AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Il faut que je te parle [Anàrion]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Il faut que je te parle [Anàrion]   Mar 25 Mar 2008 - 23:10

[Ceci se passe juste après le départ de Dragan de l'Epine Dorée]

Parti à l'aube, il avait galopé sans relâche pour rejoindre la capitale. Il n'avait pratiquement pas dormit de la nuit occupé à prouver son amour à Révérie ou à la contempler sans rien dire. Mais l'aube les avait séparé et il espérait que ce ne serait pas pour toujours. Il lui avait dit que ce n'était pas un adieu, mais un au revoir. Malgré tout, il était bien plus nerveux que d'habitude, l'esprit préoccupé, bien qu'il ai laissé Laurëa auprès de Révérie. Sa louve qui saurait le retrouver rapidement si les choses s'aggravaient...

Il devait parler à Anàrion, il avait négligé son devoir envers lui depuis trop longtemps, remetatnt sans cesse à plus tard le moment de lui faire son rapport... Il se doutait qu'Anàrion devait avoir la tête ailleurs en ce moment, avec son mariage, mais ce n'était pas une excuse.

Il pénétra dans la Cité Eternelle et ne fit même pas attention à sa beauté. Il alla droit chez son ami, son frère, et mit pied à terre dans la Cour. On lui indiqua où trouver le demi elfe et il s'empressa de le rejoindre, sans se changer, sans prendre la peine de remettre de l'ordre dans sa mise. Ils étaient au delà de tout cela. Il vit alors le futur souverain et après un léger salut pour la forme, prit la parole :

- "Anàrion, je dois te parler de choses importantes... pardonne-moi de ma longue absence, mais les évènements se sont précipités..."

Il regarda le demi elfe à qui il était si dévoué. Et s'il parlait de Révérie et de ses sentiments pour elle, qu'allait en penser son "frère"? Allait-il le dissuader dans sa folie? Effectivement, les évènements s'étaient enchainés trop vite, il n'avait même pas eu le temps de préparer ce qu'il allait dire.
Revenir en haut Aller en bas
Anàrion Elentir
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 396
Âge : 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Mer 26 Mar 2008 - 20:35

Anàrion... Fils du soleil. Elentir. Qui scrute les étoiles. Fils du soleil, qui scrute les étoiles. Le fils du soleil, peut-il scruter les étoiles ?

Il est assit sur une racine, le regard perdu, la tête ailleurs. Il porte une petite veste de couleur verte, brodée d'une bordure d'or, qui reste pourtant très simple. Un pantalon marron, s'accordant parfaitement à sa tenue. S'ajoute à cela des bottes en cuir, usées par le temps, et pour compléter le tout, sa cape, montrant fièrement qu'il appartient à l'ordre des mages, malgré l'arme qui porte à la ceinture.

Puis soudain, il est brusquement arraché de sa rêverie, par une voix familière, douce comme le vent... Une silhouette qu'il reconnaîtrait entre mille , une peau basanée, un regard bleu envoûtant, une chevelure unique de couleur argentée. Dragan. Lorsqu'il croise son regard, il sourit. C'est sans doute le seul à pouvoir lui faire retrouver le sourire, même dans les situations les plus difficile. Son ami, son frère, la seule et unique personne à qui il donnerait sa vie, son âme...

Il se lève d'un bond, et sans se soucier du qu'en dira-t-on, il s'approche de Dragan, le sert dans ses bras. Quelques secondes, et il s'éloigne, à contre cœur, un sourire en coin. D'un ton malicieux mais pas moins enjoué, il répond alors :

- Alors Dragan ? On oublie qu'on a juré allégeance à son prince ?

Se coupant dans son élan, son sourire s'efface peu a peu. Offrant a présent au visage de notre comte un regard interrogateur et intrigué. Il fronce les sourcils, passe son bras sur les épaules de son ami, et s'éloigne de la petite foule.

- Qu'il y a-t-il ? Ah, tu es sûrement au courant de... de mon mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Mer 26 Mar 2008 - 21:13

C'était réconfortant de retrouver la présence familière d'Anàrion dans ce tourbillon d'incertitudes qu'était sa vie depuis quelques jours. Habillé élégamment, mais sobrement, Anàrion semblait pensif. La question à 1000 souverains était : mais à quoi pensait donc le prince? Dragan se doutait qu'il devait être préoccupé par le mariage avec Illydril, mais peut-être n'y avait-il pas que ça... Comme si c'était une catastrophe de devoir partager ses journées et ses nuits avec une fille aussi belle et intelligente! Illydril était quelqu'un avec qui on pouvait discuter, qui savait alléger les peines et panser les blessures. Il suffisait juste de savoir la prendre.

Anàrion se rendit vite compte qu'il n'était plus seul et se leva prestement pour venir enlacer son compagnon de toujours, en un geste spontané et affectueux, au mépris des regards. Il n'y avait rien à unterpréter de toutes façons, c'était l'accolade de deux frères qui s'adoraient, ni plus, ni moins.

Et alors qu'un sourire retroussait les lèvres du prince, Dragan se surprit à le lui rendre. Anàrion ne pouvait pas savoir combien sa bonne humeur était salvatrice pour le Comte en cette période de tristesse et de doutes.

- "Non, mais j'espérais que toi, tu l'aurais oublié si je n'étais pas là pour te le rappeler, petite tête."

Il tapota la tête du prince de l'index, souriant toujours en coin, un sourire malgré tout de façade, car son coeur n'était vraiment pas en liesse. Anàrion cessa de sourire et redevint sérieux, entraînant Dragan à l'écart et parlant inévitablement du mariage. Si Dragan était venu, c'était pour chercher du réconfort, mais pour l'instant, c'était à lui de réconforter Anàrion. D'un air faussement étonné, il répondit :

- "Ton mariage?"

Puis, avec un petit sourire :

- "Evidemment, que je suis au courant. Franchement, il n'y a que toi et Illydril pour ne pas l'avoir vu venir. Il va vraiment falloir que je t'apprenne toutes les subtilités de la politique, tu as de sérieuses lacunes. Et Illy aussi."

Puis, il reprit un ton plus bas :

- "Elle est venue me voir Anà."
Revenir en haut Aller en bas
Anàrion Elentir
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 396
Âge : 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Jeu 27 Mar 2008 - 5:32

[HJ C'est pas très long, pas superbe non plus, mais l'inspi revient, certes, mais peu à peu ! En tout cas elle est un peu reviendu !! /HJ]

- Je m'en doute.


Aussitôt avait-elle apprit la nouvelle, Illydril avait disparut, pour ne revenir que quelques jours après, étrangement calme. Anàrion pensa aussitôt à Dragan. Qui d'autre à qui faire part de ses craintes ? La princesse n'était pas bête, elle savait à qui se confier, elle savait vers qui se tourner, à qui demander conseil, Dragan en l'occurrence, celui qui connaissait Anà comme sa poche.

- Je me fais du soucis pour elle Dragan.

Anàrion n'avait cessé d'aimer sa cousine, et il n'avait jamais osé le dire à son ami. Très proches, ils avaient toujours partagé leurs aventures, mais ils discutaient très rarement à ce sujet, craignant tout deux d'être séparés par des histoires amoureuses. C'était en gros, leur sujet tabou. Cependant, maintenant, il était aussi inévitable qu'important d'en discuter. Ce fut avec un certain embarras qu'il alla de but en blanc, parlant pour la première fois ouvertement des ses sentiments.

- Dragan... Là n'est pas le problème. Le mariage en lui-même, ne me dérange pas. Je...

N'ayant jamais été très adroit dans ses paroles, s'exprimer lui était encore plus ardu dans une si embarrassante situation.

- Je n'ai jamais arrêté de l'aimer. Ça peut te paraître impossible, bête, impensable, mais c'est la vérité... Je ne... Je n'ai jamais voulu t'en parler, craignant ta réaction. Mais avec ce... cette histoire, je pense qu'il était enfin temps de te le dire.

Baissant légèrement la tête, il craignait la réaction de son ami. Allait-il se moquer, ou bien le comprendre ? Aussi, s'en doutait-il déjà ? Ou il ne s'attendait pas du tout à ça ? Toutes ses questions fusèrent dans sa tête, alors qu'il reprit, plus bas cette fois-ci.

- J'ai peur Dragan. Je ne veux pas... Rien que d'y penser... Heureux, je le suis. Mais elle ? Sera-t-elle d'accord ? J'en doute... Que... Qu'est-ce qu'elle t'as dis ?


Il sentit son coeur se mettre à battre à tout rompre dans sa poitrine, et une boule se forma dans son ventre, sa gorge se noua, il s'attendait au pire.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Jeu 27 Mar 2008 - 19:38

Le jeune Comte haussa un sourcil alors qu'Anàrion lui avouait se faire du soucis pour elle. Et pour quelles raisons? Illydril était en parfaite santé et allait devenir reine, mariée à un homme admirable... Il ne voyait vraiment pas les raisons de cette inquiétude.

Le demi-elfe continua à parler, lui expliquant que ce n'était pas le mariage le problème. Il retint un petit sourire en devinant quelle allait être la suite et détourna la tête pour ne pas montrer son amusement devant l'embarras de son ami alors qu'il lui avouait ne jamais avoir cessé d'aimer la princesse. Il retint un petit rire qui aurait pu blesser le prince. Il n'était déjà pas très enclin à la confidence alors si en plus son confident en riait...

Il le regarda de nouveau, se composant une mine un brin espiègle.

- "Je ne vois vraiment pas de quoi tu avais peur me concernant. Tu sais très bien que j'ai été amoureux d'elle également, mais cela fait très longtemps. C'était un béguin d'adolescent, rien de plus. Et de toutes façons, elle ne voyait que toi."

Nulle animosité dans ses paroles, juste l'énoncé d'une évidence d'un ton malicieux. Il sentait bien le désarroi de son ami et décida de ne plus jouer à ce petit jeu avec lui et de le rassurer, comme il l'avait fait avec Illydril.

- "J'aime Illydril comme une soeur et nous avons renoué des liens amicaux lors de sa visite. J'avoue que cela me manquait... Bon sang Anàrion, mais comment as-tu pu t'éloigner d'elle en étant amoureux tout ce temps?"

Là, cela dépassait son entendement. Loin de Révérie, il se sentait diminué, comme s'il lui manquait quelque chose de vital. Jamais il ne se serait éloigné d'elle par fierté ou à cause d'un trône.

- "Elle t'épousera grand nigaud. Tu veux savoir ce que nous avons dit? Dans les grandes lignes, ce n'était pas l'idée de passer sa vie à tes côtés qui la dérangeait, mais la peur que tu ne deviennes roi et ne la relègues au rang de joli bibelot... Ne commet pas cette erreur."

Cette fois, il s'autorisa un sourire mystérieux.

- "Il me semble que ce mariage n'est pas voué au désastre finalement, si vous oubliez tous les deux votre orgueil. Tu sais, ce n'est pas à moi qu'il fallait avouer tes sentiments pour elle..."

Il eut un petit soupir las :

- "Si tu étais moins borné, tu l'aurais courtisée bien avant et votre mariage aurait été la conclusion logique de votre attirance mutuelle et non le résultat d'une manigance politique."

Il haussa les épaules.

- "Enfin, je suppose que rien n'est perdu... Montre-lui qui tu es, elle ne pourra que succomber à ton charme incomparable."

Il avait dit les derniers mots avec une pointe d'ironie sarcastique même s'il pensait qu'Anàrion avait toutes les chances de la séduire. Puis, il se rappela alors un détail et demanda de but en blanc :

- "Illydril a le coeur dévoré par la vengeance... Toi plus que moi, tu devrais comprendre sa haine pour les Drows. Seule, elle aurait mené une guerre contre eux... Mais à tes côtés, cela lui sera impossible sans ton accord."

Le ton était lourd de sous entendus. Et Dragan abordait justement LE sujet qui avait causé la colère de la jeune elfe au sujet de ce mariage. Il lui avait promit qu'il convainquerait Anàrion à ce sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Anàrion Elentir
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 396
Âge : 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Dim 30 Mar 2008 - 6:24

Sans s'en rendre compte, ils s'étaient éloignés considérablement du Palais, et se trouvaient à présent entre d'énormes arbres. Plus aucun bruit de pas, de discussion, la petite foule excité qu'était que la population Sylvaine d'Aleandir se trouvait à quelques mètres derrières eux, et ne formait qu'une tache floue. Quelques passants silencieux cheminaient par-ci, par-là, croisant parfois le regard des deux jeunes nobles. Anàrion se sentait en sécurité, il était dans son élément. Cela dit, il ne restait pas moins angoissé par la discussion délicate qui se profilait à l'horizon, alors que Dragan commençait à peine à parler. Voilà. Ils y étaient. En plein dedans, dans le vif du sujet. Anàrion s'adossa à l'arbre le plus proche, et écouta attentivement l'elfe.

"Un béguin d'adolescent. Il y a très longtemps. Rien de plus. Elle ne voyait que toi..." Le temps de tout assimiler ceci, et il afficha une mine indignée, se redressant aussitôt, prêt à répliquer sèchement au jeune Comte. Les deux frères de cœur aimaient se taquiner, et pendant des années cela avait été leur passe-temps favori - j'exagère à peine - mais à cet instant précis, Anàrion ne se sentait pas d'humeur à rigoler. Ceci étant dit, entre vous et moi, croyez-vous que la situation contrariait vraiment le Demi-Elfe ? Oh que non... Au contraire, comme tout bon mauvais perdant, il préférait paraître agacé et contrarié plutôt que d'avouer à son ami d'avoir perdu à son petit jeu. Rusé, il fixa Dragan d'un air faussement noir, lui faisant comprendre son soi-disant désarroi. Ce dernier le sachant très explosif, reprit son ton sérieux, et poursuivit aussitôt. Il acheva sa phrase par une question des plus étrange. Étonné par celle-ci, le jeune Prince répondit aussitôt, piqué au vif.

- Comment ai-je fais pour m'éloigner d'elle en l'aimant tout ce temps ? Tu le sais très bien pourtant... Je ne suis pas Sylvain. Les gens parlent, ils sont méfiants. Et surtout, ils on la langue bien pendue. Qu'est-ce qu'ils auraient dit si le petit Prince de sang impur faisait la cours à une Sylvaine, sa cousine qui plus est !? Tu ne te rends pas compte de l'ampleur de cet amour, de cette union, Dragan ! Je risque, rien qu'en me mariant avec Illy, de me faire des ennemis dans mon propre peuple.

Et puis après tout, qu'est-ce que t'en sais toi d'amour ?

Il reprit son éternel air
espiègle, son regard pétillant de malice, tout en passant délicatement sa main sur le tronc de l'arbre.

- Ne serais-tu pas amoureux par hasard ?

Et il ajouta, un gros sourire aux lèvres, heureux de pouvoir reprendre le dessus au petit jeu auquel ils s'adonnaient implicitement depuis le début.

- Je suis ton Prince. Je devrais être au courant de tout. De tout !

Un jeune elfe qui passait près d'eux les observa, l'air intrigué. Et malgré l'atmosphère lourde qui s'était installée, il éclata de rire tout en donnant un léger coup de coude dans les cotes de son ami, et en ignorant le jeunot qui continua sa route, amusé. Tellement de temps qu'ils ne s'étaient pas vu, que son compagnon pouvait très bien s'être éprit d'une jolie petite noble d'Ardamir. Un soupire las s'échappa de ses lèvres, si c'était le cas, il ne doutait pas une seule seconde que Dragan le lui raconte. Reprenant un air sérieux, il lança un regard distrait aux petits oiseaux qui voletaient non loin de là. Ses pensées se dirigèrent vers sa cousine. Il avait rendez-vous avec elle le soir-même, à la Taverne de l'Ancien, et espérait pouvoir s'y rendre la tête lucide et, les idées bien en place. Lentement, il prit la parole, hésitant...

- Loin de moi l'idée de la laisser de coté... Elle... Elle mérite autant que moi le trône, ce n'est pas à moi de dire le contraire. Mais... Je...Je ne ne veux tout simplement pas qu'elle soit en danger.

Lorsque le jeune Comte lui fit part de ses doutes, il resta pensif quelque secondes, avant de répliquer, fixant son ami de toujours dans les yeux.

- Dragan, tu sais tout comme moi, que je partage sa haine pour les Drows. J'ai perdu un être cher moi aussi. Mais je pense, qu'il ne faut pas nous laisser aveugler par cette soif de vengeance. Je le lui ai déjà dit. Il faut s'organiser, bien prendre les choses en main, réfléchir avant de faire quoi que ce soit, avant d'agir. Au cas contraire, j'ai bien peur d'avoir perdu cette guerre d'avance.

Tout en achevant sa phrase, son regard ambré se dirigea sur le petit ruban bleu, noué autour de son poignet, et un sourire mutin se dessina dans le coin de sa bouche.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Dim 30 Mar 2008 - 10:22

[Ben voilà, ça revient bien!!! :pompom: ]

Le Comte supporta le regard tueur sans broncher, retenant un petit sourire insolent alors que son ami prenait des airs faussement indignés. Il ne connaissait ce regard! Il n'en avait pas peur... En fait, il y avait peu d'expressions de son ami capable de le faire taire et s'écraser. Evidemment, la réciproque était vraie. Mais un peu moins, car malgré tout, Anàrion était quand même le Prince, et Dragan un simple sous fifre. Il ne l'oubliait pas. Il ne l'oubliait jamais! Et quand c'était le Prince qui parlait, là, il se montrait plus soumis et humble. Légèrement.

Anàrion était adossé à un arbre, le foudroyant du regard, frappé par les paroles de son "frère". Allons, des frères pouvaient s'aimer et avoir été rivaux... Cela avait été le cas avec la petite Illydril. Et Dragan avait perdu. C'était une rivalité d'enfant, de quoi éprouver sa virilité naissante. Rien de bien méchant. Le béguin s'en était allé, ne laissant qu'une profonde affection. Et c'était mieux ainsi. A l'époque, il était trop jeune pour songer que les deux cousins se marieraient pour raison d'état. Maintenant, c'était tellement évident...

Quoiqu'il en soit et même si Anàrion jouait la comédie,Dragan le connaissait suffisamment pour changer subtilement d'attitude. Manque de chance, son ami répondit un peu vivement à sa question trop directe et posée avec une incompréhension sincère. Il soupira alors qu'il lui rappelait sa condition de bâtard.

- "Ah... Désolé, j'ai tendance à oublier ce détail..."

Il haussa les épaules et reprit calmement :

- "Les gens parlent, oui, mais même si tu avais été de sang pur, cela ne t'aurait pas épargné les mauvaises langues. par pitié Anàrion, n'agis pas en foncton de ce que les autres pensent! Pas pour ce genre de choses... Et de toutes façons, regarde, maintenant, le peuple va voir un mariage de convenance, là où il y aurait pu avoir un mariage d'amour. Et quand bien même vous seriez amoureux l'un de l'autre, il y en aura toujours pour dire que c'es de la comédie. Il y en a qui vont plaindre Illydril d'être mariée à un sang mêlé. Mais ce n'est pas cela qui compte. Elle et moi, nous savons ce que tu vaux, et le peuple l'apprendra également, avec le temps."

Mais sa question concernant ses propres connaissance sur l'amour lui fit perdre toute sa superbe et c'est un air blessé qui se peignit dans ses yeux. Blessé et douloureux. Sans le savoir Anàrion venait de lancer une pique qui venait de lui perçer le coeur. Mais comment lui en vouloir? Le Prince savait aussi bien que les autres que son ami aimait bien la compagnie féminine... Sans jamais s'y attacher. Et Anàrion en remettait une couche en lui demandant s'il n'était pas amoureux. Cela se voyait tant que ça, ou parlait-il au hasard? Il termina en lui disant qu'il devait être au courant de tout. Absolument tout. Dragan retrouva alors l'usage de la parole.

- "Ma vie privée ne regarde que moi! Mon prince n'a pas à être au courant de mes histoires de coeur. Cela, je le réserve à mon ami."

Subtile nuance, mais qui avait son importance. S'il s'amusait à utiliser son pouvoir sur Dragan, il allait se casser les dents et le braquer. Déjà que le jeune Comte ne se confiait pas facilement... Anàrion lui avait mit un petit coup de coude dans les côtes pour le taquiner alors qu'un jeune elfe s'éait arrêté pour les regarder avant de repartir.

Concernant Révérie, Dragan resta muet, alors qu'Anàrion reprit sur les drows et la guerre qui couvait. Il ne voulait pas qu'Illydril soit en danger. D'un air absent, le jeune noble approuva, tout en murmurant :

- "On ne peut pas les garder de tout danger et de tout mal. On ne peut pas les enfermer dans un globe de cristal."

Révérie n'était pas une petite chose fragile, jamais il ne réussirait à la préserver du danger. Il s'était fait une raison et il risquait de la perdre pour cela. Anàrion en revint aux drows et le comte crut entendre ses propres pensées proférées par la bouche de son ami.

- "Je sais. Je ne suis pas non plus pour une guerre précipitée. mais il faut faire quelque chose. Peut-être parviendrons-nous à tempérer Illydril..."

Puis, il remarque le regard de son ami sur son poignet et se rappela alors le ruban qui y était attaché. Il leva les yeux vers Anàrion dont le sourire trahissait clairement les pensées. Grillé... Ce n'était pas tant d'avouer qu'il était amoureux que de dire de qui il s'agissait qui était difficile. Il tritura nerveusement le petit bout de tissu, avant de rendre les armes :

- "Tu avais raison toute à l'heure. Oui, je suis amoureux. Mais elle se meurt. Elle a été empoisonnée."

Devant Anàrion, son frère de coeur, il ne cachait plus ses sentiments, il ne portait plus de masque et la souffrance dans ses traits et dans sa voix n'était pas feinte.

- "Je l'ai rencontrée au lac Uraal. C'était une moine, une barde, qui recherchait son identité. Et à Alëandir, elle est devenue noble après avoir lue les archives. C'est la fille du marquis de l'Epine Dorée..."

En une phrase, il venait de dire à Anàrion qu'il était épris d'une hybride. Le Prince connaissait comme lui la vie du marquis et son amour pour une drow. Il savait aussi qu'un bébé né de cette union avait disparu, il y a plus de 80 ans. Il fixa du regard Anàrion, prêt à défendre Révérie si jamais le demi elfe s'emportait. On pouvait dire qu'il le défiait du regard, le défiait d'y retrouver quelque chose à dire.

- "Je ne me suis pas confié au prince Anàrion."
Revenir en haut Aller en bas
Anàrion Elentir
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 396
Âge : 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Dim 20 Avr 2008 - 21:49

[Y'a tellement d'actions différentes, que j'ai eu du mal pour les transitions =/ ]

- Ce détail !? Le diable est dans les détails, Dragan. Tu le sais bien, j'en ai qu'à faire des apparences, mais... C'est plus fort que moi, tout ça me dépasse. Maintenant que j'y pense... Jamais encore un Demi a régné sur Alëandir. Dragan, je vois déjà venir la rébellion, les elfes se scinder en deux.

Pessimiste ? A peine. Plongé dans son délire, il continuait de parler, imaginant l'inimaginable, vivant dans sa tête une histoire invraisemblable, et pourtant, terrifié, il y croyait fermement. Sans s'en rendre compte il avait haussé la voix, et criait presque à présent, son ami lui, interdit, le regardait délirer. Mais la réaction fiévreuse du prince ne lui était sûrement pas inconnue. Non... Anàrion avait toujours eut une imagination beaucoup trop débordante, si débordante qu'il lui été arrivait à plusieurs reprises de confondre réalité et rêve.

Anà revint à lui, les yeux écarquillés, et s'excusa, honteux. Il revint sur les paroles de son frère. Illydril et lui savaient ce qu'il valait, et le peuple s'en rendrait compte avec le temps. Certes, mais Anà d'un naturel trop exigeant ne pouvait se faire à cette idée. Aussi, il ferma les yeux et chassa cette pensée.

Silence.

Puis, après une minute de réflexion, il osa enfin se l'avouer. Eloigner Illy de tout danger était impossible. Impossible... Il eut soudain la désagréable sensation de n'être qu'un pion, d'impuissance, et une boule noua sa gorge. Vaincu, il chuchota à l'oreille de son ami :

- Je ne sais pas si je pourrais y arriver seul.

Il plongea son regard d'ambre dans celui de son ami, et s'y abandonna. A ce geste, ce dernier du comprendre que c'était à son ami qu'il s'adressait, et non plus au prince, et lui avoua tout, en quelques mots. Ainsi, le jeune elfe était amoureux. Sur le point d'esquisser un sourire, abasourdit il écouta qu'elle avait été empoisonnée, qu'elle se mourait. Son visage s'assombrit à la vu de l'air abattu du comte. Aussi, il prit un air sérieux, ne voulant pas causer en son frère plus de tourments. C'était après tout sa faute que cette pensée amère effleure l'esprit de Dragan. Et pourant, ce dernier ne se laissa pas abattre et termina sa court récit.

- Je suis désolé.

Et après avoir tout assimilé, ses pensées confuses, fusèrent dans sa tête, se mélangeant au rythme de brise agitée, et du soleil couchant. Noble, fille du marquis de l'Epine Dorée. Ses souvenirs ne lui jouaient pas de tour, la fille perdue du Marquis Rima était le fruit d'une aventure avec une drow. Un hybride. Il resta bouche bée, ouvrant grand les yeux. Puis remarquant aussitôt que sa réaction venait de piquer au vif son ami, et qu'il s'apprêtait à répliquer, à se défendre, il ne le laissa pas même ouvrir la bouche et dit aussitôt :

- Eh ! Ne fais pas cette tête ! Tu sais très bien que je ne te juge pas. Et au contraire, ça me fait plaisir de voir que enfin tu as offert ton cœur à quelqu'un, au lieu de te renfermer sur toi même petit nigaud. Et peu importe ses origines, je serais toujours de ton coté, mon frère.

Puis d'une voix faussement emportée, il s'exclama :

- Mais qu'est-ce que tu fais ici !? N'y a-t-il point de remède à son mal ?

S'il devait quitter
Alëandir à l'instant, pour aller à la recherche du remède en compagnie de Dragan, il le ferait.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Lun 21 Avr 2008 - 19:34

Dragan regarda gravement son ami qui doutait ouvertement de ses compétences et voyait déjà venir les catastrophes. Il le regarda délirer, d'abord surpris par cette accès de pessimisme et son imagination foisonnante. Il hésitait entre le rassurer ou plaisanter pour le sortir de son état fiévreux. Il le regarda reprendre conscience et respecta le silence qui s'installa. Jusqu'à ce que son ami avoue piteusement qu'il ne savait pas s'il y arriverait.

Il se décida à prendre la parole. Il posa une main sur l'épaule d'Anàrion et répliqua gravement :

- "Si tu doutes ainsi, les autres vont se faire une joie de s'engouffrer dans tes failles. Tu es un elfe Anàrion. Peu importe le sang qui coule dans tes veines, tu as été élevé comme nous... comme moi, qui suis sang pur. C'est ton éducation et ta noblesse de coeur qui feront de toi un bon souverain. Pas ton sang."

Il esquissa un petit sourire en coin.

- "Et tu ne seras pas seul. Tu sais bien que je ne te laisserais pas tomber. Tu as trop besoin de mes fabuleuses compétences de conseiller personnel."

Il avait tenté l'humour. Mais alors que son prince, son frère, le regardait dans les yeux, il sentit les digues de la retenue se briser. Anàrion se confiait à lui... et Dragan se confiait à son tour. Et pourtat, ni l'un, ni l'autre n'avait bu. Ce n'étaient même pas des pleurnicheries d'ivrognes. Juste la tristesse de deux jeunes hommes qui avaient trop de fardeaux sur les épaules. Anàrion le laissa parler et répondit simplement qu'il était désolé. Que pouvait-il bien dire d'autre?

Mais Dragan avait guetté les réactions du prince et surtout était prêt à répliquer vivement si celui-ci veait à faire la moindre remarque désobligeante. Aussi ouvrit-il la bouche pour se défendre, mais fut prit de vitesse par Anàrion. Et ses paroles allégèrent un poids énorme dans sa poitrine. Il poussa un petit soupir, comme libéré, avant de sourire légèrement. ourire qui s'effaça quand Anàrion parla d'un remède.

- "Il n'y a pas de remède connu, non. Les elfes ne tombent pas malades Anà... Sauf s'ils sont empoisonnés et ce poison ne ressemble à rien de connu. Il y a peut-être une solution pourtant..."

Sa voix se fêla, signe de faiblesse qu'il maudit aussitôt.

- "Elle est à moitié drow... Si elle laisse parler son sang drow, il la purifiera du poison. Mais encore faut-il que cela fonctionne... et si c'est le cas qu'elle puisse redevenir elle-même ensuite... Il y a trop d'incertitudes et ça me rend fou. Mais je ne pouvais pas rester... J'ai une responsabilité dans cet empoisonnement, Illydril en est témoin et je dois tout faire pour aider notre peuple."

Il lança un regard douloureux à son ami.

- "Je suis déchiré entre mon devoir et mon coeur, pour la première fois de ma vie. Tu peux m'expliquer pourquoi Arcamenel est si cruel? Pourquoi il m'a fait tomber amoureux d'une jeune femme pour mieux me l'enlever ensuite?"

Il prit une inspiration et se passa une main sur le visage.

- "Pardon. Je m'épanche et je vire dans le pathos."
Revenir en haut Aller en bas
Anàrion Elentir
Admin
Admin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 396
Âge : 26
Date d'inscription : 05/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Non-Initié
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Dim 4 Mai 2008 - 7:19

    [S'cuse l'attente v_v ! Un bisou, pour la peine !]

    Les paroles de Dragan suffirent à le rassurer. L’Elfe avait toujours eut ce don, de convaincre par des paroles lancinantes tant elles étaient vraies, de réagir rapidement face à une situation pour le moins embarrassante, de convaincre qui que ce soit par des arguments francs et percutants. Il savait jongler avec les mots, jouer avec, leur donner un brin de magie, et Anàrion l’admirait, rien que pour cela. Et pour bien d’autres raisons, une myriade d’autres raisons pour aimer le comte, oui… son éternel air jovial, sa patience, sa sincérité, sa sagesse, son franc parler, la grâce avec laquelle il entreprenait les choses, l’aisance avec laquelle il traitait les affaires les plus difficiles, les plus délicates.

    Et comme tant d’autres fois, Anà voyait un nouveau motif pour le vouloir éternellement près de lui, premièrement en tant qu’ami, mais aussi en tant que conseiller, que bras droit. Tout souverain souhaiterait avoir un homme tel que lui à ses cotés, il en va sans dire !

    Souriant, le Demi prit le visage du comte dans ses mains et alla à la rencontre de son front. Ainsi proches, l’un de l’autre, étant de la même taille environ, ils ne pouvaient se voir, les deux têtes appuyées l’une contre l’autre, leur regard perdu dans un petit monticule de terre.

    - Je vais finir par succomber sous ton charme vil adulateur !

    Et tout ce qui l’avait précédemment tourmenté s’échappa en même temps qu’un rire franc, un rire coulant, grisant. Il ne put résister, et enlaça son ami, comme ils le faisaient avant, comme ils avaient l’habitude de se saluer. Les titres, les étiquettes à suivre, au diable ! Il le serra, comme pour le remercier, le remercier de son aide, de son soutient, mais aussi, pour le consoler à son tour, lui montrer que lui aussi, pouvait compter sur lui.

    Dragan parlait du poison. Un poison dont le remède était inconnu. Il mobiliserai tous les guérisseurs s’il le fallait ! Il le ferait ! Pour son ami ! Et alors que ses lèvres frémissantes remuaient pour parler, Dragan l’interrompit, parlant d’une solution. Il écouta, attentivement.

    - Oui.

    Son cœur se déchirait à la vue de son ami et au son morne de sa voix. Il l’écouta sans parler, et répondit, essayant de trouver ses mots. Les rôles s'inversaient.

    - Fais ce que ton cœur te dit, Dragan. Personne n’est indispensable… Va, va donc à l’Epine, rejoint-la. Ma tante t’a chargé de ce lourd fardeau, lourd fardeau qui entre autre est question de la survie de tout un peuple, certes… Mais je te l’ai dis, tu peux compter sur moi. Va donc, quitte Aleandir ce soir, je m’en occuperai avec Illy. Le contraire me ferait croire que tu doutes de nos compétences, de mages, et de futurs souverains…
    , ajouta-t-il en tentant l’humour.

    Un sourire se dessina à moitié sur son visage, et il continua sur sa lancée.

    - Enfants, on nous l’a longuement répété, mais il me semble bien que têtu comme tu es… - il laissa en suspense sa phrase, et continua. Si Arcamenel te l’enlève, c’est pour que tu te battes pour elle. Et… pour que tu te rendes compte de ce qu’elle est pour toi, de ce qu’elle vaut. Dragan, écoutes-moi. Si tu ne fais rien, c’est que tu ne la mérites pas. Et maintenant, ton prince t’ordonne de quitter sur le champ, Aleandir !

    Sa voix autoritaire résonna, alors que le soleil disparaissait et laissait place à la nuit froide d'hiver. La dernière phrase n’était plus les paroles d’un ami, mais d’un prince.
Revenir en haut Aller en bas
Dragan
Elfe
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3120
Âge : 33
Date d'inscription : 11/02/2008

Personnage
.: MANUSCRIT :.:
Âge :  
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte
MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   Jeu 8 Mai 2008 - 18:35

Dragan eut un petit mouvement de surprise alors qu'Anàrion s'emparait de son visage pour rapprocher leurs fronts, en un geste douloureusement familier, tant il avait été signe de complicité et d'amour durant leur enfance. Il eut un petit sourire en imaginant la scène qu'ils devaient offrir : nul doute que les mauvaises langues et les commères allaient voir là dedans quelque chose de déplacé. Les deux elfes se ressemblaient, on le leur avait toujours dit : même taille, peau ambrée, yeux clairs... La chevelure d'argent se mêlait aux mèches d'or. Il éclata de rire à la réponse d'Anàrion, mêlant son rire à celui du prince.

- "Evidemment, je suis irresistible!"

Une belle étreinte vint ponctuer ce moment de confidences et de complicité. Dragan se moquait bien le la bienésance, au même titre qu'Anàrion. Franchement, il était amoureux d'une hybride, il avait volé sa virginité... Alors le protocole et l'étiquette, il savait bien les oublier quand cela l'arrangeait. Et en l'occurence, tenir dans ses bras son meilleur ami et le faire rire était une de ces occasions. Il espérait avoir été de bon conseil et avoir réussit à faire taire ses doutes infondés.

Ils parlèrent alors du poison et de la fin possible de Révérie. Mais quand Anàrion prit la parole, Dragan resta bouche bée. Voilà qu'il proposait de prendre sa place, de charger sur ses épaules le devoir imposé par la Reine, pour lui permettre de retrouver sa tendre moitié. Cette proposition était tout simplement... trop généreuse. Il ne la méritait pas.

Il ouvrit des yeux ronds quand Anàrion évoqua les cours sur Arcamenel et Dragan ne put s'empêcher de repenser à leur rencontre avec sa Gardienne... Curieuse coïncidence quand même. Mais voilà qu'il avait ordre de partir... Ordre princier. Il allait rétorque, quand, comme par une volonté divine, un éclair blanc passa dans son champ de vision. Laurëa... Son coeur se figea dans sa poitrine, alors que la louve tenait dans sa gueule un mouchoir imbibé de sang. Il savait ce que cela signifiait. Il prit une profonde inspiration et enlaca de ouveau Anàrion en murmurant rapidement :

- "Je ne sais pas comment t'exprimer ma gratitude Anà... Je te revaudrais cela. Merci."

Il s'écarta et fit demi tour, suivant déjà Laurêa, avant de se retourner evrs Anàrion alors que quelque chose ui revenait à l'esprit :

- "Le Marquis Rima Marcil de l'Epine Dorée est tout disposé à fournir de l'eau non contaminée à la population. Elle est tirée des sources de son domaine, issue des montagnes. Dis-le à llydril. A bientôt et avec de bonnes nouvelles, je l'espère..."

Il eut un petit sourire crispé et s'éloigna à grandes enjambées, retrouvant son cheval pour aller jusqu'à l'Epine Dorée...

[-> L'Epine Dorée]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut que je te parle [Anàrion]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il faut que je te parle [Anàrion]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faut que je te parle ! Ft Ulrich
» Il faut que l'on parle ! [Gaël]
» Pourquoi organise-t-on tant d'elections en haiti?
» Faut bien trouver une occupation... [ PV : Patte d'Hiver ]
» Il ne faut pas boire de sang.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: Anaëh ~ NORD EST :: Terres d'Alëandir :: Alëandir-
Sauter vers: