Partagez
 

 Une nouvelle page... [Aliénor]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeMer 18 Oct 2017 - 19:17

Je n'avais plus de génie, la comtesse du Median avait disparu, et avec elle des controverses que je n'osais croire. Depuis, j'errai, sans rien, je cherchais mon génie, je l'avais perdu. Hélas. J'avais tout perdu, que faire ? Je marchais, n'importe où, je dormais où je pouvais, par terre s'il fallait. Je sacrifiais le peu de pièces qu'il me restait.
Il fallait que je vive. J'arrivais quelque part, je mangeais, et je marchais. Je buvais de temps en temps pour oublier mon sort. Je ne comprenais rien, j'étais loin des soucis politiques, je ne savais pas si je devais être en colère pour son départ, à cause d'elle, j'avais perdu mon talent. Puis je me disais que je ne pouvais lui en vouloir. Comment le pourrais-je après ce qu'elle avait fait pour moi.

Un soir, on me vola ma veste, celle qui portait le blason du Median. Quelle misère ! Je ne savais plus quoi faire ? Ma dernière pièce disparaissait dans un morceau de pain. Je m'essayais à gagner un peu d'argent en jouant, en vain, les notes sortaient de la pire des façons et n'inspiraient que du rejet.
Qu'allais-je devenir ?

Je soupirais en pensant à cela. Un coup je me moquais bien de mon sort, puis mon instinct de survie passait des jours à chercher une solution. Je traversais la péninsule, pour passer le temps, sans rien dire, sans savoir où je me rendais. Parfois je du éviter des zones dangereuses. Heureusement j'avais encore mon agilité, ma ruse pour fuir.
Mais cette vie m'épuisait, je n'en pouvais plus. Je voulais trouver une condition, n'importe quoi, juste de quoi vivre, loin des soucis.

Cela faisait quelques jours que je faisais la manche à Arétria. Je m'étais installé sur le bord d'une ruelle agité. Mon sourire m'aidait à séduire, et à trouver un peu d'argent, mais rien de bien fameux, et rien qui ne pouvait durer.
-" Ah Ah Tu sais quoi, on dit que des nobles cherchent encore des domestiques."
-" Encore ! Eh bien, ils aiment montrer leurs richesses et ne rien faire..."
-" Oui, bientôt ils auront une personne pour tout ! "
-" Et tu sais qui cherchent ? "
-" La régente du comté ! "
Ces deux hommes qui discutaient venait de titiller mon esprit... Dans le fond je ne pouvais pas rêver de mieux, je ne savais rien faire de particulier, et jouer de la musique, je ne savais plus. Alors, voilà sans doute une porte pour me sauver d'une triste fin.

Je me rendais alors au palais. Angoissé, cette fois, je ne pouvais pas me cacher derrière la présence de la baronne d'Ancenis pour entrer dans ce genre d'endroit. Il fallait en plus éviter ici d'en parler.
En arrivant sur place, des gardes gardaient l'entrée. J'ôtais ma coiffe que je collais contre ma poitrine.
-" Une rumeur court sur le fait qu'ici, on cherche du petit personnel... J'aimerais porter ma candidature devant la bonne personne. Je me nomme Manel."
Les gardes me fixèrent, un des d'eux s'éloigna pour chercher cette personne, l'autre me tenait la conversation, il me demandait l'âge que j'avais, ce que je faisais avant. Je lui disais juste que j'étais un pauvre mendiant...
L'autre revint, annonçant que je pouvais passer.

Je suivis le garde, qui me mena devant une porte discrète de l'autre côté. Devant celle-ci il y avait un homme d'un certain âge qui m'attendait.
-" C'est lui. " Annonça le garde avant de se retirer.
S'ensuivit alors un entretien compliqué, qui toutefois se passa bien.
-" Tu parles bien, tu as une belle allure, enfin ça, ça sera après un bon bain... Et tu sembles connaître les codes de la haute société. Suis-moi. Tu es engagé ! " Il me mena à son bureau, me fit signer un parchemin qui déroulait une à une les lois que je devais à présent respecter.
Je me sentais à la fois heureux, et mélancolique...
Je lisais une nouvelle fois... Cela ressemblait plus ou moins à ce que je devais respecter chez Blanche, peut-être en plus stricte à présent, puisque j'étais maintenant une petite main.
-" Parfait."
Puis il me montra ma chambre dans le quartier des domestiques, quelque chose de basique, je pris un bain, une bonne toilette, et l'uniforme. Je ne me sentais pas à l'aise avec, mais j'allais m'y habituer.
-" Je vais te présenter à celle que tu vas désormais servir. Surtout ne commet pas d'impair, tu baisses les yeux, et tu la respectes ! Elle a tout le pouvoir sur toi ! "
M'annonça l'intendant. Je lui disais que je savais ça et que je serais digne.
Nous nous faufilions dans les couloirs, jusqu'aux appartements de la régente. L'intendant frappa. La voix de la dame raisonna, il ouvrit la porte d'un bureau luxueux.
-" Votre Altesse... Excusez-moi de vous déranger. Je viens vous présenter ce jeune garçon qui vient d'intégrer la domesticité à votre service. Il se nomme Manel."
J'étais à côté de l'intendant. Je baissais les yeux. Et je pris la parole.
" Je suis honoré d'être à votre service. Et je viens vous présenter mon serment d'allégeance. Soyez assurée de mon obéissance, de ma docilité, de ma fidélité et de mon respect total. J'accomplirai les tâches que vous me confierez avec le plus grand zèle." Annonçais-je d'une voix mielleuse et humble.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor de Wenden
Ancien
Ancien
Aliénor de Wenden

Nombre de messages : 181
Âge : 31
Date d'inscription : 05/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23 ans
Niveau Magique :
Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeMer 18 Oct 2017 - 20:26


Avec l'annonce de la régence, les choses s'étaient accélérées pour Aliénor. Elle qui de base, avait pour projet de quitter Wenden seulement le temps de rendre Arétria à Iselda, n'avait pas prévu ce qui allait advenir d'elle. Jamais elle ne se serait doutée que de Aliénor de Wenden, soeur du châtelain de la forteresse nordique du même nom, elle passerait à Dame de Wenden et encore moins à régente de son Altesse le Comte d'Arétria. Quelle pagaille !

Ainsi elle dû prévenir son intendant de la nouvelle et lui faire ainsi rapatrier l'ensemble de ses affaires. Ses dames de chambre étant des amies d'enfance qui s'étaient installées et qui pour la plupart, avaient déjà fondé une famille ou étaient en passe de le faire, elle n'avait pas le coeur de les arracher elles aussi à leurs terres natales et leur laissa tout simplement le choix. Elle ne fut pas surprise que seules deux d'entre elles acceptèrent de venir à Arétria-la-ville pour continuer de la servir. A vrai dire, c'étaient les deux plus jeunes et les deux dernières célibataires de la troupe... avec Aliénor.

Par conséquent, afin de la faire se sentir chez elle, il fallut relativement réorganiser les choses et surtout le fonctionnement de ce bon vieux château qui avait parfois des manières de faire certes illustres mais tellement peu pratiques ! Qu'elle y mette son nez n'avait pas plu à tout le monde et notamment aux plus conservateurs mais elle était la régente, elle avait tout pouvoir alors on laissait faire. Les choses avaient finalement pris une tournure plutôt satisfaisante.

C'est alors que ses affaires enfin arrivèrent ! Aliénor s'était précipitée comme une petite fille le jour de son anniversaire afin de retrouver tous ces objets auxquels elle tenait tant et qui lui permettaient de se sentir vraiment chez elle. Elle avait laissé Wenden dans les bonnes mains de son intendant et de son sénéchal. Toutefois se dire qu'elle n'y vivra plus pour le moment lui laissa un immense pincement au coeur. Elle caressa du bout des doigts les meubles qui lui étaient si familiers, les larmes aux yeux en se remémorant son enfance, ces moments heureux, en famille. Lorsqu'ils étaient encore tous réunis. Elle se recula alors pour laisser les domestiques en livrée faire leur oeuvre afin de porter ses affaires à la fois dans sa chambre et dans son bureau. Son attention alors se reporta sur ses deux chevaux. L'un était blanc, le sien et l'autre noir, celui de Roderik qui avait été ramené de Merval entre temps. Elle alla les saluer, passer un petit moment avec chacun d'eux. Un nouveau pincement au coeur se fit sentir lorsqu'elle caressa le cheval de son frère. Il baissa la tête pour poser relativement doucement pour un cheval, sa tête contre celle de sa nouvelle maîtresse afin de partager sa tristesse. Dans tout ce mélimélo dû aux domestiques qui étaient en plein travail, l'intendant d'Arétria en profita pour lui parler des problèmes courants et notamment du manque de personnel qui servaient à son service. Elle reconnut qu'ils nécessitaient plus de personnel afin que chacun ne s'épuise pas trop à la tâche et que le boulot soit fait.

Quelques jours plus tard, ses affaires installées, Aliénor s’affairait à envoyer des missives dans le but de créer de nouvelles alliances économiques lorsque son intendant fut annoncé. Il présenta alors un nouveau domestique qui viendrait enrichir le personnel qui lui était dédié. Elle se leva alors avec grâce, lissa d'un geste les pans de sa robe rouge, brodée d'argent afin de faire face aux deux hommes et reçut l'allégeance du nouvel arrivé qu'elle trouvait fort étonnant. Sa voix douce et mélodieuse lui disait quelque chose. Elle tendit sa main afin qu'il termine son allégeance par un baise-main puis s'exprima de manière tout à fait amicale et douce :

- Je n'en ai aucun doute mon brave ami. Permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue au château d'Arétria et plus particulièrement dans l'équipe en charge de mon service quotidien. N'ayez nulle crainte, vous serez bien traité. Intendant, l'avez-vous déjà installé ?

- Oui, votre Grandeur dans l'aile des domestiques comme le veut la tradition.

- Bien, fort bien. J'aurais quelques questions à vous poser si vous le permettez. Aliénor alors invita les deux hommes à s'asseoir et reprit place derrière son bureau.

En s’essayant elle jaugea l'un et l'autre des hommes qui lui faisaient face.

- Alors Manel, c'est bien ça? Parlez-moi un peu de vous. Quels métiers avez-vous exercé auparavant ? Etes-vous originaire d'Arétria-la-ville ?

Elle joignit alors ses mains devant elle, attentive au récit que le nouveau venu allait lui raconter.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-girl-on-fire.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeJeu 19 Oct 2017 - 10:09

Elle était là, sur son siège. Je sentais de suite ce qu'elle était, qui, elle était, et ce qu'elle représentait. J'avais conscience qu'ici, j'étais ailleurs, comme dans un autre monde, sans doute même de l'autre côté du miroir. Mais je m'en moquais, je voulais juste vivre, être tranquille, m'éloigner du soleil... Je mettais fin à mes rêves, sans elle, sans la comtesse du Median je n'avais plus génie, je pouvais même me dire que j'étais bon à rien.
J'étais ici, au hasard, et porter ce costume je ne le devais qu'à la chance, et au fait que je ne pouvais plus voyager plus loin.

J'avais encore en tête les festins que je pouvais faire, et les larmes qu'il me fallait maintenant pour un morceau et un verre.
J'étais inquiet, angoissé, devant ce gouffre, je parlais, délivrant à la régente un serment d'allégeance simple. Mon coeur était trop lourd et confus pour le perfectionner, de toute façon je m'en sentais incapable. La sang-bleu se leva, avec toute sa grâce et son élégance. Ses gestes s'accompagnaient toujours de cette merveilleuse impression gracile.

Elle s'approchait de moi alors que je récitais mon serment. Devant moi, je posa un genou à terre, la tête baissé, et j'approchais mes lèvres du revers de cette main blanche.
-" Je donnerai ma vie pour vous ! Dès cet instant, je suis votre humble serviteur..." Puis, mes lèvres flirtèrent avec la peau sacrée pour scellé cette nouvelle vie.
Je me sentais à la fois soulagé, et effrayé. C'était fini !
La noble prit la parole d'une voix aimable. Elle interrogea l'intendant qui répondit immédiatement.

Je me levai lorsqu'elle nous invita à prendre place devant son bureau. J'avais peur des questions, mais je n'avais plus de doute.
J'hochai de la tête quand elle prononça mon nom pour lui dire qu'elle avait juste. J'esquissais même un petit sourire. Vint la question qui lui souleva le coeur. Allait-elle bien le prendre ? Je n'en savais rien. Je savais juste que moi, je serais sincère... Je ne voulais plus d'intrigue...
-" Votre Grandeur, je suis originaire d'Hautval... Et je ne faisais pas grand chose, je ne suis qu'un miséreux. Néanmoins, j'ai eu l'honneur de servir comme barde au Duché du Médian. Mais les derniers événements m'ont fait perdre mon génie..." Un silence. Une crainte dans ma voix, allait-elle me renvoyer ? Je le mériterai sans doute.
Mon regard restait calme, mais ne se plantait jamais dans celui de ma Maîtresse.

Les mains sur les rotules de mes genoux, je fus pris un instant par la nostalgie, j'y avais passé tant d'années. Toutefois, je n'en pouvais plus.
-" Je vous assure que je n'ai rien à voir avec les soucis de la Péninsule, j'ai toujours voulu m'éloigner de tout cela, j'ai jamais participé à des missions ou autres. Je n'ai jamais pris part à des décisions, je suis parti parceque..." Un autre silence...
Je ne voulais pas croire ce qu'on disait sur la sorcière du Median, et pourtant je devais me rendre à l'évidence.
-" J'ai trouvé tout ce qu'il s'est déroulé si horrible, et qu'en me jetant à vos pieds je cherche la tranquillité et la rectitude..." Je retenais les sanglots, mais ma voix tremblait....
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor de Wenden
Ancien
Ancien
Aliénor de Wenden

Nombre de messages : 181
Âge : 31
Date d'inscription : 05/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23 ans
Niveau Magique :
Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeLun 13 Nov 2017 - 15:16


La jeune régente écouta avec attention l'ancien barde désormais domestique jusqu'au bout de son intervention. Elle bouillait intérieurement lorsqu'il eut évoqué le Médian. Cette terre même dont les seigneurs se croyant tous puissants avaient occupé les terres de leur bien aimé souverain. La guerre du médian allait les sanctionner de tout ceci. Cette guerre même qui était actuellement en préparation et dont la levée du ban était imminente. La possibilité d'une telle intrusion au sein même de son château faisait bouillir la jeune femme de colère qu'elle ne se retiendrait pas d'exprimer à l'intendant sitôt que son entrevue avec le nouveau venu serait terminée.

Plus Manel avait avancé dans son discours et plus l'intendant général de son domaine s'était recroquevillé et avait littéralement pâli d'effroi sous le regard plein de colère d'Aliénor. Il connaissait là son erreur et savait combien elle était grave en ce moment. Ils ne pouvaient pas se permettre pour le moment de mettre sa vie en danger ne serait-ce qu'une seule seconde.

Elle s'enfonça alors dans son fauteuil, fixant du regard Manel qui attendait le verdict de la jeune femme qui réfléchissait sous ses yeux. Même si elle était en colère contre ses propres hommes et que la méfiance se voulait de mise, Aliénor n'arrivait pas à tenir rigueur à son domestique qui venait de lui prêter allégeance et qui s'était exprimé avec tant de sincérité que remettre en cause sa parole serait inutile.

- Et que s'est-il passé de si horrible qui ait pu intimer chez un serviteur le désir de rompre son allégeance? En tout cas, rassurez-vous, je ne vais pas vous tenir rigueur d'avoir désiré vous mettre à l'abris pour couler des jours heureux. Qui serait-je pour vous juger de la sorte ? Toutefois, j'insiste sur le fait que vous venez de prêter devant moi un serment qui vous lie à moi d'une manière indéfectible. J'espère que vous aurez à coeur de me servir avec plus de loyauté dont vous avez fait preuve avec mon prédescesseur car je compte sur chacune des personnes travaillant à mon service. Si chacun a sa place, chacun a également ma confiance et cette nuance revêt beaucoup d'importance à mes yeux.

Aliénor marqua une pause afin de laisser le temps à son interlocuteur de réagir à sa guise. Elle étudiait ses gestes et remarqua qu'elle n'avait pas en face d'elle un homme qui mentait. Ce point la rassurait quelque peu.

- Vous serez bien évidemment surveillé beaucoup plus prestement que vos collègues. Je ne doute pas que vous comprendrez qu'en des temps aussi troublés que ceux que nous connaissons en ce moment, la prudence est de mise. Pour le moment, mes chevaux nécessites les soins les plus importants et réclamant le plus de travail. J'espère que vous aurez à coeur de vous en préoccuper. Vous aurez la charge de mes écuries pour le moment. Nous verrons avec le temps pour faire évoluer vos tâches si vous le désirez. Souhaitez-vous ajouter quelque chose ?


Dernière édition par Aliénor de Wenden le Jeu 16 Nov 2017 - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://the-girl-on-fire.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeMar 14 Nov 2017 - 15:30

Assis sur le siège en face d'elle, à côté de moi l'intendant, et au milieu le bureau, symbole, qui séparait la noble de ses serviteurs, d'un ancien et de novice qui cherchait dans cette reconversion une vie paisible. La perte de mon génie m'avait poussé à cette décision, je ne voulais plus rien avoir avec le pouvoir, avec la luttes des grands du monde.
Alors je m'étais retrouvé là, au hasard de la vie, dans un fief ennemi si je me plaçai du point de vue de mon ancienne vie.

Plus je parlais, plus je sentais un malaise naître, entre la maîtresse des lieux, et l'intendant. Mais cela ne me regardait pas, alors je continuais, je racontais tout, en toute franchise, sans rien cacher. J'avais conscience que je risquais le renvoi, pire peut-être, toutefois je m'en moquais. Mentir aurait-été plus grave pour mes aspirations de sérénité.
Alors, je laissai ma vie se suspendre au bout des lèvres de la noble. Libre à elle de me jeter en pâture à ses chiens, ou me pendre. Je l'aurais accepté, l'envie de vivre n'y était plus vraiment...

Après mon discours j'attendais la sentence. Je ne prêtais pas attention au fait que mon supérieur semblait être inquiet.
La sang-bleu prit alors la parole, et me demanda de conter les raisons, ce que j'avais vu d'horrible, j'étais soulagé par le fait qu'elle ne me jugeait pas, et comprenait mon désir de me mettre à l'abri.
-" Je, sais si dur à décrire, à dire... La duchesse." Je baissais la tête, un souffle dans le coeur, un chagrin aussi mais je ne voulais pas revenir en arrière.
-" La duchesse est partie... Je ne sais où, avec ses fidèles... Sans moi." Ma voix tremblait; la suite elle pourrait certainement le deviner d'elle-même.

Je relevais ensuite mon regard.
-" Je prendrai la place que vous m'offrirez et travaillerez pour être digne de votre confiance ! Je vous servirai loyalement, soyez-en certaine votre grandeur. "

La suite ne me surprenait pas, il était logique que je sois sous surveillance. Elle m'annonça mes tâches, enfin ma tâche au sein des écuries.
-" Je comprends vos doutes... Je travaillerai aux écuries avec zèle et dévotion, je n'ai pas les mots pour vous remercier, mes actes feront l'affaires. Je vous prouverai ma bonne foi ! Je suis l'un de vos domestiques, et je vous assure une nouvelle fois de mon obéissance absolue, je vous obéirai au doigt et à l'oeil sans jamais me plaindre." Assurais-je sincèrement.
-" Je n'ai rien à ajouter hormis une reconnaissance envers votre grandeur âme ! "
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor de Wenden
Ancien
Ancien
Aliénor de Wenden

Nombre de messages : 181
Âge : 31
Date d'inscription : 05/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23 ans
Niveau Magique :
Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeMar 19 Déc 2017 - 16:00


Clémence. Ainsi avait été l'attitude d'Aliénor envers cet homme qui semblait ne demander qu'à redémarrer une nouvelle vie au calme. Elle n'était pas dupe, elle voyait bien la tristesse qui imprégnait totalement cet être chétif, visiblement peu rompu à la dureté des basses besognes. Elle ne souhaitait pas lui en infliger plus, ce serait inhumain de sa part. Alors tout en se levant, la jeune régente invita l'ancien ménestrel à prendre congé. Alors que son intendant allait suivre Manel et sortir, Aliénor l'invita froidement à rester auprès d'elle. Elle lui enjoignit de reprendre sa place. Dans un geste lent, elle contourna alors son bureau et fit quelques pas dans ses vastes appartements, sous le regard nerveux du vieil homme qui n'osait pas prendre la parole tant l'heure était grave. Il semblait physiquement se tasser sur sa chaise, presque comme s'il voulait faire totalement oublier son existence. A vrai dire, Aliénor prenait son temps afin de réfléchir à la meilleure manière d'agir. Elle n'aimait pas réprimander ses gens et encore moins les faire punir mais la situation était particulièrement grave ici. A Wenden, les choses étaient plus faciles car ceux qui servaient sa famille étaient là depuis des générations et l'avaient vue grandir quand ils n'avaient pas partagé leurs jeux d'enfants avec elle. Elle n'avait donc rien à prouver. Tout le monde la connaissait. Ici, les choses étaient différentes. Elle venait d'arriver et devait faire encore ses preuves. Tant envers ses vassaux que ses gens. On la traitait certes avec le respect qui lui était dû, vu son rang mais elle n'imposait pas encore l'adhésion. Cela viendrait avec le temps mais du coup, elle devait envoyer le bon message aux siens. Quand elle eut trouvé, elle sortit alors du silence pesant qui régnait dans la pièce depuis que l'objet de cette conversation avait quitté la pièce.

- Intendant, vous n'ignorez pas que nous entrons en guerre contre le Médian fin de châtier la duchesse et baronne de Hautval ainsi que son époux, d'avoir occupé impunément es terres du Roi sans son autorisation.

-Non, votre Excellence mais à ma décharge...

Aliénor l'arrêta d'un geste de la main.

- Non, non Intendant... Je n'ai que faire des détails de votre incompétence.

L'intendant se renfrogna alors sous cette pique cinglante. La voix d'Aliénor s'était en effet faite cassante.

- Vous n'ignorez pas non plus qu'en ces périodes agitées et d'autant plus, après ce que nous venons de vivre, la sécurité au sein de ces murs est ce qui doit nous importer le plus à tous.

- En effet. Dit-il cette fois penaud, comme s'il entrevoyait déjà vers quelles tristes issues allait se jouer son destin maintenant.

- Alors comment expliquez-vous ceci ? Demanda-t-elle visiblement en colère, tout en pointant la porte désespérément fermée de ses appartements, comme si ce geste suffisait à désigner en lui-même Manel.

Le vieil homme s'apprêtait alors à reprendre là où la régente l'avait si froidement interrompu avant de prendre la mesure de ses manquements en entrevoyant tout ce que cette petite fille arrogante pourrait intelligemment lui être objecté et finalement, de se résigner. Ses épaules alors s'affaissèrent un peu plus et se corps se voûta en signe visible de soumission à l'avis de la régente qui intérieurement, s'en montra fort satisfaite.

Je ne suis pas en mesure de l'expliquer votre Excellence.

- Bien. Dit-elle dans un souffle que n'importe qui prendrait pour de l'exaspération mais qui en vérité était du soulagement. Les choses allaient être plus faciles qu'elle ne l'avait espéré.

- Vous comprendrez donc sans mal que je ne peux me permettre un tel laxisme dans les murs de ce château, d'autant plus lorsque la stabilité politique du Comté réside en des mains aussi fragiles que celles de notre jeune Comte qui n'a même pas un an de vie. Nous ne pouvons accepter n'importe qui en ces lieux et nous nous devons de prévenir l'intégration d'éventuels espions ou pire encore, d'assassins.

- Je le comprends. Je vais de ce pas aller donner des instructions pour renforcer notre vigilance à tous. Dit-il en se levant d'un bon de sa chaise, comme ragaillardi (ce qui plut beaucoup à la jeune femme), avant d'être de nouveau arrêté par un geste de la main d'Aliénor qui lui indiqua qu'il n'était pas encore temps de prendre congé.

Il se rassit donc, le poids du monde semblant retrouver des épaules qu'il avait quitté bien trop vite. La régente se remit alors à faire les cent pas dans ses appartements et dit comme si elle était perdue dans ses pensées.

- Je devrais vous faire fouetter, vous renvoyer ou encore vous bannir Intendant, sans quoi on me jugerait moi-même trop laxiste envers mes gens, vous comprenez ?

Entendant ces paroles, le vieil homme pâli soudainement.

- A ce point ? Mais où irais-je, moi qui ai consacré toute ma vie au service des Comte d'Arétria !

- Et le Comté vous en est reconnaissant Intendant. Toutefois, vous comprendrez qu'en les circonstances, nous ne pouvons pas vous maintenir à un tel poste plus longtemps après une telle faute.

L'intendant comprenant enfin la tournure que prenaient les choses, la regarda bouche bée, si l'information était venue à ses oreilles, il n'avait pas encore pu pénétrer dans le cerveau. Lorsque ce fut fait, le vieil homme se tassa sur sa chaise, désespéré.

- Que vais-je devenir ? Comment vais-je suffire aux besoins de ma famille ? Où allons-nous pouvoir vivre ? Dit-il désespéré.

- Cela ne dépend que de vous Intendant.

Le vieil homme la regarda alors interdit, ne comprenant pas là où la régente voulait en venir.

- Si je me montre clémente envers un étranger tel que Manel, sans autre réputation que sa bonne foi et ses bonnes paroles (même si Aliénor ne doutait pas une seule seconde de leur sincérité). Comment peut-il être concevable que je me montre plus dure envers l'un des nôtres.

Le soulagement et la joie commencèrent à se lire sur le visage de l'intendant du Comté au bout de quelques secondes.

- Vraiment ? Je... Je... Merci votre Excellence.

- Toutefois, j'insiste bien sur ce point : Je ne veux aucun laxisme dans ces murs. C'est un luxe que de pouvoir se sentir en sécurité parfaite chez soi et je compte bien pouvoir m'enorgueillir de posséder un tel trésor. Désormais, je souhaite que toutes les personnes servant ici ou même de passage, soit dûment une personne de confiance. Suis-je suffisamment claire ?

- Limpide Madame. Merci... Merci. Ajouta-t-il en faisant de petite révérences agaçantes mais avec une reconnaissance non feinte.

- Il suffit voyons. Retournez donc maintenant à vos besognes et veillez en tout premier lieu à vous assurer que l'ensemble de nos gens soient des personnes dignes de confiance.

- Bien votre Excellence, ce sera fait selon vos désirs. Termina-t-il de manière solennelle ayant repris consistance.

Il sortit alors en multipliant les révérences pour la plus grande exaspération d'Aliénor. Une fois la porte refermée, elle attendit de ne plus entendre les pas raisonner dans le couloir avant d'éclater de rires tant du fait de la peur et de l'attitude de son intendant que d'enfin lâcher la pression qu'elle avait jusqu'à maintenant intériorisée afin de faire bonne figure. Contre toute attente, Aliénor avait beau donner le sentiment d'avoir une pleine confiance en effet, ce n'était pas toujours le cas, surtout quand elle devait affronter ce genre de situation, nouvelle pour elle.

Elle avait fait en tout cas une sacrée frayeur à ce pauvre homme. Toutefois, elle était désormais certaine qu'il serait exemplaire dans ses tâches et qu'il se montrerait d'une loyauté sans faille, ce qu'il s'attacha d'ailleurs à lui prouver dans les semaines qui suivirent.

Ainsi, les jours passèrent pendant lesquels le quotidien commençait à prendre une tournure plutôt routinière. Chaque jour, Aliénor croisait Manel qui s'occupait comme il l'avait promis, avec zèle et sans jamais se plaindre, de ses chevaux. En conséquence, chaque jour, il scellait ses chevaux à sa demande. Tantôt sa jument blanche qui semblait avoir pris l'ancien ménestrel en affection. Tantôt l'étalon noir de son frère qu'on lui avait finalement ramené de Merval, dans le respect des dispositions testamentaires de son frère bien aimé. C'est comme cela que chaque jour, elle partait chevaucher dans les alentours pendant une heure ou deux et revenait, confiant les rennes de ses fidèles compagnons, les yeux visiblement rougis par les larmes qu'elle s'était permise de verser en chemin, profitant enfin d'un moment de solitude, aux mains encore délicates d'un Manel qui l'attendait au garde à vous.

Deux semaines passèrent ainsi dans cette routine lorsqu'un soir, il la surprit à pleurer contre l'étalon de son frère. Cet animal était le seul souvenir vivant qu'elle possédait de cet homme à qui elle était liée par le sang et qui avait jusque là partagé sa vie. Lorsqu'elle le vit, elle se redressa vivement et sécha rapidement ses larmes.

- Ne me croyez donc pas si faible que je m'amuse à pleurnicher pour des peines de cœur. Lui avait-elle lancé, semblant sur la défensive d'avoir été ainsi surprise, à se laisser aller, à lâcher la pression et à exprimer pleinement son deuil lorsqu'elle avait enfin un moment à elle.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-girl-on-fire.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeSam 13 Jan 2018 - 14:16

Je travaillais dur. Jamais je n'avais travaillé autant. Cela faisait des jours que je portais ce nouvel habit. On m'avait mis en charge des chevaux de la régente.
Ce fut des jours compliqués et éprouvants. En effet, et en toute logique, j'étais sous surveillance. On se méfiat de moi, et on épiait le moindre de mes gestes.

Mais cela n'entravait pas ma motivation. Je ne cherchais pas à convaincre, mais à être honnête. Je voulais changer d'avis, me mêler à une simple troupe de domestiques, et trouver la tranquillité.
Elle était là.
Lentement je me faisais à cette existence. Je m'habituais à mes conditions. J'arrivais même à me faire quelques amis.

J'entendais toutefois certaines rumeurs, pas forcement flatteuses. Je n'y répondais pas, je me contentais des actes. Les journées étaient longues, souvent rudes, et quand je terminais et que je rejoignais ma chambre de bonne, je m'endormais rapidement.
Il fallait dire que je passais d'une vie volage, où je sortais, voyageais, à celle où je me retrouvais maintenant dans un endroit, à avoir une routine bien marqué. Je me levais tôt, passais mes jours à l'écurie à m'occuper des deux chevaux de ma Maîtresse, et le soir, je me reposais.

Le peu de temps libre, j'essayais de m'intégrer.
Les jours passants furent la preuve que je n'avais pas menti sur mes intentions. Mais jamais je ne faisais référence à cela. Le jugement ne devait pas venir de moi mais des autres.
Lentement je parvins alors à devenir une ombre parmi les ombres.
La routine me mena alors à croiser la régente; j'agissais toujours de la façon la plus protocolaire qui soit. Je préparais le cheval qu'elle désirait avec soin, je l'attendais, et quand elle revint de sa balade je fis le nécessaire.

Je prenais à vrai dire un certain plaisir, et je m'attachait à ses deux montures, qui semblaient aussi m'adopter. Chaque jour, ainsi, je m'occupais de l'entretien, de l'eau, de la nourriture...
Un soir, tard, alors que je terminais ma journée en passant le balai j'entendis du bruit. Je m'y rendis en silence, prenant garde à ne pas tomber sur des brigands.
Ma surprise fut grande en constatant qu'il s'agissait de ma Maîtresse. Il était vrai que je l'avais souvent vu pleine de mélancolie quand je la voyais revenir de ses promenades. C'était toujours un bref regard échangé, mais suffisant pour lire de la peine.

Quand elle remarqua ma présence, elle se mit sur la défensive.
-" Votre grandeur ! " Répliquais-je en m'approchant doucement d'une voix basse en inclinant mon buste.
-" Je... Je croyais qu'un voleur s'était introduit." Me défendis-je alors en cessant ma marche pour rester à la distance convenable entre elle et moi.

-" Je ne crois rien, et ne dirais rien, vous avez le droit d'être ici, et de..." Je n'osai pas dire le mot alors je revins à mon rôle...
-"Est-ce que je peux faire quelque chose pour vous ? " Demandais-je comme si je cherchais à m'éloigner de sa vie personnelle, me contentant de rester à ma place...
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor de Wenden
Ancien
Ancien
Aliénor de Wenden

Nombre de messages : 181
Âge : 31
Date d'inscription : 05/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23 ans
Niveau Magique :
Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeMar 30 Jan 2018 - 14:44


Si elle se sentait exaspérée, elle n'en tient pas rigueur à son domestique. Aliénor décida alors de changer d'attitude et se montra un peu plus cordiale.

- Je ne sais pas à quoi on vous a habitué dans la Cour de Blanche d'Ancenis mais ici, les serviteurs et domestiques ne sont pas maltraités. Vous êtes libre de vous exprimer, du moment que vous restez dans le respect de votre interlocuteur et des bonnes moeurs, Manel.

Aliénor commença à se diriger vers l'ancien ménestrel avant de le dépasser.

- Venez avec moi.

La jeune régente sortit du château, accompagnée par le jeune domestique et commença à se balader hors du château d'un pas lent. Si Aliénor aimait que chacun reste à sa place, elle n'aimait pas toutefois que l'on puisse avoir peur d'elle.

- Tout comme vous, cet endroit ne fut pas toujours ma maison, comme vous avez dû l'apprendre. Il est parfois difficile de s'adapter à un lieu que l'on ne considère pas être chez soi et où en effet, on ne l'est pas. Un jour, je devrai rendre ces terres à son propriétaire, mon neveu. Pour le moment je fais simplement en sorte que ces terres restent nos terres. Je souffre néanmoins de l'absence de son père, Roderik, mon frère, que nous venons de perdre. Le cheval noir qui vous a particulièrement pris d'affection et sur lequel j'épanchais le chagrin de la perte de cet homme que je connaissais par coeur, était sa monture. Tout le monde ici et dans les contrées du Comté connaît cet animal et saurait le reconnaître en un coup d'oeil tant mon frère s'était rendu célèbre par ses exploits. C'était un grand homme et c'est donc une grosse perte que nous accusons.

Aliénor marqua une pause et constata qu'il l'écoutait pour le moins religieusement.

- La musique ne vous manque pas, Manel ?

La jeune femme le regarda de manière à ce qu'il comprenne qu'il pouvait répondre librement, comme un homme libre, comme un égal presque, comme un ami peut être un jour.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-girl-on-fire.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeVen 16 Fév 2018 - 13:27

Je ne bougeais plus, je savais qu'un jour, une telle situation viendrait à moi. Seulement je ne pensais pas si rapidement, je n'étais pas prêt à y faire face. J'avais mis toute mon énergie à me faire accepter, à me fondre dans la troupe des ombres humaines rattachées au service de la régente, sans vraiment prendre le temps de me reconstruire.
La remarque de ma Maîtresse me fit frémir, je gardai néanmoins le silence. La duchesse du Median m'avait bien traité, m'offrant une énorme liberté pour voyager, et composer.

Mais je ne disais rien. Je n'avais de toute manière pas les mots pour contester convenablement. J'inclinai la tête lorsque Madame de Wenden me dépassa pour me demander ensuite de la suivre. Je me retournai, et en restant légèrement en retrait sur sa droite je suivis son pas.
Elle marchait d'un pas lent et agréable. Je me posai quelques questions alors, pourquoi cette nostalgie ?

Toutefois je n'étais pas de ceux qui disait que la tristesse n'existait pas chez les puissants ou les sangs bleus. Bien au contraire.
Puis, j'écoutais avec une grande attention le monologue de ma maîtresse qui me racontait son histoire, ainsi que celle du cheval sur lequel elle était en train de pleurer quand je me suis approché.
Une histoire fort triste, mais que dire ?
Je me disais qu'elle avait du déjà entendre de nombreuses condoléances, que pourraient apporter les miennes de plus ?

Le bref silence qu'elle laissa m'interpella, devais-je parler ? Non, pas encore, puisque rapidement, elle changea de sujet en me posant une question qui faisait référence à mon passé d'artiste et de ménestrel. Son regard était tendre, comme une invitation à répliquer sans déguisements.
-" Non... J'ai fais un choix, vous m'avez offert une nouvelle vie, elle est rude, mais je m'y habitue... Il m'arrive d'écrire un peu, et de chanter à voix basse avant de m'endormir, mais jouer devant des foules ne me manque nullement... La magie est morte. " Répondis-je d'un ton tout à fait naturel et sincère.

-" Je ne peux que vous souhaiter bon courage pour surmonter votre épreuve ! Vous devez-vous battre pour qu'il soit fier de vous. Je suis certain que des étoiles, il vous regarde et vous encourage. Soyez certaine que de ma place, et avec ceux qui vivent dans votre ombre nous travailleront dur pour vous aider en assurant nos tâches."   Poursuivis-je d'un air un peu plus ouvert peut-être en me disant tout de même que cela, elle avait du l'entendre des centaines de fois.

-" Si je puis me permettre, est-ce que vous savez jouer d'un instrument ? Aimez-vous la musique ? Que faites-vous lorsque vous avez un peu de temps libre ? "
Un silence, je me sentais un peu gêné de poser tant de questions, pourtant mes lèvres, poussées par un ardent désir en lança une dernière.
-" Et quels sont vos rêves ? "

Voilà, il rougissait un peu, comme pour lui éviter de parler encore pour demander pardon pour tant d'indiscrétions.
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor de Wenden
Ancien
Ancien
Aliénor de Wenden

Nombre de messages : 181
Âge : 31
Date d'inscription : 05/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23 ans
Niveau Magique :
Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeJeu 22 Fév 2018 - 8:23


La jeune femme écouta avec intérêt les réponses que lui apportait l’ancien ménestrel. Elle opinait parfois de la tête. La pleine lune apportait à cette conversation un air presque mystique. Ils avaient beau ne pas avoir pris de torche pour s’éclairer, la Lune elle-même éclairait de sa lumière bleuté leurs pas. C’était un peu comme si la Damedieu approuvait ce qui se passait là, cette conversation entre la Dame et son domestique dans la plus grande honnêteté.

Lorsqu’il lui dit que Roderik la regardait des étoiles et serait fier d’elle et de ce qu’elle a déjà commencé à accomplir, Aliénor ne put s’empêcher de lever la tête et de regarder le ciel. Tous leurs ancêtres étaient là et veillaient sur eux. C’est également ce qu’on lui avait toujours dit que ce soit après la mort de leur mère qu’après celle de son père, quand Roderik avait disparu et qu’on le croyait mort, qu’elle s’en voulait d’avoir perdu leurs terres mais qu’elle avait considéré que sauver son peuple était plus important, qu’il lus essentiel que de conserver de la pierre.

- Je vous rermercie beaucoup pour ces paroles réconfortantes. Espérons que vous ayez raison et qu’il soit fier. Nous avons beau être importants et respectés, nous ne serions pas grand chose sans votre aide, sans vous à nos côtés. Nous nous rendons mutuellement service et j’espère le rendre suffisamment au peuple arétan qui se montre parfois difficile, il faut l’avouer. Toutefois ce sont surtout mes vassaux qui me donnent du fil à retordre, les Stern en particulier. On me pousse, on tente de me contraindre à un mariage que je ne souhaite pas mais je ne saurais vous dire pourquoi, au fond de moi, mon coeur semble me diriger vers autre chose, me dit que ce n'est pas là la route que je dois suivre. Il semble me montrer une route bien plus intéressante à la fois pour moi personnellement mais également pour le Comté. Toutefois je ne sais pas du tout si cette possibilité serait partagée ou non... Je ne sais que faire ni que décider du coup. Ah ! Aliénor alors soupira tout l’air que pouvaient contenir ses poumons, laissant s’évacuer de sa bouche un nuage de fumée. Sur ce point vous avez bien de la chance Manel. Vous êtes libre de convoler avec qui vous le souhaitez. Nous, nous sommes contraints à toujours plus de pouvoirs, toujours plus de terres, toujours plus de stabilité. Au final, nous ne sommes pas aussi libres que nous en avons l’air.

Un voile de tristesse embrunit le visage de la belle rouquine arétane qui pour le moins inquiète de sa situation, se préoccupait beaucoup de cette question sans toutefois trouver de véritable réponse à ses problèmes. Il lui fit revenir à leur conversation en lui posant des questions sur elle, sur son apprentissage de la musique, sur ses rêves, ses occupations. Il voulait en savoir un peu plus sur elle. Cette curiosité soudain effrénée fit sourire la jeune femme. C'était comme s'il s'était posé toujours ces questions sans avoir jusqu'à maintenant osé les lui poser. Elle trouvait cela pour le moins touchant.

- J'aime beaucoup la musique à condition en vérité que je puisse danser dessus. Comme pour toutes femmes de mon rang, mes parents ont tenu à ce que j'apprenne les arts et notamment la musique. Je dois vous avouer que je me sentais trop contrainte pour apprécier cela. Ainsi on m'a appris la flûte qui m'a étrangement beaucoup aidé par la suite dans tout ce qui était exercice physique pour gérer ma respiration. C'était particulièrement intéressant de ce point de vue.

Aliénor fit une pause, elle décevait sans doute l'ancien ménestrel dont la vie ne fut que musique il fut un temps. A cette idée, elle ne sut pourquoi, elle se sentait quelque peu honteuse. Elle décida alors de passer à autre chose et de répondre aux deux autres questions de son interlocuteur.

- J'aime beaucoup la chasse et les balades à cheval. C'étaient les seuls moments où je pouvais passer véritablement du temps avec feu mon père sans avoir le sentiment que ma condition féminine ne soit un obstacle à ses yeux. C'était le seul moment où je sentais qu'il m'aimait et que l'on pouvait partager des choses ensemble.

A cette évocation, de nouveau le voile de tristesse qui avait obscurci son visage était réapparu. Elle luttait contre ce sentiment de toutes ses forces en tentant de penser à ce qu'elle désirerait pour l'avenir.

- Peut être que cela va vous paraître mielleux mais en vérité, tout ce dont je rêverai c'est d'être heureuse, entourée de personne que j'aime et qui m'aiment également en retour et surtout de me sentir libre

Cela faisait quelques temps qu'elle ne se sentait plus libre. Elle repensait alors à son séjour passé à Sainte-Berthilde en compagnie du régent du marquisat. Comme elle s'était sentie bien, dans un autre monde. Si elle avait l'occasion de renouveler l'expérience. Elle le ferait avec plaisir. Surtout que Louis de Saint-Aimé était un homme fort gentil et de très agréable compagnie. Il savait où était son devoir et comme elle, il tâchait de composer avec tout en restant profondément lui-même. Il se montrait très prévenant envers son peuple. Au fond, elle espérait qu'il resterait l'homme qu'il est aujourd'hui. Par la grâce des Cinq puisse l'avenir ne pas le corrompre comme il le fait avec tant d'hommes qui changent dès que la guerre ou des jupons séducteurs croisent sa route.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-girl-on-fire.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeMar 13 Mar 2018 - 18:18

Je me sentais si loin des histoires. Encore plus celles d'ici. Je ne connaissais rien, seulement quelques bribes. Mais cela n'était pas assez pour me faire une idée claire.
La Dame de Wenden débuta un monologue. Je l'écoutais attentivement. Je savais que parfois le silence et une bonne oreille suffisait amplement à rassurer.
Durant son récit, il m'arrivait de regarder la lune, pour moi même y trouver du réconfort. J'avais l'impression de retomber dans un rôle dont je ne voulais plus.
J'écoutais des confidences, et par conséquent, devrait certainement mettre des mots sur ses blessures pour les apaiser.

Un soupir, une brève jalousie concernant mon vêtement, et un voile de chagrin sur la mine, avant d'achever. Je baissai la tête. A vrai dire ce sujet là me semblait sans véritable réponse. Je comprenais les plaintes des sang-bleus, ils voyaient leur vie comme une prison malgré les richesses. Mais je comprenais aussi ceux de mon rang, qui jalousaient les belles conditions.
Il fallait accepter sa naissance, simplement. Qui refuserait de naître avec une couronne sur la tête ? Qui prierait le ciel de venir au monde pour une vie misérable ?

Que répondre ? Je la comprenais bien. Mon regard se posa sur le blason que je portais au coeur.
-" Peu de personne sont capable de soupçonner qu'une couronne puisse apporter des désagréments votre excellence. Alors que sans nul doute, vous souffrez plus que les gens du peuple. Enfin, j'imagine qu'il ne faut jamais généraliser.
Il n'est jamais aisé de savoir rassembler..."
Terminai-je en référence au mal qu'elle connaissait par la faute de ses vassaux.

L'air toujours respectueux, nous passâmes à la suite. Un sujet sans doute plus frivole, et qui me plaisait sans doute plus. Même si je savais que ma fonction m'obligeait à porter conseil à ma suzeraine.
J'esquissai un sourire. Il était vrai qu'elle avait du recevoir une jolie éducation dans le domaine des arts. Je compris rapidement que les mélodies n'étaient pas son plus grand plaisir.
Dommage. Toutefois, je ne pouvais pas lui reprocher. Les goûts et les préférences ne se discutaient pas.

Les balades à cheval ? Je l'avais bien deviné. On m'avait rapidement informé qu'il fallait que tout soit toujours parfaitement prêt. Une exigence que j'avais rapidement compris. Cela faisait peu de temps que j'étais au service de mon interlocutrice, mais je connaissais certains de ses goûts.
Encore de la tristesse sur son visage. La lueur de la lune rendait cette tristesse encore plus belle.

-" Je regrette d'être la cause de la mélancolie que je lis sur votre mine, Maîtresse !"
Maîtresse ! Comme un aveu, comme si en cet instant j'acceptais de mettre un trait sur mon passé. Comme si en cet instant, il n'y avait plus de déguisements, et que je prenais pleinement conscience de ma nouvelle condition. Plus encore que je reconnaissais maintenant en Dame Aliénor celle qui m'était supérieure et que je me jurais de servir avec mes maigres compétences.
Je ne demandais pas plus que le rôle qu'elle m'avait confié, j'étais déjà fort zélé, pourrais-je l'être encore plus ?

-" On aspire tous à cette condition. Mais j'ai appris, je le regrette pour vous, qu'elle ne soit pas compatible avec une vie comme la votre. "
Je baissai une nouvelle fois la tête, honteux d'avoir parlé franchement, surtout pour donner une mauvais nouvelle.

-" Près du soleil, on ne peut guère vivre discrètement. " Dis-je pour me justifier.
-" Votre excellence ? Voilà maintenant des jours que je suis là. Avez-vous eu des retours ? Etes-vous satisfaite de moi ? Ou ma période d'essaie n'est pas encore terminée ?
Revenir en haut Aller en bas
Aliénor de Wenden
Ancien
Ancien
Aliénor de Wenden

Nombre de messages : 181
Âge : 31
Date d'inscription : 05/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23 ans
Niveau Magique :
Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeVen 23 Mar 2018 - 14:44


Aliénor inclina la tête en écoutant l'ancien ménestrel lui prodiguer de si sages paroles. Elle se savait d'un tempérament ardent, peu enclin au calme et à la sagesse comme semblait en faire preuve son interlocuteur.

-" Peu de personne sont capable de soupçonner qu'une couronne puisse apporter des désagréments votre excellence. Alors que sans nul doute, vous souffrez plus que les gens du peuple. Enfin, j'imagine qu'il ne faut jamais généraliser. Il n'est jamais aisé de savoir rassembler..."

La manière dont il faisait preuve de diplomatie, quitte à valoriser plus les personnes de sang bleu la surprenait.

- Je ne pense pas que nous ayons plus ou moins de souffrance les uns que les autres. Je pense qu'elle est simplement différente en revanche. Je vous avoue que je n'envie pas la position de mes gens comme je ne leur souhaite pas d'envier la mienne. J'ai perdu tellement déjà...


-" Je regrette d'être la cause de la mélancolie que je lis sur votre mine, Maîtresse !"


Qu'il l'appelle ainsi l'étonna au plus haut point, de mémoire, c'était bien la première fois qu'il s'adressait à elle en l'appelant ainsi. Elle ne savait pas si elle devait en être flattée ou non à vrai dire tant elle avait peu l'habitude que l'on s'adresse ainsi à elle. Serait-ce l'aveu qu'il se plaisait ici parmi eux ?

- Oh ce n'est pas vous Manel, trop de fantômes malheureusement hantent mon présent et je vis dans la mémoire de ceux que j'ai aimé plutôt qu'à leur contact désormais. Il est difficile de se sentir aussi seule et pourtant d'être autant entourée. Nulle offense mais ma famille me manque. Malheureusement, personne ne saura les ramener à moi maintenant que la Damedieu en dispose.

Aliénor se trouvait pensive à l'évocation de ses rêves. Sa réponse ne fit que confirmer ses craintes.


-" On aspire tous à cette condition. Mais j'ai appris, je le regrette pour vous, qu'elle ne soit pas compatible avec une vie comme la votre. "


- Je n'en doute pas un seul instant. Il s'agit presque d'une quête pour nous qui sommes bien nés. Avoir tout ce que l'on désire est un luxe et certains courent après ce luxe toute leur vie. Parfois ils se brûlent les ailes à trop vouloir s'approcher du soleil.

Elle regarda alors son interlocuteur en lui souriant sincèrement. Sa compagnie lui faisait beaucoup de bien et avait même quelque peu tendance à panser certaines de ses blessures. Elle lui en était reconnaissant.

-" Votre excellence ? Voilà maintenant des jours que je suis là. Avez-vous eu des retours ? Etes-vous satisfaite de moi ? Ou ma période d'essaie n'est pas encore terminée ?

Aliénor fut contente qu'il ose enfin poser cette question, preuve qu'il se sentait plus à l'aise en sa compagnie. Elle lui sourit une nouvelle fois mais dû reprendre trop tôt à son goût sa casquette de régente.

- En vérité cela fera 3 ennéades que vous vous trouvez parmi nous Manel. Je sais que le temps passe si rapidement que l'on ne se rend pas compte qu'il nous file entre les doigts. Je n'ai rien entendu qui fut de nature à m'inquiéter, bien au contraire, on vous trouve zélé quoique trop réservé avec les gens au château. Certains se demandent si vous ne les prenez pas un peu trop de haut vu votre ancienne condition. Pour ma part, je suis fort satisfaite de vos services. Vous avez même appris avec le temps à anticiper mes besoins ce qui est une grande qualité. Vos services sont très appréciés et je serai contente si vous décidiez de rester à mon service.

Aliénor l'interrogea du regard. Elle s'était montrée des plus sincère dans le bon comme dans le mauvais. S'il y avait bien une chose que l'on ne pouvait lui reprocher, c'était bien son honnêteté et son intégrité tant envers les autres seigneurs qu'envers ces gens. Elle ne manquait pas à sa parole et c'était très apprécié.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-girl-on-fire.forumactif.org
Invité
Invité
avatar


Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié

Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeSam 24 Mar 2018 - 16:32

Le danger venait de l'envie et de la jalousie. La noble semblait également le dire. Mais était-il possible de se détacher vraiment de ce genre de sentiment ? Qui posséderait des armes pour faire cesser ce combat intérieur ? Il fallait bien vivre selon sa naissance ! Noble ou roturier.
Je m'étais excusé ensuite. Je m'imaginais coupable de son chagrin et de sa peine. Et mes mots ne semblaient pas non être fait pour réellement la rassurer.
Cet instant là, inconsciemment, fut celui où la page se tournait, et que cette vie devenait celle que je voulais vraiment. Maîtresse, avais-je dis. Oui, Mademoiselle de Wenden était ma Maîtresse.

Elle m'expliquait que sa famille lui manquait. Cela me semblait naturel. Cette femme avait beau être entouré, elle l'était par des gens qui dans le fond ne compte pas vraiment, ou du moins pas autant que les êtres chers.
Je l'écoutais toujours avec cette attention délicate qui rassurait souvent. C'était là aussi un art, une de mes qualités.
Il fallait avancer, et la question sur la bonne naissance, les peines, l'espoir et autres sentiments était un sujet sans véritable fin.
L'or pouvait-il au moins adoucir les épreuves de la vie ? Il en infligeait certaines que les simples humains ne pourraient imaginer. Je l'avais appris auprès de Dame d'Ancenis.

Je me contentai de répondre de la tête, ce qu'elle disait me semblait plein de sagesse. Je baissai légèrement la tête lorsque esquissa un sourire après que je lui eu posé la question concernant mon avenir. Je n'avais pas compté les jours, et je me demandai si mon essai était achevé.
Là encore, j'écoutais sa sentence.

Cela faisait si longtemps ? Je n'osai pas le croire, et pourtant. Comme elle le disait, le temps filait à une allure folle. Son récit, une fois encore, était fort juste. Du moins dans la critique. Les compliments, je n'étais pas assez arrogant pour être grisé.
A la fin, elle exprima son souhait pour que je reste à son service. Une décision qui me soulageait et qui d'un coup illuminait mon futur.
-" Je suis simplement d'une nature réservée. Je suis navré si certains le prennent pour une forme d'arrogance. Mais à l'avenir je me ferai alors plus sociable. Vous savez, j'ai toujours été seul. Je n'ai pas l'habitude... Toutefois je ne tiens pas à crisper l'ambiance avec mes camarades, alors, je ferai un effort. " Débutai-je simplement, avant de sourire timidement, réchauffé par le regard bienveillant de la noble dame.

-" J'en serai ravi votre excellence ! Le choix vous revient, mais si cela ne tenait qu'à moi je resterai. Je me sens bien ici, j'ai trouvé ce que je recherchais. "
Il y avait évidemment les contraintes du métier. Mais cela n'avait pas d'importance si cela me permettait de vivre paisiblement.

-" Et puis vos chevaux se sont habitués à ma présence, il serait de mauvais goût de les perturber. " Dis-je avec un grand sourire naturelle avant de reprendre un air sérieux en constatant qu'il faisait de plus en plus froid.
-" Il commence à faire froid votre excellence. Vous devriez vous mettre au chaud. " Soufflai-je avec respect et attention. Je ne voulais pas qu'en restant là, elle puisse attraper froid.

Revenir en haut Aller en bas
Aliénor de Wenden
Ancien
Ancien
Aliénor de Wenden

Nombre de messages : 181
Âge : 31
Date d'inscription : 05/07/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  23 ans
Niveau Magique :
Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitimeMer 18 Avr 2018 - 8:16


La jeune femme sourit aux réponses de son interlocuteur. S'il avait accepté les critiques avec intelligence, il passait sous silence les compliments. Un homme bien modeste que celui-ci. Se disait-elle. Toutefois elle n'osa pas laisser ces paroles franchir le bord de ses lèvres et garda ses réflexions pour elle.

Elle se montra néanmoins ravie de la réponse qui lui était faite à l'idée de rester à son service et sourit à l'ancien ménestrel.

- Vous m'en voyez ravie alors. En effet, tout comme nous, ils ressentent les choses. Les animaux ont bien plus d'instinct que nous. Ils savent bien avant que nous en prenions conscience quand la mort nous frappe. L'étalon de Roderik en particulier souffre de la perte de son cavalier. Il est nécessaire de le ménager et de prévenir tout comportement anormal.

Aliénor regarda un instant le jeune homme, s'assurant que ses conseils qui pouvaient être perçus également comme des recommandations, soient bien prises en considération. Les arétans avaient toujours eu beaucoup d'amour pour les chevaux. D'ailleurs, au contraire de la péninsule qui préférait les chevaux d'Erac, Arétria a préféré les leurs à juste titre. Ils étaient bien plus endurants.

Il la sortit une nouvelle fois de ses pensées lorsqu'il lui proposa de rentrer se mettre au chaud. Aliénor prit alors conscience qu'en effet, elle commençait à frissonner. L'hiver n'était pas tout à fait parti, il fallait l'avouer. Elle hocha la tête alors et fit demi tour.

- Vous avez tout à fait raison. Rentrons maintenant.

Ils se remirent alors en route pour le château qu'ils avaient quitté un peu plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
http://the-girl-on-fire.forumactif.org
Contenu sponsorisé




Une nouvelle page... [Aliénor] Empty
MessageSujet: Re: Une nouvelle page... [Aliénor]   Une nouvelle page... [Aliénor] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nouvelle page... [Aliénor]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fin du rp: Nouvel Orphelinat. Nouvelle façon de vivre {OK}
» Premieres photos de la future nouvelle classe
» [UPTOBOX] Underworld : Nouvelle ère [DVDRiP]
» Une nouvelle affinité ?
» Nouvelle édition de Blood Bowl

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Marquisat de Sainte Berthilde :: Comté d'Arétria-
Sauter vers: