aucun engagement ni aucun serment. Il était un homme libre et comptait bien le rester.

Alors que le soleil avançait dans le ciel, les deux voyageurs décidèrent qu’une fois de plus ils devraient dormir à la belle étoile. Heureusement, le printemps commençait à arriver et le climat était moins surprenant et moins agressif. Yenaël était épuisé. Même si son corps s’était habitué ces derniers mois à marcher sans relâche, il n’en avait pas moins les membres endoloris après chaque journée passée sur les routes. Aussi, il demanda à son compagnon, Zaahrian, si celui-ci ne pourrait pas chercher un lieu où dormir. Le jeune homme s’assit sur le bord de la route en terre afin de se reposer quelques instants. Même si la nuit arrivait, l’assassin serait vite revenu avec quelques préconisations sur un lieu à l’abri des regards et au calme afin d’éviter tout dérangement, du moins c’est ce qu’il espérait …



La foret d'Heda, terres du Marquisat d'Odélian


La nuit tomba rapidement, mais point de Zaahrian à l’horizon. Yenaël qui avait pris le temps de se reposer et de méditer un petit peu sur le bord de la route se releva afin de scruter les alentours. Il cria même le nom de son ami en quête d’une réponse, mais rien ne vint … Soudain, le jeune mage vit quelque chose qui attira son attention. Juste au nord de sa position, un petit nuage de fumée semblait se dégager de la forêt. A vue d’œil, il se dit qu’il devait surement s’agir d’un petit feu de camp car la fumée dégagée était assez éparse. Même en scrutant avec attention, le jeune homme ne parvint à distinguer quoique ce soit de plus. Mais cela venait de la direction où s’était rendu Zaahrian.

Yenaël prit donc l’initiative de quitter sa position afin de partir à la recherche de son ami. Il s’avanca en direction de la forêt et l’atteint en quelques secondes à peine. Entre les arbres, il était plus difficile de ne pas perdre le cap et de toujours avancer dans la même direction. Cependant, le jeune homme avait pris l’habitude de se repérer en forêt après leur petites escapade en Anaëh, il ferait donc de son maximum pour ne pas se perdre. Arbre après arbre, ronce après ronce, Yenaël avançait. Les forêts péninsulaires étaient peut-être moins denses que ce qu’il se faisait chez les elfes, mais tout de même assez pénibles pour avancer. Il faut dire que comparé à la végétation que Yenaël avait pu connaître aux abords de Thaar, ça n’avait vraiment rien à voir …

Tout à coup, Yenaël entendit un bruit sur sa droite. Ne voyant rien, il se dit qu’il devait surement s’agir d’un animal qu’il avait effrayé. Il avança de quelques pas avant d’entendre un nouveau bruit et de sentir comme coup de vent derrière lui. Il n’en avait pas été sur la première fois mais cette fois c’était clair : quelqu’un l’observait. Comme à son habitude lorsqu’il se sentait en danger, le jeune mage se prépara à se défendre. Il ferma les yeux l’espace d’un instant pour se concentrer, ralenti sa respiration et se mit à faire tourner son anneau fétiche autour de son doigt. Lentement une flammèche se forma dans la paume de sa main gauche. Non seulement le feu pourrait l’aider à se défendre en cas de besoin, mais ça permettrait également d’éclairer les alentours. D’une voix assurée, le jeune homme invita l’inconnu qui l’observait à se démasquer.

- Qui que vous soyez, je vous invite à vous montrer ! Je ne suis pas ici pour vous faire du mal.

Yenaël ne voulait blesser personne. Aussi, il ferait attention à ne pas embraser la forêt avec sa magie. A moins que ce ne soit cet idiot de Zaahrian qui lui fasse une sombre boutade …  

Revenir en haut Aller en bas
T'sisra Do'ath
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 582
Âge : 117
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  117 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   Jeu 12 Oct 2017 - 23:22

Printemps, Arkuisa, sixième ennéade de Favriüs, an dix, onzième cycle.


- Qui que vous soyez, je vous invite à vous montrer ! Je ne suis pas ici pour vous faire du mal.

Un très léger râle mêlé aux bruissements de la forêt lui répondit. Puis des sons plus sourds, comme si l’on se traînait d’un pas lourd et lent, des branches qu’on écarte, un nouveau râle. Et à la lueur de la lune qui perçait le timide feuillage qui avait survécu à l’hiver, un homme apparu. Il avait l’attirail de cuir et la fourrure d’un voyageur, ainsi que l’armement d’un mercenaire.

- … Hhuis.. Tenta-t-il d’articuler à l’attention du mage, n’agitant que les doigts, puisqu’incapable de lever ses bras ballants.

Mais le pauvre hère ne pouvait exprimer quoique ce soit. La partie droite de visage avait comme été fondue ou liquéfiée, on lui voyait les os d'une partie du crâne et de la mâchoire, l’intérieur de la bouche, une langue aussi putréfiée que ses gencives. Et son mal descendait jusque sur sa gorge qui se déchirait un peu plus à chaque pas. Ses yeux étaient figés par la terreur et le désespoir, il se savait perdu. Chaque nouvelle tentative de parler se transformait en un gargouillis écœurant. La mort lui ouvrait déjà les bras, et il s’écroula, face contre terre, à quelques pas de l’élémentaliste.

Le silence s’installa à nouveau. Enfin… Le silence nocturne, celui qui est ponctué des bruissements des arbres, du sifflement du vent et des piaillements irréguliers des volatiles. Le silence assourdissant où le moindre de vos pas vous donne l’impression de se déplacer avec la grâce d’un kerkand coléreux.

Puis ce fût au tour d’une femme de se montrer, quittant le couvert protecteur des arbres. Elle portait une armure de cuir, renforcée à l’abdomen par des écailles d’acier, et était enveloppée dans une cape ornée d'une fourrure sombre et de plumes noires au niveau des épaules. La puysarde itinérante, qui pourrait presque passer pour un sang-mêlé tant ses tares physiques l’éloignaient de l’idéal de son peuple, arborait à sa ceinture une lame bien plus longue de la moyenne dans son fourreau.

- Je n’ai rien contre toi non plus, à condition que tu fasses disparaître cette flamme. Déclara-t-elle d’un ton plat.

La daedhel, sous couvert d’une attitude placide, était plus concentrée que jamais. Elle ne prenait pas les mages à légère, surtout s’ils devaient s’avérer être des adversaires. Pour peu que cela dégénère, les conséquences seraient rudes, et les dommages collatéraux certainement importants. D’autant que l’élémentaliste semblait vouloir jouer avec le feu en milieu forestier. T’sisra fit quelques pas lents mais assurés vers l’avant, laissant dans son sillage des herbes et des plantes dépéries.

- Et je te déconseille fortement de mettre le feu à quoique ce soit, ou ne serait-ce que de crier. Nous ne sommes pas seuls dans ces bois. Conclut-elle en s'arrêtant à moins d'une quinzaine de pas de son interlocuteur.


Dernière édition par T'sisra Do'ath le Lun 16 Oct 2017 - 10:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   Sam 14 Oct 2017 - 8:38



Cela faisait maintenant quelques temps que le jeune mage s’était habitué à arpenter les forêts du continent. Et il avait été forcé de constater que, globalement, les bruits qu’on croyait entendre dans ce genre de situations étaient souvent le fruit de notre imagination. Malheureusement pour lui, cette fois, une sorte de cadavre ambulant vint démentir ses paroles. Le souffle coupé, le jeune homme vit un homme au visage tuméfié et à moitié rongé s’avancer en sa direction. En tant que mage, une pensée sombre lui traversa l’esprit et il se demanda même s’il n’était pas victime d’une sorte de machination d’un mage de l’immatériel. Après tout, il savait qu’en Péninsule vivait nombre de vieux mages déchus, peut-être que cette forêt était la propriété de l’un d’eux ?

Mais Yenaël vit dans le regard du cadavre ambulant bien trop de choses pour que ce ne soit qu’une simple illusion. La peur de la mort, n’est-ce pas la seule vraie peur qui puisse animer le cœur des hommes ? Le jeune mage vit toute cette détresse, tout ce désespoir, tout ce … l’homme s’effondra. Qui pouvait bien être à l’origine d’une pareille monstruosité ? De ce qu’il avait pu voir dans la pénombre faiblement éclairée par sa flamme magique, on aurait dit que l’homme avait été brulé. Mais en même temps, ses chairs faisaient tuméfier et rongées comme par un poison un petit peu trop puissant. Le cadavre gisant là, devant lui, face contre terre, il ne pourrait analyser davantage dans l’immédiat. L’apparat de l’homme retint à nouveau son attention. Il sembla équipé pour le voyage. Si cette forêt était dangereuse pour les voyageurs … Et Zaahrian qui n’était toujours pas revenu … Ne souhaitant céder à la panique, Yenaël accentua sa concentration. A la moindre apparition suspecte, il serait prêt à bruler son assaillant.

Regardant autour de lui, scrutant avec attention, la concentration du jeune homme était à son paroxysme. Il ne souhaitait prendre ses jambes à son cou trop rapidement de peur d’être attaqué par derrière. Puis, presque trop calmement, une silhouette se dessina un peu plus loin. On aurait dit une forme humaine. Afin d’y voir plus clair, Yenaël canalisa un peu plus de magie dans sa paume afin de faire grandir la flamme qui lui permettait d’éclairer les alentours. Puis, la silhouette s’exprima d’une voix qu’il devina féminine. Yenaël ne réfléchit pas une seule seconde, il appliqua l’injonction qui lui était faite. Il coupa tout flux de magie et la flamme disparu. Pendant le peu de temps où il avait pu discerner les traits de son interlocutrice, il lui avait semblé qu’elle n’était pas humaine. Pourtant, sa taille n’avait rien de celle d’une elfe …

Elle se rapprocha de lui. Tétanisé mais pas pour autant pétrifié par la peur, le jeune homme ne fit rien. Si cette inconnue tentait quelque chose, il serait prêt à se défendre. Mais son instinct lui disait que ce n’était pas elle qui avait infligé les sévices à l’homme qu’il avait vu mourir quelques instants plus tôt. Elle reprit la parole. Cette fois, le jeune mage ne put s’empêcher de lui répondre.

- En effet, nous ne sommes pas seuls. Mon compagnon de voyage est dans ces bois, il nous cherchait un abri pour la nuit et je ne l’ai pas vu revenir.

Yenaël parlait sur un ton calme. Après tout, l’inconnu venait de le prévenir d’être discret. Mais c’était peut-être aussi pour mieux l’assassiner et le dépouiller. Quoique, elle risquait d’être déçue vu le peu de fortune qu’avait l’aventurier sur lui. Voyant que l’inconnue s’était arrêtée en face de lui, le jeune homme prit l’initiative de faire avancer les choses.

- Je m’appelle Yenaël. Que fais-tu ici à errer dans les bois à une heure aussi tardive ? Et … Qui est cet homme ?

Il voulut tourner la tête l’espace d’un instant pour chercher le cadavre du regard. Mais il ne vit rien. Etait-ce l’obscurité de ces bois qui obscurcissait sa vision ? Ou un étau potentiellement fatal était-il en train de se resserrer autour de lui ?

Revenir en haut Aller en bas
T'sisra Do'ath
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 582
Âge : 117
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  117 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   Sam 14 Oct 2017 - 19:52

Printemps, Arkuisa, sixième ennéade de Favriüs, an dix, onzième cycle.


- En effet, nous ne sommes pas seuls. Mon compagnon de voyage est dans ces bois, il nous cherchait un abri pour la nuit et je ne l’ai pas vu revenir.

T’sisra resta plantée là où elle était à l’annonce que le mage venait de faire. Elle ne distinguait personne d’autre dans les alentours, ni même un battement de cœur étranger.  Elle n’avait pas non plus vu qui que ce soit venir jusqu’ici à part l’élémentaliste. Ce fameux compagnon pouvait tout aussi bien être loin, qu’aux mains des brigands ou même déjà mort.

- Je m’appelle Yenaël. Que fais-tu ici à errer dans les bois à une heure aussi tardive ? Et … Qui est cet homme ? Demanda-t-il en cherchant des yeux le macchabée qui se liquéfiait dans la pénombre.

Elle qui d’ordinaire se cantonnait au vouvoiement, s’était laissée aller à tutoyer son interlocuteur en espérant que ses paroles aient plus poids. Et cela avait fonctionné, sans plus de lumière pour l’éclairer elle se décida à s’avancer encore un peu.

- Cet homme est avec les autres, ceux du camp. Il patrouillait aux alentours pour prévenir du danger je suppose. Ils se sont arrêtés dans une chaumière il y a quelques jours, à l’orée de la forêt, plus à l’Ouest. Commença-t-elle par expliquer, toujours sur ton modulé et plat. Ils ont saigné le berger comme on le ferait avec un porc. Ils ont pendu son jeune fils par les pieds et l’ont roué de coups jusqu’à la fin, ajouta-t-elle avec une pointe de mépris, et enfin ils ont violé la mère.

Les souvenirs remontaient à mesure de son explication, et chacun d’eux lui serrait un peu plus le cœur. La région avait été le théâtre de rébellions et batailles, les brigands proliféraient en ces temps, à l’écart des conflits, profitant de l’occasion pour truander d’honnêtes gens. T’sisra avait creusé elle-même les tombes de la famille, juste derrière la chaumière. La daedhel savait le respect que les hommes accordent aux morts, et s’était pliée à leurs coutumes.

- Cet homme, reprit-elle en désignant l’endroit où se trouvait ce qu’il restait du cadavre, et ses comparses, ont laissé la veuve du berger pour morte. J’ai bien voulu l’aider, mais voyez-vous, lorsque vous avez perdu votre mari, votre fils et votre dignité, il ne vous reste plus grands choses auxquelles s’accrocher pour survivre à vos blessures. Elle m’a supplié d’abréger ses souffrances et a réclamé justice. Conclut-elle en approchant un peu plus. C’est ce que je fais, ici dans ces bois à une heure aussi tardive, pour reprendre vos mots. Et comme ces hommes ne respectent rien ni personne, ils ont aussi traqué et acculé un « estoniel » (elle avait prononcé ce mot elfique avec un accent à couper au couteau), cette espèce quasiment éteinte de gros chats cornus au pelage blanc.

T’sisra désigna la direction de leur campement. Non qu’elle voyait au travers des arbres et la nuit, mais elle se fiait à son odorat. La légère brise nocturne colportait avec elle l’odeur de la fumée. Leur camp ne devait être qu’à une vingtaine de mètres, peut-être trente tout au plus.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   Mar 17 Oct 2017 - 10:24


Yenaël, bien que sur les routes depuis de nombreux mois désormais, n’oubliait jamais d’où il venait ni qui il était et comment il en était arrivé là. C’était un jeune homme qui avait grandi sur une terre multiculturelle, dans un lieu hautement exposé au public. Son père adoptif et lui avaient tenu une auberge estréventine pendant de nombreuses années. Et force était de constater que, malgré la multi culturalité du lieu, les individus de même race avaient facilement tendance à se serrer les coudes entre eux. L’obscurité avait repris le dessus depuis que le jeune mage avait éteint sa flamme à la demande de l’inconnue avec qui il conversait. Et une pensée majeure lui occupait l’esprit « Mais qu’est-elle ? ». Elle n’était pas humaine, elle ne semblait pas elfe non plus, n’ayant pas le gabarit du peuple des forêts. Etait-ce une hybride comme Zaahrian ? Ou alors … Non. C’était impossible. Yenaël avait déjà croisé de multiples drows au cours de sa vie et aucun n’avait un grain de peau aussi pâle. Quoiqu’il en soit, la question demeurait dans son esprit.

L’inconnue lui expliqua la situation avec un accent tout aussi mystérieux. Son explication sembla plausible et empreinte de vérité mais … Comment la croire ? Après tout, cette étrange aventurière lui demandait presque de l’aider à mener sa vendetta contre d’autres hommes alors qu’il ne savait même pas ce qu’elle était. Au cours de sa vie, Yenaël avait souvent pris l’habitude d’écouter son cœur et de suivre son instinct. Mais même si le chemin qu’empruntait cette inconnue lui semblait pavé de bonnes intentions, il ne put s’empêcher de lui faire partager son doute.

- Je … Je comprends ce que tu fais. Et d’ailleurs, peut-être serais-je en mesure de t’apporter mon aide ? Mais je ne peux te proposer ça sans contrepartie.

Le jeune homme s’arrêta de parler un instant pour ordonner ses pensées et préparer la suite de ses paroles. Même si l’aventurière qu’il venait de rencontrer semblait franche, il ne pouvait lui accorder sa confiance sur quelques paroles.

- En fait, je ne sais même pas ton nom. C’est … gênant, tu ne trouves pas ? Je sais me servir des éléments pour blesser mes assaillants. Je pourrais t’aider, mais je veux que tu m’aides ensuite à retrouver mon compagnon de route.


En toutes circonstances, Zaahrian ne sortait jamais de l’esprit de Yenaël. Si cette jeune femme avait réussi à pister les mercenaires jusque dans la forêt pour les traquer, elle pourrait assurément l’aider à retrouver son compagnon assassin.  Presque un peu trop rapidement, le jeune mage laissa transparaitre son envie d’aider cette inconnue. Le voyage des deux estréventins était devenu bien trop inintéressant depuis qu’ils étaient arrivés en Péninsule, il avait envie d’action. Pour détendre l’atmosphère, Yen essaya d’ironiser sur la situation de l’estoniel.

- Un estoniel, dis-tu ? De par chez moi on parle plus souvent de Leominis voire même de Leo. Je ne suis pas sûr d’en avoir déjà vu … Et, que comptes-tu en faire ? Le domestiquer pour t’en faire une monture ?

Yenaël sourit. Il savait que ce qu’il disait était stupide. Mais peu importe. Il aimait évoluer dans une atmosphère positive et il trouvait l’ambiance dans cette forêt beaucoup trop oppressante.

Revenir en haut Aller en bas
T'sisra Do'ath
Gwocoeur
Gwocoeur
avatar

Nombre de messages : 582
Âge : 117
Date d'inscription : 13/08/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  117 ans - Taille : 171 cm
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   Mer 18 Oct 2017 - 0:29

Printemps, Arkuisa, sixième ennéade de Favriüs, an dix, onzième cycle.


Comme pour toute rencontre fortuite dans un lieu peu avenant, d’autant plus de nuit et encore plus pour ceux qui étaient habitués à ne vivre que le jour, le mage n’était pas totalement en confiance. Et on ne pouvait lui jeter la pierre, après tout, à sa place à lui, T’sisra se méfierait d’elle aussi.

- Je … Je comprends ce que tu fais. Et d’ailleurs, peut-être serais-je en mesure de t’apporter mon aide ? Mais je ne peux te proposer ça sans contrepartie.

La daedhel arquait un sourcil, sans quitter des yeux son interlocuteur. Elle ne s’attendait pas à un marchandage dans pareille situation. Mais soit, elle écouterait sans dire mot.

- En fait, je ne sais même pas ton nom. C’est … gênant, tu ne trouves pas ? Je sais me servir des éléments pour blesser mes assaillants. Je pourrais t’aider, mais je veux que tu m’aides ensuite à retrouver mon compagnon de route.

La noiraude se fendit d’un sourire, suivi d’un très léger rire. L’arcaniste était bel et bien perdu, au milieu de ces bois retords qui bordaient les tourbières de la Malelande et les plaines odélianaises. Elle espérait simplement que rien de fâcheux ne soit arrivé à son compagnon, ou qu’il ne se soit enfoncé trop loin en pleine forêt.

- Je m’appelle T’sisra Do’ath, répondit-elle simplement en inclinant légèrement la tête en guise de salut, pardonnez la gêne occasionnée Yenaël. Je n’attends rien de vous et si vous souhaitez de l’aide pour retrouver votre ami, j’espère pouvoir vous l’apporter.

Évidemment, elle n’allait pas abandonner quelqu’un en forêt qui cherchait son chemin. Mais voilà qu’il s’intéressait déjà  au leominis qu’elle avait mentionné quelques instants auparavant.

- Je ne compte certainement pas le domestiquer, mais je ne le laisserai pas terminer en tapis de fourrure. Ce sont des créatures rares, leur espèce a décliné au fil des siècles de chasses intensives, personne ne devrait encore aller braconner ces animaux.

À ce sujet, elle ne démordrait pas. Les leominis n’étaient plus très nombreux à pouvoir fièrement représenter leur race. Rien que les savoir toujours traqués et chassés pour leur fourrure, qui serait vendue à prix d’or aux bourgeois et nobliaux, il y avait de quoi fendre le cœur. Finir en un vulgaire tapis ou un simple atour d’habits, triste fin pour ces majestueux félins.

- En revanche, reprit-elle dans la foulée, j’entends bien que vous puissiez blesser vos adversaires grâce à vos sortilèges d’élémentaliste, mais sachez que je ne suis pas ici pour blesser qui que soit. Non, aucun de ces brigands à la main trop lourde ne sortira vivant de ces bois. Conclut-elle d’un ton tout aussi plat que depuis le début. Vous savez à quoi vous attendre, si vous voulez vous battre, vous êtes le bienvenu. Dans le cas contraire, attendez-moi ici.

Et sur ces mots, elle prit la direction du camp, avançant à pas de loups, la main sur la garde d’une épée qui pouvait se targuer de n’avoir aucune jumelle en ce bas monde.
Les malandrins s’étaient établis au centre d’une petite clairière, à tout plus une trentaine de mètres de là où elle avait rencontré le mage itinérant. Les arbustes en nombre aux alentours protégeaient fort bien des brises froides et le sol parsemé d’herbes vertes semblait assez confortable.
Les bougres étaient en nombres, on pouvait en compter une douzaine. Cependant,  six d’entre eux dormaient à poings fermés, emmitouflés dans des peaux qui garantissaient une bonne protection contre l’air frais. Autour du feu, cinq autres discutaient à voix basse et ils avaient l’air fatigués. Certainement la fin de leur tour de garde. Et le dernier, un peu plus à l’écart, s’éloigna encore plus en avisant ses comparses qu’il allait soulager sa vessie.
Mais ce qui intéressait le plus la noirelfe se trouvait à quelques pas du feu. Un leominis blessé et saucissonné de cordes et de sangles de cuir, que ce soit le museau ou les pattes, gisant flanc contre le sol. Et à ses cotés, dans une cage d'acier facilement transportable, étaient emprisonnés ses deux petits. Leur mère semblait mal en point, elle respirait avec difficulté et son pelage blanc et était devenu écarlate au niveau de côtes.

Profitant toujours du confort de la pénombre, T’sisra observait les uns et les autres. L’homme parti faire pleurer le colosse un peu plus loin lui semblait être une cible idéale pour ouvrir le bal des hostilités. Avant de prendre une quelconque initiative, la daedhel jeta un œil derrière elle.
Revenir en haut Aller en bas
Yenaël
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 170
Âge : 22
Date d'inscription : 17/05/2016

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   Ven 3 Nov 2017 - 10:57



L’attitude de l’inconnue était pour le moins inattendue. Elle semblait respectueuse de tout un tas de principes que Yenaël ignorait. Quoiqu’il en soit, le jeune homme ne voyait que des bonnes intentions sur les chemins qu’elle semblait vouloir emprunter. A la demande insistante du jeune homme, elle lui donna son nom. Un nom bien sombre qui confirmait les pensées du mage ; il était bel et bien en train de converser avec une noirelfe. Mais peu importe, ce n’était pas vraiment dans ses habitudes de revoir la manière qu’il avait d’interagir avec les autres en fonction de leurs origines. Alors s’il sentait que les intentions de la jeune drow étaient bonnes, il n’hésiterait pas un seul instant à la suivre.

La défense de la cause animale. Le bien-être et la survie dans de bonnes conditions de toutes les espèces … Des sujets bien peu évoqués de par les contrées miradelphiennes mais pourtant chers au cœur de Yenaël. Certains animaux étaient si rares, si majestueux et si nobles … Comment les hommes ou n’importe quelle autre race développée pouvait elle envisager ne serait-ce qu’une seconde d’attenter à la vie d’une autre espèce plus fragile qu’elle ? Et sous quel motif ? Pour se nourrir ? Si encore c’était le cas … Pour l’argent ? Voilà une motivation encore plus vile et moins défendable. En admettant que la première l’ait été … Quoiqu’il en soit, T’sisra avait raison. Les leominis étaient une espèce rarissime et honteusement menacée par les hommes. Si tant est que l’on considère des braconniers assez dignes pour être des hommes. Mais sa réaction à elle n’était-elle pas démesurée pour autant ? Tuer autant de gens. Autant d’êtres de la même espèce que lui ... N’était-ce pas un peu brutal ?

Yenaël ne savait que faire. Pour en avoir le cœur net, il devait voir la scène de ses propres yeux et se faire sa propre opinion de la situation. Sans plus réfléchir, et en gardant son silence face au diverses avertissement de la drow, il lui emboita le pas. De toute manière, il avait compris que quoiqu’il arrive, qu’il la suive ou non, elle partirait pour accomplir ce qu’elle estimait être son devoir. Le jeune mage fit en sorte d’être le plus discret possible. Il savait que s’ils voulaient avoir une chance, lui et sa camarade d’un soir devraient se fondre dans les ombres. Ce qu’il vit en arrivant au sommet d’un talus ne fit que confirmer ses pensées. A première vue, les braconniers étaient une bonne dizaine. Ils semblaient bien organisés, avec un système de tours de garde. Il s’agissait surement de mercenaires habitués des batailles et des grands voyages. Puis le jeune mage vit l’animal évoqué par la noirelfe quelques minutes plus tôt. Un somptueux leominis adulte était là. Harnaché et ensanglanté … Puis, quelque chose d’autre attira soudainement la vision du jeune homme. Dans une cage légèrement à l’écart étaient emprisonnés deux petites boules de poils blanches. Deux petits leominis !

Le sang de Yenaël ne fit qu’un tour, cette fois c’était décidé, il fallait faire quelque chose. Quelle scène horrible, comment aucun de ces brigands ne pouvait réagir face à tant de cruauté ? Leurs cœurs étaient-ils exempt à ce point de toute compassion ? Peu importe, s’ils avaient voulu réagir, ils auraient dû le faire avant. Le jeune mage vit que T’sisra se dirigeait inexorablement vers les mercenaires. Elle semblait vouloir s’attaquer à ceux qui étaient le plus loin du camp, certainement pour les éliminer silencieusement. Alors qu’il allait à son tour se choisir une cible, le jeune homme vit qu’elle se tournait vers lui. Il lui fit un signe de tête afin de lui montrer qu’il était avec elle. Ni l’un ni l’autre ne connaissaient leurs aptitudes de combat respectives. Mais peu importe, elle semblait sure d’elle, Yenaël savait ce qu’il valait.

Alors qu’il essayait de contourner le campement par la gauche, le jeune mage commençait à se concentrer. Il allait devoir utiliser sa magie. Cette magie qu’il perfectionnait depuis des années et qu’il avait, depuis quelques mois, de multiples occasions pour s’en servir. Passant d’une théorie intense à une pratique nécessaire, Yenaël ne pouvait que progresser à une vitesse importante. S’il s’était contenté d’utiliser son feu lors de ses précédentes confrontations à des évènements hostiles ; il s’entrainait depuis quelques semaines à une transformation de son élément primordial. Passionné depuis de nombreuses années par le feu sous tous ses aspects, il avait longtemps cherché comment l’utiliser d’une manière aussi ravageuse que somptueuse. Il avait essayé de faire chauffer des matériaux de son environnement, sans grand succès. Il voyageait beaucoup et il était difficile pour lui de trouver des éléments similaires et ayant des propriétés semblables de partout dans le monde. Il avait également essayé de faire passer son feu à travers des armes. Mais la pratique était difficile et il s’était blessé plus d’une fois en essayant de faire chauffer la lame de sa dague. De plus, cela l’exposait dans un combat rapproché où il n’était pas forcément très à l’aise. Yenaël en était donc arrivé à la conclusion suivante : il devait mélanger un élément directement avec son feu lors de sa génération. Cela limiterait le problème de dépendance à son environnement et aussi celui de l’exposition au corps à corps. Après plusieurs essais avec l’eau, le jeune homme compris qu’il ne maîtrisait pas assez l’élément pour s’en servir en combat. Vient donc l’essai avec la terre, un autre élément qu’il maîtrisait bien après le feu. S’il avait essayé de générer d’abord une masse argileuse et de l’enflammer, il s’était rapidement rendu compte que le résultat n’avait rien d’exceptionnel et ne présentait que peu d’intérêt. C’était après des semaines d’essais qu’il était parvenu à faire quelque chose de nouveau et de bien plus intéressant : générer et doser le mélange entre la terre et le feu directement à l’intérieur de son corps. Afin que lorsque la matière soit générée, elle soit d’ores et déjà dans son état définitif. Après de multiples tentatives, le jeune homme arriva enfin à un résultat qui lui convenait. Il arrivait à générer de petites goutes de pierre en fusion. Facilement maniables, peu couteuses en énergie mais pourtant potentiellement terriblement destructrice : Leur principal avantage par rapport au feu primordial étant qu’elles ne nécessitaient pas une alimentation en flux magique permanent au risque de disparaître. La pierre étant générée de manière définitive et son aspect modifié par la chaleur des flammes.

Lors de cet assaut, Yenaël voulait mettre à profit son entraînement de ces dernières semaines. Il commença donc à se préparer, au fur et à mesure qu’il s’approchait vers le campement, à générer tout un tas de petites sphères de flammes liquides. Progressivement, une première se forma dans la paume de sa main droite. Elle flottait péniblement avant d’être rejoint par une deuxième. Elles se mirent à tournoyer progressivement et lentement comme si elles cherchaient à se rattraper l’une et l’autre, flottant à quelques centimètres au-dessus de la paume du jeune mage. Pour continuer à rester concentré, Yenaël riva son regard vers sa bague fétiche dont le diamant venait de virer vers une couleur d’un rouge sombre et profond. Un rouge à la limite du noir, une couleur forte, sombre et annonçant un carnage un peu trop imminent. Alors qu’il s’efforçait de générer d’autres billes liquides meurtrières, le jeune homme s’adossa à un arbre. L’effort lui faisait légèrement tourner la tête car il devait générer beaucoup de matière rapidement et à partir de peu de choses. Mais il ne voulait surtout pas que la faible lumière ocre générée par ses créations ne le trahisse. Alors qu’il continuait à générer toujours un peu plus de feu liquide, le jeune homme prononça du bout des lèvres, comme s’il allait être entendu, ces quelques mots.

- J’attends ton signal.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: D'aventures en aventures ... [PV T'si]   

Revenir en haut Aller en bas
 
D'aventures en aventures ... [PV T'si]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Les aventures de Tom Bombadil
» Les aventures de Lena & Fee
» Étranges aventures dans un bain [Rafa'][Un obscur jour de 1622]
» Les aventures de Petit Lys et Petite Pensée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Marquisat d'Odélian :: Marquisat d'Odélian-
Sauter vers: