AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour le Royaume, et pour son Peuple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Irys d'Arosque
Vénérable
Vénérable
avatar

Nombre de messages : 166
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 53 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Pour le Royaume, et pour son Peuple   Mer 1 Nov 2017 - 10:42

Sixième jour, Troisième ennéade, Favrius de l'an X du Cycle XI,
Abbaye Nostredame-de-la-Bien-Venue, Grand-Prieuré d’Edelys.

L’abbaye brillait du faste dont le feu régent Aetius d’Ivrey avait entouré le joyau de sa foi. Les vitraux du temple étincelaient des milles rayons de l’astre solaire, qui se reflétaient sur le sol entièrement de marbre ; le même sol que, disait-on, la DameDieu honora de sa divine présence lors de la MaleNuit. L’illustre évènement avait donné son nom au lieu, Nostredame-de-la-Bien-Venue. La Déesse Ailée était représentée, une main ouverte vers le haut en signe d’accueil et la seconde levée, paume vers l’avant, symbole de paix. Sur la première était pendu un châle, dernière relique d’une antique Gardienne. Construit en un temps pas si lointain où la crainte des Cinq s’étaient vue démultipliée par le Voile, tout dans l’architecture respirait la volonté de plaire à la Mère des Hommes. Les hautes colonnes de pierre semblaient rivaliser entre elles pour atteindre le ciel. Si elle n’égalait en rien la magnificence de la cathèdre Sainte-Deina, l’abbaye n’avait rien à envier aux autres temples du Royaume. Elle s’élevait sur les vallons du pays edelysien, dont elle était le fier symbole.

La Haute-Prêtresse regardait avec attention le ballet incessant des hommes et des femmes en sur-robes bleues et blanches qui s’était installé depuis son arrivée à la Ferté-Edelys. Elle était venue accompagnée de sa petite compagnie de prêtres, volontaires pour être les premiers missionnaires du tout jeune Grand-Prieuré, mais avait annoncé la venue proche et soudaine de bien plus de monde. Pour la première fois depuis une décennie, le monastère allait vraiment bien porter son nom.

Les traits tirés, le visage ridé semblant avoir pris plusieurs années en quelques mois seulement, Irys affichait cependant un sourire. Mais derrière cette maladroite façade, on lisait aisément une profonde lassitude.

«– Votre Bienveillance ? »

La voix venait de derrière elle, depuis l’intérieur du monastère. La veuve se retourna et, avisant le jeune prêtre qui l’avait interpelée, s’avança vers lui pour quitter la fraicheur printanière de l’aube qui régnait sur le parvis.

«– Je… Vous… Vous avez reçu des nouvelles… Du Nord. D’Ancenis, je crois. »

La Haute-Prêtresse souleva un sourcil, plus indécise que surprise. Elle se saisit du vélin et arracha, les mains tremblantes, le sceau au Calice et à la Plume. Elle en parcourut les premières lignes. Ses yeux s’embuèrent de larmes, larmes de rage et de désespoir.

«– Lisez-le moi, je vous en prie… » dit la veuve en tendant vivement le parchemin et en essayant de cacher d’un revers de manche ses émotions.
Les armées du Nord sont en marche vers Ancenis. Elles sont menées par le Marquis de Serramire, qui semble déterminé à purger le Royaume de ceux qui ne se sont pas rallié immédiatement au Roy. »

Les mots du clerc lui enfonçaient un nouveau pieu en plein cœur. L’amertume d’avoir échoué à ramener la paix remonta jusqu’à ses yeux mais elle se contint de s’effondrer devant tout l’assemblée.

«– Le Primeprestre se tient prêt à accueillir les réfugiés, les victimes et les blessés.
Nous ferons de même. Envoyez une missive au Grand-Intendant Gilles à Diantra je vous prie. Dites-lui de déployer un maximum de ressources pour ceux qui souffriront de la prétention du Nord… »

Le jeune clerc sembla troublé, voire peiné par le jugement de la Haute-Prêtresse.

«– Sauf votre respect, Votre Bienveillance… avança-t-il timidement, Vous ne devriez point haïr le Marquis, alors qu’il ne fait que ce qu’il pense juste pour son pays et son peuple. »

Légèrement étonnée de sa remarque, Irys se tourna vers le prêtre bleu. Derrière sa carrure forte et son visage taillé au couteau, elle reconnut un véritable homme du Nord. Elle sourit à son encontre avant de lui répondre.

«– Je ne hais point le Marquis, comme je ne hais point ses gens. Il ne m’appartient pas de juger ses Choix. Il pense sans doute honorer le Coléreux par une guerre en Son nom, et au nom de l’unité. Mais alors que la stabilité du Royaume semble ne plus souffrir de contestation, d’Ydril à Oësgard, préserver le Souffle de centaines de Fils de la DameDieu me semble être une priorité. Le Grand Froid a été rude, au Nord plus qu’ailleurs. Je ne saurais cautionner de nouvelles violences lorsque nous sommes faibles au sortir de l’hiver. »

Le jeune homme sembla satisfait. Il s’inclina, un peu raide, et s’éloigna, laissant la Haute-Prêtresse avec sa morosité, désormais un peu plus légère.
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
Irys d'Arosque
Vénérable
Vénérable
avatar

Nombre de messages : 166
Âge : 17
Date d'inscription : 02/09/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 53 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Pour le Royaume, et pour son Peuple   Dim 12 Nov 2017 - 18:22

Elphin travaillait derrière la chaumière à fendre des bûches ce jour là. Sa hache s’abattait méthodiquement sur le bois, portée par un bras rompu par l’habitude. Il était transi par le froid mais s’appliquait à faire grossir le tas de rondins à ses pieds. Sans cela, la santé de sa sœur, de sa mère et du bébé qu’elle attendait serait compromise…

Le père Guillaume arriva à ce moment là du village, haletant, sa robe bleue battant ses chevilles et le rouge aux joues. Il courut à son niveau. A son air, Elphin devina qu’il n’allait rien lui annoncer de bon. Le père Guillaume était un petit prêtre maigrichon, un soleil bien avancé sur le sommet de son crâne. C’était lui qui écrivait les lettres qu’on venait lui dicter. Elphin l’avait toujours apprécié, et ce sentiment était réciproque. Depuis que son père était mort, quelques mois auparavant, ce lien s’était encore renforcé. A présent, c’était Guillaume qui écrivait ses lettres à Clothilde, sa promise du village voisin. Ce sera lui qui les mariera, la saison prochaine.

«– Gamin euh… Je… Ta mère est arrivée ce matin. Elle et le bébé… Tu sais bien, elle était affaiblie par l’hiver… Je n’ai pas pu les sauver. »

Elphin blêmit. Il lâcha sa hache qui se planta dans la terre et suivit le prêtre.
Il ne parlait jamais beaucoup, mais aujourd’hui moins que jamais. Ses seules paroles furent :

«– Et Louise ?
Ta sœur va bien… Je l’ai confiée à Bertille. »

Ils arrivèrent au Temple de la DameDieu quelques minutes après. La chaleur du feu dans l’âtre leur fit du bien. Sans prendre le temps d’ôter ses bottes ou sa cape en laine, Elphin fila dans la salle ou il savait que sa mère se trouverait. Un rictus de douleur était gravé sur son visage et ses yeux étaient fermés. A son chevet, Louise était agenouillée, secouée de sanglots. Il la prit par l’épaule et ils passèrent plusieurs heures sans rien dire, à partager leur chagrin dans leur étreinte.




«– Où allons-nous aller ? s’inquiéta la jeune fille alors que Bertille, l’adepte du Temple, leur distribuait un bol de gruau.
J’ai reçu une missive hier… Elle venait de Diantra. Sa Bienveillance Irys offre l’asile en Edelys à ceux qui ont souffert de l’hiver.
Edelys ? C’est à plusieurs ennéades d’ici… Et pourquoi y serions-nous plus en sécurité qu’ici ? Et Clothilde… je ne peux pas…
La guerre arrive, gamin. T’ira pas loin seul au champ avec des bouches à nourrir.
La guerre ? Je ne déserterai pas, j’irai me battre !
Bah voyons. Avec un bout de bois ? Vas en Ferté-Edelys, tu pourras reconstruire ta vie. Clothilde t’y rejoindra. »

Ils partirent le lendemain, avec juste une charrette et une bourse contenant quelques pièces. Plusieurs ennéades plus tard, alors que le printemps avait chassé la neige et ramené un semblant de chaleur, les deux enfants arrivèrent en vue de l’abbaye Nostre-Dame-de-la-Bienvenue. L’énorme bâtiment les écrasait, eux qui n’avaient jamais rien connu d’autre que le Temple de leur petit village.

Comme eux, des hommes, des femmes, des enfants et des vieillards allaient vers la résidence de la DameDieu demander la protection sous les ailes de la Divine Mère des Hommes. Sur le parvis, un jeune prêtre leur souhaita la bienvenue. Orphelins, ils étaient pris en charge avec plus d’attention encore que les autres. En avançant dans l’impressionnante allée, surplombée par la statue de la Déesse, ils croisèrent une vieille femme au port étrangement droit pour son âge. Avec un regard bienveillant, elle leur sourit et dit :

«– Bienvenue. »
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr
 
Pour le Royaume, et pour son Peuple
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rang spéciaux pour les utilisateurs
» Juste pour rire
» Un endroit pour dormir... Oh un chat ! Minou Minou !! [libre]
» Aline c'est pour toi, rien que pour toi.
» Besoin de votre aide pour les postes vacants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Royaume de la Péninsule ~ SUD OUEST :: Duché de Langehack :: Grand-Prieuré d'Edelys-
Sauter vers: