Partagez | 
 

 Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Nombre de messages : 572
Âge : 58
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]   Lun 9 Avr 2018 - 11:57



Où trouver un reître lorsqu'il ne pille point de cadavres, qu'il n’ensemence point les rombières contre leur gré, où qu'il ne mette pas sans dessus-dessous la terre d'un misérable ? A la taverne où au bordel pardi ! Ces deux endroits là étaient les repères attitrés de ses malfrats, qui une fois la guerre finie, s’exerçaient à dépenser leurs récoltes avec une facilité déconcertante. Les chauffeurs de pâturons n'étaient pas exempts de ces préjugés. A Beltrod, puis à Rochenoire, ils leur avaient fait le coup. Si Louis lui avait mandé alors de les tenir en laisse pour qu'on ne les accuse d'impolitesses, il avait dû s'avouer bien incapable et surtout bien peu motivé à sermonner les canailles du capitaine Cosimo. Sans vraiment s'en préoccuper, il laissa leur correction au bon soin de la maréchaussée diantraise qui eut, paraît-il, le plus grand mal du monde à les rendre plus docile. Dès lors, Thibaud n'avait eu d'autres choix que de soumettre la rupture de leur contrat. Car si le Brochant les avait recruté pour les lui envoyer, c'était bien à lui qu'était revenu la charge de leur fournir armes et provisions au même titre que ses hommes. Ensemble, ils avaient vécu une campagne victorieuse. Ces mercenaires avaient bien plus prouvé leur valeur que les hommes pourtant si parfaits de leur Sénéchal. Pour cela, il les respectait.

Dans cette missive envoyée pour signer l'arrêt de leur partenariat, une invitation avait également été promulguée. L'on pouvait y apprendre, à condition de savoir lire, que le Connétable de Sainte-Berthilde invitait le capitaine et ses officiers à venir partager un joyeux gueuleton. Celui-ci serait riche non seulement de vignasses suderonnes et de bières nordiennes, mais aussi de putains à l'exotisme certain. Pour l'adresse du rendez-vous, on donna celle d'un bordel à la bonne réputation.  

Ce n'est que lorsqu'on annonça la venue des mercenaires que Thibaud s'en vint parmi les siens. Depuis le temps, les hommes avaient appris à se connaître et à ne plus se méfier de ces briscards. Les accolades furent ainsi nombreuses au même titre que les premières rasades d'alcool.

Capitaine, dit-il en saluant la tête pelée. J'aimerais vous parler avant que tout ceci ne dégénère.

Revenir en haut Aller en bas
Cosimo Tête Pelée
Humain
avatar

Nombre de messages : 119
Âge : 101
Date d'inscription : 01/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]   Mar 10 Avr 2018 - 12:43


Cosimo et ses Affreux – car c’est ainsi qu’il désignait le noyau de compaings sur lequel il avait bâti sa compagnie – déambulaient déjà ivres dans les rues de Diantra. Vaille que vaille, ils se rapprochaient du rendez-vous donné par le Kelbourg, mais avaient fait honneur de leur présence à quelques cabarets sur la route. Le capitaine régalait ses hommes de récits d’exploits de jeunesse. Car la dernière fois qu’il était venu à Diantra, c’était en 998, comme simple piquier dans les rangs de la Ligue des Barons. Jamais on n’avait vu pareil pillerie ! On chantait encore chez les routiers le sac de la Cité des Rois. Revenir sur les lieux du crime réveillait chez Tête Pelée les souvenirs d’une époque simple, où il avait toutes ses dents et moins de parasites dans les entrailles. Il se laissait aller à la douce ivresse de la nostalgie, flacon à la main :

« Oh ! Et voyez cet orme compaings. On y avait pendu tout le quartier, un vrai travail d’artiste. Mais voilà qu’on tombe sur un bourgeois gras comme un moine, il a fallu se mettre à dix pour le brancher. Mais le cave est si gras du cou que la corde ne l’étouffait pas comme il se doit. Et le voilà qui gigote comme un beau diable, tant et si bien qu’il brise sa branche et tombe à nos pieds comme un fruit mûr ! »


Il s’esclaffa :

« On a tant rit qu’on avait mal aux côtes, et on l’a chassé à coups de pieds au cul pour la peine. Ah, mais je crois que nous sommes arrivés !»


C’était toujours un plaisir de voir le Kelbourg. Le gars leur avait une fleur de taille en laissant le Kastelord à leur merci. La rançon de ce dernier permettait à l’instant de recruter dans Diantra et ses alentours de nouveaux porte-piques pour gonfler les rangs de la compagnie avant un départ imminent pour le sud. Les mercenaires portaient de manière générale les Berthildois dans leur cœur, ayant versé sang et sueur à leur côté au cours de la campagne qui venait de s’achever.  Cosimo termina son flacon d’un trait et l’envoya se briser sur le pavé. Les compaings éméchés entrèrent dans le lupanar en se bousculant, quelques plumes volèrent des chapeaux. On se salua avec force embrassades et claques dans le dos avant d’attaquer les flacons de vins. Le Boucher prit Tête Pelée à part :

« Dites-moi tout mon bon seigneur, puis on dégénérera comme il se doit»,
dit-il en louchant vers les putains.
Revenir en haut Aller en bas
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Nombre de messages : 572
Âge : 58
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]   Mar 10 Avr 2018 - 17:34



Les compaings restaient fidèles à eux-même. Il était à peine croyable de les voir encore debout après tout ce qu'ils avaient traversé. Toujours à ses côtés depuis le début des hostilités ; un bon paquet avait passé l'arme à gauche. Les rangs ne désemplissaient jamais pourtant. A chaque nouvelle ville, la compagnie avait recruté, rehaussant ainsi ses effectifs pour ne jamais disparaître. C'était ça d'être mercenaire. Un boulot plutôt bancal qui payait la plupart du temps au lance-pierre. Mais un boulot qui ne cessait jamais de requérir du monde. Il ne suffisait alors que de donner une pique et d'en expliquer le fonctionnement pour que le clochard du coin alimente le fameux carré de phalange. C'était malin et habile, Thibaud garderait longtemps cela en mémoire pour sûr.

En invitant le capitaine à venir converser un peu à l'écart, il le regarda de manière amicale avant de porter à ses lèvres sa chopine de bière. Dès lors, d'un simple signe, il donna l'ordre au reître de prendre place non loin d'une fontaine où des femmes nageaient totalement nues. Un claquement de doigt pour attirer l'attention du capitaine dont les yeux foudroyaient déjà les putains, et Thibaud put en fin commencer.

– L'on m'a rapporté que vous comptiez faire route au sud, Cosimo, est-ce vrai ?

Ce n'était là un mystère pour personne, surtout pas pour lui. Les mercenaires parlaient plus qu'ils ne respiraient. Il n'était même pas utile de les faire chanter de force.

- Si oui, j'aimerais que vous fassiez une où deux choses pour moi là-bas. Bien entendu, vous serez payé. Vous vous contenterez seulement de garder la chose pour vous...et pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Cosimo Tête Pelée
Humain
avatar

Nombre de messages : 119
Âge : 101
Date d'inscription : 01/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  35 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]   Mar 10 Avr 2018 - 18:54


Voilà que le connétable voulait parler affaires. A vrai dire, ça n’étonnait que peu Cosimo, ce genre de festivités était toujours l’occasion de parler discrètement, le vacarme des convives couvrant les messes-basses des comploteurs.

« On vous rapporte bien. Paraît que ça barde déjà méchamment là-bas, on ne veut pas rater la fête ! »


Et surtout remplir les coffres de la compagnie. Le siège de Christabel les avait ruinés – en réponse de quoi ils avaient littéralement ruiné la ville par le feu – et il fallait se constituer une petite paillasse pour l’hiver. La rançon de Kastelord et les maigres fruits du pillage de la cité furent investis dans la levée de nouvelles recrues, il était temps de prendre le large pour remplir les estomacs. Ce qui augurait bien pour la combativité des compaings : quand on a plus qu’une chemise à se mettre sur le dos et une pique au poing, on monte à l’assaut avec autant plus d’enthousiasme. Mais Cosimo ne crachait pas sur quelques écus supplémentaires :

« Pour vous mon seigneur, on en fera même trois ou quatre de ces choses ! De quoi s’agit-il ? »

Autour d’eux, les Berthildois et les affreux entamaient la fête au pas de charge, engloutissant des quantités terrifiantes de boisson avant de chanter bruyamment, une fille sur les genoux. Tête Pelée mourrait d’envie de les rejoindre, mais les affaires sont les affaires.


Revenir en haut Aller en bas
Thibaud de Kelbourg
Humain
avatar

Nombre de messages : 572
Âge : 58
Date d'inscription : 07/09/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  38 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]   Ven 13 Avr 2018 - 17:07



Que pouvait-on espérer d'une telle bande de soiffards aux manières discutables ? Leur donner une bourse pleine d'écus pour accomplir une mission, c'était prendre le risque de voir disparaître une belle somme sans être certain du résultat. Vue les loustics, c'était même prendre un très gros risque d'enculade sans pommade. Et pourtant... Thibaud était prêt à leur accorder sa confiance. Tout d'abord parce qu'ils iraient emmerder d'autres terres. Puis aussi parce qu'il ne leur demanderait point non plus des monts et merveilles. Ha ça non ! Pour accomplir, ils n'auraient guère besoin de disposer d'érudits. Seul un peu de roublardise et de culot suffiraient. De toute évidence, les chauffeurs de pâturons étaient nés pour ce genre d'entreprise. Alors, le regard malin et les yeux pétillants, le connétable se laissa finir cul sec son godet avant d'exposer le plan au capitaine.

– Beltrod... vous vous en souvenez ? Ces foutus ponts détruits dès notre arrivée ; le gouverneur qui se chie dessus quand on lui pose la question ; puis ces chiens de velteriens, qui sans avoir quelque chose à perdre où à gagner, se mettent à nier leur implication.

Thibaud cracha un mollard sur le bas-côté. De mémoire d'homme, l'on ne vit jamais son pareil !

– Avec les retours des eraçiens partis enquêter, et les rapports de mes propres hommes, il est à peu près sûr qu'un connard de suderon a voulu nous la faire à l'envers. Et si mes soupçons visaient le princillion mervallois de mes deux, avec sa mort, on a rebattu les cartes.

Son attitude changea subitement. Ce n'était plus le Thibaud courtois et bon-vivant des instants précédents, mais bien un fou furieux capable du pire pour parvenir à ses fins.

– Lorsque vous irez chez ces sodomites, et plus exactement à Soltariel, ouvrez bien vos ouïes et faites chanter ces trous de culs. Cela devrait n'être qu'une formalité aux vues de vos faits déjà accomplis. Alors tâchez d'en apprendre le plus possible sur cette histoire.

Dire qu'il espérait que la compagnie gagne la confiance de la gamine qui régnait là-bas était peut-être abusif. Mais s'il y avait quelque chose à apprendre, même la plus infime, il saisirait la brèche et s'y engouffrerait comme un vit dans un con encore vierge. Ça saignerait pour sûr. Dès lors, le boucher pourrait enfin prendre un plaisir fou à faire durer l'hémorragie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce n'est qu'un au revoir [Cosimo PV]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manigat dit Au revoir à Marc Bazin
» Ce n'est qu'un au revoir
» Comme c'est agréable de te revoir...
» Besoin de le revoir et d'explications...
» sniff, au revoir madame lhasa...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Sauter vers: