Partagez | 
 

 La traversée [Néo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 624
Âge : 23
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: La traversée [Néo]   Ven 13 Oct 2017 - 13:20


Il avait tout essayé, en vain. A chaque fois qu’il s’élançait au devant de son adversaire, il chutait violemment, face contre terre. Toutes ses tentatives se soldaient par un échec cuisant et humiliant. Pourtant, il remontait, fier et droit sur son destrier. Il changeait quelque peut la position de sa lance, relevait sa posture, mais rien de tout cela n’empêchait Vincente Manolesti de le désarçonner. Quand enfin, Glenn accepta sa défaite, il dut subir les insultes et moqueries de la foule. L’acre, qu’ils l’appelaient, en référence au ton ocre de son armure. C’était à ce moment là qu’il se mettait à crier, à hurler de toutes ses forces pour couvrir le vacarme ambiant. Mais aucun son ne sortait de sa bouche. Alors, comme à chaque fois, il sortait son épée de son fourreau. Il la brandit fièrement, en geste de défi face à l’assistance, face à Aetius d’Ivrey. Mais la lame était molle, fondue… Il chercha ses hommes du regard, ses fiers centaures, ceux qui avaient juré de la suivre jusqu’au bout du monde. Il chercha mais ne vit personne. Il était seul.

Glenn se réveilla en sursaut. Il avait chaud, très chaud, et la désagréable sensation d’être dans un bain. Pour cause, son torse luisant dégoulinait de sueur. Tout en se frottant machinalement les yeux, il se leva de son lit, banquette sommaire coincée entre une petite table et une malle. L’espace était réduit, mais au moins il était seul. Il attrapa un léger morceau de tissu et se sécha, comme on pouvait le faire en sortant d’un bain justement. Encore ce cauchemar. Moi qui pensais avoir vaincu mes démons dans l’autre monde… Il faut que je quitte cette pièce, l’air frais me fera du bien. Dans le mince couloir, les chevaliers veillaient. Ils étaient deux à monter la garde devant sa chambre en permanence. Au moins en mer, au beau milieu de l’Olienne, ils n’avaient pas à porter leur lourde armure et se munissaient seulement de leur glaive. Glenn les salua :

- Allez vous reposer messieurs, j’ai besoin d’être un peu seul. Je viendrai vous trouver. »

Simplement vêtu d’une tunique en lin et de braies courtes, le Roi de Naelis s’aventura sur le pont. Minuit était passé et ses yeux mirent un peu de temps à s’habituer à l’obscurité. Le temps pour lui de trouver un petit espace, sur le côté du navire, relativement discret. La fraîcheur du vent agressait ses joues et ses pieds nues, sans pour autant le faire vaciller. Il regardait avec fierté son navire fendre la mer et avancer, sur ce bruit si caractéristique de glissement, léger tintement sur l’eau. Malgré l’obscurité, il pouvait voir ses autres navires au loin, trahis par les quelques torches qui en illuminaient le pont. L’accomplissement de tant d’années de règne. Enfin, Naelis a les moyens de ses ambitions. En Olienne, le Royaume de Naelis venait de mobiliser la flotte puis puissante. Ce sont les accords secrets avec l’armateur Faeron Savarius qui permirent cela. Qui s’en souciait ? Peu de gens, pour ne pas dire personne parmi les puissants. Cette méconnaissance, cette insouciance, ce mépris, pourra coûter très cher à l’un d’entre eux. S’il le voulait, Glenn pouvait très bien lancer un raid sur Laréor. Cette petite bourgade Scyléenne dont il avait juré de se venger. La possibilité de le faire le préoccupait encore. Mais il avait déjà pris sa décision. Scylla n’était pas sa cible. De plus, il ne pouvait défier le « Roi » de la péninsule ainsi, alors que le nord rassemblait son armée pour reprendre les territoires des frondeurs de la Ligue. Néanmoins, Laréor le hantait et il n’avait certainement pas dit son dernier mot.

Tandis qu’il regardait au loin, appuyé contre la rambarde, il sentit une présence dans son dos. Glenn se retourna et vu qu’il s’agissait de Néo, le chef des aegypius, la compagnie de mercenaires dont il avait loué les services. Je ne saurai dire pourquoi, mais cet homme m’inspire confiance. Son regard, c’est son regard.

- Le calme avant la tempête… Difficile de dormir, on se les ressassent toutes. Dites moi, Néo, quelle était votre bataille la plus terrible, celle que vous n’oublierez jamais ? (Il marqua une courte pause avant de répondre à sa propre question) Pour moi, c’est Alonna. J’étais encore mercenaire à cette époque. On nous a demandé de tenir une position des plus exposées. Un véritable massacre. »

Soixante-dix huit de ses frères d’armes trouvèrent la mort ce jour là, dont Adin, son chef et ami. Glenn ne dut son salut qu’à l’arrivée inopiné des légions noires sur son flanc. Couvert de sang, il protégea Mérissa comme il le put et la ramena seul en arrière du front. Le visage du Roi de Naelis se rembrunit. C’était un souvenir douloureux.

- Quelle place accorder à Othar dans tout ça ? J’ai souvent évoqué son nom avant un combat, pour me donner du courage, par mimétisme où je ne sais quoi. Mais une fois l’arme à la main, la première goutte de sang versée… J’oubliais son existence. »
Revenir en haut Aller en bas
Neo de Cléruzac
Humain
avatar

Nombre de messages : 189
Âge : 27
Date d'inscription : 21/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Sam 14 Oct 2017 - 11:14

‹‹‹ Autel d'Othar
Quand revient le vent d'autan ›››




XIe Cycle • An 10 • Favriüs de Printemps

Neo avait longtemps attendu cette traversée. Bien sûr à l'instar de celle qui l'avait mené de Thaar à Naelis, il avait extirpé à force de vomissements plus que ses tripes dans ces eaux bougonnes. On lui avait recommandé de manger, le plus possible car malgré les idées reçues c'était avec un ventre bien plein que l'estomac pouvait vaincre les soubresauts du vaisseau, les sautes d'humeurs de ces vagues virulentes qui assiégeaient l'embarcation. Au bout de deux jours déjà, son ventre constamment plâtré de boustifaille résistait un peu plus aux relents et ses mesquineries acides ; certains parmi ses frères n'avaient pas voulu accepter la technique des repas copieux et ils vomissaient encore leur bile, du moins ce qu'il restait. Neo quant à lui heureux de pouvoir bouger sans être prit de malaise, commençait à sortir se balader sur le pont afin de dégourdir ses jambes, peut-être croiser quelques têtes connues ou pas.

Ce fut la tête du Roi de Naelis, Glenn Hereon, ou du moins son dos qu'il reconnu malgré la sobriété de son accoutrement. Il était là appuyé contre le bastingage et ses yeux devaient sans doute se perdre dans l'immensité de la mer qui s'étendait à perte de vue. On y voyait seulement et timidement les autres bateaux Naelisiens qui parfois pointaient par-ci par-là leur bout de proue ou de poupe.

Neo appréciait cet homme quoiqu'il ne comprit pas pourquoi ce désir d'aller là où ils se rendaient. Bien sûr il comprendrait assez vite ce qu'il y avait poussé et puis ce n'était après tout pas son problème tant que guerre il y avait. L'entrainement de ses hommes avait été une partie de plaisir ; si eux avaient beaucoup apprit et étaient devenus des Aigles respectables, les Aegypius avaient eu le sentiment d'appartenir à un engrenage des plus complexes. Maintenant ils iraient en guerre comme cela leur avait été promit : et le goût de sang qu'ils avaient en bouche de plus en plus prenait les saveurs du fer qui bientôt tinterait de plus belle.

Le Roi s'était retourné avant que Neo ne s'étende d'avantage dans ses pensées florissantes maintenant que son cerveau avait l'opportunité de se focaliser sur autre chose que la stabilité de son bide. Alors vint une question des plus intéressantes, suivie de près par la réponse de son instigateur. Ce n'était pas une question rhétorique, seulement Glenn qui devait se poser cette question en profitait sans doute pour en avoir d'autres versions.

Neo se sentit de suite à l'aise, car avant d'être souverain cet homme était un homme d'arme, un guerrier, un mercenaire, peu importe le mot employé les cicatrices étaient ma foi beaucoup plus parlantes que les titres. C'était le passé qui avait forgé l'homme, peut-être même l'inverse.

Roi Hereon...

Un petit hochement de tête fit office de salutation. Ils se connaissaient déjà un peu, voilà une occasion de plus afin d'approfondir leur relation. Et qui sait s'ils ne rendaient pas l'âme pendant la guerre, peut-être deviendraient-ils amis ?

Celle qui fit remonter en moi tous ces viles démons, fût certainement celle, mentale, qui m'assaillit​ une grande partie de ma jeunesse. Je prechais la paix aux côtes de la Dame-Dieu, lorsque mon père insulta tout ce pour quoi je vivais... Je le tuais.

Son regard se perdit momentanément au large. Il avait ouvert son sac révélant son passé comme s'il s'agissait d'une humeur comme une autre. Cela ne lui ressemblait pas.

J'en ai conclu ensuite très cher, que ce n'était pas la plus mémorable. Ni la pire. La bataille la plus terrible... Est celle du quotidien. Savez-vous donc que Othar n'est pas seulement Dieu de Guerre, mais de Persévérance ? Ainsi dit je me tournais vers lui pour le pardon.

Ce n'est... Qu'un dieu comme un autre... Une tradition pour certains. D'aucuns l'oublient au combat, c'est pourtant lui qui veille sur leurs sorts. Et qui décide. Oui... Mais comment savoir si vous êtes le plus... Juste ? Ou le plus méritant ? Il faut avouer que lorsque le combat fait rage, moi, adepte de son enseignement ne me le représente pas des heures durant... Seule sa force m'est insufflée sous forme de colère.


Il en avait encore beaucoup à dire sur Othar si toutefois Glenn était intéressé. Dans la mesure du possible il répondrait à toutes ses questions comme il avait répondu à quelques légionnaires qui avaient voulu s'entretenir avec lui.

Qu'est-ce qui vous emmena sur le trône d'un royaume estréventin, vous, jadis guerrier nordique ?


Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 624
Âge : 23
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Sam 14 Oct 2017 - 15:53


Si Glenn s’attendait à entendre le nom d’une bataille épique, à l’instar de celle d’Alonna qu’il venait de citer, il ne s’étonna pas à ce que le souvenir le plus obsédant du mercenaire soit celui d’un combat singulier. Néanmoins, il fut quand même surpris par la réponse de Néo. Ce dernier venait de lui livrer une part sombre de son histoire, celle du meurtre de son père. Un parricide ? Un tel acte ne peut s’oublier, il m’a répondu avec franchise.

- Le quotidien dites vous ? Oui c’est aussi ce que je pensais, quand je parcourais les routes, comme vous. La vie est un combat, c’est vraie. Mais nous devons apprécier les moments de paix, comme cette journée qui s’achève. Même si votre estomac vous dira le contraire… »

Le Roi de Naelis considérait que chacun était maître de son destin. Néanmoins, une fois les dès jetés, il n’avait rien à faire, sauf attendre patiemment les résultats. Dans cette traversée, le Roi de Naelis n’avait aucun rôle à jouer. Ceux qui combattent aujourd’hui ce sont les marins, les quartiers maître, les capitaines et l’amiral Kennet.

- Vous associez votre colère à un don d’Othar ? Mais ne peut-il pas se manifester autrement ? J’ai vu des prêtres d’autres cultes user de pouvoirs surprenants. Les adeptes de Nééra soignent les plaies, ceux d’Arcamenel manipulent les esprits… En tant que prêtre d’Othar, quel est votre pouvoir ? »

La magie l’avait toujours à la fois terrifié et fasciné. Il avait toujours cherché à s’en prémunir et veillait à toujours s’entourer des mages de l’ombre qui le servaient. Néo lui posa alors une question plus personnelle, lui demandant comment un guerrier du nord s’est retrouvé affublé d’une couronne. Glenn ne put s’empêcher de lâcher un petit rire amical. Je crois que c’est la première fois qu’on me pose cette question. Soit les gens connaissent mon histoire, soit ils ne voient pas plus loin que mon rang.

- Ahah, c’est une bonne question et je vais te répondre (Glenn passa naturellement au tutoiement avec son interlocuteur, se voulant plus amical). Mais je te préviens, c’est une longue histoire. Si j’en suis là aujourd’hui, c’est que par trois fois, j’ai failli. Par trois fois, j’ai perdu tout ce qui comptait pour moi, ce qui m’était cher et ce pourquoi je me battais. La première fois j’étais soldat, au service du Baron d’Oësgard. Je ne me battais pas pour lui, mais pour ma famille, mon village. J’ai versé le sang, mais je n’ai pu que me sauver moi même. Alors, j’ai déserté et je suis devenu mercenaire. Là j’ai rencontré un homme formidable, c’était mon chef mais surtout un ami proche. Oui tu as deviné, c’est à Alonna où je l’ai perdu. J’ai fui de nouveau, cette fois à Serramire où je suis entré au service du Duc, Merwyn Séraphin. J’avais beaucoup de respect pour ce noble car il était juste. J’avais gagné sa confiance et il m’éleva au rang d’officier, comme commandant de sa garde rapproché. Là encore j’ai failli : Serramire tomba face au lys d’or. La mise sous tutelle du Duché causa de nombreux orphelins, les loyalistes envers les Séraphins furent écartés ou emprisonnés. Ne sachant pour qui se battre, ils me choisirent pour chefs. Depuis, j’ai décidé de me battre non plus pour les autres, mais pour moi. Et je suis arrivé en Itrhi’Vaan, à Naelis, une cité pauvre rongée par le crime. Cette couronne, on ne me l’a pas donné, je l’ai prise, par le sang, le sang noir des engeances du Puy.  Finalement, je suis un bon serviteur d’Othar, tu ne trouves pas ? »
Revenir en haut Aller en bas
Neo de Cléruzac
Humain
avatar

Nombre de messages : 189
Âge : 27
Date d'inscription : 21/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Dim 15 Oct 2017 - 11:51





Heureux de pouvoir échanger avec Hereon, le Damaki – qui s'était un jour promis de laver ce nom – expliqua un peu plus en détail les retors souvenirs liés à sa jeunesse. Il raconta comment, jeune néerite il avait quitté sa famille de paysans pour se lancer corps et âme dans l'enseignement de la Dame-Dieu. Il lui raconta comment un jour, de visite chez lui, il apprit que son père avait violé sa sœur ; comment sous une colère monstrueuse il avait tué ce père infâme, défigurant à tout jamais ce visage à l'instar de ses croyances encore fragiles. Il en était resté là mais se ferait par la suite un plaisir d'approfondir la progression d'une vie, si toutefois le Roi de Naelis était réellement intéressé. Bien sûr s'ils continuaient de parler du Culte, il faudrait bien raconter comment un jeune prêchant amour et paix s'était vite transformé en bête de guerre.

Pour l'instant il répondit aux interrogations de son interlocuteur. Les deux hommes s'étaient assis dos contre le bastingage et leurs regards si parfois se croisaient ils suivaient également et distraitement les mouvements de l'équipage.

Hélas je ne suis ni moine ni prêtre, ni moi ni mes Frères d'ailleurs. Nous sommes en quelque sorte des serviteurs indépendants...

Il reprit après une courte pause.

En effet... La Colère est un Don... Encore faut-il savoir s'en servir à bon escient. Mais il y reviendrait. Cela dit... Et pour répondre à votre question, les adeptes d'Othar ont maints pouvoirs, des vrais, qui ne se lient pas à l'instabilité de la magie... Nous sommes dotés de volonté – puissant pouvoir n'est-ce pas ? Sachez qu'un otharite ira toujours de l'avant et malgré les coups il se relèvera, encore plus fort et désireux d'avancer. Cependant, il n'est pas donné à tout le monde de soigner ou de contrôler un esprit... Nonobstant, la force de continuer est attribuée à quiconque voudrait vivre, ou survivre...

Neo écouta attentivement la réponse à son interrogation. S'il ne fut pas surpris par les faits et gestes du conquérant – il en avait l'étoffe après tout – alors il en était tout à fait charmé par ses exploits. A sa dernière question il éclata de rire, parce que lui-même commençait à se la poser.

Ce que vous dites là est intéressant... Il décida de rester sur son vouvoiement de circonstance. L'homme restait Roi malgré leurs similitudes, puis il restait aussi son employeur. Beaucoup servent Othar sans le savoir, vous pouvez en être certain. En Péninsule, beaucoup de guerriers ou de grands hommes, sans la moindre emprise sur le Culte, peuvent se faire sacrer « Hérauts d'Othar » par le Haut-Prêtre d'Erac. De fait celui-ci par vos hauts faits d'armes, vos victoires et votre honneur vous considère béni du Seigneur...

Êtes-vous méritant Glenn ?


Puis...

Êtes-vous béni ?

Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 624
Âge : 23
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Dim 15 Oct 2017 - 15:39


Il n’avait pas voulut se montrer curieux sur les circonstances qui poussèrent Néo à tuer son père. Néanmoins, ce dernier tenu à s’expliquer et lui raconta cette partie de son histoire. Cela éveilla la curiosité du Roi, car lui aussi avait vécu dans une famille simple. J’ai du mal à imaginer cet homme en adepte de Nééra. L’armure de cuir tannée lui sied mieux que la toge, il n’y a pas de hasards. Puis , Néo répondit à ces interrogations quand au pouvoir de son dieu, Othar. Selon ses dire, la force du dieu de la guerre serait la volonté. La volonté de se relever et de combattre.

- Pardonne mon ignorance, je te croyais prêtre et on ta d’ailleurs présenté à moi comme tel. Dis moi alors, si tu étais dans les ordres, au service de Nééra en plus, où as tu appris à te battre ? »

La fraternité du dernier roi sous la montagne jouissait d’une forte réputation en Itrhi’Vaan. Bien que  honorant des contrats depuis plus de trente ans, ce fut son succès aux jeux de Sol’Dorn qui sortit la compagnie de la masse, la plaçant en tête de liste des meilleurs compagnies de l’estrevent. Quand l’armateur Faeron lui proposa les services de la compagnie, Glenn n’hésita pas un instant malgré la somme demandé. Les aegypius étaient un atout de plus dans la manche du Roi de Naelis pour la guerre de Naelis. Un atout qui avait déjà fait ses preuves en supervisant la formation des aigles noirs. Quand Glenn eut fini le court récit de son histoire, ce fut au tour de Néo de rire. L’aegypius lui posa alors deux questions, deux questions simples en apparence mais dont Glenn ne parvenait pas  à saisir la teneur. Après un temps de réflexion, le Roi, toujours appuyé dos au bastingage, répondit :

- Si je suis méritant ? Tout dépend. Si tu parles de mon titre, de mes terres et des hommes qui me suivent, j’estime que oui. On ne m’a rien donné, je n’ai rien volé et je n’ai jamais trompé qui que ce soit. Non je crois bien que si je n’étais pas méritant, je n’aurai rien de tout ça.

- Béni ? Non je n’ai jamais reçu rien de tel, mais… Maintenant que j’y pense, si Othar se manifeste par  la volonté et la colère… Alors il n’est pas impossible qu’il ait eu un rôle un jouer sur mon retour… »


Si Néo n’était pas au courant, il savait maintenant que le Roi avait été vaincu, il y a plus d’un an à la bataille de l’Aduram, cerné par des monstruosités sans nom. Son corps inanimé mais pourtant bien vivant fut ramené à Naelis. Glenn joua la franchise à son tour et lui raconta ce qu’il avait vécu dans l’autre monde, les combats qu’il avait du mener et les démons qu’il avait du affronter pour en sortir. Dans ce combat des ombres, il se pouvait qu’Othar se soit manifesté, insufflant sa colère et sa volonté à Glenn, l’homme qui tenait tête à Tyra et à l’ordre des choses, refusant de quitter son monde.
Revenir en haut Aller en bas
Neo de Cléruzac
Humain
avatar

Nombre de messages : 189
Âge : 27
Date d'inscription : 21/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Lun 16 Oct 2017 - 10:21





Glenn venait de demander à Neo comment les armes avaient étés conquises par lui, jadis adepte de Néera et donc fervent pacifiste. Cela n'avait pas été simple – ni le contraire –,  c'était une suite logique, depuis que sa raison avait quittée la Dame-Dieu, Neo avait cessé de réfléchir au lendemain, ce dernier n'attendait plus l'accord de l'humain pour défiler indocile. Il suivait son cours et l'Aegypius n'avait qu'à se laisser vivre pour accomplir son destin. S'il celui-là était déjà tracé, Neo n'en savait fichtrement rien, mais il savait que rien n'arrivait par hasard. Alors c'était devenu par la force des choses un être vivant on ne peut plus puissamment le présent : et c'était en combattant qu'il pouvait affirmer sa suprématie.

Il y a en Erac un grand temple...  C'est là que je fus recueilli alors que blasé je foutais ma vie en l'air. J'y appris les dogmes du culte en même temps que j'apprenais à me battre. Savez-vous que les adeptes – en compagnie des prêtres – s'entraînent tous les jours dans une cour martiale ? Des religieux qui ne palabrent guère... N'est-ce pas étrange à entendre ? Il ricanna avant de poursuivre. J'y appris le maniement du glaive et de la hache : si certains prient leur Dieu pendant des heures, nous... Eh bien nous chantions à la gloire et au bois nous nous affrontions. Pour tout vous dire, plus il y avait de bleus sur nos corps moins de répit nous avions. C'était un peu notre... Monnaie antithétique : la pauvreté était donc une richesse ! C'est en forgeant les muscles, avec foi et discipline que je pus rapidement évoluer dans l'art de foutre des roustes : armé ou non, et que mon corps retrouva une couleur plus décente. J'eus rapidement l'occasion donc de retrouver un semblant d'autonomie, je sortais quelque peu mais bien sûr mon âme meurtrie m'empêchait de profiter davantage de ces plaisirs qu'offre la vie... Je plongeais dans la lecture d'ouvrages martiaux ; il y avait dans ces bibliothèques non seulement une source intarissable d'histoires et d'expériences, mais aussi de techniques et de formations...  Bien vite cela devint une évidence... Je devais inscrire mon nom dans l'histoire ainsi peut-être laver le nom d'une famille sans honneur. Mon enrôlement fut une suite logique... Mais de soldat en Erac je devint déserteur, de moine guerrier en Oësgaard, je devint déserteur... J'étais appelé à plus grand. Longtemps après l'insulte commise envers Néera... J'avais expié mes torts et mes péchés : Othar m'avait indubitablement choisi pour le servir... Voilà non loin de vingt ans que j'oeuvre pour lui et s'il ne m'a toujours pas rappelé – quoique maintes fois il s'en fallut de peu – c'est qu'alors au royaume de Tyra je dois encore envoyer les souffles amères des traîtres et des menteurs...

Il reprit sa respiration tout en laissant Glenn digérer toutes ces informations avant de poursuivre.

On ne choisit pas ses parents, mais s'il s'agit des Dieux... Eux... Seront toujours là pour toi. Veille à répandre leur message, et tu seras récompensé. Par le courage, par le futur.

Nul doute quant au fait que Neo était un pentien avéré. C'est suite à ses derniers mots et soupirs que fut entamé un grand sujet... Neo absorba avide les mots de Glenn. Bien que différente Neo avait lui aussi vécu une expérience de mort imminente. Et Othar était venu à lui, l'avait protégé : devait-il ou pouvait-il seulement en parler à un étranger ? C'est que de nombreux jours s'étaient écoulés avant qu'il n'en parle à ses Frères...

Tu es clairement méritant. Tout autant que béni mon frère, avait-il lâché sans réfléchir. Les Dieux te réservent une surprise après telle expérience... T'ont-ils parlé ? Qu'en as-tu déduis de tout cela ?

Ses yeux étaient désormais vrillés sur ceux du Roi de Naelis, et leurs profondeurs respectives allaient en se mélangeant... Que vivaient ces deux hommes ? Et qu'en découlerait-il de tout cela ?


Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 624
Âge : 23
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Sam 28 Oct 2017 - 13:38


L’histoire du moine vautour était fascinante. Glenn ne connaissait que peu de choses sur le culte d’Othar, ignorant jusqu’à l’existence de ce grand temple en Erac. Il écoutait donc d’une oreille attentive les récits sur l’entraînement de ces moines dévoués au dieu de la guerre. Néo parlait de livres, des écrits sur le maniement de l’escrime et des arts martiaux. Nous devrions faire la même chose. Écrire sur nos méthodes, d’entraînements pour en laisser une trace. Tandis qu’il parlait, Néo confirmait sa foi inébranlable envers les dieux, tous les dieux et pas seulement Othar. C’était la première fois que Glenn avait une discussion si sérieuse sur la religion. Il ne s’était jamais vraiment posé de questions auparavant. Quand il s’adressait au haut prêtre d’arcamenel de Naelis, c’était toujours sur des questions de politique publique.

- Devant eux, nous ne somme que peu de choses. Au moins cela a le mérite de nous apprendre l’humilité. Concernant vos lecture, je serai intéressé pour en savoir plus. Si on pouvait en faire des copies, cela serait profitable à la bibliothèque de Naelis.»

Quand Glenn Hereon se confia sur les causes de sa résurrection, l’attitude du mercenaire changea. Il parut troublé, plongé  dans ses pensées. Puis il lui répondit qu’il était méritant et aussi béni ! La belle affaire ! Mais il ne put s’empêcher de lui poser une nouvelle question. Cette fois ce fut au tour de Glenn de réfléchir. Quand il eut ouvert les yeux, ce fameux soir, aucun murmure, aucun son ne lui était parvenu. Simplement une désagréable sensation, savant mélange de néant et de torpeur… Mais qui ne dura qu’un court instant.

- Non, ils ne m’ont pas parlés. Je ne sais trop ce que cela signifie. Mais je pense que Altiom, qui m’a ramené, ne m’a pas tout dit. Il me cache certainement quelque chose. Une surprise tu dis ? Si c’est le cas il faut s’inquiéter, car quand les dieux agissent, c’est rarement par bonté… »

Glenn était loin de se douter de ce qui l’attendait. Il ne l’avait pas encore remarqué, mais don son dos, une marque commençait lentement à faire son apparition : la marque des cinq dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Neo de Cléruzac
Humain
avatar

Nombre de messages : 189
Âge : 27
Date d'inscription : 21/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Sam 25 Nov 2017 - 15:26




Ces documents occupent une place très importante dans le cœur de nôtre Fraternité, mais aussi dans celui de nôtre Culte tout entier... Aussi... Bien que vous soyez Roi et qu'il vous sera évidemment facile de vous procurer quelque copie... Si nous, vous la fournissons, j'espère en retour la certitude de votre participation...

Où voulait-il en venir ? De quelle participation parlait-il ?

Car... La version que nous possédons du manuscrit serait pourrait-on dire, extra-officielle... Aussi, nous sommes hommes de Culte, mais n'apprécions guère l'institution de celui-ci, ainsi nous n'avons jamais communiqué nos propres informations à quelque prêtre Otharite... Que ce soit en Péninsule ou ailleurs... Dans nôtre document, vous y lirez moultes informations sur mes Frères, le Créateur des Aegypius et tous ceux qui se sont succédés depuis.

Il fit une courte pause avant de rajouter, ravi.

Ces infos... Sont une ribambelle de batailles répertoriées, car la Fraternité du Roi Sous la Montagne a vu se succéder de grands généraux, et des dizaines pour ne pas dire plusieurs centaines de conflits.

Alors... Ce qu'il nous plairait... Recueillir également par le biais de séances programmées, vos expériences, mais non seulement vos exploits ! Il nous faut vos défaites, vos erreurs, car de celles-ci nous apprenons tout autant si ce n'est plus ! Et pourquoi pas le témoignage de vos plus respectables capitaines, Erestor par exemple !


Lorsque les promesses d'échanges furent faites, il fallut conclure ce qu'ils avaient entamé. Ce sujet si amorphe que pouvait être le spirituel mêlé à la théologie. Entre croyant et non-croyant de surcroît ! Glenn semblait cependant vouloir s'y mettre ou plutôt s'y pencher...

Les Dieux sont ce qu'ils sont, et je n'oserais jamais les contredire, bien trop de fois ai-je vu les représailles qui représentent leur grandeur, ou leur fureur.

Les yeux du religieux s'amusaient à suivre le mouvement de l'eau sur la coque, qui fracassait les vaguelettes autant que les vaguelettes s'écrasaient sur le bois, et parvenaient à eux quelques gouttes très peu chaudes.

Et s'ils sont dans leur divinité, êtres de mansuétude, grande cruauté peut être exécutée par leur mécontentement. Oui, tout cela mène à l'humilité malgré nous, comme vous dites là si bien, Seigneur Hereon... Ces Dieux, ces créateurs, savent que pour construire il faut détruire... Alors... Ils peuvent anéantir, réduire en poussière n'importe quel hérétique, n'importe quel peuple, n'importe quel pays, et peut-être même n'importe quel monde... En disant cela il avait pensé aux Nains qui apparemment s'étaient vu châtiés par leur créateur... Par la roche tremblante et le feu.
Alors... Enfin... J'ose dire que les Dieux... Ne sont pas exclusifs, ni uniquement individualistes oh que non très cher... Ainsi on peut évoquer le Petit Peuple et leurs tragédies, ou encore tous les fléaux qui menacent l'humanité, depuis que le monde est monde... Ainsi... Rien n'est laissé au hasard... Du moins est-ce ce qu'il me convient de croire.

Mais tout cela que lui avait accepté d'engranger dans un recoin de son cerveau depuis son très jeune âge, et qui avait prit de l'ampleur – à en régir sa vie et ses actes –, eh bien tout cela n'était pas chose due ou aisée pour tout le monde. Cela ne voulait évidemment pas dire que les Dieux s'attaquaient sans contrainte à éradiquer les hérétiques... Les Dieux avaient mandé de fidèles serviteurs, à l'instar des prêtres ou des fervents croyants tels que les Aegypius, afin d'arrondir ces consciences bien trop angulaires. Neo savait que sa mission était suivie de très près par Othar, ainsi tentait-il de répandre sa sagesse, quoique teintée de colère, celle de l'incompréhension.

Bien sûr, chacun est libre de croire ce qu'il veut, bien que la foi renforce autant ce lien divin, que l'être qui la cultive... Si... Nous en parlons aujourd'hui, ou en parlons plutôt demain, c'est bien parce que en vous semble faire écho une chose bien précise, Glenn Hereon... À... Vous entendre parler, vous, rescapé de la mort – comme nous tous d'ailleurs –, l'Aveugle vous aurait-elle fait voir ce qui ne peut être observé ?Le seul conseil que je peux alors fournir serait qu'il est de vôtre ressort d'approfondir la question, poursuivre ce que dicte vôtre conscience, et chercher réponse aux milles et unes questions qui vous chatouillerons... Le temps fera le reste, mon ami.

Il avait posé sa main sur le front du Roi, espérant que nul œil indiscret vint interrompre ce moment. Cependant nulle vibration de sixième sens ne se fit savoir, seulement les rides sur le front de l'homme trahirent ses soucis pesants, il ne fallait être ni devin ni prophète pour en comprendre ; rapidement bien sûr que la main indocile revint à sa place loin du front d'un si honorable personnage.

Et si Altiom doit vous tenir informé de quelque chose, il le fera bien assez vite, et si ce n'est la raison qui l'y poussera, alors ce sera son amitié pour vous.



Envoyé depuis l'appli Topic'it
Revenir en haut Aller en bas
Glenn Hereon
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 624
Âge : 23
Date d'inscription : 09/10/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 35 ans (974 du cycle 10)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   Dim 10 Déc 2017 - 12:43

L’aegypius tenait en grande estime les écrits sur sa compagnie, il n’était visiblement pas prêt à en assurer la transmission à n’importe-qui. Pour le Roi de Naelis, il semblait faire une exception néanmoins pas sans contrepartie. En effet, pour compléter sa propre bibliothèque, le moine guerrier était intéressé par des traces écrites portant sur la vie de Glenn Hereon et de son entourage.

- Mais tu sais Néo, pas besoin de séances programmées, ce livre existe déjà bel et bien ! C’est mon archiviste, Neral Melean, qui s’en occupe. Il l’a intitulé « Récits guerriers et conquêtes », c’est un travail remarquable qui ne se veut pas idéaliste mais pragmatique. A notre retour à Naelis, je vous en commanderai une copie pour votre compagnie et même d’autres si vous avez encore des liens avec le temple d’Othar en Erac par exemple. J’y pense, vous et moi qui venons du peuple. Ce qui nous a élevé de notre condition de miséreux, ne serait-ce pas la connaissance de la lecture et de l’écriture ? C’est un don qui nous a été fait. »

Si son père lui avait appris les bases de la lecture, c’est le mage très controversé Etias qui lui enseigna véritablement l’art de l’écriture. Un art qu’il se devait de maîtriser en entrant dans le cercle fermé qu’était l’état major du Duché de Serramire. Ce sujet étant clos, les deux hommes continuèrent leur conversation sur la religion.

- Vous avez raison. S’il y a quelque chose à savoir, le temps nous le dira. Merci pour cette discussion Néo, tu m’as donné matière à réflexion. Vivement que nous rejoignions la terre ferme, que je puisse voir de quoi tu es capable ! »

Glenn salua le mercenaire. Il porta un dernier regard sur l’horizon avant de retourner dans sa cabine.  Il avait grandement apprécié la discussion avec Néo et se satisfaisait de l’avoir engagé. Il me reste quelques heures avant l’aube. De quoi faire encore de beaux cauchemars.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La traversée [Néo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La traversée [Néo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Leurs chiens meurent pendant la traversée Nice-Calvi
» Alice aux pays des merveilles / La traversée du Miroir
» J'ai traversé toute la Terre du Milieu pour vous trouver!
» pourquoi le poulet a t'il traversé la route?philosophie
» Traversée du désert par Marade

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: OCÉANS :: Océans :: Mer Olienne-
Sauter vers: