Partagez | 
 

 Entre femmes | Ala

Aller en bas 
AuteurMessage
Eléonore de Saint-Aimé
Humain
avatar

Nombre de messages : 72
Âge : 22
Date d'inscription : 15/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Entre femmes | Ala   Lun 14 Mai 2018 - 22:23

Fin de la première ennéade de Verimios,
De la dixième année du onzième cycle.
Diantra

C’était aujourd’hui qu’elle rencontrerait la fameuse baronne qui avait ravi le coeur de son frère. Etrange d’ailleurs, que ce soit une baronne quand elle même devait se marier dernièrement avec un baron. Etaient-ils destinés à se lier à ces titres ? La similarité était assez cocasse. Eléonore savait qu’elle allait rencontrer une femme qui ne faisait pas l’unanimité au sein de ses pairs, mais elle n’en avait cure. Pour elle, elle rencontrait celle dont Louis était tombé amoureux et personne d’autre. Pourquoi elle parmi toutes les autres ? Qu’avait-elle de spéciale ? Elle espérait seulement que le sentiment était réciproque, sans quoi elle devrait annoncer à son frère une nouvelle bien triste. Assise devant sa coiffeuse temporaire, sa dame de compagnie tressait délicatement ses cheveux.

- Ne les sers pas trop, tu sais que j’ai horreur de ça. Et puis il ne faudrait pas que j’apparaisse trop stricte, j’imagine qu’elle doit être aussi stressée que moi.

Du moins elle l’espérait. Une fois sa coiffure terminée, elle vérifia que le tout était harmonieux et demanda ses bijoux. Elle referma sur son cou un collier fin d’argent, serti de pierres bleues. A ses oreilles elle laissa pendre deux longs arabesques du même métal et elle passa trois bagues a ses doigts. Ainsi prête, elle jeta un dernier coup d’oeil à son maquillage et se sourit dans le miroir.

- Parfaite ! Ne le suis-je pas ?
- Bien sûr Madame, comme à vôtre habitude vous êtes ravissante.

Un large sourire illumina le visage de la Saint-Aimée. Sa robe simple, d’un rouge pastel complètement approprié à la saison, épousait ses courbes désormais bien affirmée. Sa jupe chutait de ses hanches pour battre ses jambes d’une manière des plus agréables. Dans cette tenue, elle devrait éviter de mourir de chaud. Et elle voulait être à l’aise pour pouvoir se concentrer pleinement sur la rencontre qui se profilait. Le chemin jusqu’à cette fameuse baronne lui parut long, quand il ne dura en vérité que quelques instants. Elle entendit qu’on l’annonçait et elle sut que bientôt, elle la verrait. Expirant profondément, elle afficha un sourire de circonstance et s’arma de courage. Sa curiosité ne demandait qu’à être satisfaite.
Revenir en haut Aller en bas
Alanya de Broissieux
Ambassadrice
Ambassadrice
avatar

Nombre de messages : 764
Âge : 218
Date d'inscription : 08/04/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans.
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entre femmes | Ala   Dim 27 Mai 2018 - 22:23


« D’où tu viens m’importe peu ». Un bruit lourd retenti alors même que le bois de son bureau se secoua un peu. Les yeux grisâtres étaient mornes et figés. Ils n’essayèrent même pas de fuir vers la source du tumulte. Ils n’en avaient guère d’intérêts ; ce qui demeurait à l’attrait de la Belle à cet instant était le visage non moins content de celui qui se tenait, debout, face à elle. Lui ne se gêna pas pour reluquer ce que sa main avait jeté en pâture à ses mirettes. Cachant chichement son sourire, il lui sembla soudainement fébrile. Derrière se tenait deux silhouettes familières, immobiles. La chaleur étouffante de l’été semblait à peine plus supportable derrière les moucharabiehs de la capitale. « Ces plis doivent revenir à qui de droit sans délai ». Il n’y avait guère de distraction là-dedans, et chaque syllabe qui traversait sa bouche était alors appuyé par son regard stoïque. Ses sourcils se froncèrent néanmoins alors qu’ayant à peine glisser un œil vers sa tâche, ses grands doigts se dirigèrent vers le paiement. Rappelant à elle les piécettes, la main de son interlocuteur se perdit sur un bois devenu orphelin. Alors elle croisa enfin son regard.
Il lui manquait un œil et la plaie était bien vilaine ; s’il ne demeurait aujourd’hui qu’une membrane de chaire rose, on devinait une épaisse cicatrice lui barrant une partie du front jusqu’à la joue. Ses sourcils broussailleux et sa large mâchoire lui donnait un air bourru et franc. Il ne faisait alors aucun doute que l’homme préférait aux vertus de l’intelligence quelques remèdes bien plus physiques. Et c’était pour cela qu’elle restait réticente : il était bien trop peu commun. Lançant au bougre deux pièces d’or, elle reprit :

« J’ai besoin de quelqu’un de discret. Tu comprends n’est-ce pas ? »
« Jm’en balance pas mal, tant qu’vous vous alignez j’aurais toujours un gars sûr pour vous »
« Alors tu trouveras certainement ce que je recherche avec cet acompte »
« J’ai un marmot qui devrez-vous plaire ouais. Du genre qu’on soupçonnerait pas »
« Bien. Tu recevras le reste de ton paiement lorsque ces lettres auront rejoint leurs destinataires. Que ton ami se rende dans trois jours à l’entrée du village le plus proche, à l’Est d’ici. S’il n’y est pas, tu sais que ».
La coupant dans son élan, il acquiesça en caressant le métal précieux : « Ouais, je sais ».
« C’est la dernière fois que nous nous verrons. Odias va te conduire par l’entrée des cuisines. Veille à ce que personne ne te suive d’ici ».

D’un geste elle le congédia, laissant le seigneur de Wacume, droit et les dents serrés, emboiter le pas du curieux personnage. La pièce quelque peu exigüe retrouva de sa paix, alors que toujours immobile et silencieux se trouvait la dernière personne à lui tenir compagnie. Les jeux de lumière éclairaient ses cheveux qui avaient terriblement poussés, et ses prunelles bleutées qui – à l’instant – paraissait bien loin de celle qu’elle avait connu autrefois.

« Tu es bien sûre de toi en pensant qu’il ne vendra pas tes secrets une fois son larbin en possession des preuves »
« Dans trois jours, il sera déjà mort ». Le mutisme repris sa place alors que les deux pesaient le poids de ce qui venait d’être dit.
L’homme soupira. « Et comment comptes-tu t’y prendre ? »
« Comment m’y suis-je déjà pris ». Elle ouvrit à ses mots un tiroir et en sortie une petite fiole qu’elle manipulait avec précaution. A l’intérieur, quelques plantes flottaient dans à peine deux doigts d’un liquide transparent. L’on aurait dit de l’eau. Remettant l’étrange remède à sa place, elle ne quitta plus le jeune chevalier.
« Pourquoi m’as-tu convoqué ? »
« Tu vas faire quelque chose pour moi »
« Ah bien ! Maintenant que je te suis utile, tu m’offres une entrevue ? »
« Rien ne t’empêchait de me rendre visite avant non plus »
« Que veux-tu ? »
« Je veux que tu te rapproches de lui autant que tu le peux Fulcran. Je veux qu’il te fasse confiance. Ci-fait, je veux que rapporte tout à une personne de confiance, quelqu’un qui te serait fidèle jusqu’à la mort mais qui soit de basse naissance »
« S’il venait à l’apprendre… »
« …Ce ne serait rien d’autre que des bruits de cour ».

La conversation dura peu après cela. Oui, le jeune Entiane avait bien changé depuis qu’elle l’avait laissé aux soins du Corbac – maudit soit-il ! Il était un véritable homme à présent, et derrière ses traits encore frais de damoiseau, il ne trompait guère. Il était davantage de la trempe de son aînée à présent. S’il n’avait pas été maltraité, la vie à Serramire l’avait endurci : il avait dû connaitre les affres de ce panier à serpents, et pour s’en sortir indemne était devenu un véritable faucon. Voilà qui faisait bien son affaire en vérité : s’il avait été aussi fougueux qu’à l’époque, cette mission aurait été bien plus complexe que ce jourd’hui.
Et après le départ de tout le monde, elle s’en était allé laver ses mains. Le poison qu’elle avait utilisé s’inoculait assez facilement par la peau, et bien que la fiole était manipulée avec précaution il était plus prudent de veiller à faire disparaître la moindre trace. Le pauvre borgne serait retrouvé d’ici trois jours l’écume aux lèvres. M’enfin, ce n’était guère plus mal, il avait très certainement dû faire mille et une chose pour mérite ce sort. Chassant de son esprit les dernières images de son entrevue, elle lissa les plis de sa robe : on l’attendait déjà. Dans l’entrée se tenait droite une délicate fleur qu’il lui avait longtemps tardé de revoir. La petite avait bien grandit depuis qu’elle s’était vue un bref instant au grand tournoi. Ses longs cheveux et son teint pâle aurait fait envier n’importe quelle femme sur terre. Pour sûr la jeune et splendide Eléanore était devenue une femme. Le pas souple, elle arriva bientôt à sa hauteur afin d’admirer toute l’étendue de l’harmonie de ses traits. A l’instar de son frère, elle avait su prendre de sa mère la grâce.

« Vous resplendissez ». Ce fût bien la seule chose qu’elle parvint à lui dire, affichant un large sourire sur son minois ébahit. Par quelques charmants détails, elle lui rappelait sa propre sœur : pour sûr, Angélique avait les mêmes airs candides, de ceux qui mettaient les hommes à genoux. « La Damedieu a été bonne envers vos parents. Mais là ! je m’égare. La route jusqu’à Diantra n’a point été trop longue ? ».

_________________
"Le pouvoir de ces hommes n’était qu’illusoire [..]; non, ici elle était seule capitaine d’un bateau, car comme chacun le sait un navire ne dispose que d’un seul et unique gouvernail."



Revenir en haut Aller en bas
Eléonore de Saint-Aimé
Humain
avatar

Nombre de messages : 72
Âge : 22
Date d'inscription : 15/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  17 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Entre femmes | Ala   Dim 24 Juin 2018 - 22:23

Comment pouvait-on mieux commencer la conversation avec Eléonore qu’en la complimentant ? Louis l’avait bien compris et ne tarissait pas d’éloges à son propos. Il avait visiblement su choisir une femme sur ce point semblable. Elle sourit un peu tristement quand cette dernière mentionna la bonté de la Damedieu envers ses parents. Depuis qu’elle était femme, tout s’était écroulé pour eux. Tyra avait ravi son père et sa mère n’était plus que l’ombre d’elle-même. Elle l’avait connu bien plus rayonnante et extravertie. Si elle n’était pas absente des affaires du Marquisat, elle restait plus en retrait qu’elle ne l’avait jamais été. Mais ni son interlocutrice ni elle même ne s’attardèrent sur le sujet et on passa rapidement à des sujets plus légers.

- Pire que cela, si je peux être honnête. Il me tardait tant de retrouver Louis que le trajet a semblé être une éternité. Vous savez sans doute combien j’affectionne mon frère et combien il m’est donc difficile d’être loin de lui.

Elle n’aimait pas le savoir ailleurs. Bien qu’elle essaie de s’y habituer depuis qu’on l’avait pour la première fois promise, elle avait encore du mal. Chaque jour que les Cinq faisaient, il occupait son esprit et une partie de ses journées. Elle l’intégrait toujours dans ses prières quotidiennes. Invitée à procéder dans la pièce, elle jeta un rapide coup d’oeil, notant qu’elle était bien logée.

- Madame, je suis absolument ravie de vous rencontrer. Je dois avouer que Louis m’a beaucoup parlé de vous et a éveillé ma curiosité.

Il l’avait mentionné à plusieurs reprise, lorsqu’il lui parlait de ses sentiments à son égard. Mais il ne lui avait pas vraiment parlé d’elle en tant que personne, chose à laquelle elle n’avait pas tenu. Eléonore aimait se faire une idée des autres en les rencontrant, moins qu’en entendant parler d’eux. Parce qu’elle savait ce qu’on racontait sur la Baronne. Elle avait pour certain une mauvaise image, comme avait pu le lui dire Aliénor. Alors qu’elle voulait connaître Alanya de Broissieux, non pas l’image était associée à son titre.

- Je lui ai cependant demandé de ne pas m’en dire trop, puisqu’il me tient à coeur de vous découvrir moi-même. Avant tout, une chose me tracasse. J’ai su que vous aviez accompagné les hommes, à la guerre. Pourquoi cela ?

Elle n’avait rien d’une Aliénor et pourtant elle s’était faite une place sur le front. Qu’en retirait-elle ? N’avait-elle pas mieux à faire ailleurs, en sécurité ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre femmes | Ala   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entre femmes | Ala
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée entre femmes (Pv Miliani)
» On règle ça entre femmes. [Kity]
» De retour au mistral BAGARRE GENERALE Entre vieux!
» Visite médicale des femmes n° 2 infirmière Sate
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Sauter vers: