Partagez | 
 

 [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald

Aller en bas 
AuteurMessage
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Sam 27 Jan 2018 - 10:14

<< Au détour d'un sombre voyage
à venir >>


Printemps - 9e jour de la première ennéade de Barkios
10e année XIe Cycle

Eorim aurait aimé pouvoir blâme Linandil, Riëdan, Enoriël, les daranovans ou même son cheval ! Dieux qu'il pouvait avoir mal aux fesses...

Hélas, il pouvait tempêter tant qu'il voulait, il ne pouvait rien faire à l'abrasion de ses cuisses et de son fondement du au cuir de cette maudite selle. Les voyages n'étaient pas pour lui. Ajouter à ça le manque d'eau, l'inconfort des campements et il en venait à une conclusion encore plus drastique. Il détestait autant les voyages qu'il aimait les balades et le jardinage. Et il n'avait pas trouvé comment parler à Enoriel... Aussi était-il d'une humeur passablement massacrante, ne trouvant de réconfort que dans l'exercice de plus en plus long du mysticisme. Il prenait tout de même garde à ne pas trop se fatiguer, histoire de pouvoir être au au sommet de son art lorsque les ennuis commenceraient.

S'ils ne s'étaient pas trompés de direction, il tomberaient sur Iranion d'ici quelques heures. La Symphonie accompagnait leur voyage avec entrain même lorsqu'ils avaient traversé le lac de cendre ou que la forêt s'était peu à peu clairsemée au fur et à mesure qu'il descendaient dans l'Annon. Tamisée comme une lumière de fin de journée, elle faiblissait pourtant peu à peu à présent.

Si les épaules de Riëdan se tendaient à l'approche de leur destination, Linandil restait parfaitement égale à lui-même. Son visage gravé de coup de couteau rayonnait toujours de la même jovialité orgueilleuse, qu'il tienne la jambe à l'un de ses compagnons en parlant de tout et de rien ou qu'il se taise... ce qui n'était pas le cas pour l'heure.

- Je me demandais, " sourit le prêtre d'Arcamenel en se tournant du côté des chevaucheurs de Faira. " A quoi ressemble un drow ? "
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Sinyàra
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 213
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  706 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Sam 27 Jan 2018 - 12:33

Chaque pas de plus en direction de cette maudite Iranion te semblait une décision encore plus stupide que celle de faire le précédent. Chaque lieue avalée par les mathandils et ls faïra galopant à un rythme soutenu te paraissait une promesse de plus faite à ta fiancée de définitivement l’abandonner. Tu as peur comme tu n’as jamais autant eu peur en allant face à un potentiel danger, et que ce soit parce qu’un peu de toi ose espérer que les Drows fassent honneur à leur proposition, ou parce que pour la première fois tu cours face au théâtre de guerre avec quelque chose… ou du moins quelqu’un qui attend ton retour à perdre, le sentiment est insupportable. Tu es malgré tout bien obligé de passer outre.

Avoir Maltlin pour bras droit te permettrait de te reposer sur son éternel cynisme lorsqu’il faudrait prendre les décisions difficiles plutôt que d’endosser seul le mauvais rôle, mais si Maltlin n’était aujourd’hui pas plus haut gradé dans l’armée de Daranovar, il ne le devait qu’à ses propres décisions, et à son autoproclamée inaptitude à assez lourdement s’imposer à ceux dont il ne se sent pas assez proche. Il suffisait de jeter un œil à votre convoi pour constater la réalité de cette analyse, parce que là où tu soutenais le besoin de vos accompagnateurs de participer à une aventure qui les concernait de près, l’élémentaliste restait loin d’être convaincu du bien-fondé de leur présence à tous. Peut-être le mysticiste tenait-il un argument valable, mais il se méfiait profondément du Chanteur et d’Enoriel comme de deux estropiés qui voudraient continuer leur devoir de milicien. Ils auraient intérêt à justifier les raisons de leur présence en temps et en heur…

La langue du mage claqua, et à cause du mouvement de sa monture, il manqua de se la mordre. Cette dernière question n’était décidément pas la bienvenue à l’heure qu’il était. Quand elle ne fit que te surprendre, toi qui avais eu l’occasion non seulement de côtoyer quelques temps les Ardamiris, mais en plus de goûter au caractère de leurs fervents d’Arcamenel, le regard de ton ami en disait long sur la remise en question qu’il faisait intellectuellement à la fois de l’utilité des mille et une bibliothèques qui faisaient la célébrité de leur Cité, de l’efficacité du partage du savoir oral chez eux, et plus personnellement, de la santé mentale de Linandil.

- Des elfes aux cheveux blancs, aux yeux rouges et à la peau allant d’un gris calcaire au noir de jais. Les hommes sont généralement, plus massifs que nous les Sylvains. Les sourcils du mage se tordirent dans sa réflexion Imagine Artiön en miniature avec une musculature moins ciselée et tu as le drow moyen. Quant aux femmes elles sont l’antithèse complète d’Enoriel.

- Il y a de grandes chances que tu les ai reconnus simplement en les voyant de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Enoriel
Elfe
avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 18/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  704 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Lun 29 Jan 2018 - 20:19

Ce genre de voyage n'était jamais facile... pour le peu que j'avais déjà pu en faire. En fait, je crois que c'était le premier voyage où j'allais réellement vers le danger. Parce que les premières fois que j'avais pris la route pour mes recherches, il y a environ deux cents ans, j'avais l'impression de pouvoir être confrontée à d'horribles monstres à n'importe quel moment. Puis je m'y étais habituée, prenant un peu confiance en moi. Bon, certes, il m'était arrivé quelques bricoles... mais c'était très loin d'être la même chose que d'aller à la rencontre de drows préparant très certainement une ambuscade. La peur me tiraillait le ventre, mon esprit psychotait en continu... ce n'était pas simple. Alerte, j'essayais de me concentrer sur la forêt environnante tout en caressant doucement les flux que nous suivions plus ou moins pour essayer de ne pas penser à ce qui nous attendait.

Sans cesse, je me disais que j'étais folle d'avoir accepté.

A d'autres moments, je faisais attention à ceux que j'accompagnais, sans jamais rien dire. Plus je le regardais, plus Eorim me disais quelque chose, comme s'il avait été une ancienne connaissance ; mais je n'arrivais tout simplement pas à le reconnaître. En ce qui concernait Artiön et Maltlin, je me faisais toute petite derrière eux. Maltlin était un véritable élémentaliste formé pour la guerre et Artiön était celui qui avait réussi à me donner le courage de ne pas baisser les bras lors de mon stage, de ne pas vouloir absolument être dans la perfection. Ils étaient là et, j'en étais sûre, ils n'auraient pas besoin de moi. Je serais plus un boulet à leurs yeux qu'autre chose, même si plus tôt j'avais dit que les drows ne s'attendraient probablement pas à avoir des militaires et des civiles dans la même équipe, avec deux modes de pensée différents.

J'avais peur. Je n'étais absolument pas sûre d'être utile. Aussi au fur et à mesure que le temps passait, je redevenais le fantôme que j'avais appris à être.
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Mar 30 Jan 2018 - 14:20


- Je me suis mal exprimé. " continua Linandil, aussi hermétique que d'ordinaire aux éventuels tons de voix grondants et aux regards furibards de ses compagnons de routes. " Je ne doute pas de ne pas les reconnaitre. Je voulais votre avis sur leur façon d'être. Il est facile de lire des comptes rendus, des rapports et autres explications théoriques. La moitié les dépeignent comme des monstres sortis de nos pires cauchemars, l'autre comme des elfes rusés prompts à l'emportement... un peu comme des Noss particulièrement extrêmes. Vous en avez vu de vos yeux. Vous devez forcément avoir un avis et je serai curieux de l'entendre. "

Tandis que le sourire assuré du prêtre d'Arcamenel rayonnait dans l’œil morne de Maltlin, Eorim s'était porté à la hauteur de la mage silencieuse qu'ils avaient recrutés sans savoir qu'ils croiseraient la route de mage guerriers Daranovan. Le vieil homme frêle au visage fatigué n'en avait pas moins des yeux particulièrement vif. Glissant leurs pupilles d'acier sur le profile de la jeune femme, il posa une main aux longs doigts d'érudit sur son épaule.

- Tout ira bien, Enoriel. " dit-il a voix basse. " Un chercheur ne peut approfondir sa conception des choses qu'en fonction de son expérience. Dites-vous que c'est une occasion d'en apprendre plus sur le monde qui vous entours et prenez gardes à tous les styles de magie qui vous entourent. Nos compagnons sont là pour gérer la mêlée si elle doit avoir lieu. Tout ce que nous pourrons comprendre et analysé sera utile à tout l'Anaëh. " Il sourit avec douceur... et une complicité qu'il ne pouvait s'empêcher d'avoir face à ce visage. " Respirez. Personne n'attend de vous plus que ce dont vous êtes capable, croyez moi. "
Revenir en haut Aller en bas
Artiön Sinyàra
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 213
Âge : 21
Date d'inscription : 23/01/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  706 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Lun 5 Fév 2018 - 17:52

C’est le genre de quiproquo dont on aurait aimé rire, ou au moins rougir un minimum, mais ni cela ni l’attitude désinvolte de Linandil ne parvenait à te sortir de ta morne humeur ; mais parler avait au moins le mérite d’entraîner ton esprit à penser à autre chose qu’à la potentielle mort proche. Même s’il ne s’agissait que de décrire ceux qui risquaient d’en être à l’origine.

- Ça fait peine à dire, mais celui qui t’aura parlé de Noss est le plus proche des deux. Quand les Noss défendent parfois un peu trop farouchement leurs traditions, les Drows sont un peuple de fanatiques prêts à tout pour trouver victoire dans des guerres à la gloire de ce qu’ils appellent leurs dieux tu soupires longuement tout serait plus simple s’ils n’étaient que des monstres assoiffés de sang, mais il faut bien avouer qu’ils sont malheureusement loin d’être stupides.

- Dis plutôt qu’admettre qu’ils sont des imbéciles serait avouer qu’on l’est plus encore. Les sourcils de l’élémentaliste se froncent à lui en serrer les tempes Ça fait bien longtemps que l’on aurait dû leur passer l’envie de mettre le pied en Anaëh, mais à force de jouer la stratégie de conservation, on se retrouve à lentement cumuler des pertes.


- Tu sais aussi bien que moi pourquoi Daranovar n’est pas intervenue Maltlin.

- Et alors ? Daranovar est un Protectorat. Un seul sur combien ? Est-ce que tu trouves normal que malgré nos soucis de logistiques on ait réussi à dépêcher au moins quelques personnes à Ellyrion et au front, alors que des Protectorats en parfaite santé faisaient la sourde oreille ?

C’est le visage amusé de Linandil qui finalement conduit le mage à se taire. S’il continuait sur une telle tangente, on l’entendrait probablement jusqu’à l’arrivée à Iranion, et honnêtement, il n’avait aucune envie de plus s’ouvrir devant un elfe aussi louche que le prêtre d’Arcam.
Revenir en haut Aller en bas
Enoriel
Elfe
avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 18/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  704 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Jeu 8 Fév 2018 - 22:25

Je relevais la tête, osant lever le regard sur celui qui s'était rapproché de moi pour me souffler des mots rassurants. Un faible sourire pointa sur le bout de mes lèvres, comme pour remercier l'elfe que décidément ma mémoire ne voulait pas reconnaître. Je baissais alors les yeux, comme gênée par ses dires, alors que j'étais parfaitement consciente qu'il avait raison. Ces mots, Artiön lui en avait déjà dit de semblables. La question problématique restait la même : en cas de crise, de bataille, de quoi était-elle capable ? Parce que j'avais peur, dans le fond. J'avais peur de mes propres capacités, celles que j'avais déjà démontrées, que ce soit il y a trois siècles ou moins d'un mois.

"Merci... Je retiendrai vos propos où le moment s'en fera sentir. Ils m'aideront très certainement."

Mon sourire se fit plus prononcé alors que je regardais l'elfe. C'était gentil à lui d'avoir pris la peine de me parler. Par contre, j'étais toujours aussi attristée de ne pas arriver à le remettre... Mes joues se tintèrent de rose et mes yeux se baissèrent, encore une fois, à cause de la timidité et de la gêne.

"Eorim... veuillez me pardonner cette question... mais... nous connaîtrions nous déjà ? Il me semble vous avoir déjà vu."

Tous deux, nous continuâmes à parler assez bas alors que les autres discutaient elfes noirs. J'écoutais mais il n'était pas à moi d'ajouter quoi que ce soit... Là-dessus, je n'avais absolument rien à rajouter. Ce n'est pas comme si j'étais une vraie militaire ayant combattu au front...
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Ven 9 Fév 2018 - 22:35


Le vieil homme eut un sourire un peu ennuyé. Sa main quitta l'épaule de la mage d'apparence juvénile et les rides qui entouraient ses yeux adoucirent son clair regard d'argent. Certains auraient dit que ce n'était pas le moment, mais il avait cherché un moyen d'aborder la question durant des jours sans y parvenir... Et il savait qu'elle devait déjà avoir pris son courage à deux mains pour avoir poser la question d'elle même. D'une certaine façon, il était même flatté que son vieux minois lui dise quelque chose parce qu'il n'était pas sûr que Mariel aurait put en faire de même.

- J'ai bien peur que oui. " Il repoussa une mèche invisible de sur son front pour s'empêcher de froncer le nez comme il en avait la mauvaise habitude. " Mais ne vous en faites pas. il n'y a pas de mal. ça date d'il y a longtemps. De votre premier Cycle à l'Académie. "

Une époque ou il se tutoyait d'ailleurs... Mais actuellement, il s'attendait plutôt à l'entendre demander de quel court il s'occupait, alors il ajouta.

- J'ai étudié pendant quelque temps avec Maître Beliandar et Maître Lomion. Mais nous nous connaissons depuis ma première rentrée. Un an après la votre. J'ai rejoins la classe de la professeur Medhrien. Je passais un temps fou à lire tout ce qui me passait par la main et je me baladais avec des colifichets improbables dans l'espoir de trouver un focalisateur. " il esquissa un sourire, amusé par sa propre naïveté de l'époque. " A cause d'une histoire trop longue a raconté, on me surnommait Courte-pointe. "

Ce qu'il en avait retenu c'est que même si des élèves plus âgés s'amusaient à embêter les plus jeunes, vieux valait ne pas les insulter en retour, au risque de tomber sur un mage de la vie un peu trop talentueux. Il bénissait chaque jour la Grande Enchanteresse qui lui avait fait repousser ce qu'il fallait... même si cela avait prit du temps à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Enoriel
Elfe
avatar

Nombre de messages : 110
Date d'inscription : 18/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  704 ans
Niveau Magique : Maître.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Mar 13 Fév 2018 - 22:12

"Courte-pointe..."

Je réfléchissais à ce nom qui me disait quelque chose... Plus que simplement quelque chose, en fait. Cela me rappelait l'enfant curieux et toujours plongé dans la bibliothèque à essayer de découvrir la magie. Plutôt calme, si je me souvenais bien, quoiqu'il ne fallait pas non plus le chercher. Courte-pointe... Oui, je me rappelais de lui ! Pendant plusieurs dizaines d'années nos cours s'étaient croisés, avant que nous ne partions chacun dans une spécialisation. Il y avait même eu un système de parainage à un moment. C'était une époque lointaine, bien loitaine... La gamine que j'étais était encore loin d'être aussi timide que l'adulte qui la suivait. Au début tout du moins. Parce que plus les années passaient, plus la comparaison avec mon père - et maître d'Eorim selon ses dires - se faisait sentir. Une sorte de sourire essaya de naître sur mes lèvres, en vain. La peur d'être associée à Beliandar, peut-être ?

"C'était... vous ? Vos oreilles ont bien repoussé depuis."

Je ne savais pas trop quoi dire. Je craignais de parler magie. Je préférais garder en mémoire le garçon qui ne me regardai pas trop, préférant de loin ses livres aux autres elfes - comme moi, dans le fond. Sans vouloir être offensante, je me permis de détailler un peu plus Eorim du regard, son visage ridé et le poids qui semblait peser lourd sur sa conscience. J'étais si vieille que ça ? Ou bien était-ce lui qui avait très mal vieilli ?

"Et... vous êtes devenu mage de l'immatériel depuis ? Vous... Enfin... Que devenez-vous ?"

Dis-je tout en rentrant instinctivement ma tête entre mes épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Mer 14 Fév 2018 - 0:13


- Oui. Je le dois à Maître Estiëla. J'en ai pris grand soin depuis.

Elle se souvenait... Du moins de ce dont elle pouvait se souvenir. Elle avait bien changée. Il avait entendu parlé de la mort de son père, bien sûr, mais il n'avait put se rendre à l'enterrement. Sa femme avait bien trop eu besoin de lui à ce moment pour des raisons qu'il préférait ne pas répéter, même en pensées, de peur de s'y perdre comme les mois précédents. Les réminiscences étaient de plus en plus vibrantes.

Bref. Il retourna plutôt à sa question première. Était-ce la mort de son paternel qui l'avait ainsi éteinte ou avait-elle aussi connu son lot de souffrance qui , au lieu de ternirent son teint avaient été tenus à distance par une carapace de fer froid et timide ? Si l'homme avait des tendances joviales et un attrait certain pour l'humour, il était également d'une grande sensibilité. Depuis dix ans, il lui semblait même que 'sensiblerie' était un terme qui convenait mieux.

- Tu peux me tutoyé. Après tout nous le faisions bien à l'époque. " sourit-il doucement. "Et bien je suis devenu... Je suis devenu vieux. " ricana-t-il comme un vieux chat heureux de son mauvais tour, avant de reprendre avec un peu plus de sérieux pour satisfaire au mieux une curiosité qu'il se rappelait comme dévorante. " Je ne suis pas resté longtemps apprenti de votre père. Mes débuts étaient médiocre et Maître Lomion avait plus de patience pour me faire cracher mon premier sort. J'ai emprunté la voie du mysticisme. Je me suis spécialisé dans la défense de l'esprit une fois de retour à Ardamir. J'ai servit d'escorte à plusieurs diplomates, notamment lorsque des Ardamiris ont commencé à vouloir rencontrer des humains et des nains. L'un de nos voyage nous a poussé dans une embuscade. J'ai été laissé pour mort. Et c'est ainsi que j'ai rencontré ma femme. Puis l'histoire est assez prévisible. Je suis devenu un mari. Puis un père. Et j'ai arrêté de voyager pour représenter les mages au Conseil. L'un de mes mentors, un diplomates d'Alëandir, a développé un ulcère lorsque j'ai refusé de quitter ma Cité pour le service du Roi. " déclara-t-il avec un peu plus de nostalgie dans la voix. " Mais maintenant je peux le dire sans arrière pensées, beaucoup de cela, je le suis devenu un peu grâce à toi. "

Il planta son regard d'argent dans les yeux fuyants de la caboche rentrée entre les frêles épaules de la Dame Tortue. Son sourire amusé était pourtant parfaitement sincère. On y retrouvait même un peu de l'enfant timide et revanchard qu'il avait été.

- Tu ne t'en rendiais sûrement pas compte, mais tu étais une mage incroyable, déjà dans notre jeune temps, de loin la meilleur de notre classe. Là ou nous en étions encore tous à la théorie, tu en étais à un tout autre niveau, même si tu n'en parlais pas. J'étais passablement... fasciné. " il détourna le regard, soudain gêné par son propre aveu, et brandit sa main, mettant en avant une bague d'argent dans laquelle était enchâssé un morceau irrégulier de... caillou. De marbre pour être très précis. " L'idée que quelqu'un de mon âge soit déjà capable d'une telle aisance m'a réellement marqué. Cet éclat vient d'une colonne du parc près de laquelle tu lisais souvent. Maintenant je sais que c'était moitié de la jalousie et moitié de l'admiration qui me permirent de lancer mon premier sort. " Il sourit de nouveau, plus assuré, en caressant l’entrelacs de métal et de pierre du bout des doigts. " Je ne pensais pas qu'un jour cette histoire parviendrait à tes oreilles mais j'ai le sentiment qu'il y a des anecdotes qu'il vaut mieux partager. " Il s'interrompit comme s'il ravalait au dernier moment le reste d'une phrase. Pourtant, rien de plus que son air un peut gêné quoi que fier, ne vint poursuivre sa tirade.
Revenir en haut Aller en bas
Halyalindë
Biblio
Biblio
avatar

Nombre de messages : 1645
Âge : 91
Date d'inscription : 17/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 480ans (né en 531)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   Dim 25 Mar 2018 - 20:34


   Les discussions des mages. Les remarques cinglantes d'un certain Daranovan. L’œil vif et avide du prêtre d'Arcamenel. L'attention pointue des militaires. Tout cela semblait plus exacerbé, plus exagéré au fur et à mesure que l'heure tournait et que le lieu de rendez-vous approchait. Pourtant, il n'y avait pas de bruit. Pas de signe de voyageur ou de passage récent.

   La quiétude de la forêt ne semblait troublée par rien d'autre que la procession elfique. Les oiseaux sifflotaient et les petits animaux couraient se réfugier à l’abri des feuillages. Cette normalité parfaite avait le don de mettre plusieurs membres du groupe à fleure de peau. L'horaire du rendez-vous était déjà bien entamé et l'idée d'avoir fait tout ce chemin pour rien était accablant. Mais c'était surtout la perspective de tomber dans un piège trop habillement préparé pour être détecté qui occupait l'esprit des voyageurs.

   Arrivés au lieu dit, et après plusieurs heures de recherches alentours pour être certains de ne pas s'être trompés et de ne pas être cerné par l'ennemi, ils durent pourtant se rendre à l'évidence. Aucun drow n'était dans le secteur. Ni du Puy, ni d'Ithri'Vaan, ni d'ailleurs.

   - Il ne reste plus qu'à établir un campement pour la nuit ! claironna Linandil qui ne semblait pas le moins du monde ébranlé par l'absence de leurs amis. Après avoir récolté un nouveau commentaire de la part de Maltlin et une foule de regards tendus et agacés, il posa ses affaires en bavassant à mi voix.

   Des précautions sérieuses furent prises, quelques pièges installés aux abords de leur camp et les tours de garde décidés avant même qu'il aient allumés un petit feu de cuisson. Il était étrange que ce voyage dont ils avaient tant redouté la fin se termine sur... rien. La tension était encore plus palpable que dans les jours précédents. Seul semblait imperturbable - ou plutôt aussi perturbé que d'ordinaire - l'agaçant prêtre.

   La nuit tomba ainsi. L'Annon ne représentait qu'un murmure à ceux qui pouvaient entendre les Chants de la nature. Rien d'autre ne pouvait prévenir d'une arrivé intempestive. Peut-être les drows vivaient-ils plus volontiers la nuit. Après tout, plusieurs de leurs attaques avaient eut lieu au crépuscule plutôt qu'en journée.

   Les premiers tours se passèrent sans anicroche. En revanche, les plus difficiles, ceux du milieu de la nuit, durent compter sur la rigueur militaire pour ne pas tourner au drame. L'Ardamiri et le Daranovan en faction piquaient du nez encore et encore, se tenant à grand peine réveiller l'un l'autre. Peut-être même avaient-ils un peu somnolé en même temps, mais puisqu'aucune alerte n'avait été de mise, ils s'en tiraient plutôt bien.

   Au matin, tout le monde était entier, quoi que malmenés par quelques moustiques tenaces. On décida de rester deux jours sur place et de repartir le surlendemain. Et le surlendemain, rien d'autre qu'une longue attente n'avait eu lieu. La cohorte d'elfe quitta donc l'endroit sans se retourner. Au moins, ils pourraient dire qu'ils avaient tendu la main aussi longtemps qu'on leur en avait laissé l'opportunité.

   Entre les arbres qu'ils venaient de quitter, trois silhouettes regardaient leurs montures s'éloigner. Sous leurs capuches de laine bouillie, des sourires éclatants de blancheur tranchaient avec leurs teint noir.

   - Vous pensez que ça marchera ? " souffla l'un d'eux à la silhouette centrale. Cette dernière serra avec une ferveur bestiale le symbole de pierre qui pendait sur son cou en pendentif. Son ordre main caressait pensivement les longues aiguilles creuses et les flasques de verre aux contenus étranges qui pendaient à sa ceinture. Son sourire était presque extatique.
   - Kiran y pourvoira, Fils. "
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Iranion]Une blanche vaut deux noires, parrait-il | Eno, Arti, Tald
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Un éperon dans la tête en vaut deux aux talons !"
» Renard averti qui vaut deux pour un Bélier
» Mieux vaut deux fois qu'une... Ou pas.
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Les femmes noires au pouvoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Annon-
Sauter vers: