Partagez | 
 

 Menu terre et mer [ouvert]

Aller en bas 
AuteurMessage
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Menu terre et mer [ouvert]   Mer 24 Jan 2018 - 23:45



Menu terre et mer






1ère énnéade de Barkios - 10ième année du XIème cycle
Quartier nord de Diantra


Diantra n’était plus une ville sûre… Restait à savoir si elle l’avait jamais été. Mais en tout cas il était certain qu’on l’avait connue plus sûre. Les choses avaient été pires. Le retour de Soltariel et de Missède dans la ville avait clairement permis une surveillance accrue des entrées et sorties, ce qui déjà avait quelque peu atténué le fait que les portes de la ville et ses remparts restaient béants. A cela s’ajoutait que les quelques restes de bourgeoisies et de petite noblesse de la ville remontaient avec calme une société civile protéiforme dont les milices parvenaient à réduire la violence dans certains quartiers, particulièrement ceux où de nombreux hôtels particuliers et grands bâtiments étaient installés. La richesse se protégeait. Rien d’anormal ou d’inhabituel.
 
Outre la grande difficulté de naviguer dans cette ville partiellement détruite, se loger pouvait vite devenir un enfer pour qui ne disposait pas des contacts suffisant dans la capitale. Les voyageurs habituellement entraient dans la ville pour en ressortir dans la journée et trouver refuge dans des auberges du Val Blanc. Mais la situation s’améliorait, et pour cause la capitale était à présent à un niveau de population si réduit qu’il était difficile de parler de capitale.
 
Mais entre toutes ces ruines, un troquet connu de la pègre subsistait. A cet endroit où peu de gens finissaient sobres, on discutait de bien des affaires illégales, et il n’était pas rare que des têtes fussent mises à prix dans l’ombre d’une de ses alcôves. Sans nul doute un assassin de passage, de surcroit d’une race étrangère, chercherait à se retrouver dans ces murs pour chercher un travail, et pourquoi pas le moyen de retrouver un passage vers des contrées étrangères en toute discrétion.
 
Le troquet se trouvait dans le caveau d’une maison à colombage comme il avait dû en exister des centaines dans les temps passés dans ce quartier. A présent il fallait bien avouer que la maison était parmi les dernières à tenir debout dans ce quartier populaire maintenant ruiné et où des tentes de fortunes et des baraques avaient trouvés leurs places dans les ruines. Ici s’entassait les plus pauvres et les plus miséreux, âmes errantes autour de l’écrin que représentait cette dernière maison dressée insolemment.
 
Dans tous les cas la gargote était un caveau immense, des plus classiques dans son architecture. Des tables sales se trouvaient amoncelées dans la pièce. Quelques serveuses à la poitrine bien garnie faisaient le tour des tables sous le regard sévère des quelques tenanciers des lieux, visiblement une bande de mauvaises personnes. Hommes ayant trempé dans le banditisme aussi longtemps qu’ils existaient sans aucun doute.
 
Attablé dans un coin de la pièce, comme terré dans la pénombre, le contact qu’attendait l’elfe était assis, le regard vide. Il était connu pour être un homme de main des Thaari. Il avait plusieurs maitres et ne roulait pour personne en particulier. Il était le relais des demandes et des primes que les Thaari pouvaient vouloir mettre en action en Péninsule et en particulier dans la région de Diantra. Les affaires étaient au plus mal. Jamais la situation de la Péninsule n’avait été aussi faible, et jamais l’intérêt des marchands de biens d’Ithri’Vaan n’avait été aussi faible. Pas de production, pas d’économie, pas de finance, pas de Thaari. Ces gens étaient attirés par l’argent comme les mouches par la mélasse (ou certaines autre substances malodorantes).
 
Mais lui émargeait. Et de toute manière la commission qu’il touchait pour recruter des personnes était si importante qu’il pouvait vivre sur les restes en attendant la suite. On lui avait recommandé l’elfe qui devait maintenant venir le voir comme un homme fiable. Et ses contacts se trompaient peu. Restait à voir l’homme débarquer…
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 281
Âge : 32
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  103 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Menu terre et mer [ouvert]   Sam 27 Jan 2018 - 16:44

Si Diantra avait perdu de sa splendeur, elle ne manquait pas de charme ni d’opportunités pour les princes des bas-fonds, ceux qui font fortune en profitant de la misère des autres. On ne pouvait sans doute pas en dire autant avant la crise politique, quand le pouvoir en place était fort et que la ville avait encore tous ses morceaux, mais voilà, il faut une plaie ouverte pour que l’infection s’installe et se répande dans tout l’organisme. Les rats étaient sortis de leur trou et proliféraient maintenant dans les ruines de la capitale. Malgré les efforts déployés par les quelques bonnes âmes venues du sud — Zaahrian savait maintenant que les types en uniforme qu’il avait aperçus au moment de son arrivée étaient des Missèdois — ils n’arriveront pas à les chasser aussi facilement. Une plaie peut avoir l’air guérie en apparence alors que le mal sévit toujours en deçà des artifices. Il faudra du temps et beaucoup d’effort pour chasser le mal et, en attendant que ce jour arrive, Zaahrian comptait bien en profiter un peu. Dans le chaos ambiant, le semi-elfe pouvait peut-être tirer son épingle du jeu. Ici, il retrouvait ses repères. Sans connaître la place, il savait où regarder pour trouver ce qu’il cherchait. Évidemment, il voulait un travail. Il avait besoin d’argent pour vivre et peut-être mettre un toit sur la tête de Yenaël. Ils pourraient alors s’installer ici pendant un temps. Oui, Zaahrian voulait rentrer en IV, mais si Diantra lui offrait d’intéressantes opportunités, rien ne l’empêchait de repousser la date du départ.

L’assassin commença donc à arpenter les rues infréquentables de Diantra, là où la bonne volonté des gens du sud n’avait toujours pas réussi à faire effet, pour se forger une réputation. Ça, ce n’était pas difficile et il suffit de quelques jours en ville pour qu’il voie les premiers résultats. Dans les ruelles bordées de maisons délabrées, Zaahrian marchait, tous ses sens en éveil. On le surveillait depuis les fenêtres et on chuchotait maintenant sur son passage. Certains hommes se demandaient s’ils pourraient s’en prendre à lui, mais l’histoire de bagarres dans lesquelles l’étranger aurait été impliqué était déjà venue à leur oreille. Ce n’était pas qu’un simple vagabond, il savait se battre et il n’hésitait pas à verser le sang. Zaahrian ne risquait rien, mais il préférait être sur ses gardes. Après tout, il n’était pas immunisé contre la stupidité et le courage donné par les excès d’alcool. Il ne fallait pas non plus sous-estimer le désespoir qui poussait les plus pleutres à des extrémités insoupçonnées.

Il fallait avoir de bons contacts pour avoir de la boisson, car le grain était difficile à obtenir en ville pour en fabriquer. D’ailleurs, pour trouver l’endroit où on en vendait encore, il suffisait de suivre les ivrognes tout en sachant que celui qui sera derrière le comptoir ne sera pas qu’un simple tavernier. Honnêtement, il ne manquait que quelques degrés à la température ambiante pour que le semi-elfe ait l’impression d’être à la maison. C’est au fond d’un cul-de-sac, Zaahrian trouva ce qu’il cherchait : une taverne. Au sol près du mur à droite de l’entrée gisait un homme mort. L’assassin s’approcha. Non, pas mort, mais pas loin de l’être. Il empestait l’alcool et sa respiration superficielle indiquait qu’il allait probablement y passer d’ici peu. L’alcool vendu dans ce débit de boisson n’était certainement pas de la meilleure qualité. Il suffisait d’en boire un peu trop pour tomber dans un sommeil dont ne se réveille jamais. Il laissa l’homme pour lequel il ne pouvait rien faire et entra dans la taverne. Depuis la pénombre ambiante, on lui jeta des regards méfiants. Zaahrian fit un signe de tête au tavernier, pas du tout concerné par le devoir de signaler le mourant à l’entrée de sa porte. Il avait entendu la veille qu’on le cherchait. En fait, on cherchait un elfe, mais comme les gens d’ici n’ont pas l’habitude de voir beaucoup d’oreilles pointues, on le confondait constamment avec le peuple de la forêt. Curieux, il posa quelques questions et ses interrogations l’avaient mené à l’endroit où il se trouvait maintenant. D’un seul regard, il reconnut sans l’avoir déjà vu l’homme qu’il cherchait. Désinvolte, il se laissa tomber sur la chaise en face de l’autre. « Alors, on me cherche? »
Revenir en haut Aller en bas
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Menu terre et mer [ouvert]   Dim 28 Jan 2018 - 23:35

Il n’y avait que peu de raison de craindre des oreilles inconvenantes dans ces lieux de perditions, pourtant l’homme s’approcha quelque peu du centre de la table pour éviter d’avoir à lever la voix pour parler au semi-elfe. L’assassin paraissait quelque peu désinvolte, mais peu importait, les informations que l’homme avait accumulées confirmait de la part de ses connaissances Diantraise que le semi-elfe ferait l’affaire. Du reste cela se conformait au tableau qu’on lui avait dépeint du personnage.
 
« - Bienvenue à Diantra la brulée… Maitre Zaahrian… Mon nom est Milo. »
 
L’homme retira le capuchon de sa cape, laissant les quelques faibles rayons de lumière émise par la bougie placée au centre de la table frapper son visage. Du peu qu’on pouvait en voir, il était jeune, à la peau de bronze tirant sur un marron clair, une barbe naissante entourant une bouche large. Son visage était équilibré et son regard était presque insaisissable tant ses yeux noirs faisaient fuir la lumière.
 
« - Ta réputation te précède... Surtout dans une ville ou le nombre de visiteurs venant de l’estrevent est à présent presque nul… Donc non… On ne te cherche pas. Tout au plus les intérêts que je représente souhaitent profiter de votre présence en ces lieux. »
 
Une des créatures cherchant à vendre leur boisson à grand coup de décolleté s’approcha. Se penchant sur la table, elle récupéra le broc de l’homme.
 
« - Vous prendrez bien quelque chose de plus mes mignons ? 
 
- Deux bières de plus, toujours celle de l’abbaye de Suters, non coupée, et pas la vôtre. Je te préviens comme j’ai prévenu ta copine de ne pas m’entourlouper, je connais mon affaire et je veux pas de votre tord boyaux ! » Tout en disant cela l’homme posa quinze écus sur le plateau. « Cela devrait suffire. Maintenant laisse nous…  
 
- Comme tu veux mon prince. »
 
La femme repartit d’un air nonchalant vers l’arrière du caveau et revint quelques secondes plus tard avec deux petites chopines en étain. Elle s’en alla comme elle était venue.
 
« - Tout ce que je te dis à présent est couvert par le code des assassins. »
 
Les choses devenaient sérieuses. Il était inutile de préciser les conséquences de ne pas respecter le code d’honneur qui liait en général les assassins et leurs clients. A partir de maintenant tout ce qui serait dit serait oublié à la fin de la conversation si la mission était refusée.
 
« - Je cherche un homme capable et discret pour une mission compliquée. Elle nécessitera un petit détour par le Langehack… Dans une ennéade arrivera le « prince des mers » en escale au principal port de Langehack, dans lequel mouille la flotte de Langehack. Ce navire est la fierté du dernier armateur sérieux de Scylla. Le « prince des mers » va embarquer une très grande cargaison de laine, de fruits et de blé à destination d’abord de Scylla pour la laine, puis de Nelen pour la nourriture. Nous avons besoin que le navire soit coulé dans le chenal du port de manière à en bloquer l’accès pour quelques temps. Le navire est un dromon péninsulaire, construit à Port-Royal avant que la royauté ne tombe en ruine. »
 
Milo fit une petite pause.
 
« - L’offre est à la hauteur de la difficulté : trois cent souverain de suite et trois cent autres après que le navire soit au fond du chenal. Et comme prime de risque : on t’assurera un passage vers Thaar pour éviter de rester à Langehack où le climat risque de devenir mauvais. Je te donnerai les détails du plan si tu prends la mission. »
 
Les termes étaient établis, restait à savoir si le semi-elfe était intéressé, s’il voulait négocier le prix. Peut-être voulait-il négocier le passage d’une autre personne vers Thaar à ses côtés ?
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 281
Âge : 32
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  103 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Menu terre et mer [ouvert]   Jeu 1 Fév 2018 - 2:03


Zaahrian n’avait pourtant pas fait grand-chose depuis son arrivée en ville à part distribuer quelques coups de poing à des hommes grossiers. Il n’appréciait pas qu’on le regarde de travers et, malheureusement pour lui, son sang de semi-elfe attirait l’attention partout où il allait en Péninsulr. Il n’aimait pas non plus qu’on insinue certaines choses à propos de Yenaël envers qui l’assassin se montrait particulièrement protecteur. Il l’était d’autant plus depuis qu’il savait que des mages étaient à l’origine de la destruction en ville. Le jeune homme avait prouvé à plus d’une reprise qu’il pouvait se débrouiller seul, mais comme les adaptes de la magie ne jouissaient probablement pas une très bonne réputation en ce moment, il valait mieux ne pas prendre de chance. Il avait donc conseillé à son compagnon de se faire discret et d’éviter les démonstrations magiques en public. Zaahrian ne souhaitait pas se retrouver avec une émeute dans les bras et être la victime collatérale d’une chasse aux sorcières. Il s’était déjà fait à l’idée d’être pendu un jour et la crémation ne lui faisait pas tellement envie, surtout s’il était encore vivant au moment où on allumerait le feu.

Tout cela pour dire qu’il se trouvait maintenant dans cette taverne miteuse devant un lointain compatriote et une serveuse qui les zieutait avec un peu trop d’intérêt. Il ne fallait pas lui en vouloir, Zaahrian était sans doute la plus belle chose qu’elle ait vue depuis longtemps en ville. « Tu fais bien d’insister. Il y a un poivrot en train de crever devant la porte dehors. Je ne sais pas ce qu’ils servent ici, mais c’est sans doute trop fort pour être buvable. » Dit-il sur le même ton désinvolte qu’on utiliserait pour parler de la température. « Je devrais peut-être leur demander leur recette de brassage. Je me cherche de nouveaux poisons et les plantes qui poussent dans le coin n’ont rien à voir avec ce qui pousse dans l’Ithri’Vaan. Pas moyen non plus de trouver un herboriste ou un apothicaire qui accepterait de me renseigner. Ce n’est pas parce que je me renseigne sur tes plantes toxiques que je vais les tester sur toi. Les gens ont tellement de préjugés, c’est triste. En tout cas, j’espère que cette bière de… de machin est bonne, car jusqu’à maintenant, tout ce que j’ai bu depuis que je suis au nord c’est pas mal que de la pisse en fût. » On disait que la Péninsule servait quelques-unes des meilleures bières jamais brassées, mais aux yeux de Zaahrian, ça restait encore largement à prouver. Le contexte de guerre n’aidait certainement pas au brassage, mais s’il y a un moment où un homme veut une bonne bière fraîche, c’est bien avant d’aller sur le champ de bataille question de se donner un peu de courage.

En attendant que la commande arrive, Zaahrian écouta attentivement son interlocuteur installé en face de lui. Il s’attendait à être lancé sur un noble un peu trop ambitieux qui ne voulait pas rester dans les rangs, pas à couler un bateau. Il ne cacha ni sa surprise ni son air dubitatif. Techniquement parlant, ce n’était pas une mince tâche à faire. Il ne pouvait pas simplement se faufiler à l’intérieur du navire et défoncer sa coque à coup de hache. Zaahrian réfléchissait déjà. Il n’avait pas vu le bateau, mais il devait être d’une bonne taille pour porter un tel titre. Heureusement, il avait une carte dans sa poche. Zaahrian n’aimait pas faire les choses à moitié et tant qu’à se salir les mains, autant le faire avec panache. Il comprenait la symbolique du bateau, mais le geste, bien que complexe dans son exécution, lui semblait futile. À moins que le bateau soit aussi large que le port, il ne bloquera pas grand-chose. Ce ne sera rien de plus qu’une épine dans le pied. Zaahrian caressait l’idée depuis un certain temps de faire un grand coup, quelque chose qui laisserait une marque en Péninsule. Il se targuait d’être le meilleur assassin d’Ithri’Vaan. Maintenant, il voulait être le plus grand fauteur de trouble que le royaume des hommes ait connu, un emmerdeur de premier ordre. Naturellement, il ne devrait pas se faire prendre. Voilà donc tout le dilemme de Zaahrian qui avait besoin d’être reconnu pour ce qu’il faisait, mais qui serait un homme mort s'il se faisait prendre. On ne peut pas tout avoir dans la vie! « Si ce n’est pas trop indiscret, puis-je savoir pourquoi on veut mettre ce bateau au fond de l’eau? Vous avez parlé de bloquer l’accès à un port, mais je doute que ce soit suffisant. Si vous voulez vraiment frapper un grand coup, faites flamber le port au grand complet. Ils doivent bien avoir des entrepôts où s’entasse de la marchandise. Là ils vont avoir un sacré problème si l’on transforme le tout en grand feu de joie. Tu sais, un bateau ça se remplace facilement... »
Revenir en haut Aller en bas
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Menu terre et mer [ouvert]   Mar 6 Fév 2018 - 0:18

L’interlocuteur de l’homme à la peau d’ébène sembla n’éprouver ni de l’enthousiasme ni de la conviction dans la demande de ce dernier. Pour autant l’appât de la gloire semblait avoir fait mouche dans une certaine mesure, car Milo sembla repérer derrière le regard de l’assassin les rouages de sa pensée. Ce dernier réfléchissait visiblement à la proposition malgré son air sceptique. Pendant que ce dernier réfléchissait aux options qui s’ouvraient à lui, Milo huma la chopine qu’on venait de lui mettre sous le nez. Lui connaissait presque par cœur l’odeur de chaque abbaye dans ces bières péninsulaires qu’il avait tant goûté. Etre rabatteur avait bien des avantages. L’un d’entre eux était de passer plus de temps qu’il ne fallait dans les troquets.

L’odeur était correcte, et à la première gorgée les dernières suspicions disparurent. C’était là de l’originale. Suters, qui se trouvait sur la côte occidentale des terres royales au sud de Vallancourt, était un haut lieu où les moines savaient faire leur office. Si les curetons n’avaient qu’un seul intérêt aux yeux de Milo, s’était bien pour leur commerce en diverses denrées souvent bien agréables pour les papilles. Que l’on vivait bien à servir les Dieux en donnant leur drogue aux hommes ! Une bien faible drogue peut-être à la vue de ce que l’estrevent pouvait fournir, mais une drogue quand même…  

Tandis que la bière changeait tranquillement de camp, laissant le godet pour le gosier de Milo, le demi-elfe semblait avoir décidé de répondre à la proposition. Milo reposa la chopine tandis que l’homme faisait montre d’un peu trop d’initiative. ‘Encore un intellectuel’, se dit l’espion en étouffant un soupir. Le côté positif d’embaucher des assassins qui avaient un peu de jugeotte était qu’on mettait les chances de succès de son côté. Le côté négatif en revanche était que ces hommes réfléchissaient parfois trop, et remettait en cause trop de choses. Les tueurs et tueuses les plus redoutables que Milo connaissaient prenaient leurs contrats sans rien dire. Leur silence faisait froid dans le dos. Mais ces hommes là faisaient parfois des erreurs. Dans le cas présent l’homme semblait vouloir en savoir plus.

A la rigueur cela ne dérangeait pas Milo. Ce qui l’agaçait un peu plus était d’entendre l’homme proposer de faire un coup différent que le contrat. Ils n’étaient pas là pour discuter le bout de gras. Qu’est-ce que cet assassin pensait ? Que les contrats étaient à la carte ? Milo recevait ses instructions et ses contrats de personnes bien plus haut placé que lui. Lui n’avait ni la latitude ni l’idiotie de discuter les ordres des grands patrons. Qu’est ce que ce petit gars pensait ? Il ne s’agissait pas d’une négociation d’objectifs annuels pour un commerçant quelconque.

Milo planta ses yeux d’un noir absolu dans ceux de l’elfe.


« - Peut-être es-tu capable de remplacer facilement ce genre de bateau… Mais visiblement mes mécènes ne pensent pas comme toi. On ne cherche pas à faire flamber le port au grand complet. En tout cas pas celui-là. Un tel coup entrainera une enquête et, si nous sommes découverts, une riposte quasi-immédiate. L’organisation pour laquelle je travaille ne souhaite pas être découverte trop tôt dans ses actions. Nous avons besoin de temps.

Tu sais comment cela fonctionne. Moins tu en sais mieux tu te portes. L’objectif est de couler le dromon à la sortie du port. Si le chenal est occupé par une épave, aucun autre navire de grande taille ne pourra sortir du port avant plusieurs ennéades, peut-être même plusieurs mois, le temps d’évacuer l’épave. Mes hommes prépareront un défaut dans la structure du navire. J’ai réservé un hamac pour un homme voulant aller de Langehack à Scylla à bord. Tu prendras cette place et ton objectif est d’aller foutre le feu à la laine et d’ouvrir la brèche dans la quille. Le navire coulera en quelques minutes, nous avons pris nos dispositions lors de son dernier remaniement, les cloisons de la cale sont inopérantes.

Mon réseau au Langehack t’exfiltrera vers Port Royal, où un navire t’emmènera à Thaar si tu le souhaites. Si tu es motivé par la pyromanie comme tu viens de le dire et que tu souhaites te faire encore plus d’argent avant d’embarquer pour Thaar, alors l’incendie des chantiers de Port Royal me parait déjà bien plus envisageable comme mission. Mais d’abord, immobiliser le port de Langehack via le sabordage du « prince des mers ». Acceptes-tu cette mission ? Et quel est ton prix ? Mes conditions sont-elles acceptables ? »
Revenir en haut Aller en bas
Zaahrian
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 281
Âge : 32
Date d'inscription : 29/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  103 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Menu terre et mer [ouvert]   Mer 14 Fév 2018 - 1:10

« Je rigolais, hein? Couler ce bateau sera bien assez complexe de toute façon. Vois-tu, on sort de mon champ d’expertise. Demande-moi d’ouvrir quelques gorges ou même d’empoisonner quelqu’un et je le ferai sans problème, mais faire sombrer un navire promet d’être un défi intéressant. » Il lui faudra visiter le port en plein jour pour faire du repérage, observer la nature du terrain et le meilleur endroit possible où frapper. La préparation ne sera pas tellement différente que pour ses autres contrats, mais cette fois il n’aura qu’une chance pour frapper. Avec une cible humaine, il était toujours envisageable de battre en retraite quand la situation ne permettait pas une exécution rapide. Pour ce coup, le bateau allait passer qu’une seule fois. Ça ne lui laissait aucune marge de manœuvre, il devait donc être prêt le moment venu.

Soudain, il réalisa quelque chose.

« Un instant! Je pensais faire ça bien au sec sur la terre ferme, pas en me mettant les pieds directement dedans. Je voyage avec un mage de feu qui pourrait très bien le faire flamber à distance, mais c’est vrai que si l’incendie ne prend pas assez vite, il aura quand même le temps de faire un bout de chemin si tu vois ce que je veux dire. » Zaahrian pianota sur la table, impatient. Il tentait de trouver une solution à ce problème. « Très bien… Dans ce cas, on va reparler de mes conditions. Je vis très bien avec les risques que je prends quand j’accepte un contrat. Les gens de mon espèce ont tendance à finir au bout d’une corde ou percée d’une épée. Là, les chances que je coule avec ce bateau sont assez considérables. Je demande le double, la moitié payée en avance, évidemment. Je ne veux pas une, mais deux places pour Thaar. Comme je l’ai dit, je voyage avec un ami dont son talent certain pour la magie nous sera sans doute utile. Il ne sera pas avec moi sur le bateau, voyez-le comme une garantie : si jamais je n’arrivais pas à mettre le plan à exécution depuis le bateau, il pourra frapper depuis la terre. C’est aussi la raison pour laquelle je demande le double; il mérite d’être payé également. Évidemment, une fois l’entente scellée, j’accomplirai la tâche avec tout le zèle qu’on me connaît. Je n’ai pas acquis ma réputation actuelle en gardant les bras croisés. Essayez de m’arnaquer et vos mystérieux commanditaires risquent sérieusement de le regretter. Il paraît que je suis teigneux. » Il ponctua sa phrase d’un sourire éclatant. « Alors? »
Revenir en haut Aller en bas
Faeron Savarius
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 152
Date d'inscription : 07/03/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  42 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Menu terre et mer [ouvert]   Mar 27 Fév 2018 - 23:48



L’homme regarda le demi elfe avec un sourire. Il était normal qu’il cherche à négocier. Ils cherchaient tous à négocier.... Après tout le monde était un vaste marchandage de tapis. Sauf que là on parlait du prix de l’âme de plusieurs centaines de personnes. Visiblement l’homme avait peur de voir le navire finir mal et qu’il termine au fond de l’eau avec le vaste transport. La mission n’était pas dénuée de risques, mais le plan d’échapatoire n’était pas du flanc. L’organisation pour laquelle l’homme à la peau de jais travaillait n’était pas de celles qui faisaient les choses au hasard. Bien au contraire il y avait quelque chose de rassurant à savoir que des professionnels étaient à la manoeuvre.

Il se détendit quelque peu. Zaahrian avait accepté la mission. Il négociait les termes. La partie était donc bien engagée. Il n’aurait pas à s’assurer du silence de l’homme. Non pas qu’il aurait envisagé de le tuer pour lui clouer le bec. C’était la risqué, mais vu l’importance de la mission, il aurait peut-être tenté de le faire prisonnier le temps que la mission passe par l’intermédiaire d’un autre plus diligeant. Au moins n’avait-il plus à ce soucier cela.


“- Coupons la poire en deux. Six cent souverains de suite. Trois cent de mieux après la mission. Et deux places en partance vers Thaar sur un navire sûr et rapide. De toute manière l’air sera bientôt irrespirable pour vous ici bas.”

Il eut un sourire.

“- Et la même somme, soit neuf cent souverains de mieux si vous nous aidez à mettre à sac port royal avant votre départ.”

Il tendit une main ferme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Menu terre et mer [ouvert]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Menu terre et mer [ouvert]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Probabilité d’un nouveau tremblement de terre 5.0 avant 21 février
» tremblement de terre haiti
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Sauter vers: