Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Les charmes du sud [Renaud]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Les charmes du sud [Renaud]   Lun 25 Juin 2018 - 2:36


Durant la première ennéade suivant la naissance de Sofia, Tibéria ne quitta pratiquement pas son lit, trop affaiblit pour se déplacer. Durant cette période, on lui servit une multitude de toniques, des boissons foncées à l’odeur aussi répugnante que leur goût, afin de lui faire reprendre des forces. Lentement, mais sûrement, elle put éventuellement se déplacer à l’intérieur de sa chambre, passant du lit au fauteuil et du fauteuil au lit par ses propres moyens. Malgré ses progrès, Tibéria avait le souffle court et des faiblesses dès qu’elle bougeait un peu trop. La route était encore longue avant un rétablissement complet.

De son côté, Sofia ne quittait pas sa chambre. Malgré les pleurs de l’enfant et les visites de la nourrice, Tibéria refusait catégoriquement qu’on la déplace ailleurs pour qu’elle puisse se reposer. Déjà qu’elle n’était pas en mesure de nourrir elle-même la petite, Tibéria n’aimait pas l’idée qu’elle soit hors de sa vue pour l’instant. Éventuellement, elle devra faire confiance au personnel qui l’entourait, mais elle était passée si près de ne jamais la voir que chaque minute passée en sa compagnie était plus précieuse que tout le reste.

Tibéria pensait beaucoup à Renaud d’Erac. Leur précédent entretien s’était brusquement arrêté lorsque Sofia décida qu’il était temps de faire sa grande entrée dans le monde. Tibéria espérait que le duc ne fut pas trop choqué. Elle se souvenait de la panique dans son regard et de la façon dont il était tombé au sol dans la précipitation. « Je devrais sans doute lui écrire une lettre, non? » Tibéria regarda le bébé dans son berceau. Sofia ne dormait pas et, lorsqu’elle ne hurlait pas, elle fixait les gens d’un regard si sévère que les gens riaient. « Il est fort séduisant et est l’un des pairs du royaume… Je ne perds rien à me montrer charmante avec lui. » Elle pinça les lèvres. « Ne me regarde pas comme ça, tu es une Soltari-Beronti, c’est autant dans mon sang que dans le tien, même si je n’ai jamais vraiment exercé cette part de ma personnalité. Il y a un début à tout. » Elle prit un morceau de parchemin vierge et trempa sa plume dans l’encre.


Julas
2ème ennéade de Karfias

À Renaud d’Erac,

J’ai la joie de vous annoncer la naissance de Sofia Valentina Soltari-Beronti. Je tenais à le faire personnellement après que notre entretien fut interrompu par le premier acte de son entrée dans le monde. Je ne peux m’enlever de l’esprit le fait que je vous ai probablement choqué. Je sais que c’est ridicule, mais j’ai insisté pour vous rencontrer alors que le bon sens aurait voulu que je m’en abstienne. Je suis pourtant heureuse de l’avoir fait, car si je peux prendre la plume pour vous écrire aujourd’hui, il faillit en être tout autrement. Je ne sais trop quelle rumeur circule à ce sujet actuellement, mais la naissance a été très difficile et m’a pratiquement tuée. Donner la vie est toujours un exercice périlleux pour une femme et je suppose que c’est sous l’impulsion d’un pressentiment que je vous ai dit ces derniers mots au moment de notre séparation. Je ne souhaite pas les retirer. J’ai parlé en toute honnêteté et à cœur ouvert.

Nous allons bientôt faire une petite fête pour célébrer l’arrivée de Sofia. Ce n’est rien de plus qu’un repas, mais comme vous êtes celui qui a presque attrapé ma fille à la naissance, j’ai pensé que vous aimeriez y participer et goûter, par la même occasion, à quelques spécialités Soltarii. Vous êtes donc attendu pour le sixième jour de la deuxième ennéade aux environs de 19 heures. J’espère que vous serez parmi nous.

Au plaisir de vous revoir,

Tibéria de Soltariel.
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mar 26 Juin 2018 - 14:05


Renaud parcouru la lettre que lui avait envoyé Tibéria. Il se rappelait parfaitement leur première, et dernière rencontre, et la frayeur qu'il avait eu lorsqu'elle lui avait annoncé la naissance imminente de son enfant. Il était tombé en percutant un pied de fauteuil alors qu'il allait chercher de l'aide. Son manque de contrôle le faisait rire maintenant qu'il se rappelait, et que l'évènement s'était bien terminé. En fait de rumeur, il y en avait peu, si ce n'était que le Duchesse avait enfanté. L'on savait aussi qu'elle avait failli entrer dans le Royaume de Tyra, mais elle avait survécu, ce qui ne devait pas manquer de déplaire à certains. Renaud avait apprécié cette rencontre, et lui rendre une seconde visite ne lui déplaisait pas, surtout qu'elle ne risquait pas de lui faire deux fois la même frayeur. Ils n'avaient guère conversé sur l'entente qu'il pourrait y avoir entre leurs deux duchés, et cela il voulait en reparler. Enfin, après, l'on attendait toujours le procès, et savoir si elle resterait Duchesse ou non. Le Duc avait profité de ce temps pour le mettre à profit. Il s'était mieux renseigné sur la famille de Tibéria, après avoir apprit son appartenance au Sephren. Et donc en effet, il semblait bien que ce soit normalement Tibéria qui aurait du être Duchesse de Langehack à la place de Méliane de Lancrais. Renaud avait médité tout cela, et il avait muri un plan, qu'il devait essayer de mettre en application. Linaëlle était entrée en apprentissage au sein du clergé de Néera, et même si tout le monde à Langehack avait été d'accord pour se donner une année pleine en réflexion, il en était tout autre au niveau des actes. Renaud avait envoyé des espions au Langehack, afin d'avoir le plus de renseignements possibles, ceux-ci s'étaient glissés, marchand, domestique, major d'homme, et encore bien d'autres, afin de recueillir les informations souhaités par le Duc.

Il était donc invité à souper, et bien il irait. Il lui renvoya un courrier pour l'informer de sa présence. Le jour arrivé, il se revêtit de ses plus beaux atours, et il se rendit à la demeure de Tibéria. Une fois sur place, on l'introduisit rapidement dans le même salon ou il avait rencontré Tibéria pour la première fois. il se rassit sur le même fauteuil. Il portait sur lui deux présents, l'un pour la Duchesse, et l'autre pour sa fille. Il était seul, et il regarda de nouveau le fameux tableau qui avait amené Renaud à faire cette découvert qui l'intéressait tant. Il attendait maintenant.



Dernière édition par Renaud d'Erac le Jeu 2 Aoû 2018 - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mer 27 Juin 2018 - 3:41


« J’ai l’air… morte. » Fit remarquer Tibéria en examinant son reflet dans le miroir. La touche de far, le trait de khôl et ses lèvres rougies ne suffisaient malheureusement pas à cacher la pâleur de son teint. « Une très très jolie morte. » Rectifia sa tante. « Bon, voyons voir ce décolleté. » À contrecœur, Tibéria se retourna vers sa tante qui tira aussitôt sur le tissu de la robe. En désespoir de cause, la duchesse s’était confiée sur ses intentions à sa tante Octavia. Cette dernière ria alors tellement fort qu’elle frôla l’apoplexie. À quelques heures de la petite fête, elle prenait maintenant son rôle très sérieusement. Qui était mieux placé qu’une tenancière de bordel pour éduquer sur l’art de la séduction? « On pourrait croire que de mettre au monde un marmot aurait un peu plus d’impact sur l’amplitude de la poitrine, hum? » Tibéria glapit lorsqu’elle lui posa brusquement les mains sur les seins pour tenter de les replacer sous le tissu de la robe. Sa nièce n’était pas particulièrement plantureuse et elle ne le sera jamais, mais grâce à quelques astuces acquises au cours des années, Octavia parvint à un résultat plutôt satisfaisant. « C’est trop bas! Je ne veux pas avoir l’air d’une prostituée et j’aimerais bien qu’il me regarde dans les yeux! Nous ne sommes pas à Soltariel… » Tibéria se tortilla dans sa robe. « Il est vrai que ces nordiens sont particulièrement prudes, il ne faudrait pas le choquer en lui montrant une vraie femme. »

« Vous êtes très drôle… » Rétorqua Tibéria, ironique. « Déjà, il n’est pas un nordien, ensuite... » Elle regarda une fois encore son reflet. « Il faut juste éviter que ce soit trop évident que j’essaie de le séduire. Je préfère la subtilité... » Octavia passa au cou de Tibéria un collier en or dont le pendentif était un rubis de la taille d’un œuf de caille qui tombait sur sa poitrine exactement là où il fallait. « Les hommes ne comprennent pas les messages subtils. Voilà, s’il te fait un compliment sur ton collier, nous saurons qu’il aura regardé... » Le rubis pouvait difficilement être ignoré. Même si le rouge était sa couleur préférée, elle n’aimait pas cette pierre et portait rarement ce bijou sans doute parce qu’il lui rappelait trop son premier époux. « Tu vas bien? » Lui demanda Octavia en replaçant une mèche de ses cheveux. « Je me sens étourdie et nauséeuse… J’ai pourtant dormi une bonne partie de la journée. »

« Organiser une petite fête moins de deux ennéades après avoir frôlé la mort. Tu as définitivement perdu la tête, ma pauvre! »

« Nous serons cinq autour de la table, même pour un repas, ce n’est pas beaucoup de personnes. Puis, je ne peux pas me permettre d’attendre. Tant que je ne bouge pas trop, ça devrait aller. » Sur ce, quelqu’un toqua doucement à la porte. « Son Altesse Renaud d’Erac vient d’arriver. »

« Très bien, j’arrive. » Elle regarda sa tante. « Va t’occuper des filles. Cassio ira vous chercher quand il sera l’heure de passer à table. »

+++

Tibéria fit son apparition à l’entrée du salon quelques minutes plus tard. « Altesse, je suis ravie que vous ayez accepté mon invitation. »Elle vint rejoindre Renaud, main tendue vers lui et sourire aux lèvres. Ce que le duc ne savait pas, c’est qu’elle fut pratiquement portée jusqu’au salon par Hernando, car la descente des escaliers était trop hasardeuse encore pour Tibéria. Il allait sans doute la ramener à l’étage dès que l’invité aura quitté les lieux. Pourtant, rien de cela ne paraissait vraiment dans le regard de la duchesse. Elle était pâle, c’est vrai, mais rien d’étonnant pour une femme ayant accouché peu de temps au paravent. « Je pensais vous avoir fait fuir définitivement! » Tibéria s’empressa de s’asseoir, incapable de rester debout plus longtemps sans se trahir. « Pardonnez-moi, j’ai encore le souffle un peu court. Vous allez bien? » Tibéria faisait son possible pour être naturelle et charmante, mais elle se sentait atrocement ridicule. Elle n’avait pas la moindre idée de comment attirer l’attention d’un homme et de le charmer. À n’en pas douter, Renaud découvrirait bien assez vite la ruse et la jetterai en prison pour tentative de corruption...
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mer 27 Juin 2018 - 9:11


Quand Tibéria fit son entrée, Renaud se leva immédiatement, comme le voulait la galanterie, et l'étiquette. Il prit la main de la Duchesse dans la sienne, et y déposa un baise main, en se baissant comme le voulait la coutume, puis il l'amena jusqu'à sa place par courtoisie tout en lui rendant le sourire qu'elle lui avait adressé

"Voyons c'est tout naturel, votre Altesse, qui oserait refuser une invitation de quelqu'un de votre qualité."

Ce mot signifiait plusieurs choses, que ce soit son titre qui ne permettait pas le refus, mais aussi la conversation, et l'esprit de la dite personne. Alors bien sur, ils n'avaient pas encore beaucoup discuté pour se faire chacun une idée sur l'autre, mais il fallait se montrer aimable. D'autant plus lorsque vous aviez une idée en tête, et que celle-ci nécessitait de vous faire bien voir. Renaud devait bien paraitre devant la Duchesse, et s'attirer sa sympathie pour mettre au point son plan. Il avait aussi apprit que les sœurs de Tibéria avaient fait le voyage jusque Diantra, ce qui lui permettrait peut être de les rencontrer

"Me faire fuir ? quelle idée. Ce n'est pas votre faute si votre fille à décidé de venir au monde le jour ou nous conversions tous les deux.
Je me rappelle vos derniers mots, juste avant que l'on me fasse sortir. Je suis heureux que vous soyez toujours des nôtres, et de ne pas avoir à rapporter ce que vous m'avez dit. Vous allez pouvoir le faire vous même, de vive voix."


Une fois qu'il s'était rassit en face de la Duchesse, il s'était mis à la regarder attentivement, tout en faisant attention de ne pas sembler trop inquisiteur. Sans savoir que celle-ci voulait le séduire, il en était de même pour lui. Il ne voulait bien entendu pas le faire immédiatement, la laissant récupérer,e t de crainte de la brusquer, mais il allait tout faire pour essayer de se mettre en valeur, et de la charmer. Il avait noté sa pâleur, et comme tout homme qui se respecte, maintenant que son ventre ne portait plus les marques significatives de la grossesse, son regard descendit inévitablement sur le bijou qu'elle portait. Il nota le décolleté, ainsi que le volume de sa poitrine qui devait, si la rumeur disait vrai, avoir grossit du fait de la grossesse. Bien que se voulant discret, si elle l'observait, elle ne pourrait pas manquer la ou se portait le regard de Renaud

"Vous avez la un collier splendide, votre Altesse, sans doute un bijou de famille ?"

Il voulait détourner le fait qu'il avait indiscutablement posé les yeux sur sa poitrine. Il ne savait pas que ce faisant, il ferait sans doute bien rire la tante de Tibéria quand elle lui raconterait qu'il avait fait exactement comme elle le pensait, soit complimenter le bijou, tout en prouvant que ses yeux s'étaient attardés sur cette partie de son anatomie.

"Je vais très bien, je vous remercie, j'espère que vous récupérez bien de votre accouchement ? vous m'avez dit dans votre courrier être passé à deux doigts de la mort, vous devez être fatigué."

Puis, il prit l'un des paquets qu'il avait à côté de son fauteuil, et il se releva pour le tendre à la Duchesse

"Voici un petit présent pour vous, pour vous remercier de votre invitation, et vous prouvez mes bonnes intentions"

C'était la une invitation pour un repas, une fête, et non une rencontre politique, du moins en apparence, même si tous les deux savaient de quoi il en retournait. Il était donc normal de ne pas venir les mains vides. En ouvrant le paquet, Tibéria y découvrirait une tiare en or, finement ouvragé, avec un petit saphir qui viendrait se poser sur le haut de son front. Et lorsqu'elle l'aurait ouvert, Renaud demanderait s'il pouvait se permettre de lui poser sur la tête.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Jeu 28 Juin 2018 - 2:43

Tibéria ne saurait dire si Renaud s’en apercevait, mais la façon dont il s’adressait à elle lui faisait chaud au cœur. Honnêtement, elle n’avait invité personne d’autre par crainte d’être rejetée, mais le duc lui répondit candidement qu’on ne pouvait refuser l’invitation d’une femme de sa qualité. Ce n’était pas grand-chose, que des mots, mais ils lui redonnaient le sourire. Cet homme pouvait donc être quelqu’un de bien, de vraiment bien même, mais... trop souvent manipulée, la jeune femme ne ferait plus aussi facilement confiance aux hommes. Les nobles, plus particulièrement, ont toujours quelque chose en tête et des intérêts à protéger. Ça, c’était une leçon apprise à la dure qu’elle n’était pas près d’oublier.

« En effet… J’ose espérer que tout ceci sera bientôt terminé et que nous pourrons tous passer à autre chose. » Tibéria savait que ce n’était plus qu’une question de temps maintenant. D’un jour à l’autre, peut-être, quelqu’un viendrait cogner à la porte pour l’informer de la marche à suivre. Peu importe, elle était prête.

Renaud choisit ce moment pour faire une remarque sur son fameux collier. Tibéria se souvint alors des paroles de sa tante et son visage s’empourpra pour son plus grand désespoir. Elle enviait tellement ces gens capables de rester impassibles, peu importe les circonstances. Tibéria ne le pouvait pas, surtout pour ce genre de chose. Elle n’avait pas l’assurance de ces femmes habituées de plaire et de séduire. Déjà, elle ne croyait pas avoir quelque chose de spécial qui la rendait unique et intéressante aux yeux des autres. Si elle ne voyait pas ses propres atouts, comment pourrait-elle les mettre en valeur? « Merci, je crois qu’il a déjà appartenu à ma mère, un cadeau que lui aurait fait mon père. » Elle résista à l’envie de plonger le regard vers l’objet en question et se contenta de sourire en implorant silencieusement les Cinq pour ne pas rougir comme une gamine inexpérimentée. Cette soirée avait à peine commencé qu’elle s’annonçait désastreuse. Vraiment, pourquoi se donnait-elle toute cette peine?

« Ne vous inquiétez pas pour moi, je vais bien. Je suis encore un peu fatiguée et je ne peux pas faire d’efforts, mais on me dit que je me remets de façon spectaculaire. Sinon, je n’aurais jamais organisé ce petit rassemblement. » Pieux mensonge. Si elle se remettait bien, Tibéria n’était pas aussi en forme qu’elle le prétendait, mais ce n’était pas comme si elle avait l’habitude de s’arrêter même en cas d’absolue nécessité. Si Renaud restait dans l’entourage de la jeune femme suffisamment longtemps, il finira par s’en rendre compte de lui-même.

Tibéria avait remarqué les deux paquets aux côtés du duc, mais n’avait posé aucune question. Renaud en saisit un et le lui tendit. « Ce n’était pas nécessaire, vraiment. » Même si le paquet ne contenait qu’une babiole, l’attention la touchait déjà. Elle ouvrit la boîte soigneusement… « Mais!? » La surprise sur le visage de la duchesse ne pouvait pas être plus sincère. « C’est magnifique... » Honnêtement, Tibéria ne manquait pas d’argent. Elle était issue d’une des familles les plus fortunées de la Péninsule. Des bijoux, de l’or… tout ceci faisait partie de son quotidien depuis sa naissance et plus rien ne l’impressionnait. Toutefois, il y a certains cadeaux qui ont plus de significations que d’autres et dont la valeur réelle dépasse celle de l’objet lui-même. Cette tiare était magnifique et devait valoir son poids. Or, un peu comme les paroles qu’il lui dit au début de leur rencontre, par ce cadeau il reconnaissait ce qu’était Tibéria. C’est ainsi qu’elle le voyait. « L’orfèvre qui a fabriqué cette tiare est réellement talentueux. A-t-elle été faite en Érac? » Elle serait encore plus touchée si c’était le cas. « Il vous faudra me dire votre date d’anniversaire pour que je vous envoie également quelque chose. C’est une belle attention de votre part et je ne peux la laisser simplement dans sa boîte. Pouvez-vous m’aider à la mettre pour qu’elle soit bien droite? » Le saphir n’irait pas du tout avec le rubis et la robe, mais dans les circonstances, un petit écart vestimentaire ne ferait aucun mal et forcerait un bref rapprochement...
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Jeu 28 Juin 2018 - 9:11

Renaud observait Tibéria de prêt alors qu'ils échangeaient des mots. Il était à l'affut de la moindre réaction, et il ne la lâchait pas un seul instant du regard. Cela pouvait amener deux conclusions, la première, qu'il était inquisiteur, voir dérangeant, la seconde qu'il était subjugué par sa partenaire. Il gardait constamment un sourire aux lèvres, se voulant charmeur, pour faire penser à la seconde solution. Se faisant, et vu la pâleur de la Duchesse, il se doutait bien qu'elle ne devait pas être aussi en forme qu'elle le disait. Il commençait aussi à se demander ou étaient les autres invités, et si elle passerait autant de temps en privé avec les autres avant que la "fête" ne débute. Il remarqua immédiatement son teint rosir lorsqu'il parla du pendentif, il comprit alors qu'elle avait également réalisé que sa poitrine devait avoir fait l'objet d'un regard. Il réussit à garder contenance, ayant apprit cela dès son plus jeune âge, et exercice dans lequel il excellait. Il ne savait pas vraiment si elle serait réceptive au charme, étant toujours officiellement mariée, et encore plus après avoir enfanté. Toutefois, on lui avait aussi expliqué que les femmes aimaient de se savoir désirées dans toutes circonstances. Volontairement cette fois, quand elle parla du bijou, il refixa l'objet, et sa poitrine qui se trouvait de part et d'autre de celui-ci, ouvertement, sans toutefois paraitre déplacé, si c'était possible. Il ne fallait pas non plus quelle soit outrée par le comportement de Renaud, celui-ci jouant sur le fil.

"Le bijoux de famille sont toujours précieux à nos yeux, ils ont une signification plus grande que leur valeur"

La réaction de la Duchesse au cadeau qu'il lui faisait le surprit. Pour sur qu'elle devait être habituée à recevoir des présents, et l'argent n'était pas un problème pour sa famille. Il ne doutait pas un seul instant que Tibéria devait avoir une collection de bijoux. Se sentait elle si seule pour réagir ainsi à un cadeau lui étant fait ? Renaud avait peut être une carte à jouer si c'était le cas. Cette tiare venait effectivement d'Erac, il avait essayé d'en trouver une en se promenant au sein de Diantra, mais la capitale ne s'était pas encore remise entièrement de tout ce qu'elle avait vécue, et il ne trouvait pas ce qu'il voulait. Il avait donc envoyé un pigeon pour plus de rapidité, avec un message dans lequel il demandait qu'on lui fasse parvenir expressément l'objet qu'il décrivait, ainsi que l'orfèvre ou il était certain que le bijou existait déjà, et ne rallongerait pas le temps de sa confection. Le coursier qui lui amena avait usé sa monture en la faisant galoper jusqu'à ses limites, pour arriver à temps.

"Mon anniversaire ? mais voyons, je ne vous ai pas fais ce cadeau pour en espérer un en retour. En effet, il vient d'Erac, ou je connais personnellement un orfèvre de qualité, mettant tout son cœur dans ses créations"

Il jouait bien entendu, il se doutait bien que si elle le désirait, elle pourrait la connaitre. Il était difficile pour un Duc de garder sa date de naissance secrète, tous les courtisans se battants pour ses faveurs, trouvant le moindre prétexte pour se mettre en avant.

"Avec plaisir, votre Altesse"

Il s'approcha donc "si vous me permettez ?" et il prit délicatement la tiare, portant le saphir violet, couleur noble par excellence, des mains de la Duchesse, en profitant pour lui frôler les mains de ses doigts, presque comme une caresse, et volontairement bien sur, sans y paraitre. Il aurait pu poser le bijou en tendant les bras, mais il était d'humeur joueuse. Aussi il s'approcha, très proche, plongeant son regard encore plus dans celui de Tibéria, leur proximité pouvant être gênante. il se délectait de la situation actuelle, il lui fit un énième sourire, avant de remonter ses yeux sur sa chevelure afin de mener à bien sa mission. Il posa délicatement la tiare sur la tête de la Duchesse, son souffle régulier, contenu, devant tout de même se faire sentir, même s'il n'était pas forcément assez proche pour. Lorsqu'il eut terminé, il se recula, un peu, et inspecta l'objet, avant de redescendre son regard sur le visage de Tibéria

"Vous mettez cette tiare en valeur, elle vous va à merveille."

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Ven 29 Juin 2018 - 4:21


La ligne est mince entre admirer et dévisager. Tibéria sentait le regard de Renaud sur elle à la fois curieux et séducteur. Habituée d’être le centre d’attention parmi une foule, c’était une tout autre chose dans une conversation en tête à tête. Elle aurait aimé pouvoir savoir ce que le duc avait en tête, car Tibéria pouvait aisément interpréter son comportement comme un signe d’intérêt de sa part, mais si elle se trompait… Pour le savoir, elle devait le suivre dans son jeu. « Les bijoux ont une histoire, c’est vrai. Ils peuvent nous rappeler de beaux souvenirs d’une époque révolue ou encore faire remonter des émotions bien plus sombres. C’est pourquoi il faut être prudent lorsqu’on offre un tel cadeau à une femme. » Elle sourit. « Soyez certain qu’elle n’oubliera jamais l’émotion ressentie au moment de le recevoir! »

Malgré ses intentions plutôt égoïstes, il faut le dire, Tibéria n’était pas entièrement désintéressée par Renaud. En fait, si elle n’avait aucun intérêt pour l’homme, elle n’aurait jamais envisagé de le séduire. Elle n’était pas désespérée au point de se retrouver au lit avec un homme dégoûtant. De près, il était franchement un bel homme, très différent des suderons. Il y avait un petit quelque chose de brute en lui malgré la finesse de ses traits. Ses gestes courtois cachaient définitivement quelque chose qui piquait la curiosité de la belle. « Et moi, je ne peux accepter un pareil présent sans vous en offrir un en retour. Tous mes proches savent que je suis généreuse et que je donne régulièrement des présents. Je vous offre donc l’opportunité de me donner vous-même la date de votre anniversaire ou je serai obligé de tirer personnellement quelques ficelles! » Elle regarda à nouveau la tiare. « On peut facilement le voir lorsqu’un artiste met tout son cœur dans son art. Que ce soit un peintre, un sculpteur ou un orfèvre, un véritable maître met toujours un peu de lui-même dans ses créations, une émotion ou un message qu’il veut transmettre. »

Renaud lui prit la tiare des mains et, pendant un bref instant, leurs doigts se touchèrent. Le duc était vraiment près d’elle et Tibéria ne le quittait pas des yeux. L’humeur joueuse de Renaud était palpable et la duchesse commençait à croire qu’il était peut-être vraiment honnête. Dans tous les cas, il était suffisamment près pour sentir le parfum de jasmin de la jeune femme, odeur qu’elle affectionnait beaucoup. Chaque matin, elle en appliquait quelques gouttes à la base de son cou pour son rituel de beauté. Renaud recula d’un pas comme s’il admirait son travail et Tibéria resta bien droite tout en espérant que l’objet le soit tout autant sur sa tête. « Merci, mais avec un si bel objet, ce n’est pas bien difficile de le mettre en valeur. » Elle hésita un instant avant d’ajouter. « Savez-vous que certaines personnes attribuent des vertus aux pierres? Par exemple, » elle prit la pierre précieuse à son cou entre son pouce et son index « on dit que le rubis évoque le feu, la passion en plus d’être un symbole de courage. Quant au saphir qui rappelle la couleur du ciel, il est associé à la justice et la vérité pour les personnes au cœur pur et sincère. Pour être honnêtes avec vous, nous ne serons que cinq autour de la table ce soir. Il y aura mes deux sœurs, ma tante, vous et moi. Je n’ai pas fait d’autres invitations, car je craignais les refus à cause de… vous savez. Je vous ai invité pour les raisons évoquées dans la lettre et vous avez accepté. Puis vous êtes ici et me traitez dignement comme le demande mon rang, certes, mais j’ai cru pendant un instant que je ne méritais plus ces attentions… Vous m’offrez ensuite cette magnifique tiare... » Pendant qu’elle parlait, son regard dévia de celui de Renaud pour se perdre dans le vide pendant un moment avant de se fixer à nouveau sur le duc, plus intense cette fois. « Je vous ai dit qu’une femme n’oublie jamais les émotions qu’elle éprouve au moment où elle reçoit un bijou… Le moment venu, je saurai vous rendre la pareille. » Sans le dire directement, Tibéria ne passait pas non plus par quatre chemins...

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Ven 29 Juin 2018 - 12:44

Après lui avoir effleuré les doigts, et s'être rapproché dangereusement, Renaud revenait maintenant à sa place. Le jeu de la séduction était subtil, et même s'il se voulait explicite, ce qui n'était pas encore le cas, il fallait savoir garder une réserve, ne pas se montrer trop insistant, montrer son intérêt, tout en laissant le doute, lui faire comprendre qu'elle était désirée, tout en n'étant pas trop pressant, et la faire fuir. Renaud connaissait ce jeu, il avait d'ailleurs pas mal lu dessus, mais il n'excellait pas encore dedans. Trouver le juste milieu n'était pas aisé quand l'expérience n'était pas au rendez vous. De plus, lors de sa déchéance à Thaar, les femmes qu'il avait eut, il les avait payé, dans des maisons closes, il n'avait pas eu à jouer en séduction. Tibéria était donc une première pour le Duc qui était encore bien jeune, et n'avait pas l'habilité de l'expérience. Aujourd'hui, ce qui l’intéressait chez la Duchesse, c'était son titre, et les relations qu'il avait imaginé avec Soltariel, et surtout, depuis peu, sa lignée. Etant mariée, c'était surtout sur sa soeur, Antonia d'après ses informations, que son attention se portait. Toutefois, pour parvenir à ses fins, il devait se mettre la Duchesse dans la poche, puisque faute de titre pour sa soeur, ce serait elle qui accorderait sa main, ou non. Il jouait donc un jeu dangereux, mais il n'avait a aucun moment pensé à la mettre dans son lit, déjà parce qu'elle était mariée, et aussi car il ne désirait pas faire un incident diplomatique en poussant trop loin, et se l'aliéner. Après, si elle le poussait, il ne se priverait pas pour autant, bien au contraire. L'on disait aussi, ce que femme veut, femme aura, pour preuve qu'elles arrivaient toujours à leurs fins.

Il n'aurait jamais pensé que son présent ferait un tel effet sur la Duchesse, mais il était des plus satisfait de l'avoir autant touché, c'était des points de marqués pour sa cause

"Votre Altesse, je suis heureux de constater à quel point mon présent vous plait, c'est un plaisir de vous voir rayonner"

Encore un petit compliment de placé, histoire de se faire mousser un peu plus

"Je ne fais pas de cadeaux pour attendre un retour, mais puisque vous insistez, pour vous satisfaire, et éviter des recherches fastidieuses, je suis né le 7ème jour de la 7ème ennéade du mois de Karfia, en hiver. Ce n'est donc pas pour tout de suite"

Le sourire qui accompagna ses mots étaient en parfait adéquation avec ce que Renaud prenait pour de la taquinerie de la part de Tibéria

"Vous avez raison, l'on a l'impression que l'objet dispose d'une âme propre, qui a été insufflé par son créateur. L'orfèvre qui a confectionné cette tiare m'est cher, pour la perfection qu'il recherche dans chacune de ses œuvres."

Il avait bien entendu sentie le jasmin en s'approchant, même s'il n'avait pas fait la concordance avec la fleur dont il s'agissait. M'enfin, elle sentait bon, et c'était ce qu'il retiendrait pour le moment

"Vous savez, si la personne à un physique ingrat, l'objet peut faire pâlir celle ou celui qui reçoit le présent. Avec vous, c'est l'objet qui est mis en valeur, et non l'inverse"

Voila une belle façon de dire à une personne qu'elle est jolie, sans pour autant paraitre un loup assoiffé. il ne connaissait pas grand chose ne pierre, si ce n'était qu'il les trouvait jolie, il écouta donc le récit de la Duchesse, montrant qu'il s'interessait à ce qu'elle disait

"Je ne le savais pas non, vous me l'apprenez, c'est très instructif, je vous en remercie. Il est vrai que je suis empli de justice"

Il ne parla pas du reste, il avait fait des choses peu reluisante, et il ne pensait pas pouvoir se targuer d'avoir le coeur pur. Mais l'avis devait être différent selon les personnes qu'il côtoyait, et les relations qu'il avait avec elles. Pour sur qu'il n'était pas non plus quelqu'un de purement égoïste, sans foi ni loi, même s'il était prêt à beaucoup pour atteindre ses objectifs. voila une question des plus ambiguës.

Si elle l'analysait, la Duchesse ne manquerait pas de voir, l'espace d'un très bref instant, qu'il fut déstabilisé quand elle lui apprit qu'ils ne seraient que cinq, et qu'il était le seul à ne pas être de la famille. Il avait reprit contenance presque instantanément, et il comprit alors que, comme il l'avait pensé plus tôt, elle devait se sentir bien isolée pour ne pas inviter tous les puissants. A moins qu'elle n'en ait assez, vu ce qu'elle traversait, de toute l'hypocrisie qui entourait le pouvoir. Renaud se dit qu'il avait donc maintenant un net avantage qu'il devait concrétiser, le tout était de savoir comment, et jusqu’où pousser

"Il m'est inconcevable de ne pas vous traiter dignement. De même, il est inacceptable, de ne pas vous traiter avec les égards du à votre rang, votre Altesse. Et puis, il me semble que la communication entre nous se déroule agréablement bien. Ainsi, je suis le seul étranger à avoir été convié, vous me surprenez, votre Altesse, et c'est encore un plus grand honneur que de partager votre table, et celle de votre famille. J'espère être à la hauteur de vos attentes."

Parce que oui, il commençait à se douter qu'elle attendait quelque chose de lui pour l'inviter alors que sa grossesse était à terme, puis maintenant, en "intimité, à moins qu'elle ne soit des plus naïve, ou désintéressé au possible, ce qui semblait étrange pour quelqu'un de l'envergure d'une Duchesse. La dernière phrase fut une piqure de rappel sur le fait qu'il l'avait apparemment fait beaucoup d'effet. Il comprit qu'elle voulait lui faire passer un message, mais malheureusement, même s'il semblait clair, ce n'était pas le cas pour Renaud qui se demandait ou elle voulait vraiment en venir. A moins que ce ne soit volontaire pour l'acculer, gentillement

"Il me tarde que le moment arrive alors, vu les largesses dont vous semblez faire, je ne doute pas un seul instant que je serais un homme comblé. Avez vous déjà des idées en tête ?"

Jouer sur les mots était intéressant aussi. Renaud n'oubliait pas son but, et de demander la main de sa soeur à la Duchesse. Il attendrait juste le bon moment, et de se faire encore mieux voir que ce qui semblait être déjà le cas.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Sam 30 Juin 2018 - 20:12

Tibéria venait de lui annoncer sans préavis qu’il serait non seulement le seul homme autour de la table ce soir, mais également le seul convive qui n’est pas de la famille. Elle s’attendait à une réaction négative de sa part, mais s’il parut brièvement déstabilisé, le duc ne se laissa pas intimider par la perspective d’être examiné sous toutes les coutures par les membres de sa famille. « Normalement, il y a bien plus de gens conviés pour de tels événements. On célèbre beaucoup dans le sud et toutes les raisons sont bonnes pour que familles et amis se réunissent. J’ai pensé que ce serait mal vu d’inviter des gens… J’ai même hésité à vous inviter. » Elle sembla réfléchir pendant un instant. Il y avait bien un autre homme qu’elle pouvait convier au repas. Paolo di Pasi résidait dans la demeure soltarii, mais prenait, de sa propre volonté, la majorité de ses repas dans sa chambre. Il était peut-être du côté de Tibéria, ça ne signifiait pas pour autant qu’ils s’entendaient comme larrons en foire. « Hum, peut-être que Pasi acceptera de se joindre à nous. Cela vous fera au moins une présence masculine sur laquelle vous appuyez si vous vous sentez intimidé par l’abondance de jupon. » Elle ponctua sa phrase d’un clin d’œil amusé avant de se tourner en direction de la porte. « S’il vous plaît? » La porte s’ouvrit sur un tout jeune homme à peine entré dans l’âge adulte. Normalement, Cassio se tenait derrière la porte, mais il était présentement occupé par les préparatifs du repas de ce soir. « Altesse? »

« Veuillez demander à Paolo s’il souhaite se joindre à nous pour le repas de ce soir. Je sais qu’il préfère manger seul, mais dites-lui que c’est pour célébrer la naissance de Sofia et que nous avons un invité de marque en la personne du duc Renaud d’Erac. » Le serviteur s’inclina. « Très bien. » Puis il disparut. Tibéria se tourna vers Renaud. « Paolo di Pasi est une figure dominante de Soltariel. Du moins il l’était du temps de Franco. Voyez-vous, les deux hommes étaient amis et partageaient les mêmes idéaux. Toutefois, les actions de Franco l’ont poussé à reconsidérer leur alliance. Il est le seul des Vrais Soltarii à être venu me voir après la fuite de Franco en rejetant catégoriquement toute responsabilité. Il a également refusé de signer la charte et le voilà aujourd’hui à Diantra en tant que témoin pour mon procès. Il est aussi celui qui a arrêté Arichis lorsqu’il a tenté de fuir son arrestation. » Inviter Pasi n’était peut-être pas la meilleure idée qui soit. Non pas qu’elle craignait qu’il fasse des misères, mais elle ne voulait pas parler du procès et la présence d’un proche de Franco allait certainement piquer la curiosité du duc. C’est pourquoi elle prit la peine d’ajouter. « Je vous demande une faveur, toutefois. J’aimerais qu’on évite de parler du procès ou de Franco. Ce repas est pour souligner un événement joyeux. D’ailleurs, je vous présenterai Sofia un peu plus tard. » La simple mention du nom de l’enfant faisait rayonner Tibéria. « Si toutefois vous voulez vous entretenir avec lui seul à seul, vous pourrez voir avec lui. »

Pour cela et bien plus encore, Renaud méritait une attention de sa part. Simplement pour s’être montré respectueux et attentif, Tibéria allait trouver une façon de le remercier et du coup, elle se sentait un peu coupable de jouer la carte de la manipulation. Trouver chez Renaud un appui solide ne pouvait qu’être bénéfique que ce soit à court terme avec le procès ou à long terme en élaborant des projets communs entre Soltariel et Erac. Voilà, elle faisait cela pour le bien de tous… potentiellement. En même temps, une part d’elle commençait à sérieusement s’amuser. Oubliant la fatigue, elle se laissait tranquillement prendre au jeu et selon la réaction de Renaud, lui aussi. « Hum… Comme vous êtes né en hiver, j’ai envie de vous inviter à Soltariel pour profiter du temps clément du sud. Il y aura une fête digne de ce nom avec des musiciens, de la danse de la nourriture et de l’alcool. Ensuite, comme cadeau… Tout dépend si vous aimez recevoir quelque chose de pratique ou de plus… personnel. Le plus souvent, j’offre des présents à des femmes, mais je doute qu’un assortiment d’huiles parfumées ou une robe faite sur mesure soient dans vos goûts. » Son regard glissa sur le second paquet. « En attendant que ce jour arrive, je suis très curieuse de savoir ce qui se cache dans ce second paquet... »
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Lun 2 Juil 2018 - 13:35

Tibéria annonçait de but en blanc qu'elle avait même hésité à inviter Renaud. voila une fête qui ne semblait pas en être une...

"Une fête sans personne, voila qui est inhabituel, au contraire, cela aurait donné de la vie à Diantra, surtout avec le nombre de présent dans la haute noblesse. Vous auriez pu les inviter, mais me voila privilégié, j'apprécie d'autant plus votre invitation. Que ce Pasi se joigne à nous ou non m'indiffère, tant que vous êtes contente"

A son tour, il fit un clin d’œil à la Duchesse, pour lui rendre celui qu'elle lui avait fait juste avant. Il se demandait tout de même à quoi elle jouait, et ou elle voulait en venir. Tibéria lui expliqua ensuite qui était le fameux Pasi

"Un de vos soutiens, il faut le choyer."

Elle semblait affecté par son procès, et Renaud comprenait, elle aura d'ailleurs noté qu'il évitait déjà le sujet depuis le début

"Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas la pour vous apporter des soucis, ou vous rappeler un futur incertain, bien au contraire. Je ne vois pas l’intérêt de converser en tête à tête avec lui, mais je serais présent si lui veut m'entretenir de quelque chose."

Renaud attendait en effet le moment propice pour lui parler de son projet. Il se demandait s'il recevrait une oreille attentive, ou s'il serait évincé rapidement avec un refus.

"Il me tarde de faire la connaissance de votre fille, qui vous a posé autant de soucis lors de sa naissance."

Renaud ne savait pas pour la santé fragile du bébé, seulement que Tibéria avait faillit y passer. Elle se mit en devoir de lui expliquer sa façon de voir les choses pour l'anniversaire de Renaud, voila qui était inhabituel de voir les choses aussi grande pour un étranger. Enfin pour une fête, parce qu'il était évident que l'on mettait les petits plats dans les grands lorsqu'on recevait quelqu'un de l'envergure d'un Duc. Il rit

"Vous me mettez l'eau à la bouche, et il serait difficile de refuser votre invitation. Je préfère un présent plus personnel, mais l'on ne décide pas quand il s'agit d'un cadeau. Toutefois, si vous m'offrez une robe, il se peut que je me vexe un petit peu" il rit de nouveau "Des huiles parfumées pourraient me faire plaisir tout de même. Mais vous savez, le temps clément, et votre compagnie, serait sans aucun doute suffisant pour me faire venir à Soltariel"

Un nouveau clin d’œil bien placé pour laisser le doute sur son sérieux, ou la boutade. Il verrait comment elle réagit

"Quand à ce cadeau, il est pour votre fille"

Il lui tendit le paquet. en l'ouvrant, elle y découvrirait une poupée pour Sofia. Renaud n'était pas connaisseur en cadeau pour des enfants, et on lui avait conseillé cet achat.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mar 3 Juil 2018 - 3:27

Comparativement à la vie que Tibéria menait à Soltariel ou à Beronia, la jeune femme vivait modestement ici. Elle avait tout le confort nécessaire, mais pas autant de luxe auquel on pourrait s’attendre de la famille Soltari-Beronti. Tibéria souhaitait donner l’exemple. Soltariel avait souffert à cause d’Ydril, elle devait donc couper sur les dépenses et autant dire qu’elle fut drastique dans ses décisions. Donc oui, cette « fête » était modeste, mais il y avait plusieurs raisons derrière tout ça.

Maintenant, la prise de position de Renaud ne pouvait pas être plus claire. Il la croyait, il était de son côté. Elle ne put s’empêcher de sourire, un vrai sourire sincère. « Je le ferais, je vous en donne ma parole. » Peu importe ce qu’il en coûtera, Renaud n’allait pas le regretter. Ils continuèrent à parler pendant un moment de tout et de rien. Le duc donna la seconde boîte qui contenait une adorable poupée pour Sofia. Ce n’était que la première de plusieurs autres à venir. Tibéria prévoyait déjà de faire remplir une pièce entière de poupées et de jouets juste pour sa fille. Elle culpabilisait encore de l’avoir tant détesté à un moment. Comme si cet enfant était responsable de quoi que ce soit! Sa grossesse l’avait rendu très malade, mais personne n’aurait pu le prévoir.

Au bout de trente minutes, la porte du salon s’ouvrit sur Cassio qui annonça que le repas était prêt. « Très bien, je commençais à avoir faim. » Tibéria se leva un peu trop rapidement de son fauteuil et fut prise presque immédiatement d’un étourdissement. Il ne dura qu’un bref instant. Elle fit comme si de rien n’était en espérant que le duc n’ait rien remarqué et se dirigea vers la porte. La salle à manger était tout près au bout du couloir. Sa tante et ses deux sœurs s’y trouvaient déjà, mais aucun signe de Pasi. « Altesse, laissez-moi vous présenter ma famille. Voici ma tante Octavia et mes deux sœurs Antonia et Paula. » La ressemblance entre les femmes de cette famille était indéniable. Les trois plus jeunes avaient la même chevelure brun très foncé, le même teint doré du sud ainsi que la stature délicate. Antonia s’inclina respectueusement, imitée par Octavia, mais Tibéria sentit que quelque chose n’allait pas chez Paula dès qu’elle la vit. Elle ne disait rien, mais son regard était suffisamment éloquent; elle était franchement de mauvaise humeur. Elle courba l’échine, mais le geste lui coûtait. Elle fixait Renaud comme s’il était l’unique responsable de tous les maux du monde. Heureusement, c’est le moment que choisit Pasi pour faire son entrée. « Pardonnez mon retard, j’ai été convoqué à la dernière minute... » L’ambiance promettait d’être joyeuse… « C’est de ma faute. Altesse, voici Paolo di Pasi. » Ce dernier s’inclina à son tour. L’arrivée de Pasi détourna brièvement l’attention de Paula qui lui réserva le même accueil glacial. Tibéria regarda sa sœur en haussant un sourcil, mais la jeune femme l’ignora totalement et prit plutôt place à la table. La duchesse regarda ensuite sa tante qui leva les yeux au ciel. Les sœurs Soltari-Beronti étaient reconnues pour être caractérielles. Margot remportait la palme, mais Paula n’était pas loin derrière, suivit par Tibéria et Antonia, cette dernière étant la plus raisonnable des quatre. Paula, la jeune fille qui ne prenait jamais rien au sérieux, qui aimait s’amuser et acceptait difficilement les refus. Elle était l’exemple typique de la dernière née, celle de qui on n’attend rien et qui, pour se faire remarquer, ressent le besoin d’en faire trop. C’était aussi elle qui avait le moins subi l’autorité parentale. « J’ai demandé à ce que l’on prépare des spécialités soltarii pour notre invité venu d’Érac. C’est bien modeste, j’en suis consciente, mais nous aurons l’occasion, je l’espère, de nous reprendre. »

« Oui, si on nous laisse rentrer à la maison! » Cracha la cadette sans cacher son amertume. « Paula! »
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mar 3 Juil 2018 - 8:47

Renaud sourit quand elle lui fit la promesse de lui faire une fête pour son anniversaire. Encore fallait il qu'elle soit toujours à la tête du Duchés d'ici la. Les deux Ducs continuèrent de parler durant un temps avant qu'un serviteur ne vienne annoncer que le repas était prêt. Il se leva, et il proposa son bras à Tibéria, tout galant qu'il était, afin de se rendre de concert au lieu ou cela se passerait. Ils entrèrent dans une salle à manger ou se trouvaient trois femmes, constituant sans aucun doute la famille de la Duchesse vu la ressemblance qui ne pouvait être niée. Renaud se demanda laquelle était Antonia, celle qui était dorénavant au cœur du projet qu'il nourrissait. Il ne dut pas attendre longtemps, alors que son hôte les présentait. Rien ne fut visible pour quelqu'un ne s'y intéressant pas, mais pour une personne qui surveillait le Duc, il s'apercevrait qu'il avait laissé un regard plus long sur Antonia. Il baisa leurs mains, en allant de la plus âgés, la tante, jusqu'à la plus jeune, et s'inclinant un peu pour les saluer. Il ne se rendit pas compte que la dernière ne semblait pas d'humeur, ne la connaissant pas, et ne s'y intéressant pas plus que cela pour l'instant

"Dame Octavia, Dame Antonia, Dame Paula, c'est un plaisir de faire votre connaissance. Si vous êtes aussi charmante que son altesse Tibéria, je ne doute pas un seul instant que cette soirée sera l'une des meilleures que j'ai passé"

Ce fut alors au tour du fameux Pasi de faire son entrée dans la pièce. Renaud le salua à son tour

"Messire di Pasi, enchanté"

Tibéria annonça alors qu'elle avait demandé des spécialités, et qu'elle se rattraperait lorsque tout ce beau monde se retrouverait à Soltariel, quand la dernière se mit en devoir de lancer la première pique de la soirée.Renaud se rappela Tibéria qui demandait de ne pas parler de son procès, ou elle avait oublié d'en parler aux membres de sa famille, ou Paula était une rebelle. En tout cas, elle semblait bien amer, et cela pouvait se comprendre. Renaud était d'un tempérament conciliant, il préférait pardonner, du moins quand c'était possible. Il était implacable quand des frontières étaient franchies, ou quand la faute était trop lourde. Il lança son sourire le plus ravageur à sa disposition en répondant, son attention entièrement tourné vers Paula

"Etant donné la façon dont la Duchesse parle de Soltariel, et sa promesse de me faire visiter les lieux, j'escompte bien que vous rentrerez chez vous, damoiselle. Et si le repas de ce soir tient toutes ces promesses, j'aurais une raison supplémentaire pour espérer"

Renaud était pair, et il ferait partit de ceux qui jugeraient la Duchesse lors de son procès. Il se doutait donc bien que la réflexion de Paula était ciblé en raison de ce statut. Malheureusement, qu'il vote en faveur, ou contre Tibéria, il n'était pas seul, et sa voix serait l'une parmi les cinq qui la jugeraient.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mer 4 Juil 2018 - 1:56


Tibéria regarda sa sœur qui, visiblement, contenait mal sa frustration. Elle l’avait trouvé anormalement silencieuse et distante depuis son arrivée. Bien qu’affaiblit, elle avait fait venir ses sœurs dans sa chambre dès leur arrivée, mais Paula fut plus intéressé par le bébé que par la mère. Maintenant, le chat sortait du sac bien que Tibéria aurait préféré que ce ne soit pas devant Renaud d’Erac. « Et comment hein? pouvez-vous promettre que nous allons rentrer à Soltariel? Pouvez-vous nous promettre que nous n’allons pas tout perdre, encore? » Le regard de Paula allait de Renaud à Tibéria puis à Pasi. « C’est à cause d’hommes comme vous que nous en sommes là! Comment peuvent-ils la tenir responsable alors qu’elle ne tenait même pas sur ses pieds tellement elle vomissait? Elle n’était même pas à Soltariel! » Pasi leva un sourcil. « Eh bien, je ne m’attendais pas à ça… Premièrement, je ne sais pas qui vous a appris vos manières, mais elles sont à revoir. Deuxièmement, je ne souhaite pas particulièrement défendre mes idéaux avec une jeune femme qui ne sait visiblement pas de quoi elle parle. Sachez toutefois qu’il y a en ce monde des personnes qui sauteront sur la première occasion pour se débarrasser de vous s’ils ne vous aiment pas. Ensuite, je souhaite défendre l’indépendance de Soltariel. Comprenez bien, il ne s’agit pas de rejeter la couronne. Après tout, nous avons accueilli Bohémond et sa cour alors que Diantra tombait en morceaux, mais je crois que nous pouvons être fidèles au roi sans pour autant sacrifier ce qui fait de Soltariel son unicité et sans que des étrangers, des gens qui ne comprennent rien à la mentalité du sud, ne viennent mettre leurs nez dans nos affaires. Or, c’est exactement ce que ce procès va faire. Ça ne fait aucun sens que des hommes qui ont si farouchement rejeté l’interventionnisme extérieur décident de s’en remettre à des étrangers. Le mouvement a dérapé et a perdu son essence, son âme. Franco di Celini était mon ami, mais… Ce n’est pas parce qu’on est proche de quelqu’un qu’on le connaît entièrement. »

Tibéria sentait le mal de tête venir. Elle ne voulait pas parler du procès et voilà que c’était totalement le contraire qui se passait. « Paula… Je suis désolée, crois-moi. Je regrette qu’Antonia et toi ayez à subir cela. C’est bientôt terminé et j’espère que les gens verront clair sur ce qui se passe à Soltariel et que le vrai coupable, celui qui a laissé tomber sa patrie, n’est pas assis autour de cette table en ce moment. Je tiens également à te dire que Son Altesse Renaud d’Erac est l’un des pairs qui doivent présider au procès. J’attends donc tes excuses pour ton comportement inacceptable même s’il est compréhensible. » Son ton était calme, mais ferme et eut l’effet escompté sur Paula qui courba l’échine. « Veuillez me pardonner. Je promets que cela ne se reproduira plus. » Octavia se mordit la lèvre et le geste n’échappa pas à Tibéria qu’elle interpréta comme une envie quasi irrésistible de dire quelque chose. Elle connaissait très bien le tempérament de sa nièce. Antonia restait silencieuse et semblait particulièrement gênée par le comportement de sa sœur. Le hasard avait fait en sorte qu’elle soit assise en face du duc et faisait tout pour ne pas le regarder. D’ailleurs, malgré ses excuses, Paula poursuivit. « Une dernière chose monsieur… Si vous êtes ici, est-ce pour Soltariel ou pour ma sœur Tibéria? » Pasi regarda Paula puis Tibéria comme s’il pesait ses mots. Il dit enfin. « L’un et l’autre sont indissociables. Après tout, vous portez le nom Soltari... » Elle se tourna vers Renaud. « Et vous, croyez-vous vraiment qu’elle n’y soit pour rien? »
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mer 4 Juil 2018 - 9:16


Malheureusement, la petite dernière n'en avait pas terminé, bien au contraire. Il semblait que ce soit une bataille rangée à laquelle elle s'était préparée, à moins que ce ne soit spontané. Toujours est il que cela pouvait autant aider que porter préjudice à la Duchesse, surtout quand elle dit "encore", pouvant faire passer la famille pour des gens à problème. S'aliéner un Duc, et un pair, alors qu'un procès était en attente, n'était pas forcément la meilleure des stratégies. Renaud pouvait comprendre la frustration qui devait s'être emparé de la famille, mais de la à ce que tout lui retombe dessus. Il commençait à s'agaçait, il enfuit ce sentiment au fond de lui pour garder le contrôle, et trouver les réponses pouvant apaiser la situation. Il était la pour une fête, pas pour un lynchage. Ce fut Pasi qui répondit, l'homme ayant fait parti des agressés. Le Duc l'écouta attentivement, cherchant à comprendre l'individu, il resta silencieux, regardant tour à tour tous les participants. Antonia se trouvait face à lui, et elle attirait son attention, il la trouvait incroyablement réservée, celle-ci évitant de croiser son regard. Etait elle docile ? ou attendait elle le bon moment ? Tibéria prit la parole, demandant des excuses de la part de Paula. La jeune femme s'exécuta tout en continuant à demander des comptes. Par malchance pour elle, Renaud ne manqua pas Octavia qui se mordait la lèvre. Etait ce par rapport au comportement de sa nièce, ou avait elle aussi des choses à dire ? La situation était tendue, et la dernière question lui était directement posée. Il fit un effort pour sourire, histoire de calmer l'atmosphère

"Damoiselle, à vous entendre, l'on dirait que vous me reprochez d'être à ma place, et d'être pair du Royaume. Permettez moi de vous rappeler que votre soeur l'est aussi. Je n'ai pas demandé cette charge, elle m'incombe du fait de mon nom, et de mon statut. J'en suis fier, et je ne m'excuserais pas parce qu'on va me demander de juger mon égal, même si je le regrette, plus que vous ne le pensez. Je ne suis pas de Soltariel, et je n'ai rien attenté à l'encontre de votre Duché, je ne suis pour rien dans la situation dans laquelle votre famille se trouve. J'ai bien conscience que je fais partit de ceux qui peuvent faire votre bonheur, comme votre malheur, et je vous peux vous promettre une chose, c'est que je ne suis pas votre ennemi."

Renaud allait jouer carte sur table, chose qu'il faisait en de rares occasions

"Les charges à l'encontre de votre Duché sont lourdes, et pourtant je déplore la mise sous tutelle de la part du Grand Chancelier. Mais il en est ainsi, et nous devons tous faire avec. Je ne suis qu'une seule voix parmi les cinq qui vont prendre part à ce procès, elle a beaucoup de valeur, et en même temps, elle n'est pas suffisante pour influencer le vote"

En parlant de sa voix unique, Renaud venait de mettre une première pierre à l'édifice qu'était son projet pour le Langehack

"Vous voulez connaitre ma position, Paula, et bien après m'être entretenu avec votre soeur, la voici. Je pense qu'elle a joué de malchance, et qu'il lui sera facile de prouver qu'elle n'était pas au courant de la situation. Je ne sais malheureusement pas si les autres pairs tiendront compte de cela. Et pour répondre à votre question, oui je pense qu'elle n'y ait pour rien"

Et voila pour sa position, bien qu'ayant déjà donné une idée, il ne l'avait pas encore clairement indiquée. Cette fois, la Duchesse l'avait entendu. De toute façon, pour son projet, Renaud avait besoin d'avoir Tibéria de son côté. Peut être devrait il d'ailleurs hâté sa démarche, au cas ou le procès tournerait court. Il fit un tour de table du regard, et il prit sur lui de relancer la débat

"Avant d'entrer dans cette salle, la Duchesse m'a demandé de ne pas parler du procès, car c'était une fête. Pourtant, je constate le malaise que ma présence peut apporter." Il se tourna vers Tibéria pour s'excuser de ce qu'il allait dire, puis vers Octavia au moment ou il reprit "Si vous avez encore des questions, ou des choses à dire, je préfère que cela soit fait maintenant, que l'on ait une bonne explication, et que tout soit dit. Ensuite, nous pourrons passer à autre chose, et commencer ce repas dans de meilleures conditions, et fêter l'arrivée de la petite Duchesse comme il se doit."

Une fois que tout serait dit, alors l'atmosphère serait sans doute moins tendue, et peut être que l'ambiance serait plus chaleureuse
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Jeu 5 Juil 2018 - 12:01


Paula se faisait gentiment remettre à sa place par Renaud et c’était tant mieux ainsi. Naturellement, elle n’apprécia pas trop et son teint vira au rouge pivoine, mais s’insurger de cette manière devant un parfait inconnu l’accusant presque d’être la source de tous ses malheurs ne se faisait pas. Tibéria savait trop bien ce qu’elle ressentait, mais s’offrir ainsi en spectacle n’était pas la solution. Heureusement pour elle, le duc était de nature conciliante, car d’autres se seraient certainement énervés à sa place. Il déclara ne pas être leur ennemi, mais Tibéria savait trop bien que son pouvoir était tout de même limité. Il n’était qu’une voix parmi les cinq. La majorité allait l’emporter et si on la jugeait inapte, il devra s’y plier et ne pourra rien pour Tibéria et sa famille. Même si l’entendre lui donnait un peu d’espoir, ce n’était pas suffisant pour totalement l’apaiser. Elle espérait simplement qu’on allait l’écouter. Jamais elle ne se serait doutée que cela arriverait un jour. Franco avait répété à maintes reprises qu’il aimait Soltariel et elle l’avait vu travailler avec acharnement afin d’accroître la prospérité du duché. Elle peinait à croire que ce n’était que du vent. Renaud affirma qu’elle avait joué de malchance… C’était un euphémisme.

Assise sur sa chaise, Paula baisait la tête en grimaçant. Elle finit par déclarer. « Ça ne donne pas envie de se marier. » Tibéria gloussa malgré elle, imitée par sa tante. Tout à coup, la tension retomba et même Antonia osa sourire. « Je ne suis pas prête à mettre tous les hommes dans le même panier, mais visiblement, je suis une bien mauvaise conseillère en la question. » Avança Tibéria avec prudence, sans pour autant perdre le sourire qui naissait sur ses lèvres. Elle espérait simplement que ses sœurs n’en viennent pas à se méfier de tous les représentants de la gent masculine qui leur démontreraient un peu d’intérêt. « Je crois que nous pouvons enfin commencer à manger. J’espère que vous avez faim Altesse. » Sur ce, une porte au fond de la pièce s’ouvrit une une file de serviteurs firent leur entrée, les bras chargés d’une multitude de plateaux contenant une variété de mets en tout genre qui furent ensuite déposés sur la table dans un joli kaléidoscope de couleurs et de saveurs. « Durant les repas formels, les serviteurs font le service, mais ce soir c’est convivial, chacun se sert soit même. Je vous conseille la porchetta, c’est un jeune cochon cuit à la broche et farci avec des aromates. Là-bas il y a tout un plateau de charcuteries, vous êtes obligé de goûter. Puis il y a les fromages et les vins… »

« Bref, elle veut vous faire rouler hors de cette table. Il y a assez de nourriture pour vingt personnes! » S’exclama Octavia tout en se servant une généreuse quantité de vin.
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Ven 6 Juil 2018 - 15:04

Et voila que le mariage en prenait un coup, ce qui n'était pas du tout une bonne chose pour Renaud qui avait en tête de demander la main d'Antonia. La demoiselle ne parlait pas, et se contentait de garder le regard vers ses pieds

"Il ne faut pas penser comme ça, Paula, si vous me permettez. Je comprends vos réserves après les deux expériences malheureuses de votre soeur. Mais je la rejoins dans sa vision de la gente masculine, il ne faut pas tous nous mettre dans le même panier. Notre statut de noble ne nous permet pas d'envisager un mariage d'amour, mais pour autant, il est possible de faire un mariage arrangé, avec tout le respect qui est du entre époux. Et même s'il n'y a pas d'amour, ils peuvent s'entendre en bonne intelligence. Et qui sait si les sentiments ne naitront pas avec le temps ?"

Renaud essayait d'embellir les choses, car lui même ne croyait absolument pas dans l'institution du mariage. Pour lui, comme pour tout noble se respectant, l'union servait à gagner en puissance, ou à apaiser des problèmes, pour acheter la tranquillité. Il fut étonné d'entendre qu'il ne serait pas servit, et qu'il devait le faire lui même. Mais il passa outre sa réticence, prenant un morceau de la dite porchetta

"Je pense que vous avez raison, madame, et que son Altesse veut me tuer, en me gavant"

Il répondait à Octavia bien entendu, et le tout était dit sur le ton de la boutade, bien entendu

"Ce sont des mets délicieux, je ne connaissais pas, mais c'est un régal."

Tout le monde se servit, et l'humeur sembla devenir meilleure, malgré les tensions du début. Renaud continuait de regardait plus longuement Antonia, et ensuite Tibéria, que les autres convives. Il finit par aborder la soeur de la Duchesse

"Dites moi, Antonia, nous ne vous avons pas beaucoup entendu, est ce que je vous intimide ? que pensez vous de tout cela, vous même ?"


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Lun 9 Juil 2018 - 0:09


Renaud avait une vision très terre à terre du mariage et reconnaissait que l’amour n’était pas quelque chose que la noblesse pouvait envisager dans une union. Évidemment, il y a toujours des exceptions et Tibéria était convaincu que ses parents éprouvaient une réelle affection l’un envers l’autre. Toutefois, plus le rang est élevé, plus le mariage devient un outil politique avant toute chose. Après, il fallait espérer tomber sur quelqu’un de respectueux et non pas seulement rongé d’ambition. Les hommes rongés d’ambitions n’hésitent pas un seul instant à utiliser les gens autour d’eux sans se soucier des conséquences que cela pourrait avoir. Par deux fois, Tibéria était tombé sur ce genre d’homme, alors oui, elle se méfiait et elle serait certainement être très prudente au moment de nouer des alliances pour ses sœurs.

Le duc répondit à la remarque de sa tante par une boutarde et Tibéria décida d’en faire de même. « Il me semblait qu’un homme heureux était un homme à l’estomac bien remplis. » Elle adressa un sourire au duc et Pasi en profita pour ajouter. « Après on se demande pourquoi les seigneurs soltarii ont tendance à avoir la taille épaisse… » L’ambiance était effectivement plus détendue maintenant, mais elle ne se comparait pas à celle que l’on trouve lorsqu’il y a plusieurs invités autour d’une même table et que les conversations rebondissent d’un côté à l’autre dans une bonne humeur générale. Elle s’ennuyait de ces repas en famille plus conviviales et sans la pression de voir chacun de ses gestes étudiés.

De son côté, Antonia picorait dans son assiette sans s’attendre à ce que l’on s’intéresse vraiment à elle. Elle portait plus attention à sa sœur Tibéria, l’hôte de ce repas. Elle avait tellement eu peur de la perdre. Ainsi, lorsque Renaud s’adressa à elle, Antonia le dévisagea sans cacher sa surprise. « Oh non… pardonnez-moi, je suppose que ça fait de moi la sœur tranquille de la famille. » Elle sourit. « Je pense que ma sœur est très courageuse et que les gens ne voient pas à quel point elle travaille fort afin d’arranger la situation. Quant au mariage, je partage votre opinion. À défaut d’amour, le respect de l’autre devient la base de la relation. Malheureusement, il arrive souvent que ces unions soit aussi le fruit d’un désir égoïste de pouvoir et certains sont si avides qu’ils se perdent. Peu importe le motif, il ne faut juste pas oublier l’autre. » Elle haussa les épaules avant de regarder sa sœur. « J’espère que le prochain aura un peu plus de bon sens. » Tibéria gloussa de rire puis déclara très sérieusement sur un ton sans appel. « Il n’y aura pas de prochain, jamais… »
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mar 10 Juil 2018 - 10:51

Renaud sourit en retour à Tibéria et Pasi

"Il est vrai que l'on dit cela, mais encore faut il que ledit estomac n'éclate pas, à avoir été trop rempli. Quand à ma taille, mon maitre d'arme ne permettra jamais qu'elle s'épaississe, il me met à la torture chaque jour pour affuter mes réflexes. Je me demande d'ailleurs si la charge de bourreau ne lui siérait pas plus"

Le rire que Renaud laissa s'échapper amenait à la bonne humeur, souhaitant détendre l'atmosphère qui semblait prendre une tournure plus sympathique que les débuts. La stupéfaction qui se marqua sur les traits d'Antonia lorsque le Duc lui parla fut très amusant pour celui-ci, à croire qu'elle pensait que personne ne lui parlerait lors de ce repas. C'était mal connaitre Renaud, encore plus en se trouvant en face de lui, et vu les projets qu'il nourrissait. Il ne s'attendait pas à cette réaction, il semblait l'avoir surprise, allait il avoir une réponse spontanée ? Il semblait que le mariage soit une institution dans cette famille, et que chacune avaient une vision idyllique des choses, même en étant pleinement conscience que la noblesse devrait se marier par intérêt, et non par amour. Lorsqu'elle parla d'un nouveau mariage pour Tibéria, qui en avait déjà vécu deux, la pauvre réagit immédiatement, indiquant qu'il n'y en aurait pas d'autres

"C'est malheureusement notre lot de travailler sans que les insatisfaits ne le remarquent. Nous ne devons pas baisser les bars, et espérer qu'il soit remarqué par une majorité, ou au moins que les reproches ne soient pas au rendez vous. Enfin, je suis content que vous partagiez ma vision du mariage Antonia, cela nous fait un point en commun"

Il lui fit son plus beau sourire, charmeur au possible avant de se retourner vers Tibéria

"Je comprends votre refus de vous marier de nouveau, mais vous êtes encore fort jeune. Peut être qu'avec le temps, vous changerez d'idée, et que vous trouverez quelqu'un de mieux. Celui la, on ne vous l'imposera pas, et vous aurez alors le loisir de le choisir vous même. Avez vous perdu fois dans le mariage, ou contrairement à ce que vous disiez, dans la gente masculine ?"

Il était évident que l'âge de Tibéria n'amenait pas à penser qu'elle ne se remarierait pas, pas en tant que Duchesse. Et pourtant, maintenant qu'elle avait un enfant, et donc une héritière, elle pouvait tout à fait décider de rester seule. Il enfonça le clou en y allant d'un compliment

"En plus de votre titre de Duchesse, votre beauté ne devrait pas vous priver de prétendants, je n'ai aucun doute que vous aurez un vaste choix"

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mer 11 Juil 2018 - 3:17

Tibéria fronça les sourcils, signe révélateur de son agacement grandissant. Le mariage était un sujet très, très sensible pour la jeune femme et si elle comprenait les bonnes intentions de Renaud, ce dernier devait aussi accepter le fait qu’elle avait traversé non pas une, mais deux unions désastreuses qui risquaient de lui coûter son titre. Alors oui, Tibéria estimait avoir suffisamment donné en la matière et ne pas être intéressée retenter l’expérience. « Si nous échangions nos places, Altesse, seriez-vous tenté de donner une autre chance au mariage? Par deux fois, je suis tombé sur des hommes qui ont utilisé mon nom et mon sang pour obtenir ce qu’ils voulaient sans se soucier du serment prononcé devant les dieux. Par deux fois les conséquences de leurs actions égoïstes m’ont éclaboussé. S’il n’y avait que moi de concerné dans cette histoire, ça serait une chose, mais toute ma famille subit les contrecoups. S’il y a un jour un autre homme dans ma vie, non seulement je vais l’avoir choisi, mais il aura prouvé sa valeur et son intégrité à plus d’un niveau. »

Soudainement, l’ambiance s’était à nouveau assombrie. Même Antonia, rougissante face au sourire charmeur de Renaud, plongea le nez dans son assiette. Tibéria se disait maintenant que d’avoir invité Renaud fut une très mauvaise idée. Rien ne pouvait être dit ou fait sans que ça ne revienne constamment sur le procès ou les événements ayant mené ça. Si seulement on pouvait en venir aux faits pour ensuite passer à autre chose. Au-delà de tout ça, Tibéria en avait assez de se sentir comme une victime. Elle ne voulait plus se laisser abattre, mais elle espérait vraiment pouvoir passer à autre chose rapidement. « Eh bien, s’ils sont légion, j’organiserai un tournoi et le dernier à tenir debout aura les clefs de ma chambre à coucher! Très sérieusement, je ne peux pas envisager une autre union, mais je suis touché par le compliment. Je vais plutôt me concentrer sur les mariages de ces deux jeunes femmes ici présentes et tenter de leur garantir le meilleur avenir possible. Dites-moi, auriez-vous dans votre entourage un homme de confiance ou deux avec une bonne situation et n’ayant pas peur des défis? » Elle lançait cela à la blague, mais Tibéria était sérieuse. Normalement, elle aurait cherché la meilleure alliance possible, celle qui se révélerait avantageuse non seulement pour sa famille, mais aussi pour le duché. Là, Tibéria voulait leur garantir un toit sur la tête et une vie confortable.
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mer 11 Juil 2018 - 9:01

La Duchesse était remontée, et cela se comprenait, Renaud se demandait comment se sortir de ce guêpier

"Et bien, votre Altesse, je préfère ma place, c'est indéniable, et je n'aime pas la langue de bois. Ma position n'est pas parfaite non plus, mais mes soucis sont bien moindres que les vôtres, j'en convient bien"

Renaud gardait en travers de la gorge la cérémonie de l'hommage, et les décisions qui y avaient été prise à son encontre, cela malgré son entretien préalable avec Aymeric qui lui avait expliqué deux trois choses. Mais entre être Duc de plein droit, ou être sous tutelle en attente d'un procès, pour sur que sa situation était plus enviable que celle de Tibéria.

"Comme je le disais, vous ne les avez pas choisit, mais j'entends bien votre appréhension du mariage, et le fait que vous ne souhaitiez plus que cela se reproduise, encore moins vu les conséquences actuelles. Vous avez mérité de profiter de la vie comme bon vous semble."

La dernière phrase amenait elle la Duchesse à butiner à droite et à gauche ? Quoi qu'il se passe, et même si Tibéria avait demandé de ne pas parler du procès, tout revenait toujours sur des questions qui heurtaient les sensibilités de ces dames. Il fallait trouver un moyen de désamorcer cela, car ils étaient normalement la pour passer un bon moment, et non pour miner la soirée. Et puis soudain, sur le ton de la boutade, le Duchesse parla du mariage de ses sœurs, et demanda à Renaud s'il connaissait un bon partit. Voila une question qui était inespérée, toutefois, il devait faire attention, puisqu'il semblait qu'il marchait sur des œufs. Il rit pour marquer qu'il avait compris la blague, et il commença sur le même ton

"Un tournoi, quelle bonne idée, Erac en a plusieurs par mois, c'est un sport par chez nous, faites attention que mes Seigneurs et chevaliers ne viennent pas. Je ne remets pas en doute les compétences des soltariis en matière de joute, mais ma noblesse est experte en la matière"

Puis il continua, avec toujours un brin d'humour, mais moins que juste avant

"Est ce que je connais quelqu'un avec une bonne situation dans mon entourage ? oui oui j'en connais deux, trois. Et pour tout vous dire, j'en connais un qui serait un excellent partit"

Il resta un moment silencieux, passant son regard sur chaque personne, s'attardant un bref instant supplémentaire sur Antonia, pour voir si elle réagirait puisque l'on parlait de sa soeur et d'elle à cet instant. Et vu l'ordre des naissances, il y avait tout lieu de penser que la prochaine, c'était elle. Puis il revint à Tibéria, et plongea son regard dans le sien, à l'affut de ses réactions

"Il se trouve que je suis moi même encore célibataire, et que mon entourage, et mes sœurs encore plus, me le reprochent régulièrement, voir me harcèlent, si si, je vous assure. Je suis le dernier homme de la famille, Tyra garde les âmes de mes deux frères, et nous n'avons aucun héritier. Vous comprendrez donc l'empressement de tous à me voir me marier"

voila, l'idée était lancée, et même si c'était avec un ton léger, la Duchesse ne manquerait pas d'avoir noté qu'il avait étayé suffisamment sa propre candidature pour que cela soit sérieux.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Mer 11 Juil 2018 - 18:23

Renaud avait tort. Tibéria ne cherchait pas à profiter de la vie, elle n’en avait pas le moindre intérêt. Elle voulait la contrôler. Elle voulait contrôler les choses et le moment où elles arriveraient. Elle voulait être responsable autant de ses propres erreurs que de ses réussites. Tibéria voulait sa vie avec le bon et le mauvais, faire face aux conséquences de ses décisions et non pas celles qu’on aura prises pour elle avant de la laisser se débrouiller avec le bordel en résultant. Elle voulait aimer et haïr, protéger et détruire, être juste et injuste selon son propre désir. C’est pour cela que l’attente devenait insupportable. À mesure que les jours passaient, la patience de Tibéria atteignait sa limite. Elle voulait juste savoir, rien de plus. Après, elle pourrait envisager la suite des choses et mettre tout ça derrière elle. Naturellement, peu importe l’issu, ceux ayant à cela de près ou de loin paieraient très cher leurs actions…

« Hum, les seigneurs Soltarii sont meilleurs avec une épée qu’avec une lance. Plusieurs des meilleurs duellistes viennent du sud, c’est bien connu. Il existe même un traité que j’ai lu récemment écrit par un certain Liberi qui affirme que la formation d’un homme d’armes doit comprendre : la lutte, le combat à la dague, à l’épée longue, à la hache d’armes et le combat en armure. Ça ferait des épreuves intéressantes pour un tournoi. » Elle avait surtout jamais aimé les tournois de joute. Il lui semblait infiniment plus intéressant de voir deux hommes se battre au corps à corps qu’assis sur le dos d’un cheval en tenant une lance.

Tibéria avait parlé à la blague tout en étant sérieuse, mais Renaud sembla lui aussi soudainement très sérieux lorsqu’il se présenta lui-même comme un célibataire à prendre. Non, ce n’était pas possible. Une alliance avec Antonia ou Paula lui rapporterait une dote très intéressante, mais rien de plus qu’une alliance avec Soltariel qui, d’un point de vue stratégique, n’avait rien de gagnant vu que les deux terres n’avaient aucune frontière commune. Il aurait plus à gagner dans son entourage immédiat et le Langehack…

La duchesse s’arrêta net et fixa le duc comme si elle cherchait à lire dans ses pensées. Elle avait un pressentiment, mais le genre de pressentiment paranoïaque qui va chercher des bribes de conversations passées en leur accordant une signification potentiellement erronée, mais qui dans l’immédiat faisait tout son sens. Renaud l’avait questionné sur sa famille. Il savait que sa mère était Valentina de Sephren. « Ma pauvre fille, tu perds la tête. » Pensa-t-elle en prenant une gorgée de vin. Pourtant, le ton de Renaud et la façon dont il regardait Antonia… La méfiance était de mise, mais si elle avait raison, si son intuition était la bonne, il y avait peut-être moyen de faire quelque chose.

« Vous possédez vraiment le traité de Liberi à Soltariel ? » Demanda Pasi. La question était si sourgrenue qu’elle fit sursauter la duchesse.

« Oui, pourquoi ? »

« Ce traité est très rare et est considéré comme le plus complet jamais écrit. La plupart des Soltarii sont effectivement entraînés en suivant ces préceptes, mais comme le texte original est pratiquement introuvable, l’essence de son enseignement a été fortement diluée à travers le temps. Ce qui n’a pas été oublié, ce sont les exercices en armure. Ramper et rouler au sol en armure complète, épée à la main avant de te remettre le plus rapidement possible sur tes pieds encore et encore jusqu’à ce que ton armure devienne comme une seconde peau… J’ai mal juste à y penser. Quoi qu’il en soit, je paierais une jolie somme pour en avoir une copie. » Tibéria le regarda brièvement. « Eh bien, pour l’instant je ne peux rien promettre, mais je verrai ce que je peux faire. » Liberi n’était qu’un parmi tant d’autres, des trésors de mots et de connaissances que Tibéria souhaitait rendre accessibles au plus grand nombre. C’est pourquoi elle voulait fonder l’Académie. Ainsi tous les lettrés pourront le lire, discuter et partager ces connaissances avec le reste du monde. Elle rapporta son attention à Renaud. « Je propose que nous discutions en tête à tête après le repas, si vous voulez bien… »

Le reste du repas se passa sans incident notable même si Tibéria ne put résister à l’envie de jeter des regards fréquents en direction de Renaud. Lorsque tout le monde eut nettement trop mangé, la petite assemblée passa au salon où ils purent accueillir la véritable vedette de la soirée. Tibéria prit sa fille dans ses bras et la présenta à Renaud. Sofia dormait profondément, un délicat bonnet couvrait son crâne duveteux. « Renaud d’Erac, je vous présente Sofia Valentina Soltari-Beronti. » Puis la gamine se mit à hurler et fut rapidement confiée à la nourrice afin de préserver les oreilles de tout le monde. Éventuellement les invités se retirèrent un à un, laissant le duc et la duchesse seuls. La fatigue pesait sur Tibéria, mais elle souhaitait entendre ce que Renaud avait à dire et elle ne voulait pas passer par quatre chemins. « Maintenant que nous sommes seul à seul, j’aimerais savoir ce que vous avez en tête et je vous demande d’être honnête avec vos intentions. Je crois qu’Antonia a bien remarqué vos attentions à son égard et j’aimerais éviter qu’elle ait de faux espoirs ou qu’elle soit prise dans les rêves de grandeurs de quelqu’un, si vous voyez ce que je veux dire… »
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Ven 20 Juil 2018 - 15:22


Tibéria répliqua, et il était sans nul doute vrai que des duellistes de renom se trouvaient dans le sud. Le médian était une terre militarisée, et portant de nombreux guerriers sur sa terre, toutefois, les règles de la chevalerie s'imposant au sein d'Erac amenaient nombre d'eraçon à pouvoir rivaliser en matière de duels. Nul doute que cela serait intéressant, et instructif, de confronter les deux terres, tant que cela restait amical. La Duchesse fit allusion à un auteur, et un recueil qui attisa la convoitise de Pasi. Renaud les laissa discuter, observant encore Antonia, se demandant si sa candidature faisait le chemin dans sa tête. Tibéria, après avoir répondu à Pasi, annonça à Renaud qu'elle désirait s'entretenir avec lui en privé, à la suite du repas. Nul doute qu'il avait touché une corde sensible, il restait à espérer avoir fait mouche, et ne pas s'être attiré l'ire de la dame

"A votre convenance, votre Altesse"

Le repas s'écoula plus tranquillement, et chacun fut bientôt repu. C'est à ce moment que la fille de Tibéria fit son entrée

"Voila donc celle qui est à l'origine de la fête, l'héroïne de la soirée"

Renaud s'approcha, regardant celle qui hériterait le Duché de Soltariel, si la Duchesse était blanchie lors de son procès. Le bébé se mit rapidement à pleurer, et on l'emmena dans un endroit plus calme, puis tout le monde se retira jusqu'à ce qu'il ne reste que les deux Ducs. Tibéria interrogea alors Renaud, n'y allant pas par quatre chemins

"Malheureusement, votre Altesse, non, je ne vois pas bien ou vous voulez en venir ? Mais comme vous me le demandez sans ambages, voila mes intentions. Quand je vous ai parlé de moi même, comme prétendant à la main d'Antonia, c'était très sérieux. J'aimerais épouser votre soeur, si vous m'y autorisé. Pourquoi ? et bien c'est très simple, vous n'êtes pas sans connaitre les sanctions qui ont été prises à l'encontre de tout ce qui n'est pas nordique ? et vous savez aussi la situation qu'est celle d'Erac, et du Langehack."

Il laissa un petit blanc pour que la Duchesse se remémore l'hommage, et les sanctions, ainsi que l'état ou se trouvait le médian, avant de reprendre

"Lors de notre dernière rencontre, vous m'aviez parlé de votre mère, et de vos ramifications avec les Sephren. J'ai dans l'idée de faire postuler votre sœur au trône de Langehack. Le Duché est prit à la gorge, entre ses terres perdues, et les sanctions de la couronne, ils doivent se trouver des alliés. L'entrée au couvent de Linaëlle ne va pas les aider, aussi se trouver une égérie qui pourrait leur amener une alliance avec leur voisin d'Erac pourrait les intéresser. Uni, nous pourrons mieux contrer nos détracteurs."

Voila qui était lancé, il avait annoncé toutes ses intentions. Le soucis étant qu'il se rappelait que la Duchesse avait détesté être utilisée. Et elle ne semblait pas vouloir cautionner les rêves de grandeur, ce que le projet de Renaud semblait être par excellence

"Vous vous rappelez lorsque nous avons parlé du mariage tout à l'heure, votre Altesse ? pour moi, cela sert à forger des alliances. Voyez donc tous les avantages que vous pourriez retirer en unissant votre maison à la mienne ? Je vous entends déjà émettre des doutes, mais réfléchissez avant. Et je peux vous faire la promesse que j'ai faites lorsque nous parlions plus tôt, à savoir que je serais on ne peut plus respectueux envers votre soeur. Je la traiterais du mieux possible, et je n'ai l'intention de nuire, ou de trahir personne, encore moins ma promise si vous accédez à ma requête."

La balle était maintenant dans le camp de la Duchesse. allait elle murir l'idée, ou la rejeter en bloc juste à cause de ses mauvaises expériences ?



Dernière édition par Renaud d'Erac le Jeu 2 Aoû 2018 - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Lun 23 Juil 2018 - 18:18

Il y a des sujets sensibles chez Tibéria. Elle croyait l’avoir fait sentir pendant le repas lorsque les conversations dévièrent sur le mariage et les alliances. Du coup, elle se doutait que Renaud avait quelque chose en tête, mais elle ne pensait pas qu’il serait aussi confiant lorsqu’il exprima le fond de sa pensée. Elle avait déjà entendu ce même discours de la bouche d’un autre homme et rien dans le visage de la jeune femme n’exprimait le plaisir de l’entendre à nouveau. « Vous ne manquez pas d’audace, c’est certain. » Commença la duchesse dont la tête était soudainement traversée par des pensées contradictoires et des souvenirs douloureux. L’idée que sa sœur puisse subir le même sort qu’elle la rendait malade. D’un autre côté, elle voulait assurer la sécurité des siens et devait croire au fait que tous les hommes ne sont pas de la même trempe qu’Arichis ou Franco. « Je suis presque certaine que le jour où l’Anoszia s’est présenté à ma tante pour conclure notre alliance, ses mots devaient ressembler aux vôtres. Nous connaissons tous les deux le résultat aujourd’hui. »

Tibéria ne se sentait pas très bien, mais elle n’arrivait pas à dire si c’était les lendemains de l’accouchement ou les paroles de Renaud qui la mettaient dans cet état. « J’ai compris bien assez vite et d’une façon cruelle que les gestes parlent beaucoup plus que les mots. Je veux croire en vos promesses, mais je suis devenue, bien malgré moi, très méfiante. Ce que je traverse, je ne le souhaite à personne. Je serai dévasté si Antonia subissait le même sort. Vous savez, elle est la discrète de la famille, mais il ne faut pas se fier aux apparences. Il suffit de discuter avec elle en tête à tête pour se rendre compte qu’elle a des opinions bien à elle. Ce soir, vous l’avez vu timide, mais c’est qu’elle n’est pas habituée à être le centre d’attention. Vous voulez en faire une duchesse ? » Elle marqua un temps d’arrêt pour rassembler ses idées et ne pas dire n’importe quoi, car au-delà de la crainte, Tibéria avait aussi la possibilité de sécuriser l’avenir de sa petite sœur. « Je ne suis pas dupe. Je vois les avantages d’une telle alliance sur nos deux familles, mais je crois que la décision finale ne revient pas uniquement à nous. Cela vous dérange si j’invite Antonia à nous rejoindre ? Si elle refuse, vous ne lui forcerez pas la main. De plus, ne pensez même pas à vous tourner vers Paula. Je crois que vous comprenez pourquoi. » Tibéria aimait beaucoup sa sœur, mais pour le bien de tous, elle ne devait pas se retrouver à la tête d’un duché.

Tibéria demanda ensuite à ce qu’on aille chercher Antonia. Cette dernière apparue quelques minutes plus tard, étonnée d’être ainsi convoquée. « Je t’en prie, assieds-toi là. Nous aimerions discuter de quelque chose avec toi. » Elle vit la surprise et l’inquiétude dans le regard d’Antonia. Elle était si rarement sollicitée. « Oui, bien sûr… Quelque chose ne va pas ? » Tibéria regarda Renaud. C’était à lui de présenter la chose.
Revenir en haut Aller en bas
Renaud d'Erac
Titre du rang
Titre du rang
avatar

Nombre de messages : 430
Âge : 41
Date d'inscription : 31/12/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 22 ans
Niveau Magique : Non-Initié.

MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Jeu 26 Juil 2018 - 15:55

Comme il le pensait, Tibéria fut d'abord réticente, ce qui était logique vu ce qu'elle avait traversé, et à deux reprises. Renaud devait donc se défendre, mais il était compliqué de ne pas se mettre à dos la Duchesse, revivant ses épreuves passées

"J'en ai conscience, votre Altesse, mais comme je vous l'ai dis, je n'ai pas l'intention de trahir le Roy. Hors si je ne m'abuse, vous êtes Duchesse, c'est donc que son intention de départ était louable, et à fonctionné à merveille, non ? je ne ferais pas la même erreur que l'Anoszia, je peux vous l'assurer, je n'ai pas l'intention de vouloir m’accaparer Bohémond. De même, je ne suis pas étranger sur ma terre, mais bien un fils d'Erac, dirigeant Erac, et légitime de par mon sang."

Arichis s'était élevé au titre de Duc en écrasant ses rivaux, et en se justifiant grâce au mariage avec Tibéria. Renaud était Duc légitme, il n'aurait donc pas, pour commencer, des eraçons remettant en question son titre. Encore moins depuis que Léandre avait de nouveau abdiqué, plus officiellement, au profit de son fils, faisant taire ceux disant qu'il était le Duc légitime. La Duchesse se mit alors à converser sur Antonia, la décrivant comme une personne différente de ce qu'elle avait démontré lors du repas. Renaud écouta attentivement, afin d'en apprendre le plus possible, jusqu'à ce que le Duchesse demande si cela dérangeait Renaud de faire venir la principal concernée

"Vous êtes devenue méfiante, c'est naturel vu ce que vous traversez, et c'est une bonne chose, vous ne vous ferez plus avoir, vous avez muri dans la douleur. Malheureusement, nous nous connaissons encore peu, et je ne peux guère vous offrir plus que ma parole. Vous me dites qu'Antonia n'est pas aussi timide qu'elle est apparue lors du repas, je vous dirais que c'est mieux. Je ne recherche pas une épouse pour l'apparat, donc si elle a un avis, et des conseils avisés, je serais le premier satisfait. Si nous allons dans le même sens, il est plus facile de trouver des solutions ensemble, que seul.

Je n'ai pas l'intention de la forcer, même si la décision vous revient, c'est pour cela que je vous l'ai demandé. Cela ne me dérange donc aucunement si vous la faites venir."


Une fois arrivée, Antonia semblait surprise d'avoir été convoqué. Se pouvait il qu'elle n'ait pas compris que l'on parlait la de l'offre de mariage qu'avait faite Renaud lors du repas ? Renaud ne la laissa pas attendre trop longtemps, n'étant pas du style à faire souffrir pour rien

"Tout va pour le mieux, damoiselle, votre soeur à préféré vous faire venir car nous parlions de votre avenir. C'est que voyez vous, lorsque nous avions parlé de candidat pour épouser les sœurs de la Duchesse, et par la même occasion, vous, j'étais sérieux en me présentant comme un prétendant intéressé. Son Altesse, ne désire pourtant pas vous marier sans votre accord, ce qui est tout à son honneur. Que penseriez vous donc de devenir mon épouse ? et de vous lier à moi ? l'idée vous séduirait elle, ou être vous contre ?"

Renaud se souvenait soudainement de Linaëlle qui avait fait une scène, en adolescente éprise d'un autre. Il espérait qu'Antonia comprendrait l'idée, et qu'elle s'était faite au mariage arrangé. Il ne comprenait d'ailleurs pas bien la volonté de Tibéria de demander, et de suivre l'avis de sa soeur si elle refusait. Mais ce n'était pas à lui de juger, ou de répondre. Bien entendu, il ne parla pas tout de suite de Langehack, laissant déjà la pauvre se remettre de l'émotion de cette demande en mariage.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tibéria de Soltariel
Humain
avatar

Nombre de messages : 458
Âge : 32
Date d'inscription : 02/05/2016

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  22 ans
Niveau Magique : Eveillé / Néophyte.
MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   Ven 27 Juil 2018 - 2:48


Bien évidemment qu’Antonia avait vu cela comme une plaisanterie. Renaud d’Erac était duc, cela signifiait que la femme qu’il prendrait pour épouse serait duchesse. Or, elle n’avait jamais prétendu à de telles ambitions, surtout pas avec tous les ennuis qu’avait sa sœur. Antonia savait que des discussions avaient eu lieu à propos d’une éventuelle union, mais elle ne connaissait pas les détails. Avec le procès, tout était tombé à l’eau et Antonia commençait à croire qu’elle ferait peut-être mieux d’intégrer un monastère. Voilà qu’une proposition tombait littéralement du ciel. Contrairement à Tibéria, Antonia cachait aisément ses émotions. Pendant un bref instant, la surprise traversa ses yeux avant de faire place à un masque indéchiffrable. Elle regarda Tibéria qui, pragmatique, ajouta. « Nous pouvons difficilement espérer mieux comme union. Toutefois, ce que Son Altesse n’a pas dit, c’est qu’il a l’intention d’utiliser notre prétention sur le duché de Langehack pour te mettre sur le trône. » Inutile de mettre des gants blancs avec Antonia. Elle allait connaître toute la vérité et prendrait sa décision en conséquence. « C’est à cause de maman, n’est-ce pas? » Tibéria acquiesça. « Arathor de Sephren étant notre oncle, nous sommes les héritières les plus directes au trône du Langehack, plus que Soltariel, pour être honnête. C’est Angelina l’héritière directe pour Soltariel, mais elle a refusé le titre. »

« Mais qu’en est-il de la fille de Méliane de Lancrais, la jeune Linaëlle ? N’est-ce pas à elle que revient le titre maintenant? »

« Semble-t-il qu’elle ait choisi d’intégrer un couvent. Le conseil de régence lui a laissé un an pour prendre sa décision finale. Tout est théoriquement possible. Langehack et Erac seraient très puissants une fois réunis. Si à cela on ajoute une union avec Soltariel... »

Malgré le choc, Antonia semblait comprendre tout ce que ça impliquait. « Mais rien n’est garanti. Les nobles du Langehack risquent de voir d’un mauvais œil tout cela et pourraient causer de gros problèmes, un peu comme nous avons eu à Soltariel. Il y aura certainement des appuis à la famille Sephren, mais si notre mère en est une, tu portes le nom des Soltari-Beronti et tu es ma sœur. J’ai peur que cela impacte négativement sur toi et sur Paula... » Elle leva les yeux vers Renaud. « Et je suppose que si nous arrivons à un accord ce soir, que vous la tiendrez, peu importe ce qui arrive. Si jamais le Langehack se montre réfractaire, vous n’allez pas annuler cet accord sous prétexte que ma sœur ne vous apporte pas ce que vous désirez, n’est-ce pas? » La menace était à peine voilée dans sa voix. Tibéria voulait protéger sa sœur des abus. Elle l’avait dit un peu plus tôt : elle ne souhaitait pas voir Antonia être déçue. La jeune femme avait suffisamment souffert comme ça.

« Pour être honnête, je ne sais pas quoi dire… Vous savez, voir ce qui arrive à ma sœur ne donne pas envie de se retrouver à sa place. »


Dernière édition par Tibéria de Soltariel le Jeu 2 Aoû 2018 - 1:50, édité 1 fois (Raison : Entité)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les charmes du sud [Renaud]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les charmes du sud [Renaud]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Après Lavalas le parti 'Louvri Baryè' de Renaud Bernadin dans la tourmente
» Renaud va t-il mourir?
» Résumé du Cours de Charmes, Les Sortilèges du Rire.
» Renaud SARDI
» renaud benodin vous salue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Diantra-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: