Partagez
 

 Reprendre le cours de la vie | Neraën

Aller en bas 
AuteurMessage
Anorn
Ancien
Ancien
Anorn

Nombre de messages : 671
Âge : 23
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
Reprendre le cours de la vie | Neraën Empty
MessageSujet: Reprendre le cours de la vie | Neraën   Reprendre le cours de la vie | Neraën I_icon_minitimeLun 21 Mai 2018 - 14:40


Moitié de la neuvième ennéade de Verimios,
De la dixième année du onzième cycle.

Ils étaient revenu depuis peu et tout était parfait. Il avait rêvé cette configuration maintes et maintes fois sans jamais oser l’espérer vraiment. Aldartha reprenait doucement le cours de sa vie. Les retrouvailles avec Arwain furent étonnamment belles et simples, tandis que la rencontre de ses neveux était chargée d’émotions. Il avait observé ces effusions de loin, empli de bonheur. Sa famille était là, entière et bien portante. C’était tout ce qui importait, finalement. Ce qui le minait depuis des siècles venait de disparaître. Il se sentait alors bien plus léger. Pour tous, Aldartha était venu lui rendre visite et sa joie n’était due qu’au premier manquement à sa réclusion. Personne ne l’avait vu encore et personne ne le verrait avant qu’il soit de nouveau en bon état.

 - Elle me manque quand même, tu sais. Le temps est passé si vite, dans un flou total. Je me souviens de tes visites, je me souviens des échanges, mais quand j’étais seul un siècle passait en un battement de cils, quand un instant paraissait être une éternité.
 - Je pense à elle aussi, parfois. Souvent quand je venais te voir parce que… Comment ne pas ? Mais cela fait tellement longtemps que mon coeur a cicatrisé et mon esprit accepté.
 - J’ai voulu rester pour toi, je savais que mon départ t’aurait tué. Mais c’était si difficile, je ne sais pas si j’ai bien fait. Je te vois, aujourd’hui. Tu es devenu si froid, si impassible, bien plus dur que tu ne l’as jamais été.
 - Tu as toujours été le meilleur de nous deux. Les gens s’en rendront bientôt compte. Ton coeur est bien plus pur que le mien. Et je pense que les choses doivent être ainsi. Mais parlons d’autre chose veux-tu ?

Se servant un verre, il en tandis un à son frère. Comme à son habitude, Aldartha l’attrapa par le bord entre le pouce et l’index et le laissa un instant pendre au bout de son bras. Anorn porta le sien à ses lèvres et apprécia l’acidité du breuvage, le laissant révéler son arôme végétal.

 - Si tu te souviens, je t’ai parlé de Neraën Yeldorei. Après la bataille du lac d’Uraal, nous avons tous deux été victimes d’un accident magique aux mouroirs, qui nous a étrangement lié. Cela, nous avons décidé de l’explorer un peu plus par la suite et nous nous sommes définitivement lié, d’une façon que je n’explique pas vraiment. A cette occasion, j’ai eu accès à ses souvenirs et ses émotions tandis qu’il eut accès aux miens.
 - Je me souviens. Tu l’as mal vécu, n’est-ce pas ?
 - Il n’a pas compris certaines choses oui.

Anorn reprit une gorgée et son frère fit de même. Il semblait apprécier ce qu’il buvait. Le régent repensait aux propos qu’il avait tenu devant Neraën, face à bien trop de maladresse. Ce dernier n’avait compris combien la relation qu’il avait avec son frère était spéciale. Et s’il avait voulu aider, il n’avait fait qu’alimenter sa colère. A ce jour, il ne voulait plus rien à voir à faire avec lui. Alors maintenant que la donne avait changé, il voyait l’opportunité de s’expliquer. Non pas de renouer, les liens qu’ils avaient n’avaient jamais été assez forts. Neraën et Anorn étaient bien trop différents pour s’apprécier réellement.

 - J’ai appris sa présence sur Alëandir. Et je l’ai sans doute sentie, aussi. Mais ces derniers jours ont été si forts en émotions que je n’y ai pas vraiment prêté attention.
 - Quand est-ce que nous le rencontrons ?
 - Je lui ai donné rendez-vous dans les jardins, un coin que j’occupe presque exclusivement et qui sera à l’abri de toute intrusion. Pour le dîner, dans quelques heures.
 - Parfait !

***

Une table ronde, finement sculptée dans la pierre, entourée de trois sièges, les attendait. Les deux frères furent les premiers présents. Tout était déjà prêt pour le dîner. Trois assiettes et les couverts reposaient sur une nappe verte pastelle avec des finitions en dentelle légère. Trois carafes trônaient au milieu, l’une d’eau, la deuxième d’alcool ambré et la dernière d’infusion d’herbes digestives. Leurs assiettes seraient garnies d’entrée à l’arrivée du troisième elfe. S’asseyant rapidement, Anorn remplit les verres. Et avant même que Neraën n’apparaisse entre les fleurs et les feuilles, il le sentit. Il s’éclaircit donc la gorge et se leva, en demandant à son frère de rester assis.

 - Telenwë Neraën, bonsoir. Prenez place je vous prie.

Il lui était difficile de l’accueillir mieux que cela. Pour son frère ce ne le fut pas autant et il lui sourit franchement.

 - Nous avons déjà rempli nos verres, veuillez nous excuser. Puis-je remplir le votre ? Avant que j’oublie, laissez-moi me présenter. Aldartha Nedi Lûcannui, frère d’Anornedellon ci-présent.

Si la ressemblance entre les deux était frappante, leurs différences l’étaient tout autant. L’un était de marbre et l’autre tout sourire. Celui qui venait de revenir parmi eux était encore faible, son visage était creusé et son corps encore maigre. Mais dans ses yeux brillait l’envie féroce de vivre et de réinvestir tout le temps qu’il avait perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Telenwë Neraën
Elfe
Telenwë Neraën

Nombre de messages : 553
Âge : 27
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Reprendre le cours de la vie | Neraën Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le cours de la vie | Neraën   Reprendre le cours de la vie | Neraën I_icon_minitimeMar 22 Mai 2018 - 8:22

Le chef de guerre posa ses yeux perçants sur les anedhels qui l'accompagnaient tout en se relevant doucement, les sens alertes. Le silence régnait en maître, tout comme l'odeur du sang se faisait forte aux odorats affutés de ce peuple. Même la Symphonie elle-même semblait retenir sa voix, pour une raison que seul un druide aurait pu comprendre. Après un signe de tête aux quelques ornedhels, Maghden se tourna vers l'unique taledhel présent parmi eux et, à pas de loup, se porta jusqu'à lui. Le sylvain, ainsi debout auprès de l'être à genoux sur le sol meuble, le dominait de toute sa hauteur ainsi que de tout son charisme. Son regard, invisible même aux yeux du concerné, était partagé par plusieurs sentiments : la supériorité face à un elfe des pierres, même si celui-ci se rapprochait sans cesse de la forêt ; le respect d'un combattant envers un autre, notamment face à la décision - plus que censée - qu'il avait prise ; l'inquiétude de perdre l'entité qu'il avait en lui ; et l'amitié qu'il avait pour lui. Quand Telenwë releva les yeux, seul un froid distant et supérieur se figea dans son regard. Une question silencieuse, juste un mouvement de la tête. Une réponse faite de la même manière et le noss se retourna pour reprendre le chemin. L'elfe allait bien, le sang qui le maculait n'était pas le sien... l'état déplorable de son corps était la seule cause de son essoufflement.

Telenwë regarda Maghden sans rien dire, conscient qu'un seul bruit pouvait apporter de nouveaux problèmes. Son bras droit tremblait à cause du choc lors de la bataille et sa main lui faisait mal. Il la regarda et soupira en constatant une énième fois qu'il était ô combien loin de retrouver toute sa vigueur de seulement quelques années auparavant. Si Maghden n'était pas intervenu, ce phish'oura lui aurait très certainement causé d'importants dégâts. Désormais l'animal était à terre, son souffle porté au loin... et l'autre qui avait attaqué avec s'en était allé, blessé au point de laisser une trainée de sang derrière lui. Personne ne désira le traquer malgré sa faiblesse : il valait mieux arriver au plus vite dans une zone moins dangereuse pour pouvoir panser les plaies et dormir pour la nuit. Bien qu'il avait jusque là toujours emprunter les sentiers tracés par les citadins pour aller d'un protectorat à un autre, Neraën sentait qu'ils n'étaient plus très loin du lac Uraal. Quelque chose en lui le lui chantait, une joie profonde ainsi que l'impression de déjà connaître l'endroit. Il ramassa son épée, l'essuya sur ses propres vêtements et la rengaina. Il allait encore falloir qu'il s'entraîne à bien la maintenir... Au moins étaient-ils encore vivants.


~~~~~~~~


"Où vas-tu ?
- A la cité, comme prévu.
- Ce n'est pas une bonne idée. Tu le sais.
Telenwë se retourna vers Maghden, l'air sérieux.
- Tu sais ce que je pense.
- Peut-être ne sera-t-elle pas là.
- Hum ?
- Va. Reviens dans trois jours, que tu puisses être prêt pour le rituel. Profite du temps qui t'est imparti."


C'est avec un petit sourire presque complice que les deux elfes se quittèrent, l'un espérant effectivement revoir une femme pour laquelle son coeur battait. Une femme dont il risquait d'avoir fortement besoin ces prochains mois, sans pour autant être sûr de pouvoir le lui dire. Non loin du lac Uraal, la flore chantait calmement sa sérénité alors que le soleil, loin à l'est, entamait son ascension, embrasant de sa douce lumière rouge l'Anaëh.


~~~~~~~~


Hum ? Comment ça il était "invité" par le régent ce soir ? Qu'avait-il bien pu faire qui ne lui avait pas plu, encore ? Telenwë regarda l'elfe qui était venu lui transmettre le message et le remercia, le congédiant ainsi. Il avait remarqué que l'état dans lequel il était arrivé à la cité le matin-même avait attiré de nombreux regards curieux et inquiets et, dans le fond, ce n'était pas illogique. Même si l'elfe s'était lavé la veille au soir avec ses vêtements, il n'en restait pas moins que ces derniers étaient déchirés à plusieurs endroits, que ce soit en bas comme à la manche, un bandage lui couvrant le poignet droit ainsi que la main, et qu'en plus des traces de sang délavé agrémentaient le vert d'une façon plutôt originale. Rien de bien particulier, surtout d'un point de vue noss. Mais pour des lëandrins, ça pouvait être différent. Donc l'arrivée du protecteur d'Eteniril - pour ceux qui l'avaient reconnu - avait dû créer des histoires complètement idiotes, cherchant à expliquer pourquoi il était arrivé seul dans cet état, si bien que visiblement... même Anorn était au courant. Et dire qu'il cherchait juste à revoir Ciriyë et passait dire bonjour à quelques connaissances au passage ! Bon... voilà que sa soirée était prévue.


Arrivé au jardin, le protecteur fit exprès de prendre son temps avant de rejoindre le point de rendez-vous. Il fallait qu'il réfléchisse et, surtout, il devait prendre le temps de se réhabituer au peu de Chant qu'il y avait dans cette cité. En début d'après-midi il était retourné dans la forêt parce qu'il commençait à ne plus supporter la surdité. Comme s'il était en manque de Symphonie... Là, dans un jardin, c'était un peu mieux. Un peu seulement. Quand il arriva près du lieu, il perçut très fortement le lien qu'il y avait entre lui et Anorn et se permit de s'intéresser psychiquement à l'autre pour voir dans quelle humeur il était. Pas de colère sourde mais de la réticence... et de la joie ? Non, ça ne collait pas. Neraën s'arrêta un instant pour mieux sonder et découvrit qu'il y avait un autre être près d'Anorn, un avec qui il n'était pas lié mais qui avait un souffle proche - très proche même - de celui du régent. Emprunte que l'etenirili connaissait mais qu'il n'arrivait aucunement à remettre. Il s'avança donc et eut du mal à retenir son visage d'exprimer sa surprise et son interrogation quand il reconnut Aldartha assis à la table. Après de nombreux siècles, nombreux étaient ceux qui seraient incapables de mettre un quelconque nom sur ce visage émacié. Lui l'avait vu suffisamment de fois en rêve, que ce soit en tant qu'être très proche de Tari ou en elfe bien portant pour pouvoir le faire sans trop se poser de questions.

"Telenwë Neraën, bonsoir. Prenez place je vous prie.
- Anornedellon... cela me fait plaisir de te voir."


Un sourire amusé apparut sur ses lèvres. Il n'aimait pas la relation qu'il avait avec le régent : d'un côté il l'appréciait, de l'autre il savait très bien que l'elfe le détestait plus que tout autre à cause du lien qu'ils partageaient. Que ce dernier l'appelle par ses deux prénoms était inhabituel et démontrait peut-être qu'il ne savait pas comment l'appeler après l'épisode de l'Aube. Et ne lui avait-il pas fait promettre de ne jamais s'approcher d'Aldartha, au fait ?

"Nous avons déjà rempli nos verres, veuillez nous excuser. Puis-je remplir le votre ? Avant que j’oublie, laissez-moi me présenter. Aldartha Nedi Lûcannui, frère d’Anornedellon ci-présent."

Un hochement de tête répondit à la question d'Aldartha. Tout en s'asseyant, l'etenirili cherchait très rapidement dans sa tête comment éviter un énième incident diplomatique avec Anorn et comment il devait réagir par rapport à cela. Le régent ne le mettait pas dans une très belle situation, franchement, d'autant plus qu'il ne savait pas du tout pourquoi il avait été "invité".

"Enchanté Aldartha Nedi Lûcannui, frère d'Anornedellon. Faire ta connaissance est un honneur." Se tournant vers Anorn. "Désolé pour l'accoutrement, je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de changer de vêtements depuis que je suis arrivé en ville..."

Ce n'était clairement pas terrible mais avec les noss, on ne s'amuse pas à prendre trente-six tenues différentes pour un seul voyage. Une est entièrement suffisante. Là, Neraën fait l'effort de retrousser ses manches pour qu'elles paraissent correctes, ce qui montrait le bandage qu'il avait à la main. Pour les deux citadins, il devait certainement paraître pour un énergumène fort curieux...

"Sinon, comment allez-vous, tous les deux ?"
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Ancien
Ancien
Anorn

Nombre de messages : 671
Âge : 23
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
Reprendre le cours de la vie | Neraën Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le cours de la vie | Neraën   Reprendre le cours de la vie | Neraën I_icon_minitimeMer 30 Mai 2018 - 0:23

S’il avait été du genre à sourire, il l’aurait fait. Neraën ravi de le revoir ? Il n’y croyait pas un instant. De plus, il pouvait ressentir son inquiétude, tout à fait légitime. Ils ne s’étaient pas quittés en très bons termes et Anorn se souvenait comme si c’était hier de la menace qu’on lui avait obligé à proférer. Il n’avait jamais compris comment le Seigneur Protecteur avait pu passer à côté d’une information si cruciale quand ils s’étaient autant liés. Ne s’était-il pas douté que son frère était plus précieux que tout le reste ? Mais ce n’était pas pour en reparler qu’il l’avait invité à dîner.

- Ne vous en faites pas pour l’accoutrement, Anorn trouve sans doute cela très impoli de votre part mais entre nous, si vous ne vous êtes pas changé, c’est sans doute que vous aviez mieux à faire !

Lui servant un verre, les entrées arrivèrent peu après la question de leur invité.

- Mon frère se porte comme un charme, quant à moi-même je vais nettement mieux. Dites moi, qu’avez-vous fait pour récolter ce bandage ?
- Il n’a pas été voir de mage de la vie. Sans quoi il n’aurait besoin d’aucun pansement.
- C’est une question sérieuse.
- Ce qui l’est encore plus est la raison de sa présence ici. Il aura tout le temps de nous raconter ses faits d’armes durant le dessert, j’aimerais aborder des sujets un peu plus délicats avant cela.

Il n’avait pas changé. Toujours attaquer, jamais faire de rond de jambes. Du moins pas s’il pouvait les éviter. Rien ne valait la vérité crue, l’exposition directe, sans préparation.

- Et bien je t’en prie, je pensais que notre invité n’était là que pour mes beaux yeux !
- En partie. Neraën, je sais que nos relations sont conflictuelles, je ne reviendrai pas là-dessus, c’est inutile.

Tous deux savaient ce qu’ils avaient fait, quelle importance aujourd’hui d’en blâmer un plus que l’autre ? Il attendit d’avaler sa bouchée pour continuer.

- Je vous ai fait venir car, vous pouvez le constater, ce qui a pourri en grande partie notre relation est aujourd’hui caduque. En vous invitant à ce dîner, je voulais que vous sachiez que les termes de la menace que j’ai pu proférer à votre encontre n’existent plus.
- Il s’excuse.
- Aldartha !
- Quoi ? Il faut bien que quelqu’un le dise non ?

Anorn porta son verre à ses lèvres et serra les dents. Il n’était pas le moins du monde désole de ce qui s’était passé quelques temps auparavant. Il voulait seulement lui montrer que les choses avaient changées.

- Vous n’avez donc plus aucune raison de rester éloigné consciencieusement de mon frère, ainsi que de moi-même. J’ai aussi appris que vous avez été renommé Seigneur Protecteur par l’Aube elle-même, mes félicitations.
- Que s’est-il passé entre temps ? Pourquoi n’avoir pas été renommé de suite?Un rapport avec votre bandage, peut-être ?

Aldartha était curieux, comme toujours. Lui non plus n’avait pas changé. Et c’était si bon de le retrouver.
Revenir en haut Aller en bas
Telenwë Neraën
Elfe
Telenwë Neraën

Nombre de messages : 553
Âge : 27
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Reprendre le cours de la vie | Neraën Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le cours de la vie | Neraën   Reprendre le cours de la vie | Neraën I_icon_minitimeMer 30 Mai 2018 - 12:02


*Je sais que c'est inutile, Anorn. Tu penseras toujours que je souhaitais te faire du mal, à toi ou ton frère, alors qu'il n'en était rien. Tu n'as jamais voulu comprendre que je ne contrôlais aucun de mes rêves et que j'étais incapable à l'époque de comprendre que Dryade exprimait juste son besoin d'être libérée. Pourquoi mettait-elle continuellement en danger Aldartha dans ces cauchemars ? Je n'en sais rien ; certainement parce qu'au fond de moi je ne souhaitais que le protéger. Enfin... tu m'invites là à un dîner, me montrant clairement que ton frère n'est plus aux affres de la mort, comme si j'étais responsable de son précédent état, et me racontant que désormais je n'avais plus à l'éviter lui ou toi-même.

Qu'est-ce qui amène ton esprit à penser ainsi, Anorn ? Que peut-il bien te faire croire que si j'étais le danger ambulant que tu as toujours vu, que le nouvel état de ton jumeau le sauverait de moi ? Je ne te comprends pas. tu as très certainement dû réfléchir à tout cela avant de m'inviter à cette table, à peine arrivé dans la cité.

Je sais que tu ne peux entendre mes pensées - et il vaut mieux qu'il en soit ainsi - mais j'aimerais que tu saches qu'une fois encore, tu me surprends. Et que je sais très bien que jamais tu ne t'excuseras, pour la simple et bonne raison que tu ne dois pas voir pour quelles raisons tu devrais le faire ; surtout face à moi. Au moins, tu as la raison d'aller droit au but et de ne pas tourner autour du pot comme le font trop d'elfes. Reste comme cela, c'est une bonne chose. Mais ne sois pas trop confiant, cela pourrait attirer ce que tu veux à tout prix éviter. Et la guerre d'Eteniril a malheureusement montré que ceux que nous protégeons sont capables de creuser toutes nos failles pour leurs propres desseins. Me concernant... de toute façon tu n'auras bientôt absolument plus rien à craindre de moi.*


"Que s’est-il passé entre temps ? Pourquoi n’avoir pas été renommé de suite ? Un rapport avec votre bandage, peut-être ?"


Telenwë, qui était jusque là resté neutre et distant vis-à-vis des deux frères, accorda un fin sourire à Aldartha. Le sourire qu'un père pouvait porter à son enfant, bien qu'Aldartha était plus vieux que Neraën. Mais c'est à Anornedellon qu'il répondit en premier, posant comme à son habitude son regard profond sur le sien.

"Je prends note de ta décision et te remercie pour tes félicitations. Reposant ses yeux sur ceux d'Aldartha. Je n'ai officiellement jamais été destitué du titre de protecteur, seule l'Aube pouvant avoir ce droit en Eteniril. Et elle a décidé que je devais rester à ce poste."

Son sourire se fit plus accentué, bien que n'éclatant aucunement de joie. Cette tâche était complexe et un poids sur ses épaules, pas une renommée qu'il cherchait à tout prix ou un jouet.

"Pour ce qui est de mon bras, disons juste que mon poignet n'a pas apprécié la charge d'un phish oura en venant ici. Et puisqu'il n'a que besoin de repos, je ne me permettrai pas de déranger un mage de vie pour si peu. Autant que mon corps se renforce de lui-même."

C'était vrai. Même s'il y avait également - voire même surtout - le fait qu'il supportait de moins en moins la profondeur et le silence des cités, si bien qu'il passait le plus de temps possible à l'extérieur. Si son corps était en meilleure forme, il se serait écouté et serait depuis longtemps parti au plus profond de l'Anaëh, là où la Symphonie chantait avec force.
Revenir en haut Aller en bas
Anorn
Ancien
Ancien
Anorn

Nombre de messages : 671
Âge : 23
Date d'inscription : 18/06/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  1201 ans
Niveau Magique : Archimage.
Reprendre le cours de la vie | Neraën Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le cours de la vie | Neraën   Reprendre le cours de la vie | Neraën I_icon_minitimeDim 17 Juin 2018 - 21:18

Neraën précisa à Aldartha que seule l’Aube avait pouvoir de décision en Eteniril. Mais il savait que si son frère avait déconseillé à l’elfe de continuer dans cette voie, c’était uniquement à cause de sa magie. Elle avait causé un nombre incalculable de dégâts, à commencer par celui qui avait lié Anorn et l’ancien lieutenant. Si aujourd’hui cette menace n’était plus, il se révélait être un très bon Protecteur. Anorn ne lui dirait sans doute qu’en temps voulu et Neraën avait vu dans ses conseils une soif de vengeance personnelle. Le Régent savait parfaitement distinguer les deux, c’était d’ailleurs pour cela qu’ils étaient autour de cette table aujourd’hui.

- Tant que vous renforcez votre corps correctement, je ne peux pas vous contredire. Il y a quelques questions que j’aimerais vous poser.

Il ne savait pas bien comment aborder ces sujets qui nourriraient autant ses connaissances que sa curiosité. Il n’avait pas vraiment dit à Aldartha ce qu’il souhaitait savoir, parce qu’il n’en avait lui même pas précise idée. La seule ligne directrice était l’apaisement des tensions dans le but d’obtenir une entente cordiale. Pour le reste, il s’agirait sans doute de se tenir au courant de ce qu’Eteniril entreprenait pour la suite.

- Commençons par ce qui fâche : comment s’est passé la libération de l’Eäla ? Vous y accommodez-vous ?

Le protectorat viendrait ensuite.

- Je sais que j’ai manqué quelques années mais c’est bien la première fois que j’entendais parler d’une telle chose. Un accident magique qui implique la fusion d’un Eäla et d’un anedhel, je n’aurais jamais cru cela possible. Comment vous l’a-t-on expliqué ?

La magie lui manquait. Il ne savait plus pratiquer, après un cycle passé dans un état quasi-végétatif. Il allait devoir réapprivoiser la chose, sans parler de retrouver son focalisateur. Il n’était pas perdu mais que ressentirait-il en le tenant de nouveau, dans le creux de sa main ? Le reconnaîtrait-il ? Mais tout cela ne pourrait avoir lieu sans une réelle récupération physique, qui risquait de prendre quelques temps. On n’effaçait pas tant de dégâts en quelques ennéades. Anorn l’aidait beaucoup mais c’était insuffisant. Il lui fallait lui-même reconstruire.

- Pardonnez-moi si ma question vous met dans une mauvaise posture. La réponse m’intéresse vraiment, autrefois j’avais une voie toute tracée en tant qu’Artisan.
- Hors pair.

Il n’avait pu s’empêcher de le rajouter. Neraën n’ayant jamais été à l’Académie, du moins pas dans un cursus normal, il n’y avait aucune chance pour qu’il l’ait déjà croisé. Peut-être avait-il entendu parler de lui comme d’un elfe prometteur, dont le frère l’était moins, et au mieux on aurait accolé son nom. Mais cela restait peu probable En son coeur, il était immensément fier d’Aldartha.
Revenir en haut Aller en bas
Telenwë Neraën
Elfe
Telenwë Neraën

Nombre de messages : 553
Âge : 27
Date d'inscription : 04/07/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  809 ans
Niveau Magique : Apprenti.
Reprendre le cours de la vie | Neraën Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le cours de la vie | Neraën   Reprendre le cours de la vie | Neraën I_icon_minitimeMar 19 Juin 2018 - 7:40

*Alors c'est cela... Bigre Anorn, me réduis-tu à cela ?! Je pensais que tu considérais que le danger était écarté parce que ton frère n'était plus au bord de la mord, ce qui m'étonnait tout de même... et voilà que tu penses en vrai que le danger n'a plus lieu d'être parce que je ne suis plus mage. Parce que si Dryade n'est plus en moi, il est vrai qu'il y a de trop fortes probabilités pour que je ne puisse plus utiliser la magie ; c'est même certain, en fait. Mais que les Cinq puissent me protéger de ta pensée, Anorn, tous les compte-rendus que tu as reçus de l'Académie la dernière fois que je suis venu ne t'ont-ils pas clairement signifié que je n'étais pas un danger publique ?!

Tu me déçois, Anorn. Vraiment.

Et pourtant, ce mode de pensée ne m'étonne pas de toi. Alors, devrais-je te dire la vérité, que le rituel n'a pas encore eu lieu et que je suis justement revenu dans cette région pour cela ? Non. Je ne peux qu'imaginer ta réaction, qui serait à l'occasion complètement idiote voire même dangereuse. Il vaut mieux pour nous trois que tu restes sur ta fausse idée. De toute façon, si je suis là, c'est que tu as quelque à dire à l'elfe non-mage que je serai. Alors autant que tu la dise là maintenant tout de suite, à l'hypocrisie d'un repas se voulant convivial. A quelques jours près, tu avais bon. Alors autant que tu restes dans le faux.*


Pendant que les deux frères continuaient de parler, Telenwë, plongé dans ses pensées, raffermit son emprise psychique sur ses propres émotions afin qu'Anornedellon n'en ait aucun ressenti. Désormais, il allait devoir faire attention que le lien les reliant ne soit plus qu'à sens unique.

Pour ce qui était de la question du régent, Neraën n'avait pas besoin de mentir ou de jouer la comédie. Même si elle avait certainement été moins grande, il avait déjà vécu une rupture avec l'Eäla qui était en lui : à Eteniril, pendant un an, enfermé dans une cage dorée en Eteniril. Il savait ce qu'était le manque et l'impression de vide intense. Aussi est-ce cela qu'il raconta.

"Cela s'est bien passé. Dur de s'accomoder au manque d'une présence et de la magie... comme si le monde dans lequel je vivais avait disparu... Son air songeur et mélancolique n'était aucunement feint. Pour répondre à ta question, Aldartha, l'Eäla qui était en moi a répondu à l'appel d'un druide lors de la bataille du lac Uraal ; un druide qui n'était autre que mon ami d'enfance venu à la guerre pour protéger l'Oeuvre. Instinctivement, il porta sa main au collier pendant à son cou. Elle a voulu s'interposer entre une explosion de magies et moi, ce qui a fait que l'explosion l'a propulsée en moi. Anorn pourra t'en parler plus avant si tu le souhaites, ce n'est qu'un miracle que j'y ai survécu. Mais je préfèrerais que l'on change de sujet, si cela ne vous dérange pas..."

Il n'aimait pas en parler. Pas à cause de souvenirs douloureux, non... mais bien parce qu'imaginer ce futur sans elle lui faisait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Reprendre le cours de la vie | Neraën Empty
MessageSujet: Re: Reprendre le cours de la vie | Neraën   Reprendre le cours de la vie | Neraën I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Reprendre le cours de la vie | Neraën
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» 1er cours de 3é année : L'introduction à la matière [Close]
» Un cours d'Initiation au Quidditch pour toutes les années ?
» Inscription au cours d'Etude des Moldus
» Tyler Gin [en cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Miradelphia :: ANAËH :: Terres d'Alëandir :: Le Trône Blanc-
Sauter vers: