Partagez | 
 

 En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.

Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 523
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.    Lun 21 Mai 2018 - 16:51


-
Melkhart - Yvanoé..

Au jour 9 de la 3ème ennéade
Verimios, premier mois d'été
An X du XIème cycle

« Alors ? Tu m’en a trouvé un ?
- Le meilleur !
- Melkhart, s’il te plaît, je suis sérieuse. En as-tu réellement trouvé un ?
- Mais oui. Ne t’en fais pas. Et tu vas voir, je suis persuadé que tu vas l’apprécier.
- Pourquoi est-ce que tout d’un coup je crains le pire ?!
- Fais moi confiance pour une fois.
- Mon instinct me dit de me méfier. »

Le jeune frère et la grande sœur chevauchèrent depuis quelques lieux maintenant. Ils avaient quitté Diantra pour se rendre en rase-campagne, là où la rencontre devait se faire. Victoria avait demandé à son frère, et ce, avant même d’avoir franchit les portes de la cité, de lui trouver un maître mage qui serait prêt à l’entraîner. Et en réalité, Victoria ne s’attendait pas à ce que son frère réussisse en sachant Diantra complètement déserté de magiciens depuis l’explosion de l’Arcanum. Mais ce bougre avait réussi à en dénicher un, et pas des moindres d’après ses dires. Victoria s’attendait vraiment au pire car avec la guerre qui approchait et sa ferme intention d’y prendre part aux côtés des mages de guerre Sybronds, il était temps pour la jeune femme de réussir l’insurmontable : contrôler ses émotions pour ainsi mieux contrôler son pouvoir destructeur.

Ils s’arrêtèrent au milieu d’un champ qui venait d’être récolté lorsqu’ils mirent pied à terre. Melkhart s’empara alors des chevaux et s’en alla les attacher un peu plus loin, laissant Victoria seule quelques instants. C’est là que l’homme apparu au loin. Il était seul et semblait des plus vieux au vu de sa démarche lente et boiteuse. Melkhart revint bien vite à hauteur de sa sœur puis attendit patiemment avec elle l’arrivée de l’homme tant attendu.

« Votre Grandeur. » Commença-t-il. Sa voix était étonnement clair et compréhensible, ce qui étonna la jeune femme.

« Monsieur ?
- Yvanoé suffira
- Enchanté. Et donc. Vous savez pourquoi vous êtes ici, n’est-ce pas ?
- Oui Dame. Votre frère m’a mandé pour vous apprendre à mieux contrôler vos sautes d’humeurs.
- Mesurez vos paroles je vous prie !
- Pardonnez-moi Dame, mais je ne fais que répéter mot pour mot ce qui m’a transmis votre frère. » Victoria fit alors volte-face et lança un regard nord vers son jeune frère. Celui-ci d’ailleurs, ne put retenir un grand sourire.

« En d’autres termes, monsieur. Il me faut apprendre à maîtriser mes émotions pour ainsi mieux maîtriser mon pouvoir.
- Je vois. Alors commençons dès à présent. »

Il s’éloigna quelques peu puis se tourna à nouveau vers Victoria.

« Préparez-vous
- Me préparer à quoi ?
- Eh bien à me défoncer la gueule voyons !
- Mais… Je risque de vous blesser.
- Mais non, envoyez la purée, allez-y !
- Mais non, enfin ! »

Le mage se tourna alors vers Melkhart et sembla chercher une quelconque approbation. Victoria se tourna aussi vers son frère et commença sérieusement à perdre patience. Elle n’avait pourtant pas demandé grand-chose : un simple maître mage élémentariste de feu capable de supporter son caractère de merde et qui lui apprendra deux trois petites choses en moins d’un mois, rien d’insurmontable quoi !

« Bon allez, assez patienté. EN GARDE MA BIQUETTE !
- Pardon ?!
- J'VAIS VOUS DÉCOUPER L'GRAS DU CUL, CA VOUS FERA CA D’MOINS A TRIMBALER !
- Comment osez-vous ?! »

Outrée, et pourtant sa première réaction aura été de porter ses mains aux fesses pour évaluer d’elle-même la taille de son postérieur.

« MONTREZ-MOI CE QUE VOUS AVEZ DANS LE BIDE P’TITE PUCELLE ! »

Et là, s’en fut trop. Victoria s’enflamma rapidement, laissant une fois de plus la colère se faire maître de ses pouvoirs. La jeune femme devint une véritable torche humaine, laissant ainsi tout le loisir à son nouveau maître d'évaluer l'ampleur du travail à réaliser. Et celui-ci serait conséquent.

Heureusement qu'ils étaient dans un champ, au milieu de nulle part, là où personne ne pouvait les apercevoir. Enfin ça, c'était sans compter les deux cavaliers paumés qui venaient d'arriver.

HRP:
 

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Nombre de messages : 496
Âge : 29
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.    Mer 30 Mai 2018 - 18:43





Rhedgar



« La vie est une belle pute quand même. T’as jamais eu de femmes dans ta vie, un puceau première classe et maintenant qu’on est loin de chez nous, loin de nos femmes, c’est toi qui peut jouir de la compagnie d’une! Vraiment, j’emmerde la vie. »

« La jalousie te va mal au teint, mon bon ami! N’es-tu donc point en mesure de me faire le témoignage d’un peu de ta joie? Qu’enfin ton bon ami ait trouvé une terre où y planté sa graine! »

« Pfft. J’ai planté maintes de mes graines dans de nombreuses terres fertiles et moins fraîches, et jamais n’ai-je odis tes houras! »

« Adoncques? Parce que tu tires de la gloire et de la fierté à trousser tous les lupanars que tu rencontres? Nomme-moi seulement une donzelle que tu as courtisé qui n’avait pas de puces plein le casseau? »

« Ahhhh c’est évident que ce n’est guère à portée de tous de molletonner une femme au sang bleu. D’ailleurs, son con, en porte-t-il la même teinte ? » Ajouta Rhedgar en poussant sa chance, recevant au détour de cette réplique salace et de mauvais goût, une cuisante mornifle à la nuque qui lui fit pratiquement perdre position sur son canasson. Louis n’entendait plus rire, les traits froncés et accusateurs.

« Je veux bien que tu te gausses des ribaudes que tu fréquentes, mais que je ne t’y prenne plus à te moquer de la Baronne. Ou bien me faudra te couper ta vilaine langue de vipère. » Terminant sa menace d’un sourire en coin, comme s’il était du genre à punir ses proches de la sorte. L’avertissement suffisait, même s’il n’avait rien de crédible, à corriger cette situation qui le gêna. Rhedgar était un rustre parmi les nobles, qui s’était fait un place parmi les preux grâce à son talent à l’acier, mais aussi aux rixes montées.

Leur balade dura un temps, laissant en leur sillage le paysage d’une Diantra qui rapetissait à vue d’œil, jusqu’à ce qu’ils se retrouvent à distance suffisant pour que les champs soient à perte de vue. Grimpant une colline au sommet aplatit, quelque chose au loin attira leur attention. Pitonnant les flancs de son équidé des talons, Louis ordonna à sa bête qu’elle détale au triple galop afin d’aller à la rencontre de ce qui au loin, lui paraissait comme un feu de broussaille. L’herbe s’en vit soulevée par les grandes foulées de son destrier, à tel point que tôt, il se retrouva suffisamment près  pour s’apercevoir que non, la source de chaleur qui menaçait certaines genses aux alentours, était nulle autre qu’une sorcière! Sans harnois ni harnachement qu’il soit, seule sa lance d’arme était accrochée aux flancs de sa monture, de même que son épée. D’un geste fluide et concis, il détacha d’un mouvement de la main la pique tenue aux côtés de sa monture pour l’empoigner, la brandir et tout comme Rhedgar le fit, continua sa chevauchée jusqu’à ce qu’il arrive suffisamment près pour mettre la sorcière en joue …

On ne peut éteindre de feu sans eau, mais une magicienne peut mourir de maintes façons.

Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 523
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.    Jeu 31 Mai 2018 - 17:10


La douleur la fit chuter de tout son long. Le feu avait immédiatement cessé de flamboyer. Tout s’était passé si vite. Deux cavaliers, de prime à bord des plus pacifiques en vinrent à galoper comme si vie en dépendait jusqu’à la brûlante Victoria, la menaçant ensuite de lances qui volèrent en sa direction. Si Melkhart n’eut pas le reflexe de la pousser, se brûlant les doigts au passage, sa sœur aurait terminé embrochée comme un porc qu’on comptait becter pour le repas du soir. La deuxième lance quant à elle vint frôler de peu le visage du Sybrond.

Cependant, même si le pire venait d’être évité, l’arme du régent Berthildois avait tout de même fait mouche. Le sang commençait à se répandra tandis que la Comtesse poussa quelconques cris de douleurs. Elle était dans une piteuse état ; sa précédente crise de colère l’avait amenée à s’enflammer en bonne partie, n’épargnant pas quelques pans de sa robe qui fumaient encore légèrement. On pouvait aisément dire que ces jambes, ses bras et ses flancs étaient à l’air.

Le chevalier de son côté s’était rapidement soucié de l’état de sa sœur avant de dégainer l’épée. Yvanoé quant à lui, n’hésita pas non plus : il prit la poudre d’escampette et courait d’ailleurs si difficilement qu’il ne fallut que quelques mètres avant qu’il ne se vautre lamentablement la tête en première.

C’est là que le frérot se mit à crier à plein poumons, insultant de tous les noms d’oiseaux possibles et imaginables ces deux hommes sans même prêter attention au joli destrier du Régent, de la belle armure qu’il arborait et des armoiries de la maison des Saint-Aimé ; non, il ne voyait qu’une chose, la cuisse de sa sœur pisser le sang et deux gaillards qui semblaient être prêts à leurs trouer davantage la peau.

Il était seul face à eux, mais il protégera sa sœur au péril de sa vie.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Nombre de messages : 496
Âge : 29
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.    Mar 5 Juin 2018 - 17:08




À pleins poumons, une inspiration profonde et contenue, afin de bornoyer sa cible d’un œil et de projeter sa lance en sa direction. Elle vola, perça l’air jusqu’à ce que la pointe en écorche le jambon de l’ardente sybille. Il manqua son allonge de près, car in extremis, l’homme qu’il crut jusqu’alors comme la victime, bouscula la bougresse pour qu’elle s’esquive du projectile. Par tous les Dieux! Ce fol venait-il réellement de sauver sa tourmenteuse ? Embrassant le sol de la pointe, sa lance avait au passage éteint la torche humaine, laissant celle-ci s’avachir mollement contre l’herbe plus tout à fait verte, rougie par sa plaie nouvelle. Coléreux à outrance, Louis et son acolyte se firent incendier de tous les blasphèmes possibles et inimaginables, de même qu’ils se firent menacer par l’acier que ce dernier avait tiré hors de son fourreau. Ainsi, Louis y vit la bourde qu’il avait commise ; la torride femme –aussi dangereuse parut-elle- n’entretenait pour ces deux hommes aucuns desseins malveillants. À l’inverse, ce sont eux, qui se crurent bienfaiteurs, qui se retrouvaient leurs ennemis.

Louis enroula les rênes de son percheron autour de ses grandes paluches pour l’intimer à stopper sa course d’un tir sec et autoritaire. Maté de la sorte, les sabots de son destrier labourèrent le sol en de longues traînées jusqu’à arrêter complétement sa course folle à quelques mètres de la femme et de son protecteur. Lorsqu’il la vit, son faciès blêmit d’horreur face à l’atrocité qu’il venait de commettre. Son cœur palpita si prestement, qu’il voulut lui soulever les tripes et lui faire cracher son petit déjeuner. Il en oublia même les menaces du gaillard, tant la blessure qu’il commit envers cette femme lui sembla irréelle. Lui ? Était-ce bien lui qui venait de mettre à mal une personne aussi innocente que l’était cette femme aux oripeaux à moitié calcinés ?


« Baissez votre arme! Nous jurons ne pas vous être hostiles! » Affirma Louis, même si leur entrée suggérait l’inverse … Il passa l’une de ses jambes par-dessus l’encolure de sa bête puis sauta d’un bond à pieds joints sur la verdure, sans toutefois s’approcher de trop prêt, de peur d’affoler d’avantage l’homme sur ses gardes. D’ailleurs, ce qu’il fit, Rhedgar en fit autant. Tous deux défirent les sangles qui retenaient leurs fourreaux et laissèrent leurs armes s’écraser au sol dans une série de cliquetis métalliques.

« Nous savons la faute que nous avons commise et nous nous rachèterons, mais le temps ne s’y prête plus guère ; votre amie est en souffrance! » Louis porta un premier regard au visage de la jeune femme. Il y constata dans la prunelle de ses yeux, le même feu qui tantôt avait embrasée sa porteur de mille feux. Quelques sueurs perlèrent au front du Régent, comme si la dame dégageait une chaleur qui le dépassait ; comme un âtre qu’on aurait garni d’un paquet de carcans sec. À trop la fixer, il eut le pressentiment qu’elle trouverait le moyen de se venger, de le marquer au fer rouge simplement du regard. Il se sentit étouffer, comme si l'air commençait à se raréfier. Était-ce les remords cuisants ou les don de cette femme qui le tourmentait ? Les sorcières après tout n’étaient-elles guère capable du pire ?

« Bandez sa cuisse, que l’hémorragie cesse! »



Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 523
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.    Mar 5 Juin 2018 - 18:30


« N’approchez pas ! » Cria-t-il une nouvelle fois, pointant toujours le bout de son épée vers les deux hommes dorénavant désarmés. Puis, il lança un regard à sa sœur, à terre, la jambe ensanglantée et son regard changea. Tiraillé entre la colère qu’il ressentait envers les agresseurs et l’inquiétude grandissante qui prenait forme en son cœur, il ne cessait de bouger, menant ses pas vers le corps allongé avant de se raviser et de revenir à sa position initiale.

« Victoria ?!... Victoria, réponds-moi ! » Mais il n’eut aucune réponse en retour si ce n’est des grimaces tant la jeune femme souffrait de sa blessure. « YVANOE ! REVENEZ ! » Il ne cessait de crier. Jamais n’avait-il ressenti une pareille frayeur, jamais n’avait-il du faire face à un membre de sa famille « gravement » blessé, encore moins l’une de ses nombreuses sœurs. Il avait toujours ressenti ce besoin de les protéger depuis que Maciste n’était plus et là et il venait de lamentablement échouer, ce qui le rendait encore plus fou de rage.

« YVANOE ! » Tenta-t-il une nouvelle fois. Mais le mage ne bougea pas, restant allongé là où il avait chuté. Voilà que le sybrond se retrouvait face à un dilemme ; pouvait-il seulement faire confiance en ceux qui venait de tenter de les embrocher ?

Son regard se reposa sur le premier homme, celui qui venait d’assurer que faute sera réparée, puis, ce fut la révélation ; il vit le destrier et les armoiries. « Vous… Vous êtes du nord ?! D’où ? D’OÙ VENEZ-VOUS ?! ET POURQUOI TENTER D’ASSASSINER LA COMTESSE ?! QUI ÊTES-VOUS ?! »

Mais n’eut-il pas le temps de répondre que Victoria se laissa doucement sombrer dans l’inconscience. Le sang coulait encore et il fallait réagir au plus vite. Melkhart recula alors soudainement, s’agenouillant près d’elle, l’arme toujours sortit de son fourreau. Il tenta alors de la bander au plus vite mais la tâche semblait être impossible en n’ayant qu’une seule main à sa disposition.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Louis de Saint-Aimé
Humain
avatar

Nombre de messages : 496
Âge : 29
Date d'inscription : 01/08/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 20 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.    Mar 5 Juin 2018 - 22:20




Ce tiraillement entre la peur et l’angoisse, la colère et hargne, Louis sut avec aisance comprendre l’émoi dans lequel était plongé l’homme au glaive. Les doux mots du Saint-Aimé, fussent-ils empreint de la plus solennelle sincérité, ne saurait complétement rassurer l’affolé. Et à raisons! Louis exécrait en venir à ces présentations ampoulées, mais pour discréditer toutes mauvaises intentions, autres choix ne se présentaient plus guère à lui. Louis s’avança d’un pas, les mains toujours basses, le regard ne déviant plus de son potentiel adversaire, comme s’il affronta une bête féroce auxquels les instincts mèneraient aux plus imprévisibles actions.

« Je porte le nom de Louis de Saint-Aimé et suis le Régent de Sainte-Berthilde … Jamais n’ai-je entretenu en l’encontre de votre amie l’idée de l’occire! Nous vous croyions en danger! » Jamais il ne se présenta aussi mollement ; sans entrain aucuns. Le but étant que l’homme comprenne qu’aucuns autres dangers ne le guettait et qu’au contraire, le cerf ferait tout en son pouvoir pour se racheter.

« Laissez-moi vous aider, je vous en prie. » Et les deux rustres savaient s’y prendre ; une campagne militaire sous le bec, leur offrait une expérience toute fraîche dans l’art des premiers soins.  Aussi Louis s’approcha de trois pas supplémentaires, toujours en défiant l’homme de ses billes azurées. Une lame l’accueillie pourtant, une lame qui menaçait le probable Marquis de Sainte-Berthilde … Pour autant que le coup put lui ôter la vie, Louis n’en avait cure. Il déposa en toute délicatesse ses doigts sur le fil de la lame et la repoussa tout aussi posément ; l’état de la femme qu’il avait blessé primait sur leur querelle. Il s’approcha donc d’elle –gardienné par son frère, la lame prête à offrir au centuple la doucereuse attention du Berthildois au cuissot de sa sœurette, puis ploya le genou pour observer la vilaine entaille. Ah pour suinter, ça pissait bien le sang!

Sur le coup, il désira lancer tous les jurons possibles et inimaginables à son tour. Aussi prestement que possible, Louis se départit de son surcot puis en déchira la manche pour s’en servir comme d’un bandage.

« Rhedgar! Apporte-moi ta calebasse de flotte! » À l’instar d’un parfait laquais, c’est ce qu’il fit en se précipitant sans poser la moindre question. Louis ôta le bouchon de la gourde puis en déversa le contenu sur la plaie, la purifiant de tout le sang qui l’avait empoissée. Sur le coup, un sourire premier souleva les traits du régent ; la blessure n’était pas si vilaine. Une fois assainie et avant que ne s’écoule d’avantage de sang, il posa sa manche arrachée sur ladite blessure et s’enquit de son propre ceinturon pour retenir la guenille et former une pression suffisante pour en restreindre l’écoulement. Dans l’excitation du moment, il ne fit pas même le retrait de sa boucle ; laissant au profil de sa cuisse le cerf des Saint-Aimé.

« Elle s’est évanouie, mais je pense que c’est d’avantage à cause du choc que de la blessure ; ma lance ne l’a écorchée qu’en surface … Elle aura au pire, une subtile cicatrice … » Louis quitta la comtesse du regard, après qu’il ait sommairement masqué des lambeaux de sa robe le peu de peau visible par sa tenue brûlée. Il se redressa, fit face au protecteur de la magicienne et lui tint à peu près ce langage :

« Il n’existe en ce monde d’excuses qui sauraient vous témoigner comme je suis désolé. Dites-moi de partir céans et je le ferai; mais s’il m’est possible de faire quelque chose pour me racheter, je n’hésiterai pas une seule seconde. Dites-moi, je vous en prie. » Bien que ses demandes paraissaient comme celles d’une pauvre âme en quête de rédemption, Louis tâcha de rester aussi digne qu’à l’habitude.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.    

Revenir en haut Aller en bas
 
En garde ma biquette ! | Louis de Saint-Aimé.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le cristal de Saint Louis
» Recette du monde de Louis le galoups
» Retro: Temwagnay ex senatè Louis G. Gilles kont Aristid
» St-Louis,Kozlov,Brind'Amour,White
» Anaheim - Saint-Louis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Sauter vers: