Partagez | 
 

 [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie

Aller en bas 
AuteurMessage
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 437
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie   Mer 6 Déc 2017 - 2:08



Kÿrianos, première ennéade de Barkios,
Xe année du XIe Cycle

À Cecilie de Missède, Comtesse de Missède

Cette lettre peut vous paraître étrange et je redoute les conséquences qu’elle pourrait avoir quand vous lirez ce que j’ai à vous dire. Croyez-moi, je n’ai aucune animosité envers vous. Voyez cela simplement comme une tentative de couper l’herbe sous le pied d’hommes avides de vengeance dont les visées pourraient dépasser largement les frontières du Médian.

Nos hommes ont travaillé côte à côte pendant un temps à pacifier et à stabiliser Diantra. Je ne doute aucunement de votre bonne volonté à vouloir réparer les tords qui ont été faits, mais  nous devons nous rendre à l’évidence : la couronne n’a toujours pas clarifié votre situation. Je ne pourrais pas en donner les raisons, mais je sais cependant que ce flou laisse la porte ouverte à de multiples interprétations qui pourraient gravement vous nuire. J’ai eu une conversation assez récemment avec Geoffrey de Clairséan, le chancelier de Serramire qui a dit, et je le cite, que les seigneurs langecins sont des félons notoires usurpant les terres de notre roi Bohémond. Je vous ai défendu autant que j’ai pu, mais je dois me rendre à l’évidence, cette image qu’ils ont de vous n’a rien de réjouissant et vu ce qui se passe présentement, je crois que vous savez autant que moi vers qui se tournera leur attention quand Nimmio de Velteroc tombera.

Je sais que votre mission est de rendre les clefs de la ville, mais je ne crois pas que ce soit la bonne façon de faire, pas dans ces conditions. Comment justifier la présence d’une force armée, même si elle n’est constituée que d’une centaine d’hommes, après ce qui a été fait? Je pourrais jurer de votre bonne volonté, mais les gens du nord n’oublient pas et ils pardonnent difficilement. Ils n’écouteront pas des soldats. Je ne dis pas que ce sont tous des barbares, mais si je me fis aux propos du chancelier, je crois qu’il vaut mieux éviter les risques inutiles. Que les troupes du nord se rendent à Diantra et la trouvent libérée. Dès que les armées y seront, je partirai en ambassade officielle avec mes vassaux et Langehack devrait faire autant pour y remettre les clefs de façon plus formelle. La meilleure stratégie à adopter est d’aller au-devant d’eux. Ce n’est pas sans risque, mais ils parlent le langage de l’honneur, alors autant leur faire face plutôt que de se terrer obstinément sur nos terres. Les négociations s’annoncent âpres pour Langehack, mais comme les principaux responsables ne sont plus, tout n’est peut-être pas sombre.

Soyez assuré que je rêve d’un temps meilleur pour nous tous et j’espère que cette lettre trouvera une oreille attentive.

Que les Cinqs vous protègent.

Tibéria de Soltariel, duchesse de Soltariel.


Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 667
Âge : 23
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie   Jeu 7 Déc 2017 - 20:26



Printemps - 5e jour 1ere ennéade de Barkios
10e année du XIe Cycle
Missède-la-ville

Inconsciente de ce qui se déroulait au même moment à Diantra, Rose soupira en portant la main à son front. Elle n'en voyait décidément pas le bout. Cela faisait plusieurs ennéades que Cécilie n'étaient pas revenue à la cour, n'échangeant que de courtes missives lorsqu'un problème réellement insoluble survenait, que les rapports sur l'avancement des travaux tardaient trop ou que la situation de Diantra lui revenait à l'esprit. Heureusement, aucun problème notoire n'était survenu dans la mise en place de la digue de secours et le gros de l'excavation des sous-sols Missèdois avait été terminée et les nouveaux égouts reliés aux abords de la Fine, laissant place aux travaux de couverture et de taille des souterrains qui seraient bien plus long. Donc mises à part quelques nouvelles de la défaite Ancenienne, rien n'était venu troubler la retraite de la Comtesse endeuillée.

A la cour, son frère Gaël, son oncle Renard d'Orman, Messire Clarence et ses Conseillers avaient suffisamment côtoyés la jeune femme pour poursuivre la politique qu'elle avait amorcé et suivre l'avancement de ses projets de rénovations tant qu'il n'y avait pas de retournement de situation vraiment épineux. Aussi, Rose s'était discrètement vu préposée à la lecture de toutes les lettres adressées à la Comtesse pour faire le tri entre celles qui ne concernaient que Cécilie, celles qui pouvaient être traités par le conseil en son absence et les contenus urgents pour lesquels son avis et son approbation seraient nécessaire. Dans la dernière catégorie, une seule lettre avait trouvée grâce aux yeux de la dame de confiance de la Comtesse durant le mois passé.

Ce matin là, elle venait de trouver la seconde.

Une missive venant directement de Soltariel, de la plume de la duchesse en personne, et concernant la situation Missèdoise à Diantra.

Après des mois de collaboration, la discrète nouvelle de la disparition d'Ernest semblait avoir ragaillardi le sens aigu des affaires des provinces du Sud...

Heureusement que la Missive était adressée à Missède et non à Langehack, où plutôt, Rose priait pour que rien n'ait été envoyé à Langehack, car le conseil de Régence ne supporterait certainement pas d'être une nouvelle fois pousser à l'abandon de Diantra par des Soltaris qui disaient agir au nom du roi. La dernière fois, l'Ydrilote leur avait fait bien trop perdre pour qu'un marché de cet ordre soit de nouveau envisageable et vu les énergumènes qui y siégeaient, il était pensable que toute discussion avec Soltariel ait été rendue impossible.

Peut-être que Missède, elle, saurait garder des relations cordiales et paisibles avec leur voisin... Peut-être...


_______________________


Printemps - 6e jour 1ere ennéade de Barkios
10e année du XIe Cycle
Abbaye des Espérines


Le printemps avait fait fleurir le chêne qui trônait dans l'arrière cour. Derrière le scriptorium, l'immense arbre qui avait fait s'écrouler le vieux mur du petit cloître a partir duquel avait été construite l'Abbaye offrait une ombre agréable aux demoiselles en tenue de moniales qui venaient tirer de l'eau tout le long du jour pour la cuisine, le ménage ou la lessive. Cette petite cours de terre battue et de gravier où les corvées étaient souvent exécutés n'était pas l'endroit le plus calme ou le plus joli de l'institution, mais Cécilie l'appréciait tout particulièrement. Le vent jouait dans les feuilles du grand arbres et les discussions à voix basse allaient bon train le jour dans les clapotement d'eau et les frôlement de tissus, laissant place à un silence serein à la nuit tombée. La Comtesse avait même demandé à ce qu'un banc de bois contre l'énorme tronc rugueux pour pouvoir y passer du temps sans trop se fatiguer, ce que les résidentes avaient fait avec plaisir.

Ce matin là, elle était venue profiter des éclats de rire et de la discussion légère des préposées à la vaisselle accompagnée de Gwenaëlle lorsqu'Augustine était venue lui porter une lettre urgente de Missède. Par précaution, elle avait demandé à Elisabeth de la lui lire une fois à l'abri des oreilles indiscrètes et ce fut également à l'Abbesse que revint la tâche de répondre sous la dictée de sa résidente à l'intension de Rose qui retranscrirait tout de sa plume habituelle en ajoutant les éléments demandés à la réponse.


_______________________


Printemps - 7e jour 1ere ennéade de Barkios
10e année du XIe Cycle
Missède-la-ville

Aux premières heures du jour, deux hommes passèrent les portes à vive allure. Armés d'épées et d'arc, ne portant pour armure que leurs bottes de sept-lieues, ils chevauchaient les plus rapides cavales du palais vers le Sud de Diantra pour embarquer sur le Garnaad. Le message n'arriverait pas avant 5 jours au Palais de Soltariel mais le plis était trop lourd pour le faire convoyer par oiseau.

Ce que les deux messagers ne savaient pas, c'est qu'en faisant escale au camps de Diantra au soir du 9e jour, ils découvriraient avec surprise que les choses avaient déjà évoluées. Les officiers en charge de l'endroit avaient envoyés une missive à Missède qui concernait directement le plis qui devait être porté à la Duchesse. Dans le doute, les deux hommes décidèrent d'attendre la confirmation de leur mission avant de continuer pour le sud.

Grâce au pigeon qu'ils avaient emmené pour pouvoir prévenir Missède en cas de problème ou d'aboutissement de leur mission, ils seraient fixés en un ou deux jours, si la réponse à la missive qu'avaient envoyée les deux officiers ne leur parvenait pas avant.
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 667
Âge : 23
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie   Lun 18 Déc 2017 - 14:11


A la Duchesse Tibéria de Solatriel
Barkios
Neuvième jour de la première ennéade
10e année du XIe Cycle
de l'Abbaye des Espérines en Beaurivages

Ma Dame,

Soyez assurer de l'attention que je porte à vos propos ainsi que de la tristesse dans laquelle me plonge l'idée de vous savoir ainsi donner d'amicaux conseils d'une main et ordonner de l'autre que mes gens soient chassés de Diantra sans cérémonie. Je ne m'attendais pas à de telles façons après deux mois d'alliance prolifique pour Diantra et notre commerce respectif par la route d'or.

Je ne vous ferai pas languir davantage, pour l'heure, mes gens resteront à Diantra jusqu'à l'arrivée des osts royaux. Cependant, je comprends la peur qui peut être la votre et ne vous en tiens pas rigueur. Il me semble par contre que vous avez une bien mauvaise opinion de la situation Missèdoise et de son passé.

Je vous prie de vous souvenir que la dernière fois que des sujets Soltaris ont demandés aux troupes Langecines de quitter Diantra, le serment que notre suzerain avait prêté envers la couronne a été annulé et une famille longtemps rayonnante en Péninsule a sombré dans l'oubli et la déchéance. La famille de votre premier mari. Il a alors suffit de quelques ennéades pour que la ville retombe entre les mains de la pègre et souffre de la pauvreté. Faire la même erreur et compter sur d'autres pour restituer en bonne et due forme la Capitale à notre bon Roi serait une preuve de naïveté.

Lorsque mon mari a repris la ville en attendant votre arrivée et pacifié les plus téméraires rebelles, nous avons envoyés les portes de la Cité au jeune Roi Bohémond et rappelé notre désir de retrouver la confortable sécurité de la protection royale. Notre acte a été reconnu comme un geste positif pour la croisade nordienne et la restitution des terres royales et le régent nous a remercié. Il nous a été également demandé de chevaucher à ses côté vers les derniers félons au début du printemps. Au cas ou vos gens ne vous l'ai pas transmise, j'ai joins à cette missive, une copie de celle dont la régence nous a fait l'honneur à la fin de l'hiver.

Malheureusement, les hommes de Sa Majesté ne sont jamais venus, nous les avons attendu en vain et nous avons retiré la plupart de nos troupes, ne laissant qu'une force estimée minimale pour participer au maintien de la paix à vos côtés et dissiper tout doute sur nos intentions. Lever une armée pour prendre part aux combats médianais sans la présence du roi et sans être certain de pouvoir prévenir les ost du Nord aurait pu causer de lourdes pertes de notre côté comme du leur.  Nous avons également laissé notre camp à l'extérieur de la Cité pour que notre présence ne soit pas perçue comme de l'occupation. En l'absence de sa Majesté, nous avons fait notre possible pour permettre à Diantra de se stabiliser, main dans la main avec Soltariel, mais sa situation reste précaire.

Si vous pensez que les nordiens parlent la langue de l'honneur et de la vérité, alors nous n'avons aucune raison de quitter notre camp. Missède ne compte pas se battre contre les osts royaux et aucun soldat ne sera arrêté aux murs de Diantra. Et si nous sommes attaqués pour avoir une fois de plus tenter de rendre ses terres à notre roi, alors nous affronterons les conséquences la tête haute et mettrons fin aux calomnies en agissant selon la morale et l'honneur quelles que soient les contingences diplomatiques.

C'est un risque que nous sommes prêt à courir.

C'est pourquoi je le redit, les gens de Missède resteront pour l'heure à Diantra. J'ai donné l'ordre a mes officier de ne démarrer les combats sous aucun prétexte et si vos soldats font pression sur eux ils se replieront en Edelys  mais vous devrez tenir la ville pour les empêcher de revenir pacifiquement aider les populations. La prise des armes sera également considérée comme un arrêt de tous nos accords commerciaux et diplomatiques. En attendant, je suis ouverte à la discussion et pourrait envisager de changer d'avis si vos arguments m'apportent plus que de simples suppositions.

Je conçois que votre inquiétude pour nous soit sincère et votre sympathie me va droit au cœur mais vous n'avez pas le droit de prendre des décisions pour Missède.

Nous vous remercions pour votre bon conseil et nous prendrons les responsabilités qui s'imposent.

Que Néera vous garde,

Cécilie de Missède,
Comtesse de Missède et Dame de Beaurivages.




Cécilie écouta attentivement Rose lui relire les lignes qui se présenteraient bientôt à la duchesse de Soltariel. Elle les trouvait tantôt agressives, tantôt bien trop douces, mais sans doute fallait-il de l'un et de l'autre. Soltariel était un allié de valeur mais Missède n'était en aucun cas son vassal et ce genre de prise de pouvoir ne pouvait être tolérer, ne serait-ce que par principe.

La Comtesse soupira en caressant la courbure de son ventre. Il faudrait bientôt qu'elle regagne Missède, à n'en pas douter.

Comme toujours, la politique dansait sur le fil du rasoir. Elle espérait simplement que ce rasoir ne coupe pas les liens qui avaient été tressés avec tant de diplomatie et de patience.

- Très bien Rose. Joins y les copies des deux missives dont nous avions parlé et ce sera parfait.


Missive de la main du Régent adressée aux occupants de Diantra
De Merval en son Palais
Au quatrième jour de la sixième ennéade de Karfias,
Xe année du XIe Cycle



Aux Seigneurs du Sud et du Langecin : paix à vous !

La DameDieu dans Son inestimable Providence a jugé bon de rendre à Sa Majesté les clefs de sa capitale. Cela nous apparaît comme le signe de son indéniable bonté à l’égard de notre entreprise de reconquête du Royaume à la tête de laquelle a été nommé le Marquis de Serramire.

Mes frères : que notre bon pays ne soit pas en reste et que le sang versé de nos frères ne l’ait pas été en vain. Qu’ils ne soient pas morts au combat pour que nous restions cloîtrés dans nos palais tandis que le Nord livre nos batailles à notre place. Qu’on ne dise pas comme les chroniques, que le Sud est un nid de serpents assommés par la chaleur et le vice mais qu’on voie nos armées dérider les campagnes du Médian.

Que l’unité retrouvée du pays suderon serve aux intérêts de la Couronne, qu’elle serve à la paix et à la communion du Royaume autour de Sa Majesté.

Mes frères, le printemps arrive, il est derrière la porte et il frappe ! Les fleuves dégèlent et les montagnes aussi. Réveillons-nous de notre sommeil et quittons nos demeures pour reconquérir notre demeure, celle de notre seigneur et Roy Bohémond. Le Nord prépare ses lames et nous sortirons les nôtres de leurs fourreaux. C’est en combattant comme frères aux côtés des hommes du Nord que nous retrouverons l’unité perdue de notre Royaume.

Aussi, mes frères, que vos armées soient prêtes à fouler le pays d’Erac et à faire disparaître de la face de la terre le mal rampant qui la ronge.

Nous vous le demandons au Nom du Roy Bohémond Ier, au nom de feu Roderik d’Arétria, Grand Chancelier de la Couronne et au nom de tous ceux qui sont morts pour elle, pour sa gloire et son honneur !

Par Son Altesse Gloriosisimme et Illustrissime, le très bon, le très juste, le Nobilissime Protobasile Cléophas d’Angleroy, le Serafein, Prince de Merval et Vicomte de Corvall, Petit Maître des Vertus, Seigneur-Eparque des Trois Ports, Protecteur de Diantra et Régent du Royaume par la grâce de Notre Seigneur et Roy Bohémond, premier de son nom de la maison Phyram, Marquis de Sainte-Berthilde, Comte de Scylla, Baron d’Olyssëa, Seigneur-Protecteur de la Roseraie, Seigneur-Protecteur de Nelen, Gardien fidèle de la foi, le Sérénissime Soleil Noir de la Rayonnante Ys, Archonte d’Ydril, Vicomte de Calozi, Seigneur de Velmonè, Seigneur consoeur de Beronia, Seigneur-dragon de Calozi, Sénéchal d’Ydril, Grand Chambellan d’Honneur de la Grande Traverse, Erudit de Prestige de la Destinée de l’Aube, Maître des Enfants de la Nébuleuse Ecarlate, Grand Voyer du Duché et Grand Argentier du Royaume, par la grâce de la Damedieu, toute bonne et toute providentielle.




Missive adressée à Bohémond Ier,
Dernier contact du Langecin avec la couronne.
Dixième année du XIe Cycle
écrit le 7e jour de la 1ere ennéade de Favrius
de Missède en son palais


A la régence du jeune roi Bohémond de la maison Phiiram, le Langecin vous salue !

Après l'exil des félons Anoszia, l'abdication de la duchesse Méliane de Lancrais et la remise des portes de la ville de Diantra à la couronne, le Langecin affirme une fois de plus sa volonté de participé au bon fonctionnement du royaume de sa Majesté et sera heureux de chevaucher à ses côtés lorsque l'heure de la guerre sera venue.

Après avoir fait le voyage en personne jusqu'à Merval pour s'entretenir avec la cour, le Comte Ernest de Missède fut cependant éconduit sans obtenir d'entrevue. A la fin de l'hiver, les faits se sont reproduits une seconde fois. Langehack estime donc que ses requêtes ne seront entendues qu'au bon vouloir de la couronne et a attend avec impatience de voir le retour des envoyés de la couronne dans la Capitale.

Le duché de Langehack et ses vassaux restent à la disposition de la couronne et n'attendent que son bon vouloir pour réengager le dialogue.

Longue vie au roi Bohémond.
Comtesse Cécilie de Missède



________________

Printemps - 2e jour de la 2e ennéade de Barkios
10e année du XIe Cycle

Les messagers de Diantra reçurent une nouvelle version de la missive et embarquèrent sur la première barge suffisamment solide qu'ils purent trouver tandis que les officiers faisaient leur possible pour s'entendre.

Ce ne fut qu'en fin d'après-midi le 5e jours de la 2e ennéade de Barkios que les deux hommes poussiéreux se présentèrent au Palais de Soltariel avec les quatres documents :
- la missive de la comtesse à la duchesse de Soltariel
- la misside du Prince de Merval aux occupants de Diantra
- la dernière missive de Missède à la cour
- la missive de la comtesse aux officier en poste à Diantra

Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 437
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie   Sam 30 Déc 2017 - 2:10


À la Comtesse Cecilie de Missède
Septième jour de la deuxième ennéade de Barkios
Xe année du XIe Cycle

Comtesse,

Je comprends le sens du devoir qui vous anime et soyez assuré que je le respecte autant que je l’admire, mais je crois fermement que des vies peuvent être épargnées si vous acceptez de m’écouter.

J’aimerais porter votre attention sur quelque chose. Les lettres que vous avez reçues sont signées de la main du régent du royaume et de ce fait, sa parole ne peut être mise en doute au risque d’être accusé de trahison. C’est pourquoi je comprends votre empressement à suivre les ordres qui vous ont été donnés. Il y a toutefois quelque chose qui mérite d’être rappelé : Merval était une baronnie soumise à Langehack, maintenant c’est une Principauté. Par définition, Merval n’est donc plus rattaché au royaume, libérant du même coup celui qui en est à la tête de ses obligations. Sachant qu’il est question de Cléophas d’Angleroy, régent du royaume, ne trouvez-vous pas cela douteux comme situation? Je ne porte aucune accusation, mais je présente les faits et ceux-ci parlent beaucoup. Nous sommes devant un important dilemme. Si nous remettons en question les décisions du régent, nous ouvrons la porte à un débordement potentiel. Tous les jugements qui ont été rendus pourraient être cassés et les serments se voir annulés. Personne ne veut voir une telle situation arriver, mais nous devrons un jour où l’autre adresser cette situation. En sachant cela et en gardant à l’esprit que jusqu’à maintenant, le régent refuse toujours le serment de Langehack, serait-il possible qu’il cherche à nuire? Ce n’est peut-être qu’un caprice de sa part ou véritablement le fruit de circonstances qui l’ont empêché de le faire, mais d’un autre côté, comment peut-on savoir, hors de tout doute, les intentions de Cléophas d’Angleroy?

Je fais confiance à votre jugement pour prendre la meilleure décision possible. Nous naviguons dans des eaux très troubles et que peu importe la décision, il y aura des conséquences. Je ne veux pas briser les liens entre nos deux terres, mais je crois que nous serons bientôt forcées toutes les deux à prendre des actions dans l’intérêt du roi…

Que les Cinq vous protège…

Tibéria de Soltariel, Duchesse de Soltariel.
Revenir en haut Aller en bas
Cécilie de Missède
Humain
avatar

Nombre de messages : 667
Âge : 23
Date d'inscription : 01/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 21ans - 1m59
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie   Sam 30 Déc 2017 - 22:42


A la Duchesse Tibéria de Solatriel
Barkios
sixième jour de la quatrième ennéade
10e année du XIe Cycle
de l'Abbaye des Espérines en Beaurivages

Votre Altesse,

Vous le dites vous même avec force raison : la période dans laquelle nous nous trouvons est trouble et pleine de doute. En ces temps, les seules choses auxquelles nous pouvons nous raccrocher sont l'honneur et la foi.

Si je dois faire un choix qui me sera un jour reproché, je préfère pouvoir l'expliquer sincèrement et la tête haute que de devoir remuer des eaux saumâtres. Et si ma naïveté doit m'être reprochée ou me mettre en position de faiblesse, au moins je ne ferait pas peur comme on put le faire feu la duchesse de Lancrais et son mari. J'ai peut-être tort de le penser mais en temps de guerre plus encore qu'en temps de paix j'estime que la parole donnée est garante de notre civilisation.

Vous avez entre les mains des missives dans lesquelles Langehack prend la responsabilité de Diantra jusqu'à ce que le Roi se manifeste. Langehack doit donc rester à Diantra. J'ai consenti à en alléger les troupes pour ne point prêter le dos aux coups de cannes mais mes hommes veillent toujours sur la cité, tout comme les hommes du duché prennent soin de Nelen tandis que le roi l'ajoute à la liste de ses titres sans y envoyer le moindre homme ni la moindre missive.

Si la couronne ne veut pas du duché que je représente ce jour, elle aura toujours de nombreuses raisons de le faire en toute mauvaise foi. Nous serons conspués pour Isgaard, les bannis ou que sais-je encore. Diantra est peut-être la plus grande de vos craintes mais ce n'est point la notre, aussi nous continuerons à faire les choses comme il se doit.

Si vous craignez cependant à ce point que Merval ne soit passé de palais à prison, pourquoi n’enverrions nous pas une délégation commune pour savoir avec fermeté ce qu'il en retourne ?


Que Néera vous garde,

Cécilie de Missède,
Comtesse de Missède et Dame de Beaurivages.


Revenir en haut Aller en bas
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 437
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie   Jeu 11 Jan 2018 - 23:02

À la Comtesse Cecilie de Missède
4ème jour de la cinquième ennéade de Barkios
Xe année du XIe Cycle

Comtesse,

Je comprends maintenant que votre décision est prise et que rien ne vous fera changer d’avis. J’espère maintenant avoir tort dans mes prédictions et que la transition se fera sans plus d’effusion de sang. Je dois dire que j’ai un lien particulier avec le Langehack, ma mère y ayant grandi. Je serais profondément peinée de voir ces terres et ses habitants souffrirent plus encore et j’espère que les bonnes décisions seront prises le moment venu.

Comme je l’ai mentionné précédemment, une confrontation directe pourrait avoir des conséquences désastreuses. Les occasions n’ont certainement pas manqué où Cléophas d’Angleroy aurait pu faire du mal au roi. Cela dit, on ne peut pas être certaine de sa réaction lorsqu’il sera acculé au pied du mur. Idéalement, je voudrais l’interroger sur ses motivations, mais comme il est déjà difficile d’obtenir une audience avec lui, je doute que la présence d’une armée sur sa pelouse  facilite les choses.  Nous pourrions envisager de faire sortir le roi discrètement en envoyant un homme qui se faufilera à l’intérieur du château pour l’amener en lieu sûr. Séduisante sur papier, elle est malheureusement difficilement faisable : il n’y a pas forteresse mieux gardée en Péninsule et les gardes ont l’ordre d’abattre à vue les étrangers non accompagnés. Néanmoins, si tous les yeux sont tournés vers nous…

Tout dépendant de ce que vous entendez par « savoir fermement », je peux soulever suffisamment d’hommes pour prendre Merval sans grande résistance, mais comme c’est normalement une terre vassale de Langehack, il serait plus logique si c’était la régence qui se manifestait. Je ne voudrais pas que mes actions soient mal interprétées.
Que les Cinq vous gardent,

Tibéria de Soltariel, Duchesse de Soltariel

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Correspondance] Devant des heures sombre... - Cecilie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René Civil devant le tribunal criminel
» Une ruelle sombre
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» Devant la Cathédrale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Duché de Langehack :: Comté de Missède-
Sauter vers: