AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [En cours] Jouvance de Mor'Khan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jouvance de Mor'khan
En attente de validation..
avatar

Nombre de messages : 1
Âge : 119
Date d'inscription : 22/12/2017

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  119 années
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [En cours] Jouvance de Mor'Khan   Ven 22 Déc 2017 - 16:07

Identité
Nom/Prénom : Jouvance de Mor'Khan
Âge/Date de naissance : Née le 9ème jour de la 9ème semaine de Favriüs en l'an 899 du Xème cycle. Cela me fait donc 119 ans.
Sexe : Féminin
Race : Daedhel
Faction : Ithri'Vaan
Alignement : Loyal Mauvais
Liens notables :

• Mes parents, tous deux Daedhels mais complètement fanatiques. Ils habitent encore au Puy d'Elda et n'y sortiront certainement jamais.

• Un grand frère que je dois retrouver. Lorsque nous nous sommes rebellés contre nos parents à cause de leurs idées extrémistes, nous avons été dispatchés dans Miradelphia. Depuis, je suis à sa recherche.

Particularité(s) :

• Des scarifications accompagnées de tatouages sur le côté de mes deux cuisses réalisés par mes parents quand j'étais encore inculte.

• Je suis toujours sur la défensive, quoi qu'il arrive ; et j'ai la fâcheuse tendance à me méfier de tout le monde, de peur qu'on me manipule.

• J'ai la phobie de perdre mes affaires et de les oublier quand je pars quelque part. J'en fais une psychose.

• Je suis très proche de mes émotions et je ne les combats pas, à quoi bon?

Métier : Mage
Classe d'arme : Magie


Possessions & Equipements :

• Un carnet où j'inscris mes avancées en Magie qui ne quitte pas mon sac sauf lors de son utilisation (la phobie de perdre ses affaires a du bon quelques fois!)

• Un étui comportant 3 petits poignards soigneusement rangés, juste au cas où.

• Mon focalisateur : un pendentif noir en forme de petit losange qui provient du collier de mon grand frère, j'ai eu le temps de le lui arracher lorsque nous nous sommes déchirés l'un à l'autre.

• Et tout un tas de petits attirails comme des fioles vides, des bouts de parchemins vierges, une plume et une bourse (qui, elle, aimerait se remplir).

Apparence :

Charmantes créatures que sont les Daedhels lorsque l'on remarque leurs formes généreuses et leur don de séduction poussé par une insatiable soif de passion. Pourtant, mon visage ne reflète en aucun cas la fureur ni l'obscurité de cette race. Mon visage est harmonieux, seul mon nez me pose problème puisque je le juge trop gros pour ma tête... Quelle plaie, c'est mon complexe ultime! Mais j'imagine que cela fait partie de mes seuls défauts physiques, ça et les scarifications ainsi que les tatouages réalisés des sales mains de mes parents quand j'étais enfant... Je suis de ceux dont les corps ont été façonnés pour attirer, pour passionner, pour enivrer. Néanmoins, ma poitrine est considérée comme timide par les miens. Pour compenser, les dieux m'ont pourvue d'une très belle courbe à la fin de mon dos, donnant naissance à un postérieur plus qu'acceptable. Certains Daedhels conservent leur chevelure colorée pendant des centenaires, ce qui n'est pas mon cas. Mes cheveux ont, pour leur part, perdu leur couleur brune il y a quelques années de ça. A la place, je me suis retrouvée avec un blanc cassant, ce qui peut me vieillir parfois. En ce qui concerne leur forme, ils sont légèrement ondulés et retombent en cascade sur mes épaules pour s'arrêter en dessous de mes seins. Ils ont une longueur correcte, même si souvent j'aimerais les couper, question pratique les cheveux longs, ce n'est pas le meilleur! En fin de compte, quand je me regarde bien, j'ai un visage assez masculin en soi. Mes sourcils sont épais, mon nez est loin d'être fin et j'ai une mâchoire carrée. Autant dire que mon genre se remarque par mes formes et mes cheveux! Ensuite, venons à la partie de mon corps dont je suis le plus fière : mes lèvres. Pulpeuses, savoureuses (d'après certaines connaissances) et grisées par mon teint, elles donnent envie à la plupart des gens, ce qui n'est pas pour me déplaire. Continuons notre lancée, et parlons de mes yeux. Ils sont trop clairs. Beaucoup trop clairs. C'est certainement pour cela, en partie, que mes parents me repoussaient un peu. Tout de moi est fait pour annoncer ma différence auprès des autres Daedhels, jusqu'à la couleur de mes iris. Je dirais même qu'ils tirent sur le rosé. Ça me dérange dans le sens où j'ai connu de grandes difficultés d'intégration au Puy d'Elda ; j'ai peiné à me faire quelques amis qui au final sont devenus inexistants pour moi aujourd'hui, mais désormais, je vais de l'avant et je me dis que moins je ressemblerai aux Drows, plus je ressemblerai aux Sylvains, que je respecte ardemment.


  • Taille : 1m83
  • Couleur des yeux : Rouges clairs, les yeux trop rouges sont pour moi un signe d'extrémisme.


Personnalité :

Aurais-je toutefois aimé me qualifier de douce et d'inoffensive lorsque les passions m'envahissent... Cela n'est malheureusement pas le cas. Si vous cherchez une Daedhel fidèle au caractère des siens au niveau des émotions, des sentiments et des passions, inutile d'aller plus loin, vous êtes tombés nez à nez avec elle. J'ai dans le cœur une douleur, une colère et une rancœur exceptionnelles. Toutes les trois m'animent quotidiennement et ne me quittent pas d'une semelle. J'ai du mal à me détacher de cette colère qui me dévore petit à petit. C'est comme si j'en voulais à Miradelphia toute entière. Et pourtant... Je suis l'unique actrice de ma vie, celle qui décide de tout ce qui lui arrive, celle qui accepte ou qui refuse les difficultés qu'elle rencontre. Passons aux explications plus ou moins sérieuses. Je suis très têtue même si je sais écouter les sages quand il le faut, j'aime le goût exquis du danger et rien n'égale ma soif de connaissance. Hormis retrouver mon frère, mon unique but est de découvrir le maximum de choses en ces lieux. Pourquoi se restreindre? Nous ne sommes pas là pour fermer les yeux. Je suis très méfiante de nature, je soupçonne toujours les autres aux premiers abords. De plus, je suis capricieuse puisque je pense tout mériter. Mais de toutes manières, tout le monde mérite la connaissance, la Vérité et la bénédictions des dieux. Il y a une chose dont je ne pourrais me détacher. C'est cette manie de regarder tout le monde de la même manière, comme si à n'importe quel moment j'étais prête à les dévorer. En effet, l'idée de séduire ne sortira jamais de ma tête, et surtout pas de mes veines. Je conçois que chaque relation, amicale ou amoureuse, est basée sur l'idée de plaire à l'autre et de le séduire. Je suis alors de l'avis que les liens amicaux purs n'existent pas.  Ajoutez à cela ma bisexualité, vous avez une idée de l'être que je suis. Pour résumer, je suis donc tout à fait colérique, toujours sur la défensive, chargée de passions exquises et par dessous tout, je suis avide de connaissances. Quel beau tableau, n'est-ce pas?

Capacités magiques :

La Magie et moi, c'est une assez longue histoire, comme tous ses pratiquants, dirais-je. Ce que je voulais faire, moi, avec la Magie, c'était de rendre la monnaie de leur pièce à ceux qui voudraient provoquer ma rage, mais aussi pour simplement pouvoir me défendre s'il en était nécessaire. Par contre, même si elle n'est pas innée chez moi, j'y reste très sensible, jusqu'à la ressentir jusqu'au bout des ongles. Personne ne peut décrire ces sensations qu'elle procure lors de son utilisation. C'est un mélange d'énergie et d'intentions qui me transporte à chaque fois. Fascinant. Prenant. Revigorant. Mais fatiguant, inévitablement.
Au Puy d'Elda, les elfes sont forts mais ils font aussi régner l'injustice. Un jour, lorsque je marchais le long d'un mur fait de roches et de terre, je découvris une scène atroce, mais on ne peut plus normale dans notre société. Il s'agissait d'un groupe de Daedhels, en rond, qui discutait entre eux et qui ne mesurait pas le volume de leurs voix. Je pus entendre la totalité de ce qu'ils disaient. Inutile de me remémorer ces paroles offensantes, mais il était clairement question de trahison, comme si ces personnes n'avaient aucune valeur de loyauté. Ils se persécutaient les uns les autres. Au début, je continuais ma route sans y prêter guère attention. Mais au moment où mes oreilles pointues entendirent un doux fracas provenant du sol, je m'arrêtai net et me retournai en pivotant sur moi-même. Un des hommes était à terre et se protégeait des coups de ses camarades. Etant peureuse et surtout consciente de n'avoir aucune chance contre ces idiots, j'attendis qu'ils l'abandonnent, là, sur ces pavés brûlants et sales de notre cité avant de lui venir en aide. Je me ruai vers lui, m'inquiétant de son état. Il gisait sur le sol, dans sa propre mare de sang. Je ne pus contrôler mes tremblements et ma colère envers cette bande d'infortunés. Ils méritaient la foudre. Mes larmes montaient pendant que réfléchissais à une solution. Il fallait agir, et vite. Sa vie en dépendait, il était prêt à partir rejoindre le royaume des morts, et surtout les bras de notre déesse de la Mort, Teiweon. J'étais totalement en état de panique et de choc, et je ne pus trouver une échappatoire à temps. Après quelques mots inaudibles, le pauvre jeune homme partit. Je fus quelques prières à son intention afin d'implorer Teiweon qu'elle fasse preuve d'indulgence et de générosité avec lui, comme chaque être pieux l'aurait fait. C'est à ce moment-là que le goût de la vengeance prit le dessus sur moi. Je voulais que chaque erreur soit remboursée et que chacun assume le prix de ses actes. Cet elfe, là, à terre, méritait son sort s'il en était de sa destinée. Les dieux ne reprennent personne par erreur. Cet homme devait certainement payer pour une abominable chose. Alors ma pitié pour ce nouveau défunt s'en alla, et je me retrouvai prise d'un sentiment de justice. Cet événement me réveilla. Dorénavant, chacun devra payer. Je décidai alors de devenir Mage, Mage de Vie.

J'ai alors étudié la Magie auprès de quelques sages qui proposaient leurs enseignements gratuitement, dans la rue. J'ai pu apprendre les bases les plus simples avant d'intégrer un enseignement plus sérieux, avec un maître - un ami de mes parents - qui travaillait surtout la théorie avec moi. Malheureusement, et allez savoir pourquoi, je ne pus pratiquer avec lui. J'étais alors la seule spectatrice de mon propre numéro. Je me décidai donc d'en parler à mon frère. Je voulais lui transmettre cette passion et lui faire comprendre que la Magie était beaucoup trop importante pour ne pas la pratiquer. Telle était ma surprise lorsqu'il m'annonça qu'il s'y intéressait déjà bien avant moi. Mon frère et moi commencions alors à nous entraîner ensemble. Nous nous rendions dans une clairière assez loin de la cité pour être tranquilles. Il suivit les enseignements de mon maître à mes côtés. C'était un bonheur pur et dur, des moments inoubliables, des connaissances partagées, du savoir emmagasiné et un lien fort qui se créait. Lui se spécialisait dans la Magie Élémentaire, et moi, dans la Magie de Vie. On formait une magnifique équipe, jusqu'à ce qu'on me le prenne de force... Il était meilleur que moi, mais j'étais de peu derrière lui. Aussi loin que je puisse me rappeler, mon premier sort était éprouvant. Il s'entraînait, et comme tout bon débutant, après chaque sort il présentait une fatigue indéniable, et parfois-même des coupures sur son corps, plus particulièrement sur ses bras et son torse.
« La Magie a toujours un prix, Jouvance. » me disait-il à chaque fois qu'il ressentait les conséquences de son utilisation.
C'est à ce moment-là que je fis mes débuts en Magie. Mon premier sort consistait alors à guérir ses blessures, qui étaient plutôt des égratignures pour commencer. Cette toute première expérience fut exceptionnelle, à couper le souffle. Je pouvais ressentir l'énergie qui circulait entre nos deux corps et autour de nous, dans l'atmosphère. Ce premier sort ne fit que confirmer ma volonté de continuer dans cette voie, la Magie de Vie. Il plaça alors son pendentif, un petit losange nappé de noir, dans le creux de mes mains et referma mes doigts sur celui-ci. Il devint mon focalisateur.

Evidemment, je voulais me spécialiser dans la guérison et le positif de cette Magie, mais je ne devais pas oublier le côté agressif, la version attaquante de cette dernière. Malheureusement, c'est ma petite difficulté. Comme je me concentre presque exclusivement sur les soins, je suis assez faible en attaque. Je peux me défendre ou impressionner, mais ça en reste là. Je suis très assidue, ça ne sera pas compliqué pour moi d'en apprendre plus et de supprimer mes lacunes si je travaille dur. Je suis très persévérante puisque je suis perfectionniste, si je veux apprendre et réussir quelque chose, alors je mets tout en oeuvre pour le faire.
J'aimerais apprendre à briser les os de l'intérieur d'un être, j'aimerais apprendre à rendre malade quelqu'un d'un seul sort ou encore faire en sorte que sa chair le brûle. Mais pour cela il me faut encore un bon nombre d'heures d'entraînement.

Concernant mes incantations, ce sont en général quelques vers rimant les uns avec les autres qui décrivent le sort que je veux réaliser. Rien de bien original mais rien de bien étrange. Cependant, j'ai quelques habitudes gestuelles. Mon travail de visualisation de l'énergie agissant sur ma cible se fait par mes mains, c'est-à-dire que l'énergie entre et sort par mes paumes. Dans tous les cas, j'ai un autre rituel précis que je réalise avant chaque sort, mais si je n'en ai pas le temps, cela m'importe peu. Je dédie une prière aux dieux avant de m'essayer à l'Art, et si un dieu en particulier est concerné dans la situation où je me trouve, alors c'est à lui que s'adresse mon imploration. Ma foi prend une place importante dans mon énergie, et donc dans mon Art. Je trouve cela important.

La Magie est si belle. Si pure. Elle se trouve en chacun de nous, que nous le voulions ou pas. Les humains sont tout autant concernés. L'énergie qui circule dans l'atmosphère va bien au delà de nos simples corps et se promène dans Miradelphia toute entière. C'est magnifique. Cela ne doit jamais se perdre. Jamais. Même les guerriers usent parfois de la Magie, et cela n'est pas une honte ni même une incohérence. Nous ne pouvons pas créer la vie ni même la redonner à un défunt, nous ne pouvons pas pratiquer toutes les sortes d'Arts en même temps et nous ne pouvons pas lire parmi les astres et les cartes l'avenir qui nous est réservé ; nous ne sommes pas des dieux ni même leurs enfants directs. Mais nous sommes toutefois créateurs de notre propre vie, tout comme les dieux sont créateurs de notre monde, ce qui nous donne le droit d'utiliser la Magie à bon ou à mauvais escient. L'Art peut nous changer. Il peut nous transformer en monstre comme en sage. Puissé-je un jour hériter d'un titre bienveillant.





Histoire




HRP:
 


Dernière édition par Jouvance de Mor'khan le Lun 25 Déc 2017 - 11:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Estiam Faerin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 373
Âge : 20
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  964 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [En cours] Jouvance de Mor'Khan   Dim 24 Déc 2017 - 13:05

Bon, je sais que t'as pas encore fini, mais tant qu'à faire, autant corriger ça directement que tout soit propre pour que tu nous fasses une histoire du tonnerre !



Citation :
• Un poil bipolaire dans le sens où je suis très proche de mes émotions et je ne les combats pas, à quoi bon?

Alors là, ce n'est pas tant une restriction pour le personnage qu'une gêne au niveau du vocabulaire. Les troubles bipolaires sont quelque chose d'aujourd'hui plutôt bien décrit, et même s'il on ne reste en surface sur le très visible, ce sont les enchaînements d'épisodes dépressifs puis hyperactifs qui les caractérisent. Que Jouvance se laisse totalement aller à ses émotions et en ressorte complètement lunatique est une chose, mais la bipolarité en est une autre, donc à voir ce que tu voulais vraiment pour ton personnage.

Citation :
J'ai, au contraire, hérité de traits fins et raffinés

Juste comme ça, les Drows ont beau être tout noirs et vicieux, ils restent des elfes, et comme les elfes généralement leurs traits de visages sont très fins. Ça ne se voit peut-être pas à force qu'ils fassent la gueule, mais c'est bien le cas x).

Citation :
En fin de compte, quand je me regarde bien, j'ai un visage assez masculin en soi. Mes sourcils sont épais, mon nez est loin d'être fin et j'ai une mâchoire carrée.

Mais du coup tu contredis le passage où tu disais ses traits être extrêmement fins sans réellement amorcer un quelconque "aveu". Si le but recherché était de casser cette première remarque, il aurait fallu que les deux se suivent de plus près, et que tu trouves une formulation pour les connecter que l'on sente que tu reviens sur ce qui a été dit avant pour admettre que c'était faux.

Citation :
C'est certainement pour cela, en partie, que mes parents me repoussaient un peu. Tout de moi est fait pour annoncer ma différence auprès des autres Daedhels, jusqu'à la couleur de mes iris. Je dirais même qu'ils tirent sur le rosé.

Et au final, en rajoutant cette phrase, tu me fais me rendre compte que tu avais à la base décrit Jouvance comme étant d'une apparence propice à déchaîner les passions... mais du coup, entre le visage relativement masculinisé, et les yeux pas complètement rouges qui font un peu "sous-race", elle est moins sexy d'un coup.

Citation :
chargée de passions interdites

C'est très difficile à trouver ça, une passion interdite chez les Drows, donc à moins d'avoir des penchants très très très spécifiques et très très étranges, je pense que tu peux considérer Jouvance normale de ce côté-là.

Par contre, ce qui m'étonne, c'est qu'avec un caractère pareil, elle puisse porter en respect et vouloir ressembler aux elfes, alors qu'elle semble plutôt contente de qui elle est et que l'idéal elfique en est presque l'antithèse.


Citation :
Aux premiers abords, elle ne m'est pas du tout innée. J'ai pu l'acquérir grâce ma curiosité et surtout grâce à mes convictions différentes des autres Daedhels qui résident au Puy.

Ce n'est pas tant la peine de le préciser ça, personne ne naît magicien sur Mira à part les fées et les farfadets.

Citation :
Ce que je voulais faire, moi, avec la Magie, c'était d'aider les autres et pouvoir me défendre s'il en était nécessaire.

Un fort désir d'aider les autres est déjà assez louche venant d'une Drow, mais en plus venant d'une Drow soupçonneuse paranoïaque là ça devient carrément bizarre.

Citation :
Je fus quelques prières à son intention afin d'implorer Teiweon qu'elle fasse preuve d'indulgence et de générosité avec lui, puis je me résolus à aider mon prochain, quoi qu'il en coûte à ma vie. Je décidai alors de devenir Mage, Mage de Vie.

En tant que bonne croyante Noirelfe, Jouvance aurait dû voir là l'oeuvre d'Uriz et l'élimination d'un maillon faible plutôt que quelque chose de si répugnant. La société Drow est violente, mais au final, ils n'ont pour la plupart jamais connu que ça, et c'est du coup leur normalité. En particulier une jeune Drow comme la tienne, si tu veux qu'elle puisse rester logique en ayant ce genre de réactions, il faudrait que tu décrives quelque part dans son caractères / dans son histoire les raisons qui l'ont poussé au déclic et à questionner la société où elle est née ( et possiblement les commandements des Dieux du coup ).

Citation :
J'ai alors étudié la Magie auprès de quelques sages qui proposaient leurs enseignements gratuitement, dans la rue, étant donné que mes parents n'étaient aucunement d'accord avec mes convictions. J'empruntais, selon eux, un mauvais chemin de vie. J'ai néanmoins pu apprendre les bases les plus simples, mais je n'eus pas la chance de pratiquer en compagnie d'un maître.

Les guérisseurs ne sont pas mal vus par les Drows, au contraire. Sans eux l'effort de guerre deviendrait beaucoup plus difficile à maintenir, alors pour une race aussi belliqueuse. Du coup, tu peux largement considérer que Jouvance aura fait ses classes en magie comme tout le monde. C'est sa manière de mettre à profit son apprentissage qui sera discutable par ses parents par contre.

Citation :
J'espère un jour ne plus devoir faire ça, mais seulement de travailler avec le regard, ce qui me permettrait de pratiquer à distance. Pour moi, c'est une avancée que je vise absolument.

On appelle un rituel un rituel parce qu'il est rituel ! Enfin, plus sérieusement, les rituels sont une forme de conditionnement, et quand un mage progresse, il progresse à travers l'utilisation des rituels qu'il a développé. Oui, ce peut devenir une possibilité pour Jouvance d'user de sa magie à distance, mais si elle a pris l'habitude d'en diriger le flux par les mains, il faut que ses mains restent mobilisées d'une quelconque manière, surtout au vu de l'importance que tu leur donnes dans sa manière de percevoir la magie.

Citation :
Dans tous les cas, j'ai un seul rituel précis que je réalise avant chaque sort, mais si je n'en ai pas le temps, cela m'importe peu. Je dédie une prière aux dieux avant de m'essayer à l'Art, et si un dieu en particulier est concerné dans la situation où je me trouve, alors c'est à lui que s'adresse mon imploration. Ma foi prend une place importante dans mon énergie, et donc dans mon Art. Je trouve cela important.

Tes incantations sont considérées un rituel, ta manière de bouger les mains en usant de magie est considérée un rituel, ce que l'on appelle "rituel" ne se limite pas aux longues préparations, mais concerne absolument tous les gestes et les habitudes entourant ton utilisation de la magie.

Tu devrais fouiller un peu les fiches des quelques mages du forum pour un peu mieux comprendre de quoi il en ressort si ça te reste encore un peu obscur.

_________________

Ce n'est encore qu'un début:
 

Pas content:
 

La couleur:
 



Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
 
[En cours] Jouvance de Mor'Khan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours théorique : Darok, Iba, Sana-khan
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Cours d'utilisation du sabre (Ouvert à tout le monde)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Où tout commence :: Registre :: Présentoir-
Sauter vers: