Le Deal du moment : -54%
Tondeuse à barbe Babyliss Designer SH500E
Voir le deal
59.99 €

 

 Bonjour Ciryië [Solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Macabre
Fossoyeur
Fossoyeur
Macabre

Nombre de messages : 348
Âge : 32
Date d'inscription : 06/01/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 153 ans (née en 863:X)
Niveau Magique : Arcaniste.
Bonjour Ciryië [Solo] Empty
MessageSujet: Bonjour Ciryië [Solo]   Bonjour Ciryië [Solo] I_icon_minitimeSam 31 Mar 2018 - 13:06

<< RP précédent : Le vrai nom de Macabre


Fin Barkios
An 10 du XIème cycle



Le printemps était désormais plus qu'installé. Les températures étaient redevenues clémentes dans les meilleurs jours mais la pluie avait tôt fait de les faire redescendre. Aussi, au moindre rayon de soleil, Macabre était dehors à profiter du peu de chaleur qu'elle pouvait capter, comme si elle avait été capable de l'emmagasiner à la manière d'un reptile. Elle avait eu si froid cet hiver... Et son état n'avait pas été pour l'aider.
Neraën était parti quelques jours plus tôt, comme il le lui avait dit. Durant son séjour, ses cauchemars avaient fini par cesser mais elle avait dû pour cela passer ses nuits dans ses appartements au Palais. Au début, elle dormait sur le divan, faisant un peu moins de rêves mais le changement était à peine sensible. Elle avait donc fini par le rejoindre dans son lit, lui tenant la main. Ainsi, elle avait pu faire sa première nuit sans trouble au bout d'à peine quelques jours. Elle ne se rendait absolument pas compte de la gêne que cela pouvait occasionner chez son ami, surtout en connaissant ses sentiments pour elle.
Ne l'entendant plus hurler la nuit, Olorin avait rapidement découvert que Mac ne dormait plus dans sa chambre. Il savait que le Protecteur en ville depuis peu et il ne lui fallut pas longtemps pour faire le lien. Il ne comprenait toujours pas ce qu'il y avait entre eux et avait peut-être peur de le savoir un jour. Il avait bien essayé de questionner la petite elfe en douceur mais il n'en avait rien obtenu. Il ne pouvait pas l'empêcher de quitter la maison tous les soirs et devait donc se résoudre à assister à tout ceci, impuissant. Mais comment cet homme qui l'avait tant faite souffrir pouvait également lui faire du bien ? Cela semblait impossible et expliquait son mécontentement de voir leur relation perdurer...

Avec le départ de Neraën, Mac avait refait quelques cauchemars. Elle avait toujours peur pour lui et ne s'en était pas cachée. Elle avait compris qu'elle tenait à lui plus qu'à n'importe qui mais était bien incapable de se l'expliquer. Les émotions étaient une chose encore bien trop complexe pour son esprit fragile et, jusqu'alors, solitaire. Afin de la rassurer, il lui avait promis de correspondre avec elle dès qu'il le pourrait pour la tenir au courant de sa santé. Cela la rassurait un peu... Mais il lui faudrait sans doute plusieurs périodes d'absence et de retrouvailles avant de parvenir à le laisser partir en toute sérénité.
En attendant sa première lettre, Macabre poursuivait ses études en magie. Elle lisait nombre d'ouvrages, choisis par ses soins ou conseillés par quelques professeurs de l'Académie. Elle participait également à un cours ou deux, toujours avec le même groupe et le même précepteur, ceci afin de la préparer à suivre peut-être un jour un cursus normal. Si elle n'y parvenait pas, alors peut-être faudrait-il songer à un tutorat pour qu'elle puisse avoir des cours particuliers avec un mage de son domaine en complément de quelques enseignements généraux à l'Académie. Le sujet était en cours d'étude.

Ce jour-là, Macabre était avec son groupe dans l'un des patios de l'Académie. L'ordre du jour était la magie de la vie appliquée aux plantes. Si, pour la plupart des élèves, c'était un sujet des plus fascinants, il s'agissait plutôt d'une curiosité pour la petite elfe. Elle observait en cherchant à comprendre non seulement le fonctionnement mais aussi l'intérêt d'une telle magie. Elle était désormais suffisamment en confiance avec ses camarades de classe pour parvenir à poser quelques questions. Etant très brièvement au courant de la situation et imitant l'attitude de leur professeur, les élèves tentaient parfois de lui répondre afin de lui faire comprendre des concepts qui lui étaient inconnus jusqu'alors. Suivant leur logique, elle comprenait pourquoi eux trouvaient cela intéressant mais elle avait souvent du mal à en venir aux mêmes conclusions d'elle-même.
Alors que l'intervenant du jour faisait mouvoir la plante afin de démontrer comment il pouvait influencer les végétaux, quelque chose d'autre attira l'attention de la petite elfe. Elle se tourna alors sans se tromper vers une silhouette restée à l'ombre du préau recouvrant un couloir qui passait deux étages au-dessus du patio où elle se trouvait. Mac pencha la tête sur le côté, interloquée. Cette femme... Elle l'avait vue à de nombreuses reprises déjà mais jamais elle ne s'était approchée et il n'était pas dans la nature de Mac d'aller au-devant des autres. Pourtant... Elle avait l'impression de la connaître... De l'avoir déjà vu... Mais le lieu, la date et la raison de leur rencontre lui échappaient totalement. Elle n'oubliait pourtant jamais ce genre d'informations.
Un élève attira l'attention de sa jeune camarade qui perdit la femme de vue. Elle ne se retourna plus pour essayer de voir si elle était encore là, son instinct lui dictant qu'elle n'était plus observée. Le cours se poursuivit donc sans nouvel incident et s'acheva bientôt. Personne ne lui posa de questions concernant son "absence". L'attitude de tous envers elle était plutôt bienveillante mais elle n'en restait pas moins la curiosité locale, l'étrangeté du moment à l'Académie. Personne n'essayait de se lier d'amitié avec elle.

Lorsque le professeur libéra ses élèves et tous se dispersèrent par petit groupe, hormis Macabre qui partit seule de son côté pour rentrer chez celui qui l'hébergeait depuis plus d'un an désormais. Mais au détour d'un couloir, elle s'arrêta. La femme était là, en plein milieu, comme si elle l'attendait. En découvrant la jeune fille, elle ne bougea pas et garda son regard fixé sur elle. Après un long silence durant lequel la petite elfe la détailla avec plus d'attention qu'elle ne pouvait le faire lorsqu'elle restait à distance, l'inconnue lui adressa un doux sourire.

-Bonjour.

Macabre ne répondit rien et continua le l'observer avec méfiance.

-Tu te demandes pourquoi je t'observe de loin depuis plusieurs ennéades n'est-ce pas ?

Le silence, encore. On l'avait prévenue qu'elle n'était pas très loquace et que l'absence de réponse pouvait vouloir dire "oui". Elle continua donc dans sa voie.

-Je cherchais le courage de venir te parler... Autant que j'essayais de te préparer à notre rencontre.
-Pourquoi ?

Le cœur de la femme se serra en entendant le son de la voix de l'enfant. Son ton était monocorde et dépourvu de toute émotion, bien loin de la joie de vivre qu'elle lui avait connu. Elle se racla la gorge pour se reprendre et poursuivit.

-Parce que, même si tu as cherché à connaître la vérité à ton sujet, la découvrir enfin peut malgré tout rester une épreuve.
-Qui êtes-vous ? Demanda Mac, de plus en plus intriguée par cette femme.
-Mon nom est Maliss. Mon époux s'appelait Hal'Inir. Cela te dit quelque chose ?
-Le registre à Ardamir.

C'était là qu'Hira et elle avait trouvé ces noms. Comme presque tous les noms elfes, elle aurait été incapable de les prononcer elle-même mais elle pouvait les reconnaître et les resituer à leur simple écoute.
Maliss sourit. De ce qu'elle avait compris, elle ne devait pas s'attendre à ce qu'elle retrouve ces prénoms dans sa mémoire profonde. Mais elle savait qu'elle avait participé elle-même à l'enquête qui l'avait mené jusqu'aux Las'Danir et que, par conséquent, tout ceci n'était pas complètement nouveau pour elle. Elle était satisfaite de constater que tel était le cas.

-Tu sais pourquoi je suis ici ?
-Pour répondre à nos questions.

Maliss inclina la tête, souriant toujours de manière bienveillante. Ces fameuses questions, elle les connaissait déjà, elles étaient dans la missive qu'elle avait reçue.

-Es-tu prête à entendre les réponses ?

Toujours ce silence... Un oui, sans doute.

-Tu as découvert dans les registres la naissance d'une fille qui devrait avoir à peu près ton âge. C'est vrai, j'ai porté cette enfant et je l'ai mise au monde dans ma cité natale, à Ardamir. Tu as voulu savoir ce qu'il était advenu d'elle et je n'ai qu'une réponse partielle à te donner... Parce qu'il n'y a que toi qui puisse la compléter.

Macabre fronça les sourcils et eut un imperceptible mouvement de recul.

-Qu'est-ce que ça veut dire ?
-Cela veut dire... que tu es cette enfant...
-Comment vous pouvez le savoir ?
-Physiquement, nous nous ressemblons énormément, c'est vrai. Mais j'en ai eu la certitude lorsque j'ai vu tes yeux. On pourrait me présenter mille jeunes filles de ton âge et avec ton apparence, je reconnaîtrai ces iris sans la moindre hésitation. Tu es Ciryië.

La jeune elfe resta là, à regarder celle qui lui faisait face et qui disait être sa mère. Elle ne savait pas quoi dire, pas quoi faire. Elle ne savait même pas si tout ça était vrai... Maliss avait anticipé à cette réaction, on l'y avait préparé.

-On m'a expliqué ce que tu as vécu, dans les très grandes lignes. Je ne m'attends pas à ce que tu te souviennes de moi et encore moins à ce que tu me sautes dans les bras. Je peux comprendre que tu aies besoin de temps pour te faire à cette idée. Peut-être auras-tu des questions... Je resterai en ville aussi longtemps que tu en auras besoin et, lorsque tu seras prête, je serais là pour y répondre. Olorin est au courant, Arwain et Anorn aussi. Ils pourront certifier mon histoire. Elle marqua une courte pause avant de reprendre avec quelques hésitations. En attendant, je ne vais pas t'imposer ma présence plus longtemps... Mais j'espère te revoir bientôt.

Un dernier sourire et Maliss commença à s'éloigner. Son cœur était serré et avait presque cessé de battre. Cette première rencontre, elle s'y préparait depuis si longtemps... Si auparavant elle l'avait imaginée comme des plus heureuses, Arwain l'avait aidée à se remettre dans le droit chemin. Le coup avait été dur et elle s'était donné le temps qu'il fallait pour se faire à cette idée. Puis, constatant qu'elle ne serait jamais totalement prête, elle avait décidé de se jeter à l'eau. Résultat, leur échange avait été plus étrange que ce à quoi elle aurait pu s'attendre mais pouvait-elle vraiment être objective avec tout l'espoir qui l'avait  habité depuis la réception de cette lettre ? Elle rentrerai donc droit dans les appartements qu'on lui avait gentiment alloué au Palais. Elle pleurerait sans doute... Pour évacuer son angoisse mais aussi sa peine d'avoir pu constater de plus près les ravages que les drows avaient causé sur l'esprit de sa fille.

Quant à Macabre, elle ne retournerait pas tout de suite chez son logeur finalement... Elle avait des questions à poser, des choses à comprendre... Il lui faudrait des certitudes et du temps pour se faire à cette idée qu'elle était une elfe d'Anaëh. Qu'elle appartenait à ce peuple qui l'avait recueillie depuis onze ans. Qu'elle avait une mère, une famille. Qu'elle avait un nom...
Quand ce serait fait, elle retournerait voir cette femme. Elle avait tant d'autres questions à lui poser.

_________________
Ne parle pas l'elfique !
(Langues parlées : Oliyan et Drow)


Citation :
Anorn : - Et tu sais, elle est assez particulière comme petite, mais je crois que je l’aime bien.
Arwain : - Pardon ? Ai-je bien entendu ?


Couleurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Bonjour Ciryië [Solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\
» [Solo] Selantis Shya - Intro [Hentaï]
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ANAËH :: Terres d'Alëandir :: Académie de Magie-
Sauter vers: