Partagez | 
 

 Répétition dans les hauteurs (Kara)

Aller en bas 
AuteurMessage
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Répétition dans les hauteurs (Kara)   Sam 24 Fév 2018 - 9:24




Répétition dans les hauteurs

10e année du XIe Cycle
8e ennéade de Barkios

Kÿrianos
Après-midi



Si Ardamir est connue pour une chose, c'est bien sa scène culturelle. Scène des plus artistique qui amène son lot d'agitation dans la Cité aux Arbres, en particulier lors des répétitions des troupes de troubadours et ménestrels foisonnant dans la Cité. S'installant généralement dans les Hauteurs, ceux-ci jouent la comédie, d'autres optent pour la tragédie, tandis que des musiciens font promener inlassablement leurs doigts sur les cordes d'une harpe ou d'un luth. Pourtant, malgré cette effervescence créative, aucune cacophonie ne régnait dans la Cité d'Ardamir. Les envolées lyriques de chacun se mariait dans une douce mélodie, sans aucun accroc, ravissant les oreilles de ses habitants, à croire que les elfes de la Cité répétait d'un commun accord la musique de la Cité.  

À cette ambiance hors-du-commun, et il ne serait pas trop de dire unique à tout Miradelphia, la troupe Lynarin y participait avec une ardeur toute particulière. En quête de la muse pour leur inspirer leur prochain spectacle, les neuf membres de la troupe étaient réunis en cercle sur une place des Hauteurs, quelques passerelles plus loin de la place d'Arcamenel. Cela faisait plusieurs heures qu'ils répétaient leur prochain spectacle. Une nouvelle pièce commençait à prendre forme, mais cela n'était pas suffisant pour tout un spectacle. Malgré leur recherche passionnée, les vers, rythmes et mesures ne formaient un tout cohérent et harmonieux. Constatant la chose, il avait été décidé d'un commun accord de faire une pause et de discuter posément de la marche à suivre.  

« Nàna, la poésie que tu proposes est intéressante, mais nous avons besoin d'un récit qui s'ancre bien plus en Ardamir... Des idées vous autres ? » Déclara Anudor, chef de la troupe.
« Et si nous allions tous discuter avec des Ardamiris ? Peut-être trouverions-nous dans leurs histoires un fil à  tirer ? » Proposa Írdis.
« Je souhaites avoir enfin un peu d'actions dans nos poésies ! L'intégralité de la saison dernière a été dédiée à la beauté de l'Anaëh, à la Symphonie et Kÿria, hormis un passage historique sur la trahison de Tinuviel. » Se plaignit Linnor.
« Alors allons en quête d'aventuriers ! Ce n'est pas cela qui manque dans notre merveilleuse Cité ! »
« Mais attendez ! Nombreux sont les vétérans de guerre présents dans la ville » S'exclama Eregon. « Ne serait-ce un bel hommage que de leur dédier quelques vers ? » Un léger silence s'installa dans le groupe.
« Ce serait une idée à explorer... on dit que les chants peuvent apaiser les souffrances des cœurs. Peut-être offririons-nous à ces valeureuses âmes une voie de catharsis... » Répondit Anudor.
« Nous pourrions même les inviter à jouer dans notre pièce ! » S'enthousiasma Tylysill.
« Mmm... J'ai entendu dire qu'un malheur avait frappé le Grand-Chêne... Cela émouvrait nos concitoyens à n'en point douter. » Ajouta Nàna. Comment était-elle au courant de ce genre de chose ? En réalité, avoir une sœur haut-placée et qui semblait toujours s'attirer les situations épineuses aidait. « Les archives d'Ardamir doivent sans doute avoir une trace de cet événement s'il s'est produit. »

D'entre tous les artistes présents et discutant, seul Tirnel semblait y prêter que peu d'attention, pour ne dire aucune. Jongleur hors-pair, il faisait passer d'une main à l'autre les jeunes fruits qu'il avait cueillis sur son chemin jusqu'à la place. Effectuant tour à tour des danses aériennes ou circulant sur les épaules du jongleur, ces balles improvisées devaient sans nul doute vivre l'expérience la plus originale dans leur existence de fruit. Contrairement à ce que l'on pouvait croire, la jonglerie demandait une vigilance de tout instant à son environnement, chaque chose pouvant influencer la façon de jongler. C'est donc sans aucune surprise que Tirnel fut le premier à voir la nouvelle venue mettre un pied sur la place que la troupe Lynarin occupait, et qu'il lança joyeusement, sans cesser son manège de jongleur :

« Haut les cœurs mes amis ! Nulle autre que Kara en personne, la gemme d'Ardamir, nous rend visite ! À n'en point douter qu'elle nous inspirera des ses milles éclats ! »






Revenir en haut Aller en bas
Kara Demge
Elfe
avatar

Nombre de messages : 10
Âge : 21
Date d'inscription : 13/02/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  430
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Répétition dans les hauteurs (Kara)   Lun 26 Fév 2018 - 14:51

Kara flânait à travers les arbres géants, déambulant au hasard le long des passerelles suspendues entre les arbres. C'était un beau jour pour marcher : le soleil brillait, une légère brise volait ses cheveux et faisait vibrer ses longues boucles d'oreilles. La forêt chantait joyeusement. Il lui semblait que la cité d'Ardamir avait doublé dans son bonheur habituel, et elle ne savait pas pourquoi. Mais elle avait un bon pressentiment, et marchait le sourire aux lèvres, le regard voguant d'une merveille à l'autre, écoutant nonchalamment les poètes qui déclamaient et les musiciens qui jouaient.

Ses pas la menèrent le long d'une de ses places préférées. Assez excentrée, elle était plus petite, et n'avait pas l'agitation d'Arcamenel. Elle n'aimait pas trop le bruit et préférait le calme - relatif- de la forêt, même si elle ne manquerait une célébration pour rien au monde.

Alors qu'elle admirait le travail d'un peintre qui exerçait son art à l'entrée de la place, une voix familière retentit à ses oreilles. « Haut les cœurs mes amis ! Nulle autre que Kara en personne, la gemme d'Ardamir, nous rend visite ! À n'en point douter qu'elle nous inspirera des ses milles éclats ! »

Elle se retourna et reconnu Tirnel qui, comme à son habitude, jonglait avec tout sauf des balles de jonglage. Elle aperçu derrière lui le reste de sa troupe qu'elle connaissait depuis des années déjà : l'imposant Anudor, la savante Irdis, l'énergique Linnor, le chaleureux Enedor, la gentille Tylysill, et la belle Nàna. Elle les aimait tous et toutes d'une amitié tendre, et fût remplie de joie à leur vision. Le sourire aux lèvres, elle leur donna son salut le plus élégant, avant de tendre la main vers eux et de lancer à son tour :

"Et de retour dans notre belle Cité, la plus grande troupe de théâtre de Miradelphia, dont on chantera les histoires des cycles durant, les grands, les magnifiques, Lynarin !"

Elle prit Tirnel dans ses bras, renversant un ou deux fruits au passage. Après une accolade joyeuse et quelques mots échangés, elle fit subir le même traitement aux autres membres de la troupe, avant de s'asseoir entre Tylyssil et Nàna, avec qui elle bavarda rapidement. Dans un sourire, elle se tourna vers le reste de la troupe et dit :

"Quelle belle raison vous ramène dans la Cité des Arbres, et plus important encore, pourquoi n'ai-je pas été prévenue de votre arrivée ?"


Dernière édition par Kara Demge le Ven 2 Mar 2018 - 15:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Répétition dans les hauteurs (Kara)   Mer 28 Fév 2018 - 22:16




À peine Tirnel eut-il prononcer ses paroles que les yeux de Nàna se posèrent sur la nouvelle arrivée. Un sourire radieux se dessina sur le visage gracieux de la jeune elfe à cette vision. Kara faisait parti des premières personne qu'elle avait rencontrées à son arrivée sur Ardamir et elle lui avait été d'une très grande aide, aussi bien pour se loger, qu'apprendre à connaître cette magnifique Cité que d'intégrer la troupe des Lynarin. Dernier point pour lequel elle lui était des plus reconnaissante mais surtout qui en faisait une amie précieuse.

C'est donc avec une révérence bien élégante dont elle seule avait le secret que Nàna salua Kara à son approche avant de se faire étreindre par cette dernière, subissant le même sort bienheureux que les autres elfes de la troupe. Le premier à répondre à la question que l'Ardamiri posa à l'assemblée ne fut autre qu'Anudor, qui, comédien qu'il était, tonna tout en prenant une posture mélodramatique :

« Ma chère Kara, le malheur nous a frappé ! L'Inspiration nous boude, préférant côtoyer quelque bateleur des basses branches plutôt que les acrobates des sommets. Elle ignore plus que royalement les supplications que nous lui adressons inlassablement, laissant nos pages vierges de toute poésie. Tel Kÿria face aux implorations de Calimenthar, elle reste sourde à tous nos mots. Sache alors que la tristesse guette nos cœurs et nos esprits sont occupés par un soucis dont on arrive à se dérober, tellement omniprésent qu'il nous est impossible de penser à tout autre chose. Ce que l'Inspiration nous fait subir est impardonnable ! » Finissant sa tirade ô combien tragique, tout du moins pour la troupe d'artiste, il marqua une pause prenant un air grave avant de reprendre. Nàna eut un sourire amusé, Linnor poussa un soupir, Tylysill s'étira. Faisant fi des réactions de son auditoire, Anudor continua. « Mais le plus impardonnable dans tout cela est que notre désespoir nous en a fait oublié de rendre visite à une de nos plus chères amies qui n'est autre que toi, belle Kara. » Les éclats de rire volèrent au sein du groupe et Anudor, tout en affichant un sourire bienveillant, posa un regard doux rempli d'un amour paternel sur son amie.
« Anudor ! » S'exclama alors Nàna. « Nous conviendrons alors qu'il nous faut faire pardonner auprès de Kara ! J'ai à ce titre une idée : et si, nous lui dédions une de nos ballades ? » Rayonnante, la jeune elfe se tourna vers son amie installée à sa gauche. « Qu'en penses-tu ? Je suis bien convaincue que tu as vécu maintes aventures, toutes plus passionnantes les unes que les autres. Si nous n'arrivons à les narrer au travers de nos vers, alors autant arrêter aujourd'hui notre pratique artistique. »

À vrai dire, outre l'affront que la troupe des Lynarin avait pu faire, Nàna souhaitait sincèrement remercier Kara de la bonté qu'elle lui avait témoignée en lui offrant le modeste don de leurs talents lyriques, mêlant ainsi son nom parmi les chants des troubadours de la Cité, écoutés diligemment par les arbres d'Ardamir qui l'immortaliserait au cœur de la Symphonie. Pour une troubadouresse, et en soit pour n'importe quel elfe, il était difficile d'imaginer de plus beau cadeau.






Revenir en haut Aller en bas
Kara Demge
Elfe
avatar

Nombre de messages : 10
Âge : 21
Date d'inscription : 13/02/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  430
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Répétition dans les hauteurs (Kara)   Ven 2 Mar 2018 - 15:26

Anudor sauta sur ses pieds et commença une tirade larmoyante dont lui seule avait le secret. Elle répondait avec des grands gestes et des expressions tristes, mais elle ne pouvait s'empêcher le sourire. Tous dans cette troupe avaient le sens du spectacle, et c'est pour cela que Kara les aimait tous autant. Le comédien finit son discours en s'excusant de ne pas l'avoir prévenu de leur retour. Touchée, elle posa une main sur son cœur, prit la main d'Anudor de l'autre, et, étouffant un rire, lui pardonna.

La voix cristalline de Nàna retentit dans le cercle des artistes, et Kara, surprise, lâcha la main du chef de troupe et se tourna vers elle. La jeune poétesse était très jolie. Sa peau et ses cheveux étaient blancs, presque transparents. On aurait dit un flocon de neige. Même ses yeux étaient gris et lorsqu'ils croisèrent les siens, elle rougit : elle venait de lui proposer de lui dédier des vers. C'était un grand honneur, et surtout elle ne s'y attendait pas, elle n'avait jamais rien fait de remarquable, du moins elle ne le pensait pas ! Elle bégaya quelques excuses, qui à vrai dire n'avait pas beaucoup de sens, mais fut réduite au silence par les encouragements de la troupe, et par un coup de coude dans les côtes de la part de Tylyssil. Elle réfléchit un instant puis son visage s'éclaira, elle venait de se souvenir d'une histoire. Elle écarta les bras, signifiant à la troupe toute excitée qu'elle allait répondre, et le brouhaha s'apaisa.

"Je ne pense pas mériter que l'on me dédie une chanson, ni même quelques vers", dit-elle, suivit d'un "Oooooh..." général de la part de l'assemblée. "Mais je veux bien vous raconter l'une de mes aventures, mais j'exige d'entendre les vôtres  lorsque j'ai fini !" Sa requête fût suivie de joyeux applaudissements. Elle respira un grand coup, se préparant à déclamer son histoire. Elle n'avait jamais été une grande oratrice, et espérait ne pas trop se ridiculiser devant l'assemblée composée de comédiens et comédiennes de profession.

"Très bien. Cela s'est passé il y a quelques mois, alors que j'étais en voyage à Naëlis afin d'acheter des pierres en provenance du royaume nain. J'étais dans ma boutique en train de discuter avec ma partenaire Mica, il devait être le milieu de l'après-midi. Alors que nous examinions le contenu de la dernière livraison, deux hommes, visiblement ivres et armés de sabres, ont surgi dans la boutique ! Ils hurlaient qu'ils voulaient nos pierres afin de devenir riches et gagner le cœur de la reine elfe de Naelis, et que si on ne leur donnait pas gentiment, ils nous transperceraient de leurs sabres." Elle marqua une pause. "Bien sûr, je n'avais aucune envie de leur donner ce qu'ils voulaient. Je leur ai donc dit que je pourrais leur créer un bijou qui vaudrait plus que toutes les pierres du monde, qui toucherait la sensibilité elfique de la reine que je partageais. Pour une raison qui m'échappe encore je les ai convaincu, et ils ont déclaré qu'ils viendraient le récupérer à la nuit tombée. Pour s'assurer de ma coopération, ils prirent Mica en otage." Elle fit un geste rassurant face à l'effroi de ses amis. "Ne vous inquiétez pas, elle ne se laisse pas faire. Elle les a même convaincu de lui offrir des choppes de bière pendant qu'ils attendaient, dans l'auberge près de ma boutique. Et moi, je me suis mise au travail : j'ai sculpté un pendentif en bois sur lequel j'ai gravé du feuillage, et j'ai placé une boule de verre en son centre. Lorsqu'ils sont revenus, je leur ai dit que le bois provenait de l'arbre sacré elfique, dont on ne peut extraire une partie que tous les Cycles, et qui donne des pouvoirs magiques à qui l'écoute attentivement. Le verre devint une "larme de la déesse", qu'on ne trouve que dans les mines au plus profond d'Anaëh. Ils y ont cru, m'ont rendu ma collègue et sont partis. J'ai une des nouvelles quelques jours après, ils ont tenté de passer par-dessus les murailles du château et ont passé quelques jours au cachot. Le plus drôle dans tout ça, c'est que le "bois sacré" provenait d'un pied de chaise trop long, que l'on venait tout juste de découper !" Elle se tut, soulagée d'avoir enfin terminé sa longue histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Cinnaeth Kielendar
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 87
Âge : 34
Date d'inscription : 09/02/2017

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  399
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Répétition dans les hauteurs (Kara)   Jeu 8 Mar 2018 - 21:14




Les éclats de rire accueillirent gaiement le récit de Kara. Les humains étaient réellement des idiots : ils se laissaient berner par n'importe quel beau conte qu'un elfe pouvait leur raconter. Cela n'enlevait en rien l'esprit dont avait fait preuve la joaillière pour traiter avec eux, et cela stimuler l'inspiration des poètes rassemblés sur la place. Enfin, des idées de vers et de rimes bourgeonnaient dans les esprits enthousiasmés des artistes.

« Seule la Providence a pu t’amener jusqu'à nous ainsi Kara ! »
« Je ne peux qu'être d'accord avec Eregon sur ce point là. Anudor, explique lui les aventures que nous avons vécu sur ces derniers mois, le temps que nous entamions quelques vers ! »

L'elfe ainsi interpellé eu un hochement de tête amusé. Puis se tournant vers la joaillière il lui expliqua :

« Comme tu le sais, nous sommes partis en tournée dans les différentes villes du protectorat. D'Ardamir, nous nous sommes dirigé jusque Mera, puis nous avons longé la montagne par le sud pour nous rendre à Linaëh. Là nous avons joué à 10 nuits de suite l'épopée invraisemblable d'Enwir, mêlant aventures rocambolesques et amourettes semées au gré des voyages de cet intrépide héro. Nous reprîmes ensuite les routes pour monter vers le Nord et rendre visite à nos frères d'Eldarinwa et de L'Épine Dorée. Nous y fûmes accueillis avec respect, mais nous dûmes adaptés notre répertoire aux oreilles délicates de ces elfes. Vois-tu chère Kara, les Maleringeois apprécient bien peu les récits d'aventures et préfèrent les histoires chevaleresques où honneur, noblesse et dévotion sont de mises. Nous leur jouâmes nos plus grandes pièces de l'histoire elfique dans lesquelles grandeur et tragédie ne cessent de s'hybrider. Enfin nous repartîmes en direction d'Ardamir. Mais d'abord nous fîmes étape à Daranovar. » Anudor froissa son nez quelques instants. « Je n'aurais pas cru cela possible, mais je crains que les habitants de cette Cité des montagnes ne voient aucune autre poésie que celles des armes. Notre lyrisme ne les toucha nullement. Constatant cet état de fait, nous décidâmes d'un commun accord de revenir plus tôt dans notre belle Cité aux arbres. » Il s'arrêta quelques instants. « Et quel bonheur d'être de retour ! La douce et mélodique symphonie habitant ce lieu m'avait fort manquée. »

Des hochements de tête affirmatifs de la part des membres de la troupe avaient ponctué le récit de leurs péripéties. En soit, c'était une tournée comme un autre, rien de bien extraordinaire leur était arrivé. Les discussions continuèrent de bon train, les détails de leur voyage se dévoilant au fur et à mesure. Les maladresses d'Eregon revinrent sur le tapis, faisant éclater de rires l'ensemble des elfes. L'imitation par Linor des soldats amourachés de Tylyssil arracha une moue satisfaite à cette-dernière. L'évocation des pleurs du jeune elfon ayant fait chuter un fruit qui s'était mollement éclaté au sol essayant de suivre les apprentissages de jonglage de Tirnel émurent les cœurs.

Et pendant ce temps là, Eregon et Nàna écrivaient les rimes qui leur passaient par la tête, se chamaillant de temps à autre pour se décider du terme à utiliser.






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Répétition dans les hauteurs (Kara)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Répétition dans les hauteurs (Kara)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyage dans les hauteurs Népaliennes
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: