Partagez | 
 

 Driz'na Har'Droina, petite fille du sombre peuple (fini)

Aller en bas 
AuteurMessage
Driz'na
Drow
avatar

Nombre de messages : 24
Âge : 26
Date d'inscription : 13/01/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  28 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Driz'na Har'Droina, petite fille du sombre peuple (fini)   Sam 13 Jan 2018 - 14:58

Driz'na Har'Droina

Nom/Prénom : Driz'na Har'Droina, de son nom maternel Al'Serat
Surnoms : Lotha Suru, K'olah
Âge/Date de naissance : 28 ans / an 981 du X° Cycle
Sexe : Féminin
Race : Drow
Faction : Puy d'Elda
Alignement : Loyal neutre
Liens notables : Krish Al'Serat

Guide des noms :
 

Particularité :
Ce n'est qu'une enfant, même aux yeux des Drows. Une enfant qui n'a même pas passé le Clor d'Dormagyn et qui pourtant a dû apprendre à survivre. Autrement, une fine cicatrice orne verticalement son bras droit et de multiples tatouages se font doucement remarquer au visage, cou, bras, chevilles et pieds.

Métier : Enfant, petit moineau lorsqu'il le faut.
Classe d'arme : Corps à corps (en apprentissage)


Possessions & Equipements :

Driz'na ne possède rien de particulier. Elle a toujours vécu dans une forme de pauvreté, aussi a-t-elle des vêtements simples et un petit poignard assez quelconque pour se protéger au cas où des personnes voudraient s'en prendre à elle. Elle aime beaucoup les animaux – les reptiles notamment – mais n'en possède pas. La seule chose qui a de la valeur sentimentale à ses yeux est une vieille poupée de chiffon aux cheveux faits de crins de cheval noirs. Démonstration de ses faiblesses, elle la cache précautionneusement pour ne la sortir que lorsqu'elle en a besoin, généralement au cœur de la nuit.


Apparence :

  • Taille : 1m27
  • Couleur des yeux : Rouges, quelque peu violacés.
  • Couleur des cheveux : Bruns, avec quelques cheveux blancs.


Que dire d'une gamine vivant simplement dans le quartier Doeb du Puy ? Rien de bien particulier. Elle est assez petite, fine et menue, et ses cheveux bruns tombent souplement jusque ses omoplates. Son visage fin laisse autant paraître le sérieux que demande un train de vie basé sur la survie perpétuelle tout comme l'innocence propre aux enfants de son âge. De même, ses membres fins mais relativement musclés font deviner toute la souplesse dont est capable l'enfant.


Personnalité :

Papa est là ou papa n'est pas là. Il y a les classes avec les prêtres, où les règles sont dures et où la compétition est toujours de mise. Il y a la rue où les autres enfants de son âge se tapent, apprennent à voler, aident leurs parents s'ils le doivent, font peur aux plus jeunes et essaient de se forger une réputation... Elle, dans la rue, elle écoute. Elle écoute et elle regarde, évitant ces bandes idiotes, et elle retient. Parce que c'est ce que lui enseigne son père et c'est ce qu'il lui demande de faire lorsqu'elle n'est pas dans les classes, surtout lorsqu'il part en mission. Elle ne comprend pas toujours tout mais elle arrive à associer des discutions et à rapprocher des événements. Comme ça, lorsque son père revient, elle est heureuse de le voir sourire, qu'il soit fier d'elle. Enfin... qu'il était, plutôt.

Parce qu'elle est perdue maintenant, même si elle s'efforce de ne pas le montrer. Lok'nath est parti en mission, comme toujours, mais il ne rentrera jamais. Elle ne connaîtra plus les tendresses d'un père aimant mais sévère, proche mais distant, unique mais portant de très nombreux noms. Et on la met sous la tutelle d'une dame qu'elle ne connaît pas, peut-être va-t-elle devoir habiter loin du volcan même. Elle ne sait pas, est dans le flou le plus total quant à son devenir. Alors elle fait ce qu'elle a toujours fait, c'est-à-dire écouter sans arriver à définir ce qui est bien ou mal. Heureusement pour elle, il existe toujours des règles, un cadre pour l'aider à se tenir droite et forte... sans montrer à quel point ce père qu'elle aimait lui manque ni sa peur de l'inconnu.


Capacités magiques :

De la magie ? C'est bien divin, n'est-ce pas ? Huuum... non. Uriz et Natha ont décidé de ne pas la faire ainsi, visiblement.








Histoire


Son histoire commença simplement, comme pour des milliers d'autres personnes de ce monde. Comme pour toutes, en fait. Vaerian (appelé également Lok'nath, Drizzdin, Seraf, Dag'gear, Gorun, Veldrok, Teanark, Zess'dren...) était parti en mission en Ithri'Vaan et y avait retrouvé une femme qu'il appréciait depuis l'enfance, l'avait aimée à sa manière et ils ont passé au moins une nuit ensemble. Cette femme, Driz'na n'en connaît pas l'identité. Elle est pourtant la Maîtresse des Forges, la Princesse-Marchande Krish Al'Serat. Et c'était il y a vingt-neuf ans.

Quelle que soit sa grande lignée, quelle qu'en soit la raison et quelles que soient les discutions qu'eurent ses parents, l'enfant ne fut pas gardée par la mère et le nom de celle-ci ne lui fut pas attribué. Vaerian portant autant de noms de famille que de prénoms et dans le but de protéger sa fille si jamais il lui arrivait quelque chose, il lui donna le symbolique nom de Har'Droina, qui signifie « Terre éternelle » en référence à l'Elda. Lok'nath ramena Driz'na chez lui et l'éleva dans le quartier doeb, comme n'importe quel père pouvait le faire avec les moyens dont il disposait.

Les moyens. Une étrange notion que cela peut être, entre le matériel et l'immatériel, et le devant et l'arrière de la scène. Car Vaerian était un espion, très doué dans son domaine, qui pour autant ne travaillait pas pour la Dothka. Il possédait donc son propre réseau, choisissait ses associés et « employeurs », et avait réussi à obtenir argent et biens plus utilitaires. Pourtant, tous ceux qui ont été chez lui pourraient vous assurer que son logement ne diffère pas ou trop peu de ceux du même quartier. Cet elfe noir était un acteur né, il était capable de prendre pratiquement n'importe quel rôle afin de réussir une mission. Ainsi il n'était qu'un simple doeb sachant un minimum manier les armes et peu bavard, partant régulièrement et laissant sa fille s'élever elle-même pendant ces moments-là, appelé Lok'nath Har'Droina. Pour son employeur privilégié, un dénommé Serzin, il était le mystérieux mais non moins raffiné Zess'dren Gearven. Pour la plupart de ses contacts, il était le badaud bon blagueur Teanark. Pour de nombreux thaaris, il était peintre toujours souriant et fort bavard. Et ainsi de suite, chaque nom correspondant à un personnage et chaque personnage ayant une identité, un caractère, des loisirs, une famille, des amis et ennemis... et des papiers attestant ce qu'il fallait pour preuves. Le problème de tant de personnages est qu'au final Lok'nath n'avait gardé de sa véritable identité qu'un nom – Vaerian – et des souvenirs. Il était devenu incapable de retrouver son propre caractère, si bien qu'à la maison il endossait en souriant son rôle de père.

Driz'na était une enfant intelligente mais simple. Son monde se résumait aux rues, aux classes, aux dieux ô combien importants et à son père. A force d'apprendre à écouter et à regarder, elle avait fini par comprendre que Lok'nath se comportait différemment selon la personne qui lui faisait face. Pour ce qui était du reste, tant qu'elle avait auprès d'elle son papa, le Lok'nath sévère mais qui la prenait dans ses bras, l'embrassait et la caressait tendrement, cela lui allait très bien. Elle se devait juste de rester muette sur le peu qu'elle pouvait entendre et voir, ainsi que bien retenir les noms qu'il prenait et qui la concernaient : Lok'nath pour elle et les gens du commun, Zess'dren si Serzin le ou la cherchait, Gor'ark pour ceux qui ne pouvaient qu'apporter des problèmes – et donc qu'elle devait leurrer ou éviter... Et, pour finir, Vaerian signifiait qu'il était dans les bras de Teiweon. Il faudrait alors qu'elle suive la personne qui viendrait la chercher avec ce nom... et c'est ce qui avait fini par se passer, alors que Driz'na n'avait que vingt-huit ans. Pour ce qui était de ses surnoms, ils avaient de même chacun leur utilité :  Lotha Suru signifiait qu'il avait besoin qu'elle fasse le moineau alors que K'olah voulait dire qu'il était fier d'elle, que tout allait au mieux. Mais cela n'avait plus lieu d'être maintenant.

Ainsi commençait une nouvelle vie, décidée par les dieux et pleine d'incertitudes. Alors que la jeune Driz'na, perdue par la disparition de son père, s'en allait rencontrer celle qui était en réalité sa mère, elle ne désirait qu'avoir sa poupée de chiffon avec elle...



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 670
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  965 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Driz'na Har'Droina, petite fille du sombre peuple (fini)   Dim 14 Jan 2018 - 18:27


Code:
[Métier] : Petit Moineau

[Sexe] : Féminin

[Classe d'arme] : Corps à Corps

[Alignement] : Loyal neutre

Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Journal de bord ~ Pour archiver tes liens de RP qui content l'histoire de ton personnage {Vivement conseillé}.
Et enfin, si tu as des question, n'hésite surtout pas à demander l'aide d'un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.

_________________
Ce n'est encore qu'un début:
 


Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
 
Driz'na Har'Droina, petite fille du sombre peuple (fini)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» /!\ A ton tour, petite fille... fufufufufu...[PV Jena]
» Le 12 juin... Journal d'une petite fille ordinaire...
» Petite fille...
» C'était une petite fille, sans histoire et très sage ? [Résolu]
» La petite fille de Pavarotti...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Où tout commence :: Registre :: Tabularium :: Drows-
Sauter vers: