Partagez | 
 

 [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Mer 24 Jan 2018 - 0:21


Printemps - Fin 7e ennéade de Barkios
10e année du XIe Cycle


Halya se laissa aller avec un soupire de satisfaction sur l’une des robustes chaises de la Collégiale.

- A ce point ? » sourit Hiel en lui tendant un verre d’eau.
- Merci. » Elle but à long traits pendant que son ancien garde du corps s’asseyait à califourchon sur une chaise voisine, les bras et la tête appuyés sur le haut de son dossier. « Il m’a épuisé. J’ai fini par accélérer la cadence juste pour qu’il arrête de parler entre deux passes.
- Ha ! Oui, il a du beaucoup réfléchir ces dernières années. Mais au moins il ne disait pas que des sautises.
- Je n’ai jamais dit le contraire ! »

Reposant son verre sur la table, elle étendit ses pieds bottés sur le coin le plus proche. Haaaaa… Oui. Elle avait peut-être un peu tirer sur la corde en ne prenant aucune pose de la journée. Parmi les activités qu’elle avait envie d’exercé ces derniers temps, aucune n’était particulièrement reposante. Aujourd’hui, elle avait passé la journée à marcher d’un bout à l’autre de la cité pour aider Sedhen à ouvrir une bibliothèque dévolue à l’Histoire et aux coutumes Eraisonniennes dans le quartier des savoirs. Une façon de permettre aux uns de s’exprimer et aux autres de ne pas oublier. Alors en arrivant au rendez-vous des vétérans, elle était déjà suffisamment fatiguée pour aller se coucher.  Elle ne s’attendait pas à ce que justement ce soir arrive un jeune Wyslenien avec plus de questions et de salive a perdre qu’elle n’avait de sang dans les veines.

- Il avait même totalement raison... »
murmura-t-elle pensivement.

Aujourd’hui, plus aucun citadin ne savait avec certitude quelle était le rayon d’action de la Symphonie. Nul ne savait si l’expansion de celle-ci avait continuer et plus encore, si cela signifiait que l’Anaëh s’étendait avec elle. Et dans ses conditions, comment le peuple sylvain pouvait encore se réclamer de la mission sacré de la défense d’Anaëh ? La mission attribuée aux elfes, si claire à l’aube des temps, ne l’était plus tant que ça… Sans le savoir, ce jeune homme avait mis le doigt sur les mêmes soucis qu’avaient soulevés Estiam. D’ici quelques années, beaucoup se poseraient ces même questions. Et avec elle, la question d’une alliance ou d’une élimination totale des Noss serait nécessaire car une nation désunie ne pourrait agir sur de si grands espaces.

Elle n’avait fait qu’esquiver les questions du jeune homme, comme elle l’avait fait avec les questions d’Estiam. Mais elle ne pourrait le faire éternellement. Il y avait aussi ces nouvelles qu’elle recevait de Naelis. Les changements de ce début de Cycle n’étaient rien par rapport à ce qui s’annonçait. Maintenant qu’elle avait le temps, elle pouvait se renseigner et c’était la là grosse différence avec la visite d’Estiam. Poser des questions… C’était ça !

Ses pieds retombèrent lourdement sur le sol.

- Allons à Alëandir.
- … Hein ?

Les yeux de Hiel cillèrent d’incompréhension face à la remarque enjouée de sa consœur. Il l’accompagnait depuis assez de temps pour savoir que ce genre de décisions soudaines était l’une de ses marques de fabriques… Mais même après trois ans, il était toujours aussi surpris.

- Ce jeune avait raison. Nous n’avons aucune idée des limites actuelles de la Symphonie ni de la façon dont les Noss se conduiront d’ici quelques mois maintenant qu’ils se rassemblent sous une seule bannière. Mais nous n’avons peut-être pas toutes les données. Nous devrions aller consulter les diplomates, les érudits, les mages et les prêtres d’Alëandir. Nous pourrons obtenir des informations et leur proposer de se joindre à nous dans une démarche commune.
- L’idée est bonne. » concéda-t-il après réflexion « Mais ce serait pas plutôt au Conseil de faire ça ?
- Crois moi. Le conseil est bien trop occuper à gérer la politique quotidienne pour pouvoir se poser des questions qui ne sont pas directement nécessaire. Mais nous pourrons leur transmettre les informations que nous trouverons. Je préfère simplement me tenir hors du circuit diplomatique. Si les tensions entre Cités augmentent encore, ce genre d’initiative doit pouvoir perdurer malgré tout.

Oui oui c’était logique. S’ils formaient une coalition diplomatique pour s’entretenir avec les Noss ou partager des informations qui concernaient l’intégralité d’Anaëh, ils ne pouvaient pas risquer de voir ce projet avec du plomb dans l’aile en cas de mésentente uniquement Citadine. S’occuper des frontières et des nouveaux enjeux qu’engendraient l’avancer progressive de la Symphonie serait assez compliqué comme ça… Mais…

- Attend. Tu veux étendre notre initiative de vétéran aux Noss et aux autres cités ?
- Tu ne trouve pas que ce serait une bonne idée ?
- Bien… C’est très éloigner de notre but initial quand même…
- Tu trouves ? » le sourire se l’ancienne protectrice se fit plus taquin. « Pousser un peuple déchirer à s’unir dans le partage et transformer la soif de vengeance et la colère de certains en action utile à tous au lieu de les laisser ruminer me semble être exactement dans le sens de notre initiative… non ?

Les yeux verts de la rouquine pétillait d’anticipation. Elle y croyait réellement. Elle le voyait même à porter de la main. Il n’y avait pas de doute ou de possibilité dans sa façon de parler ou de se tenir. Hiriel en resta interdit. D'une certaine façon, s'en était même fascinant. Il y avait quelque chose de confiant et de brillant en cette femme qui proposait pourtant l’une des idées les plus farfelues qu’il ait entendu de toute sa vie.

- Transformer la haine et la colère en une énergie bénéfique à toute l’Anaëh au lieu de la laisser pourrir jusqu’à ce qu’elle crée peur et folie. Ce serait une belle façon de motiver tout le monde autour d’un beau projet. Surveiller, étudier et cartographier les frontières en coopération avec les Noss. Empêcher toute pensée radicale de s’implanter par l’information, la réflexion et l’action commune. Avoue au moins que ce serait magnifique ! »
Son sourire franc débordait d’entrain. « Alors nous pourrions au moins aller voir à Linaëh, Wyslena ou Alëandir quelles possibilités s’offre à nous avant de dire que c’est impossible.


_____________________________

Printemps - 2e jour de la 8e ennéade de Barkios
10e année du XIe Cycle

Une fois de plus, Halya avait franchis les murs de la Cité Blanche. Et comme d’habitude, elle avait insisté pour ne pas venir en barge mais en suivant la voie blanche le long de la rive. Le petit groupe qui cheminait à son côté s’en était plusieurs fois ému, mais elle préférait encore être chambrée qu’avoir mal au cœur, même si ce n’était que légèrement. Elle avait déjà donné pour aller à Holimion.

En arrivant, ils avaient trouvé à loger dans un relais mis à la disposition des voyageurs. Certains d’entre eux avaient bien quelques connaissances en ville mais débarquer à plusieurs sans prévenir aurait été un peu osé.  Halya se serait bien inviter dans le casernement de Fenris, mais même en tant qu’Aigle ou ex-Aigle, certaines choses ne se faisaient pas.

Le lendemain de leur arrivée, tandis que Kireth et Löss se rendaient au Haut-Temple de Kÿria pour s’entretenir avec la Servante, Halya et Hiel avaient pris le chemin du trône blanc. Plusieurs fois, on les regarda avec un mélange d’appréhension, de crainte et de pitié mais ils arrivèrent à traverser l’esplanade sans embûche pour pénétrer dans le hall des cabinets diplomatiques d’Alëandir.

L’endroit était superbe… d’un point de vue d’Ardamiri tout du moins. Les rangées d’étagères croulant sous de lourds ouvrages cohabitaient avec la nature vestige du Voile. Malheureusement, l’indication s’en ressentait…

- Et maintenant ? Ou va-t-on ?
- Excellente question. Killen ne m’a pas dit le quel de ces deux-cent bureau était concerné si tu veux tout savoir...
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Sam 27 Jan 2018 - 10:47



Rp précédent





« Le fait que des Noss se regroupent ne signifie pas nécessairement qu'ils vont attaquer la capitale. Ils éprouvent pour elle un tel mépris qu'il paraît improbable qu'ils prennent la peine de l'attaquer de manière organisée pour la détruire. Il y a de nombreuses choses dans les forêts de l'Anaëh pouvant nécessite le regroupement des Noss. À l'heure actuelle, aucun élément en ma possession ne peut me permettre de confirmer vos suspicions Thendir. »
« Je vois que vous refusez de voir la vérité en face Conseillère ! Je remonterai cela aux autres membres du Conseil ! Et au Régent même ! » Comme si Anorn n'avait pas d'autres préoccupations plus importantes que la supposée stupidité de l'un de ses conseillers, pensa-t-elle.
« Il est dommage que nous n'arrivons à tomber d'un commun accord Thendir. Je prends note des observations que vous m'avez remontées, et je ferai en sorte d'en apprendre plus. Tant que je n'aurais pas plus d'éléments, je ne prononcerai d'avis en ce qui concerne les motifs et desseins des Noss du protectorat. » Un rictus agacé déforma le beau visage du blond :
« Votre manque de proactivité causera notre perte ! » Il se retourna et avant de franchir la porte lui lança : « Et pendant que j'y pense : dites à votre Noss d'arrêter d'encourager la pousse des branches et racines envahissant notre hall, il va finir par s'écrouler et nous allons perdre des cycles de connaissances et d'archives diplomatiques ! »

À l'écouter, on aurait cru que « sa Noss » était un petit animal de compagnie qu'elle promenait fièrement en ville. Un manque de respect total aussi bien pour elle que pour Iola, entraînant un courroux certain chez Cinnaeth qui fusilla du regard l'autre Taledhel. Celui-ci perdit quelque peu de son assurance hautaine et sortit finalement en claquant la porte. La Lëandrine alla s'asseoir à son siège de bureau, et reposa sa tête portant ses doigts à son arcade sourcilière droite. Il était à peine midi et elle sentait déjà un sacré mal de crâne monter. Ses collègues diplomates ne lui avaient rien épargné ce matin, le sujet de tension le plus récurrent n'était autre que Iola, et elle commençait sérieusement à se demander si elle avait bien fait d'accepter la demande de Mä'helnoss...

La Noss, d'un siècle sa benjamine, était habitée d'une énergie débordante et d'une joie de vivre contagieuse. Sensible à la Symphonie, sa réaction n'avait pas manqué lorsqu'elle fit ses premiers pas au sein de la capitale. « Fané », « Éteint » et « Accablant » était les mots qu'elle avait employés. Fort de ce constat, le lendemain elle prit la résolution de ramener le Chant des Arbres au sein des pierres blanches de la ville. Action louable, qui commença par l'apparition d'une tige en plein milieu de la pièce de vie de la maison de la Conseillère. Tige qui se transformerait en arbre plus tard. Acte original dont Cinnaeth s'était amusée. Erreur fatale. Iola avait pris cela comme une forme d'encouragement, et rapidement elle se mit à faire la même chose au sein du centre diplomatique de la capitale. Depuis quelques jours, nombre de ses collègues venaient dans son bureau pour se plaindre de l'apparition de nouvelles pousses au niveau du sol ou bien de la chute d'un bout de mur sous la pression des racines. Cinnaeth s'évertuait à expliquer que la Noss n'avait rien à voir là-dedans et que c'était seulement le renouveau de la vitalité de la forêt qui causait cela. En réalité, elle n'en savait fichtre rien quelle était la cause exacte de ces apparitions végétales, mais elle soupçonnait que la réalité était plus complexe que les visions manichéennes portées par chacun. La Lëandrine songeait à aller voir des prêtres de Kÿria afin d'obtenir quelques pistes d'explication.

Cinnaeth fronça les sourcils. Il était midi, et en pensant aux prêtres de Kÿria, elle se rendit compte que Faerveren et Iola n'étaient toujours pas revenus du temple de la déesse. Elle poussa un long soupir et espérait que la prochaine personne qui franchirait le pas de sa porte ne soit pas l'un des prêtres pour lui apporter un nouvel exploit supposé de sa pupille. Elle se releva alors d'un bond. Quitte à ce que ce soit le cas, elle préférait prendre les devants. Elle sortit de son bureau et s'appuya sur les balustrades du premier étage où se trouvait son officine. Son regard balaya le hall du cabinet diplomatique. Comme toujours, il grouillait d'activité, diplomates, émissaires et autres porteurs de messages se précipitant d'une officine à l'autre, sortant et entrant du cabinet. D'en haut, cela donnait un ballet impressionnant à observer, dont le chaos se sublimait par les mouvements gracieux des elfes. Chorégraphie à laquelle seuls deux elfes ne participaient. Plantés au niveau de l'entrée, ils observaient avec un mélange d'admiration et de confusion le spectacle se livrant à eux.

Aucun membre des corps diplomatiques ne semblait leur prêter attention, trop occupé à régler leurs propres affaires. Et Cinnaeth en aurait sans nul doute faite de même si elle n'eut pas l'impression de reconnaître l'un d'entre eux. C'était un elfe aux longs cheveux bruns, et son visage lui rappelait bien quelque chose... Ardamir ! Bien sûr ! Au Sanctuaire de Kÿria, le prêtre qui était venu la chercher pour lui annoncer l'accident de sa mère. Elle était partie sur le champ de la cité d'Ardamir, laissant en plan une bien sombre affaire. N'ayant aperçu les deux Taledhels qu'elle cherchait initialement, Cinnaeth se décida à aller à la rencontre des deux étrangers, c'était l'occasion d'avoir des nouvelles de la situation.

Elle descendit prestement les escaliers et s'approcha d'eux avec un sourire chaleureux aux lèvres. Elle n'avait jamais croisé l'elfe aux cheveux roux aux reflets de cuivre et aux yeux verts, mais elle fit la supposition qu'elle venait aussi d'Ardamir. En leur faisant un salut respectueux de tête, la Conseillère leur dit d'un ton posé et bienveillant :

« Je vous souhaite la bienvenue au cabinet diplomatique d'Alëandir, Ardamiri. Puis-je vous aider ? »

Elle n'ajouta rien, et attendait de voir leurs réactions. Non pas qu'elle pensait qu'ils refuseraient son aide, car il était évident qu'ils ne savaient où aller dans ce nid d'activité frénétique, mais elle était curieuse de voir si le plus jeune de ses deux interlocuteurs allait la reconnaître ou non. Car en l'état, elle devait plus leur paraître être un diplomate quelconque de la capitale plutôt qu'une conseillère...





Dernière édition par Cinnaeth Kielendar le Dim 11 Mar 2018 - 10:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Sam 27 Jan 2018 - 17:30


Prenant son courage à deux main, Halya s'apprêtait à arrêter la course d'un des nombreux passant. Il avaient déjà essayer de faire signe à plusieurs reprises mais les affaires semblaient urgentes au point d'en ignorer toute personne à proximité. C'était à ce demander si ce balai était normal ou si une catastrophe soudaine avait verser du sable dans les rouages de cette mécanique bien huilée.

Mais au moment même ou la dame aux cheveux roux posa la main sur l'épaule d'une jeune homme portant une pille de papier, une voix l'interpela du côté opposé. Sa proie profita de cet instant d'inattention pour s'en aller encore deux fois plus vite qu'il n'était venu, elle n'avait donc plus que le choix de se retourner tout a fait vers leur hôtesse tant attendue. Hôtesse qui se trouvait être une diplomate semblait-il, chose ô combien inattendue en ce lieu. En revanche, plus surprenante était la facilité avec laquelle elle les avaient identifiés comme originaire de la Cité des Arbres. Halya lança un regard interrogatif à Hiriel. Il avaient à ce point l'air de débarquer de la province profonde ou les diplomates avaient-ils été mystérieusement prévenus de l'arrivée d'un petit groupe d'Ardamiris disparates comptant parmi eux l'ancienne Protectrice. Par les Aigles et le rapport de Fenris, peut-être ? Non. Elle connaissait assez le circuit pour savoir que la nouvelle ne se serait pas rependue parmi les diplomates dans ordre directe de Capitaine ou du Roi... Et elle doutait que l'un ou l'autre ne se soit résolu à donner un tel ordre. Le premier pour éviter les ennuis, le second... et bien pour la même raison à ceci près que les soucis imaginés n'étaient pas de même nature.

Hiel la détrompa d'un léger mouvement d'épaule. Si l'information avait circulé, ce n'était pas par lui et il n'avait pas non plus souvenir de porter un panneau ou aurait figuré son origine.

- Et bien oui. A vrai dire nous cherchons...
- Heri Cinnaeth !

Halya sursauta de bonne grâce lorsque son compagnon lui coupa la parole d'une exclamation. Lui qui était d'ordinaire plutôt calme, la surprise était d'autant plus grande. Sous le regard de l'ancienne protectrice, il se rengorgea un peu, toussant au passage pour reprendre contenance et faire disparaitre le sourire du à sa victorieuse - quoi qu'un peu lente - mémoire.

- Pardonnez-moi. Vous ne vous souvenez surement pas de moi. Je m'appelle Hiriel. J'officiais au sanctuaire. J'ai parlé plusieurs fois au Lam'nir aux cheveux bleus. Vous lui aviez fait forte impression."
expliqua-t-il simplement avant de se tourner légèrement vers Halya. " Je te présente Heri Cinnaeth, la Conseillère du Trône Blanc qui nous a été d'un grand secours avec les Lam'nir pendant ton absence... si ma mémoire ne me joue pas trop de tour. " sourit-il peut confiant en ses propres dires.

Si elle n'avait pas eu tous les détails de l'histoire, Halya avait tout de même eu le droit à trois versions distinctes de la part de Medherith, Killen et Eorim, aussi avait elle une vision au moins acceptable de ' L’Incident du Grand-Chêne ' comme aimaient pudiquement l'appeler les trois conseillers. Alors la fameuse diplomate du Trône Blanc que Killen avait eut tant de mal a supporter était cette jeune femme. Une surprise heureuse se peignant sur ses traits, elle salua la jeune femme en portant sa main à ses lèvres puis à son cœur.

- Heureuse de rencontrer l'une des personnes qui ont participé à sauvegarder la paix. " sourit-elle sincèrement " Vous allez nous êtres d'une aide encore plus grande que vous le pensiez. Nous venons justement vous voir. "
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 28 Jan 2018 - 11:27



« Heri Cinnaeth ! » Et bien, il semblait que l'elfe aux cheveux bruns se souvienne d'elle, à en faire sursauter sa compagne de voyage. La diplomate offrit un sourire amusé en réponse. « Pardonnez-moi. Vous ne vous souvenez sûrement pas de moi. Je m'appelle Hiriel. J'officiais au sanctuaire. J'ai parlé plusieurs fois au Lam'nir aux cheveux bleus. Vous lui aviez fait forte impression. »

Il fallut peu de temps pour que le sujet des Lam'nir apparaisse dans la conversation, ce qui en soit était peu étonnant en vue de son application, modeste selon elle, dans cette histoire. La remarque au sujet de Dalen la déconcerta quelque peu. Certes ils avaient eu un long échange, mais elle avait bien remarqué qu'elle gênait tout autant qu'elle attisait la curiosité du Noss. Ceci dit elle n'allait pas remettre en question les paroles de l'Ardamiri, et doutait que Dalen se soit amusé à raconter des fadaises. Il avait bien trop cette culture de la droiture dont seuls les Noss savaient faire preuve... Hormis les militaires peut-être ? Pensée qui, irrémédiablement, l’amena à Killen. Un petit rictus amusé se dessina imperceptiblement à la commissure de ses lèvres. Elle se doutait que si c'était Killen et non Hiriel qui se tenait là, le discours serait quelque peu différent... Sans doute beaucoup plus court et moins aimable...

« Je te présente Heri Cinnaeth, la Conseillère du Trône Blanc qui nous a été d'un grand secours avec les Lam'nir pendant ton absence... si ma mémoire ne me joue pas trop de tour. »

La réponse de l'elfe à la chevelure ne se fit pas attendre, une expression joyeuse se dessinant sur son visage, accompagnée du geste de salutation Ardamiri que Cinnaeth imita en signe de respect. Elle ne s'attendait très certainement pas aux paroles qu'elle allait prononcer par la suite...

« Heureuse de rencontrer l'une des personnes qui ont participé à sauvegarder la paix. Vous allez nous êtres d'une aide encore plus grande que vous le pensiez. Nous venons justement vous voir. »

Beaucoup de personnes venaient voir la Conseillère ces derniers temps. Beaucoup trop même à son goût. Surtout qu'il s'agissait de plus en plus de régler des questions et problèmes triviaux sortant très largement de ses missions et surtout de ses centres d'intérêts premiers. Ces elfes importuns provenaient néanmoins majoritairement des bureaux encerclant le hall du cabinet diplomatique, même si parfois c'était des militaires ou des prêtres qui toquaient à sa porte. Que ce soit des elfes venant d'une ville à plusieurs lieux d'Alëandir qui viennent la voir, cela avait quelque chose d'exceptionnel. Singularité qui attisa la curiosité de Cinnaeth, même si une once de crainte s'était également éveillé en elle. Elle avait eu vent des tensions montantes entre la Cité d'Alëandir et la Cité d'Ardamir. Était-ce pour cela qu'ils venaient la voir ? Elle n'était dans ce cas le meilleur interlocuteur possible. Le Régent était la personne à qui s'adressait. N'importe qui avec un minimum de jugeote trouverait cette conclusion assez rapidement. À moins que les deux Ardamiri cherchent à éviter le dit Régent ? Ou alors ils sont venus ici avec un tout autre objectif en tête... Et ce serait un prêtre qui viendrait la voir ? À moins que...

La Lëandrine détailla alors rapidement la femme se tenant aux côtés d'Hiriel, qui semblait d'une certaine façon avoir une certaine autorité sur celui-ci. Des cheveux roux, des yeux verts, une allure régalienne dans laquelle le regard céruléen pouvait deviner une face sauvage cachée, quelques cicatrices sur ces mains, marques d'une elfe confrontée à maintes combats... Se pouvait-il qu'elle soit...

Cinnaeth balaya du regard le hall, toujours habité de la même frénésie. Aucun ne semblait prêter au petit groupe des trois elfes venant tout juste de faire connaissance. Tant mieux. Si ses soupçons se révélaient juste, il était préférable que tous les diplomates haut placés ne commencent pas à se ruer sur les deux Ardamiri, enfin surtout sur l'une d'entre eux, comme des abeilles sur du miel. Toujours souriante, elle lança à ses deux interlocuteurs :

« Vous me faites tous deux bien trop d'honneur, je ne remplissais que ma fonction, et j'ose croire que n'importe qui dans une position similaire ferait de même. » Elle fit un mouvement de bras leur indiquant l'escalier à leur gauche. « J'imagine que le calme sera préférable pour nous entretenir. Suivez moi je vous prie. »

Elle emboîta la marche vers les escaliers en direction de son office. Elle jeta tout de même un dernier regard vers la porte du hall, quelque fois que Faerveren et Iola entrent à ce moment précis, mais il n'en fut rien. Ils arrivèrent rapidement face au bureau de la Conseillère dont elle ouvrit la porte, laissa passer ses deux invités, puis referma la porte après les avoir suivi. Elle leur indiqua de prendre place dans les sièges au centre duquel se trouvait une table basse en chêne finement sculpté et où elle déposa une cruche et trois gobelets qu'elle venait de prendre dans une étagère. S'asseyant à son tour, elle leur dit, tout en servant un liquide aux couleurs ambrés dans les gobelets :

« Hiriel, vous avez mentionné les Lam'nir il y a quelques instants. Je n'ai eu malheureusement de nouvelles du dénouement de cette affaire autour du Grand-Chêne. Est-ce que le Chêne, et par extension la Noss, a pu être soignée du mal qui le rongeait ? » Puis reposant la cruche sur la petite table, et s'adressant cette fois-ci à la rousse : « Si je puis vous aider d'une quelconque façon, se serait avec plaisir que je ferais ce qui est en mon pouvoir. Mais contrairement à Hiriel, je ne me souviens pas vous avoir croisé lors de ma visite en Ardamir. »



Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 28 Jan 2018 - 15:24


Non. N'importe qui dans la position qu'avait occupé la jeune diplomate n'aurait pas fait de même. ça, Hiriel en était absolument persuadé et sa compagne de route, bien qu'absente au moment des faits, avait également de gros doutes sur la chose. Les Lam'nir était assez remonté pour menacer la vie de plusieurs citadins et elle s'était retrouvée avec leurs armes en main. Si ce n'était pas une preuve suffisante, la circonspection dont Killen et son amour bien connu pour la diplomatie et tous ceux qui l'exerçaient faisait preuve en parlant d'elle suffisaient à donner le ton.

Les deux voyageurs suivirent leur hôtesse dans les étages supérieur. Tout en avançant, Hiriel retenait pas réflexe le chemin qu'ils empruntaient comme s'ils étaient dans un lieu hostile. Des deux ou trois fois ou il était venu jusqu'à la Capitale, il n'avait jamais eu l'occasion d'entrer dans ce genres de bureaux officiels. Il avait toujours trouver la Palais écrasant. Toute cette pierre, ces gens pressés aux mouvements guindés... Il avait toujours cru que cette impression était propre aux diplomates d'Alëandir. Il s'était souvent demandé comment Halya, une chef de guerre franche comme il en avait rarement vue, faisait pour s'entretenir d'égale à égale avec des gens comme eux. Pourtant, le hall d'ici ne lui donnait pas du tout cette impression et ses occupants, quoi que pressés, semblaient moins prompts a jeter des regards orgueilleux.

Jetant un regard à sa droite, il pouvait voir que la femme qu'il accompagnait avait autant l'air dans son élément que la conseillère qu'ils suivaient. Si elle avait des conseils à lui donner pour avoir cette apparence assurée en tout temps et en tout lieu il aurait été preneur. Cela ne faisait que quelques jours qu'il commençait à deviner que ce qu'il y avait derrière était beaucoup moins simple qu'elle ne le montrait, mais en des moment comme ceux-là, il enviait sa propension à garder contenance.

Une fois dans le bureau de la Conseillère, Halya prit place à la gauche de son ancien garde du corps, lui lançant un regard joyeux. Ils avaient trouvés et plutôt vite !

- Vous auriez de l'eau, plutôt ? " demanda doucement la rouquine en voyant couler le liquide ambré dans le premier verre tandis qu'Hiriel avant de briser enfin le mystère involontaire qui entourait son identité " Bien sûr. Je devais être à Malereg ou à Eteniril à ce moment là. Je m'appelle Halyalindë Yasairava. Anciennement protectrice d'Ardamir aujourd'hui Maître d'arme au service de la Cité. " compléta-t-elle tout à la fois pour ne laisser aucune place au doute et mettre l'accent sur le fait qu'elle ne prétendait plus à la moindre prérogative de Protectrice. Tandis qu'elle portait un verre à ses lèvres, elle laissa Hiriel répondre aux autres préoccupations de la jeune femme.

- Au sujet du rituel de guérison que demandaient les Lam'Nir, il a bien été accompli et leur clan est sauf. " Il hésita un instant à donner plus de détails mais se souvint du visage de Dalen au dessus de la sépulture. " Mais ce ne fut pas sans conséquence. Je n'en connais pas l'ampleur avec certitude mais j'ai cru comprendre que Ketyr et sa fille n'avaient pas été les seuls à rejoindre le Senarda. Tari les garde. En hommage, une plaque a été ajouter au socle de la statue de notre fondateur au côté de celle comportant les noms de nos vingt-quatre Protecteurs. " Halya leva un sourcil étonné. Inutile de préciser que le peuple d'Ardamir n'avait pas été officiellement informé de la raison pour laquelle le Palais avait été vidé une nuit durant ni pourquoi les derniers étages avaient été interdits pendant plus d'une ennéade le temps de tout remettre en état. S'étendre sur des sujets qu'il ne maîtrisait pas et dont il ne connaissait pas le fin mot ne lui vaudrait que des problèmes.

Il n'y avait pas de bonne façon de rompre un tel silence, aussi Halya s'y employa de la façon la plus simple qui soit.

- Tari les gardes. Nous ne pouvons qu'espérer que cette première coopération nous rende la tâche plus facile." elle se tourna plus ostensiblement vers la Lëandrine. " C'est précisément pour cette raison que nous sommes ici.
- Nous avons démarré il y a quelques ennéades en collaboration avec le Culte d'Ardamir, un regroupement de vétérans ayant à cœur d'éviter que tous les malheur de ce début de Cycle ne se solde par une nouvelle pandémie de désespoir, de méfiance et de rage. Nous essayons de changer les inquiétudes et la colère de nos concitoyens en actes bénéfiques afin de leur éviter de ruminer et nous faisons notre possible pour démystifier les séquelles de la guerre ainsi que la vie au front pour permettre aux réfugiés et vétérans eux-même de retrouver une place dans une société paisible.
- Mais nous avons également remarqué que les changements Symphoniques et ce qu'ils ont de symbolique pour notre devoir de protection de l'Anaëh angoissent même ceux qui ne peuvent les entendre directement. Le rassemblent dans le Sud ne fait rien non plus pour apaiser ces nouvelles tensions et certains commencent même à redouter de voir l'émergence d'une seconde nation elfe unie et opposée aux Cités. Halya fronça le nez sans trop savoir si c'était d'amusement ou d'inquiétude pour ce que de telles idées pourrait entrainées dans la population déjà sur les dents. " Notre groupe envisage donc d'étendre ses activités vers la coopération avec les Noss et la surveillance frontalière.
- l'Arbitre Vaëlie estime que pousser les membres anxieux ou en colère de notre peuple à s’investir dans des projets pratiques non militaire qui ont une influence sur la source de leur crainte serait une excellente chose. D'autres membres de notre délégation sont en ce moment même au Haut-Temple pour s'entretenir avec la Haute-Prêtresse et connaitre l'avis des autorités du Culte. " fit remarqué Hiriel.
- Pour faire simple, pour commencer, nous aimerions que notre organisation devienne un point central de communication et de transmission d'information à laquelle nos concitoyens pourront venir participer et s'informer sur tous les sujets difficiles ou tabous : les conflits et les cultures Noss, la guerre, la progression symphonique, la condition des réfugiés, les problèmes des vétérans, les frontières et leur gestions.
- Et si possible, nous aimerions acter cet esprit de coopération en proposant aux Noss locales d'effectuer des missions de surveillances, de mesures et de cartographie avec des Citadins volontaires. Pour tuer la méfiance dans l’œuf, avant qu'elle ne s'installe véritablement.

Beaucoup auraient jugé cette idée folle en plus d'être totalement hors de la portée d'un regroupement de vieux militaires amochés. Hiriel avait l'impression de devoir justifier chaque point de leur projet à chaque fois qu'il en parlait, même avec Löss ou Vaëlie. Halya, sous ses apparences confiantes s'accrochait à l'idée que réussir un pari pareil aurait été... non. Réussir un pari pareil serait un bienfait immense et la preuve que des soldats pouvaient aussi être la pierre angulaire de la restauration de la paix et de l'harmonie une fois que le sang avait coulé. Leur destin à tous n'était pas de souffrir ou de sombrer dans la folie pour avoir pris des vies.

- Comme vous pouvez l'imaginer, nous avons besoin de toute l'aide que nous pouvons trouver pour cette entreprise. En premier lieu, nous vous proposons de mettre en communs toutes nos informations sur les Noss, leurs intensions, leurs interactions, leurs cultures, leurs coutumes, et leurs déplacements groupés. Par la suite, si cela vous intéresse, nous aimerions collaborer plus étroitement avec votre cabinet pour trouver Noss prêt à participer à une telle entreprise.
- Nous avons peu de contacts au sein des Noss et la plupart d'entre nous n'a même pas la plus petite idée sur la façon de s'adresser à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 28 Jan 2018 - 18:41



La Conseillère écouta avec attention ce que les deux Ardamiri avaient à déclarer, son regard céruléen allant de l'un à l'autre. Il s'avéra que son soupçon à propos de l'identité de l'elfe qui lui était jusque là inconnue se vérifia avec les premières paroles d'Halyalindë. Elle ressentit ensuite une tristesse sincère en entendant de la bouche d'Hiriel le trépas de Ketyr, même si les détails que l'Ardamiri lui donnait étaient bien maigres pour en savoir la cause. Sans doute s'était-il sacrifié pour sauver son clan. Par respect pour les Lam'Nir et l'Ornedhel aux cheveux teintés de rouge, elle se promit d'écrire à Dalen afin de lui présenter ses condoléances et honorer un temps soit peu la mémoire du guerrier. La suite de la tirade des deux elfes éveilla de tout autre sentiment chez la Lëandrine, entre la surprise, l'excitation et la fascination qu'une telle entreprise puisse émerger ainsi et arriver, presque littéralement, au pas de sa porte. Malgré cela, elle restait pleinement consciente de la difficulté de la tâche, que nombreux qualifieraient d'impossible... Peut être n'avaient-ils pas tort...

Tout en écoutant ses deux interlocuteurs, Cinnaeth réfléchissait à toute vitesse, laissant de côté son élan de sympathie inné pour ce qu'on lui décrivait et analysant froidement les constats et arguments qui les avaient amenés à une telle volonté d'action. À vrai dire, elle trouvait la chose assez maligne, et en soit, le contexte pouvait être favorable à la création d'une réelle collaboration entre les Taledhels et les Noss. Les séquelles de la guerre se faisaient ressentir sur toute la société Ardamiroise, et traiter ces maux se révélait être une priorité absolu pour la cohésion de cette société. Diriger la force de sentiments négatifs vers des actions constructives et positives était une excellente idée pour plusieurs raisons : tout d'abord d'un point de vue thérapeutique, cela pouvait faire de véritables miracles sur des esprits marqués par la guerre ; deuxièmement cela permettrait de redonner un sens à la vie de militaires mis à la marge de la société ; enfin, très pragmatiquement, cela aiderait aussi à renforcer les frontières de l'Anaëh contre des envahisseurs, quels qu'ils soient. Cela faisait donc plusieurs arguments de taille qui pouvaient convaincre des citadins de se lancer dans l'aventure en toute bonne volonté, et si l'ancienne protectrice d'Ardamir menait ce mouvement, Cinnaeth devinait que les elfes se ralliant à cette cause pourraient être plus nombreux que ce que l'on pourrait croire à priori.

Un terreau bien prometteur, tout du moins pour ce qui était des citadins. Car du point de vue des Noss, la Lëandrine ne voyait malheureusement que peu d'éléments solides pour les convaincre réellement du bien fondé et de l'intérêt de cette entreprise. Ceci dit, elle n'était pas au fait de toutes les mœurs et jugements que les clans d'Alëandir pouvaient porter sur les Cités du protectorat. Certains d'entre eux avaient sans nul doute participer à la guerre d'Eraison, et combattu auprès de Taledhels. Coopérer et travailler avec des citadins ne leur était donc pas totalement inconnu, c'était même un fait récent, et ils ne pouvaient ignorer la douleur qui s'abattait sur leurs frères des Cités, étant donné que eux-même devaient avoir des cas similaires. À la différence près qu'ils n'allaient pas chercher l'aide des Cités pour se soigner, car en soit, ils n'avaient besoin de cela pour justifier de leur existence, voir de leur raison d'être...

Halya venait de prononcer ses dernières paroles, mais la Conseillère préféra laisser planer un léger silence, prenant une gorgée d'infusion, avant de répondre, quelque fois que l'un des deux Ardamiri souhaitaient ajouter quelque chose. Ce ne fut pas le cas.

« Voilà une bien belle et noble cause à laquelle vous vous livrez, et je vous remercie d'avoir pensé à ce cabinet pour y prendre part. Néanmoins, et ne prenez pas mes réserves pour un quelconque refus, j'ai quelque doutes sur la faisabilité de celle-ci, et pour une fois je ne remettrai pas en cause les peuples des Cités, mais plutôt les Noss pour commencer. En effet, de tout ce que vous m'avez expliqué, je ne vois qu'un seul argument auquel les Noss pourraient être sensibles : la protection de la forêt. But qui leur paraît d'autant plus important avec les changements de la Symphonie et le renouveau. Pourtant, par rapport à cela, que peuvent offrir les Cités aux clans ? Une poignée d'elfes en plus pour surveiller les frontières ? Les clans resteront indifférents à cela. Un plus grand respect de la Symphonie ? Ils vous rétorqueront qu'il vaudrait mieux abattre les Cités pour que tous les elfes retournent à l'Oeuvre Première. Cela n'est qu'une poignée des justifications que les clans trouveront pour refuser toute forme de coopération. Et imaginons même que quelques clans acceptent de participer à cette expérience, mes craintes se tourneraient alors vers les citadins impliqués. Même avec la meilleure volonté du monde, les faux pas seront faciles à faire, qui plus est, les qualités des militaires incluent rarement celle de la diplomatie. » Et non, la Conseillère ne visait pas un certain Killen en disant cela. « Dans le meilleur des cas ils résulteront en des vexations mineures et petits froissements, dans le pire en des offenses impardonnables engendrant une cassure directe, et potentiellement irréparable, avec les Noss. »  

Les mots de la Conseillère pouvaient paraître durs, même si aucune once de sévérité était présente dans sa voix ou dans sa posture. Elle ne faisait qu'exprimer les difficultés les plus évidentes auxquelles ils seraient confrontés, et voulait s'assurer que les deux Ardamiri assis face à elle étaient bien conscients de ces possibilités. Et encore, elle n'abordait même pas les problèmes de logistique. Pour que cette grande collaboration ait une chance de réussir, il était nécessaire que des diplomates un tant soit peu aguerris soient intégrés. Elle ne pouvait se démultiplier, une chance convenons-en, et sa maigre équipe de diplomates non plus. Qui plus est, il serait apparemment difficile de s'appuyer sur les Ardamiri qui, de l’aveu du jeune prêtre, ne semblaient pas des plus doués pour gérer les Noss. Un comble pour la Cité qui avait paru, aux yeux de la Lëandrine, celle facilitant le plus la cohabitation entre les deux peuples elfiques. Mais cohabitation rimait souvent avec tolérance, et n'impliquait en rien des échanges actifs à proprement parler.

En dépit de toutes ces embûches disséminées sur le chemin de l'entente, Cinnaeth était prête à tenter la chose. Ne rien faire, face à la situation à laquelle était confrontée les Ardamiri n'était en aucun cas acceptable. La proposition qui lui avait été faite n'était au fond pas plus mal qu'une autre, et avait le mérite de porter de grands espoirs. Ainsi, ne voulant finir sa tirade sur une note négative et pessimiste, elle reprit doucement, regardant tour à tour les deux invités :

« Le premier pas serait en effet de nous permettre de mieux comprendre le contexte des Noss d'Ardamir, chose qui, comme vous pouvez l'imaginer, nous manque » Déjà qu'il est difficile d'avoir un ensemble cohérent sur les Noss de ce protectorat... « Il faudrait ensuite identifier celle les plus à même de collaborer, soit par leur ouverture d'esprit, soit parce que les Cités pourraient réellement – elle insista sur ce mot – leur apporter quelque chose. Peut-être avez-vous déjà des idées à ce sujet ? »



Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Lun 29 Jan 2018 - 11:59


Elle avait raison sur un point, les Noss ne seraient pas facile à convaincre, mais elle ne voyait pas en quoi ils avaient plus à offrir aux citadins dans l'entreprise que les citadins aux clans. Le but de cette coopération était loin d'être unilatérale et si les elfes de tous horizons ne pouvaient pas se permettre de travailler ensemble à l'un des principaux devoirs laissés par Kÿria elle-même, il y avait de quoi craindre plus encore qu'elle ne l'avait imaginé pour la suite... Ou peut-être pariait-elle sur les rêves d'un très vieil ami qui aurait été plus que satisfait de participer à une telle entreprise.

- Si nous ne cherchions qu'à protéger la frontière ou de créer de l'action, nous n'aurions pas 'besoin' des noss. Mais il s'agit de rétablir une communication. Certains elfes des clans doivent craindre tout autant que nous les guerres internes qui pourraient déchirer les elfes pendant qu'une transformation générale se prépare. C'est à eux que je veux m'adresser plus qu'à des gens qui seraient officiellement missionnés par leurs Noss, même si cela est envisageable. Même si seulement deux ou trois elfes noss acceptent de participer, ils sauront parfaitement dans quoi ils mettent les pieds. Ils seront là en enseignant, en égaux et en frère. Ardamir à ça d'important qu'elle n'a pas de murs. Les alentours de la Cité sont surveillés et les dangers déviés par nos Limiers ce qui permet aux habitants et les lois du grand chênes étant sacrées, les Noss les acceptent bien et... "
elle s'interrompit soudain. Savoir dans quoi ils mettrait les pieds... Si elle demandait à des volontaires de s'impliquer, elle ne pouvait imposer la présence d'encore plus d'étranger à ceux qui refuseraient de les voir. C'était le meilleur moyen d’aliéner les habitants et les Noss qui auraient l'impression d'être une minorité étrange qu'on regarde avec curiosité ou mépris. " Et c'est une très mauvaise idée de créer un point de rendez-vous en ville. " conclu-t-elle avec un soupire, les éléments qui continuaient à lui offrir de la réflexion tournant derrière ses iris verts.
- Quoi ?!

Hiriel se déconfit brusquement. Comment c'était une très mauvaise idée?! Il en avait même la mâchoire un peu pendante et l'oeil agar.

- Heri Cinnaeth a raison. S'il faut tabler sur l'ouverture des elfes des clans, il faut également faire un pas vers eux. Si notre organisation s'installe en ville, imagine ce qui leur faudra traverser à chaque fois qu'ils voudront venir. Gardes, citadins, vétérans, curieux, craintifs. Nous devons avoir un point de chute à Ardamir visible pour les Citadins et continuer ce que nous faisons à présent, mais pour toutes les discussions et actions communes, il nous faut un endroit neutre.
- Dans la forêt tu veux dire ?
- Là tout de suite, je n'ai pas vraiment d'autres idées mais nous avons encore le temps d'y penser... "

Hiriel pouvait voir qu'elle continuait de repenser les possibilités qui s'offraient à eux rien qu'aux crispations de sa mâchoire et aux bonds de détails du décor en détails du décor que faisaient les yeux de sa compagnes. Pour lui laisser du temps, Hiriel reprit, quoi qu'un peu déstabilisé, parlant et réfléchissant à la fois.

- Je ne suis pas du tout à l'aise avec l'idée de transformer cette initiative en vente et promesse de services pour les Noss. Mais nous nous vantons sans cesse d'être plus savant qu'eux. On sait que nos styles d'artisanat, mis à part la forge, ne les préoccupent pas vraiment, mais peut-être pourrions tabler sur un échange de connaissance pratiques. Ils se regroupent au sud, mais les Noss n'ont pas l'habitude de travailler en groupe. Logiquement, ils doivent avoir chacun leur façon de repérer le terrain et de s'y déplacer. Je doute qu'ils les notent d'une quelconque façon. Le partage d'information et la coordination seront difficile pour eux. Nous pourrions peut-être tabler là dessus ? leur servir de point de centralisation ? " Il pencha la têt de côté " D'un autre point de vue, je n'ai aucune idée de leur but en ralliant le sud...
- Ils marchent sur Yutar pour l'instant. " répondit pensivement l'ancienne protectrice qui regardait les poussière s'ébattre dans un rait de lumière, balançant l'affaire le plus naturellement du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Mer 31 Jan 2018 - 21:31


Si la dernière information lâchée lors de l'échange entre les deux Ardamiri intéressait au plus haut point la Conseillère, elle ne fit rien paraître, gardant la même attitude d'écoute attentive qu’auparavant. C'était donc cela... Suite aux rapports faits sur les mouvements Noss au sein du protectorat, elle avait pris l'initiative de contacter la Peth'Idhren afin d'obtenir une quelconque explication, plus par soucis d'apaiser les choses dans la capitale que de policer les actions Noss. La réponse de la Parole du clan fut vague, lui donnant tout juste assez d'informations pour qu'elle puisse broder de son côté des arguments convaincants afin de tranquilliser ses concitoyens. En somme, après plusieurs ennéades à avoir construit récits et raisonnements sophistiqués pour anesthésier les peurs montantes des diplomates, militaires et autres personnes concernées par cette affaire, elle n'avait elle-même aucune idée de ce que les Noss manigançait. Elle avait cru sur parole Mä'helnoss lui assurant, malgré son manque de détails, que les clans n'avaient aucune intention belliqueuse... Tout du moins pas à l'encontre des Taledhels, car les seuls êtres présents à Yutar n'étaient autres que des Drows, et il était à douter que les Ornedhels passent juste les saluer... Cinnaeth ne put s'empêcher de noter deux choses. Premièrement que les Cités étaient ignorantes de l'entreprise et, qui plus est, tenues écartées de celle-ci. Elle ne se souvenait pas avoir entendu à un quelconque moment d'envoyer à Yutar des troupes d'Alëandir, le bon sens voulant qu'elle fut tenue au courant en vu de sa fonction dans la capitale. Le second point était que Halyalindë était quant à elle bien informée du plan des Noss. Avait-elle un quelconque lien avec celui-ci ? Et est-ce que leur discussion actuelle était associée à toute cette histoire ? La Lëandrine ne pouvait tirer aucune conclusion pour le moment. Pour autant cette dernière remarque pouvait servir d'argument de poids pour appuyer ce qu'elle avait mentionné précédemment et questionner les arguments que Hiriel avancé, saisi d'une grande incertitude depuis la soudaine révélation que l'ancienne protectrice avait eu. La Conseillère s'éclaircit doucement la gorge :

« Nous n'avons eu vent d'une telle action de la part des Noss, ce qui a malheureusement eu l'effet néfaste de faire circuler des rumeurs craintives sur leurs intentions. Mais là n'est pas le fond de la question. Leur silence est assez évocateur de leurs opinions des Cités. Si Yutar est leur destination, il est aisé de deviner leur objectif. Objectif pour lequel ils n'ont pas considéré nécessaire d'avertir les Cités apparemment. Ils estiment donc qu'ils peuvent avancer et défendre l’œuvre de la Très-Sage sans l'aide des Cités et de ses habitants. Avec tout le respect que je vous dois Heru Hiriel, je doute sincèrement de la pertinence de leur proposer les services des Cités au travers de la cartographie de leurs mouvements, ce pour plusieurs raisons. Premièrement, en agissant de la sorte, vous remettriez en cause leur mode de déplacement et d'appréhension de la forêt, ce qui ne les mettra pas dans les meilleures dispositions pour la suite. Ensuite, d'un point de vue purement sémantique, nos modes de représentations de l'espace sont foncièrement différents, ce qui entraîneraient des frictions et incompréhensions importantes dans le résultat final, à moins que les cartographes Taledhels acceptent de revoir leur mode de représentation pour les adapter à la vision spatiale des Noss. Enfin, point me paraissant sans nul doute le plus critique, ce serait le message que cette collaboration enverrait, même si je ne remettrai en cause le bien fondé de l'action. En effet, s'allier à cette entreprise Noss dans le Yutar démontrerait que Taledhels et Ornedhels ne savent s'allier que lorsque l'Anaëh est menacée ou meurtrie, jamais en aucune autre occasion. Grossièrement, cela voudrait dire que nous ne nous unissons que pour un acte destructif et non constructif. »


Elle s'arrêta quelques instants, aussi bien pour prendre une gorgée d'infusion que laisser le temps à ses deux interlocuteurs d'intégrer et peser ce qu'elle venait de déclarer. Elle reprit :

« Ceci étant dit, le début de notre conversation ne me laissait pas à penser qu'il était question d'appuyer les clans autour de cette entreprise. »


En réalité, cette-dernière ne faisait ni chaud ni froid à Cinnaeth. Grand bien fasse aux clans de se débarrasser des  envahisseurs au nom de la Forêt et de Kÿria, car même si cela était très certainement un acte positif pour l'Anaëh et l'harmonie de la Symphonie, ce qui l'intéressait bien plus était l'opportunité politique. Si les clans atteignaient leur objectif, et elle ne doutait pas qu'ils le fassent, quelle serait la réaction des Cités, ou tout du moins d'Ardamir et d'Alëandir ? Le silence ? C'était une position difficilement tenable et serait pour sûr interpréter par les clans comme un désintérêt total pour l'état de la Forêt de la part des citadins. Il fallait donc réagir. La question était : comment ? Si la réponse était assez bien tournée, cela pouvait être une autre pierre constituant l'édifice d'harmonie et de quiétude entre les deux peuplades elfiques. Mais ce n'était pas le moment de réfléchir à cette réponse, elle en aurait le temps par la suite. Qui plus est, une action isolée ne serait pas suffisante pour réconcilier entièrement Taledhels et Ornedhels, il fallait donc d'autres projets. Un pas après l'autre, patiemment, les deux peuples pourraient se retrouver et de nouveau vivre en paix. Elle garda ces réflexions pour elle, et continua sur leur sujet premier :

« Comme vous l'avez vous-même souligné Heri Halyalindë, l'enjeu crucial est de rétablir un lien et des échanges avec les clans. À ce titre vos remarques sont justes : il est nécessaire que nous, en temps que citadins retranchés derrière leurs murs, Ardamir étant un cas particulier, allions à la rencontre des Noss ouverte à la discussion, car comme vous l'avez indiqué, il est certain que plusieurs d'entre elles s'inquiètent de l'évolution des différents elfiques. Cela signifie deux choses : tout d'abord qu'effectivement, souhaiter mener une telle réunion, ou devrais-je dire union, dans une Cité aura peu de chances de fonctionner. Ensuite que nous avons des interlocuteurs prêts à nous écouter et à collaborer si nous les identifions et allons à eux. En ce qui concerne la nature des échanges, je pense que c'est difficilement prévisible, surtout que chaque clan pourra vouloir une chose différente. Comme j'ai pu l'indiquer auparavant il me paraît essentiel de s'engager dans une démarche de construction commune. Ainsi, avant toute chose, je pense que la réelle question à laquelle nous devons répondre est : que souhaitons-nous réellement bâtir ensemble ? »


La Lëandrine s'arrêta de nouveau,  sa voix s'étant étrangement éteinte à la fin de sa question. Son regard se perdit dans le vague. Elle reprit lentement :

« Une question que nous ne pouvons résoudre par nous-même, nous nous devons de l'amener auprès de ceux qui se sentent concernées par celle-ci. » La suite vint tout seul, comme une ritournelle quelque peu surannée qui avait marqué les jeunes années de Cinnaeth : « Que penseriez-vous, comme premier pas, d'établir un conseil avec les clans intéressés afin de leur expliquer de façon transparente et honnête nos questionnements et inquiétudes, d'écouter les leurs, et de voir ensemble comment avancer ? »

Des mots qu'elle avait entendus il y a fort longtemps de la bouche de Mä'helnoss lui revinrent en mémoire « Combë mera carasta uo ».






Dernière édition par Cinnaeth Kielendar le Lun 5 Fév 2018 - 19:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Jeu 1 Fév 2018 - 2:51


Non. Il n'était en aucun cas question de centrer leur action sur le regroupement Noss actuel. L'oreille d'Halya frémit mais elle continua à laisser vagabonder son regard tandis qu'Hiriel s'enfonçait dans des considérations et des réflexions de plus en plus profonde tout en hochant frénétiquement la tête. " Ce n'est pas le cas. C'était juste une idée... J'avoue ne pas y avoir particulièrement réfléchit en ce sens jusque là." . L'idée de se focaliser sur les incompréhensions et les différences culturelles lui paraissait trop absurde dans la réalisation d'un projet de partage pour qu'Halya comprenne  la portée que cela pouvait avoir pour le citadin ou le noss moyen. De même pour l'importance de trouver quelque chose à offrir. Proposer un échange culturel et intellectuel, une ouverture de dialogue officielle était largement suffisant à ses yeux, aussi, le retour de la diplomate à leur premières réflexions la tira un peu plus de ses propres réflexions que les tirades précédentes.

Elle se tourna de nouveau vers la jeune femme, fronçant un instant le nez. Pourquoi fallait-il toujours que tout le monde se sente obligé de créer des conseils avant d'agir avec des personnes qui en avaient le besoin et l'envie ? Des conseils. Encore des conseils.

- Si nous présentons cette initiative comme un Conseil, les Noss en attendront un réel poids politique pour communiquer avec les autorités des cités. Il nous faudra l'aval de chaque protectorat. Et il y a aussi fort à parier que rien de concret n'en ressortira. "
répondit-elle avec une franchise toute militaire. " Pour la démarche de construction commune, je suis tout à fait d'accord, mais nous pensions plutôt faire la démarche inverse. Proposer des actions communes et des discussions franches à des individus intéressés et non à des représentants de Cité ou de Noss. Créer une dynamique de petite envergure qui pourrait grossir et permettre de mettre au clair de réels projets que nous pourrions tenir avec les Noss. S'attaquer à une petite maison avant de tracer les plans d'un Haut-Temple en un sens. Comme la reconstruction d'Ostirion.
- Sauf que dans l'idéal, cela aboutirait. " murmura Hiriel avec un demi-sourire qui se propagea à sa compagne.
- En tout cas, pour cela, considérer chaque Noss comme une entité à part et la démarcher individuellement me parait plus sensé. En voulant faire d'eux un groupe comme les Cités en forme un, nous nions déjà une grosse majorité de nos différences, non ? "
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Lun 5 Fév 2018 - 20:23


Cinnaeth souleva un sourcil à la réponse première d'Halyalindë. Ce qui aurait frustré plus d'un diplomate en vue de la franchise de la réponse de l'ex-militaire amusa la Conseillère mise face à sa propre stupidité et son mauvais usage du terme « conseil », qui bien évidemment eu un écho tout à fait politique chez l'ancienne protectrice. Sans faire de remarques pour le moment, elle écouta la suite avec attention tout en réfléchissant.

La proposition d'Halyalindë était censée en soit, même si la Conseillère avait encore un doute sur la démarche à suivre : fallait-il trouver un consensus d'abord et construire ensuite, ou inversement lancer un projet et voir qui se joignait à l'aventure ? Par son expérience, Cinnaeth penchait plutôt pour la première solution. Elle n'était pas totalement fermée à la version pragmatique et centrée sur l'action de l'ex-protectrice d'Ardamir, pourtant son intuition lui soufflait que foncer tête baissée de la sorte n'emporterait pas l'adhésion des Noss. Ce serait un projet des citadins et non des elfes dans leur ensemble. À moins qu'ils se concentrent autour d'un symbole d'union passée entre les deux peuplades elfiques, symbole de leur contribution commune à la protection de l'Oeuvre de la Très-Sage...

« Je vous rejoins tout à fait sur votre dernier point Heri Halyalindë. Mettre toutes les Noss dans le même sac est la plus grosse erreur que nous pouvons faire. » À moins que la désignation de sauvage en pagne se baladant dans la forêt soit suffisante pour cela, un léger sourire sarcastique apparut sur les lèvres de la Lëandrine se remémorant les paroles dénuées de tout respect de la plupart de ses concitoyens. « Tout comme considérer que toutes les Cités se ressemblent serait une approximation grossière d'une réalité subtile... » Elle marqua une courte pause afin de peser ses mots. « Le souhait de construire quelque chose de façon commune est tout à fait louable et est en effet la marche à suivre. Pour autant, si aucun clan ne prend part dans la définition de ce but commun, en quoi alors ce dernier s'octroie-t-il ce qualificatif de commun ? Une proposition formulée seulement par des citadins et acceptée ensuite par des clans volontaires est difficilement qualifiable de décision commune, quand bien même l'action finale le serait. Il faudrait donc, en amont de toute action, s'assurer du soutien de quelques Noss en leur donnant, entre autre, la possibilité de s'exprimer autour d'un projet que l'on pourrait porter. C'est en ce sens que j'entendais le terme « conseil » précédemment, et non celui auquel nous pouvons être habituées dans les Cités. Il faut envisager la chose comme une assemblée informelle de ceux intéressés dans l'absolu par une collaboration, nommément vous-même, les vétérans, et les quelques Noss que nous pourrions identifier comme volontaires pour cette expérience. Si dès le départ nous avons une cohésion, cela attirera bien plus l'attention et la curiosité, aussi bien des citadins et que des clans dans leur ensemble. »

Ceci étant dit, il manquait une chose cruciale pour que cette façon de procéder est une chance de fonctionner concrètement.

« Mais avant d'aller s'adresser aux clans intéressés faudrait-il encore avoir une idée de choses à construire et voir ce que ces clans auraient à proposer par rapport à cela. J'opterai pour quelque chose qui corresponde à un symbole d'union aussi bien chez les Taledhels que les Ornedhels. Vous avez nommé Ostirion. Pensez-vous que celui-ci soit une piste à explorer ? » Son regard accrocha celui d'Hiriel. « Ou bien la reconstruction du lieu a déjà commencée et est bloquée d'une quelconque manière ? »




Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 11 Fév 2018 - 15:24


Vrai... Il était important d'inclure les Noss dès la définition des règles du jeu et non pas les inviter à y participer... Mais cela ne faisait que complexifier le premier pas, la première pierre. Par où commencer ? Heureusement, la diplomate expérimenté qu'ils étaient venus voir ne semblait pas manquer d'idée.

- Ostirion a été très endommagé durant le Voile. Son mur d'enceinte est aux trois quarts détruits et les Lam'Nir l'ont cernés pour empêcher l'acheminement de pierre de taille depuis Mera.
- Il y a eu plusieurs combats mais j'ai réussit à passer un accords avec les représentants de la Noss avant que cela ne dégénère. Une équipe d'artisans, de mage et d'érudits a été envoyée pour travailler à une solution de reconstruction qui serait acceptable aux yeux des Noss. Ils en sont encore aux prototypes, rien de concret n'a abouti, mais les relations sont maintenues.

Malgré le nombre restreint de Lam'Nir et les tentions renouvelées depuis l'hiver. Les choses avaient été encore plus retardées à cause d'affaires internes au clan d'après ce qu'elle avait compris. Mais si cela ne convenait pas.

- Mais si nous cherchons un symbole commun, le Lac de Cendre ou la clairière d'Eraison pourraient peut-être jouer ce rôle également ? " proposa l'Initié.
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Sam 17 Fév 2018 - 10:56


Ostirion, le Lac de Cendre ou la clairière d'Eraison... Trois lieux potentiels pour créer un projet commun entre Noss et Citadins. Trois lieux où cette coopération pouvait se traduire de façon radicalement différente. Promesses réjouissantes, mais l'un d'entre ceux lieux montraient déjà les difficultés d'une telle collaboration. Peu étonnant, et cela donnait un poids certains aux précédentes paroles de l'ex-protectrice d'Ardamir : commencer par une maison avant de s'attaquer au temple. Et cela signifiait aussi qu'il était nécessaire de concentrer leurs efforts dans un premier lieu et non de s'éparpiller sur différents sites. Avec un peu de chance, un exemple inspirerait d'autres elfes à en faire autant ailleurs.

« Ostirion a de la chance d'avoir eu l'intervention raisonnée que vous avez faite. Ce type de situation aurait pu facilement glisser vers une guerre civile. » Elle prit une gorgée d'infusion. « Je ne suis que trop peu étonnée d'entendre que les Lam'Nir sont impliqués dans les tensions ayant lieu à Estirion. Pour autant, la discussion avec eux est possible si on est à même de les écouter. Si un projet commun arrive à être porté avec les Lam'Nir, ce que vous semblez avoir déjà initié, alors je pense que cela pourrait avoir un impact global des plus positifs et démontrera qu'il est possible de travailler avec des Noss pouvant avoir des idées très arrêtées sur certains points. Cette tâche ne sera pas facile, c'est pour cela que je conseillerai de se concentrer d'abord sur Ostirion, ce qui pourrait aussi permettre d'apaiser d'autres tensions avec le clan. En parallèle, il serait recommandable de commencer à préparer le terrain au niveau du Lac de Cendre et de la clairière d'Eraison en allant créer de premiers contacts avec les Noss locales. Ces lieux me paraissent intéressants également à explorer, même s'il faut avoir conscience que la façon d'y intervenir y sera sans nul doute radicalement différente de ce qu'il peut être fait à Ostirion. »

L'évidence étant annoncée, il était maintenant question de savoir quelle serait la nature de la participation du cabinet diplomatique d'Alëandir. Car là, les questions politiques des Cités risquaient de se faire sentir... Surtout en vue des derniers échanges dont la Conseillère avait eu vent récemment, indiquant clairement le début d'une scission entre la capitale et le protectorat du sud. Si des Lëandrins s'impliquaient directement dans cette action, cela pourrait être interprété de nombreuses façons différentes. La version positive serait la volonté de recréer un lien avec les Ardamiri ; la version négative, que la capitale souhaitais réaffirmer son autorité dans le protectorat... Pesant rapidement le pour et le contre de cette situation, Cinnaeth décida qu'il était préférable d'agir dès maintenant avec l'espoir d'endiguer la situation et d'inverser la tendance, au risque d’accélérer la rupture entre la capitale et Ardamir, plutôt que d'attendre sagement que celle-ci se produise d'elle-même.

« Comme j'ai pu l'évoquer précédemment, ce serait un plaisir et un honneur de pouvoir vous assister dans cette tâche. Je peux vous proposer la chose suivante. Tout d'abord de vous appuyer personnellement en me rendant à Ostirion et en aidant à superviser la reconstruction. Certes je ne suis pas capable de trouver la solution pour reconstruire le fort, mais je pourrais aider à la trouver en facilitant le dialogue entre les Ornedhels et les Taledhels. Qui plus est, si vos dires sont vrais Heru Hiriel au sujet de Dalen, alors les Lam'Nir pourront m'écouter sans doute plus facilement que d'autres. Pendant ce temps-là, certains des diplomates du cabinet pourront se rendre sur les deux autres lieux, accompagnés d'Ardamiri de préférence, afin de faire un rapport de la situation. » Elle se tut quelques instants avant de reprendre. « Pour autant, avant d'aller plus loin, j'aimerais attirer votre attention sur une question politique, qui, je suis sûre, n'a pas échappé à votre réflexion. L'implication de ce cabinet diplomatique en Ardamir risque d'avoir des répercussions politiques entre les deux protectorats. Lesquelles, je ne me prononcerai pour le moment car elles sont difficiles à deviner. Mais il est préférable que vous ayez cet élément à l'esprit avant d'accepter notre aide. »


Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 18 Fév 2018 - 3:19


Halya sourit à la dernière remarque de la diplomate.

- Ne vous en faites pas, c'est en parfaite connaissance de cause que je suis venue ici aujourd'hui. C'est l'inactivité du Trône Blanc dans les moments les plus critiques du protectorat qui a refroidit l'opinion, mais Ardamir n'a jamais été aussi prête à accepter toutes les bonnes volontés. "

Il y avait vraiment beaucoup de monde ces derniers temps. Les Eraisonniens survivants, les vétérans Etenirilis que le conflit de leur Cité ont bloqués et qui ont finit par s'y établir pour une convalescence plus longue, les Wysleniens qui avaient été menacés au moment de la reprise d'Eraison et des Noss de tous les protectorats.

- Si vous vous impliquez, je suis certaine que la majorité y verront un exemple flagrant de la capacité des elfes à s'entraider malgré d'éventuelles dissensions politiques. " ajouta Hiriel avec un sourire joyeux. l'Arbitre Vaëlie aurait adorée l'idée.

- D'ailleurs pour ce qui est des alentours d'Eraison, je pourrais vous fournir une liste de cavaliers de l'armée royale qui ont participé au contacte que nous avons établis avant la Reprise et une autre des Noss qui ont répondu à notre appel. L'Aigle Fenris Nöldorion faisait également partie de la mission. "

Et si elle n'avait pas entendu de cette fameuse mission pendant laquelle, pris par surprise par une escouade drow, la Protectrice et le jeune Nöldorion avaient été portés disparut pendant sept jours, c'est qu'elle avait du vraiment être TRES occupée à d'autres tâches. Au moins, tout cela n'avait pas été inutile puisque l'entêtement des citadins à sauver les civiles d'une Noss lors de l'attaque avait décidé une grande majorité des Noss de la région à venir leur prêter main forte pour se débarrasser des drows une bonne fois pour toute.

- Mais je me demandais... En tant que diplomate, dans l'hypothèse ou nous pourrions le contacter, est-ce qu'impliquer directement le chef du rassemblement Noss vous paraitrait sage ?
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 18 Fév 2018 - 20:52



Tout en gardant un visage neutre, la Conseillère dévisagea quelques instants Halyalindë. Quelle bien étrange question venait-elle de lui poser alors que l'Ardamiri semblait bien plus au fait qu'elle des agissements du chef évoqué. Chose qui laissait penser la Lëandrine que l'ex-protectrice avait eu l'occasion d'échanger avec, et bien qu'elle ne pouvait deviner la nature des discussions, celles-ci semblaient avoir semé le trouble et le doute... Pourquoi ? Cela avait-il un rapport avec Yutar, mentionné plus tôt dans leur propre conversation ? Prudente dans sa réponse, Cinnaeth reprit la parole.

« Tout dépend de ce que ce chef a en tête, de ce qu'il souhaite accomplir en rassemblant les Noss de l'Anaëh, et surtout comment cela doit-il prendre forme selon lui. Je crains ne pouvoir vous prodiguer de plus grands conseils. Y-a-t-il une raison particulière vous menant à vous questionner sur l'implication du chef des Noss ? » Elle resta silencieuse quelques instants avant de reprendre. « Il me paraîtrait plus pertinent dans l’immédiat de penser à la façon d'entrer en contact avec les Lam'Nir. »



Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 18 Fév 2018 - 22:35


Comment Halya aurait-elle put accepter de révéler a une étrangère, même fort sympathique, qu'elle était trop émotionnellement impliquée pour mesurer la folie qui couvait dans le cœur d'Estiam ? Elle craignait de devoir elle-même y mettre un terme et si ni la jeune diplomate, ni ses comparses vétérans ne jugeaient indispensable de s'infiltrer directement dans le rassemblement Noss, alors elle préférait leur faire confiance. Pour le moment en tout cas.

- Il sera facile de les contacter, ils sont constamment aux alentours d'Ostirion.
- En fait c'est même la Noss la plus facile à contactée, même si c'est celle avec laquelle nous avons le plus de problèmes. Je pourrais vous y accompagner si les Aigles acceptent la demande d'escorte de... " tout en s'interrompant, il s'était tourné vers Halya, semblant soudain se demander si c'était une bonne idée d'en parler. Elle lui rendit un sourire qui semblait signifier que de toute façon c'était trop tard et embraya elle-même.
- Je doit retrouver Glinaina, la reine de Naelis aux frontières Sud de l'Anon à la fin du mois. " Elle ne savait même pas si Glinaina ou Glenn avaient finalement prévenu le Trône Blanc... Elle ajouta donc, comme justifier de connaitre des gens si important alors qu'elle disait ne plus avoir de prétentions diplomatiques. " C'est une amie et nous avons envisagé une alliance pour surveiller la frontière lors des préparation de la reprise d'Eraison. Je serais surement de retour à Ardamir à la fin de la première ou au cours de la seconde ennéade du mois prochain."
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Lun 19 Fév 2018 - 22:23


Et bien, cette rencontre fortuite se révélait être emplie de surprises. Après s'être vu proposer de participer à construire la paix entre Noss et Taledhels, voilà que la Conseillère apprenait que nulle autre que la reine de Naëlis venait à Alëandir. Information qui lui avait échappé, aucun de ses agents ne lui ayant remonté la chose. Omission involontaire de la part des visiteurs, ou volonté de dissimuler cette visite de la part du Haut-Conseil et du Régent ? Cinnaeth ne savait le dire pour le moment, mais elle comptait tirer la chose au clair rapidement, malgré le silence que le Trône  semblait affectionner ces derniers temps. Ne montrant aucun signe de l'agacement fugace qui l'avait traversé en apprenant la nouvelle, Cinnaeth adressa un sourire conciliant et chaleureux à Halyalindë tout en levant légèrement la main gauche en signe d'apaisement.

« Nul besoin de vous expliquer Heri Halylindë. Le contentement ne peut que me gagner à savoir que vous rejoignez une amie et que vous chercher à œuvrer pour assurer la sécurité de notre forêt. »

En même temps qu'elle prononcait ces paroles se voulant rassurantes, Cinnaeth ne put s'empêcher de remarquer à quel point, pour une personne qui n'était plus censée faire de politique, l'ancienne protectrice était plus que beaucoup engagée dans des actions ayant une portée politique de grande ampleur. Entre aider à la reconstruction d'un lien social entre les Cités et les Noss d'un côté, et assurer la reprise d'Eraison de l'autre, cela laisser peu de place à une ambiguïté quelconque. Pourtant Halyalindë était-elle pleinement consciente de la chose ? Ou bien cherchait-elle à se convaincre en martelant qu'elle n'était plus protectrice d'Ardamir que ses actions n'avaient plus aucune nature politique ? Quête bien vaine, car tout acte impliquait une dimension politique à partir du moment où l'on faisait parti d'une société. La Conseillère garda ses pensées pour elle-même. Elle ne connaissait pas assez Halyalindë pour lui faire une quelconque remarque sur le sujet. Qui plus est, cela serait totalement déplacé dans le contexte. Cinnaeth reprit tranquillement la conversation :

« Je verrai avec... »

Le bruit d'une chute lourde, faisant légèrement vibrer le sol, suivit d'une clameur emplissant le hall diplomatique, interrompit net la Lëandrine. Les trois elfes qui étaient jusque là en train de converser tranquillement tournèrent simultanément la tête vers la porte. Cinnaeth sentait qu'elle n'allait absolument pas apprécier ce qui se déroulait de l'autre côté de la porte. Une option aurait pu être de faire comme si elle n'avait rien entendu, mais à quoi bon ? La tumulte s’amplifiait au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient. Retenant un soupir, la Lëandrine jeta un coup d’œil à ses invités leur adressant un signe de tête entendu puis se leva en direction de la porte. Elle ne fut pas déçue du spectacle se déroulant de l'autre côté...

L’inévitable avait fini par se produire. Une branche, un peu plus vigoureuse que les autres, avait exercé une telle pression sur les pierres blanches du hall que tout un pan de mur s'était affaissé, engloutissant partiellement des bibliothèques sur lesquelles étaient rangées méthodiquement des années d'archives diplomatiques. Les elfes qui habituellement parcouraient frénétiquement le hall s'étaient tous arrêtés. Les uns regardaient ahuris, comme tirés d'une longue léthargie, les débris de pierre au sol. Les autres, choqués, échangeaient entre eux vivement, discussion dans lesquelles des notes latentes d’hystérie pouvaient se faire sentir. Une moue de désapprobation s'installa furtivement sur le visage de la Lëandrine. Ô comme elle n'aimait pas cela.

Malgré le caractère sensationnel de la situation, la Conseillère n'avait pas encore oublié ses hôtes. Alors qu'elle se retournait pour s'adresser à eux et leur expliquer succinctement la situation, une exclamation raisonna dans le hall.

« C'est elle ! »

Le regard céruléen de la Lëandrine se posèrent sur l'elfe avec lequel elle avait échangé un peu plus tôt dans la matinée. Thendir, se tenant sur les marches faisant face à l'entrée du hall, pointait d'un doigt accusateur deux figures venant d'apparaître au niveau de celle-ci. Il ne fallut pas plus d'une seconde pour les reconnaître. Avec presque une heure de retard, Faerveren et Iola ne pouvaient entrer à un meilleur moment en ce lieu. Cinnaeth jura intérieurement. Abandonnant les deux Ardamiri dans son bureau, en espérant qu'ils aient le bon sens de ne pas se mêler de cette affaire, la Lëandrine descendit quatre à quatre les escaliers tandis que Thendir fonçait tel l'éclair vers l'entrée du hall pour aller à la rencontre des deux âmes innocentes, ou presque. Flanqué de deux autres elfes dont tout laissait penser qu'ils étaient du corps militaire, il était évident que Thendir était prêt à en découdre. Tous les yeux rivés sur lui, il commença les hostilités.

« C'est toi Noss la coupable de ce désastre ! » La dénommée regardait avec fascination la branche qui venait d'être révélée suite à la chute du mur blanc, témoin de la puissance de la Très-Sage et du don qu'elle leur faisait à chaque instant. Dans sa plus grande candeur, elle répondit :
« Cela est merveilleux n'est-ce-pas ? »
« Tu te fous de moi sale... »
« Ola ola ola mon cher Thendir ! Ne laisse donc pas de vilains mots franchir la barrière de tes si délicates lèvres. » Coupa d'un ton bien aimable Faerveren qui arborait un sourire amusé.
« Tais-toi déchet de l'Académie ! Honte de la famille Norhùi ! » Faerveren prit un air faussement offensé, se moquant ostensiblement des dires de son interlocuteur « Ce n'est pas à toi que je m'adresse, mais à elle ! Depuis qu'elle est arrivée nous n'avons QUE des ennuis dans ces murs. »
« Des ennuis qui auraient pu être évités si tentez que vous auriez prêter attention à ses paroles par le passé. » Lança Cinnaeth atteignant la petite troupe prestement.
« Et regardez qui voilà ! La grande Conseillère responsable de surveiller les Noss et qui est incapable d'en contenir ne serait-ce qu'une. » Puis se tournant vers l'audience, élevant encore plus la voix. « Savez-vous mes chers collègues de la diplomatie qu'un rassemblement de Noss se déroule en dehors de notre belle Cité Blanche, et que cette Conseillère, alors qu'elle n'a que cela à faire, n'a aucune idée de ce qu'ils trament ! » Puis se retournant et, de nouveau avec un doigt dénonciateur, pointa tour à tour les trois représentants du cabinet diplomatique Noss. « J'accuse ces individus de comploter avec les Noss pour anéantir les Cités et la culture Taledhel ! » Le silence n'eut même pas le temps de s'installer que le rire de Faerveren emplit le hall.
« Je ne te savais pas avoir un aussi bon sens de l'humour Thendir ! Et c'est bien pour cela que j'aimerais te faire prendre conscience, excuse moi pour la familiarité, que tu débloques totalement mon vieux. »
« Vous deux » Dit-il à l'adresse des deux militaires à ses côtés « Arrêtez-les ! Nous allons les remettre à la garde et ils seront jugés en bon et due forme ! » Les deux militaires firent mine de s'approcher.
« Un pas de plus vers nous et je rase l'intégralité de ce hall ! » Lança d'un ton menaçant Iola.

Et à entendre cela, plus personne n'osa prononcer une parole. Tout sourire ou amusement avait disparu des lèvres de Faerveren. Thendir, les deux militaires et tout le reste du hall étaient devenus livides. Cinnaeth dévisageait Iola, incertaine si elle bluffait totalement ou non. Elle était de deux cent ans sa cadette, et même si c'était une mage de vie douée, la Conseillère doutait fortement que la jeune Noss puisse effectivement réaliser sa menace. Mais avec la magie, on ne pouvait jamais être réellement sûr... Si personne n'intervenait, la Lëandrine allait devoir reprendre la parole et apaiser la situation. Et vite !



Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Mar 20 Fév 2018 - 17:43


Sans un mot, Halylindë se leva à la suite de la diplomate, Hiriel sur ses talons. Elle arriva à la porte juste à temps pour voir Cinnaeth descendre la volée de marche qui menait au rez-de chaussée du Grand Hall. Elle semblait comprendre parfaitement ce qui était en train de se jouer, contrairement aux deux ardamiris qui, une fois qu'ils l'eurent remarquer, restèrent un moment hébétés face aux runes du mur de pierre.

- On dirait Ostirion..." murmura l'Initié avec un mélange de surprise et d'amusement. Halya en sourit également échangeant un regard avec son ami, mais c'était dû plus au détachement dont il faisait preuve devant la catastrophe qui venait de se produire qu'à la réflexion en elle-même. On disait que les Ardamiris étaient de doux rêveurs dépourvu de tout sens commun, depuis le Voile c'était peut-être devenu vrai après tout...

Alors que la poussière de roche retombait dans son coin et que certains se précipitaient pour sauver des papiers, la scène fut de nouveau tetanisé par un cri de rage à la limite de l'hystérie. Un homme fendait l'espace, flanqué de deux militaires, deux membres de l'armée Protectorale d'Alëandir, remarqua-t-elle en passant avec un mélange de soulagement et d'apréhension. Il se précipitait vers la porte, non pour la franchir, mais pour se planter face à une jeune femme accompagné d'un autre militaire.  Halya fronça le nez. Cette jeune femme avait quelque chose d'inhabituel. Si la dame auvait put douté des origines véritables de celle qui se faisait copieusement insultée, sa première réaction face à l'accident qui venait de se produire était on ne pouvait plus parlante. Une elfe des Noss donc.

Et se fut l'escalade.

Tandis que les citadins s'interrompaient les uns les autres, Halya descendit les marches qui la séparait encore de la scène sans détacher son regard de l'elfe des Noss qui semblait se ratatinée à vue d’œil. Elle semblait à la fois perdue, offusquée, effrayée et en colère. Puis, soudain, alors que le caractère théâtral de l'accusateur frôlait des sommets inégalés, elle explosa à son tour, hurlant et écartant les mains prête à faire usage de la magie si nécessaire. Si Halya avait eu le moindre doute sur la dangerosité, elle aurait attrapé le premier objet qui passait par là pour lui jeter à la tête. Les militaires auraient put la maîtriser sans peine une fois distraite de son premier sort. Mais cela aurait été grotesque.

A la place d'envenimer la situation, dans le silence glacial qui venait de tomber, Halya usa d'une arme bien plus mortelle qu'un vulgaire glaive. Elle éclata d'un rire profond et communicatif. Des yeux curieux, effarés ou méprisant se posèrent sur celle qui osait rompre un tel moment de tention. Tout en réprimant ses gloussements, Halya continua a avancer vers le petit groupe, les larmes aux yeux.

- Pardonnez-moi.... Haaa... Enfin... " Elle approcha en temponant le coin de son oeil rilleur jusqu'à poser une main sur l'épaule d'un voisin de Cinnaeth. " Je ne prétends pas connaître les griefs de toute le monde ici mais je crois avoir à peu près saisit le dernier d'entre eux. " sourit-elle en faisant un léger signe dans la direction du mur effondré. " Peut-être qu'avant d'en venir aux mains et de risquer la vie de plusieurs personnes, nous pourrions envoyer quelqu'un à l'Académie. A vous de me dire si vous préférez que je demande un guérisseur ou un élémentaliste même s'il me semble que le second serait plus indiqué. Les affaires diplomatiques s'occupent de conserver la cohésion de notre peuple et c'est une chose primordiale par les temps qui courent. Autant permettre une rapide reprise. " Tout en parlant, elle s'était placée comme si de rien était entre l'un des militaires et les deux accusés tandis qu'Hiriel l'avait imité tout naturellement avec le second homme d'arme. Ils n'étaient armé ni l'un ni l'autre mais leur posture était assurée et l'idée d'être la première cible de ces deux combattants ne semblait pas les émouvoir plus que cela. " Vous pouvez baisser votre garde, Heri, personne ne vous privera de votre liberté. Je suis désolée que vous ayez reçu un tel accueil. "

Un borborygme s’échappa de la bouche de l'indélicat diplomate en une tentative désespérer pour prendre la parole, mais la voix d'Halyalindë le coupa, renchérissant si besoin de puissance pour pouvoir ajouter à son endroit. " A défaut d'enfermer un groupe de diplomates Noss et Ardamiris sur un coup de tête, Frère Hiriel sera - j'en suis sûre - ravi de servir de témoin à une discussion peut-être plus constructive. Si vous voulez bien laisser vos collègues reprendre leur travail et venir quelques minutes à l'extérieur avec nous et vos hôtes, Heru Thendir ? "

les Noss ne dépendaient pas de la justice Citadine, mais dans ce cas étrange, c'étaient surtout les Ardamiris qui ne pouvaient être enchainés sans raison par un diplomate Lëandrin sans que les conséquences en soient désagréables pour tout le monde. Les relations entre les deux cités étaient suffisament distendues pour qu'un diplomates capable d'aligné deux neuronnes se penche sur les autres solutions à sa portée.

Encore fallait-il que le dénomé Thendir arrive à cet exploit intellectuel, ce qui n'était pas une mince affaire au vu de ses dernières réflexions.
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 25 Fév 2018 - 17:05


Un éclat de rire vola, une tentative comme une autre de de rompre la tension régnant maîtresse dans le hall. Si le comportement était déjà surprenant, l'identité de la personne l'ayant lancé avait de quoi encore plus étonner. Cinnaeth n'était pas bien sûre d'être soulagée de voir Halyalindë s'avancer ainsi dans le hall, et mettre les pieds dans une affaire épineuse. Certes, son interposition entre Iola et Faerveren d'un côté et deux militaires de l'autre semblait avoir eu un effet dissuasif sur toute envie belliqueuse immédiate. Pour autant, ses propos avaient un fort potentiel à moucher la superbe de plus d'un Lëandrin présent en ce lieu, car prescrire la conduite que devrait avoir ceux dont c'était la vocation n'avait rien de plaisant. Surtout lorsque cela venait d'une étrangère.

Mais la première réaction ne vint pas d'un résident de la capitale blanche, mais de la Noss qui y vivait tant bien que mal depuis quelques ennéades à peine. Depuis l'apparition des deux Ardamiri, elle les avait toisé avec attention pour finalement conclure qu'ils ne lui posaient aucune menace, et que, à en croire leur dire, ils se rangeaient de son côté. Une bien agréable nouvelle dans un environnement qui se voulait en règle générale plutôt hostile à sa présence. Curieux que cette bienveillance provienne de parfaits étrangers. Peut être était-ce lié au fait d'avoir un religieux présent. Quoiqu'il en soit, Iola décida de jouer le jeu de l'elfe dont elle ne connaissait le nom et même de faire le premier pas dans cet acte diplomatique, quand bien même elle était une Noss, elle savait pertinemment que ses dernières paroles étaient la cause du malaise planant dans la salle. Elle s'adressa au dénommé Frère Hiriel :

« Je te suivrai prêtre, un représentant des dieux ne peut qu'être une personne de confiance dont la foi nous servira de guide. » Puis son regard passa sur la rousse avant de se poser sur le mur à moitié effondré. « Si tu souhaites amener un mage ici, ce n'est pas un élémentaliste qu'il te faut, mais un mage de la vie. La branche n'aura de cesse de croître tant qu'aucune communion aura été établie avec elle. » Elle fit une moue dubitative. « Même si je doute que ce genre de connaissance soit enseigné dans l'Académie de cette ville. »

Puis, n'attendant nullement l'approbation des autres, elle fit volte-face et se dirigea vers la sortie. Pendant le laps de temps qui s'était écoulé depuis le rire d'Halyalindë, le teint du suffisant Thendir avait fait le tour d'une palette variant du livide au cramoisi dont certaines auraient parues totalement improbables à Cinnaeth. Alors que la Noss avait déjà parcouru la moitié de la distance vers la porte du hall, Thendir ne savait plus sur quel pied danser, voyant son bouc émissaire s'éloigner de ses paroles acerbes. Il jeta un regard mauvais aux deux nouveaux arrivants qui s'étaient interposés. Voyant que rien de bon n'allait, ou ne pouvait, franchir les lèvres de son éminent collègues, la Conseillère lui dit, tout en affichant un léger sourire de courtoisie :

« Heru Thendir, comme tout le monde présent en ce hall nous ne pouvons que déplorer la dégradation de notre lieu par la pousse lente mais inexorable de la végétation de notre contrée. Cela étant dit, problèmes déroutant et épineux appellent à des solutions inattendues, sortant de nos sentiers battus. Il m'a tout l'air qu'une telle solution est à notre portée si tenter que nous soyons volontaire pour la suivre. Quelle ne serait pas la gloire de faire parti des pionniers ayant emprunté un chemin aussi sinueux ? »

Les deux diplomates se regardèrent quelques instants en silence. Thendir se sentait d'autant plus piégé qu'auparavant. Car ce n'était pas tant la menace d'une erreur diplomatique que la Conseillère venait de lui mettre sous les yeux, mais celle saboter son propre potentiel pour accéder à une gloire quelconque, qu'il traduisait comme celle de celui qui aurait trouvé une solution au problème de la pousse de la forêt. Le sauveur du hall blanc des diplomates... Quel bien beau titre ! Mais pour le recevoir il lui fallait ravaler son orgueuil, et ce tout de suite. Il lui fallait céder à la pression des deux femmes elfes se dressant contre lui. Il lui fallait reconnaître publiquement l'inconvenance de ses actions. Et il était bien convaincu que Cinnaeth le savait et qu'elle prenait un plaisir tout particulier à le lui sous-entendre. Scrutant les yeux bleus céruléens de la Lëandrine, il aurait juré y voir une lueur d'amusement moqueur y danser. Si la raison ne semblait pas faire parti des qualités premières de Thendir, il n'en était pas de même en ce qui concerne sa contenance. Se fendant d'un sourire aimable, il lâcha d'un ton se voulant aussi neutre que possible, mais dans laquelle, à qui savait bien écouter, une pointe d'amertume traînait :

« Des paroles avisées Heri Cinnaeth. » Puis s'adressant à l'ensemble du hall : « Veuillez excuser ce débordement intempestif d'émotions mes chers collègues... » Regardant le mur écroulé tout en faisant un geste théâtral en sa direction. « .. mais la vue de cette construction millénaire ainsi mise à terre ne peut laisser de marbre celles et ceux ayant travaillé des siècles durant en son sein. C'est une marque de notre histoire tout autant que de notre identité, et nous ne pouvons éprouver envers elle qu'une bien grande affection. » Puis il reporta son attention sur les deux inconnus qui s'étaient mêlés de toute cette affaire. « Nous ne pouvons que vous remercier Heri d'être intervenue comme vous venez de le faire. Rares sont ceux capables d'une telle prise d'action imprégné d'une noble abnégation. Je serais plus qu'heureux de vous suivre à l'extérieur et de laisser Frère Hiriel considérer notre conversation de son regard impartial. »


Sur ces mots, la petite troupe d'elfe se mit en route vers l'extérieur, rejoignant finalement Iola qui, à l'étonnement certain de Cinnaeth, les avait attendus. Elle n'avait effectivement pas beaucoup de patience, et en vue de la petite comédie que venait de jouer Thendir, il était plus que probable qu'elle se soit finalement décidée à quitter les lieux. Quoiqu'il en soit, les huits elfes formèrent un cercle, et la Conseillère prit la parole.

« Maintenant que nos esprits sont au calme, je pense que des introductions complémentaires sont nécessaires. » Elle fit un signe de main vers chaque personne présente. « Je vous présente Heri Halyalindë, ancienne protectrice d'Ardamir, et Heru Hiliel, prêtre au service de Kÿria. » Elle fit ensuite un signe de main vers Iola. « Et voici Iola en résidence temporaire dans la capitale et fière représentante de la Peth'Idhren. » Enfin sa main montra Thendir. « Et Heru Thendir, Haut Diplomate des relation entre la capitale et le protectorat de Malereg. » Elle se tourna de nouveau vers les deux Ardamiri. « Heri Halyalindë, si je ne m'abuse, je crois savoir, pour l'avoir observé personnellement, qu'Ardamir est construite dans une symbiose admirable avec les arbres de l'Anaëh, symbiose qui semble faire écho à la nécessité de communion évoquée par Iola précédemment. Peut-être avez-vous une idée de la marche que nous devrions suivre pour éviter l'écroulement total du hall diplomatique du Palais ? »





Dernière édition par Cinnaeth Kielendar le Dim 11 Mar 2018 - 10:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Lun 26 Fév 2018 - 17:57


Hiriel suivit paisiblement les diplomates et sa compatriotote sans émettre plus qu'un hochement de tête bienveillant. Même ses mains évitaient de soigneusement de se torturer l'une l'autre, mais Halya savait quels trésors de maîtrise il devait trouver pour ne rien dire et ne rien laisser paraitre de son trouble. Elle s'excuserait plus tard, pour l'heure le petit mensonge qu'elle avait lancé leur était des plus utile pour éviter une bataille rangée.

A l'extérieur, ce fut au tour de la rouquine de prendre sur elle de toutes ses forces pour éviter d'éclater de rire... ou de piquer une crise de nerf. Un Maleringeois... Encore. Elle allait vraiment finir par se mettre à dos tous les ressortissants un tant soit peu important du Protectorat... Son coeur se serrait d'un amusement sans joie alors qu'elle se demandait comment le vieux Timerion avait pu être élu Protecteur plusieurs fois par des gens à ce point obtus... Cela lui faisait aussi penser qu'elle devrait également prendre rendez-vous avec Melian lorsqu'elle serait de retour à Alëandir après la visite qu'elle ferait à Glinaina. Elle aurait une ligne de plus à son casier grace à cette douce rencontre. Magnifique. Faites que Fenris ne lui en veuille pas pour ça.

Elle salua pourtant le diplomate comme chacun des autres membres de la petite réunion, offrant un sourire respectueux à la tête de pierre qui avait voulu jeter une Noss en prison. Puis ils en arrivèrent au sujet épineux.

- Il se pourrait en effet que j'ai une proposition. "

Passer sous silence qu'Ardamir n'était pas construite mais façonnée à même les arbres lui gratta la gorge mais elle tint bon. Elle réussit également à taire le fait qu'un corps de mage d'élites avait pour mission de maintenir l'architecture et de l'adaptée en permanence aux naissance et aux morts des arbres de la zone tout comme elle oublia de mentionner que éléments de pierres, de métal et de verre étaient inclus dans la végétation, non l'inverse. A la place de disserter sur l'art de vivre de la Cité sans mur, elle posa plutôt les yeux sur la jeune Noss.

- Vous aviez l'air très impressionnée par la pousser de cet arbre tout à l'heure. Votre magie porte sur la végétation, je me trompe ? " Une fois que la jeune Noss eut répondu par l'affirmative, le sourire de l'ardamirie se fit plus rayonnant. " Heru Thendir, si Heri Iola acceptait, la coopération d'une mage de la vie Noss et d'un mage de pierre de l'Académie  pour réparer et consolider le hall vous semblerait-elle acceptable ? " Elle avait préféré lui demander directement, s'allignant sous sa supervision à la suite de Cinnaeth.
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Jeu 1 Mar 2018 - 21:25


Si Thendir n'avait pas été contraint à ce moment précis de tenir son rôle de diplomate, Cinnaeth aurait parié que son visage se serait déformé en une grimace d'une disgrâce rare, expression d'un affront sans nom que l'Ardamiri avait prononcé avec un naturel et une franchise... toute militaire. Elle même aurait pu afficher un sourire à la pensée de la rage contenue habitant Thendir si elle n'était pas dans la même situation de diplomate que son cher collègue.

Cinnaeth remarqua du coin de l’œil Iola qui allait prononcer quelques paroles mais, lui lançant un regard lui intimant le silence, aucun son ne franchit ses lèvres. La Conseillère savait pertinemment ce qu'elle allait déclamer et qu'elle allait s'aligner unilatéralement avec l'ex-protectrice. En réalité, la question bien honnête d'Halyalindë devait sonner comme un écho bien désagréable aux oreilles de Thendir. La jeune Noss avait, par maintes fois, formulé une solution similaire, peut être en des termes plus sibyllins pour des oreilles Taledhels, mais qui en revenait, dans les grandes lignes, au même. Pour autant il n'était pas désirable de souligner ce fait dans l'immédiat qui ne servirait qu'à braquer le Taledhel. Qui plus est Cinnaeth, préférait que son homologue s'exprime en premier, entretenant encore l'espoir que la réponse de ce-dernier soit constructive et accepte la proposition qui lui était présentée par une autre des Cités. Quand bien même était-elle d'Ardamir, les habitants de cette Cité étaient pleinement reconnus comme des Taledhels, certes quelque peu farfelus, mettons cela sur le compte de l'art et d'Arcamenel, mais non comme des sauvages de Noss.

« Heri Halyalindë, vous me voyez navré d'entendre ces mots de la bouche d'une si grande Dame. Car ce que vous proposez va à l'encontre du fondement de notre culture Taledhel, et plus particulièrement Lëandrine. Je ne pense rien n'apprendre à une elfe aussi éclairée que vous êtes que ce Palais est à la fondation de ce protectorat et de notre royaume qui a été la première chose a efficacement protéger l'Anaëh des menaces extérieures et qui le fait encore. Ce Palais est le symbole ultime de l'union des elfes contre ceux qui oseraient s'en prendre à cette forêt, Tyräl lui-même a vécu en ce lieu, foulé les pierres blanches que nous foulons tous aujourd'hui. Et que nous demandez-vous là ? D'oublier toute l'histoire de notre peuple d'un revers de main pour répondre à cette mode nouvelle de retours aux sources ? Vous m'excuserez, mais cela est un non-sens, nous n'avons plus aucune trace de ces soi-disant sources, qu'allons-nous nous épuiser à vouloir revivre une chose dont nous ne nous souvenons même plus. Ce Palais est une marque indéniable de notre histoire commune, et il doit rester comme à ses origines, non se mêler à une végétation vorace engloutissant les demeures de ceux la protégeant et l'aimant sincèrement. »

Thendir avait proféré sa tirade avec calme, une intonation froide persiflant entre ses dents, tout en prenant soin d'articuler clairement chacune de ses syllabes, marquant ainsi son désaccord profond avec l'Ardamiri et,  par extension, Iola. Cinnaeth était impressionnée par l'habilité dont Thendir venait de faire preuve. Reprenant à son propre compte les arguments habituels de protection de la forêt avancés par les Noss, il venait de recréer toute une narration centrée sur l'histoire Taledhel qui faisait lieu d'une démonstration convaincante s'opposant à toute folle idée de marier les pierres blanches du Palais à la végétation luxuriante des jardins le bordant. Avant même que quiconque puisse répondre au discours qu'il venait de prononcer, il ajouta :

« Ardamir a une des plus belles culture de l'Anaëh je vous l'accorde Heri Halyalindë, mais Alëandir est tout aussi belle à sa façon. Il serait bien malavisé d'appliquer la culture de l'une à l'autre et inversement. Ne pensez-vous pas que ce que vous proposerez créerait une... désunion architecturale dirons-nous ? »

Cela était-il une menace déguisée ? Cinnaeth scruta quelques instants Thendir. Il était évident qu'il avait eu vent d'une façon ou d'une autre des tensions entre les deux Cités. Tentait-il une quelconque machination politique ? Il était finalement plus fin poil que l'on aurait pu penser au premier abord.



Dernière édition par Cinnaeth Kielendar le Dim 11 Mar 2018 - 10:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 4 Mar 2018 - 19:41


Halya ne perdit pas le moins du monde son sourire face à l'entêtement du pierreux bouché. Échangeant un regard rapide avec Iola avant qu'elle ne se ravise à parler, l'Ardamirie écouta jusqu'au bout les revendications stupide de l'historien raté qu'elle avait devant elle.
- Excusez-moi mais j'avoue ne pas comprendre pourquoi vous parlez d'un coup de l'architecture ou de la culture Ardamirie. Nous n'avons pas de mage de pierre chez nous, ils ne serviraient pas à grand chose. " rit-elle avec légèreté, se prétendant plus balourde qu'elle ne l'était réellement. Se laisser entrainer sur un conflit inter-cité était tout à fait stupide, surtout que cela finirait par froisser l'égo de l'imbécile qui avait lancé la guerre... " Votre abnégation envers les trésors de notre passé est admirable et il est normal qu'elle vous ai poussée à mal interprété mes propos. Mais je vous rassure. Je partage l'amour que vous exprimez envers ce palais fondé par les premiers Noss dans un esprit de paix et de réunion. Tout comme je regrette que la peur des changements incontournables de leur époque ait poussé certains hommes de bien à assassiner Altariel au nom de la sauvegarde du passé. Beaucoup de morts ont été évitées et beaucoup de morts ont été induites par la création de ce bâtiment et je suis tout à fait d'accord avec vous, il convient de se souvenir de notre histoire et de la préserver. C'est sur ces changements, ces erreurs et ces bonnes décisions que se basent les valeurs communes à tout Taledhel. Ce Palais en est l'épicentre et une fois de plus, vous avez raison. Il faut le préserver de la végétation qui risque de le détruire ! "

Hiriel hochait vigoureusement la tête, appuyant solennellement sa compatriote... Pour s'empêcher de lâcher un sourire malheureux. Heureusement pour eux, les Lëandrins, les Maleringeois et les Ardamiris étaient surement les plus férus adeptes d'histoire dans les Cités de l'Anaëh. Les deux premiers pour l'avoir écrite et les troisièmes pour l'avoir consignée dans les centaines de milliers d'ouvrages qui trônaient dans les bibliothèques des Hauteurs, attendant de former les fameux érudits Ardamiris qui se faisaient un si grand plaisir de conseiller et d'épauler toutes les autres Cités grâces à leurs souvenirs immémoriaux. Au moins cela leur permettait de ne peux se laisser abusé par la réécriture vaseuse de leur cher ami diplomate.

- C'est uniquement en ce but que je proposais de faire coopérer les mages de pierre qui connaissent le mieux l'architecture de notre Capitale et la mage de la vie la plus à même de contrôler, mesurer et transformer la végétation que contiennent ces murs millénaires." déclara Halya avec un ample geste à l'intention des bâtiments qui entouraient l'esplanade " Comme depuis le Voile, aucun mage ni aucun prêtre n'est parvenu à débarrasser les façades Lëandrines des plantes grimpantes incrustées entre les pierres, j'ai pensée qu'il en était de même pour le Palais. Même la Chambre du Haut-Conseil n'a pas été touchée. Dans le meilleur des cas, j'ai pensé que c'était une volonté de la Main et dans le pire, un risque d'effondrement trop grand pour tous les bâtiments. Dans les deux cas, reconstruire et consolider le Hall des diplomates demande une réelle expertise. Je ne voudrai pas risquer un problème supplémentaire sous prétexte de ne pas avoir fait participer au chantier les mages les plus habiles en leur domaine. "

Les experts du Cercle d'Anadris aurait peut-être put intervenir, mais ce groupe de mage confirmés spécialisés dans la magie végétale était à Ardamir et ils seraient de toute façon moins à même de prendre en main les plantes d'ici sans avoir eu quelques mois pour comprendre leur enchevêtrement, ce que Iola avait eut le temps de faire. Halya n'exposerait pourtant ces faits que si quelqu'un mettait sur le tapis l'existence du Cercle, ce dont elle doutait grandement étant donné la situation.

Elle n'avait fait montre d'aucune impatience et ajouta même avec une humilité mielleuse :

- Mais peut-être vous ai-je mal compris ?
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Ven 9 Mar 2018 - 22:57


Il était presque étonnant qu'Halyalindë ne semblait pas plus apprécier la politique plus que cela car elle se révélait être fort habile aux jeux diplomatiques, Thendir commençait d'ailleurs à s'en rendre compte. Cela était pourtant peu étonnant, après tout, on ne devenait pas protectrice sans avoir un minimum de finesse d'esprit. Sauf peut être à Malereg ? Quoiqu'il en soit le diplomate se retrouvait coincé. L'Ardamiri ayant compris sa ruse et su la déjouer sans grandes difficultés, il ne pouvait trouver d'arguments réellement solides pour la contredire. Malgré cela, son orgueil ainsi mouché ne lui permettait pas de se résigner aux paroles pleines de bon sens de l'étrangère. Ses yeux faisaient des aller-retours entre Halyalindë à Hiriel, les regardant avec une froideur significative d'un mépris sans fond. Après de longues secondes de silence, ce fut Faerveren qui le sortit de la mauvaise passe où il s'était flanqué... pour mieux l'y enfoncer.

« Je n'ai pas entendu parler d'une quelconque initiative auprès des mages d'Alëandir de la part de n'importe quel diplomate de la capitale. Ne penses-tu pas que cela soit une piste à explorer pour régler le problème et consolider notre hall Thendir ? »
Lui lança-t-il avec un sourire aussi mielleux que les paroles précédentes de l'Ardamiri. « Je pense même que, si nous nous allons tout de suite vers l'Académie, Esgalwath Norhùi, mon très distingué frère, maître mage de cette noble institution, sera ravi de nous accueillir. »

Thendir se tendit un peu plus, son regard se posant alors longuement sur Faerveren. Du mépris, il était passé à la haine. Cette proposition pouvant sonner comme anodine aux oreilles de ceux qui ne connaissaient pas les leviers d'influences des Lëandrins, mais pour Thendir, elle avait une implication forte. Il s'avérait qu'Esgalwath était un mage reconnu et influent à l'Académie. Mais, comme tout bon mage de son rang ayant passé la majorité de ses jours entre les murs de la faculté de magie, il portait un dédain certain pour toute personne ne faisant pas partie de l'institution. Obtenir une entrevue avec le mage lorsque l'on n'en était soi-même pas un tenait de la mission impossible. Et voilà que lui était offert cette opportunité assez unique, qu'il serait fort malavisé de refuser. Pourtant Cinnaeth pouvait déjà deviner deux choses. Premièrement, que Thendir allait être reçu avec mécontentement, Esgalwath détestant les visites imprévues, surtout lorsque celles-ci lui étaient imposées par son petit frère. Deuxièmement, que Faerveren passerait ensuite un sale quart d'heure, et qu'il grillait sans nul doute une faveur auprès de son frère. Mais si cela pouvait leur permettre de se débarrasser du pénible Maleringeois, la Lëandrine n'allait très certainement pas le retenir.

« Cela est une très belle proposition de ta part Faerveren. Mais Maître Esgalwath n'a-t-il pas d'autres choses à s'occuper que de recevoir un diplomate sur un sujet aussi trivial ? »
« Mon honorable frère est toujours heureux de rencontrer des représentants du corps diplomatique de la capitale. » Répondit Faerveren suavement, Cinnaeth devant retenir un éclat de rire face au mensonge assuré de son ami et à l'expression interdite de Thendir, qui finit par capituler.
« Dans ce cas, allons à sa rencontre. » Sa voix trahissait un manque d'entrain. S'adressant enfin à Halyalindë et Hiriel « Heri Halyalindë, Heru Hiriel, je vous remercie pour vos conseils. Nous verrons ce que les mages de l'Académie en pense. » Puis il jeta un dernier regard amer à Iola, ajoutant : « Mais je reste convaincu que la magie Taledhel n'a rien à faire dans la restauration de notre patrimoine. »

Finalement, se drapant dans sa dignité, le diplomate se décida à partir à la suite de Faerveren qui avait présenté de sommaires salutations aux deux Ardamiri. Cinnaeth poussa un soupire, fort heureuse de s'être débarrassé de l'idiot qui les avait interrompus dans une conversation intéressante. Elle adressa alors un léger sourire aux deux Ardamiri.

« Il est malheureux que vous deviez vous confronter à cet aspect des habitants de la Capitale, même si je puis vous assurer que tous n'ont pas des idées aussi obtues. »

Elle laissa planer quelques secondes de silence. Elle hésita quelques instants à proposer de retourner dans son office, mais elle se ravisa pensant à la confusion devant toujours sévir dans le hall. Remettre un pied dedans serait le meilleur moyen pour se faire de nouveau alpaguer dans des discussions futiles. Autant finir leur échange ici.

« Reprenons le fil de notre discussion, d'ailleurs Iola, je pense que cela t'intéresserait. »
« Certes, mais d'abord j'aimerais vous remercier tous les deux. Vous ne me connaissez nullement et vous avez pris ma défense, j'apprécie fortement cet acte. Il est rare que des Taledhels prennent la défense des Noss... En fait hormis Cinnaeth et Faerveren, personne d'autres a pris ma défense depuis mon arrivée à la capitale. Est-ce souvent le cas en Ardamir ? »





Dernière édition par Cinnaeth Kielendar le Dim 11 Mar 2018 - 10:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Sam 10 Mar 2018 - 0:32


C'est avec une satisfaction extrême et une résolution plus forte que jamais à ne plus se laisser happée par des postes de diplomates, qu'Halya vit Thendir s'éloigner. Quand il fut à bonne distance, elle s'autorisa même un soupire excessivement profond, bientôt suivit par Hiriel qui se contenta d'un rire nerveux en passant une main mal à l'aise dans ses longs cheveux noirs.

- Attendez d'assister à un Haut Conseil pour affirmer ce genre de choses. "
gloussa Halya d'un rire jaune en repensant à l'esprit fermé et revêche qu'avaient montrés ses anciens confrères. Elle avait passé trop de temps à se taire et à ménager les sensibilité de chacun au sein de ce conseil. Les opinions arriérées des uns et des autres... Alëandir n'était pas la plus en avance mais pas la plus attardée non plus.

Hiriel fit une drôle de tête, assez semblable à celle de quelqu'un qui aurait mordu à pleine dents dans un citron, mais s'abstint d'ajouter quoi que ce soit. Il croisa seulement les bras, sa gêne troqué pour un air réprobateur... duquel exhalait une certaine culpabilité. Il se détourna à demi des trois femmes pour regarder les deux diplomates qui venait de les quitter.

- Vous remercierez votre ami Norhui ? J'aimerai lui offrir à boire avant que nous ne repartions pour Ardamir. " puis il ajouta par dessus son épaule " Je suis désolé mais je n'ai pas saisit son prénom tout a l'heure. "

La diplomate ne perdait cependant pas de temps et la conversation se remobilisa autour du sujet premier de leur visite. Halya rayonna purement et simplement lorsque la jeune Noss la remercia. Le masque qu'elle avait endossé pour entrer dans ce ni de politiciens diplomates se fissura instantanément et sa posture se fit moins régalienne, moins droite et moins altière mais souple et dynamique.

- C'était un plaisir.
- Nous considérons aussi que la végétation que le Voile - ou le hasard - a amené jusque dans les Cités doit être préservée au même titre que les bâtiments. Que nous devons faire autant d'effort qu'ils le font pour conserver l'équilibre.
- En fait hormis Cinnaeth et Faerveren, personne d'autres a pris ma défense depuis mon arrivée à la capitale. Est-ce souvent le cas en Ardamir ?

Hiriel se rembrunit un peu, penchant la tête en une intense réflexion tandis que le visage de sa compatriote s’attristait un peu.

- On peut dire que c'est différents. Ardamir n'a pas de mur. Nous contons sur notre armée et sur les Noss alentours pour nous protéger des bêtes dangereuses. En contre partie nous respectons plusieurs lois ancestrales et nous n'utilisons pas de pierre pour la création de nos maisons. Du coup, la cohabitation est bien implantée. Chacun garde ses distances, on se parle le moins possible mais il n'est pas rare de s'entre-apercevoir et il existe une sorte de politesse froide et respectueuse entre Noss et Citadins. Tout se passe bien pourvu que chacun reste dans son coin et ne cherche ni à comprendre ni à se mélanger aux autres " sans même s'en rendre compte, elle parlait comme si elle ne faisait parti d'aucun des deux groupes, expliquant d'un point de vue neutre l'état de ce qu'elle avait constaté. Elle repoussa une mèche de cheveux roux derrière son oreille, faisant apparaitre la longue trainée d'un blanc éclatant qui maculait sa chevelure vers l'arrière de sa tête. " Alors je ne sais pas si on peut dire que cela arrive souvent qu'un Ardamiri prenne la défense d'un Noss, mais en même temps je ne pense pas que beaucoup de mes concitoyen se soit retrouvé dans une position ou ils ont vu un Noss avoir besoin d'être défendu. " remarqua-t-elle avant d'ajouter " C'est justement pour ça que nous sommes ici. Nous cherchons à ouvrir d'avantage le dialogue entre Citadins et Noss.
- Afin que la haine ne soit plus cultiver par l'ignorance." ajouta Hiriel, visiblement fier de la formulation.
- Mais et vous ? Que faites vous seule à Alëandir ?
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Dim 11 Mar 2018 - 10:21


Un Haut Conseil, Cinnath en avait fait un seul depuis le début de sa carrière politique et malheureusement, elle avait pu constater ce que Halyalindë déplorait. Mais ce fut l'expression d'Hiriel qui retint le plus son attention. Outre son originalité, elle pouvait y flairer des expériences vécues qui pouvait soit corroborer les propos de l'ancienne protectrice, soit les remettre en question. Une question lui brûla alors les lèvres. Si les membres du Haut Conseil étaient aussi fermés qu'Haly le laissait entendre, la situation avec les Lam'Nir aurait-elle pu s'envenimer si Artön et elle n'avait pas été présents ? Elle n'eut le temps de la poser, et peut être en était-il mieux ainsi, qu'Hiriel embrayait sur les deux diplomates qui venaient de les quitter et nota la délicate intention du prêtre. Connaissant Faerveren, elle savait que cela était une proposition qu'il ne refuserait pas.

Iola et Cinnaeth écoutèrent toutes deux avec attention les paroles d'Halyalindë, la première hochant vigoureusement de la tête, en signe d'intérêt et de compréhension, la seconde contextualisant ses propos en vue de sa propre expérience lors de l'événement du Grand-Chêne. La question qui lui était venu à l'esprit quelques minutes auparavant refit surface. Se souvenant de l'altercation ayant débuté l'intégralité de cette histoire, elle trouva la réponse par elle-même : oui, les choses auraient été bien différentes si les deux étrangers à Ardamir n'étaient pas intervenus. Alors qu'elle commençait à se perdre dans ses considérations diverses sur les relations entre Ornedhel et Taledhel, ce fut la voix retentissante de Iola qui la ramena dans la conversation.

« Seule ? » S'exclama Iola, étonnée du qualificatif que venait de prononcer l'ancienne protectrice. Ne comprenant pas réellement ce qu'elle impliquait par là, elle continua avec son honnêteté habituelle : « Je ne suis pas seule en Alëandir. La croyance voudrait que la Symphonie soit totalement absente des Cités, mais cela n'est pas exact. » Elle fit un large geste avec son bras gauche pour désigner les immenses jardins sauvages bordant le Palais et l'Esplanade. « L'Œuvre chante aussi. Sa mélodie est différente de ce que nous connaissons dans les recoins les plus reculés de notre forêt, mais différent ne signifie pas pire ou meilleur. Elle est juste différente. » Ses yeux de biche se posèrent dans ceux d'Hiriel. « Tu as raison, le Voile a permis à la puissance de notre Mère de s'exprimer et s'épandre de nouveau. En réponse toute la végétation d'Anaëh s'est remise à croître avec une vivacité rarement observée. Celle des Cités ne fait pas exception. Mais... » Elle eut une hésitation. Son regard se détourna de celui du prêtre pour se poser sur la végétation dense des jardins, accompagné d'un léger plissement d'yeux. « … mais je ne sais dire si celle des Cités cherche à rejoindre le chant de leurs frères sauvages, ou si elle cherche autre chose, de nouvelles notes à ajouter à la Symphonie... »

Un silence s'installa. Cinnaeth éprouvait toujours un émerveillement certains à l'écoute des paroles de Iola pour décrire l'Œuvre. Elle qui était totalement sourde à la Symphonie, il y avait quelque chose de profondément mystique aux propos de la jeune Noss. Mysticisme qui la fascinait à titre personnel, mais qui en effrayait plus d'un, comme pouvait en témoigner la réaction de Thendir. La Lëandrine, ayant l'intuition que la question d’origine d'Haly n'avait pas réellement trouvé la réponse qu'elle cherchait, ajouta posément :

« Iola est native de la Peth'Idhren, un clan pacifiste du protectorat. Elle a émis le souhait de visiter la capitale. Ayant de bonnes relations avec ce clan, je me suis proposée de l'accueillir et de la guider dans la vie citadine. »

La Lëandrine omis soigneusement de mentionner l'échange de bon procédé opéré entre elle et la Parole de la Peth'Idhren. Lorsque la demande lui avait été soumise, Cinnaeth avait parfaitement conscience des difficultés qui se présenteraient à être la tutrice d'une Noss en ville. Surtout une Ornedhel comme Iola qui avait une spontanéité emprunte d'innocence lui faisant faire la première idée qui lui passait par la tête, comme par exemple des jardins dans les bâtiments... La diplomate avait donc cherché à soutirer un service de la part de Mä'helnoss, qu'elle obtint mais pas réellement sous la forme escomptée. D'ailleurs, plus le temps passait, plus elle avait le sentiment que rien ne sortirait de sa requête.

« Oui oui ! » Confirma Iola. Elle s'adressa ensuite directement à Halyalindë. « Et ne t'inquiète pas, je suis toujours en contact avec mon clan, Ôthel en particulier ! »

Si des années de diplomatie n'avaient pas rompu Cinnaeth à la maîtrise de ses expressions, une mine décomposée aurait sans nul doute accueilli le nom ainsi évoqué. Détail qu'elle avait appris qu'une fois de retour à Alëandir en compagnie de sa pupille, il se révélait que Iola n'était autre que l'élève d'Ôthel, chef spirituelle du clan. Autant dire que la jeune Noss était promise à un avenir prometteur au sein de la Peth'Idhren et qu'il était préférable que rien n'arrive à celle-ci, comme par exemple finir dans les geôles de la Cité. La révélation avait choqué Cinnaeth à plusieurs égards. Outre le fait qu'il aurait été de bon ton de l'en informer en amont, elle n'arrivait à saisir la raison pour laquelle Ôthel aurait accepté de laisser son élève ainsi s'aventurer en ville, connaissant le profond mépris qu'elle avait pour les elfes de pierre et leur culture. Elle doutait même que Iola en soit consciente, celle-ci se moquant éperdument des enjeux politiques, et s'intéressant uniquement à son Art et la compréhension des végétaux. Rebouclant sur ce sujet, Cinnaeth demanda aux deux Ardamiris :

« De souvenir, Ardamir dégage en effet une impression fort différente des autres Cités d'Anaëh mais aussi de ses lieux sauvages. Pensez-vous que cette différence a été étudiée et est documentée au sein des bibliothèques de la Cité ? Ou bien par des Noss du protectorat ? »




Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   Lun 12 Mar 2018 - 21:31


La façon dont la jeune femme parlait de la Symphonie était touchante. Pour ceux qui ne l'entendaient pas, elle devait également avoir quelque chose de rassurant. Imaginer que les Cités n'affaiblissaient pas l'Oeuvre de la Mère mais poussait en avant un aspect différent des étendues sauvages était confortable pour les Taledhel, à n'en pas douter. Halya, pour sa part, trouvait que le fait qu'une Noss ai l'esprit assez ouvert pour envisager cette solution était nettement plus encourageant.

- Ôthel ? " demanda-t-elle inconsciente du trouble qui prenait Cinnaeth à  l'évocation de ce nom.

Elle était assez intriguée par la jeune femme en réalité. Elle s'attendait à devoir la convaincre de coopérer avec les citadins pour enfermer à nouveau un arbre dans une cage de pierre qu'il dépassait peu à peu mais elle n'y trouvait rien à redire. Au lieu de regarder les Taledhel avec dédains ou pitié, elle avait quelque chose d'innocent et de curieux dans le regard. Elle semblait avide d'apprendre et presque autant de partager ce qu'elle savait. Mais la diplomate également semblait curieuse.

- Pour les Noss je ne peux pas dire mais le Culte, le Cercles d'Anadris et les naturalistes de la cités ont noircis et noircissent encore bien des pages au sujet des particularités d'Ardamir. Bien sûr "
expliqua Hiriel, soudain plus enthousiaste.

Sourd comme un pot, son apprentissage d'initié l'avait poussé vers les textes sacrés mais également vers ceux qui relataient la création du Sanctuaire et des Chants d'Anaëh. Il avait trouvé dans les histoires du passé de quoi aller de l'avant après  Eraison et ce qu'il considérait personnellement comme la plus grande erreur de sa vie. Il planta ses poings dans les poches de sa tunique marquée de la Main de Kÿria en continuant d'un air enjoué, le visage illuminé d'une fierté chauvine.

- La présence du Palais de Chêne, l'arbre maître d'Ardamir, change le comportement de la faune et de la flore. Les érudits de notre Cité ont persé quelques autres de ses influence sur le comportement et certains parlent même d'une créativité exacerbé. Mais entre les légendes, les fantasmes et les faits, il est difficile de faire le tri. Ce qui est certain en tout cas c'est qu'Ardamir n'est ni sauvage, ni morte. Certains témoignages que j'ai lu que pour ceux qui l'entendent, la Symphonie a quelque chose de bienveillant qu'elle n'a pas ailleurs. Comme si la ville était un immense Sanctuaire. Il est d'ailleurs interdit de faire couler le sang dans l'enceinte de la ville.

Silencieuse, Halya ne l'interrompit pas une seule fois. Elle se contentait de l'observer avec un certain amusement mêlé de tendresse. Pour lui ou pour ce qu'il racontait, c'était difficile à dire. Mais à plusieurs reprises, son regard se voila.

A l'entendre en parler, elle avait envie de rentrer. Elle voulait de nouveau écouter le Grand-Chêne. Tout comme pendant la course qui l'avait menée à la poursuite de Randil et ou seule la présence de Fenris l'avait détourné des réminiscences d'Ardamir, le Chêne lui manquait. Elle eut au passage une pensée pour Eninril. Elle se demandait bien ce qu'il pouvait faire à cette heure. Après que les drow aient été chassés, il n'était jamais revenu la voir. Peut-être l'Aigle tournoyait-il au-dessus de la canopée pour surveiller l'évolution des évènements. Puisqu'il venait d'Eteniril, il avait sans doute beaucoup à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [cabinet diplomatique] La paix des Vétérans   

Revenir en haut Aller en bas
 
[cabinet diplomatique] La paix des Vétérans
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos
» QUE LA PEUR SOIT ET LA PAIX FUT !
» Repose en paix Mireille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Terres d'Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: