Partagez | 
 

 Condoléances ou Renaissances ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Halyalindë Yasairava
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1543
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Condoléances ou Renaissances ?   Lun 4 Déc - 12:29


Printemps - 6e jour 1ere ennéade de Barkios
10e année XIe Cycle



Medherith soupira en reposant les nouvelles qui venaient de lui parvenir d'Eteniril. Il gardait le problème à l'oeil autant que possible depuis qu'il avait su qu'Halyalindë y avait été mêlé. Rien d'officiel pour l'heure mais un prêtre avait contacté Vaëlie pour lui dire que les combats étaient finis et que d'étranges prises de décisions avaient eu lieu dans les hautes sphères. Ainsi les rebelles avaient gagnés... Et cela avait été couteux en vies à cause des conseillers en place. Voilà qui n'allait pas les arranger.

Chaque pierre apportée par le temps soutenait l'intervention létale de leur Protectrice. Ex-Protectrice. Les assassinats avaient été rendus publiques, et assuraient l'abomination de celui, sinon de ceux, qui avait été ses cibles cette fameuse nuit. Même si l'acte de mort était ignoble, après avoir vu les retombées de l'inaction des rois précédents ou de leur confiance mal placée, comment expliquer au peuple qu'elle avait mal agit ? D'autant plus si c'était un accident et qu'elle avait fait ce qu'elle pouvait pour maintenir la paix. Autant remettre en question la reprise d'Eraison, pour certains cela revenait au même et la passion supplantait de loin la raison.

A force, il ne savait plus si c'était une bonne ou une mauvaise chose, chancelant sur les bases mouvantes d'une forêt en pleine transition. Le Printemps cette année, semblait véritablement porteur de renaissance après la léthargie de l'hiver.

Il devrait en parler en séance plénière. Tout cela méritait au moins une missive et un conseil interprotectoral. Si d'autres régions étaient chancelante, ils devaient s'organiser au sein de leur alliance ancestrale. Le plus urgent était de voir avec Wyslena et Mera s'il leur était possible de mettre leurs vivres en commun et si, même ainsi, ils pourraient nourrir tout le monde.


____________________


Printemps - 8e jour 1ere ennéade de Barkios
10e année XIe Cycle


Cela faisait deux jours que le moment avait été fixé et que l'évènement se répandait doucement au sein de la Cité. Au couché du soleil, les elfes s'étaient rassemblés comme des papillons autour des sphères bleutés qui éclairaient la Cité à la nuit tombée. La lumière tamisée paraissait plus forte que d'ordinaire en cette nuit de nouvelle lune. Les ombres des habitants s'étendaient en grappes oniriques et tremblantes sur les escaliers, les murs, les couloirs.

Dans le Sanctuaire, pour ceux qui pouvaient y venir, Telis et Vaëlie, les grandes prêtresses de Tari et de Kÿria, se tenaient droites, main dans la main sous l'arche végétale que formait la colossale racine du Palais de Chêne. Lorsque le dernier rayon disparut derrière les frondaisons et que le ciel violacé se referma sur les enfants de la Mère, les deux femmes prirent une même inspiration pour entonner un chant bien précis. La voix grêle de l'Arbitre semblait peiner à en soutenir le poids, mais cela ne dura qu'un instant. A la fin de la première phrase, la foule rassemblé gonfla cette prière de leurs propres voix. Une prière de reconnaissance et de souvenir pour les innocents qui avaient payés le prix des folies de leurs frères, les protecteurs qui avaient donnés leur vie pour maintenir la paix et l'intégrité de leur Soeur et les guérisseurs qui s'étaient mis au service de la reconstruction dont l'Anaëh avait besoin. Cette prière, tous les Ardamiris et tous les Eraisonniens la connaissaient. Ces dernières années, de tels rassemblements avaient déjà eu lieu plusieurs fois. D'ordinaire, leurs mots étaient dirigés vers les braves du front sud et les pertes des cités frontalières. Mais aujourd'hui, ce n'était pas le cas. Aujourd'hui, c'était le nom d'Eteniril qui fleurit sur les lèvre et dans les cœurs.

Peu à peu, dans les Racines, dans les Hauteurs, sur la Rêveuse, des voix émanaient de toutes part. Les quelques voyageurs venant d'Alëandir ou d'ailleurs restèrent figés de stupeurs, sidérés par l'impression d'entendre la forêt chanter d'une même voix. Une multitude de voix.

Dans le cloître, les Voilés et les pensionnaires s'étaient rassemblés dans la salle des Lueurs pour reprendre la même mélodie. Les clameurs de l'extérieur leur parvenaient à peine, semblable à un échos, comme une vibration dans les murs.

Un but pour Mille Voix, voilà quelle était la bienveillance de leur Cité.
Revenir en haut Aller en bas
 
Condoléances ou Renaissances ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: