Partagez | 
 

 Entretien d'embauche

Aller en bas 
AuteurMessage
Altiom d'Ydril
Humain
avatar

Nombre de messages : 638
Âge : 24
Date d'inscription : 28/08/2010

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 32
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Entretien d'embauche   Dim 26 Nov 2017 - 2:03

Panahos de la première ennéade du mois de Favriüs vernal de la dixième année du onzième cycle.
Ah la pauvrette ! Comprenait-elle seulement dans quel faramineux foutoir elle venait se fourrer ? La guerre, soit. Mais s'agissait encore là de la partie aguichante de l'histoire ! Était-elle venue pour se remplir les poches, la panse, la tête d'aventures, pour se sentir vivre en encontrant mort glorieuse, toucher à l'éternité sous les doux vers d'un trouvère qui bientôt déclamerait sa geste de cour en cour ? Ou poursuivait-elle l'ombre d'une idylle perdue. Bah ! L'un ou l'autre, au bout d'un moment la chose était bien pareille. Comme les autres elle réclamerait sa paye. Comme les autres elle remplirait le rôle qu'on lui intimerait. Comme les autres elle irait crever aux première lignes.
Les signes annonciateurs pourtant n'avaient pas manqué. Tiens ! l'on aurait cru les Cinq mêmes décidés à lui sauver la peau des miches. Pour preuve : à peine arrivée, la voilà qui se pointait la gueule enfarinée devant quelque espèce de grand malabar basané, occupé à garder l'entrée principale d'un campement militaire (épithète pompeux que les locaux réservaient selon toute vraisemblance à un trou dans une rangée de bouts de bois), et qui se mit à furieusement rouscailler sitôt qu'elle s'enticha de le questionner au sujet d'un quelconque recruteur attitré. Soit. Le bougre ne parlait donc point la langue. Et d'après sa véhémente diction, assimilait probablement la génitrice de notre pauvre interlocutrice à quelque prestataire de la plus ancienne profession qui soit en ce bas monde. Ta mère la pute, quoi. Mais en zurthan. Et si d'aventure l'ingénue tombait sur un troupier parlant la langue, il ne savait point où créchait le fameux bougre qu'elle lui réclamait. Et s'il le savait, ou le faisait croire, il exigeait qu'on lui paye sa prochaine tournée avant de l'ouvrir. Et s'il l'avait déjà ingurgitée, bah ma foi bon courage pour en tirer quoi que ce soit, sinon des taches qui ne partent pas à la machine.
La providence pourtant (et bien six heures perdues en palabres et rixes avortées) mènerait finalement notre protagoniste à sa perte son but.


Une putain de taverne. Fatalement. Eh ma foi, faudrait bien composer avec le panorama ! L'endroit, s'il ne méritait sa petite description réglementaire en quatre lignes ; ce fameux "oui le tavernier qui nettoie ses chopes d'un glaviot dextrement administré avant d'y passer ce même chiffon dont il use secrètement pour se torcher la raie du cul et sagouiner plus encore ses godets, lors même que la patronne - tant occupée à faire le tapin que le service - repère quelque indigent qui, refusant de régler son fond de chope, fait partir tout l'établissement en cagematch de la WWE", se révélait à tout le moins capable d'accueillir le chaland sans qu'il n'y crève du typhus dans la demi-heure (dans la journée toutefois rien n'était moins sûr, mais Naelis compterait toujours assez de bougres pour renouveler la clientèle).
- Et c'ment t'veux faire la guerre s'tu compisses tes braies dès qu'ça commence à saigner des gencives ? Et bien le voilà ! Le fameux recruteur était là, fidèle au poste, cul vissé sur son tabouret - et ce même si ledit poste se trouvait être une alberge élue au pif plutôt que le camp fortifié de la susdite compagnie !
- Eeehehhebbeeehnstadirkeuuu, lui fit-on, marri. La mort n'm'effraye point !
- J'm'en tartine l'oignon, la mort c't'une chose, las, j'te cause de sang.
- Iiijeehheuueiiih, lui objecta-t-on savamment.
- Ma parole mais CAUSE PÉNINSULAIRE SALOP'RIE OU QUEU J'T'Y FOUS UNE AVOINE ! concéda-t-on avec tout le tact que l'on gardait en réserve. Oui, c'est que la saloperie en question s'avérait être de ce sang des bois que l'on aimait point trop entrapercevoir en la terre des hommes. À savoir une grosse tantouze d'elfe.
- Myyyybbiibiiiiuuiuiiiiiiiiii. La susnommée saloperie se reçut donc la susnommée avoine au travers de la tablée. Et s'en fut en chouinassant de plus belle, tant et si bien que le maître des lieux levait déjà son auguste séant, histoire de s'en aller lui décocher une nouvelle dégelée pour lui apprendre la bienséance. C'est que l'engin vous vrillait les tympans à facile cent arpents à la ronde avec ses piaulées de pucelle langecine ! Fallait-il bien diligemment le corriger l'argousin, de peur qu'il n'aille agresser d'autres prudes esgourdes !
- Qu'est-ce e'veut la drôlette, la protection pour racoler dans la troupe ? que l'on fit en percevant la dernière arrivante approcher l'endroit (autrement dit, l'Aleth quoi). La voilà sacrifiée à l’œillade avisée, quoique suspicieuse, de notre bon Halvdan, qui depuis cette estrange puterelle septmontoise avait été convaincu de toujours vérifier dans la culotte ce qui se prétendait être au-dehors femelle, brandissant poitrine et doux minois pour se donner du poids. On était jamais trop prudent.
Revenir en haut Aller en bas
 
Entretien d'embauche
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis :: Naelis-
Sauter vers: