Le Deal du moment : -33%
Ecran PC HP 27xq 27″ QHD Noir
Voir le deal
199.99 €

 

 Reprendre ce qui est dû [solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Reprendre ce qui est dû [solo] Empty
MessageSujet: Reprendre ce qui est dû [solo]   Reprendre ce qui est dû [solo] I_icon_minitimeSam 24 Fév 2018 - 19:11

Cinquième ennéade de Barkios

« Êtes-vous certains de ce que vous avancez? » Demanda la duchesse aux trois guérisseurs aux visages contorsionnés d’appréhension. Ils avaient longuement hésité avant de venir lui parler, mais compte tenu de la situation, autant exprimer leurs doutes, pour ce que ça allait changer de toute façon. « Nous le pensons, oui. Vu la nature soudaine du malaise et le temps qu’il prend pour s’en rétablir. Sa condition s’améliore lentement, mais je me questionne… Enfin, nous craignons qu’il reste affaibli si jamais il s’en remet. Il faudrait déterminer le type de poison pour en être certain, si c’est bien un cas d'empoisonnement, cela va de soi. »

« Et vous n’avez pas pensé bon m’en avertir avant? Celui ou celle qui a commis le crime pourrait très bien revenir pour terminer le travail! » Martela Tibéria qui n’en croyait pas ses oreilles. Il y avait toujours des gardes à la porte de la chambre, mais il lui semblait maintenant ridiculement facile de se faire passer pour un serviteur et achever sa sordide mission. « Nous ne sommes pas encore certains que ce soit ça. Il peut aussi bien être seulement souffrant. Nous avons vu dans notre métier des hommes être soudainement terrassés par une affliction sans aucun signe précurseur de la maladie, mais nous pensons qu’il serait peut-être bien d’enquêter. » Tibéria se leva de son fauteuil, son beau visage marqué par un profond agacement. « Je vais faire ça, oui… Et vous, je vous conseille de retourner au travail... » Les guérisseurs se plièrent en une multitude de révérences alors que la jeune femme quittait la pièce d’un pas rapide… Et un problème de plus qui s’ajoutait à la liste. À ce stade, le premier qui oserait la contrarier aurait son poing à la figure.

[Quelques jours plus tard]

« Non, mais vous faites tous exprès!? » Tibéria regarda alternativement Hernando, Cassio et Amadéo. Hernando affichait son air impassible habituel alors que les deux autres étaient morts de honte devant la duchesse. « Ne me regardez pas comme ça, j’étais avec vous à Beronia. » Fit remarquer le chef de la garde d’un ton brusque. « Oui, mais je soupçonne fortement qu’on vous a quand même mis au courant. » Hernando tourna la tête vers Cassio. Évidemment qu’il avait parlé. « On ne voulait pas éprouver vos nerfs. » Se justifia l’ancien esclave. « Vous êtes nettement trop tendue pour une femme de votre condition. Ce n’est pas bon pour le bébé! »

« Sur ce point, je suis d’accord avec lui. » Appuya le garde d’un hochement de tête. « Mais que le duc décide d’inviter ses amis les Vrai Soltarii manger au palais peut n’avoir aucune motivation sous-jacente. » Tibéria soupira. « Il se passe toujours quelque chose lorsqu’il est question de ce groupe ridicule. Je vous rappelle que c’est à cause d’eux que j’ai épousé Franco. Quelqu’un sait-il de quoi ils ont discuté? » Cassio hocha négativement la tête. « Non, ils n’ont rien dit d’intéressant pendant le repas, mais ils ont beaucoup parlé avant et le duc n’a laissé personne entrer à ce moment. Ils avaient tous cette même mine contrariée. »

« Ils ont toujours l’air contrariés comme s’il avait un balai de profondément enfoncer dans le derrière... » Scandalisés, les trois hommes présents dans la pièce regardèrent la jeune femme. « Comme si vous n’étiez pas d’accord avec moi sur ce point! » Se défendit Tibéria. « Le fait est qu’ils traînaient tous au palais quand Franco est tombé malade, c’est ce que vous me dites, n’est-ce pas? » Hernando grimaça. « Le lien est plutôt mince, sachant qu’il y a beaucoup de personnes qui ‘traînent’ au palais en tout temps, mais ils ont une bonne raison de pouvoir lui en vouloir. Au finale, qui a ramassé tous les honneurs? Franco di Celini! Ce n’était pas Pasi qui se faisait passer pour leur chef à l’époque? »

« Oui, il agissait en façade pour protéger Franco au cas où je déciderais d’être moins complaisante. J’aurais dû tous les faire enfermer à l’époque, mais j’ai pensé que de lancer l’armée contre mon propre peuple ne serait pas une bonne idée. Je voulais user de la diplomatie et j’ai fini marié à Franco. Je me demande si je n’aurais pas dû prendre le risque... » Hernando l’arrêta d’un signe de main. « Non, ça n’aurait pas été une bonne idée, même si vous en aviez le pouvoir. Puis, je vous conseille de baisser le ton. Si l’histoire sur un possible empoisonnement du duc se répand, les gens vont croire que vous êtes la responsable vu le peu d’affection que vous lui démontrez. »

« Mais je porte son enfant! » S’exclama Tibéria. « C’est vrai, je ne suis pas tellement démonstrative, mais il ne l’est pas plus de son côté. Vous savez, je ne tiens pas particulièrement à le voir mort, surtout pas maintenant. Je vous rappelle qu’il ne manque pas grand-chose pour que l’on soit en guerre avec Ydril et que malgré toute ma bonne volonté, je n’ai pas l’esprit guerrier... » Un pli soucieux creusa son front. Dès qu’elle pensait à Ydril, elle en avait des vertiges. Si en plus elle devait gérer une crise interne. « Mais vous êtes obstinée, vaillante et incroyablement courageuse. » Tibéria leva les yeux vers Cassio qui venait tout juste de parler. Il rougit, sachant que tout le monde le regardait à présent. « Je vous connais depuis des années. » Continua l’ancien esclave. « Vous êtes fidèle à vos valeurs, vous essayez de voir le bon côté dans toute chose et vous pensez aux autres avant vous-même. Toutefois, vous avez voulu bien faire en écoutant ce que les autres avaient à dire et certains en ont profité. »

« Votre influence en a pris un coup, je ne vais pas vous le cacher, mais on a devant nous l’occasion parfaite pour reprendre la situation en main et remettre à leur place quelques conseillers un peu trop imbus de leur propre personne. » Hernando parlait en toute franchise, mais il n’apprenait rien de nouveau à Tibéria. Depuis le début elle marchait sur des œufs avec le résultat que plusieurs la sous-estimaient maintenant. « Raser Ydril de la carte? C’est ça que vous voulez? » Le garde levant les yeux au ciel. « Inutile de se rendre à une telle extrémité, mais juste si vous leur tenez tête comme vous le faites avec moi, ce sera un bon début. Une chose est certaine, vous ne pouvez pas ne rien faire. »

« C’est facile de vous tenir tête, vous êtes seul. Eux, ils se déplacent en troupeau… » Elle se massa les tempes, sentant le mal de tête venir. Ce n’était encore qu’une sensation de tiraillement derrière les yeux, mais d’ici quelques minutes, la jeune femme ne sera même plus capable de réfléchir correctement. « Peu importe, vous pouvez le faire… Et il serait temps de discréditer ces Vrai Soltari. Si la rumeur se propage que l’un d’eux serait responsable du malaise du duc... »

« On n’a aucune preuve que des suppositions, vous l’avez dit vous-même. » Lui rappela Tibéria. « Peu importe, on ne pourra jamais le prouver hors de tout doute sauf si le coupable se manifeste de lui-même. Autant utiliser la situation à notre avantage. Une simple rumeur peut causer beaucoup de dommage et je n’ai pas non plus l’impression qu’ils se font beaucoup confiance entre eux. » La duchesse leva les yeux au ciel. « Les nobles du sud se poignardent mutuellement dans le dos depuis des générations, il ne faut pas s’en étonner. Je n’arrête pas de me plaindre de notre réputation… Il faut admettre que nous l’avons mérité quelque part... » Elle pianota impatiemment sur son bureau. La jeune femme ne regardait plus aucun des hommes présents dans cette pièce. Elle semblait plutôt réfléchir. Après un moment de silence, elle reprit. « Nous devons changer cela. Je dois faire le ménage dans les conseillers, dans l’armée également si nécessaire. Je préfère encore de jeunes commandants sans trop d’expérience que de vieux lions qui n’écouteront que Franco. Je vais saper l’autorité des Vrai Soltari. Ces imbéciles ont fait la pluie et le beau temps depuis trop longtemps… Il faut toujours se méfier des imbéciles qui ont une cause. Bon, ce sera tout pour ce soir, je suis épuisée. Cassio, peux-tu me faire monter une tisane? »

« Avec plaisir. » Il s’inclina respectueusement, trop heureux de pouvoir reprendre son service. « Inutile de vous préciser que tout ce qui s’est passé dans cette pièce doit rester entre nous? Hernando, il va sans doute y avoir de l’agitation au palais, mais je suppose que tu le savais déjà. Amadéo, tu vas me sortir tout ce que tu as sur la hiérarchie militaire de Soltariel. Je veux le nom de tous les responsables, leur famille, tous les détails que tu peux me trouver. S’il y en a qui ont des liens avec des membres notoires de Vrai Soltari, je veux le savoir. » Le vieil homme acquiesça. « Que le grand ménage commence... »

[suite à venir...]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Reprendre ce qui est dû [solo] Empty
MessageSujet: Re: Reprendre ce qui est dû [solo]   Reprendre ce qui est dû [solo] I_icon_minitimeDim 4 Mar 2018 - 15:48


Honnêtement, de tous les revirements de situation qu’elle aurait pu imaginer, celui-là n’en faisait même pas partie. Franco di Celini était parti, envolé, disparu sans laisser de traces. Il laissa derrière lui une lettre où il expliqua qu’il partait pour une mission. Pour ajouter l’insulte à l’injure, il lui confiait le contrôle du duché. Au vu des circonstances, elle avait besoin de lui ici, pas à l’autre bout du monde! C’est ici que la menace planait actuellement. Avant d’aller s’occuper de quelque chose qui pouvait hypothétiquement arriver, il fallait se concentrer sur la menace très actuelle et surtout bien réelle à l’intérieur du duché. Tibéria resta un bon moment à son bureau à essayer d’assimiler cette information qui venait avec tout un lot de questionnement. Était-il réellement malade? Sinon, était-ce planifié depuis longtemps? La seule façon de le savoir était de faire venir les guérisseurs engagés pour prendre soin de lui. Ils avaient peut-être une partie de la réponse. Après, il y avait les Vrai Soltarii. Comment réagissaient-ils à cette soudaine disparition? Il ne pouvait quand même pas appuyer la disparition de leur chef à un moment aussi critique. Tibéria n’avait peut-être pas le sens stratégique le plus développé du monde, elle voyait bien que ça ne faisait aucun sens. Tibéria donna donc ses ordres : d’abord les guérisseurs, ensuite les Vrai Soltarii.

« Ils sont introuvables. » Quelques heures plus tard, deux de ses agents se tenaient devant elle. « Comment ça introuvable? Ils doivent bien être quelque part. » L’un de deux hommes secoua la tête négativement. « Ils ont disparu sans laisser de trace et il n’y a personne pour nous renseigner dans la demeure Celini. »

Au même moment, un grand brouhaha éclata dans le couloir. Des éclats de voix filtraient à travers la porte. « J’ai besoin de voir la duchesse immédiatement. » Déclara la première. « Vous ne pouvez pas entrer ainsi. Elle est déjà avec quelqu’un. » Gronda la seconde sur un ton de reproche. « C’est urgent, ça concerne le duc! » Cette voix lui était familière. La porte finit par s’ouvrir à la volée, laissa apparaître un Paolo di Pasi bien loin de sa contenance habituelle. Les traits tirés par la fatigue, il n’avait pas connu une bonne nuit de sommeil depuis un certain temps. « Pardonnez mon intrusion, madame, mais je dois vous entretenir d’une situation urgente. » D’un geste de la main, elle renvoya ses agents. Tibéria s’occupera d’eux plus tard, Pasi occupait une place nettement plus importante dans ses priorités. « Si c’est de Franco dont vous voulez discuter, je suis déjà au courant. »

Pasi s’installa face à Tibéria. « Je viens clarifier la situation. Je n’étais nullement au courant de ses plans, je le jure. » La jeune femme gloussa de rire. « J’aurais été surprise que vous me déclariez le contraire. » L’expression du Vrai Soltari se rembrunit légèrement. « Je sais que nous ne sommes pas vraiment en très bon terme, mais je suis vexé que vous doutiez ainsi de mon intégrité, altesse. » Cette fois, elle éclata franchement de rire. « J’ai appris que vous étiez au palais pendant mon absence, est-ce exact? » Pasi acquiesça d’un signe de la tête. « Je n’ai aucune raison de le nier. Nous étions effectivement tous au palais pendant votre absence.  Son Altesse nous y avait invités afin de discuter d’affaires importantes. » Désireux d’effacer tout doute quant à son implication possible dans les plans de Franco, Pasi s’était présenté au palais avec la pleine intention de collaborer. Il lui déballa donc la vérité en toute franchise. « Le duc n’était guère ravi que vous preniez ainsi des décisions à sa place. L’idée, au départ, était de ne faire de vous rien de plus qu’une décoration. C’est ce que Franco voulait : vous mettre dans un salon et discuter avec ces dames alors qu’il prendrait toutes les décisions et dirigerait effectivement le duché. Or, vous n’êtes pas du genre à rester dans votre coin à ne rien faire. »

Tibéria grimaça; ce sujet fut souvent au cœur de leurs disputes depuis le début de leur mariage. Au départ, il lui avait dit vouloir collaborer avec elle, mais il ne voulait pas non plus la voir s’impliquer dans les affaires de l’État, pensant que ce n’était pas sa place. Franco ne lui avait laissé que quelques projets pour s’amuser, mais rien n’ayant plus d’impact que la fondation d’une académie ou l’organisation d’un bal. « Je n’aime pas être prise pour la potiche de service. De plus, les ordres placés durant mon absence n’avaient qu’un seul but : s’occuper de ce qui se passe actuellement en Ydril. » Paolo acquiesça. « Certes, il comprenait aussi l’importance d’agir en Ydril, mais au final il n’a rien fait. » Tibéria regarda l’homme devant elle dans les yeux. Elle doutait de sa sincérité comme elle en était venue à douter de tout le monde, mais elle ne pouvait pas non plus rejeter toutes les mains tendues. « Quand je pensais Franco malade, je croyais qu’il avait été empoisonné. En fait, les guérisseurs ont soulevé l’hypothèse qu’il pouvait avoir été empoisonné. Ces hommes sont aujourd’hui introuvables, mais l’un des premiers suspects à avoir été nommé fut vous. » Paolo écarquilla les yeux. La nouvelle eut l’effet d’une gifle en plein visage. « Je n’aurais jamais... » Commença-t-il alors que l’information faisait son chemin dans sa tête. Tibéria n’avait pas besoin d’ajouter quoi que ce soit; il commençait à comprendre de lui-même. « Le chien! » Il serra les poings. « Évidemment qu’il me voulait pour cible… Je faisais le suspect parfait! Il c’est trouvé soudainement mal alors que nous étions tous au palais. Or, j’étais celui qui se faisait passer pour le chef des Vrai Soltarii à l’époque, mais c’est Franco qui est devenu duc. En apparence, j’étais le lésé de cette histoire. »

La jeune femme acquiesça d’un signe de la tête. « C’est exactement cette réflexion que nous avons eux. Toutefois, la disparition inopportune de Franco soulève des inquiétudes quant à des gestes et des actions qu’il aurait faits et qui risquent maintenant de nous sauter à la figure.. »

« Vous pensez qu’il aurait pu faire quelque chose qui causerait du tort à Soltariel? Ce serait à l’encontre de tout ce qu’il défendait! » Pasi n’arrivait toujours pas à croire qu’il puisse avoir été berné de la sorte. Franco avait tellement à cœur les intérêts soltarii… La duchesse haussa les épaules. « Peut-être, difficile de le savoir. À plusieurs reprises j’ai eu des doutes, car il ne me disait rien. Il agissait sans me consulter. Néanmoins, il y a une chose que je peux dire avec certitude, c’est que le pouvoir corrompt. Franco à peut-être dévié de la voie… Du coup, cela nous met tous dans une position très délicate. Un duc qui disparaît de la sorte ne passera pas inaperçu. Avec les problèmes en Ydril, je n’ai pas besoin que le nord pose des questions. Il faut s’occuper de ça nous-même. J’ai contacté la couronne, car elle a le droit de savoir ce qui se passe avec Ydril, mais je ne crois pas qu’ils soient déjà au courant du départ de Franco. » Paolo haussa un sourcil songeur. « Oh, ça ne devrait pas être très long avant que leurs émissaires ne répandent la nouvelle, mais je vous l’accorde, il faut agir vite. Que proposez-vous? »

Tibéria se leva pour aller à la fenêtre. Le ciel nuageux annonçait de la pluie à venir. « Je pensais faire du ménage dans les conseillers et les hommes proches du pouvoir. J’ai besoin de personnes de confiance et dont la fiabilité ne pourra pas être mise en doute. Il me faut des appuis solides au cas où des rapaces voudraient me déstabiliser. Je n’étais pas censée être seule à la tête de Soltariel, mais je vais devoir le faire. » Toujours assis dans son fauteuil, Paolo réfléchissait. « Certe et vous n’aurez pas le choix. Vous n’avez, malheureusement, aucun argument solide pour faire annuler le mariage. » Son regard glissa sur le ventre rebondi de la duchesse. « Comment allez-vous l’appeler? » Tibéria savait qu’il ne lui demandait pas le prénom de l’enfant, mais plutôt le nom qu’il allait porter. « Je vais lui donner le mien. » Il acquiesça. « Je crois que c’est une sage idée. Vous avez raison quand vous parlez de faire le ménage, mais faites attention. C’est un exercice très délicat où vous allez froisser immanquablement des gens influents. L’expression le dit d’elle-même : gardez vos amis près de vous et vous ennemies encore plus près encore. Ce n’est pas le moment de se mettre des grandes familles à dos. Distribuez des responsabilités à des gens de confiance et faites surveiller les autres. Le meilleur moyen d’éliminer les indésirables est de ruiner leur réputation. N’agissez pas directement, faites-le subtilement. Vous avez les moyens de faire éclater des scandales. Utilisez vos agents pour les exposer au grand jour, la population fera le reste. Vous êtes trop honnête, soyez une Soltari! »

« J’essaie justement d’améliorer notre réputation de ce côté-là. » Déclara Tibéria qui ne se sentait pas tellement à l’aise de jouer à ce genre de jeu. « Voilà le problème, vous vous concentrez sur des causes pour lesquelles vous ne pouvez rien faire. Vous ne changerez pas la culture du sud, en tout cas, pas de votre vivant, mais vous pouvez utiliser ses faiblesses à votre avantage. Si ces hommes tombent en déchéances pour des bêtises qu’ils ont faites, ce sera uniquement de leur faute. Exposez leurs vices, utilisez-les à votre avantage et assoyez votre pouvoir. Ça va prendre un certain temps, mais je crois qu’à terme, vous aurez autour de vous un noyau solide. À partir de là, on pourra peut-être améliorer notre réputation au-delà de nos frontières en débarrassant la menace en Ydril, par exemple. »

« Très bien, je sais maintenant comment je vais procéder. »


[Quelques heures plus tard]

« Alors, on a soudainement un intérêt pour sa vieille tante? » Octavia Soltar-Beronti se laissa choir sur le récamier en regardant sa nièce avec un sourire qui en disait long. D’une façon ou d’une autre, quelque chose lui disait que cette femme savait déjà qu’elle s’apprêtait à lui demander. « J’ai besoin de toi… ou plutôt de son réseau, de tes contacts. J’ai besoin de tes agents qui sont déjà partout à Soltariel. »

« Et au-delà, si tu crois que la frontière m’arrête, tu te trompes. Mais pourquoi maintenant? » Octavia se redressa alors que Tibéria commençait à faire les cent pas dans la pièce. La nervosité commençait à la gagner. Elle devait se calmer. « Je veux faire le ménage, mais j’ai besoin d’aide pour ça. »

« Des assassins? » Tibéria secoua la tête. « Non, pas encore. J’ai besoin de savoir ce qui se passe présentement à Soltariel. Je veux des informations sur mes conseillers, les gens qui sont à des postes de pouvoir. Je veux savoir ce qu’ils font derrière les portes closes. Je veux tout connaître, déterrer les petits secrets, les scandales et identifier les éventuelles menaces. » La jeune femme était prête à se lancer. Sa propre famille avait fait fortune grâce à un vaste réseau clandestin. Il était temps de l’utiliser à son avantage. « Je sais déjà certaines choses, pour tout te dire. » Avança Octavia avec prudence. « Des détails juteux qui pourraient d’être utiles, mais ce que tu demandes de faire risque de prendre du temps. Il faut bien faire les choses. » Tibéria acquiesça. « Je sais… et je veux aussi que tu étendes la surveillance aux relations de la famille. Des gens sans scrupule pourraient user de l’innocence de mes sœurs pour arriver à leur fin. » L’aînée sourit. « Est-ce que je suis incluse dans cette vaste enquête? »

« Je sais que tu traînes déjà avec la pire racaille qu’on ne peut trouver en Péninsule. » Rétorqua Tibéria, faisant du coup rire sa tante aux éclats. « Mais oui, ça inclut tout le monde. J’ai décidé de ne faire confiance à personne. Je ne peux pas m’isoler de tout le monde, ce serait stupide et contre productif, mais si je peux avoir un élément de contrôle sur eux, je ne vais pas m’en priver. »

Suite et fin à venir...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Reprendre ce qui est dû [solo] Empty
MessageSujet: Re: Reprendre ce qui est dû [solo]   Reprendre ce qui est dû [solo] I_icon_minitimeJeu 5 Avr 2018 - 12:09

Deuxième ennéade de Verimios, premier mois d'été
Le quatrième jour

« Eh bien, ça, c’est une surprise! » Tibéria jeta un regard de travers à sa tante Octavia qui s’amusait follement de la situation. « Elle a fait son choix. Après, si elle pensait briser son serment sans en subir les conséquences... » Rétorqua la duchesse avant de soupirer longuement. Dès qu’il était question de sa cousine, elle sentait une pointe de culpabilité l’envahir. Elle était en partie responsable des malheurs d’Angelina, mais à la base si Arichis n’avait pas laissé son ambition le consommer, ils n’en seraient pas là aujourd’hui. « Si elle a effectivement vidé Solaria, c’est qu’elle s’y attendait. J’espère que vous avez renforcé la garde dans la prison, car elle a certainement envisagé toutes les possibilités. » Hernando, qui prenait part à la réunion officieuse, acquiesça d’un signe de tête. « Personne ne pourra entrer ou sortir de ce donjon sans l’intervention personnelle de la duchesse. Les principales voix commerciales sont déjà sous surveillance depuis le début du conflit avec Ydril, mais comme il est impossible de savoir quand le domaine a été vidé, il est possible que le trésor nous soit passé sous le nez. » Tibéria haussa les épaules. « C’est un moindre mal. La source de revenus ce sont les terres et elles sont à nous. » Elle porta sa coupe à ses lèvres. Le soleil était couché depuis environ une heure, mais un vent doux et agréable s’engouffrait dans la pièce depuis la fenêtre ouverte au fond du salon, celui-là même où elle avait reçu Angelina. « Le sens des affaires est définitivement un trait de famille. » Déclara Octavia. « En effet, sans source de revenus, le trésor finira par s’épuiser. Elle devra vendre ses choses à la pièce pour vivre et, éventuellement, il n’y aura plus rien. Tu comptes la garder longtemps au frais? »

« Assez longtemps pour qu’elle comprenne la stupidité de son geste et qu’on ne brise pas un serment aussi facilement. Il y aura un procès. Les choses seront faites correctement... » La réponse sembla plaire à Octavia qui acquiesça. « Sur un autre ordre d’idée, j’ai reçu des nouvelles d’Ydril. Des bateaux sont entrés au port récemment... »

« Sachant qu’il n’y a plus de blocus, ce n’est pas vraiment étonnant. Ils sont arrivés quand? » « Dans la première ennéade. Je n’ai pas de date plus précise. » Tibéria réfléchissait. « Le blocus a pris fin le deuxième jour de la sixième ennéade de Barkiòs. Le temps que la nouvelle se rende, disons jusqu’à Thaar par bateau, c’est 14 jours environ. Ça nous met au 7e jour de la septième ennéade. Ensuite, encore 14 jours pour revenir à Ydril… 3e jour de la 9e ennéade. Possible que ce soit des marchands de Thaar. Ça serait nettement plus problématique sinon... »

Octavia fixa la coupe de vin posée devant elle. « Le problème c’est qu’ils ne battaient aucun pavillon. Normalement, il y a toujours quelque chose qui identifie le marchand. Là, rien du tout. Et ce n’était pas des navires de Naélis, car je ne crois pas qu’ils auraient fait dans la discrétion s’ils avaient dans l’idée d’amener des troupes ou de la marchandise. Non là, il y avait visiblement un effort pour ne pas se faire remarquer. Ils ont eu la présence d’esprit de prendre en note les noms des navires. » Tibéria gloussa de rire. « Tu ne prends pas un bateau si tu veux te faire discret. » Tous les regards se posèrent sur elle. « Les noms des bateaux… Il n’y a pas plus superstitieux qu’un marin, tout le monde sait ça. Quand j’ai fait le voyage depuis Thaar pour me rendre à Ydril, j’ai parlé avec le capitaine. J’ai posé quelques questions, comme ça. Apparemment, une fois qu’un bateau est baptisé, on ne peut le changer sous peine de s’attirer le mauvais œil. Selon lui, aucun capitaine sain d’esprit n’aurait l’idée de changer le nom de son navire. Donc, pour connaître la provenance d’un navire, il suffit de regarder dans les registres portuaires. Si l’un de ces navires a déjà transporté de la marchandise ici, on saura qui l’a envoyé. Toutefois, ce n’est peut-être que des marchands de l’Ithri’Vaan, mais c’est vrai que ça n’explique pas l’absence de pavillon. Bon, je vais envoyer Amadeo à Boniverdi, au pire il reviendra bredouille. Au point où nous en sommes... »

++++++

Amadéo tira à lui l’énorme registre portuaire. Des pages et des pages noircies de dates, de noms de navire et de leur capitaine. Des heures de plaisir pour le vieil homme dont la vision n’était plus aussi nette que dans ses jeunes années. Heureusement pour lui, l’homme en charge des registres était consciencieux et il ne lui fallu pas beaucoup de temps pour trouver en se basant sur les quelques noms griffonnés sur un bout de parchemin. Ils étaient bien là, couchés en lettres presque élégantes à des dates différentes avec tous la même origine… « Oh... »[/b]

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Reprendre ce qui est dû [solo] Empty
MessageSujet: Re: Reprendre ce qui est dû [solo]   Reprendre ce qui est dû [solo] I_icon_minitimeSam 12 Mai 2018 - 16:33

7eme jour de la deuxième enneade de verimios

« Quelqu’un pourrait penser qu’ils chercheraient au moins à me contacter pour discuter. Je veux dire, s’ils ont vraiment à se plaindre, ils vont venir le faire devant moi. Ce n’est pas comme si je leur avais fermé ma porte. Non, ils préfèrent rester dans leur coin et construire leur petite vérité en se basant uniquement sur un côté de la médaille. Comment faire un choix éclairé quand tu n’as qu’une partie de l’information? » Hernando pencha la tête de côté, dubitatif. « Ils prennent ce qui fait leur affaire et rejettent le reste. C’est une erreur commune, sachant que les problèmes se cachent dans les détails. Vous n’avez quand même pas l’intention de leur parler? » Elle haussa les épaules. « Pourquoi pas? Bon, ça ne risque pas d’être une agréable conversation autour d’une tasse de thé, mais si ça peut crever quelques abcès… Qui sait, on pourrait peut-être arriver à un terrain d’entente… en quelque sorte. Mieux vaut ça que d’attendre l’inévitable. Il va y avoir un procès, la majorité le demande. Après, est-ce qu’ils ont tous intérêt à ce que je dévoile tout ce que je sais? Je leur offre la chance de parler, ce qu’aucun n’a daigné faire avant. Voilà, on va lancer les invitations et on verra. »


Jour 7, deuxième ennéade de Vérimios
10ème année du 11ème cycle

À tous les vrais Soltari

Je vous propose une rencontre au palais le premier jour de la troisième ennéade. Les portes vous seront ouvertes à partir de 14 heures. Il y a, d’un côté comme de l’autre, beaucoup à dire et ce sera l’occasion de le faire.

Merci de confirmer votre présence.

Tibéria de Soltariel
Duchesse de Soltariel

Reprendre ce qui est dû [solo] 821313SoltariiBerontii


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




Reprendre ce qui est dû [solo] Empty
MessageSujet: Re: Reprendre ce qui est dû [solo]   Reprendre ce qui est dû [solo] I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Reprendre ce qui est dû [solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Soltariel :: Duché de Soltariel-
Sauter vers: