Partagez | 
 

 Uriel Isiltari ~ Egide du Repos de Tyral [terminée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Uriel
Elfe
avatar

Nombre de messages : 33
Âge : 30
Date d'inscription : 12/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  601 ans
Niveau Magique : Arcaniste.
MessageSujet: Uriel Isiltari ~ Egide du Repos de Tyral [terminée]   Mar 12 Juin 2018 - 19:45

Identité
Nom/Prénom : Uriel Isiltari
Âge/Date de naissance : 601 ans - début de l'hiver 408:X
Sexe : femme
Race : Elfe Taledhel
Faction : Anaëh
Alignement : Loyal neutre
Liens notables :
- Ordonné puis adoubée par le Pergaën
- Amie de longue date de Wald

Particularité : aucune si ce n'est son uniforme et l'étrange tiare en métal noir qui lui couvre les yeux la plupart du temps.

Métier : Chasseuse de mage du Repos de Tyral
Classe d'arme : Arc et magie (avec une targe en défense)



Possessions & Equipements :

En son nom propre, Uriel ne possède qu'une chose : une petite boussole de cuivre habilement ouvragée qu'elle tien de sa sœur.

Depuis qu'elle a quitté la maison familiale, elle a toujours vécu dans le temple lacustre d'Holimion. Sa cellule de quelques mètres carrés dispose d'un grand lit, d'un bureau, d'une petite armoire et d'une grande fenêtre donnant sur le Lac des Souffles. Cette chambre, est son seul foyer et la nourriture que lui offre le temple son unique pitance. Elle ne possède aucun souvenir physique de ses parents et n'a conservé aucun des quelques cadeaux qu'on lui a fait.

En tant que prêtresse, elle a pourtant quelques effets personnels. Tout d'abord un Voile complet, cet ample vêtement bleu brodé d'argent que les prêtres de Tari portent pour les offices. Elle dispose également d'une aumônière sanctifiée contenant un sac de graines funéraires, une flasque d'onguent sacré pour les embaumements, deux fioles du poison de sommeil éternel utilisés pour les suicides volontaires ainsi que les réactifs nécessaires à la création de Lueurs.

Enfin, en tant que membre de l'Ordre du Repos de Tyral, elle possède un uniforme de chasse-mort. Une armure de maille et de cuir renforcée de quelques éléments de plates. Des ornements d'argent et un robuste tissus bleu nuit rehaussent la tenue militaire, accompagnés d'une miséricorde rituelle. Contrairement aux Prêtres traditionnels qui se couvrent le visage, les chasse-mort ont besoin de respirer, d'entendre et de voir parfaitement, leur uniforme comprend donc une monture en métal sombre spécialement étudiée, semblable à une tiare qui s'enfoncerait jusqu'au nez pour cacher la moitié supérieure de leur visage. Enfin, au lieu de manier avant tout des armes contondantes et des pavois lourds, elle utilise un arc, rapide et précis. Sur le canon de son bras droit peut être attachée une targe de métal de taille moyenne qui sert à parer les projectiles et attaques magiques.

L'écusson du Repos de Tyral, une tête de mort couronnée de houx au centre d'une étoile à sept branche, est présent sur l'intégralité de son uniforme.



Apparence :

  • Taille : 1m96
  • Couleur des yeux : bleus
  • Cheveux : blancs


A bien des égares, Uriel est une digne représentante de son espèce. Née à Holimion d'une longue lignée de citadins, elle a le teint, les cheveux et les yeux clairs caractéristiques des elfes des pierres. Les mauvaises langues diraient que si elle a la pâleur et la régularité du marbre, c'est qu'elle en est constituée jusqu'au cœur. Son visage long aux pommettes peu marquées est couvert d'une peau diaphane sans le moindre défaut et sa mâchoire saillante lui donne ce soupçon de force qui rend ses traits si particuliers.

Fine et élancée, elle aurait put rencontrer un grand succès auprès des hommes de son peuple, si elle avait choisi une autre voie, mais ses cheveux et son visage son couverts lorsqu'elle n'est pas en uniforme et ses yeux le sont quand elle porte l'armure complète. Contrairement aux prêtres traditionnels cependant, elle porte les cheveux longs et les expose sans honte. Elle a également le regard calme et détachés de ceux qui ont vu la mort en face et qui en connaissent le poids. Distants et perçants à la fois, même ses plus anciens précepteurs se demandent si ses grands yeux d'un bleu glacier ont déjà exprimé autre chose qu'une émotion profonde mais maîtrisée.

Son maintien droit, ses vêtements règlementaires et sa tête haute vont de paire avec la discipline que la prêtrise puis la chasse lui ont inculquée. Elle chevauche avec une grande prestance et ses manières parfaitement mesurée renforcent l'impression de noblesse qu'elle dégage.

Certains disent que les rites des prêtres de Tari permettent de vieillir plus lentement. Peut-être est-ce vrai car elle a la même apparence qu'à ses 120ans. Son visage glacial est rayonnant d’orgueil mais ses sœurs savent que ses rares sourires sont d'autant plus chaleureux qu'ils sont sincères.



Personnalité :

Si vous avez l'impression que le regard à la fois glacial et inquisiteur d'Uriel vous juge, c'est probablement parce que c'est le cas. Si elle a l'apparence d'une elfe des Cité, elle en a aussi les idées. Pour elle, les Noss sont des arriérés incultes, les drows sont des bêtes corrompues qu'il faut abattre pour apaiser leurs Souffles et les mortels, humains ou nains, ne sont que des brutes inconsciente du mal qu'ils peuvent faire. Bien que les humains possèdent le Souffle, leur destiné est de se retrouver en quelques années dans les bras de Tari, alors ils méritent les égares dus aux morts, mais leur vie n'a aucune valeur. Elle est convaincue que les elfes des cités sont les seuls êtres réellement civilisés mais que les autres peuples ne peuvent accéder à leur félicité car les essence même renie les lois naturelles des choses.

Pourtant, elle ne considère pas que les émotions sont une faiblesse, bien au contraire. Elle fait preuve d'une grande introspection et accepte toutes les émotions qui la traversent, en bien comme en mal. Cependant, en tant que prêtresse et Chasse-mort, elle a appris a les vivre sans se laisser submerger et à faire la part des choses entre ses émotions et son devoir. Ce devoir, elle l'érige comme un code de vie.

D'un naturel franc et peu diplomate, elle préfère se taire plutôt que de mentir. Elle est de toute façon avare de paroles. Les actes en disent plus long sur les gens que leurs mots. Mais cela ne l'empêche pas de faire preuve du minimum de compassion que tout elfe civilisé devrait avoir.

Elle a également une vision de la mort très différente de celle des profanes, chose en parti due au rite de l’Immersion. La mort n'est pas une finalité, mais une autre phase de l’existence. Le monde des vivants appartient à Kÿria et à ses enfants, le monde des morts à Tari et aux Souffles. On peut passer une éternité dans l'un puis dans l'autre. Uriel aura l'éternité pour profiter de la paix des Terres d'Émeraude, aussi ce qui lui arrive d'ici-là n'a pas grande importance. Elle compte bien faire en sorte que la frontière entre les plans d'existence ne soit jamais troublé. Cette volonté de protéger le monde de tout ce qui menace l'ordre de la vie et de la mort est à l'origine du serment qu'elle a prêté après Ellyrion et qui est aujourd'hui son but principal.
Vœux du Repos de Tyral remplaçant les vœux classiques des prêtres de Tari :
  • Tu ne laisseras point vivre le profanateur
  • Tu veilleras au repos des corps et au passage des Souffles
  • Tu respecteras le défunt de même que le vivant
  • Tu accompagneras le vivant en paix vers son dernier voyage
  • Tu te souviendras


Capacités magiques : Mage de l'Immatériel - Mysticiste

Uriel a été éduquée par le clergé de Tari, elle en fait parti et respecte les préceptes de la Voilée encore aujourd'hui. C'est par l'introspection, la foi, la méditation, la recherche d'une paix intérieure totale, la rigueur des enseignements des prêtres et la discipline inculquée par les Chasse-morts qu'elle a peu à peu développé des capacités magiques.

Comme beaucoup d'elfe, elle a profité d'un apprentissage théorique de la magie très tôt, mais elle n'a commencé à la pratiquer qu'en entrant dans l'Ordre du Repos de Tyral. Toute sa vision de sa pratique est basée sur un enseignement guerrier qui a pour but de protéger le monde des mages - spécifiquement des nécromanciens - et autres créatures mystiques malveillantes, d'où le surnom des chasseurs de mage dans l'Ordre du Repos : les Egides.

La plupart de ses frères et sœurs d'arme développent une magie de l'âme ou de la vie durant la formation de Berceur. Elle permet de combattre plus efficacement les abominations non-mortes et les nécromanciens. Mais pour Uriel, la magie s'est manifestée sous la forme d'un mysticisme utile contre toute forme de magie. C'est pour cela qu'elle pris la voie plus spécifiques des chasseurs de mage.

Sa magie a été développée selon trois axes : dissiper la magie malveillante, percevoir la magie avec précision, protéger ses camarade de toute magie hostile.

Elle est particulièrement douée pour affaiblir ou dissiper des sorts et effets magiques même puissants, mais elle est incapable de les modifier ou d'en prendre le contrôler. Si elle maintien sa concentration et poursuit sans s'interrompre une certaine litanie, elle peut même couper une zone, un objet ou une personne de la Trame, mais cela lui demande beaucoup d'énergie et plus la durée est longue, plus le contre coup sera violent. Elle est également capable de protéger une ou plusieurs personnes contre les intrusions magiques et détecte toutes formes de magies avec une grande finesse sur de longues distances comme un limier différencierait des odeurs. Bien sûr, plus elle tente d'étendre le nombre de cible ou la zone dans laquelle elle exerce ses pouvoirs de dissipations, plus il lui faut de temps, d'énergie et de concentration.

Elle voit la magie comme un jeu de lumière et d'ombre présente tout autour d'elle avec des différences de couleurs. Elle la sent également physiquement comme une sensation magnétique pouvant avoir de nombreuses nuances. Son focalisateur est le symbole sacré en argent qu'elle porte en pendentif (une feuille d'acanthe cerclée) mais elle n'est jamais aussi à son aise pour pratiquer la magique que lorsqu'elle porte son uniforme complet ou son Voile de prêtresse. Pour lancer des sorts, elle récite des prières et s'en remet à la Voilée. Elle est capable d'user de magie dans les situations les plus dangereuses et stressantes pourvu qu'elle parvienne à garder la maîtrise de ses émotions et que sa foi reste sincère.







Histoire

Timeline:
 

Née à Holimion d'un père jardinier et d'une mère navigatrice, Uriel a grandi entouré de ses cousins et cousines dans une famille aimante. Elle était déjà presque adulte lors de la naissance de sa petite soeur, Ailin avec laquelle elle a pourtant un lien très fort. Enfant calme, elle lisait beaucoup et était pétrie d'une immense curiosité pour les choses les plus philosophiques de la vie. Elle passait de longs moments avec ses professeurs, même hors de la classe et lorsqu'elle eut l'âge, elle demanda a entrer au temple de Tari, une voie largement reconnue dans la cité habritant le Haut-Temple.

Après plus de cinquante ans de préparation, à l'aube de ses 170ans, elle passa le rite de l'Immersion en survivant sans la moindre séquelle physique permanente et revêtit le Voile de Prêtresse. Elle officia encore près de vingt ans dans sa région natale, jusqu'à ce que sa sœur atteigne l'âge adulte, avant d'être envoyée à Daranovar avec une délégation d'autres prêtres, pour soutenir les habitants dans les temps difficiles que connaissaient la région. Elle resta à Daranovar près d'un siècle et fut touché par leur résilience et leur flegmatisme face à la mort. Par égare pour eux, elle s'efforçait de guider les condamnés à mort et de rendre courage à ceux qui ne supportaient plus la tyranie locale. Elle suivit également le cursus militaire que tout Daranovan suit normalement à sa majorité, même si elle refusa de participer au moindre combat réel pour ne pas briser ses voeux.

En 700 à l'aube de ses 292ans, la révélation de l'existance des drows, leur sauvagerie et l'utilisation qu'ils faisaient de la nécromantie changea l'existance d'Uriel. Elle ne pouvait pas rester sans rien faire alors que des Souffles étaient en souffrance au point de se noyer dans le sang et de vouloir répandre une corruption immonde par dela le Voile de la mort. Elle rentra à Holimimon et demanda a entrer dans un Ordre de Chasse-Mort. Ses pairs en furent chagrinés mais beaucoup comprirent son geste. Les recrues furent particulièrement nombreuses à cette époque.

Grâce à ce qu'elle avait apprit à Daranovar, l'ordre du Repos de Tyral, plus vieil ordre de Berceur de l'Anaëh, lui demanda d'intégrer ses rangs. La formation de base nécessitait deux siècles car en plus d'être préparer mentalement et magiquement, les prêtres s'orientant dans cette voie doivent renier le vœu de ne jamais tuer un elfe. Au bout des deux siècles, Uriel n'avait toujours pas changé d'idée et elle prononça les vœux des Chasse-mort du Repos de Tyral:
  • Tu puniras le profanateur
  • Tu veilleras au repos des corps et au passage des Souffles
  • Tu respecteras le défunt de même que le vivant
  • Tu accompagneras le vivant en paix vers son dernier voyage
  • Tu te souviendras

Pendant encore près d'un siècle, elle continua sa formation en tant qu'écuyer de l'ordre en accomplissant de plus en plus de missions sur le terrains jusqu'à tuer pour la première fois, passage incontournable pour faire partie des Chasse-Mort. Ce ne fut finalement qu'au crépuscule du Xe Cycle, en 996:X, que son intégration au Repos de Tyral fut irréversible. Elle fut alors adoubée par le Pergaën et le Grand Maître de l'Ordre et reçue le titre d'Egide, chasseuse de mage du Repos de Tyral.

Trois ans plus tard, lorsqu'Ellyrion tomba, l'Ordre était trop loin et mal informé pour réagir. Ils n'arrivèrent sur les lieux qu'après coup et se chargèrent de nettoyer autant que possible les alentour mais ne parvirent pas à délier le Noeud. Pour être plus réactif, le Grand-Maître obtint l'autorisation de fonder une cellule à Alëandir. Uriel rentra quant à elle à Holimion mais le Voile la renvoya en mission aussitôt. Le Pergaën envoya tous les Chasse-Mort aux quatre coins d'Anaëh pour veiller à ce que la magie qui était à l'oeuvre ne trouve le repos d'aucun cimetière. Le Repos de Tyral fut aussi charger de trouver l'origine de la Longue Nuit et de trouver des moyens potentiels de s'en protéger. Uriel faisait parti de ces enquêteurs et s'ils arrêtèrent ou tuèrent de nombreux mages fous durant ce mois qui l'était tout autant, le Soleil revint avant qu'ils n'aient put trouver de solution. Elle fut alors envoyée avec un contingeant au Front Sud pour aider l'armée royale à repousser les attaques des nécromans drows.

Lors de la chutte d'Eraison, ils faisaient parti des premiers renforts sur place et veillèrent pendant les années qui suivirent à ce qu'aucun non-morts ne sorte de la cité conquise ou ne passe la ligne de front. De l'an 1:XI à la fin de l'an 8:XI, Uriel ne quitta donc pratiquement pas les terres de l'Annon et d'Eraison. Elle participa également à la reprise de la cité, décimant les non-morts et sécurisant le temple de Tari qui avait été profanné. Elle y affronta ses premières Engeances et fit parti de l'immense troupe de Prêtres et Chasse-mort envoyés pour nettoyés la villes des corps, des sorts et des pièges à souffles que les les drows avaient laissés derrière eux.

Uriel ne rentra à Holimion que vers la fin de l'an 9, juste avant l'hiver qui gela la quasi totalité de Miradelphia. Après à peine un mois de repos, au plus fort de l'hiver, le Pergaën convoqua tous les Chasse-morts de tous les ordres possibles. Il annonça avoir la certitude que l'hiver n'était pas d'origine naturelle. Les Souffles étaient agités , le nombres d'errants avait augmenté et certains restaient bloqués dans le Voile au lieu de passer paisiblement d'un monde à l'autre. Ne parvenant pas à remonter jusqu'à l'origine de ces troubles, il envoya tous les Chasse-morts au travers d'Anaëh pour trouver une piste. La seule chose que le Pergaën pouvait dire, c'était que seule une magie très puissante et une intrusion ou une fissure dans le Voile aurait put créer une phénomène de l'ampleur de celui qu'ils connaissaient.

En un an, l'Anaëh fut ratissée de long en large. Quelques fuyards drows et autres mages belliqueux exécutés, ils ne purent que se rendre à l'évidence : le Royaume Elfe était hors de cause. Il fallait donc tourner les yeux vers l'extérieur d'Anaëh. Le Royaume vivant en autarcie et se voulant non interventionniste, il n'était pas envisageable de demander une action officielle du trône blanc. Le Pergaën demanda donc des volontaires pour continuer cette mission tandis que les autres Chasse-morts se remettraient à leurs besognes habituelles trop longtemps délaissées.

Un très petit nombre de Chasse-morts était près à prendre ce risque mais Uriel en faisait parti. Elle ne laissera pas les races inférieurs mettre en périle les mondes que Kÿria et Tari avaient façonnés en retournant contre les dieux le don de Magie. Chaque volontaire reçu une piste principale pouvant menée à l'origine de la perturbation. Certains avaient un mage comme cible, d'autres un lieu. Uriel eut la malchance de faire l'objet d'une marque de confiance.

Elle reçut la tâche de retrouver la Bague de Tari et le Rubis de Calimenthar. La première permet de voir à travers le Voile, le second de projeter son Souffle dans le royaume des morts et d'en revenir. Evidemment, les elfes avaient perdu depuis longtemps la trace de ces deux artéfactes dont il ne restait des échos que dans les textes anciens et les récis de voyages peu précis. Uriel reçu l'ordre de les retrouver et de les ramener, ou de les détruire si ce n'était pas possible. Même s'ils n'étaient pas à l'origine de la perturbation en cours, les mortels venaient de prouver pour la dernière fois qu'ils ne pouvaient pas se voir confier d'importants pouvoir sans menacer l'équilibe du monde.

Pour cette mission et à cause de la gravité de la situation, un serment particulier fut demandé aux volontaires. Sous les yeux du Pergaën, du Maître de l'Ordre et de Tari, chacun du répéter les mêmes mots :

" Je jure sur mon Souffle immortel de ne laisser aucune magie dangereuse entre les mains d'un être indigne de la posséder ou incapable de la protéger.
Je jure d'accomplir la tâche pour laquelle je suis missionnée selon la volonté du Pergaën et de respecter mes voeux en tout temps et tout lieu.
Louée soit Tari, Gardienne du Senarda.
"

Trois jours plus tard, Uriel quittait Holimion sur le dos d'Orna, une cavale blanche, prête à s'engager dans un voyage au retour incertain dont le premier pas se trouverai à Alëandir.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  966 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Uriel Isiltari ~ Egide du Repos de Tyral [terminée]   Ven 15 Juin 2018 - 10:30


Y'a vraiment une obsession sur le Pergaën ces temps-ci

Code:
[Métier] : Chasseuse de mage du Repos de Tyral

[Sexe] : Féminin

[Classe d'arme] : À Distance / Magie

[Alignement] : Loyale Neutre

Foire au RP ~ Pour tout ce qui est recherche de compagnons RP. En bref, que du bonheur !
Journal de bord ~ Pour archiver tes liens de RP qui content l'histoire de ton personnage {Vivement conseillé}.
Et enfin, si tu as des question, n'hésite surtout pas à demander l'aide d'un parrain, ou à tout simplement poser tes questions dans la partie créée à cet effet.

_________________
Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois

Ce n'est encore qu'un début:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Uriel Isiltari ~ Egide du Repos de Tyral [terminée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le droit au repos [Terminé]
» MON REPOS 50 CARREFOUR!!! SOS!
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Où tout commence :: Registre :: Tabularium :: Elfes-
Sauter vers: