Partagez | 
 

 Petite filature entre inconnus [en cours...]

Aller en bas 
AuteurMessage
Folie
Humain
avatar

Nombre de messages : 60
Âge : 101
Date d'inscription : 28/08/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Jeu 16 Nov 2017 - 20:12

- Xeme année du XIe Cycle
Fin du mois de Favriüs, premier mois de printemps.



Folie observait depuis plusieurs heures un commerçant qui travaillait pour l'homme qui avait employé la petite rouquine quelques jours plus tôt. Son client suspectait le gérant de sa boutique de produits exotiques de trafiquer avec un contrebandier, vendant des articles illégaux dans son établissement. Il voulait y mettre un terme avant que les autorités n'y mettent le bout de leurs nez et qu'il soit lui même accusé à tord.

Un homme à la démarche chaloupé et au grand chapeau marin rentra dans la boutique. Elle était quasi sure que c'était lui. Elle se rapprocha, faisant mine de regarder les produits des vitrines alentours ou des commerçants ambulants qui s'étaient placés là.
Elle repéra non loin d'elle un jeune garçon qui traînait dans le quartier depuis quelques jours, c'était un petit voleur à la tire, pas un grand spécialiste mais il avait l'avantage de changer facilement de posture, ce qui lui évitait de se faire repérer. Elle enviait ses talents de comédien. Il avait pourtant l'air d'avoir un peu maigri depuis la dernière fois qu'elle l'avait vu. Les rues de Thaar laissaient de nombreuses possibilités, mais il fallait s'adapter vite pour survivre.

La clochette de la petite boutique retentit dans la rue, il ressortait. Elle se reconcentra sur sa mission. Elle allait suivre le marin pour voir où il se rendait, pour apprendre à les connaitre, lui et ses habitudes. Elle se faufila parmi les badauds et les marchands. Mais avant de tourner, la clochette de la boutique raisonna à nouveau. Elle se retourna, et vit le commerçant quitter sa boutique, c'était pendant les heures d'ouvertures, ce n'était pas normal.

“Merde !” elle ne pouvait pas les suivre tous les deux en même temps. Et il le fallait.
Elle vit un mouvement sur sa droite. L'étrange garçon tout fin avec son visage d'ange ! Elle n'avait pas mieux sous la main, et c'était même une chance.

“Hey ! Toi là.” l’interpella t'elle doucement, de façon à ce que lui seul l'entente. Elle le prit par le bras et l’entraîna à quelques pas, dans un coin un peu écarté. Une mèches de cheveux roux s’échappa de son attache, dansant devant ses yeux étranges.
“Tu veux faire un boulo contre de quoi manger pendant une semaine dans des tavernes correctes ? Oui ou non ? c'est urgent.”

Elle n'avait pas l'air paniqué, mais les mouvements de ses yeux à droites et à gauche dévoilés en effet l'urgence de l'échange. Elle planta ses yeux vairons dans ceux du jeune homme, un peu plus grand qu'elle. De prêt il avait l'air un peu plus âgé qu'elle ne l'avait cru au premier abord, il devait avoir son âge à peu prés.


Dernière édition par Folie le Jeu 22 Mar 2018 - 1:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 24
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Jeu 16 Nov 2017 - 21:47

 « Non je ne veux pas la jouer ! Je la déteste, elle est faible, stupide, aveugle, elle passe son temps à se plaindre et à se morfondre, je suis bien plus fort qu'elle ! »

Gallot tira sur sa pipe et recracha la fumée sur le visage enfantin d'un Wyman âgé de onze années.

 « Alors tu es plus stupide que je ne le croyais. Tu dis vouloir devenir un comédien comme nous autres mais tu ignores ce qu'est l'essence même de la comédie. La comédie c'est s'oublier, se déposséder de tout ce que l'on est pour se transformer en quelqu'un d'autre. Sa façon de s'habiller, de parler, de manger, de respirer, de chier... Si tu as passé ta vie à manger avec tes doigts et que tu dois incarner quelqu'un qui mange à la cuillère alors tu dois apprendre à manger avec des couverts. Tu n'existes plus en tant que Wyman, tu nais à nouveau pour devenir quelqu'un d'autre. »

 « Je suis un garçon, et je ne pleure jamais ! Pourquoi est-ce que je dois jouer cette Cat qui pleurniche pour un rien ? »

 « Parce que tu es le seul à le pouvoir dans la troupe, nous sommes tous trop vieux et trop masculins. Et pour me prouver que tu mérites de monter sur les tréteaux. »

 « C'est ridicule. »

______________________________

Les années étaient passées si vite. Wyman n'était plus le jeune garçon naïf de jadis, même si son arrogance ne fut pas ternie par le temps. En tout cas, il remerciait chaque jour Gallot de lui avoir transmit l'art de disparaître et de jouer un rôle. Ses vols répétés commençaient à se remarquer, et déjà plusieurs quartiers devenaient trop risqués pour lui. S'il n'avait pas su jouer les mendiants, les bossus, les fillettes, les nobliaux, les écuyers, il aurait été depuis longtemps pris la main dans le sac.

Il écumait donc depuis quelques jours un quartier moins en vogue que les précédents, où les gens y avaient la bourse plus légère. Les gains étaient peut-être moins importants mais les victimes avaient du coup moins de moyens pour retrouver leurs piécettes volées, alors que certains riches bourgeois avaient déjà lancé des molosses à ses trousses.

Quoiqu'il en soit, le butin de ses larcins ne lui permettaient pas de manger plus d'une fois par jour, et même si Wyman avait toujours était fin, on pouvait deviner à ses traits osseux une maigreur anormale. Ses forces le quittaient chaque jour un peu plus, tandis que les vertiges se faisaient plus fréquents et que son ventre gargouillait à tout bout de champs, il ne tiendrait pas très longtemps à ce rythme, mais les opportunités se faisaient rares.

Le comédien s'apprêtait à soulager un badaud de ses pièces quand une voix l'interpella. Une fille rousse, de son âge, qui l'attrapa par le bras pour le traîner plus loin sans qu'il ne puisse tenter de refuser tant l'acte fut rapide et ses propres forces ridicules.

 « Nan mais oh ça va pas ou quoi, tu vois pas que je suis en train de travailler ? Comme si j'avais besoin d'une emmerdeuse de plus en ce mom... » commença-t-il à dire alors que la jeune fille l'emmenait comme un bambin dans une ruelle discrète avant de lui couper la parole pour lui proposer un boulot.

 « Tu crois qu'on m'achète comme ça ? L’irrésistible Wyman ne manque d'absolument rien. »

Il releva le menton et souffla sur une mèche qui était venue lui barrer le visage, fier comme un coq et plus arrogant qu'un prince. Sauf que son ventre se mit à gronder gravement, vide comme la tête d'un péninsulaire. Ses joues devinrent alors aussi rouges que des baies sauvages à cause de la honte, et ses yeux vert-jaune évitèrent ceux de la jeune femme. Vaincu et prit en flagrant délit de mensonge, Wyman ne put que se résigner.

 « Bon, ouais, d'accord, propose toujours je verrai ce que je peux faire. Pas d'entourloupe hein, j'aurai aucun mal à retrouver une rousse aux yeux bizarres comme toi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Folie
Humain
avatar

Nombre de messages : 60
Âge : 101
Date d'inscription : 28/08/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Ven 17 Nov 2017 - 0:10



Folie leva les yeux au ciel à la bravade du jeune garçon. Elle n'avait pas le temps de préserver sa sensibilité masculine. Le ventre du garçon non plus apparemment, elle ne pu s'empêcher de laisser glisser un petit sourire sur ses lèvres. Mais dès qu'il aborda le sujet de son physique peu commun et sur la facilité de la retrouver, son visage se ferma.
Elle n'aimait pas qu'on lui rappelle qu'elle n'était pas normale et qu'en plus elle n'était pas suffisamment discrète pour son métier.

“Suis cet homme, discrètement” Elle le pointa du doigt alors qu'il fermait encore sa boutique. Il était un peu rondouillard, sa veste semblait trop petite pour lui. Il était lent, il serait facile à suivre, mais il jetait des regards réguliers autour de lui qui laissait penser qu'il ferait attention à des petits fouineurs dans leur genre.
“Retiens tout ce qu'il fait, où il va, et toutes informations sur les gens à qui il parle.”
Elle hésita puis ajouta : ”Cherches des indices de contrebande. Tu pourras faire tout ça ?” Finit t'elle par demander l'air un peu inquiet, se demandant s'il arriverait à tout retenir et à voir ce qui était important. Mais de toute façon, elle n'avait pas le choix.
.

Elle ne lui laissa pas le temps de répondre qu'elle enchainait rapidement :
“De mon coté je dois filer un autre type suspect. Un peu plus bas dans la rue il y a une auberge "Le cheval je sais pas quoi". On s'y retrouvera demain matin. En attendant....” elle sorti une petite bourse et un tissu avec des gâteaux “Tiens, dépêche toi, on va les perdre”.
Elle parlait vite, le temps filait.

Elle commençait déjà à s'éloigner en marchant à semi reculons “Je te retrouverais aussi si tu ne tiens pas ton engagement. Il n'est pas dangereux, mais fais attention à toi. Au fait c'est quoi ton prénom ?”.

Elle rabatit son capuchon, cachant ses tares au mieux.


Dernière édition par Folie le Jeu 22 Mar 2018 - 1:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 24
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Lun 20 Nov 2017 - 18:28

 « Ouais, ouais. Mais t'arriveras pas à me retrouver si j'en ai décidé ainsi. Alors, à demain, peut-être. » lui lança-t-il avec un sourire moqueur tout en secouant la bourse qu'elle venait de lui donner.

Il pouvait très bien s'enfuir avec l'argent sans s'attirer d'autres problèmes. Qu'avait-il à craindre d'une fillette repérable à des kilomètres avec sa crinière de feu ? Certainement moins que s'il continuait à voler les nobles de la ville. Pourtant, Wyman se prêta au jeu, il voulait savoir pourquoi cet homme qu'il devait suivre méritait qu'on le prenne en filature. Et cette fille attisait aussi sa curiosité, alors il se mit lui aussi en route.

Le grassouillet lui donna d'abord l'impression de vagabonder, une ruelle à droite, une avenue à gauche, une ligne droite pendant plusieurs minutes, puis demi-tour... Le comédien comprit très vite qu'il essayait ainsi de repérer les fouinards qui lui colleraient au train. Mais Wyman était rompu à ce genre d'exercice alors ces ruses de novices ne compromirent en rien sa mission.

Après plusieurs heures de filature, le jeune garçon rentra à l'auberge où il avait loué une chambre pour la semaine. Il était éreinté et las, courir dans tous les sens n'était pas l'un de ses passe-temps favoris. Mais au moins sa mission était remplie et, pour une fois, sa paye n'avait pas été volée, il s'endormit donc avec le sourire. Demain, il retrouverait cette rouquine et lui dirait ce qu'il avait vu. Ou peut-être raterait-il le rendez-vous, juste pour prendre le sort à contre-pied. Qui sait ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Folie
Humain
avatar

Nombre de messages : 60
Âge : 101
Date d'inscription : 28/08/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Sam 25 Nov 2017 - 13:02



Folie leva de nouveau les yeux au ciel à la bravade du jeune homme. Bien, comme il voulait, pas de nom, pas de certitude, elle n'avait pas le temps pour insister où le remettre à sa place.

Comme tu voudras, en tout cas, ta bourse ne sera doublée que si tu mènes à bien ta mission.” Elle lui fit un clin d’œil sans sourire, et se détourna, partant à la suite de son louche marin.


Elle cru, pendant quelques minutes, qu'elle avait perdu sa cible, suivant la rue du port qu'il avait emprunté. Finalement elle reconnu au loin son chapeau, il avait une plume d'oiseau rouge et le bord élimé avait une teinte vert-foncée. Il marchait d'un pas assuré, ne se préoccupant pas de ce qui l'entourait, d'ailleurs il n'hésita pas à rentrer dans quelques personnes sur son passage.
C'était clairement un rustre sans grand intérêt comme il y en avait des centaines. Folie connaissait bien ce genre de types. Parce qu'ils n'étaient pas honnêtes, ils se croyaient tout puissants, mais ils étaient d'une banalité anonyme.
Comme prévu, il rejoignit directement le port, plus calme à cette heure de la journée, mais toujours dans son activité incessante. Elle remit sa capuche qui avait glissé lorsque les murs de la ville ne protégeaient plus du vent. L'odeur iodée de la mer et celle du poisson se firent plus fortes, les cloches de bord tintaient légèrement avec le tangage des coques.

Le contrebandier présumé rejoignit rapidement une chaloupe après avoir échangé quelques plaisanteries avec des marins, probablement du même équipage que lui.
La jeune femme s'assit sur le bord d'un quai, ne quittant pas des yeux la petite embarcation, il fallait absolument qu'elle sache quel bateau il allait rejoindre. Ils étaient nombreux au large de Thaar, et elle cru avoir perdu son bonhomme quand il disparu derrière l'un d'eux, cachant la visibilité sur au moins deux autres navires. Ça laissait trop de possibilités. Comme un chat qui connait bien son territoire, elle alla rejoindre les hauteurs, allant de toit en toit pour arriver à un promontoire suffisamment haut et bien placé. Après quelques minutes d'inquiétude, elle repéra de nouveau l'embarcation, elle venait se placer juste à coté d'un petit navire aux allures marchandes.

Elle parti acheter un panier de petits pains et passa la journée sur les docks à essayer de glaner des informations en jouant à la vendeuse de confiserie.
C'était soit le Bernacle rieur soit l'Ondée capricieuse, tous deux venaient d'arriver. Le capitaine du premier avait la réputation d'avoir la caractère changeant, celui du second d'être un joyeux luron. Ils auraient peut-être mieux fait d'échanger leurs bateaux, histoire de s'accorder avec, ne pu s'empêcher de songer la petite rouquine.
Quand elle commença à avoir faim, elle constata qu'elle avait fait l'erreur de vendre tous les petits pains. Finalement elle pourrait se reconvertir ! Ses petites missions restaient tout de même bien plus rentable. Après les dernières agitations du soir avant que la nuit ne tombe, elle s'offrit deux friands chauds à la viande et les savoura en compagnie de quelques mouettes gourmandes à qui elle lança des miettes, s'amusant de leurs disputes et de leurs cabrioles. La nuit tombée il faisait frai, de souvenir elle n'avait jamais vécu un début de printemps aussi frai à Thaar. Il lui tardait que les jours chauds arrivent, elle pourrait alors se baigner dans les criques et dormir sur les rochers brûlants.
Malheureusement, ce n'était pas pour tout de suite, et une tâche bien peu agréable l'attendait.
C'est lorsque la ville commença à être plus calme qu'elle alla rejoindre une petite embarcation. Elle n'était pas à elle, mais tout le monde l'utilisait plus ou moins. Les habitués savaient que la chaîne qui semblait la maintenir à quai n'était pas fixée.



Il lui fallait du temps pour parvenir au navire. Ramer n'était pas un plaisir, encore moins lorsqu'on était un petit bout de femme. Elle prit le temps de se reposer un peu entre deux bateaux, avant de rejoindre celui sur lequel elle avait vu embarquer son suspect. Elle distingua un grand B avec la lumière de la lune sur la coque, ce devait donc être le Bernacle rieur. Elle s'était approchée très doucement, évitant de faire le moindre bruit, l'ouïe et les yeux à l’affût. Le bord avait l'air plutôt calme, elle voyait une silhouette faire des rondes, la majorité des hommes devaient être à quai, à profiter des merveilles de la terre ferme et de sa cité pleine de promesses. Elle n'osa pas monter à l'échelle de corde, elle trouva un autre cordage et se hissa, ses bras déjà trop sollicités par la soirée eurent du mal à la soulever. Une fois sur le pont, elle resta un moment dans l'obscurité, écoutant les bruits de pas, quelques voix. Les hommes restés à bord, s'ils ne dormaient pas dans la cale, semblaient jouer aux dés dans un coin du pont. Elle les écouta et observa un moment, choppant quelques rares bribes intéressantes. Elle reconnu l'homme qu'elle avait suivit. Elle était au bon endroit.
La petite rouquine profita de l'occasion d'une dispute entre deux marins pour aller voir les marchandises en soutes. Elle ne trouva rien de suspect pendant un moment, puis finalement, sous des rouleaux de tissus, des fioles lui indiquèrent qu'elle était sur la bonne voie. Produits rares ou dangereux, ils n'avaient rien à faire là. Mais ce n'était pas assez pour alimenter les activités illicites de la boutique, ce ne devait être qu'une partie.

Alors qu'elle refermait le coffre délicatement, ne laissant aucune trace de son passage. Un mouvement d'air la fit se retourner, une lueur apparaissait dans le cadran de la porte. Un homme entra dans la cale. D'abord surprit, un air mauvais se dessina rapidement sur son visage buriné.
Ho le joli petit rat” dit t'il avec un sourire puant. Il accrocha la lampe à huile à la porte.
La suite alla très vite. Le marin tenta de l'attraper. Elle tenta de l'esquiver. Jusqu'à ce qu'il la chope au cou -pas assez de place pour se mouvoir correctement-, se marrant car son bras tendu ne permettait pas à la jeune fille d'être assez proche pour lui faire vraiment mal malgré les coups qu'elle portait, se démenant comme une démone. Elle lui griffa le bras jusqu'au sang, mais la douleur ne semblait rien lui faire. Elle essaya de retrouver son sang froid, étourdie par des battements dans son crane. Alors qu'elle commençait à manquer de souffle, Folie attrapa un petit couteau qui était sur sa hanche, le planta dans le bras qui la tenait. La prise faiblit, elle en profita pour donner un grand coup dans le pli du coude. Il la lâcha. Elle sorti un autre couteau qu'elle dirigea vers la gorge. Mais à quelques centimètres de son but, un gros bras arrêta son geste et elle reçu le poing en pleine tête. Au sol, les oreilles sifflantes, elle crut voir ses derniers instants, une ombre gigantesque s'élevant sur elle et l'emprisonnant. C'est par désespoir et instinct qu'elle rassembla toutes ses forces pour donner un grand coup de pied à un monticule de caisses. Un grand crac se fit entendre, et la cale sembla s’effondrer sur eux. La petite taille de Folie lui permit de se glisser entre deux grandes malles stables.

Une fois le calme revenu, elle sortit de son trou, un peu sonnée. L'homme était étendu au sol. Elle avait eut de la chance que les caisses soient détachées, normalement elles étaient toujours bien arrimées sur un navire. Probablement que le débarquement des marchandises étaient prévu dans la nuit et que l'équipage s'était avancé. Ce dernier avait d'ailleurs dû entendre le chahut. Elle ne devait pas traîner !
La suite, elle ne saurait vous l'expliquer, mais elle prit la lampe à huile et la projeta dans une caisse de tissus à coté de l'homme assommé. Elle quitta rapidement le navire, ramant plus vite qu'à l'aller. Lorsqu'elle rejoignit les quais à la faveur de la nuit après un chemin vertical, elle prit le temps de se retourner. L'or qui avait grandit sur l'eau au fur et à mesure avait été le reflet d'un incendie qui n'avait eu de cesse de croître. De nombreuses personnes s'étaient rassemblées sur les quais, heureusement ils étaient trop obnubilés par le spectacle pour faire attention à elle, et de nombreuses autres petites embarcations s'étaient avancer sur l'eau, certains pour mieux voir, d'autres pour aider, d'autres pour fuir. Mais elle ne tenta pas davantage sa chance et rampa rapidement sur les galets obscurs, rejoignant une vieille barque qui ne prenait plus le large depuis longtemps. Elle se glissa sous la toile sensée la protéger.
Folie écouta, sa propre respiration lui refusant la moitié des paroles qui lui parvenait. Peu à peu la foule se calma, il n'y avait de toute façon pas grand chose à faire, malgré des pompes à eaux, un bateau brûlait vite et facilement. Elle s'endormit, avec la facilité d'un enfant des rues capable de dormir dans n'importe quelle situation et n'importe où.



Ce sont les cris des goélands qui la réveillèrent à l'aube. Elle était glacée. Folie s'extirpa de sa “planque” et se dirigea vers le Cheval facétieux. Il ne restait plus qu'à voir si le gamin n'était pas idiot et si elle avait eu un peu de chance sur ce coup là. Le Bernacle rieur n'était pas, de toute évidence, le seul pourvoyeur. Son cadavre noir se détachait au loin, il n'en restait pas grand chose, et s'il flottait encore c'était en raison de sa coque humide, mais bientôt ce ne serait plus qu'un souvenir. Un souvenir... comme l'odeur de cendre dans ses cheveux, seule preuve de son larcin.

Il était tôt, la table contre la cheminée de l'auberge était libre, et elle s'y lova avec plaisir, contre quelques coussins. Oeufs, saucisses, et gruau, elle dévora tout avec félicité. Une fois le ventre pleins et dopée à la chaleur, elle se laissa aller en arrière, ferma les yeux, et somnola, profitant de ce petit moment de bonheur.

Mais, toujours à l’affût, l'oreille tendue.





HRP:
 


Dernière édition par Folie le Jeu 22 Mar 2018 - 1:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 24
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Lun 27 Nov 2017 - 20:14

 « T'as une sale gueule. »

Wyman s'était accroupi près de l'âtre et la regardait avec un air moqueur. Il portait un long manteau bleu nuit, rapiécé au bas et aux manches, possédant un long capuchon dans lequel le visage du jeune homme s'enfonçait profondément. S'il essayait de paraître calme et fier comme à son habitude, les quelques regards vifs qu'il jetait régulièrement à droite et à gauche trahissaient sa nervosité. Quant à la pique qu'il avait envoyé à Folie,  elle était à prendre à la légère car elle pouvait être retournée contre lui. En effet, de profondes cernes lui noircissaient le dessous des yeux, et si la rouquine avait pu profiter de quelques heures de sommeil, même rares, il n'en était rien pour le comédien. Son regard fatigué et injecté de sang détailla la jeune femme, et il comprit très vite et malgré l'épuisement que sa nuit n'avait pas non plus été de tout repos.

 « Y'a bien une histoire de contrebande, mais si tu veux un conseil, lâche l'affaire. C'est beaucoup trop gros pour toi. » Il fouilla dans la poche de son manteau et lui tendit la bourse qu'elle lui avait donnée à leur rencontre. « Et pour moi aussi. »

Il se gratta la tête, et la jeune fille put remarquer que ses mains étaient abîmées comme le sont celles de pugilistes ivres. À y bien regarder, il portait aussi quelques traces de coups au visage et son manteau prenait une couleur vermeille au niveau du bassin.

 « Enfin, tu fais ce que tu veux, mais s'ils te choppent t'as intérêt à être plus vive que moi. » Il se releva en grimaçant non sans prendre appui sur la cheminée. La lumière des flammes faisaient danser des ombres menaçantes sur son visage. « C'est du sérieux ceux qui se cachent derrière ton type, j'te parle d'un Prince Marchand. Foutre le nez dans l'affaire de ce genre de gars c'est marcher vers la potence. Et de ce que j'ai compris, on parle pas d'une fortune bâtie sur les épices, alors tu ferais mieux de faire comme moi, c'est à dire rendre l'argent à la personne qui t'a foutue dans un merdier pareil, et faire profil bas pendant plusieurs jours. » Son ton était aussi cynique que grave, mais sa moue moqueuse avait totalement disparue.

Sans plus se préoccuper d'elle, il marcha d'un pas lourd vers le comptoir où il commanda un pichet de vin rouge, son capuchon toujours enfoncé sur sa tête. L'heure avait beau être matinale, le garçon avait visiblement besoin de boire.
Revenir en haut Aller en bas
Folie
Humain
avatar

Nombre de messages : 60
Âge : 101
Date d'inscription : 28/08/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Jeu 30 Nov 2017 - 22:27



Un pas un peu trainant mais léger.
A l'ouï Folie émit l'hypothèse que le nouveau venu dans la salle était son jeune et inconnu acolyte. Mais ce n'était pas la première fois, elle avait déjà suspecté son entrée une fois ou deux. Quand il s'approcha d'elle, elle sut qu'elle ne s'était pas trompée cette fois-ci.

Ses salutations furent à l'image de leur rencontre. Elle garda les yeux fermés, pas encore décidée à quitter son petit moment de confort.
“Merci”, et c'était sincère, malgré la conscience que ce n'était pas fait pour être un compliment. Elle préférait avoir l'air d'une baroudeuse que d'une mignonne petite fille ou demoiselle.

La petite rouquine le sentit s'approcher davantage et se baisser devant le feu. Elle ouvrit à demi les yeux, toujours aussi bien lovée dans sa cape qui faisait office de couverture.
Son regard croisa celui du jeune homme, ses yeux verts-jaunes exprimaient une certaine moquerie provocatrice, mais pas seulement. L'impression de Folie fut affermit lorsqu'elle le vit regarder vers la porte, l'air inquiet. Elle se redressa légèrement, parcourant elle même l'auberge du regard. Elle ne voyait pas de danger immédiat, sauf peut-être un homme de haute stature seul qui semblait un peu tendu, mais rien de particulier pour une grande cité.

Lorsqu'elle porta de nouveau les yeux sur le jeune homme elle l'observa plus attentivement, il avait l'air plus fatigué, plus sombre. Sa peau avait légèrement gonflée à certains endroits de son visage. Elle se redressa encore un peu. Il avait reçu des coups qu'il n'avait pas la veille. Elle fronça légèrement les sourcils.
Il l'étudiait lui aussi, et à ce moment là elle se questionna réellement sur ce qu'elle même affichait. Elle leva une main sur sa joue tuméfiée, elle grimaça de douleur, laissant ses doigts redescendre et frôler sa gorge davantage marquée mais aussi mieux camouflée sous le tissu. Seule sa voix un peu enrouée pourrait réellement trahir ce petit désagrément.
Ils avaient fiers allures tous les deux, ils avaient l'air de deux orphelins qui s'étaient attirés des ennuis. Ce qu'ils étaient certainement.
Un instant, elle eut le sentiment de voir son reflet dans le visage du jeune garçon.
Puis ça devint de la culpabilité. C'était sa faute. Elle avait pensé lui confier une mission facile, une petite filature, lui donnant une chance de survivre avec un travail “honnête”, mais elle l'avait entraîné dans quelque chose qui ne le concernait pas.

Elle ne laissa rien paraître, comme toujours, mais ça la vexa un peu qu'on lui dise qu'une affaire était trop grosse pour elle. Ce qui la poussa à prendre la bourse qu'on lui tendait, sans un mot et sans rien exprimer. S'il était frileux, ce n'était pas son problème à elle. Thaar n'était pas une ville facile et de toute évidence il n'allait pas y survivre longtemps, alors autant que l'argent revienne à une personne à la durée de vie moins limitée.

Lorsqu'il se redressa elle remarqua une tâche sombre sur ses vêtements, elle senti l'odeur du sang. Elle l'avait perçu, mais tellement diffus qu'elle n'avait pas fait attention jusque là. C'était le sien ? C'était pour ça qu'elle travaillait seule ! Elle ne voulait pas se préoccuper de quelqu'un d'autre.
* Et merde ! *
Elle ne pouvait s'empêcher de se sentir fautive.

C'est en gardant toujours son visage inexpressif qu'elle l'écouta, ne voulant surtout pas l'interrompre, avide de tout indice.
Un prince marchand ? Qu'est ce qui pouvait bien lui faire penser ça ? Il avait un indice formel ?
Lequel ? Elle réfléchissait à tout ce qu'elle savait des princes et princesses. Elle n'aurait su dire pourquoi, mais son intuition la menait vers la maîtresse des forges. Peut-être la réflexion sur le fait que ce n'était pas une fortune basée sur les “épices”. Mais c'était idiot, qu'est ce qu'une forgeronne aurait à faire avec une boutique de produits exotiques de luxe ? D'ailleurs qu'est ce qu'un prince marchand aurait à faire avec ce type de boutique alors qu'elle ne lui appartient pas ?
La politique... elle n'y entendait rien.

Elle le laissa s'éloigner sans un mot, boire un coup lui ferait du bien. Et elle avait besoin de réfléchir quelques instants.
Folie l'observait tout en méditant les quelques informations qu'il avait bien voulu lui lâcher. Il bougeait lentement, comme un homme qui ne veut pas réveiller les douleurs de son corps.
Il fallait qu'il lui en dise plus, qu'il lui raconte ce qui s'était passé. Mais il n'avait pas l'air de vouloir lui en révéler davantage.
Le bombarder de questions ou le menacer ne la conduirait à rien... elle en était persuadée.

Elle se leva pour le rejoindre au comptoir ; “Un grog pour moi s'il vous plait.”
La jeune femme paya les deux consommations.

“Je suis désolée de t'avoir entraîné là dedans, ça aurait dû être facile.”
Elle remit la bourse en jeu, la déposant sur le comptoir : “Tu es venu, tu m'as donné quelques infos, et tu t'es bien battu” dit t'elle en désignant ses mains écorchées. “Tu as fait la première partie du boulo, c'est à toi.” A vrai dire, pour qu'il mérite vraiment la bourse, il aurait fallut au moins qu'il lui dise vers où chercher. Mais elle n'avait pas envie de le laisser crever de faim alors qu'elle était la cause de ses ennuis, d'autant plus que le commanditaire avait bien payé. Et avec un peu de chance, ça le motiverait à en dire davantage.

“Et sinon, tu vas me le donner ton nom ? Moi c'est Folie.” Elle lui tendit la main.
Elle aurait pu lui donner un autre surnom, ça aurait été pareil et moins significatif, mais elle se sentait obligée d'être la plus honnête possible.


Dernière édition par Folie le Jeu 22 Mar 2018 - 1:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Wyman
Humain
avatar

Nombre de messages : 50
Âge : 24
Date d'inscription : 01/10/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  19 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Mar 12 Déc 2017 - 19:59

La rouquine vint s’installer près de lui, au bar, et commanda elle aussi à boire. Comme s’y attendait Wyman, elle tenterait d’avoir plus d’informations et elle était assez fine d’esprit pour comprendre que la manière directe ne marcherait pas vraiment. Elle lui tendit à nouveau la bourse, qu’il prit cette fois-ci, si la bougresse insistait il n’allait pas se faire prier.

 « J’ai pas fait le boulot, mais je refuserai pas une seconde fois tes pièces. Sache juste que si c’est par pitié que tu fais ça, tu peux te la foutre au cul, et ta bourse avec. »

Il n’avait pas vraiment envie de parler et ne tentait même pas de le cacher, son nez trempé dans sa coupe de vin, l’air renfrogné, effacé, absent.

 « Folie, hein ? », il reposa lourdement son verre sur le comptoir et planta son regard dans le sien. « Dis moi, Folie, qu’est-ce que ça peut te foutre de savoir mon nom ? En quoi ça va changer nos rapports, en quoi ça va t’aider à me cerner ? Choisir un nom c’est s’enfermer dans l’image que les autres ont de toi. Aujourd’hui, je suis Wyman. Hier j’étais Guenilles. P’tête bien que demain je serai Cat. Si je me retrouvais chaque jour dans une ville différentes, avec des gens différents, je ferai le choix d’être moi aussi quelqu’un de différent. »

Son ton n’était pas colérique mais plutôt lassé, fatigué de ne pas comprendre la manière de penser des gens, épuisé de leur bêtise constante, de leur faiblesse pitoyable, exténué d’être entouré d’esprits simplets et fermés.

 « T’as qu’à m’appeler comme bon te chante. De toute manière, tu reverras pas la personne avec qui t’es en train de parler alors ne t’encombres pas la cervelle avec ça. Et même si nos chemins se croisaient à nouveau, je ne serai déjà plus le même. »

Il s’en retourna à son verre qu’il porta jusqu’à sa bouche, s’arrêtant au dernier instant quand il se souvint qu’il n’avait pas vraiment dit ce qu’il s’était passé hier, et Wyman savait très bien qu’il n’aurait pas la paix tant qu’il ne cracherait pas le morceau, alors tant pis. La fillette pouvait avoir un avenir, elle était maligne et pas trop moche en plus, mais si elle tenait tant que ça à se mettre dans le pétrin, tant pis. Le comédien n’était pas son père et encore moins son concubin, et s’il avait tenté de la protéger c’était par pure curiosité, pour voir où son potentiel pouvait la mener. S’il la retrouvait morte au coin d’une rue la semaine prochaine, il serait juste déçu, un peu, mais il passerait très vite à autre chose.

 « Ton gars m’a gaulé en train de le filer, mais ce vicieux a joué le jeu et a fait comme si de rien n’était. Il m’a amené tout droit dans un piège, dans un local pas loin de la porte nord, où m’attendait plusieurs de ses copains. J’ai réussi à m’échapper avant qu’ils ne me coupent les couilles, alors je m’en sors pas trop mal. Il se sert de la boutique comme écran pour trafiquer des plantes hallucinogènes qui servent à droguer des filles qu’ils enlèvent, ça rend leurs esprits très malléables et ça en fait des putes parfaites, soumises, pas chers, qu’on peut même mutiler à l’envie si les désirs du clients sont assez tordus pour ça. Enfin j’imagine que c’est pour ça qu’ils se servent de cette plante que je connais bien, lui il m’a juste dit qu’il bossait pour un Prince-Marchand porté sur les putains, il m’a dit son nom mais j’ai oublié, enfin... »

Il se désintéressa d’elle pour attraper, pour de bon cette fois, cette saloperie de gobelet de vin qu’il pourrait enfin terminer.

 « Maintenant si tu permets... »
Revenir en haut Aller en bas
Folie
Humain
avatar

Nombre de messages : 60
Âge : 101
Date d'inscription : 28/08/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 19 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   Lun 1 Jan 2018 - 17:30



La jeune femme rassembla son sang froid pour ne pas agresser le petit effronté. L'idée ce n'était pas de se le mettre à dos, pas encore. Par contre, son laïus sur les prénoms la fit sourire intérieurement, ce n'était pas à elle qu'il apprendrait la versatilité des noms :
“Bien, Guenilles.”
Se contenta t'elle de répondre avec ironie. Aprés tout, un nom en valait un autre, et celui-ci lui allait bien, contrastant avec son petit air supérieur.

Elle resta à coté de lui, patiente, sirotant son verre. Alors qu'elle se demandait si le pendre par les pieds au dessus d'un nid à scorpions suffirait à le faire parler, il finit par lui cracher quelques infos.
La porte nord - Trafiquer des plantes hallucinogènes - Des enlèvements de filles ? - De la drogue pour les prostituées ?
Ne pouvaient t'ils pas faire comme tout le monde ! Acheter des esclaves et les briser ! Elle doutait qu'un prince marchand du conseil se serait embarqué dans une histoire pareille, il fallait être sur les dents pour des histoires illicites aussi tordues. Mais le cas était suffisamment inquiétant pour que son employeur mette de l'ordre dans ses affaires. Il n'était pas question d'arrêter le trafic, seulement que le propriétaire du magasin ne soit pas entraîné dans les histoires de son employé. Mais elle devait vérifier tout ça, la parole de son jeune camarade de fortune ne suffisait pas. Il restait beaucoup à faire.
“Aucun nom, rien de précis, pas de preuves ni de détails concrets qui pourrait y mener. Ne m'en veux pas, mais la première bourse est déjà généreuse, n'attends pas la seconde part.”

Elle vida son verre, grimaça, puis se détourna pour s'en aller. Devant la porte, un homme à l'air patibulaire et à l'horrible cicatrice sur le visage, les regardait l'air satisfait. Deux autres, plus minces mais à l'air tout aussi peu clair l'encadraient.

“Mfffmmmm, Guenilles, tu as été suivit semblerait t'il. Ou en tout cas, tu leur manquais tellement qu'ils ont décidé de te chercher. On en a de la chance....” dit t'elle tout en reculant vers la porte arrière, le corps tendu comme un arc.
Malheureusement celle-ci s'ouvrit sur un quatrième homme. Elle gardait son sang-froid, le visage de marbre, mais son cœur explosait dans sa poitrine. Piégée comme un renard dans un poulailler. S'ils l'attrapaient, c'était fini.
La jeune femme continua dans son idée de fuite ; rejoindre les toits par l'étage. Elle monta donc les escaliers quatre à quatre bousculant quelques personnes au passage. Sa petite taille lui permit de se faufiler par une lucarne. Elle se retourna, pour aider son complice s'il l'avait suivit, son poignard à la main si un ennemi la suivait de trop prêt.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite filature entre inconnus [en cours...]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petite filature entre inconnus [en cours...]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite chamaillerie entre voisin [Iseult]
» Petite discussion entre... amis ? [Kenpachi/Tenzouille]
» Petite sauterie entre canidés [Pv Aely]
» Petite discussion entre amis
» Une petite chanson avant les cours (PV Ashter)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Thaar-
Sauter vers: