Partagez | 
 

 Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik

Aller en bas 
AuteurMessage
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 603
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Dim 27 Mai 2018 - 0:51


Jour 1 de la 4ème ennéade
Verimios, deuxième mois d’été
An X du XIème cycle.
Suite à la missive de Cécilie de Missède.

Une missive… Une simple lettre et pourtant, les quelques mots qui avaient noircit le vélin avait réussit à mettre Victoria dans tout ses états. Angelina ? Ici, à Diantra ? Représentante de Soltariel ? Et un billet signé de la main de Tibéria pour apporter sa voix au Chancelier ? Tant de nouvelles qui firent prendre conscience à la Comtesse que le Comte d’Arétria n’avait pas chômé durant son passage à Soltariel. Faisans fi de l’opinion des vassaux quant à l’incompétence notoire de leur duchesse ; cela en valait pourtant de même quant au choix du futur régent ! Et au-delà de ça, il s’était permis de faire représenter le duché par une femme d’une quarantaine d’années qui se disait n’être autre qu’Angelina Dawson dit de Solaria.

« MAIS POUR QUI SE PREND-IL A DECIDER A NOTRE PLACE ?! CET IMBÉCILE SE CROIT DONC TOUT PERMIS ! » Les mots étaient forts, du moins l’étaient-ils aux oreilles de Gregorio qui n’avait encore jamais vu sa suzeraine dans un état pareille. Il se mit d’ailleurs à craindre pour sa vie, eux qui se trouvaient dans un vieil hôtel particulier qui ne manquerait pas de flamber facilement si Victoria se mettait à faire jaillir le feu de ses mains. Mais heureusement, point de flammes ni même d’étincelles car en réalité, la jeune femme s’était immédiatement calmée lorsque celui-ci rappela la fonction royale du nordien et surtout du nombre de signataire à avoir réclamé une mise sous tutelle royale.

« Attendez… Attendez Gregorio… » Et le seigneur d’Iree attendit les mains jointes dans le dos, le regard posé sur la jeune femme qui venait de commencer à faire les cents pas. Son visage était fermé et il se demandait bien à quoi elle pouvait bien penser.

L’attente fut long, très long car au plus le temps passa, au plus Victoria accumulait les idées ; certaines étaient exploitables, d’autres moins.

« C’est une situation des plus compliqué. » Assise dans l’un des fauteuils, ses ongles venaient frapper le bois de l’accoudoir à un rythme régulier. Son regard quant à lui se perdait dans le vide alors que ses lippes laissèrent échapper de nouveaux mots :

« Une situation très compliquée.
- Elle l’est, effectivement.
- Nous avons plusieurs choix qui s’offrent à nous Gregorio. »

S’avançant ensuite sur sa chaise pour poser son séant sur le bord de celui-ci, elle agita la missive.

« Allez-vous donc confirmer qu’il ne s’agissait effectivement pas d’Angelina ?
- C’est là tout l’enjeu, Gregorio. D’après-vous, que serait plus profitable à Sybrondil ? Se mettre à dos un nordien respecté de ses pairs ? Ou prendre la défense d’un duché qu’on souhaite voir sombrer ? Que croyez-vous que cela va changer s’il s’avérait effectivement que le Chancelier à engagé une quelconque putain pour représenter Soltariel ? Ses amis nordiens se précipiteront pour le défendre et la vague qu’on aura créé nous reviendra en pleine face.
- Nous ne ferons rien, dans ce cas.
- Ce que je vais surtout faire c’est m’entretenir avec le Chancelier. Où loge-t-il ?
- Dans un hôtel réquisitionné à quelques pas d’ici.
- Bien, dans ce cas, envoyer un messager quérir un entretien et qu'il soit bref, point besoin de fioritures ni d'empressement, l'entretien n'est pas urgent... Si toutefois celui-ci acceptait de me recevoir. » avait-elle finit par chuchoter en se remémorant toutes leurs rencontres passées... Les mains brûlées, une "danse érotique" puis des latrines partagées... Victoria n'espérait plus qu'une chose : que la prochaine rencontre se passe dans de bonnes conditions.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1126
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Lun 28 Mai 2018 - 23:45


En la dixième année du onzième cycle,
Quatrième ennéade de Verimios - premier mois d'été,
Le deuxième jour,
Au lendemain du Concile de Diantra


Plutôt que d'investir l'une des salles vides du Palais des Dômes, la Chancellerie avait élu domicile dans un hôtel réquisitionné aux abords de la résidence royale. Depuis l'issue du Concile, il régnait là une agitation aussi dense que celle d'une fourmilière ; clercs, archivistes se croisaient et se bousculaient, se frayaient un chemin pour éviter les porteurs traînant de lourdes étagères. On y entreposait des documents, on y rédigeait beaucoup aussi, et le Chancelier lui-même recevait nombre de visiteurs. La Chancellerie, de toute évidence, se remettait à l'oeuvre ; mais qu'y avait-il de plus normal ? Le roi était de retour à Diantra, au centre de son royaume ; l'activité des légistes, singulièrement ralentie par la partition du royaume ces dernières années, allait rebattre son plein.

L'étage abritant les appartements de Roderik était envahi d'une épaisse fumée suffocante. Installé dans un large baquet d'eau, dans-lequel on venait de reverser un seau d'eau bouillante, le Chancelier lisait un parchemin tout en suant à grosses gouttes. Les fenêtres étaient barrées par de larges planches de bois clouées, vraisemblablement mises là par d'anciens propriétaires craintifs au gré des incertitudes politiques qui avaient bousculé la ville pendant deux ans. Les planches présentaient l'avantage de couvrir en partie la lumière du jour, et surtout de réprimer la chaleur estivale ; mais elles retenaient aussi la fumée, qui stagnait à l'intérieur.

« Et qu'est-ce qu'elle veut ? demanda machinalement Roderik à son valet, sans daigner quitter des yeux le parchemin qu'il lisait.
- Et bien, euh... vous parler, apparemment, Messire Chancelier.
- La belle affaire. Typiquement le genre de réponse grâce à laquelle je suis bien avancé. Tu sauras que la comtesse de Sybrondil adore parler.
- Eh bien, euh, oui, hem... euh...
- Tu attends de savoir si j'accepte de la recevoir, je suppose ?
- C'est cela même, Messire Chancelier. Vous êtes très... perspicace...
- Je n'ai pas le temps. »


Toujours plongé dans la lecture de son parchemin, Roderik n'ajouta rien, et le valet commença à se retirer. Il allait passer le seuil de la porte quand la voix du Chancelier s'éleva de nouveau :

« Je n'ai pas le temps, mais je vais quand même la recevoir.
- Quand, Messire Chancelier ?
- Maintenant.
- Maintenant... euh, ici ?
- Tu vas me constamment me poser une nouvelle question à chaque fois que je te donne une réponse ? Va, et porte-lui mon invitation. »
Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 603
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 8:31


Victoria s'était montrée des plus patiente. Plus d'une journée s'était écoulée depuis qu'elle avait fait une demande d'entretien avec le Chancelier. Celui-ci n'avait toujours pas répondu, faute de temps, sans aucun doute, qu'est-ce que cela pouvait être d'autre, de toute façon ? Le rassemblement des nordiens à Diantra, le concile qui s'était soldé par la nomination du Marquis de Serramire comme Régent ; et au vu des informations que Cécilie de Missède lui avait fourni, l'Arétan avait semble-t-il tenté de postuler à la même place, en vain, vu qu'un autre a été nommé à sa place.

Victoria ne savait pas quoi penser de la nomination d'Aymeric, d'ailleurs. Le précédent régent n'était pas un homme de guerre, mais un homme de lettre, en ce sens, Roderik lui ressemblait bien plus que le Serramirois. Victoria attendrait donc un quelconque entretien avec l'homme fort des marches pour émettre un avis définitif sur la question.

En attendant, Victoria s'occupait à différentes affaires dans l'hôtel qu'elle squattait. Les préparatifs de la guerre avançaient doucement en Sybrondil et elle avait hâte maintenant de rentrer pour y mettre quelques coups de fouets.

C'est là qu'un messager vint la quérir ; le Chancelier était enfin disposé à la recevoir, là, maintenant, tout de suite. C'était pourtant d'un pas léger qu'elle se rendit en la résidence où séjournait la chancellerie du Roy; un hôtel particulier réquisitionné en Hauteville à quelques mètres à peine de celui de Victoria. Autant dire qu'ils étaient carrément voisins. Et c'était bien connu, les voisins s'entendent que très rarement.

La jeune femme fut conduite à l'étage où elle s’aperçut bien vite qu'elle se trouvait dans les appartements privés de l'Arétan.

« Attendez un instant, je vous prie. Où compte-t-il me recevoir au juste ?
- Euhm... dans la salle d’eau, Ma Dame. Il prend son bain.
- Est-ce une plaisanterie ? Que veut-il au juste ? Que je lui lave ses orteils ?!
- C’est.. euh.. Il a très peu de temps en ce moment et il...
- Qu’il ait du temps ou non, je m’en soucie comme d’une guigne ! Faites-lui savoir ceci : s’il n’est pas disposé à m’accueillir convenablement, je m’en irais m’entretenir avec le Régent. » Victoria tendit ensuite une lettre au page. « Et faites-lui lire ceci, peut-être que cela le stimulera assez pour qu’il cesse de faire trempette.
- Bien, Ma Dame. »

Le serviteur s’en alla trouver son maître pendant que Victoria attendit patiemment après la réponse du Chancelier dans le salon, à l'étage. Allaient-ils enfin se rencontrer normalement ou Victoria sera-t-elle obligée d’aller frapper à la porte du régent ?

Même si ces deux-là avaient certes, un différent, cela n'empêchait guère qu'elle était Comtesse et qu'un certain respect lui était dû. Bon, le respect était mort depuis ce jour en Laréor, mais ça, la jeune femme n'arrivait pas à l'accepter.

COPIE DE LA LETTRE REÇUE LA VEILLE
A la Comtesse Victoria di Maldi, j'offre mes humbles salutations.

Je me permets de vous écrire car son Altesse Linaëlle a été aujourd'hui témoin d'un fait fort troublant sur lequel j'aurai voulu votre avis.

Sachez que pendant le Concile des pairs, une femme d'une quarantaine d'année se disant être Angelina de Solaria s'est présentée à l'assemblée sur demande du sire Roderik de Wenden pour représenter Soltariel. Notre duchesse, qui a eut l'occasion de connaitre la Dame de Solaria, émet quelques réserves sur l'identité de cette femme. Réserves qu'elle a présentées à l'assemblée des pairs et qui ont été visiblement réfutés d'un revers de main.

De plus, Sire Roderik de Wenden a présenter une lettre signée de la main de la Duchesse Tibéria lui accordant le soutient plein et entier du trône ducal de votre suzeraine. Ces deux actes ainsi que l'intervention de Linaëlle de Lancrais ayant très largement précipités le choix d'un nouveau régent en faveur du Sénéchal au lieu de pousser les autres seigneurs à demander une enquête, j'aurai aimé savoir si vous aviez de plus amples connaissances à ce sujet.

J'ai également dépêché quelques missives à Soltariel même pour savoir de quoi il en retourne avant que la réputation de nos deux duchés n'en soit entachée.

Vous savez où me joindre,

Votre Obligée, Cécilie de Missède.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1126
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 10:23


Ces Langecins ne lâcheront décidément pas le morceau, constata Roderik à la lecture de la lettre. Ils ne perdent rien pour attendre. Il chiffonna le parchemin et le jeta en boule dans la pièce, avant de se laisser glisser contre le rebord de la baignoire et de se prélasser un moment dans l’eau chaude. La comtesse de Sybrondil insistait pour le rencontrer dans un lieu plus approprié ? En ce cas, elle attendrait.

Un bon quart d’heure plus tard, il rejoignait la comtesse dans le petit salon, entièrement habillé cette fois-ci. Il arborait un élégant pourpoint bleu roi aux motifs cousus de fils d’or, et il sentait fort bon. « Comtesse », dit-il en inclinant la tête ; il s’abstint de lui baiser la main, gardant un mauvais souvenir de leur dernier contact physique. « Je regrette que vous n’ayez pas daigné vous joindre à moi. L’eau chaude apaise le corps et l’esprit, et rend les conversations plus sereines. C’est une coutume que je tiens de mon long séjour dans vos contrées méridionales. » Il sourit. « Que me vaut le plaisir de votre visite ? »
Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 603
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 11:18


« Je vous ai suffisamment vu nu pour ne pas vouloir réitérer l’expérience. » Du moins, pas dans l’immédiat. Pensa-t-elle. « Alors veuillez m’excuser si je préfère de loin une rencontre plus... habillée. » La Comtesse ne prêta d’ailleurs aucune attention aux habits qu’il portait ; il était couvert et c’est là tout ce qu’elle retint de cet instant.

« Avez-vous lu la lettre ? » Elle obtint un hochement de tête affirmatif en réponse. « Bien, dans ce cas, vous êtes maintenant au courant des démarches du Langencin. Je ne serais pas la seule à avoir été contactée, d’ailleurs je crois même que les messagers sont en ce moment-même en route pour le duché de Soltariel. Duché où les seigneurs connaissant Angelina ne manquent pas, vous vous en doutez. » Elle fit une petite pause, restant debout près d’une des fenêtres barricadées par des planches. « Ce qui m’étonne, c’est de voir à quel point vous avez pris un si grand risque... pour au final pas grand-chose vu que vous aviez déjà le vote de la duchesse en poche. Sans compter que vous auriez pu aisément trouver candidat pour représenter Soltariel, un vrai candidat. » Victoria fit mine de réfléchir quelques instants, tentant de comprendre le but d’une manœuvre aussi idiote. « Je suis venue vous proposer mon soutient. » Finit-elle par lâcher en se rapprochant légèrement de l’Arétan. « Je connais suffisamment de suderons qui, une fois au courant de cette supercherie que vous avez mis en œuvre, n’hésitera pas à réclamer votre tête et ce, même pour une broutille de la sorte. » Victoria planta alors son regard dans celui-ci du Chancelier « Ce ne sera pas le cas des Sybronds. »

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1126
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 11:39


La comtesse de Sybrondil entendait intimider le Chancelier, voire, plus probablement, le faire chanter ; pourtant, lorsqu'elle acheva son exposé et planta son regard dans celui de l'Arétan, elle ne put que constater qu'un rictus étirait les lèvres de ce dernier. Jusqu'alors, Roderik se figurait la suderonne comme une femme dangereusement ingénieuse, aussi ambitieuse qu'avisée. Peut-être l'avait-il un peu trop surestimée. « Madame, pour qui me prenez-vous ? Et, par les morts, pour qui vous prenez-vous ? » s'écria-t-il, un fond de colère dans la voix. S'il avait cru qu'elle saurait manier le verbe avec talent pour le gagner à ses vues, force était de constater qu'elle manquait cruellement de tact. L'empressement avec lequel elle avait abattu son unique carte prouvait une chose : Victoria ne reculait devant rien pour parvenir à ses fins, pas même aux moyens les plus hasardeux. « Eussiez-vous une once de jugeote, vous sauriez que la parole des Langecins et des Missédois ne vaut rien. Votre tentative de chantage est aussi aveugle que l'arriviste aux yeux débiles qui a pondu ce torchon. Je comprends, maintenant, pourquoi Cléophas ne nourrissait aucun intérêt pour vous. » Désignant la porte, il ajouta d'un ton sans appel : « sortez. »
Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 603
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 13:12


Ah qu’il était malin de lui parler ainsi de Cléophas. Malin et cruel de toucher ainsi la corde sensible de la Dame. Il devait se douter –et son sourire ne pouvait que confirmer la chose- que cela mettrait hors d’elle. Son souffle s’accentua légèrement mais Victoria ne laissa rien paraitre d’autre. Non, elle ne le laissera pas la blesser et ne cèdera certainement pas à la colère.

Du chantage ? Tiens donc. Sur ce point, le Chancelier devrait peut-être lui faire la leçon, car elle n’avait point émis la moindre menace, même voilée.

« Vous sentez-vous menacé pour réagir de la sorte ? » Son ton était resté calme même si celui-ci était légèrement différent, faute à la frustration et aux souvenirs douloureux qui refaisaient surface. « Je crois sincèrement que celui qui a manqué de jugeote ces derniers jours, c’est vous et non moi. Et vous êtes en train de faire la même erreur en me balayant ainsi de la main. La parole des Langencins ne vaut peut-être rien à vos yeux, mais ce n’est pas le cas de tous, n'est-ce pas? Ajoutez à leurs déclarations ceux d’un autre duché et vous verrez sans conteste certains commencer à douter, sans compter que ce ne sont pas les preuves qui manquent. » Il lui avait désigné une porte, elle s’en approcha doucement, entamant sa course pour sortir de la pièce. « Quant à ce fameux chantage. Si cela avait été réellement mon intention, je m’y serais prise autrement. Et ça, vous le savez pertinemment. » A hauteur de porte, Victoria ne put s’empêcher de rajouter : « J’aurais mieux fait de vous rejoindre, vous auriez sans doute été plus prompt à m’écouter. »

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1126
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 13:29


D’un revers de la main, Roderik balaya les fadaises de la dame. Il n’avait rien à lui expliquer, et ne se donnerait pas la peine de se demander ce qu’elle était venue chercher ici. Car de toute évidence, la comtesse était venue dans un but bien précis, n’est-ce pas ? Quelles qu’aient été ses motivations, sa démarche avait forcément un sens ; mais quand bien même ses intentions aient pu être amicales, elle s’y était fort mal employée. Elle osait se pointer ici, dans les propres appartements du Chancelier, pour lui asséner au visage l’accusation langecine comme si celle-ci se fut agi d’une vérité. Une personne prudente lui aurait au moins accordé le bénéfice du doute ; mais Victoria n’était pas une personne prudente.
« Puissiez-vous prouver ce qui n’existe pas, Madame ; un tel pouvoir ferait de vous la reine de ce monde. J’ai mieux à faire qu’entendre les élucubrations d’une femme qui me diffame et me menace. » Il ne se donna pas la peine d’en dire davantage et attendit qu’elle disparaisse de sa vue.
Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 603
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 16:34


Que ce soit l’un comme l’autre, était-ce vraiment possible d’être buté à ce point ? « Qu’auriez-vous voulu au juste ? Que j’acceptes votre invitation mal placée ? Que je vous lave soigneusement le dos pendant que nous insultions les Langencins ensemble? Me croyez-vous vraiment sotte au point de venir vous voir avec leur lettre et d’aussi ouvertement affirmer ce que je sais si je n’avais pas en ma possession quelconques preuves pour appuyer mes dires ? » Dorénavant, elle ne mâchait plus ses mots et s’était même retournée pour se rapprocher à nouveau du Chancelier. « Vous m’accusez de vouloir vous diffamer alors que si c’était réellement le cas, je n’aurais point hésité à le faire publiquement. Non, ce n’est pas parce que je ne vous crois pas que je vous diffame ! Et ce n’est pas parce que je vous révèle ce que je sais que je vous menace ! Vous ais-je seulement réclamé quoi que ce soit ? Non ! Si je suis venue vous voir aujourd’hui ce n’est que dans un seul but : vous mettre en garde et vous apporter mon aide ; car ce que j’ai pu découvrir, d’autres le peuvent aussi. Néanmoins, par rapport à ceux qui tentent vraiment de vous diffamer, moi, j’ai une longueur d’avance qui aurait pu vous être profitable si seulement vous ne vous montriez pas aussi susceptible ! »  

Sur quoi, elle tourna à nouveau les talons ; « s’il advenait que vous décidiez de me faire confiance pour une fois, vous savez où me trouver. » Claqua-t-elle une dernière fois sans même le regarder, quittant cette pièce où l’air s’était soudainement fait étouffant.

Victoria était Victoria et il était certain qu’on devait s’en méfier. Pour autant, cela ne voulait pas forcément dire que toutes ses manœuvres, qu’elles soient politiques ou amicales, soient à craindre et ça, le Chancelier avait du mal à le concevoir. Elle se demandait bien pourquoi il agissait ainsi, pourquoi il avait si peu confiance alors que le seul grief -et pas des moindre, certes- qu’il pouvait tenir contre elle était le souvenir de légers picotements dans les paumes de ses mains ; alors que jusqu’à preuve contraire ; jamais n’avait elle porté atteinte -autre que les fameux picotements- au Roy, à la couronne ou au moindre de ses représentants.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1126
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 16:54


Ce qu'il aurait voulu ? Il n'attendait rien d'elle et ne lui avait rien demandé. Il n'accorda pas même une oreille distraite à la tentative que fit Victoria pour se justifier et se donner le beau rôle. Lorsqu'enfin la comtesse sortit, Roderik poussa un soupir de contentement. Bon débarras. L'agacement, toutefois, le poursuivit un bon moment, tant il est vrai que le sans-gêne de cette femme le laissait pantois. Elle se pointait ici comme une reine sans dire ni bonjour ni merci ni merde, se moquait de son physique et l'accusait d'un crime, puis s'étonnait au bout du compte d'être éconduite. Avec un tel manque de clairvoyance, je souhaite à Tibéria bien des ennemis comme celle-là ; elle n'aura rien à en craindre. En son for intérieur, Roderik la voua une dernière fois aux gémonies, puis il la chassa de ses pensées et se remit au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Victoria di Maldi
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 603
Âge : 27
Date d'inscription : 26/06/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 24 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mar 29 Mai 2018 - 19:14


A peine de retour dans son hôtel qu’une première porte claqua, puis une deuxième, puis une troisième. Gregorio avait tôt fait d’intercepter sa folle course qui la dirigeait vers sa chambre.

« Comment cela s’est-il passé ?
- Mal
- Mal ?
- Très mal. » Il n’hésita pas à soupirer ce qui vint à énerver la jeune femme que davantage.

« Que s’est-il passé ?
- Il voulait d’abord m’accueillir alors qu’il prenait encore son bain !
- hm…
- Ensuite, à peine la conversation entamée, voilà qu’il me m’accuse de diffamation en prétextant que je souhaitais le menacer !
- Sur quoi vous vous êtes énervée, j’imagine.
- Je ne vous permets pas de me juger, Gregorio !
- Il n’est plus question de jugement là mais de rencontres désastreuses et malheureusement bien trop fréquentes avec le Chancelier du Royaume. Vous ne pouvez pas vous comportez ainsi avec les officiers du Roy, il vous faut les brosser dans le sens du poil, pas les épiler d’un coup sec.
- Je ne vous permets pas de me faire la morale ! Encore moins de me conseiller sur ce que je dois faire !
- N’est-ce pourtant pas là mon rôle, Ma Dame ? » La réaction de Victoria ne se fit pas attendre ; sa susceptibilité avait repris le dessus. Gregorio n’avait pas tort et c’est ça, sans aucun doute, qui l’énervait le plus.

« Retournez-y
- Quoi ?! Non !
- Retournez-y et présentez vos excuses.
- Et puis quoi encore ? Je lui baise les pieds et ensuite je lui permets de s’éviter un scandale ?
- Non, vous y retournez et vous vous excusez, tout simplement et puis vous revenez et vous le laissez seul face aux potentielles futures accusations auxquelles il  devra faire face.
- Il ne voudra pas me recevoir
- Vous pouvez toujours tenter.
- Je vous dit qu’il refusera ! Je ne veux pas !
- Vous devez néanmoins tenter, Ma Dame. Vous ne pouvez laisser une telle querelle prendre de l’ampleur. Il vous faut la tuer dans l’œuf.
- Il va me remettre à la porte comme il vient de le faire ! Pis encore, il risque même d’ordonner mon arrestation si je venais à lui redemander une entrevue !
- Il ne vous arrêtera pas, car au vu de ce que je soupçonne, il aurait déjà très bien pu le faire là maintenant.
- Mais il me mettra à la porte !
- Et ?
- C’est assez humiliant une fois, alors il est hors de question que je lui donne l’opportunité de le faire une seconde fois !
- Alors ne lui donnez pas de raisons de le faire.
- Facile à dire maintenant que…
- Maintenant que vous avez tout foutu en l’air.
- Je ne vous permets pas, vous n’étiez pas là !
- Je vous connais assez, Ma Dame, pour savoir que l’erreur ne peut venir du Chancelier, et ce, malgré son invitation déplacée.
- Non, je n’y retournerais pas.
- Ravalez votre fierté et retournez-y.
- Je n’y arriverais pas… » Son ton devint enfin plus calme.
« Comment voulez-vous que je garde mon calme face à un homme qui adopte un comportement des plus pervers avec les femmes et qui ne cesse de m’attaquer sur Cl… sur des sujets personnels à la moindre occasion ?
- Vous vous laissez emporter trop facilement par vos sentiments.
- Sentiments ou pas, je suis incapable de garder mon calme face à lui. Je n’y retournerais pas.
- Et pourquoi pas l’inviter ?
- L’inviter ?
- Oui, invitez-le à souper.
- Oh bah pourquoi pas faire un banquet en son honneur, tiens ! En voilà une idée stupide, il va croire à une tentative d’empoisonnement.
- Je m’efforce néanmoins d’en trouver une.
- Gregorio, je vous dis qu’il m’accuse dorénavant de diffamation et de lui proférer des menaces !
- Des accusations déjà bien lourdes qui auraient pu l’amener à vous arrêter, or il ne l’a pas fait.
- Bien évidemment qu’il ne l’a pas fait, il sait pertinemment que j’ai raison et qu’une quelconque arrestation de ma part ne l’aiderait en rien à sortir de la merde qui l’attend.
- Invitez-le, cela ne vous coûte rien, si ce n’est un peu d’encre sur un parchemin.
- Oh, en voilà une bonne idée. Vous voulez que je lui envoie des parchemins ? Très bien, c’est ce que je vais faire. »

Victoria s’en alla subitement dans sa chambre et se mit à fouiller ses quelques malles ainsi que le secrétaire dans lequel elle avait rangé pas mal de documents. Elle regroupe toutes les informations qu’elle possédait sur l’affaire d’Angelina. De son témoignage contre le Chancelier aux multiples rapports d’enquêtes et d’espions tournant autour du palais brûlé de Solaria, du boutre des pêcheurs confisqué, de la caravelle achetée, de la disparition subite de l’entourage de la Dame, et de tant d’autres renseignements tournant autour de la cousine de Tibéria. Elle tomba cependant sur un dessin, celui offert avec le témoignage et ne tarda pas à le brûler de ses mains tant l’image du Chancelier, même exprimé par une artiste, arrivait à la mettre en colère. La Comtesse manda ensuite un messager, souhaitant faire parvenir tout ce petit tas à Cécilie de Missède.

Mais avant que celui-ci n’ait l’opportunité de quitter la pièce, Victoria se ravisa et l’arrêta. Ces informations auraient pu être fort utiles aux Langencins, mais le but premier de la manœuvre, même si celle-ci avait été un désastre, n’était pas de se mettre le Chancelier à dos. C’était dorénavant chose faite, mais cela, elle ne devait s’en vouloir qu’à elle-même.

Un quart d’heure passa, puis une heure lorsqu’enfin elle sortit de sa réflexion. S’installant à son secrétaire, la jeune femme se mit à noircir un vélin.

A Roderik de Wenden, Comte d’Arétria, Seigneur de Wenden, Grand Chancelier du Royaume.

Messire,

Je conçois que mon comportement n’est point pardonnable, néanmoins considérez cette missive comme des excuses officielles.

Je me suis laissé emporter par mon ressentiment à votre égard, vous jugeant que trop promptement et trop sévèrement sur base d’informations qui sont dorénavant plus que spéculations à mes yeux. A aucun moment je ne vous ai laissé l’opportunité de vous expliquer, ni même ne vous ai laissé le bénéfice du doute et cela, je le regrette, sincèrement.

Vous trouverez joint à cette missive les nombreux renseignements que j’ai pu récolter au sujet de Dame Angelina. Peut-être est-ce idiot de ma part de vous les confier, mais s’il y a bien une chose sur laquelle je vous demande de ne pas douter, c’est de ma volonté de vous apporter une aide, même si je m’y suis fort mal employée pour vous la proposer.

Faites donc de ces informations ce que bon vous semble.
Victoria.



Elle ne cacheta pas la lettre, souhaitant que le Chancelier la lise et elle en doutait s'il venait à s'apercevoir de la provenance de celle-ci. Victoria la signa toutefois puis fit appel à Gregorio qui alla amener le tout à la Chancellerie en milieu d’après-midi, non sans y glisser une invitation à partager la table de la Comtesse et ce, à l’insu de sa suzeraine qui n’avait pas validé l’idée.

_________________
code couleur: #993366
Victoria di Maldi
La passion détruite se transforme en passion de détruire
Thème musical

Connais-tu le goût d'une langue enflammée, Invité?
Revenir en haut Aller en bas
http://miradelphia.forumpro.fr/t18930-la-baronnie-de-sybrondil
Roderik de Wenden
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1126
Âge : 27
Date d'inscription : 25/12/2014

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  27 ans (né en 982)
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   Mer 30 Mai 2018 - 11:10



Roderik prit tardivement connaissance du pli envoyé par la comtesse ainsi que des documents qui l’accompagnaient. L’insistance de Victoria lui insuffla une nouvelle bouffée d’agacement, mais au moins avait-elle pris la peine de lui présenter ses excuses – quoiqu’il ne se fasse aucune illusion sur la sincérité de celles-ci.

Les éléments rassemblés par la comtesse étaient édifiants quant à la capacité qu’avait celle-ci à mettre son nez dans les affaires d’autrui. Malgré cela, Roderik n’était guère inquiet ; l’affaire Angelina de Solaria n’en était pas une. Personne de sensé n’intenterait de procès au Grand Chancelier du Royaume tant que celui-ci bénéficierait de la protection du Régent, pas sur un motif aussi futile ; qui prendrait un tel risque pour une fugitive qui avait passé la moitié de son existence à fuir ses responsabilités ? Sous peu, l’on apprendrait qu’Angelina de Solaria avait rompu ses obligations féodales et s’était soustraite à son procès ; l'incendie de Solaria, imputable aux partisans extrémistes de la dame, consumerait les derniers vestiges de légitimité dont celle-ci pouvait se prévaloir. Dès lors, son entourage se trouverait dès lors forcé de faire profil bas. Prudent malgré tout, Roderik avait pris ses dispositions ; la comédienne qui avait prêté sa voix et son visage à la dame de Solaria pendant le Concile était tenue dans quelque lieu secret à la discrétion du Régent ; la véritable Ange, quant à elle, n’avait pas reparu.

A Victoria, Roderik se fendit d’une brève réponse, pour la forme. L’enveloppe cachetée fut remise à un messager, qui s’empressa de la porter à la résidence de la comtesse, laquelle était à deux pas de la Chancellerie.



A Victoria di Maldi, Comtesse de Sybrondil,

Madame,

J’accepte de bonne grâce vos excuses et considère l’incident clos. Je veux voir dans votre démarche, plutôt que l’irrespect et l’injure, l’expression d’un zèle maladroit. Vous avez voulu vous montrer serviable, et cela est le principal ; toujours est-il qu’on vous a bien mal informée.

J’ai pris bonne note des renseignements que vous avez porté à mon attention, mais je vous fais la même réponse que lors de notre entrevue : cette histoire est un conte à dormir debout et j’attends sereinement quiconque oserait venir prétendre le contraire.

Je suis également touché par votre invitation à dîner, mais je me dois malheureusement de la décliner. Il y a fort à faire à la Chancellerie depuis notre retour à Diantra, et le temps me manque, même pour le loisir de votre compagnie.

Avec mes respects,

Roderik, de la maison de Wenden, comte d’Arétria, seigneur de Wenden, Grand Chancelier du Royaume.


Dans le même temps, une autre missive était envoyée, celle-ci accrochée à la patte d'un pigeon voyageur celle-ci, à l'intention de la duchesse de Soltariel, Tibéria. Celle-ci devait sceller pour de bon le destin de la dame de Solaria et mettre un point final à cette histoire.

A Tibéria di Soltari-Beronti, Duchesse de Soltariel,

Tibéria,

En ces heures de liesse où le royaume célèbre à Diantra son unité retrouvée, je ne puis m'empêcher de songer à vous, recluse dans l'attente du jour béni où vous donnerez jour à, je l'espère, quelque vigoureux garçon dont Soltariel pourra tirer grand prestige. Sachez que mes pensées vous accompagnent dans cette épreuve.

Hélas, je me dois aussi de vous tenir informée de certains faits qui me chagrinent. Vous ne savez que trop bien la duplicité de votre cousine Angelina, que vous fîtes embastiller avec fermeté pour les fautes qu'elle a commises à votre égard. J'ai eu à cœur, lorsque l'on me chargea de la tutelle de votre duché, de traiter Dame Angelina avec une certaine souplesse, par humanité. Il semble de toute évidence que je connaissais fort mal votre cousine, et que la dureté avec-laquelle vous l'aviez traitée n'était pas injustifiée.

Peut-être savez-vous déjà, à l'heure où vous lisez ces lignes, que le Concile s'est achevé et a désigné à la Régence du Royaume Aymeric de Brochant. Je ne m'inquiète pas de ce dénouement et m'en réjouis au contraire ; s'il est vrai que j'aspirais à mener ce royaume vers une ère de paix et de justice, je crois que le marquis de Serramire s'y emploiera à merveille et il a déjà requis mon aide.

Peut-être avez-vous également eu vent de la présence à ce Concile de votre cousine Angelina. Je dois confesser que cette initiative était la mienne. Il y a quelques ennéades, j'ai pris la disposition de la transférer hors du palais de Soltariel où elle vivait sous surveillance ; j'étais alarmé par la ferveur avec-laquelle certains illuminés se revendiquant comme ses partisans sollicitaient sa libération. L'incendie du domaine de Solaria qui a suivi peu après prouva que j'avais vu juste. Pour mieux la soustraire à l'attention de gens malintentionnés, j'ai choisi de l'emmener avec moi à Diantra. Lors du Concile, il m'a paru naturel de demander à Angelina de siéger avec nous, en qualité de membre de la famille ducale de Soltariel ; en dépit de ses fautes, elle n'en demeurait pas moins votre cousine, et elle y fit acte de présence sans prendre la moindre décision.

Hélas ! Le Concile à peine achevé, Dame Angelina profita du relâchement de ma surveillance pour filer à la missédoise. Mes hommes la recherchent activement à l'heure qu'il est ; malheureusement, la facilité avec-laquelle votre cousine sait se mêler au petit peuple est à la hauteur de son incapacité à se mêler aux gens de son rang. Je ne sais où elle compte aller ; peut-être a-t-elle déjà reçu l'assistance des hommes qui ont brûlé le domaine de Solaria. Elle a laissé derrière elle une lettre qui vous est destinée, dans-laquelle elle se livre longuement sur les reproches qu'elle vous fait et sur sa vision simpliste et candide du monde. Lorsque nous nous verrons, je vous la remettrais en main propre ; mais la lecture de ce torchon ne vous apportera pas grand plaisir. Elle constituera malgré tout une preuve contre toute théorie douteuse qui voudrait nous accuser de l'avoir fait disparaître.

En fuyant ses responsabilités avant même la tenue de son procès, Dame Angelina s'est désignée coupable de toutes les charges qui pesaient contre elle. Il n'appartient pas à la couronne de la juger, dans la mesure où ses crimes ont été commis à l'encontre de Soltariel ; mais puisque nous assumons temporairement la tutelle du duché, nous ratifierons sans hésitation la transmission de toutes les propriétés de Dame Angelina au fisc ducal.
L'incendie du manoir de Solaria a emporté nombre de biens de grande valeur qui auraient dû vous revenir ; par bonheur, les biens les plus précieux du domaine demeurent intacts : ses villages, ses champs, ses rivières et ses forêts sont vôtres, avec tous les revenus que vous pourrez en tirer. Utilisez-les à bon escient.

Avec mes respects,

Roderik, de la maison de Wenden, comte d’Arétria, seigneur de Wenden, Grand Chancelier du Royaume.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik   

Revenir en haut Aller en bas
 
Savoir dissimuler est le savoir des rois. Êtes-vous vraiment le Roy? | Roderik
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De nos jours, le faire-savoir dépasse le savoir-faire. ? 11/10 - 13h02
» JARVIS, il faut parfois savoir courir avant de savoir marcher.
» Dans la vie , il est important de savoir perdre que de savoir gagner. A 70 ans ,
» Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire ? Heather
» A défaut de savoir dessiner, je sais écrire ! (Si si, j'vous promet !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Sauter vers: