Le Deal du moment : -31%
Promo sur les baskets Nike React Element 55 SE pour ...
Voir le deal
90 €

 

 Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelina De Draycan
Humain
Angelina De Draycan

Nombre de messages : 1020
Âge : 34
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeDim 11 Mar 2018 - 12:42



Dixième année du XIe Cycle. Jour 4 de la première Enneade de Verimios.
Manoir de Solaria.

Le jour perçait a peine par les fenêtres et pourtant Angelina était déjà installée a son secrétaire plume en mains, tandis qu'un monceaux de papiers froissés gisaient tant autour d'elle qu'a ses pieds. Elle qui d'ordinaire maniait si bien le vocabulaire peinait a trouver ses mots et pour cause cette lettre était parmi les plus difficile qu'elle eut jamais a écrire. Mais il était temps, elle ne pouvait plus remettre a plus tard. Inspirant profondément, elle en vint a se saisir d'un nouveau parchemin et commença une énième missive, en espérant que cette fois fut la bonne.



Ma chère Tibéria,

C'est le cœur lourd que je prends ma plume ce jour, j'eu aimée ne pas avoir a le faire mais parfois nos désirs sont bien peu de choses en comparaison de ce que nous impose nos devoirs. C'est avec tristesse que j'ai appris les rumeurs courant quand au départ de ton époux. Te savoir esseulée en cette période me peine profondément, j'aurais aimée etre a tes cotés mais il semble que tu refuses toute visite, pourtant je ne saurais que trop te conseiller de ne point rester isolée en ces temps troubles qui agitent notre bon duché. J'ose espérée que tu te portes aussi bien que se peut en pareille situation et que tu prends grand soin de ton enfant a naître.

Tant de maux t’accablent déjà et pourtant je me vois contrainte de porter une autre ombre sur ton soleil, tu m'en vois profondément désolée, mais si je le fais c'est par ce que je veux que tu l’apprennes, si pas de ma bouche, au moins de ma plume et non pas de quelques lèvres étrangères. Je te pris par avance de m'excuser de la brusquerie de mes aveux, mais je crains qu'il n'y'ai pas de bonnes façons de t’annoncer les choses alors je me contenterais des faits. Te souviens tu quand nous nous sommes revus après mon retour de Langehack ? Je t'ai fais part du résultat de mon voyage en Nanie, mais nous avons également parler de mes sentiments a l'égare d'Oscario.

De nos sentiments et de la situation qui était la notre. Ce jour la, je ne t'ai pas dis toute la vérité. Je pourrais invoquée bien des excuses, mes craintes concernant le choc que te causerait cette nouvelle, ma dévotion envers Oscario, mon refus quand a la possibilité que tu te sentes coupable de mon malheur alors que tu semblais déjà tant affliger. Non, je ne chercherais pas m'excuser, si je ne t'ai pas mentis ce jour la, je ne t'ai pas non plus dit toute la vérité. Aucune excuse ne saurait justifier cela. Mais cette fois s'en est fini des faux semblants, il est tant que tu apprennes tout ce qui s'est passé sur l'archipel des Frimas.

Tu sais déjà qu'Oscario est venu m'y rejoindre, qu'il a demandé ma main et que nous projetions de nous marier devant un prêtre et nos familles a notre retour a Soltariel, tout comme tu sais que quand nous avons regagnés la péninsule tout n'était plus que chaos et désolation. Il avait tout perdu, son frère, sa sœur, ses terres, sa vie d’antan. Il a dont préférer me quitter, jugeant qu'il ne saurait n’être que pour moi une complication, voir un danger. Ce que tu ignores en revanche, c'est que si notre union n'a point été célébrer par un religieux, nous ne nous en sommes pas moins mariés en Nanie. Nous avons échangés nos vœux sur la plage et devant les dieux. Les deux semaines que prirent notre retour furent une lune de miel enchanteresse, mais alors aucun de nous n'avait idée de ce qui nous attendrait ensuite.

Tu ne sauras jamais combien de fois j'ai désirée te le dire depuis, mais le moment ne semblait jamais opportun. Il y'eut tes fiançailles, ton mariage, mon invalidité, ta grossesse et peut etre aussi la crainte que cette vérité ne jette un froid sur les sentiments que tu me portes et la confiance que tu me prêter jusqu'alors. Si je prends aujourd'hui le risque que cette vérité vienne se glisser entre nous, c'est par ce qu'il est temps d'en finir avec cette mascarade, fini les faux semblants. En cette période, tu aurais pue avoir besoin de mes conseils ou de ma présence a tes coté et je ne trouve pas honnête que tu ne puisses le faire en toute connaissance de cause. Cela et le fait que je compte révéler prochainement mon union avec Oscario, ce simulacre qu'est ma vie depuis notre mariage doit prendre fin. J’élève sa fille, je suis sa femme et pourtant des nobles de toutes part se croient encore permit de me faire la cour et de demander ma main. Ce n'est pas respectueux, ni pour moi, ni pour mon époux, ni pour eux.

Si je voulais aussi que tu en fusses informée avant tout autre, c'est pour te préserver. Il est hors de question que l'on utilise ce fait pour se jouer de toi, pour te faire passer pour naïve ou pour n'utiliser comme une arme. Quand la nouvelle sera publique, tu n'auras rien a feindre, tu ne seras pas étonnée, tu maîtriseras la situation et tu choisiras toi meme la façon dont tu dois prendre cette nouvelle. Je n'oserais pas demander ton pardon, qu'importe que j'eu a taire ce secret pour les bonnes raisons et que jamais je ne t'ai menti, je n'en ai pas moins omit la vérité, je t'ai cachée sciemment des choses et il est ton droit que de m'en vouloir pour cela. Voila pourquoi si tel est ton bon vouloir, tu peux faire de cette lettre ma démission en bon et due forme de mes fonctions de conseillère ducale et d'Ambassadrice de Soltariel. Mais si ton désir est de m'avoir a tes cotés alors fais moi mander et je répondrais présente, quand bien meme ton souhait serait de me faire arrêter et jeter aux cachots. Je ne me déroberais pas de mes responsabilités, je ne peux que t'encourager a faire face aux tiennes avec honneur, courage et détermination.

Tu es désormais seule pour gérer les affres du pouvoir, mais cette couronne qui est tienne tu l'as ardemment voulue, désormais tout un peuple compte sur toi, ton peuple, tu ne peux faillir et leur faire défaut. Sois lumineuse Tib, sois une Soltariel, sois duchesse et ne laisse rien obscurcir ton soleil, pas meme moi. Surtout pas moi, si tenter que je pusse te demander encore la moindre faveur alors elle sera la suivante, ne te soucies pas de moi, ne diriges pas une seule de tes inquiétudes vers moi. Je ne te suis pas une menace, je ne l'ai jamais été et ne le serait jamais. Que les dieux te gardent et puissent ils prendre grand soin de toi en attendant que la paix illumine a nouveau nos contrées.

Avec toute mon affection, ta cousine Angelina.



La dame de Solaria relut encore maintes fois ses mots avant de se décider a y imposer son sceau. Elle n'était guère satisfaite de ce parchemin, pas plus que de tout les autres qui jonchaient le sol de sa chambre, mais elle n'avait que trop tarder a dévoiler cette vérité et elle savait qu'aucune façon d'annoncer la chose ne lui semblerait jamais convenir. Le passé était au passé et il devait le rester, autant se concentrer sur l'avenir et veiller a le préserver tant que cela lui était encore possible. Une fois sceller dans un rouleau, la lettre prit le chemin de Soltariel, c'est l'intendant de la dame lui meme qui l'y porta. Il y'eut beau y'avoir résistance, opposition et esclandre, ce dernier ne quitta pas le palais tant qu'il n'eut pas remplit son devoir et remit les phrases de sa dame a la duchesse en personne et en s'étant assurer que nul autre n'y pose les yeux. Sitôt ceci fait, il repris la route pour aller rendre compte de la réussite de sa besogne. Désormais les dés en étaient jeter, les dieux puissent t'ils leur etre favorables.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeVen 23 Mar 2018 - 23:17


Passer au travers de la correspondance est une tâche déjà fastidieuse en soi, mais en période de conflit, ça atteignait un tout autre niveau. Elle n’était pas préparée à un tel déferlement. Entre les marchands inquiets de perdre de l’argent et ceux beaucoup trop empressés de fournir l’armée en ressources, il y avait toutes les réclamations, critiques, compte rendu de toute sorte auxquelles s’ajoutaient des invitations farfelues à prendre le thé. « Non, Cecilia, je n’irais pas prendre le thé avec vous. Je sais que ce que vous voulez en fait c’est de parader devant la dernière œuvre de Jacopo que vous avez commandé tout en vous lamentant sur son prix prohibitif. Tout le monde sait que vous couchez avec lui et qu’il a fait cette sculpture gratuitement pour vous... » Grogna Tibéria entre ses dents tout en mettant la lettre de côté. Elle demandera à Amadeo de rédiger une lettre de refus à sa place qui serait certainement plus courtoise que son précédent commentaire. En ce moment, elle n’avait ni le temps ni l’envie des mondanités et refusait toutes les invitations qui n’avaient pas un lien avec Ydril. Elle passa donc à la suivante et, armée d’une tisane fumante, elle vint à bout des lettres à lire en les séparant soigneusement par ordre d’importances en allant des plus urgentes à celles dont elle se moquait bien d’envoyer ou non une réponse. Tibéria pouvait donc maintenant s’attarder à la dernière missive qu’elle avait placée à l’écart dès le début. Écrite de la main de sa cousine Angelina, elle savait que ce serait un plaisir à lire et que la duchesse pourrait ensuite se vider l’esprit de ses tracas en lui répondant par écrit. Elle se cala donc confortablement dans son fauteuil avant de soigneusement déplier les feuilles noircies d’encre.

Dès les premiers mots, elle savait que quelque chose n’allait pas.

Elle lut d’abord chaque mot avec une attention féroce, mais à partir d’un certain point, elle se rendit compte qu’en fait, elle n’arrivait plus à se concentrer. Elle lisait, mais son esprit refusait d’assimiler les paroles. Depuis quelques ennéades, l’existence entière de Tibéria était un véritable exercice d’équilibriste tandis que ses émotions connaissaient des hauts et des bas terribles, mais voilà que sa propre cousine, celle qu’elle avait choisie comme sœur de cœur, venait de la pousser dans le vide. Angelina était l’une des rares personnes en qui Tibéria faisait entièrement confiance. Dans un monde d’apparence et de faux-semblant, elle était un roc auquel elle pouvait s’accrocher. Plus maintenant. Elle lui avait menti, comme tous les autres. Pire encore, elle était associée avec un homme qui devait la haïr plus que tout maintenant. Elle se justifiait en disant que le moment ne fut jamais opportun pour lui dire la vérité, mais il y en avait des pires et Angelina avait choisi le plus terrible de tous. C’était un clou de plus dans le cercueil qui se refermait sur elle. Elle sentait la colère rugir dans ses entrailles. L’envie soudaine de se venger et de mettre ce monde de mensonges à ses pieds. Mais il y avait aussi un profond épuisement qui la gagnait, le désir de baisser les bras et de partir là d’où on ne revient jamais et où ses parents l’attendaient peut-être.

Le sang battait si fort à ses oreilles que Tibéria n’entendait rien de ce qui se passait autour d’elle. La porte s’ouvrit en face d’elle. On avait surement cogné, mais elle ne s’en était pas rendu compte. Le visage d’Hernando apparu, soucieux. Elle ne réfléchit même pas. Elle saisit la tasse de tisane et la jeta de toutes ses forces en direction du garde. Finalement, la colère l’emportait sur le reste. Il lui restait encore assez de hargne pour se battre et ne pas abandonner. Depuis trop longtemps elle gardait pour elle sa colère et sa déception pour sauver les apparences. C’était la goutte qui faisait déborder le vase et malheureusement pour Hernando, il était le premier à croiser sa route, mais peut-être aussi le plus apte à subir les assauts et à les contenir.

La fine porcelaine éclata sur la porte derrière laquelle s’était rabattu le garde. « Mais qu’est-ce qui se passe? » S’exclama Hernando, agacé. « Je vais tous les tuer! Voilà ce qui se passe! » Rugit Tibéria alors que l’encrier se fracassait à son tour contre le panneau de bois. « Fort bien, maintenant, j’aimerais savoir qui, mais surtout, pourquoi ? » Hernando passa une nouvelle fois la tête dans l’embrasure de la porte et voyant la duchesse momentanément à court de projectiles à lancer, décida d’y aller franchement et entra dans la pièce en refermant derrière lui. « Tout le monde! J’en ai assez de ces histoires d’enfantillage, ces mensonges et ces faux-semblants! J’en ai assez de les entendre se plaindre, mais n’avoir jamais de solutions à proposer, mais avoir d’autres critiques dès que j’avance quelque chose! J’en ai assez de ne pouvoir faire confiance à qui que ce soit! Comment croire ce qu’ils disent alors qu’ils manigancent tous dès que j’ai le dos tourner? Est-ce être trop idéaliste que d’espérer que l’on puisse travailler tous ensemble? Même ma propre famille me trahit... » Hernando haussa un sourcil et s’approcha du bureau. « L'un de vos soeurs? » Tibéria lui donna la lettre de sa cousine et attendit en silence qu’il en ait lu le contenu. « Ai-je la permission de l’arrêter? » La jeune femme leva les yeux vers lui. « Hein? » Il déposa la lettre sur le bureau. « Mon devoir est de vous protéger. Ce faisant, j’ai le pouvoir d’arrêter les gens qui sont, à mon avis, une menace pour votre sécurité et celle de l’enfant à venir. Or, il s’agit de votre cousine, ça rend la tâche un peu plus délicate. Je pourrais le faire sans même demander votre avis, après tout elle confirme d’elle-même avoir fréquenté le fils d’un traître à la couronne, lui-même exilé. Ça faciliterait de beaucoup notre tâche si tous les criminels avouaient de cette manière, mais la plupart ne savent même pas écrire. »

Tibéria soupira longuement. La montée de colère s’était calmée aussi brusquement qu’elle était apparue, laissant derrière un grand vide ainsi que des sentiments contradictoires. Elle en voulait à Angelina d’avoir menti, mais en même temps, une part d’elle trouvait injuste ce qui arrivait à sa cousine. Après tout, cette histoire avait débuté avant l’arrestation d’Arichis. Toutefois, elle avait continué à le voir, elle avait gardé au moins un de ces enfants à Solaria et sans le confirmer, il était pratiquement certain que cet homme avait posé les pieds à l’intérieur des frontières du duché. Or, la sentence à l’époque était sans équivoque : tous ceux qui appuieraient ou tenteraient d’aider concrètement la famille connaîtraient le même sort. Sarina y échappa après que son époux eut renié son nom. Un geste peu probable selon l’avis de Tibéria qui savait trop bien qu’un Anoszia resterait toujours un Anoszia. Il avait probablement fait cela avec une idée bien précise en tête, mais la couronne y avait cru et le couple était toujours en place. Angelina comprenait-elle donc la position dans laquelle elle s’était mise? Est-ce que l’amour qu’elle éprouvait pour cet homme valait la peine de risquer de tout perdre. « Je ne sais pas… L’amour rend stupide, ça j'en suis certaine...» Hernando s’arrêta, posant brièvement les yeux sur la duchesse perdue dans la contemplation de la flamme d’une bougie. « Parfois, oui… » Dit-il après un moment d’hésitation. «  N’empêche, il y a aussi la très réelle possibilité que cet homme la manipule. » Le regard de Tibéria glissa sur Hernando. « Vous croyez? » Il acquiesça d’un signe de tête. « Peut-être pas au départ, mais la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre. Il est certain que cet homme cherchera à venger son père et votre cousine se trouve, de façon fort appropriée pour quelqu’un avec de telles intentions, très proche de vous. En démissionnant, elle tente peut-être de vous protéger, mais ce ne sera pas suffisant. » Tibéria joua distraitement avec l’une de ses boucles de cheveux. « Je suppose qu’il n’y a qu’une seule façon de le savoir... » Elle se redressa et saisit une plume avant de réaliser qu’elle n’avait plus d’encre, celle-ci formant une tache noire sur la porte du bureau. « Trouvez-moi de l’encre, j’ai une idée. »


Nous devons parler.


Un simple mot, sans date ni salutation ni signature, délivré par un messager discret dans la soirée de Kÿrianos de la deuxième ennéade au domaine de Solaria avec comme précision que la femme était attendue dès le lendemain et sans faute.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
Angelina De Draycan

Nombre de messages : 1020
Âge : 34
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeSam 24 Mar 2018 - 9:02



Un messager s'en était venu dans la soirée tard la veille, néanmoins le pauvre bougre n'avait pas pu remettre son pli avant le matin. La garde de Solaria étant très attachée a la sécurité de sa dame mais aussi a son sommeil, ils n'avaient pas daignés le laisser voir la Soltariel alors qu'il semblait tenir a taire son identité et celle de celui ou celle qui l'envoyait. On lui avait offert le gite et le couverts et aux premières lueurs du jour, il avait pu délivrer son message .. Ou plutôt devrait on appeler ça une sommation a comparaître devant son altesse. Angelina ne s'en offusqua pas, pas plus qu'elle ne l'avait fait de ne pas avoir reçue de nouvelles de sa cousine plus tot. Elle meme ayant été régente de Soltariel et ne savait trop bien combien le monceau de paperasses qui demander attention chaque jour pouvait etre harassant. Elle avait dont patienter en toute quiétude attendant que se produise ce qui devait arriver. Si l'intendant et Agnés, sa brave gouvernante, se montrèrent quelque peu outragés de la façon plutôt cavalière dont Tibéria avait fait mander leur dame, la dite dame elle était reconnaissante que sa cousine la laisse se présenter a la cours en toute liberté et non pieds et points liés, entourait de gardes. C'était la une opportunité de s’expliquer, pour le meilleur ou pour le pire. Quelque soit l'issue de l'entrevue, dont la Soltariel avait deja une idée précise en tete, elle n'en tiendrait pas griefs a sa cousine et pour cause elle ne comprenait que trop bien dans qu'elle situation délicate cette dernière se trouvait. Une situation peu enviable.

Encore bien jeune et novice sur le trône, solliciter de toutes parts et enchaînant les coups dures, il y'avait fort a parier qu'elle ne savait plus a qui accorder confiance. Néanmoins Angelina se refusait a donner foi aux dernières paroles qu'avaient prononcés son époux avant de disparaître a nouveau.  Tibéria ne la trahirait pas pour servir ses propres intérêts, sa cousine bien aimée ne pouvait se laisser corrompre ainsi par le pouvoir. Preuve en était qu'elle avait acceptée qu'elle pusse s'expliquer avant de la faire arrêter .. A moins bien sur que ses intentions ne soient de le faire au vu de tous a la cour afin de faire grand coup de cette action. Une fois encore ces doutes la n'avaient guère d'importance et n’influencèrent pas la Soltariel dans sa décision de répondre favorablement a "l'invitation" de la duchesse, si tenter que toute autre réponse pusse etre accepter. La dame quitta ses terres avant meme que le messager n'est lui meme repris la route, en fin de matinée elle parvint a la capitale du duché, mais il lui fallut attendre la fin de journée pour obtenir audience auprès de son altesse. Le palais semblait en ébullition, des nobles y siéger en quantité, preuve des troubles qui agitaient présentement le territoire. La guerre était sur toutes les lèvres, certains semblant s'en réjouir, d'autres feignant la neutralité, tandis que d'autres la désapprouvait totalement. Si tenter que l'on connaisse la dame de Solaria, il était aisé de deviner dans qu'elle catégorie elle se trouver.

En fin d'après midi, l'ont vint donc la prévenir que son altesse était prête a la recevoir. Elle se laissa guider que ce soit vers un salon privé ou vers des geôles, les dés en étaient jeter et elle serait bientôt au courant du sort que lui réservait sa cousine. Quand celle ci lui fit face, la taille bien arrondie de par sa condition, Angelina la trouva pale, ses traits étaient tirés, des cernes étaient visibles sous ses yeux. Était ce du fait de sa grossesse ou de la multitude de soucis qui ne cessaient de pleuvoir sur sa tete depuis qu'elle y'avait posée couronne ? En d'autres circonstances Angelina s'en serait immédiatement soucier, se précipitant vers sa cousine, elle l'aurait serrée en une étreinte réconfortante avant de se saisir de ses mains, un pli soucieux barrant son font tandis qu'elle prendrait nouvelles de Tibéria. Mais ce jour, elle n'en fit rien. Bien droite, elle resta la ou elle était, sans esquiver le moindre geste, se contentant d'accrocher son regard dans celui de celle qui détenait entre ses mains une grand part de son futur, elle prit la parole d'une voix claire. " Bonjour Tibéria, je te suis gré de m'avoir fait mander. " Puis ce fut tout. Pas un autre mot ne quitta ses lèvres, elle laissait toute manœuvre a sa cousine, en paroles, en actions. Quoi qu'elle décide, la dame de Solaria avait déjà beaucoup parlée, des mots couchés sur un parchemin certes, mais ils avaient étés dit, il était tant que Tibéria pusse s'exprimer a son tour. Angelina la laisserait déversait peine et colère au besoin et ne parlerait que si la duchesse lui laissait l'opportunité de s'expliquer, dans tout les cas l'une comme l'autre aurait ce jour les réponses qu'elles cherchaient, qu'elles en aient conscience ou non.


Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeDim 25 Mar 2018 - 11:52


En fait, Tibéria ne s’attendait pas à ce qu’Angelina vienne au palais. Lorsqu’on lui annonça l’arrivée de sa cousine, elle en fut passablement étonnée. Au moins, elle était là de son plein gré, ce qui évitait à tout le monde l’embarrassant moment de l’arrestation qui aurait eu lieu si elle avait refusé de venir. On amena Angelina à un petit salon où Tibéria fit son apparition peu après. Elle était si certaine que sa cousine ne viendrait pas qu’elle ne s’était libéré aucun moment dans la journée pour la rencontrer. La duchesse repoussait donc un autre rendez-vous nettement plus important afin de s’entretenir avec elle. Cette discussion était plus que nécessaire, car Angelina s’en doutait peut-être, mais sa liberté était en jeu et dépendrait grandement de ce qu’elle allait dire durant cet entretien. Juste avant de franchir la porte, Hernando l’arrêta, une main sur l’épaule. Il souffla ensuite à son oreille. « Souvenez-vous, rester calme. Vous n’obtiendrez rien en vous énervant. » Il s’écarta par la suite pour la laisser continuer.

En la voyant, Tibéria sentit à nouveau la colère monter en elle, comme un feu qu’elle maîtrisait difficilement. La veille, emportée par ses émotions, elle s’était promis de les tuer tous. Rassérénée depuis, elle n’en restait pas moins à fleur de peau et prompte aux débordements, d’où la mise en garde d’Hernando juste avant d’entrer. C’est aussi pourquoi elle lui avait demandé de rester tout près pendant la rencontre. Il était en fait de l’autre côté de la porte, agissant en tant que témoin non officiel de la scène ainsi que médiateur en cas de débordement. Il aurait préféré être à l’intérieur même de la pièce, mais cela risquait d’influencer le discours d’Angelina.

Incapable de s’asseoir, la duchesse alla plutôt se poster à la fenêtre. Elle resta silencieuse pendant un moment, rassemblant les idées qui se bousculaient dans sa tête. « Tu as dit dans ta lettre qu’il n’y avait pas de bons moments pour faire une telle révélation, mais je peux te confirmer qu’il y en a des pires que d’autres et que tu as certainement choisi l’un d’eux. » Le bébé donna des coups dans son ventre et Tibéria posa une main là où les petits pieds la martelaient. Dans un autre état d’esprit, elle aurait probablement souri à cette manifestation de la vie. « Il y a beaucoup de choses que j’aimerais dire, mais je me demande si cela vaut la peine. Après tout, tu n’es qu’une personne de plus qui me raconte des histoires et tu vas probablement le faire encore dans cette entrevue, mais je te le demande quand même : Oscario d’Anoszia est-il présentement sur les terres du duché de Soltariel? »
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
Angelina De Draycan

Nombre de messages : 1020
Âge : 34
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeDim 25 Mar 2018 - 12:35



Angelina secoua tristement la tete, en quelques mots Tibéria venait elle meme de décider de ce qu'il serait de l'avenir. Si la Soltariel avait crue naïvement qu'il pusse en etre autrement, elle se rendit compte que Oscario et Tibéria avaient bien plus en commun que jamais ils ne l'admettraient. " Tu te trompes Tibéria, ce moment est bien meilleur que si tu avais du l'apprendre en d'autres circonstances que je ne te souhaite pas de voir arriver. " Ydril victorieux, Oscario venant réclamer sa tete et clamant etre l'époux d'Angelina. Ne voyaient ils dont pas tout les deux qu'elle faisait de son mieux pour les protéger et ce quoi qu'il lui en coûte ? Non, ils ne le voyaient pas, ils étaient trop empêtrer dans leurs craintes, leurs désirs de vengeance et leurs orgueils blessés pour le voir. La vérité était que la dame de Solaria en avait plus qu'assez que l'on en soit a se préoccuper de broutilles plutôt que d'une guerre sur le point d'éclater et de déchirer le duché, dressant par la meme des membres de familles entières les uns contres les autres.

Elle s'approcha de quelques pas, gardant néanmoins une distance sécuritaire entre elles deux, le regard étincelant et le menton relevé. " Que les choses soient bien claires, je ne t'ai jamais racontée d'histoires pour reprendre tes mots. J'ai omis de te parler de certaines choses, cela est un fait et ce fut dans le simple but de vous protéger tout les deux. C'est la mon unique regret. Car a la vérité c'est en essayant de protéger les gens qu'on aime, qu'on leur fait le plus de mal. " Elle inspira profondément sans lâcher des yeux sa cousine et son ton ne faiblissant pas. " Je ne m'excuserais pas d’être tomber amoureuse de lui, de l'avoir épouser et d'avoir oser prétendre a un peu de bonheur moi aussi. Je préfère mille fois tout perdre en ayant eut la chance d’avoir aimer, d'avoir goûter au bonheur que d’être une coquille vide sans sentiments, recluse derrière ses propres peurs. " Un pas de plus. Tibéria était entrée seule alors meme que l'on avait pas déposséder de son poignard la dame de Solaria, une chance pour la duchesse que sa cousine n'eut pas de mauvaises intentions, sans quoi s'en serait deja fini.

" J'aurais pue te dire bien des choses, a quel point je l'aime, a quel point il me rend heureuse, a quel point j'aurais voulue partager tout cela avec toi. A quel point lui et moi aurions pus etre heureux si nous n'avions pas trouver un tel chaos de larmes et de destruction a notre retour. Mais je n'ai qu'une chose a dire, une chose qui m'est apparue clairement a la lueur de tes mots, ce n'est pas moi l’égoïste dans cette histoire. Je n'ai commit aucun crime qui mérite châtiment." Un pas de plus, elles se faisaient désormais face, a peine quelques centimètres les séparant encore. " Le plus ironique dans tout cela, si tenter que quoi que ce soit pusse etre risible en cette situation, c'est que toi et Oscario vous agissez de la meme façon. Chacun doutant de ma loyauté, chacun voulant que je lui sois dévouée et chacun me demandant de le choisir. " Un sourire d'une infinie tristesse étira les lèvres de la Soltariel. " Il n'y'aura pas de choix Tibéria. Je ne choisirais aucun d'entre vous. Je ne trahirais aucun d'entre vous, car cela reviendrait a renié ce que je suis. Je me serais battue pour vous deux jusqu'a mon dernier souffle si tenter que l'un d'entre vous m'ait accordée la meme foi et loyauté aveugle que je vous porte a tout deux ... " Une larme glissa sur sa joue, unique, solitaire, tandis que son regard bleu semblait a la fois se ternir et se glacer.

" Je suis lasse de me battre encore et encore, lasse d’être celle qui doit demander pardon, qui doit protéger, qui doit renoncer a tout pour que tout cela ne finisse pas dans un bain de sang. Tu es duchesse Tibéria, chacune de tes actions doit etre mûrement réfléchis car elle portera a conséquences, ne l'oublis pas au moment de prendre une décision. " Cela pouvait sonnait telle une menace, mais c'était un simple conseil au delà d’être une évidence. " Maintenant je te le demande, comptes tu me faire arrêter ? Si tel est le cas fais le maintenant ou laisse moi partir, car j'imagine que tu n'a guère plus de temps a accorder a une femme qui n'a fait que te raconter des histoires. " Les dés en étaient jeter, l'avenir se jouer ici et maintenant. Plus de cachotteries, plus de faux semblants. Oui les mots de la duchesse avaient blesser Angelina et pour cause, elle ne lui avait jamais menti, elle avait faillie perdre son époux pour elle, d'ailleurs c'était peut etre meme désormais le cas. Elle avait tout fait pour la protéger, ce qui faisait que jamais Oscario ne la considérerait comme une Asnozia et il avait raison. Elle n'était pas une Anoszia, pas plus qu'une Soltariel. Elle ne se laisserait jamais définir par un nom de famille, mais par ce qu'elle ressentait, pensait et vivait. Que Tibéria fasse donc ce qu'elle croyait devoir faire, la dame de Solaria en ferait de meme, comme toujours ....

Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeDim 25 Mar 2018 - 13:46


Angelina se présentait comme la grande blessée dans l’histoire, la victime des circonstances, la sacrifiée. Elle était effectivement victime des circonstances, même Tibéria ne pouvait pas le nier. Toutefois, si tomber amoureuse de cet homme était une chose, accepter de le supporter par la suite en était une autre. L’amour rend stupide et elle en avait un brillant exemple devant elle. Fallait vraiment que Tibéria soit désabusée pour penser de cette façon. « Omettre des détails… À mon avis, la différence est mince, car en taisant certaines choses, tu finis éventuellement par raconter des histoires pour combler les espaces manquants. Comme je l’ai dit, tu n’es pas la seule. Tout le monde a des intérêts à protéger ici. Il faut sauver les apparences à tout prix... » Elle haussa les épaules avant de replonger dans la contemplation du paysage extérieur. Elle devait absolument garder son calme, mais Angelina semblait vouloir la blâmer et ça, elle ne pouvait pas l’accepter.

Tibéria se retourna, le regard flamboyant. « Oh, parce que tu crois que c’est de ma faute? Que j’aie demandé tout ce qui est arrivé, c’est ça? Que je suis responsable de ton bonheur qui vole en éclat? Quand les choses tournent mal, on cherche toujours un responsable, mais on ne veut pas que ce soit nous. Malheureusement, nous avons tous une part de responsabilité quelque part. On ne contrôle pas les actions de la personne en face de nous, mais nous sommes responsables de nos propres décisions. Le problème avec moi ou même avec toi, c’est que chaque pas que l’on fait doit être minutieusement calculé, car chaque décision, chaque action a des conséquences à bien plus grande échelle. Avoir été la fille d’un fermier, cette histoire n’aurait été l’objet que de quelques ragots, mais là… À la veille d’une guerre, ce genre de batifolage peut avoir des conséquences terribles et pas seulement pour nous. Vivre avec une réputation entachée est une chose, mais de vivre avec l’étiquette de traître… Tu te rends compte que je m’apprête à en chasser un d’Ydril? »

Tibéria se sentit soudainement étourdie. Elle s’appuya contre le rebord de la fenêtre et jeta un coup d’œil en direction de la porte. Hernando devait se demander s’il ne ferait pas mieux d’entrer. Pas encore même si l'envie de la faire arrêter devenait de plus en plus forte. « Tu l’aimes, ça ne fait aucun doute là-dessus, mais la question que je me pose : Est-ce qu’il t’aime? Je connais les Anoszia aussi, je te rappelle et je ne crois pas qu’Oscario soit tellement différent de son père. L’ambition est un trait dominant chez plusieurs d’entre eux. Ne vient pas me dire, par exemple, que Sysiphe a vraiment trahi son nom par dédain pour la famille! Oschide est devenu duc, son père a été duc aussi ou presque... Et Oscario dans tout cela? Que veut-il vraiment? Je doute que ce soit dans le tempérament d’un Anoszia de rester dans l’ombre. À l’heure actuelle, il veut probablement ma tête sur un plateau d’argent, mais au-delà de ça? Te rendre heureuse ou prendre ce qu’il croit lui revenir de droit? Je n’y connais rien en amour, mais quand on aime quelqu’un, est-ce que l’on peut forcer cette personne à faire un choix qui lui brisera le cœur? C’est ce qu’il fait, non? Enfin, c’est ce que tu as dit : il teste ta loyauté et te demande de choisir. Je ne te demande pas de choisir. Je crois que tu l’as déjà fait : tu parles de lui comme s’il était vraiment ton époux alors que le mariage n’est pas valide et tu le sais bien. Je te demande simplement de réfléchir. Je sais l’emprise que peut avoir un Anoszia… Ils sont incroyablement charmants, peu importe l’âge... Si tu crois que je l'ai oublié... Il était le premier, je te rappel. »
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
Angelina De Draycan

Nombre de messages : 1020
Âge : 34
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeDim 25 Mar 2018 - 14:23



Angelina avait écoutée chacun des mots de sa cousine, avec soin, avant de prendre a nouveau la parole. Tibéria s'était éloignée de la réponse a donner, allait t'elle la faire arrêter ou non, fallait il en déduire qu'elle n'avait pas encore pris sa décision ? " Les seuls intérêts que j'ai a protéger sont ceux des gens que j'aime, il en a toujours été ainsi. Tu devrais le savoir mieux que quiconque, moi qui ai aidée a poser couronne sur ta tete alors meme que je désapprouvais ton union avec Arichis. Je t'avais mise en garde contre lui, mais tu n'as pas écoutée et alors tu n'étais pas encore amoureuse ... Comme tu le dis toi meme, nos choix déterminent les conséquences de nos actes. Hors je n'ai jamais fait le choix de te mentir et il n'y'a jamais eut aucun blancs a combler, puisque oui a dessein mon choix a été de ne jamais aborder le sujet ni avec toi, ni avec quiconque a qui je devrais mentir. " Elle inspira profondément puis recula de quelques pas avant de prendre appuis sur la balustrade de la fenêtre. Certains des mots de la duchesse était cruellement emprunt de réalité, une réalité dont elle n'ignorait rien. Une réalité qui comprimait souvent son cœur dans un étau au point de la faire suffoquer.

" Qui a dit que je te juger responsable ? Te l'ai jamais reprochée ? Non, quand mon dit bonheur a volé en éclat je m'en suis revenue vers Soltariel, vers toi, je t'ai accordée mon soutien. J'ai essuyée tes larmes, écouter ton chagrin et suis restée ce soutien dont tu avais besoin n'y cherchant pas moi meme quelques réconforts. " Elle due prendre sur elle pour rester calme, quand le mot batifolage revint a sa mémoire. " Ce que tu appelles un batifolage c'est solder par une promesse devant les dieux, je ne suis pas femme a batifoler et oui cette union n'a peut etre rien de légal au regards des hommes ou des lois, mais elle n'en est pas moins réelle a mes yeux. " Une fois de plus un sourire triste étira ses traits. " Une étiquette n'est rien Tibéria, ce n'est qu'une chose que les autres apposent sur vous pour se délester de leurs peurs, leurs fautes, leurs échecs ou n'importe quel autre sentiment les animant. Une étiquette ne définie pas ce que l'on est. " Elle s'essaya a un trait d'humour, bien que le cœur n'y soit pas et que son ton s'en ressentait: " Puis ce ne serait pas la première que l'on me colle. " Elle se permit de s'approcher a nouveau de sa cousine, visiblement indécise quand a ses prochains gestes. Elle aurait aimée lui prendre la main, mais elle s'en abstint.  

" Tu as raison sur une chose, chacune de nos décisions a plus d'incidence que celle du commun des mortels. Nous sommes étudiés a la loupe, la cour est un nid de serpents et nous des proies sur lesquels ils rêvent de fondre au moindre faux pas. Cela m'a empêcher de vivre une bonne partie de ma vie, j'ai perdue une fois deja l'homme que j'aimais a cause de ce fardeau que l'on m'imposer. Avec Oscario, j'ai pensée qu'il en serait autrement. " Elle baissa les yeux, sa gorge se serrant. " Quand a savoir si il m'aime, comment oserais je répondre a sa place ? Il aimes les mots, les traits d'humour et les paroles charmantes, mais quand il s'agit de sentiments il est pudique, il a rarement dit m'aimer et cela ne rends ses mots que plus précieux. Mais ce que je préfère a cela ce sont ses actions, Il n'est pas un secret qu'Arichis ne m'aimait pas, tout comme tout le monde sait a quel point les Asnozia sont fidèles a leurs patriarche et a son sacro saint code et pourtant son fils m'a rejointe au bout du monde pour m'épouser envers et contre tous, il a bravé le danger pour moi, pour que je sois a ses cotés. " Elle hocha la tete, tandis que son regard se portait a nouveau vers celui de Tibéria. " Il m'aime, j'en suis certaine oui. " Dans un souffle elle ajouta quelques mots supplémentaires, simplement par ce qu'elle ne voulait pas cacher d'avantage a sa cousine. " Mais la véritable question serait plutôt, m'aime t'il plus qu'il n'aime son père ? C'est un choix impossible, un choix que je ne lui demanderais pas de faire. Un choix que personne ne devrait avoir a faire. "

Elle s'approcha un peu plus et cette fois elle prit délicatement l'une des mains de sa cousine dans la sienne en la pressant doucement: " Tout comme moi je ne devrais pas avoir a choisir entre lui et toi. Néanmoins pour t'offrir une part de réponse, ce que je sais c'est qu'il sera plus loyal a sa dévotion envers les siens qu'a son amour envers moi quand bien meme celui lui coûterait tout. " Elle soupira doucement, un triste sourire éclairant momentanément ses traits. " Il m'a confiée sa fille, son enfant. Il a suffisamment confiance en moi pour qu'elle soit a mes cotés et ce malgré le fait que son père ne supporte probablement pas l'idée que je l’élève. Malgré tout il sait que je ferais ce que j'estime devoir faire, comme je sais qu'il en fera de meme. Voila pourquoi nous nous retrouvons opposés, voila pourquoi je suis a tes cotés et non aux siens. " Elle glissa son autre main sur la joue de sa cousine en une caresse a la fois délicate et hésitante, le geste fut très lent afin que sa cousine ne s'en offusque pas. Elle aurait volontiers glisser une main apaisante sur son ventre, mais elle avait préférée s'en abstenir, estimant avoir perdue ce droit. " Tu as raison Tib, j'ai fais mon choix. J'ai choisie de vous aimer tout les deux. Mon choix est de vous protéger meme si cela doit etre a mon détriment. " Puis dans un soupir lasse, le regard brillant de larmes mais teinter de tristesse et de bienveillance, elle ajouta dans un presque murmure: " Fais ce que tu as a faire. Je te le pardonnerais et ne t'en tiendrais jamais griefs. " Elle laissa retombée ses deux mains, reculant d'un pas.

Oui, elle avait fait son choix et peut etre depuis plus longtemps qu'elle meme ne l'avait imaginée. Le choix avait juste été tellement douloureux qu'elle avait préférer feindre de croire qu'il pusse y'en avoir un autre. Ses pensées se tournèrent vers Oscario, Tibéria, Faustina, Torrance ... Elle avait fait le choix de se sacrifier pour eux et ce choix la au moins ne le regretterait t'elle jamais, car il était dicté par l'amour et si il y'avait bien une chose en ce monde qui méritait que l'on perde tout pour elle, c'était bien cella la.  

Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeMar 27 Mar 2018 - 0:37


« Le problème, Angelina, c’est que tu essaies de défendre les intérêts de deux personnes totalement opposées présentement. Je n’ai jamais cherché à poursuivre Oscario ou tout autre membre de sa famille, sauf que s’il représente une menace à ma vie… Tu comprendras que je ne peux pas rester les bras croisés à attendre que quelque chose arrive. Quelqu’un finira déçu, c’est certain. » Elle haussa les épaules, ne voyant aucune issue heureuse à cette situation, surtout pour Angelina. « C’était une union arrangée comme c’est le cas pour la grande majorité des nobles. Celui à qui j’étais promis n’avait même plus de terre. Un mariage avec l’Anoszia était nettement plus avantageux et me permettait de ramener ma famille en Péninsule. Tu aurais préféré que je sois uni à un déshérité ou pire, à un Prince Marchand qui m’aurait gardé dans son harem, se targuant d’avoir une noble péninsulaire sous la main? Je n’avais pas prévu ce qui allait arrivé à notre arrivé à Soltariel, mais je devais refaire le choix, je prendrais encore Arichis. Malgré toutes les difficultés, je persiste à croire que c’était le bon choix. Après, j’aurais nettement préféré qu’il ne touche pas au roi, mais nous n’avons aucun contrôle sur les faits et gestes des autres. Si quelqu’un décide d’en faire qu’à sa tête, c’est ainsi. Après, il reste à voir à quel point cette personne est prête à assumer les conséquences si les choses ne vont pas comme prévu, mais je suppose que tu es bien placé pour le savoir... »

Angelina n’en avait clairement rien à faire de ce que les gens pouvaient penser d’elle. Dans un sens, c’était admirable de pouvoir ainsi se détacher du regard accusateur des autres, mais dans un monde comme le nôtre, une désapprobation générale pouvait aussi dire la perte de nos privilèges. Sa cousine s’exposait à une vie misérable, loin des siens, simplement parce qu’elle était tombée amoureuse. Elle pouvait tout perdre et elle le savait. Pourtant, elle gardait la tête haute, prête à faire face aux conséquences. Soit elle avait perdu complètement la tête, soit elle s’était déjà préparée au pire. Angelina ne manquait pas de ressources et ça serait une erreur de la sous-estimer. « J’aimerais être aussi convaincu que toi de ses sentiments, mais je n’y arrive pas. On ne peut jamais être certaine de ce que pense une personne, mais je persiste à croire qu’il ne t’imposerait pas de choisir ou de sacrifier quelque chose pour prouver tes sentiments. En même temps, qu’est-ce que j’y connais? » Elle soupira, lasse. Tibéria avait ressassé inlassablement dans sa tête toutes les choses qu’elle voulait dire à sa cousine. Elle avait imaginé tous les scénarios possibles et cela l’avait gardée éveillée une bonne partie de la nuit. Finalement, elle était juste trop fatiguée pour s’emporter sur un coup de tête. De toute façon, plus elle y pensait, plus les raisons de sa colère envers Angelina étaient personnelles plutôt que légales. Elle n’était coupable de rien, sauf d’aimer. Si dans certains cas ça suffisait, Tibéria ne pouvait rien faire sans que ce soit de l’abus de pouvoir. Tout ce qu’elle avait, c’était des suppositions. Or, une supposition ne sert à rien, sauf à être plus attentif à ce qui se passe. « Tu es à mes côtés… soit par loyauté, soit parce que ça t’arrange d’être ici plutôt qu’être avec lui. » Elle souffla ces mots, le regard pensif. « Aux yeux de la loi, tu n’es coupable de rien ou, du moins, je n’ai aucune preuve que tu as assisté Oscario sur les terres du royaume. Naturellement, ce n’est pas dans ton intérêt de me le dire si c’est le cas… Je ne peux plus te faire confiance. Le doute, c’est bien ça le pire. J’aurais préféré ne rien savoir, rester dans l’ignorance quitte à passer pour une idiote. Ce que l’on ne sait pas ne fait pas de mal… Même si le scandale avait éclaté au grand jour, qui aurait été à blâmer? » Elle retira sa main de celle d’Angelina. « Mais j’ai besoin de toi… Hernando? Vous pouvez entrer. » La porte s’ouvrit sur le chef de la garde. Il jeta un regard interrogateur à la duchesse qui lui fit signe de ne pas bouger. « Tu es encore la dame de Solaria et vassale de Soltariel. Nous sommes en guerre… Tes hommes marcheront donc sur Ydril. Ils vont se battre pour chasser le traître des terres ydrilote et défendre les intérêts de la couronne. » Ce n’était pas un choix qu’elle lui donnait, mais un ordre. Le dragon doré des Anoszia avait été observé là-bas récemment. Il y avait donc une chance qu’Oscario y soit actuellement et qu’il choisisse de se battre aux côtés des traîtres… Ce faisant, ça mettait Angelina dans une position fort délicate. Si elle refusait de prendre les armes, elle pourrait l’arrêter pour félonie, Hernando agissant à titre de témoin. Si elle acceptait, elle partirait en femme libre, mais serait tout de même étroitement surveillée. Une confiance brisée est difficile à réparer.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
Angelina De Draycan

Nombre de messages : 1020
Âge : 34
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeMar 27 Mar 2018 - 6:27



La duchesse avait dit quelques vérités que la dame de Solaria n'était pas sans ignorer, bien qu'elle se plaisait a espérer que certaines fussent fautes. En son cœur, elle pensait sincèrement qu'Oscario reviendrait a la raison, oubliant sa soif de vengeance et ses désirs destructeurs. Il avait une femme, une fille et une vie surtout. Néanmoins, malgré tout l'amour qu'elle lui portait et au vu des derniers événements, les espérances d'Angelina s'amenuisaient, peut etre qu’être un Anoszia était tout ce qu'il était capable d’être. " Je ne dis pas que tu aurais due m'écouter quand j'ai désapprouvée ton union avec Arichis, quoi qu'elle t'ait coûtée .. Je soulignais simplement le fait que l'on écoute pas toujours les gens que l'on aime, quand bien meme ils essaient d'agir en notre intérêt. Le cœur dit une chose, la tete une notre et pour compliquer le tout la noblesse rajoute une autre dimension au tout .. Rien n'est jamais simple dans notre monde, encore moins quand il s'agit d'amour. "


Elle eut un sourire triste quand aux paroles de Tibéria sur les sentiments que pouvait ou non éprouver Oscario: " Si l'on ne peut croire en les sentiments de l'homme que l'on aime, alors on ne peut croire en rien. La confiance est la base de toute relation, ce qui la rend si précieuse. " Un hochement de tete. " Une fois brisée, la relation se brise aussi, qu'importe les efforts pour y remédier n'est ce pas ? " Ce n'était pas une vraie question, juste l'acceptation de ce qu'elle savait deja. Et en prononçant ses mots, elle ne faisait pas seulement référence a sa relation avec sa cousine. Les paroles de cette dernière la blessèrent plus qu'elle ne la soulagèrent, ainsi dont elle ne la ferait pas arrêter car elle n'avait que des suspicions, pire encore elle pensait qu'elle se trouvait présentement a ses cotés pour possiblement accomplir de sombres desseins. Avant qu'Angelina n'est pue lui répondre, celle qu'elle avait considérée comme une sœur une partie de sa vie fit entré un homme. C'était donc a lui qu'avait été destiner les nombreux coups d’œil que la duchesse avait eut en direction de la porte pendant toute la durée de leur entretien, la dame de Solaria avait misée sur une poignée de gardes, prêts a l’arrêter.   

" Ainsi, tu as besoin de moi pour servir tes intérêts. " Le ton était désabusé. Elle reprit les paroles qu'avaient eut un peu plus tot sa cousine en les adaptant a la situation. " Tu me veux a tes cotés non par loyauté mais par ce que ça t'arrange plus que je sois ici a tes cotés plutôt qu'aux siens ... " C'était donc ainsi que se devait d’être les choses ? Était t'elle destinée a un devenir un pion sur un échiquier, la réponse était limpide et elle n'était pas celle attendue. " Je te suis gré de m'avoir reçue, d'avoir écouter mes mots. J'aurais aimée te remercier pour ton pardon et ta confiance, mais nous savons toutes deux que je n'ai obtenue ni l'un ni l'autre. " Un sourire triste, la mine grave, le regard résolu puis elle se tourne vers l'homme. " Sir Hernando, il semble bien que vous allez devoir accomplir ce pourquoi vous étiez certainement la, mon arrestation. "

Ses paroles flotérent un moment dans l'air, elles auraient pus lui etre suffocantes car elle sonnait les trompettes qui annonçaient la fin d'une époque. Pourtant son ton était claire quand elle reprit la parole pour s'expliquer. " Ne crois pas que je refuse de t'aider en cette guerre pour le protéger lui ou par ce que je me suis ralliée a Altiom. Si je le fais c'est par ce que je ne demanderais pas a mes hommes de mourir dans une guerre en laquelle je ne crois pas. Certains ont des familles a Ydril, c'est tout un peuple et des familles entières que tu vas faire se dresser les uns contres les autres. Et a quelle fin ? Ydril accepte Altiom, sa comtesse elle meme l'accepte et nous au nom de quoi allons nous faire couler le sang, au nom d'un enfant qui ne pense rien de la situation car il en ignore tout, mais qui par ce qu'il porte couronne et que d'autres pensent a sa place nous nous devons de chasser un homme en son nom ? " Elle secoua la tete, le regard étincelant. Tout cela n'avait rien a avoir avec Oscario, son mariage, sa relation avec Tibéria mais tout avoir pour son aversion pour la guerre et encore plus celle qui allait déchiré le duché présentement.

Elle accrocha son regard dans celui de sa cousine: " Ce qui devrait t'importer le plus, ce n'est pas de satisfaire la volonté d'un monarque qui sera peut etre un tyran belliqueux mais la protection de ton peuple. Tout ton peuple, Ydril est aussi ton peuple, les hommes qui vont y mourir sont nos gens, ils font partis des nôtres. Après ça c'est tout l'équilibre de Soltariel qui s'en trouvera bouleverser. " Un sourire triste: " L'ont dirait que tu vas devoir prendre soin de toi toute seule, car je ne serais plus la pour le faire. Oh et je me dois de te dire qu'il ne te faudra pas compter sur Solaria pour servir a l’effort de guerre, je crains que tu n'y trouves que des murs et de la terre, tout le reste a été mit en lieu sur. " Les enfants, l'argent, les œuvres d'art, les bijoux, les documents .. Il ne restait rien. Elle avait été bien avisée elle meme d'écouter ses doutes, l'on ne pouvait jamais etre sure des gens que l'on aimait, Tibéria l'avait dit elle meme, ils étaient susceptibles de vous décevoir alors la dame de Solaria avait assurée ses arrières. Curieusement elle n'avait pas l'air terrifié, ni meme craintive quand elle s'adressa de nouveau a l'homme, tout simplement par ce qu'a cette finalité, elle s'y était préparée. " Sir Hernando, veuillez me conduire a mes nouveaux appartements, je crains que ma présence ne commence a fatiguer son altesse. " Ses nouveaux appartements, elle faisait bien entendue référence aux sombres cachots ou on allait la jeter.


Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Tibéria de Soltariel
Humain
Tibéria de Soltariel

Nombre de messages : 613
Âge : 33
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 29 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeJeu 29 Mar 2018 - 1:14


Les émotions que ressentait Tibéria à ce moment-là : colère, rage, tristesse, déception, elles se mélangeaient dans un dangereux tourbillon qui l’entraînait par le fond. C’était une claque de plus au visage. Étrangement, rien ne l’étonna vraiment dans les propos d’Angelina, comme si elle s’y attendait. Elle en avait assez de jouer aux victimes. Les gens commençaient à la sous-estimer et à la prendre de haut, mais Tibéria pouvait frapper aussi et sa chère cousine lui donnait matière à le faire. « Donc, une fois de plus, tu fuis tes responsabilités? » Avec froideur, elle la fixa dans les yeux. « Ce n’est pas la première fois, il me semble. D’abord un mariage arrangé indésirable et maintenant une guerre en laquelle que tu ne crois pas. » Elle frémissait de rage, mais les mots sortaient avec une précision toute calculée. Elle savait qu’elle était cruelle, mais Angelina dépassait les bornes. Elle agissait en victime, l’éternelle sacrifiée qui subissait tous les malheurs, mais dès qu’il était temps d’assumer les responsabilités dues à son rang, elle fuyait la queue entre les jambes en brandissant le prétexte que c’était contre ses valeurs. « La prochaine fois qu’une armée de l’Ithri’Vaan débarquera en pleine nuit pour prendre toute une province, je les inviterai à prendre le thé! Réalises-tu à quel point ce que tu dis est absurde? Aléandra, au mieux elle est sous l’abominable influence de cet homme, au pire, elle est de mèche avec lui. Nous avons des responsabilités, Angelina. Je suis liée au roi et je dois protéger sa terre de l’envahisseur. Que ce roi soit un enfant ou un homme entier n’a guère d’importance. Toi qui accordes autant d’importance aux serments, tu ne devrais pas prendre celui-là autant à la légère.. » Lui fit-elle remarquer en faisant référence au serment qui la liait à Oscario même s’il n’était pas officialisé légalement. « Tu as aussi un titre et il vient avec des responsabilités. Tu ne peux pas simplement fuir quand ça ne fait pas ton affaire. Ne crois-tu pas que je préférerais consacrer mon énergie à autre chose? Ne vois-tu pas, en fait, que j’ai bien autre chose en tête que de prévoir l’approvisionnement d’une armée. » Elle fit un geste vers son ventre. « En plus, m’avouer aussi candidement que tu as vidé Solaria de tout tes effets personnels… L’opulence, mais pas les contraintes, n’est-ce pas? Ton or et tes robes ne m’intéressent pas, mais ça me montre bien deux choses : tu n’as pas le moindre respect pour le peuple et tu n’as certainement pas à cœur sa sécurité. »

Hernando s’attendait à ce que les choses se corsent, mais il ne s’imaginait pas un tel débordement. Il s’approcha lentement de Tibéria comme s’il craignait qu’elle lui explose à la figure. En fait, c’est qu’il la voyait blêmir dangereusement. Elle tangua légèrement sur ses pieds et Hernando passa par réflexe un bras autour de ses épaules pour la soutenir. « Assoyez-vous, je vais faire monter Cassio et m’occuper du reste. » Elle ne dit rien, mais enfouis son visage dans ses mains, ignorant totalement la présence d’Angelina. Hernando l’aida à s’asseoir avant de se redresser en prenant son air le plus solennel. Il fit alors signe à Angelina d’avancer devant lui. Au détour d’un couloir, ils croisèrent deux autres gardes en services qui suivirent sans poser de questions leur chef en direction des profondeurs du château. Ils finirent par arriver à un endroit où l’air est toujours froid et où l’humidité ambiante traversait jusqu’aux os. Les cachots de Soltariel ont toujours eu une mauvaise réputation et à les voir, on comprenait pourquoi. Ça n’avait rien à voir avec l’opulence du reste du palais. Les couloirs étroits et tortueux se transformaient en véritable labyrinthe où il était facile de se perdre. En raison de la présence des prisonniers Ydrilotes et des craintes de représailles, la place était particulièrement bien gardée avec des sentinelles postées à intervalle régulier. Hernando fit ouvrir la porte d’une cellule. Juste avant de la faire entrer, il la fouilla rapidement. « Je fais mon travail. » Expliqua le garde alors qu’il s’exécutait. Le geste n’avait rien de lubrique, il voulait simplement la débarrasser de tout objet qu’elle pourrait utiliser pour s’enlever la vie, par exemple. Il trouva la dague qu’il donna à l’un de ses comparses. «  Elle ne méritait pas ça, vous savez. Faites attention aux rats, ils mordent » Et la porte se referma sur Angelina.
Revenir en haut Aller en bas
Angelina De Draycan
Humain
Angelina De Draycan

Nombre de messages : 1020
Âge : 34
Date d'inscription : 06/07/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Née en l'année 980 cycle 10.
Niveau Magique : Non-Initié.
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitimeJeu 29 Mar 2018 - 6:13



Ah la douce Tibéria se promettant protectrice du peuple avait bien changée. Une enfant gâtée qui quand elle ne pouvait régentée la vie des autres en leur imposant ses propres idées en venait a faire des caprices qui un jour coûteraient peut etre tout a Soltariel. Puis sa cousine était t'elle subitement devenue sotte ou amnésique ? Angelina avait vécue la moitié de sa vie dans des conditions que la pauvre petite duchesse ne pouvait meme pas imaginée en cauchemars, alors l'accuser de se préoccuper de ses robes et son opulence. Était elle dont naïve a ce point ou avait t'elle perdue la raison ? N'avait t'elle pas idée de ce que la dame de Solaria avait véritablement mit a l'abris ? Avant que l'on ne l’emmène, Angelina fixa sa cousine, son regard ayant perdue toute la tendresse qu'il contenait d'ordinaire a sa vue: " Tu es celle qui se moque du peuple, moi je suis prête a tout lui sacrifier, toi c'est tes ambitions qui te guident. Qui est celle de nous deux qui s'est mariée deux fois pour obtenir puis garder couronne ? Qui est celle qui se plaint ensuite des petits malheurs que ça lui apporte d'épouser le premier homme susceptible de la maintenir sur son précieux trône ? Toutes mes félicitations Tibéria, Arichis serait fière de toi. Prête a tout pour ne pas perdre une miette de ton pouvoir chéri, une digne Anoszia, voila sans doute pourquoi il t'a choisi au départ ... Il voyait ses propres ambitions se reflétaient dans ton regard ... Ce qui l'a perdu, c'est qu'il n'avait pas mesuré que les tiennes seraient égales, si ce n'est supérieures, aux siennes ... " Oui elle avait été dure, oui ses mots étaient cruels et destinés a blesser, un jour peut etre les regretterait t'elle, mais autant la Dame de Solaria jamais n'attaquer, autant au besoin elle se défendait et dans ces cas la, elle ne le faisait pas a demie mesure.

Quand Tibéria se mit dans tout ses états, faisant mine de vaciller, ne se souciant guère de se montrer faible devant des yeux que pourtant désormais elle devrait considéré comme ennemis, Angelina ne s'autorisa pas a s'émouvoir, elle ne pouvait se le permettre et elle pensa tristement que les serpents et vautours de la cours ne feraient qu'une bouchée d'elle. Au moins s'était elle essayée a l'endurcir, c'est désormais tout ce qu'elle pouvait pour elle, ça et prier pour elle. Elle suivit le garde sans histoires, sans esclandres. Elle savait ou il la conduisait, elle n'avait pas peur. Elle avait affrontée bien des choses dans sa vie, ce n'était qu'une épreuve de plus et au moins avait t'elle eut voie au chapitre pour celle la. Si elle l'avait voulue, elle aurait pue ne pas etre ici, elle aurait pue fuir avant meme que Tibéria ne reçoive sa lettre .. Ou alors elle aurait pue tout lui prendre, mener une révolte. Elle n'avait rien fait de cela, contrairement aux dires de Tibéria, elle avait fait face jusqu'au bout, elle n'avait pas fuie ses responsabilités et, elle, elle savait s’effacer quand venait le moment. Une leçon que sa cousine risquait bien d'apprendre a la dure. Quand Hernando la délesta de son poignard, elle ne sourcilla meme pas. Elle avait été bien avisée de ne pas porter celui des Soltariel, et pour cause cette finalité elle s'y était attendue. " Il ne faut pas juste faire son travail, il faut vivre et etre capable de mourir pour les choses en lesquelles on croit .. " L'ombre d'un sourire. " Meme si c'est mieux de vivre. "

L'homme eut ensuite des paroles compatissantes envers Tibéria, soit tout d'un coup, jusqu'au moindre petit garde du palais, ils étaient tous devenus de grands alliés de la duchesse et qui sait en ces conditions peut etre qu'au prochain quart d'heure c'est a elle qu'ils voueraient loyauté et l'on viendrait lui ouvrir la porte, soit celui la avait un faible pour sa cousine. La Soltariel penchait plutôt pour la seconde option. " Aucun d'entre nous n'obtient jamais ce qu'il mérite et cela vaut probablement mieux, car la majorité des gens n'apprécieraient guère ce qu'ils recevraient". Elle se força a ne pas ricaner quand il lui parla des rats, qu'avaient ils dont tous a craindre ces petits rongeurs ? Une morsure ? Oh par les dieux, elle en tremblait d'avance. C'est vrai cela devait faire infiniment plus mal que la morsure du fouet d'un pirate, que celle de la lame d'un Drow .. Arrêtons nous la dans les souvenirs et inspectons les lieux. Humides, spartiates, intimes. Quand la porte du cachot se referma, la Soltariel ne sursauta pas, elle n'avait pas peur, elle se laissa simplement choir sur la paillasse qui lui servirait de lit, elle avait connue pire, bien pire. Elle s'allongea, ses yeux se fermant, un sourire apaisé étirant ses traits. Elle allait pouvoir se reposer un peu, pour une fois dans sa vie il n'y'avait aucune décision a prendre, aucun choix a faire, une autre l'avait fait a sa place et cela avait quelque chose d'apaisant. Néanmoins si il y'avait une chose a retenir de tout cela c'est c'est que jamais l'on ne prenait a la dame de Solaria ce qu'elle n'avait elle meme consentie a donner.

Fin du RP.



Revenir en haut Aller en bas
http://desangetdesoie.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) Empty
MessageSujet: Re: Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )   Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. ) I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Et l'ombre du dragon plana sur les soleils. ( Tibéria. )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Dragon Crusaders [DVDRiP]
» Une glace à l'ombre [Pv Hide, Hentaï, Terminé]
» [UPTOBOX] Ninja Assassin [DVDRiP]mp4
» [UPTOBOX] La Légende de Bruce Lee [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: PÉNINSULE :: Duché de Soltariel :: Duché de Soltariel-
Sauter vers: