Partagez | 
 

 L'échappée belle | Solo

Aller en bas 
AuteurMessage
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 809
Âge : 28
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 002ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: L'échappée belle | Solo   Dim 1 Juil 2018 - 13:39


Eté - dernier jour de l'an 10 du XIe Cycle
un peu après la guérison d'Elghinn


Loin sous les frondaisons d’arbres hauts de plusieurs dizaines de mètres, une ombre apparaissait dans l’encadrure de la seule fenêtre d’une petite bicoque en bois. Depuis plus de dix jours, elle tirait le l’épais rideau pour plisser les yeux dans lumière tamisée qui filtrait à travers les feuillages. Au début, ce n’était l’affaire que de quelques instants, mais au fur et à mesure que le solstice approchait, le temps s’allongeait encore et encore.

   Chaque jour, un guérisseur faisait le trajet depuis Ardamir, passait quelques heures dans cette même bicoque, puis refaisait le chemin en sens inverse. Soit disant que les changements drastiques opérés sur le corps d’Elghinn étaient trop importants pour avoir la certitude qu’ils resteraient stables. Les elfes effectuaient un examen et une correction quotidienne de l’état de l’enfant depuis l’intervention de l’aimable elfe à la crinière blonde et jugeaient qu’elle serait nécessaire durant encore un moment. Krish n’en croyait pas un mot, mais sous le nom de Shaar elle restait toujours serviable. Elle donnait les “informations” qu’on lui demandait lorsqu’on les lui demandait, prêtant une attention toute particulière à sa toile pour qu’aucun fil ne révèle la supercherie. Le but de ses révélations était de couper Anaëh de toute alliance extérieur. Naélis, Thaar, la Péninsule, même les Nains. Aucunes ne devaient être dignes de confiance pour les sylvains. Plus elle soufflait sur les braises de leur suspicion, de leur condescendance et de leur haine, plus ils seraient prompts à ouvrir leur coeur à Uriz sans même le savoir. Elle prenait son temps sans s’impatienter plus que son rôle ne le demandait.

   Ces imbéciles n’avaient aucune idée de la façon dont les Ombres pouvaient changer une personne et ils ne connaissaient pas la femme qu’ils avaient secourue.

   En attendant son heure, la forgeronne regardait l’Anaëh et le dos des gardes, notant leurs allées et venues. Le spectacle ne la laissait jamais. Les insectes, la cacophonie des feuilles, les fleurs, les fruits, les mouvements dans les futaies. Ce que d’autres considéraient comme d’infimes détails changeait en permanence. Il y avait tellement de choses à voir, tellement d’informations à prendre en compte… Et pourtant tout était si statique et répétitif.

Lorsque ses yeux avaient suffisamment résisté à la lumière pour voir nettement ce qui entourait leur prison, Krish n’avait pas cherché à retenir ses larmes. Les couleurs… Elle les avait presque oubliées… Elle n’avait qu’une envie, c’était de pouvoir enfin courir dehors à son gré, sentir la morsure du soleil sur sa peau d’encre. Ce serait un début. Un premier pas qu’elle avait hâte de franchir. Mais elle en voulait plus. Plus de mouvement, plus de vie, de bruit, de changements. Plus de chaos et d’affrontement. Et par les dieux, elle se prélasserait tout un mois dans le premier temple d’Isten qu’elle croiserait ! Ici, chaque chose était à sa place, chaque heure répétait son rituel interminable, et si c’était déjà tout un tourbillon par rapport au silence des Ombres, ce n’était pas le monde qui lui avait tant manqué.

   Elghinn, lui, récupérait lentement. Les changements qui s’opéraient en lui l’exaltaient et l'angoissant en même temps. Ils apprenaient les gestes quotidiens de toute créature vivante. Boire. Manger. Se laver. Il prenait lentement conscience des règles de ce nouveau monde... Et du fait qu'il n'y était pas a sa place. Après avoir passé sa vie dans l’immobilité et le silence, dans un endroit ou chaque frôlement, chaque changement avait un sens et appelait une réaction, il n’arrivait pas à dormir et restait constamment sur ses gardes. La chaleur le prenait à la gorge. Il détestait cet endroit tout en y lâchant une curiosité débordante.
   
   Malgré leur vécu très différent, Krish avait bon espoir que la témérité et la curiosité de son fils reprenne le dessus pendant qu’Elghinn attendait avec impatience que la sauvagerie de sa mère leur ouvre la voie vers la terre promise qu’elle lui faisait miroiter depuis toujours. Chaque soir, ils se couchaient l’un contre l’autre à même le sol, l’un veillant tandis que l’autre dormait, n’arrivant pas à fermer l’oeil en même temps en l’absence de T’Challa.

- Maman…” murmura une petite voix, faisant frémir la longue oreille noire de la forgeronne. “ Maman.” Insista-t-elle. Une fois. Deux fois. “ C’est à ton tour. “

Krish ouvrit les yeux et mit un instant à reconnaître le nouveau visage d’Elghinn. Elle sourit. Il lui allait bien mais elle avait toujours un peu de mal à s’y habituer. Après avoir vérifié qu’elle était bien réveillée, le garçon se roula en boule contre elle. Les mains de l’elfe noire caressaient pensivement les cheveux de son fils, l’oreille aux aguets mais les yeux hypnotisés par le mouvement de respiration qui gonflait le torse du gamin. Quelques minutes s'écoulèrent dans ce que les gens de ce monde appelaient silence, mais la petite voix s'éleva à nouveau en un discret murmure.

- Maman…
- Oui, mon petit seigneur ?
- Tu as dit que nous partirions bientôt…
- Dans deux jours trésor.
- Pourquoi pas ce soir ?
- Parce que ce sera le solstice.
- Et alors ?
- Tu te souviens quand je te disais qu’on comptait le temps en fonction d’un certain nombre de jours pour former des ennéades, des mois, des années, des siècles et des Cycles ?
- Oui ?
- Au Solstice, on change d’année et dans beaucoup de culture cela donne lieu à des fêtes. Il y a quelques jours j’ai entendu deux de nos garde en parler. Les elfes ne font donc pas exception.
-  Mais les soldats ne seront pas à la fête… Je ne vois pas le rapport.
- Tu apprendras avec le temps que des choses apparemment sans rapport peuvent s’influencer pourvu qu’on les utilise de la bonne façon.

Krish réprima un léger rire en voyant le nez de son fils se froncer sous l’intense réflexion qu’il faisait pour tenter d’imaginer ce qui allait suivre.

- Dit-moi.

- Non. Tu n’es pas encore sûr de tes capacités à garder un secret trésor. Nous travaillerons ça petit à petit.

Cette fois, il eut l’air franchement renfrogné mais ne posa aucune objection, gigotant jusqu’à trouver une posture agréable pour dormir. Au petit matin, comme d’habitude, le guérisseur les tira de leur torpeur. Krish eut le droit de s’installer devant la fenêtre et une fois l’elfe parti, ils s’étirèrent et bougèrent un peu pour aider Elghinn à trouver de nouveaux repères. La bonté des elfes leur donnait accès à un peu d’eau et des draps propre pour se laver chaque jour ainsi qu'un repas frugale constitué uniquement de plantes. Ils auraient pu avoir un matelas mais avaient refusés, ne voulant pas s'empêtrer dans les draps. Le surlendemain, l’enfant avait du mal à cacher son excitation si bien que sa mère le rappela plusieurs fois à l’ordre pour qu’il n’attire pas l’attention sur eux.

Jet de Chance:
 

Après une vingtaine de jour sans la moindre tentative de rébellion, l’état présumé instable de l’enfant hybride et le caractère soumis de sa mère, les patrouilles et les relèves s’étaient espacées. En ce jour de fête, seuls huit gardes étaient restés près de l’ancien abri de mineurs dont trois installés en permanence à l’intérieur de la bâtisse. Bien que l’effectif ait été divisé par deux, cela paraissait déjà excessif à plus d’un titre étant donné l’état des deux seuls prisonniers. Une seule relève serait prévue pour permettre à chacun de profiter d’une moitié de la nuit de festivité de la nouvelle année. Parmi les soldats, qui se faisaient visiblement appelés Limiers pour une raison que Krish ne saisissait pas, l’ambiance était inhabituellement bonne.

   Le soleil disparaissait loin au dessus de leurs têtes, donnant à la forêt cette étrange luminosité diffuse de la fin du jour. Un filtre orangé se posait sur le monde et les animaux s’agitaient de nouveau dans les branches. La seule chose que l’elfe noire regrettait c’était que sa dague lui avait été enlevée et elle n’avait aucune idée du lieu où elle était gardée. Il lui faudrait donc agir à l’ancienne, vêtue simplement d’une longue robe blanche informe.

   Comme chaque soir, Elghinn et elle se pelotonnèrent l’un contre l’autre. Elle calma l’enfant de quelques paroles sèches. Lui ordonnant de faire preuve de la même patience que dans l’Ombres. Deux heures après le coucher du Soleil, elle se leva, et se dirigea vers le long rideau qui les protégeait de la lumière en journée et leur offrait un peu d’intimité la nuit. Chaque matin et chaque soir, leur petit nid était entièrement retourné et inspecté par les soldats. Impossible d’y laisser ou d’y préparer quelque chose à l’avance. Elle passa la tête, regrettant instantanément de ne pas avoir fermé les yeux. La lumière des lanternes accrochées dans la salle nimbait l’endroit d’une clarté aveuglante. Nom d’un Fern !

- Que voulez-vous ? “ demanda immédiatement une voix masculine bien moins grave que ce dont elle avait l’habitude à Elda.
- Les toilettes. “ crissa la drow en chassant les larmes de ses yeux, paupières plissées à l'extrême.

   La seule femme elfe se leva, ramassa son arc, trois flèches et fit signe à la prisonièrer de passer devant. Une odeur de sève et de terre chaude emplissait les narines. Krish nota mentalement l’emplacement de chaque garde pour essayer d’en déduire l’avancement des patrouilles et la proximité de la prochaine relève. Toujours en joug, la daedhel passa à travers quelques buissons pour soulager ses besoins naturels dans la fosse qu’avaient aménagé les gardes quelques jours plus tôt.  

   Obéissant à chaque attente de sa surveillante, elle n’en perdait pas pour autant son principal objectif de vue. De droite et de gauche, elle comptait bien trouver dans cette nature sauvage quelque chose d’utile.

Jet d’agilité de Krish:
 

Et pour une fois, l’Anaëh ne la déçue pas. Près du tronc le plus proche, posée entre les énormes racines, elle aperçue une branche à peine plus large que son majeur, mi rongée mi cassés en une pointe effilée et pleine d’échardes. Longue comme deux fois sa main et à peu près droite, elle ne pourrait pas simplement la garder à l’abri de sa paume, mais ça valait le coup.

   Inspirant et expirant avec régularité, elle lança un regard au visage de l’elfe aux longs cheveux blancs qui gardait son arc vrillé sur elle… Et dû mobiliser toute son attention pour ne pas sourire. Ils étaient à ce point poli que cette femme fixait un point largement au-dessus de la drow pour lui laisser un minimum d’intimité. Son idée n’était pas des plus glamour mais avec l’ombre, elle avait toute ses chances. Comme pour saisir une poignée de feuilles, elle tendit la main… Un poil trop court. Elle ne touchait que l'extrémité du bâton. Son index grattait sur l’extrémité sans parvenir à le déloger. Non ! C’était trop bête !

   Les dents serrées, elle se redressa, prête à suivre de nouveau sa garde chiourme. Comment faire… Comment faire ?! Il fallait tenter le tout pour le tout...

Les épines d'une ronce griffèrent le dos de son pied, la projetant sur le côté. L’elfe tendit instantanément son arme et ses yeux vrillèrent sur le mouvement rapide tandis que la drow se retenait comme elle pouvait au tronc de l’arbre le plus proche.

- Tout va bien ! “
s’exclama-t-elle. “ j’ai trébuché. J’ai juste trébuché. “

   Sous l’oeil attentif de l’elfe, Krish prit appui sur les racines pour se relever et amorcer le trajet retour. Un geste fluide avait suffit. Le morceau de bois était à l’abri dans sa manche. Les deux femmes retournèrent vers la cabane.

   Elle passa le rideau sans faire de grabuge et s’allongea sur le flanc devant deux billes rouges sangs qui la regardaient sans bouger. La pointe de bois apparue en échos de l’air satisfait de l’elfe noire. Elghinn s’en empara avec un sourire sauvage, appréciant la pointe d'un air déçu. Non, ce n’était pas une bonne arme, mais c’est tout ce qu’ils avaient.

   Serrés l’un contre l’autre, les oreilles de la mère et du fils suivaient avec rapidité les déplacements, les discussions à voix basse, les bruissement de chaise et d’uniforme… Jusqu’à ce que des pas supplémentaires apparaissent. La relève. La porte s’ouvrit, laissant entrer trois lourdes paires de bottes. Profitant du bruit, Krish glissa quelques consignes à son fils et il se leva le plus silencieusement possible pour se terrer sur le bord du rideau qui était le plus solidement accroché au mur. Une précaution qu'ils avaient demandé pour éviter que la lumière ne filtre.

   Les minutes s'égrainaient. Après quelques discussions animées, trois paires de bottes quittèrent les lieux. L’esprit encore à demi à la fête, les trois gardes chuchotaient toujours lorsque les pas disparurent au loin.

   Il était temps.

   Silencieusement, Krish se leva, retroussa légèrement ses manches, passa la tête par le rideau et refit exactement la même demande qu’un peu plus tôt. Comme prévu, l’une des deux femmes soldat se leva et pris son arc. Un coup d’œil suffit à s’assurer que les deux autres, une grande femme aux cheveux noirs et un homme au teint légèrement basané, étaient adeptes de l’épée. Elle passa en première, ouvrit la porte et s'avança dans l’obscurité. L’elfe plissa les yeux. La drows les ouvrit tout grands… Et plongea en avant dès qu’elles furent hors de vue de la cabane, suffisamment prêt des buissons. Dans le même mouvement, le pied de la forgeronne fusa vers l’arrière, visant le plexus.

Jet d’agilité de Krish:
 

Une flèche siffla à un souffle de sa joue pour se planter un pas devant elle, laissant un trait sanglant en travers de l’oreille et de la pommette de l’elfe noire. Un hoquet douloureux explosa dans son dos. Krish sentit la soldate faire un pas en arrière, frappée en plein ventre.

Jet d’agilité:
 

Jet d’agilité:
 

   D’un geste ample, Krish profita de son mouvement d’esquive pour refermer la main sur la flèche à ses pieds. Basse sur ses appuis, elle se retourna pour chasser les jambes de l'elfe. Déséquilibrée, l'archère tomba au sol, l'épée déjà en main. Le cœur battant à grands coups réguliers, l’elfe noire plongea sur sa proie. Une gerbe de sang éclaboussa le visage froid et la robe blanche de la prisonnière lorsque la tête de flèche perfora la carotide de la belle et s'enfonça jusqu'à sa gorge, l'empêchant de pousser le moindre cri. Une flaque rouge s’étendit rapidement autour de ses épaules, teintant ses cheveux. Quelques secondes supplémentaires et le corps disparaissait sous un épais buisson.

   Plus que sept.

   Essuyant ses lèvres d’un revers de main, Krish se redressa, aux aguets.

Jet de chance:
 

Rien. Pas un pas, pas un mouvement suspect. Profitant de ce court répit, l’elfe noire s’empara du ceinturon d’arme de la guerrière elfe. Une épée courte, deux dagues, cinq flèches et une sacoche qu'elle ne prit pas le temps d'ouvrir. Même en plein milieu de la nuit, l’air était encore chaud. Une chaleur poisseuse, humide. L’atmosphère collait à la peau. Les insectes bourdonnaient joyeusement. La Symphonie, attentive, murmurait en suivant l’avancée de l’elfe noire jusqu’à la porte de la bâtisse en bois. La courte lame qu’elle tenait dans son poing droit luisait dans le rayon de lumière qui filtrait de la porte.

   Les deux gardes sursautèrent. L'eldéenne entra d'un pas décidé, avançant droit sur eux. Le col et la manche droite de sa robe blanche étaient tachés de rouge. Revenant instantanément de leur surprise, ils se levèrent en tirant leurs armes. La femme se précipita derrière le rideau tandis que l’homme approchait de la prisonnières en gonflant ses poumons pour lancer l’alerte.

Jet d’agilité de Krish:
 

Jet d’agilité d’Elghinn:
 

Jet de chance:
 

   Ni une ni deux, Krish propulsa sa main libre pour heurter violemment la gorge du garde avant qu'il n'arme son coup. Il glapit puis toussa en reculant d’un pas. Derrière le rideau, un hurlement de douleur déchira le silence, brusquement interrompu dans un glapissement puis un bruit lourd de chute. Krish serra les dents malgré l'exaltation profonde dans laquelle la plongeait le regard à la fois effrayé et décidé de l’homme devant elle. Ils ne pouvaient pas se permettre de rameuter tout le monde.

-Ils arrivent ! S’exclama Elghinn en surgissant de derrière le voile au moment ou l’elfe passait à l’offensive.

Jet d’opposition corps à corp:
 

   Aussitôt exposé à la lumière, Elghinn se tordit et retourna dans l'ombre en criant, les deux mains sur les yeux. Krish tourna son regard vers lui. Un instant suffit. Le limier passa la garde de l'eldéenne. Elle essaya maladroitement de parer le coup de la main droite. Un simple réflexe que le Limier contourna sans difficulté apparente. La lame dévia au dernier moment pour passer sous son bras, revenant en coup de taille. Les côtes de l'elfe noire accusèrent douloureusement le choque. Le fil de la lame s'enfonça sans peine jusqu'à griffer l'os. Elle faillit hurler lorsque, ripant, l’entaille descendit de plusieurs dizaines de centimètres en raclant tout sur son passage. Sa lame tomba au sol. Elle tenta de refermer les mains sur le pommeau de l’arme de son adversaire qui s’était dangereusement rapproché mais c’était peine perdue.

Jet d’agilité d’Elghinn:
 

- ALERTE ! “ Rugit enfin l’elfe tout en bougeant fluidement sur sa gauche pour éviter la tentative de réplique de la part de l’elfe noire. “ Al-AAAAH ! “

   Son hurlement parti dans les aiguës et ses yeux s’arrondirent comme des billes. Une forme pâle était agrippée au niveau de ses épaules et avait mordu son oreille à pleine dents, l'arrachant à demi.

Jet d’opposition de lutte:
 
   
   L’elfe lâcha précipitamment son arme, gesticulant pour décrocher l’enfant qui venait de le saisir à la gorge. Du coin de l’œil, il vit une main fusée vers son visage. Il n’eut que le temps de se laisser tomber en arrière, saisissant les jambes du gamin pour l’empêcher de se décrocher. Les grondement de douleur de l’elfe et du gamins écrasé sous le poids de l'adulte en armure explosèrent au même moment.

- Elghinn !

Jet de constitution d’Elghinn:
 

   Seule une toux lancinante répondit. Krish sauta vers l’elfe à terre, ramassant sa dague au passage. D’un coup de pied, le Limier la repoussa. La douleur de ses côtes lui monta à la tête. Elle ne réalisa pas que le cri de douleur qui retentit dans la petite salle venait de sa propre gorge. Son sang empoissait la robe blanche.

   Une flèche siffla dans son dos.

Jet de chance de Krish:
 

   Ses genoux se dérobèrent. Passant à l’endroit exacte où se trouvait le coeur de l’elfe noire avant qu’elle ne perde l’équilibre, le trait fila droit vers la fenêtre et la brisa dans un tonnerre d’éclats de verre. Assise au sol, Krish envoya rouler une chaise vers la porte, droit dans les tibias du de l’archer qui venait d’entrer. Un juron. Sans prendre le temps de voir s’il était tomber ou non, elle roula sur le flanc, grogna en sentant un flash de douleur de la pointe de son épaule au bout de ses pieds et se jeta sur l’homme encore à moitié au sol qui s’apprêtait à poser la main sur le cou de son fils.

Jet d’opposition de lutte:
 

   Avec un rugissement de rage, elle passa ses bras autour de l’homme et le tira violemment en arrière. Ses jambes ceinturèrent sans peine le torse de l’elfe tandis qu’il tentait de passer son bras sous l'étau qui se resserrait autour de sa gorge. Dans un geste sec, la forgeronne vrilla malgré la douleur. Une brève résistance. Un craquement sonore. L’homme se détendit immédiatement, sa tête tournée sur le côté dans un axe dérangeant.

   Le bruit d’une corde qu’on tire. Elle roula sur le côté sans lâcher prise. Une flèche se planta dans le torse du cadavre. Une chaise éclata contre le mur le plus proche. La haute silhouette d’un homme maniant une épée longue se précipitait déjà vers elle à grandes foulées.

- Elghinn ! La Fenêtre !

Jet d’agilité d’Elghinn:
 

   Tandis que sa mère se relevait d’un bon pour plonger vers les jambes de l’épéiste et l’empêcher d’approcher, Elghinn se releva tant bien que mal et s'obligea à ouvrir les yeux malgré la douleur pour essayer de repérer la fenêtre. Les larmes obscurcissaient sa vue. La lumière lui vrillait le crâne. Là !

La respiration haletante, les côtes et le dos raides, il prit de l'élan et s’accrocha au bord de l’encadrure. Les pointes du verre brisé qu'il n'avait pas pu repéré s'enfoncèrent dans sa peau. Peu importait. Il prit appuis pour sauter lestement de l’autre côté. Une vive douleur lui vrilla le dos. Un grincement au niveau de sa colonne vertébrale. Il retomba sur le sol, se rappant ses mains sur les arrêtes tranchantes des restes du carreau.

Jet d’opposition lutte/corps à corps:
 

   En se redressa, dans le monde flou et lumineux, Elghinn ne vit que sa mère propulsée en arrière. L’épéiste avait l'avait reçue d’un coup de botte. Le visage toujours stoïque, elle parvint à effectuer une roulade en arrière et se retrouva sur pieds, les deux mains aux sol.

- Elghinn ! Cache toi !

Aussitôt, le gamin plongea vers le rideau et disparut dans l’ombre. Un goût de sang emplissait la bouche de la drow. La douleur pulsait dans son flanc. Elle cracha une gerbe rouge qui se mêla au sang sur le parquet. Les yeux bleus de l’épéiste étaient vrillés dans ceux de l’eldéenne. Une telle haine... Ce visage lui arracha un sourire carnassier. Elle se baissa encore plus sur ses appuis, prête à réagir lorsqu'il chargerait.

Mais au lieu de foncer, il fit simplement un pas sur le côté.

Jet de chance de Krish:
 

   Une flèche se ficha dans la poitrine de l’elfe noire. Elle ne l’avait même pas vu venir. Plus que la douleur, une sensation d’étouffement la gagna rapidement. Elle toussa. Un sang épais reflua de sa gorge sur sa langue et ses lèvres. Un craquement d’arc. Elle recula précipitamment, passant à son tour derrière le rideau.

   La tête lui tournait. Elle trébucha sur quelque chose de lourd et tomba en arrière, assise contre le mur du fond. En baissant les yeux, elle avisa le cadavre. Elghinn se précipita vers elle pour la soutenir. Elle se força à lui sourire mais la douleur crispait ses traits et sa respiration gargouillait faiblement. Des perles de sueur commençaient à empoisser son front.

- Va prévenir les autres. “
ordonna une voix autoritaire haut-perchée de l’autre côté du velour sombre.
- ça v… “

   Une flèche se ficha dans le mur au dessus des deux prisonniers au moment ou Krish plaquait Elghinn au sol. D’une main libre, elle lui fit signe de se taire, le visage tiré, le teint grisâtre. Elle se releva aussi silencieusement que possible, tirant sur ses blessures pour se tenir droite. Elle sentait le sang s'écouler sur sa peau, collant sa robe à sa hanche et à sa jambe. Tirant la seconde dague du ceinturon qu’elle avait volé, ses lèvres se mirent à danser sans qu’aucun son ne les franchissent.

   Pourtant Elghinn n’avait pas le moindre doute sur les mots qui se formaient silencieusement dans la gorge de sa mère.

" Uriz, jabbuk d'thalack lu'Ilharn Daedhel :; “
Uriz, Maître des Guerres et Père des drows,

   D’un geste, elle indiqua le mur opposé à Elghinn puis brisa la flèche à quelques centimètre de sa peau. Il acquiesça et se glissa jusqu’au Rideau. Il ne grimaça même pas lorsque ses mains égratignées s’emparèrent du rideau pour le faire violemment bouger tout en reculant d’un bond. Une flèche se planta à l’endroit exacte qu’aurait dû occuper sa tête s’il avait vraiment tenté de franchir le mur de tissus. A l’opposé, Krish bondissait hors de l’ombre.

“ Kyorl uns'aa 'zil ussta 'liests harl'il'cik wun alust d'ussta buki killian ::
Regarde moi, tandis que mes ennemis s'agenouillent devant ma lame rougie de sang.
   
Jet d’entêtement de Krish:
 

Jet d’agilité de Krish:
 

   En une seconde, elle se retrouva nez à nez avec un arc. Elle roula sous une table. Deux flèche se plantèrent près d’elle, ratant sa main puis sa tête d’un souffle. Un coup de pied et les restes d’une chaise à trois pied fusaient vers l’archer qui sauta par dessus sans mal. Une roulade et il était debout au milieu de la salle. Il n’avait pas arrêté de tirer pour autant. Krish n'évitait ses tirs qu’à grand peine, usant autant de la table que de sa souplesse. La fatigue et la perte de sang la ralentissaient. Sa prière continuait à glisser en un murmure mélodieux.

Kyorl uns'aa 'zil usstan skrel Dosst kaas wun nind rarr lu'quortek ::

Regarde moi graver Ton nom dans leurs cœur et dans leurs Braises,

   Un sourire triomphal et sauvage rayonna soudain sur le visage de la drow. Un détail. Un simple détail allait signer l’arrêt de mort de l’elfe : Il faisait attention à ne pas toucher au corps étendu sur le sol. Tout dans ses déplacements montrait à quel point il estimait qu’il était impossible que quelqu’un s’abaisse à piétiner un mort. Krish plongea, prenant appuis des deux mains sur le cadavre. Son genou percuta l’arc. Sa seconde jambe à son ennemis à la tête.

Whol Eldaa :: whol thalack :: WHOL PHRAKTOS !!
Pour Elda. Pour la Guerre. POUR LES DIEUX !!

   Sonné, il n’eut pas le temps de revenir à lui. Une exclamation en langue sombre. Une lame aiguisée se plantait à l’intérieur de sa cuisse et un coude chassait tout l’air qu’il avait dans les poumons. il glissa sur le sol. Avant de retrouver sa respiration, il avait perdu connaissance.

- Il faut intercepter le dernier. Il ne faut pas que les autres gardes rappliquent. “ gronda Krish en se relevant tant bien que mal. Une ombre était à sa hauteur en un instant. Un regard rouge et sérieux. On lui pris la dague des mains.
- J’y vais.

   La silhouette d’Elghinn déguerpit à toutes jambes dans la nuit. Krish tendit le bras vers lui mais la douleur la tétanisa. Le sang battait dans ses tempes. Elle referma la porte. Elle n’avait d’autre choix que de lui faire confiance. Le monde tanguait. Son cœur s'emballait. Sa respiration était sifflante. Elle se noyait de temps en temps dans un clapotis de sang. Elle recula de quelques pas, s’appuyant sur le mur de bois sans se laisser glisser sur le sol. Si elle s’asseyait, elle avait le sentiment qu’elle ne se relèverait pas.

   Baissant les yeux sur ses blessures elle grimaça. C’était sérieux. A défaut de pouvoir les soigner, il faudrait au moins arrêter le sang. Ses yeux se levèrent vers la lanterne intacte suspendue au plafond. Des étoiles noires dansaient devant ses yeux baignés de larmes de douleur. Pas à pas, elle se décolla pourtant du mur jusqu’au milieu de la pièce et monta sur la table qui avait survécu aux assauts. Ses bras tremblaient lorsqu’elle les leva pour atteindre le clou, mais elle réussit à s’emparer de la lumière sans la lâcher.

   Cette fois, elle se laissa glisser contre le mur le plus proche, juste à côté des deux cadavres, et posa la lanterne près d’elle. Après une rapide inspection de la flèche, elle en conclut qu’il ne valait mieux pas essayer de l’extraire à l’aveugle. Légèrement de travers, la tête n’était pas fichée bien profond mais semblait être à moitié passée sous une côte. Il faudrait un certain doigté. Concentrée malgré l’étrange état de flottement dans lequel elle dérivait et les tremblements de ses doigts, elle transvasa un peu de l’huile du réservoir sur la dague qu’elle tira du fourreau d’un des gardes. Puis elle déchira sa robe pour mettre à jour la plaie sur son flanc, passa l’arme à la flamme et attendit que le feu se dissipe, abrasant les bords de l’acier.

   Les dents plantées dans un morceau de cuir, elle réussit de peu à ne pas crier. Une odeur de viande écrasa le sang et la mort. Après la sensation de brûlure, lorsque la lame tomba en grésillant sur le bras nu de l’archer elfe, ce fut au froid de l’assaillir. ça n'augurait rien de bon…

   Lorsque la porte s’ouvrit à la volée, elle sursauta, gémit et se rendit compte du même coup qu’elle avait perdu connaissance. Ses yeux se posèrent sur l’entrée. Une petite silhouette pâle dont tout le côté droit était couvert de sang. Un sourire tendre fleurit sur les lèvres de l’eldéenne.

- Elghinn…

   Il referma soigneusement la porte et accourut jusqu’à elle, la serrant dans une étreinte qu’elle lui rendit chaleureusement. Elle avait eu peur… et lui aussi... un peu…

- C’est fait maman.
- Tu brilles aux yeux d’Uriz. “ murmura-t-elle avec soulagement.

   Le petit s’éloigna d’une longueur de bras.

- Tes blessure ?
- J’ai fait ce que j’ai pu pour mes cotes.
- Tu a trouver de quoi recoudre ?
- Non. J’ai cautérisé.
- … Cotéquoi ?
- J’ai utilisé du feu.
- Le feu soigne ?
- En un sens… Si tu veux bien je t’expliquerai plus tard. Si tu peux regarder la flèche…

   Posant un chiffon sur la lanterne pour y voir clair malgré la lumière, Elghinn se pencha sur la blessure. Inspectant les bords de ses petites doigts agiles.

Jet de chance d’Elghinn:
 

Soudain, il s’empara de la courte tige de bois, tira d’un coup sec et appuya de l’autre main sur la blessure pour limiter le flux de sang. Krish grinça et lui indiquant chaque étape pour cautériser d'une voix hachée et rauque.

- Ust’Kor ! ” Gronda-t-elle en donnant un coup de poing dans le mur avant de sourire au regard inquiet de son fils “ ça ira. Merci trésor. “

   Il leur restait du travail. Laissant sa mère reprendre un peu ses ses forces, Elghinn commença à fouiller les corps sans la moindre gêne ni le moindre dégoût. Fasciné par les anatomies qu’il découvrait, il devait s’obliger à ne pas simplement les observer pour se concentrer sur leurs possessions. Les armes s'amoncelaient comme les morceaux d’armure. Un tas de sacoches et pochettes contenant divers ustensiles personnels y était ajouté. Plus d'un quart d’heure s’était écoulé lorsque Krish se leva pour examiner le tout.

   Parmi les vêtements, en combinant les pantalons et les tunique de ses hôtes et en faisant sauter quelques points au niveau de la poitrine, elle trouva une tenue confortable bien que tâchée de sang.

Jet de chance de Krish:
 

   Manque de bol, aucune paire de botte n’était même vaguement à sa taille. Elle emprunta donc les plus grandes en les bourrant de tissus, tout comme Elghinn le fit pour les plus petites. Avec diverses ceintures et sangles, ils parvinrent à bricoler une bandoulière sur laquelle le garçon put accrocher deux dagues et une sacoche.

   Lorsque Krish s’approcha des armures, elle prit le temps de s’asseoir en tailleur devant la pile, laissant courir ses doigts à la surface des pièces d’acier. Un frisson remontait le long de son bras. Elles n’étaient pas de mauvaise facture… Un sourire nostalgique sur les lèvres, elle tenta plusieurs associations mais les elfes n’avaient décidément pas le même gabarit que les drows. Les seules choses qu’elle put récupérer furent des jambières, une épaulière et des canons de bras. Cinq dagues pendaient à son ceinturon et elle avait pu réunir quelques objets dans une sacoche.

   Ils déchirèrent les vêtements restant pour en faire de longues bandes et s’occupèrent au mieux des mains du gamin. Depuis les combats, un peu moins d'une heure s’était écoulée.

- Prêt ?

   Elghinn acquiesça et les deux silhouettes s’éclipsèrent dans l’ombre qui leur était si familière. Malgré la fatigue intense et la douleur que Krish sentait se répercuter depuis sa hanche jusqu’à son crâne à chaque pas, ils devaient se débrouiller pour brouiller les pistes. Étant donné leur état, ils n’avaient pas beaucoup d’option. Grimper ne servirait à rien. Ils n’avaient pas de carte et cela faisait bien longtemps que l’elfe noire ne s’était pas repérée aux étoiles. Alors à tout prendre, ils joueraient le tout pour le tout. Restant à bonne distance entre les gigantesques troncs, c’est la sente qu'empruntaient chaque jour les soldats que les prisonniers décidèrent de suivre.

   Direction Ardamir. S’il y avait un endroit ou on ne les chercherait pas le temps qu'ils récupèrent, c’était au milieu de la populace.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 809
Âge : 28
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 002ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'échappée belle | Solo   Dim 1 Juil 2018 - 23:35


  Les tours et les détours avaient été nombreux durant la nuit et ni Elghinn ni Krish n’auraient pu certifier que les elfes avaient perdu leur trace lorsqu’ils croisèrent une lente et large rivière.

Malgré les branches courbées au-dessus du courant, une légère trouée s’était formée dans la canopée, laissant apparaître une poignée d’étoiles scintillantes. Des vaguelettes affleuraient à la surface de l’eau, accrochant leur lumière diffuse. Le garçon s’arrêta, l’oreille dressée et les yeux agrandis. Le clapotis régulier palliait l’absence du bruit de la brise dans les branche. Cette nuit, la chaleur n’était pas dissipée par le moindre souffle d’air et les insectes grinçait plus fort que jamais.

   L’enfant n’avait jamais vu un spectacle pareil. A la fois doux, chaotique et incroyablement paisible. C’était exactement comme ce qu’il avait imaginé… En plus grand.

- C’est ça la mer ? “ murmura-t-il ravis.

   Seul le rire sourd de Krish lui fit tourner la tête. Elle lui sourit affectueusement en s’asseyant sur la rive.

- C’est une rivière. Il y en a des milliers dans ce monde et elles sont encore plus belles sous le soleil. Et la mer… La mer est encore bien plus gra-nrghh… “
grogna-t-elle en se laissant tomber sur les derniers centimètres.
- Maman !
- ça ira. Je n'abandonnerai pas en si bon chemin… Mais si tu le permets on va faire une petite pose. “

   Tout en parlant, elle s’étendit sur le dos et soupira. Toujours debout, Elghinn tourna de nouveau ses yeux sanglants vers la surface. Un pas après l’autre, il s’approcha, circonspect, et s’agenouilla au bord de cet étrange amas mouvant. L’humidité et la fraîcheur se sentait rien qu’en approchant la main. Sa paume bandée heurta une vague un peu plus haute que les autres et il sursauta, bondissant en arrière en sentant le liquide froid et lourd imbibé le tissus. Le coeur battant, il tira sur la bande et la défit de quelques gestes saccadés. Une fois le pansement au sol, il l’observa, regarda de nouveau la rivière.

   Toute sa vie il avait connu la soif. Sa mère lui avait expliqué qu’il pouvait ne plus avoir soif en ingérant de l’eau par la bouche, mais il n’avait eut l’occasion de le faire qu’une poignée de fois ces derniers jours sur recommandation de ses soigneurs… Et a chaque fois il avait eu une sensation étrange encore plus désagréable que quand il ne buvait pas du tout. Et là… Tout ça c’était de l’eau…

- Maman ?
- Hmmm ?
- C’est bien de l’eau ?
- Aussi clair et pure que le cœur des elfes. “ répondit-elle sans faire un geste pour se redresser.
- Tu m’as bien dit que l’eau ne pouvait pas blessée sauf si on la respirait. Donc... " Il hésita comme s'il s'attendait à se faire sérieusement engueuler. "... ce n’est pas grave si j’en ai sur mes blessures ?
- Non trésor. C’est même une bonne chose de rincer tes mains. Ça fera comme quand tu t'es lavé ces derniers jours. Bois aussi. ça nous aidera à rester éveiller et à lutter contre la chaleur.
- … Je suis obligé ?
- Crois en mon expérience. Mais cette fois, bois autant que tu veux.

   Il fronça le nez et défia la surface du regard. Elle était fascinante… mais il n’avait décidément pas envie de l’avaler. En plus il fallait se vider la vessie après. C’était d’un contraignant ! Mais sa mère connaissait mieux ce monde que lui. Il défit lentement sa seconde bande et commença par plonger les deux mains dans l’eau. Un frisson lui remonta le long des bras comme ces derniers jours lorsqu’on lui avait demandé de se laver.  C’était étrange mais pas désagréable. La fraîcheur de l’eau effaçait sa fatigue, comme si on tirait un poids lourd de ses épaules. En frottant avec précautions, les tâches sombres qui maculaient ses paumes et ses doigts s'effilochèrent doucement pour révéler sa peau blanche et des coupures tout sauf nettes. Agréable. La douleur refluait un peu sous l’effet du froid et sa peau tirait moins.

Puis, malgré son dégoût, il avança le visage. Et après quelques réglage de dernière minute dû à un nez qui aspirait plus d’eau que sa bouche, il arriva à prendre une première véritable gorgée… Une deuxième… Une troisième. De plus en plus vite. L’eau froide coulait sur son menton, dans sa bouche, dans sa gorge. Il la sentait l’alourdir et le vivifié en même temps. Il s’aspergea le visage en riant avant de commencer à boire. encore et encore. Jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus. Jusqu’à ce que sa gorge parcheminée et ses muscles saillant se détendent. Jusqu’à ce que la douleur liée à la soif disparaisse entièrement, qu’il ai le ventre gonflé et la tête qui tourne.

Lorsqu’il se redressa, il était essoufflé, une main appuyée sur son ventre. Le râle de satisfaction qui fit vibrer sa gorge était au delà de la joie de la découverte ou de la curiosité assouvie. Il se sentait mieux… Il se sentait bien. Son dos se laissa aller sur le sol avec contentement. La terre douce, humide, chaude et irrégulière lui chauffait la peau à travers sa tunique. Les branches et le ciels lui servaient de plafond en un entrelacs complexe. Malgré la fatigue et les plaies qui maculaient son corps, il respirait calmement. Avait-il déjà connu une telle béatitude dans ses souvenirs ?

- Maman ? “ souffla-t-il une fois sa respiration revenue plus ou moins à la normale.
- Oui trésor ?
- Je crois que je commence à comprendre pourquoi tu aimes ce monde…
- Et ce n’était que quelques gorgées d’eau. Tu n’imagines pas ce qu’il a à offrir.

   Un froissement d’herbe à son oreille, il tourna la tête pour découvrir le visage de sa mère tournée vers lui. Dans l’ombre, il ne distinguait clairement de ses traits que deux yeux d’un rouge sanglant et un sourire inhabituellement doux.

   La pose ne pouvait pourtant pas s’éterniser. Avant qu’ils ne soient totalement incapable de repartir, ils effacèrent tant bien que mal leurs traces et Krish se laissa glisser dans l’eau froide, soutenant Elghinn qui ne savait pas nager, et se laissa dériver sur le dos, ne bougeant que pour éviter que les quelques pièces de métal qu’elle portait ne l’entrainent par le fond. Bientôt, un étrange bâtiment de pierre s’éleva sur la rive… Pas seulement sûr. Tout un pan était également relié directement à la rivière, mordant sur son large lit pour s’enfoncer jusque dans ses entrailles. Après de longs instants accrochés à l’herbe de la rive, il semblait plus ou moins sûr qu’il n’y avait aucune lanterne, aucun garde à l’horizon… Du moins du côté de la rivière qu’occupait le bâtiment en pierre.

   De l’autre s’élevaient des arbres si épais qu’une dizaine de drow n’auraient pas pu en faire le tour en se tenant la main et si haut que leurs cimes ne semblait pas finir. Des escaliers, des chemins et des passerelles les décoraient de pas en haut. En y faisant plus attention, on pouvait distinguer des cheminées, des fenêtres et des passages couverts de verres dont émanait une douce lumière bleutée.

- La cité est dans les arbres… “
murmura Elghinn stupéfait. Il n’avait plus assez d’yeux pour regarder. Il aurait voulu suivre chaque chemin et chaque escalier.

Jet de perception de Krish:
 

Pragmatique, Krish ne prêta pas la moindre attention au spectacle irréel qu'offrait la cité des Arbres plongée dans l'obscurité. Ses yeux perçant suivaient l'immense mur de pierre. A n'en pas douter, c'était un temple de Tari, comme celui, plus petit, qu'elle avait vu à Thaar sur le bord de l'Oliya. S'ils pouvaient y entrer ils pourraient certainement trouver une alcôve ou une réserve où ils pourraient se cacher jusqu'à la nuit suivante... Mais monter directement aux murs serait presque impossible dans son état.

Là ! Une avancée obscure à l'abri d'un renfoncement... Une sorte de ponton... Elle roula sur le côté pour s'en approcher de quelques brasses, tout en soutenant Elghinn. C'était bien une court ponton de pierre au bout duquel trônait une vieille porte en bois. Sa main libre s'y referma et Elghinn y grimpa souplement avant de l'aider à se hisser.  

Jet de force d'Elghinn:
 

Peine perdue. Il était trop fatiguée. Il commençait à trembler... Et sa mère ne parvenait pas à se sortir seule de l'eau. A genou, il récupéra chaque objet, chaque protection métallique qu'elle portait jusqu'à ce qu'elle parvienne à tirer son propre poids sur la terre ferme. Allongée sur le dos, les vêtements gorgés d'eau, l'atmosphère chaude de la nuit n'arrivait plus à la l'atteindre. Elghinn fronça les sourcils en remarquant l'étrange pâleur grisonnante qui s'était emparé de son visage.

Ni une ni deux, il se dirigea vers la porte, prêt à la démonter latte par latte de ses petits poings s'il le fallait... Mais à sa grande surprise, elle s'ouvrit d'elle même. L'obscurité à l'intérieur était telle qu'il n'arrivait à distinguer que quelques étagères et de gros sac. En les tapotant, il sentit qu'ils étaient plutôt rembourrés, assez fermes. L'air était un peu plus frais. Une odeur de nourriture qui fit gargouiller son estomac. ça devrait faire l'affaire.

Jet de constitution de Krish:
 

- Courage. " murmura-t-il en poussant sa mère à se relever tant bien que mal. Il la tira par la manche jusqu'à la petite pièce et la laissa s'allonger avant de rassembler leurs affaires éparses pour les ramenés avec eux. Puis il mouilla le ponton à grande eau au cas ou il y aurait des tâches qu'il ne pouvait voir et s'enferma à son tour dans la petite pièce aux provisions. Un gros sac contre la porte qu'ils venaient d'emprunter, un autre contre celle d'en face.

Jet de chance d'Elghinn:
 

En parcourant les étagères à tâtons, il parvint à mettre la main sur... quelque chose de bizarre dont l'odeur aiguisait son appétit et un tas de tissus. Des draps supplémentaires, pliés et propres. Aussitôt, il les déplia au mieux pour couvrir sa mère et se blottit contre elle sans retirer ses vêtements mouillés. Il aurait voulu lui donner ce qu'il avait trouvé à manger, mais elle dormait déjà en tremblant légèrement. Tandis qu'il grignotait sous les couvertures, l'oreille d'Elghinn restait dressée, guettant autant la respiration de sa mère que d'éventuels signes d'approches. Ils ne devaient pas se faire prendre...

Jet de constitution d'Elghinn:
 

Contrairement aux jours précédents, son estomac ne se tordit pas immédiatement après qu'il ait mangé quelque chose. Peut-être que boire avait changer quelque chose. Peu à peu, Elghinn se réchauffait malgré l'humidité. Anornedellon avait accomplit une œuvre remarquable. Il ne tomberait pas tout de suite malade.

Par contre, c’est au sommeil qu’il succomba.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 809
Âge : 28
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 002ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'échappée belle | Solo   Mar 3 Juil 2018 - 14:40


Jet de perception d'Elghinn:
 

   Des pas. Des voix.

   Elghinn se redressa d’un bond… et grogna lorsque la douleur de ses paumes se réveilla en heurtant le sol. Il fixa la porte du côté du bruit, le coeur battant. Mais non… Les pas passèrent devant dans un bruit de gravillon et finirent par s’éloigner. Une lucarne loin au-dessus de sa tête laissait filtrer une lumière pâle à travers un volet mal fixé. Il plissa les yeux. Le matin.

   L’endroit où ils avaient atterri devait commencer à s’éveiller mais pour l’heure tout était encore très calme. Avec la maigre lumière, il distinguait plus que parfaitement les étagères alentours. Son instinct lui disait que c’était de la nourriture. Partout. Et puisque sa mère dormait encore et que pour l’instant les bruits extérieurs restaient ténus, il entrepris de réaliser une étude de la nourriture de ce monde. Se dressant sur ses longues nouvelles jambes, il récupéra des petites boules d’écorces qui tintaient à l’intérieur, un pot de verre remplit de rouge, et piocha des morceau sur toute sorte de gros blocs pâles, de grappes de machin rabougris qui sentaient les fruits et de bocaux de pâte jaunâtre au goût de sucre si fort qu’il faillit en tousser. Chaque goût explosait dans sa bouche avec force. A chaque nouvelle texture, à chaque nouvelle bouchée, il se léchait les doigts et les lèvres pour ne pas en perdre une miette. Il mangea, mangea, mangea, jusqu’à s’en sentir aussi mal que lorsque sa faim habituelle lui tenaillait le ventre, et reposa le reste en petit tas dans un coin discret.

Jet de constitution d'Elghinn:
 

   Lorsqu’il se releva, il plaqua ses deux mains sur son estomac et eu un hoquet lui fut fatal. La quasi totalité de ce qu’il avait avalé reparti dans l’autre sens, le laissant pantelant et crachotant dans un coin de la réserve. Il lui fallut quelques instants pour se remettre de l’expérience mais il se sentit bientôt un peu mieux… du moment qu’il parvenait à faire abstraction de l’odeur.

   D’un revers de manche, il s’essuya le visage et se glissa de nouveau près de sa mère. Elle avait cessé de trembler pendant la nuit mais était encore très pâle. De profondes cernes soulignaient ses yeux. Il dégagea son visage des mèches blanche qui y tombaient pêle-mêle, caressant son front encore humide et froid jusqu’à ce qu’elle finisse par ouvrir des yeux vaseux.

- Maman… Il faut te lever. Il y a de la lumière dehors et j’ai entendu des pas.
- Hmmm…
   Ses muscles brûlaient encore, ses blessures lui faisaient mal. Elle avait froid, faim. Elle était épuisée. Elle aurait voulue être balancée dans les flammes du Vatna à l’instant plutôt que de poursuivre dans ces vêtements mouillés… mais elle se redressa à genoux en grimaçant et s’assit, le dos contre une épais sac de toile, les draps toujours serrés autour d’elle et Elghinn venant l’enlacer. Il était grand… D’un regard, elle avisa la flaque d’eau rougeâtre dans laquelle elle avait passé la nuit… ça n’avait pas dû être du meilleur effet sur ses plaies. En levant les yeux sur les grappes de figue sèche, d’ail et de laurier, elle du papillonner plusieurs fois des cils.

- On est où ?
- Dans une grande maison en pierre qui était à moitié dans l’eau. Tu te rappelles ?

   L’eau… La rivière. Oui.

- Le Temple de Tari…
- Ah ?

   Elle grogna en sentant à la fois la perte de sang et la fatigue peser lourdement sur ses cellules grises. Son estomac hurla. Oui… Commencer par le début était une bonne idée. Une fois qu’Elghinn eut réuni ce que sa mère lui pointait du doigt et que les deux drows eurent manger autant que leurs estomacs atrophiés pouvaient le supporter, ils décrochèrent la liasse de figue sèche et quelques autres aliments secs pour la route. qu’ils coincèrent dans les ceintures ou leurs sacoches. Cela leur donnait une touche assez risible, mais au moins ils ne crèveraient pas de faim dans les jours à venir s’ils devaient décamper d’ici à l’improviste..

   Les pas devenaient plus réguliers au dehors. Le mieux, si personne ne venait les déranger, serait d’agir à la nuit tombée, ce qui leur donnait tout une journée de repos. Krish se roula donc de nouveau en boule sur le sol, un sac de farine sous la tête pour dormir tandis qu’Elghinn ressassait les évènements des dernières heures pour en classer des souvenirs et en tirer le maximum de savoir. Il n’avait pas le droit d’être lent à la détente s’il voulait comprendre ce nouveau monde.

  * BONG ! *

   En une fraction de seconde, Elghinn était sur ses pieds et Krish se tordait en deux pour avoir essayer de se redresser instinctivement sans prendre en compte ses blessures. Les dents serrées, elle parvint à ne pas lâcher un son.

   On essaya une nouvelle fois mais le sac qui coinçait la porte tint bon. La langue fluide des elfes retentit de l’autre côté du battant.

- Nom de… Velya, quand apprendras-tu à ranger correctement ces satanés sac…

   Un grondement et la personne dehors s’appuya lourdement sur la porte, la poussant de toutes ses forces. Peu à peu, le sac cédait du terrain. Krish avisa la flaque par terre. Les morceaux d’armure qu’elle n’avait pas récupéré et la porte de l’autre côté elle aussi barrée d’un gros sac. Pas le choix. Elle fit signe à Elghinn de rester ou il était et se glissa dans l’ombre près de la porte. Avec un ultime grognement, Une tête encapuchonnée de bleu se glissa à l’intérieur… Et marqua un temps d’arrêt devant la silhouette blanche d’Elghinn portant couteaux et l’observant avec un mélange d'appréhension et de défi.

La première surprise passée, elle fronça le nez sous l’odeur acide qui traversait peu à peu son Voile. Ses grands yeux bleus finirent tout de même par sourire.

- Bonjour ?

Elghinn fit un pas en arrière sans répondre. Le silence s’étira si bien qu’elle finit par s’introduire dans la réserve en se glissant de profile dans l’échancrure. Il faisait bien sombre dans le réduit, mais cet enfant semblait si farouche… Et si étrange… Était-ce un Noss ?

- Qu’est-ce que tu fais ici, petit ?

   Pour ne pas l’effrayer, elle s’accroupit à sa hauteur, les longs pans de tissus de son vêtement se déployant pour masque le moindre trait de son corps mis à part le haut de son visage et ses longues mains blanches. Derrière elle, sans un son, la porte tourna sur ses gonds huilés jusqu’à ce que l’ombre se referme sur elle.

Jet d’agilité de Krish:
 

Jet de force de Krish:
 

   La prêtresse sursauta en entendant la clenche se refermer. Deux yeux rouges passèrent dans son champ de vision. Elle s’écroula sur le sol, inconsciente. Krish secoua sa main en se mordant la lèvre sous l’oeil amusé de son fils. Le coup de poings lui était remonté jusque dans le coude.

- Arrête de rigoler. Quelqu’un va t’entendre.
- Désolé. “ pouffa-t-il encore “ Mais qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Ils vont pas la chercher rapidement ?

Les deux eldéens échangèrent un regard puis leurs yeux se posèrent en une parfaite synchronicité sur le corps de l’elfe. Elle portait un informe vêtement bleu visiblement constitué de plusieurs couches amples. Le Voile qu’elle portait cachait si bien son visage qu’il rappelait à Krish les vêtements des moines de Tesso… Ses yeux s’arrondirent.

- Et mais… C’est évident. “ murmura-t-elle en s’asseyant sur ses talons. Sous les yeux intrigués d’Elghinn, elle commença à chercher comment défaire soigneusement cette étrange tenue. “ Aide moi. Et surtout fait attention de ne rien déchirer ou tacher. “

Il leur fallut un bon quart d’heure pour mettre totalement à nue la prêtresse. Pendant que l’elfe noire pliait et roulait précautionneusement le vêtement, Elghinn observait le corps qui respirait doucement avec la même fascination qu’il avait eu pour les cadavres de la veille. Décidément, les grandes personnes à la peau blanche ne ressemblaient pas à sa mère.

- Voilà ! “ Claironna enfin la drow en se redressant. “ Maintenant il nous faut… Parfait ! “ Elle s’empara d’un tonnelet comprenant des champignons séchés, en enleva une part et y entreposa le vêtement avant de le refermer. “ Maintenant il va falloir y aller rapidement.
- En plein jour ?!

   L’enfant devint soudain blême. Certes… Il y avait toujours ce problème… Les sourcils froncés, Krish attrapa l’une des draps - plus si blancs - dans lesquelles elle avait passé la nuit et en coupa une longue et large bande qu’elle vint nouer à l’arrière de la tête de son fils. Le bandeau blanc lui couvrait les yeux et une partie du front. Puis elle poussa l’énorme sac de farine et ouvrit la porte, poussant Elghinn à s’aventurer au dehors malgré ses protestations.

- Va voir s’il y a des gens en vue.
- Mais…
- Va !

Jet de Chance d’Elghinn:
 

Sortant à pas de loup sur l’avancée de pierre, Elghinn resta à l’ombre du renfoncement. La luminosité était moins pire que ce à quoi il s’attendait. Il devait être encore suffisamment tôt pour que personne ne soit venu se baigner ou flâner sur le bord du fleuve. En tout cas, il ne vit personne. Aussitôt qu’il eut fait signe derrière lui, il sursauta en entendant quelque chose de lourd tomber dans l’eau près de lui. Il se tourna juste à temps pour voir une silhouette saucissonnée dans des draps tâchés de rouge s’enfoncer dans les profondeurs.

- Comme ça elle ne pourra pas te décrire. “ expliqua simplement Krish en chassant d’un revers de bras le sang qu’elle avait sur les lèvres. Elle se laissa glisser doucement dans l’eau froide, Elghinn s’accrocha à ses épaules avec le tonnelet et une guirlande de protections en métal. Quelques brasses et ils atteignait la rive à l’ombre de l’imposant monument. Faisant attention de laisser le moins de traces possibles, ils s’enfoncèrent de nouveau sous les frondaisons, juste assez loin pour avoir la paix, juste assez proche pour ne pas se perdre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 809
Âge : 28
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 002ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'échappée belle | Solo   Jeu 5 Juil 2018 - 15:50


  Les Lueurs dont se servait Ardamir pour s’éclairer à la nuit tombée ressortaient dans les derniers rayons du soleil lorsqu’une prêtresse se présenta au passeur qui reliait la rive du Temple à celle d’Ardamir. Elle portait dans ses bras un jeune garçon endormi qui ne devait pas avoir plus de vingt ou trente ans. Farios défaisait le noeud d'amarre qui le retenait à la rive lorsque l’apparition posa le pied sur le ponton.

- Bonsoir, ma Soeur. J’allais rentré. Si vous avez des affaires en ville peut-être serait-il préférable d’attendre demain, faire le retour sera difficile autrement.” l’accueillit le passeur en se grattant la tête.
- L'enfant n’attendra pas demain pour retrouver son père. “ prononça doucement la religieuse en s'inclinant.

Il fronça les sourcils. Elle avait un drôle d’accent. Pour sûr qu’elle n’était pas d’Ardamir. Il n’était pas vraiment fan des étrangers qui avaient été envoyés à la Cité des Milles Arbres pour renforcer les effectifs de prêtres et de guérisseur… Mais il fallait leur reconnaître qu’ils avaient été efficace à certains moment.

- Montez.

   Avec mille précaution, la prêtresse posa le pied sur la petite barge, visiblement mal à l’aise. Maintenant les prêtres de Tari n’avaient même plus le pied marin… Mère… Tout se perdait… Le visage aussi neutre que possible, le passeur donna les quelques coups de rames nécessaire et lança l'amarre sur l’autre ponton. La prêtresse descendit en chancelant puis, une fois les deux pieds sur le sol, s’inclina avec déférence avant d’avancer le long de la longue avenue qui trouvait son tracé le long des Racines jusqu’au palais de Chêne.

   L’heure était tardive mais les belles journées encombraient encore les rues de monde. La fête de la veille avait cependant calmé les ardeurs des plus délurées et une certaine fatigue estivale se sentait dans les gestes lents et les sourires las. De la musique pleuvait des branchages au-dessus de leur tête et un joyeux mais mesuré chaos s’égaillait autour d’eux. Un groupe de garde en livrées salua la prêtresse qui leur rendit leur attention. Des badauds se servaient sur des étales de nourriture. Ici un danseur sur une estrade. Là une poétesse récitait des vers au son d’une étrange vièle peinte de vert et de jaune. Dans ses bras, l’enfant frissonnait, encore et encore. La musique… Avait-il déjà entendu quelque chose de plus doux ? De plus beau ? Une main bandée caressa les cheveux du petit homme avec tendresse. Il n’avait qu’une envie, ouvrir les paupières pour profiter du monde incroyable qu’il entendait battre autour de lui.

   Une infinité d’escaliers et de passerelles suspendues plus tard, Krish n’osait plus regarder en bas, mais quelques serviables autochtones lui avaient permis de trouver son chemin : une bibliothèque de géographie.

En entrant dans l'espcae éclairé d'une miltitude de sphères d'un blanc bleuté, il fallait bien accepter que les elfes étaient plutôt doués avec les arbres. Le végétal s'était plié et aligné de façon à créer toutes les étagères nécessaires. Utilisant toujours le moins de mots possibles et parlant à voix basse comme si elle voulait éviter de réveiller l'enfant qu'elle portait pour réveller le moins possible son étrange accent, elle demanda à voir des cartes. La lecture de l'elfique n'était pas sa tasse de thé, mais les dessins, ça allait encore. Habillée en prêtresse, elle tenta sa chance et demanda de quoi prendre quelques notes. On lui apporta sans discuter du papier et de l'ancre. Quelques croquis. Quelques anotations. Deux lettres soigneusement écrites en eldéen et plier au moins un milier de fois à fain qu'on ne puisse pas s'appercevoir à travers le papier de l'étrange écriture.

Savait-on jamais... Elle se risqua à demandé si elle pouvait emmener une carte décrivant précisément l'emplacement des Cités, des routes et des itinéraires dans l'Anaëh. Le bibliothécaire lui demanda seulement d'anoter un carnet d'empreint. Elle en eu des sueurs froides mais parvint à tracer de façon aléatoire, une forme ressemblant vaguement à un nom. Ses mains étant bandées, l'homme ne s'y attarda pas trop, lui offrant même un sourire mêlant encouragement et empathie. Elle repartit donc avec un étuit dans lequel étaient roulés plusieurs pages de papier et une carte de voyage avec plus de détails sur l'Anaëh qu'elle n'en avait jamais vu jusqu'ici.

La prochaine étape était plus précise et il lui faudrait un peu plus de prudence. Suivant les indications du bilbiothécaire, elle arriva tout de même à bon port, et pour son plus grand plaisir, ce port était sur le planché des vaches. Entre deux des énormes racines qui créeaient des murs naturels sur le sol de cette étrange fourmilière bien huilée, quatre ou cinq jeunes gens parlaient fort en partageant ce qui avait tout l'air d'être une bouteille d'alcool. Krish frisonna en entendant un martellement régulier venir des entrailles de la tour de bois que les gens d'ici appelaient arbre. Le tintement du métal contre le métal. De l'acier en première chauffe sur une enclume médium. Sa respiration s'accéléra et sa gorge s'assécha. Cela faisait si longtemps... Une longue cheminée de verre et de pierre laissait échapée des vapeur sombres. Pas de doute, elle était bien à l'atelier d'Halan. La bouteille lui faisait de l'oeil. Le son rythmé l'ensorcelait. Même les muscles sec et longilignes des apprentis présents l'émoustillaient... Il fallait vraiment qu'elle sorte de cete maudite forêt !!

Etre dans les ombres était une chose. Elle n'avait pas le choix... Mais là... C'était sans doute la pire tentation qu'elle ait vécu depuis longtemps. Le pas qu'elle fit pour s'approcher en restant dans son rôle fut sûrement l'un des plus difficile de sa vie. Une grande femme plate comme une limande la remarqua enfin alors qu'elle était presque parvenu à eux. Une odeur de cuir, d'huile, de produits corosifs. Dans un coin de la cour, deux bassin et un moulin à aiguiser.

- Soeur Voilée ? " la saluèrent les cinq elfes en s'alignant respectueusement.

Ils étaient tous relativement jeune. Leur attitude et leurs mains le criaient.

- Le Père de forge est encore là ?

Jet de Chance de Krish:
 

- Hedrian est en bas. " indiqua la femme qui l'avait repérée la première. " C'est pourquoi ?
- Je dois lui parler. C'est important.
- Je vais le cherch...
- Inutile. J'attendrai qu'il ait fini.

Respectueusement, l'un des apprentis lui céda sa chaise et elle resta là, en retrait. Cette présence fantômatique était pour le moins étrange à une table aussi gaillarde... Si bien que la soirée s'éfilocha bien plus vite que prévue. Moins d'un quart d'heure plus tard, les cinq compères quittaient la cour, non sans demander une fois de plus à la prêtresse s'ils devaient aller chercher le Père de Forge.

La nuit s'était refermée depuis longtemps. On voyait arriver les elfes de loin le long des rues les moins éclairées. Chacun portait une loupiote. Leur vision était à ce point mauvaise... Seule dans cette cour, Krish souffla la bougie que les joyeux fêtards lui avaient laissée et Elghinn put enfin ouvrir les yeux, subjugué par les détails de que les lueurs répercutaient jusque dans les plus haut feuillages qui échapaient à sa vue. Il était à ce point fascinnée que sa mère accepta d'attendre encore un peu avant de descendre.  Mais quand les coups s'éteignirent, ils s'enfoncèrent dans la forge en discutant à voix basse.

Elle ne voulait pas risquer de manquer l'occasion si Halan avait habitué ses collaborateurs à tout fermer à clef. Marchant sans difficulté dans l'obscurité, elle descendit dans des escaliers, s'orientant aux rafut qu'elle entendait encore. Elle tomba sans trop de soucis sur un large atelier. Cela ne devait pas être le seul. Ce n'était ceraintement pas l'atelier personnel du Maître forgeron qu'elle connaissait, mais il se défendait. Il y avait tout ce qu'il fallait pour deux ou trois personnes et un homme s'afferait autour d'un établi, le pinceau à la main.

Krish s'arrêta dans l'entrée, s'appuyant de l'épaule contrele chambranle, le temps de profiter du spectacle qui ravivait des souvenir vieux de plusieurs siècles lui semblait-il. Suivant les gestes précis quoi que maladroit du forgeron qui dessinait des courbes sur son oeuvre avec un pinceau enduit d'acide, elle avait autant envie de lui arracher l'objet des mains qu'elle était hypnotisée par l'act en lui-même. Derrière elle, Elghinn s'impatientait, mais n'étant pas encore sur de la conduite a adopter dans ce monde, il ne dit rien. Ce fut finalement le forgeron lui-même qui la sortie de sa tranche avec une exclamation de stupeur.

- Mais qu'est-ce que vous fichez ici ?! " cracha-t-il avant de se reprendre un peu et de se racler la gorge " ... Pardon... Vous m'avez surpris, ma Soeur.
- Il n'y a pas de mal. J'avais un message pour les Las'Danir. On m'a dit que vous pourriez le transmettre.
- Oui... Oui bien sûr.

Jet d'Agilité d'Elghinn:
 

Comme une ombre, profita du fait que sa mère avançait vers le forgeron en faisant mine d'ouvrir l'étuit contenant les parchemin pour passer sur le côté de l'atelier, glissant dans le noir, ombre parmi les ombres. C'était délicieux d'utiliser ce nouveau corps. Il était plus fort, plus souple, plus vif. Il ne lui obéissait pas encore aussi bien que l'ancien, mais tout était si précis...

Sans aucune difficulté, il se faufila jusqu'au grand homme, plissant les yeux pour supporter la lumière du foyer et des lampes. Ses mains se glissèrent lestement dans les interstices de son tablier.

Jet d'Agilité d'Elghinn:
 

Jet de chance d'Elghinn:
 

Longeant sa ceinture, il heurta du bout de l'ongle un crochet de métal. De quelques mouvements précis, il le suivit pour trouver une forme étrange et ciselée. C'était probablement ça. L'homme bougea. L'enfant manqua d'enfoncer ses doigts dans sa cuisse mais parvint finalement à s'emparer de l'objet lisse et ciselé avant de replonger dans l'ombre.

Pendant ce temps, Krish avait tendu une lettre repliée que l'homme avait posé sur le bureau non loin de l'établi.

- Je peux demander encore quelque chose ?
- Oui ?
- Mon frère était forgeron il y a longtemps. J'ai toujours été curieuse de voir à quoi ressemblait l'atelier d'un Maître . Vous pensez que je pourrais...
- Désolé. C'est personnel.
- Oui je comprends. Et puis cela doit pouvoir gêner ceux qui restent la nuit durant.
- Je fais souvent la fermeture. Ce n'est pas le problème.
- Vous êtes vraiment sûr ? Juste un coup d'oeil...

Jet de chance de Krish:
 

L'homme fronça le nez. Son regard se fit soudain suspicieux. Sa posture se raidit. Bon... Cela ne servait plus à rien.

- Elghinn ? " demanda-t-elle sans lacher l'homme des yeux.
- Oui ?

Le forgeron sursauta en faisant volte face.

Jet de force de Krish:
 

Le poing de la drow l'abatait sur sa tempe au moment ou il le para. En une seconde, Krish se trouva ceinturée, immobilisée par une clef de bras. Elle grogna. Elghinn était à deux pas, les yeux grands ouverts. Hedrian cracha au sol.

- C'est quoi ce bordel ?! Vous êtes qui ?! Et c'est quoi ce gamin?! " le silence. Il tira un peu plus sur le bras. Elghinn avança d'un pas fut rappeler à l'ordre d'une voix sans appelle.
- C'est... Mon fils...
- Vous sortez d'où ?!!

Un nouveau silence. Cette fois Krish grogna, son bras atteignant ses dernières limites. Le forgeron était de plus en plus tendu. S'il n'arachait pas la capuche de la drow, il était clair qu'il commençait sérieusement à l'envisager.

- Tari me pardonne...

Jet de lutte en opposition:
 

Alors que sa main se détachait de la hance de la soit-disant prêtresse pour s'approcher de son visage, Krish se pencha pour mettre le plus gros coup de talon possible dans son tibiat. Un bruit sec . Un cri étouffé. Le forgeron enfonça son genou dans le ventre de celle qu'il tenait. Krish s'écrasa au sol en tenant son épaule, le souffle coupé.

Jet d'Agilité d'Elghinn:
 

Elghinn bondit mais les deux adultes bogeaient trop. Il rata la gorge de l'homme de peu et retomba rudement sur le sol, les genoux douloureux. Se posant sur la femme encapuchauné, le forgeronl'imobilisa en comprimant son bras blesser pour lui arracher sa capuche de l'autre main. Empêtrée dans ses amples vêtements et pas forcément des plus enthousiaste à l'idée de les déchirer, Krish n'arrivait pas à reprendre l'avantage. Elghinn, le coeur au bord des lèvres, regardait tout autour. Quelque chose qui pourrait aider. Quelquechose qui... Il s'immobilisa face à l'étrange forme de métal proche du foyé. Dessus reposait une grosse masse avec un manche court. Un marteau. Elle lui en avait parler. Elle lui avait dit qu'elle était imbattable un marteau à la main.

Sans une hésitation de plus, il fondit sur l'enclume et en tira le marteau. D'un geste ample, il le fit glissé sur le sol vers la main de sa mère.

- Maman !

Les doigts de Krish se refermèrent sur l'objet. Elle ne chercha pas a comprendre ce que s'était, tentant juste de se dégager suffisament pour pouvoir frapper un grand coup avec.

Jet de lutte en opposition:
 

Rien à faire. Il parvint à attraper son capuchon et le tira en arrière d'un main ferme... Pour s'immobiliser face au visage noire qui lui faisait face. Il resta tétanisé.

Une seconde de trop.

Avec un rugissement, Krish balança son bras dvers son crâne. Le marteau heurta sa tempe de plein fouet. Il s'effondra sur le côté. Elle se dégagea tant bien que mal, roulant sur le flanc en toussant. Sans sa main, une écume rouge recommençait à tomber.

- Merde. " cracha-t-elle alors qu'Elghinn accourait, les genoux couronnés de bleu.
- Qu'est-ce qui se passe ?
- J'ai du rouvrir ma blessure.
- Nous n'aurions pas du venir. Nous avions les cartes.
- L'occasion était trop belle. " ricana-t-elle, se provoquant toute seule une nouvelle quinte de toux. " J'ai un travail inachevé ici. Je t'ai parlé des dix apprentis de l'Exilé, non ? Ceux qu j'ai tué pour le gagner à ma cause ? "

Le garçon fronça le nez. La Vengeance, la Rivalité et la Passion étaient des choses qui ne le touchaient pas encore d'assez près pour qu'il comprenne vraiment quelle douceur elle faisait au forgeron elfe avec cette visite. S'il devait resté en vie de toute façon, il ne devait jamais revenir ici.

- Par contre il va falloir me remettre le bras en espérant qu'il ne l'ai pas entièrement bousillé.

Les Dieux devaient vraiment en vouloir à son bras gauche. Selon les indication de sa mère, le gamin tourna à retourna l'articulation pour tenter de la remettre.

Jet de Constitution de Krish:
 

Krish agita les doigts. bon... Elle n'aurait certainement ni toute sa précision ni toute sa force et il faudrait immobiliser son épaule un moment mais rien ne semblait avoir été irébédiablement arracher. Elle se releva donc avec l'aide de son fils, écrasa du pied la nuque du forgeron pour l'achever si ce n'était pas déjà fait et commença a crapahuter dans les lieux, mettant tout son savoir faire dans la destruction méthodique de l'arbre-forge tout en cherchant l'atelier de son rival et la serrure dont ils avaient la clef. Lorsqu'ils arrivèrent à ce que la forgeronne identifia comme l'atelier de maître, avaient déjà sacager bon nombre de réserve et d'ateliers, répendant au passage l'huile pour l'entretien du métal dans le moindre recoin.

Jet de Chance de Krish:
 

L'endroit avait été rengé et nettoyé, surement à plusieurs reprises. Les seuls pièces laissées là étaient encore en cours de forge, loin d'être raffinées et travaillé à l'aulne du maître qu'elle avait connu. Il devait prendre tout son temps lorsqu'il travaillait ici. Elghinn laissa sa mère avancer au milieu de l'endroit d'un pas régalien. Elle semblait déjà connaitre l'endroit... Et d'une certaine façon, c'était le cas. Voir Halan travaillé suffisait à comprendre son organisation et cette organisation était exactement celle de cette pièce. La pierre se confondait au bois. Les fourneaux étaient éteint. Les bacs de trempage étaient secs. Tout ici respirait l'ancien, le lointain passé. Pensivement, elle passa la main sur son enclume, ses outils, son établis. Elle pris le temps de soulever quelques couvercles pour s'enivrer des odeurs des diverses produits, s’apercevant avec surprise que certains lui étaient totalement inconnus.

Elle eut un sourire, un léger rire malgré la douleur que ça lui provoquait. Elle passa, repassa, jusqu'à s’imprègner du lieu.

Jet de Chance de Krish:
 

Après un instant d'arrêt, elle se dirigea droit sur un angle de la pièce et tira une trappe dans le mur qui ressemblait à une trappe à charbon. Bingo. Petit filou de Toer Tamindal. Assise sur ses talon, elle tira le coffre qui trônait à l’abri des regards. Et ce coffre, contrairement à tout ce qu'ils avaient trouvé jusque là, était muni d'une serrure particulièrement complexe. Avec espoir, Elghinn et elle firent glisser la clef qu'ils avaient trouvé sur le Père des forges. Un cliquetis. La serrure s'ouvrit.

A l'intérieur, plusieurs coffret assez long en acier solide. Dans chacun d'eux, non pas une arme, mais un outil. Chacun était soigneusement gravé. Elle remarqua quelques runes naines sur le bord en plus des inscriptions en elfique, mais elle n'avait pas besoin de ça pour savoir à quoi ces petites choses servaient. ça... c'était de la belle ouvrage. Une œuvre à laquelle Elghinn ne comprenait pas grand chose au delà de la fine harmonie qui ravissait les yeux.

- Ces petites choses pourraient forger un dieu. " sourit Krish en passant les doigts sur leur surface.
- Elle sont importantes ?
- Oui. Avec ça, on peut forger n'importe quel métal, même sans lave. D'après ce que Valendil m'a dit, il n'en existe qu'une ou deux autre dans toute leur putain de forêt et même eux ne sont plus sûr d'oû ils les ont fourrés.
- Et... C'est important ?

Un regard blasé accueillit la remarque du garçonnet qui ravala ses réflexions suivante pour laisser sa mère admirer chacun des outils... Enfin aussi longtemps que sa patience parvint à tenir.

- Maman, il faut que nous y allions.
- Oui oui...

Finalement arrachée à sa contemplation par la main impérieuse de son fils, elle s'empara du marteau pour le passer à sa ceinture, sous son Voile et remis soigneusement sa capuche en place. Heureusement, le forgeron ne l'avait pas déchiré. En repassant dans le premier atelier, Krish s'empara d'une pince et attrapa une braise dans le foyer. La flaque d'huile en bas des escaliers fit un lit parfait pour un départ de feu. Le temps qu'ils ressortent et qu'ils s'éoilgnent dans la nuit en direction du sud, la pierre des foyers et des fondaisons avaient lâcher. Les langues de fue remontaient le long du tronc de l'arbre, prêt à se répendre dans la Cité.

Dans une bibliothèque loin de la catastrophe, une lettre reposait sur une table de lecture, portant pour seule inscription : " Las'Danir "

Très chère amie,

Je te remercie encore de m’avoir tirée de ce mauvais pas.

Comme tu peux l’imaginer, je n’ai pas pu me montrer la plus honnête qui soit lors de notre dernière rencontre. Cependant, je voulais que tu saches que ce que je t’ai dit sur Halan était entièrement vrai et que j'attends son retour avec impatience.

Sache que ton frère est un drow né dans un corps d’elfe et qu’il a su s’attirer mon respect autant par son talent que par sa soif de sang et son ambition. Je pense sincèrement qu’Uriz apprécie ta famille et que nos Piliers pourraient t’aider à avancer sur le chemin de ton Art plus vite qu’aucun autre maître.

Si tu veux mettre ton talent à l’épreuve, reconquérir pleinement ta liberté ou que tu passes juste part Thaar pour les vacances, vient me dire bonjours à l’occasion. Quoi qu’il arrive, la demeure de Griffe-Argent te sera toujours ouverte.

J’espère que tu sauras trouver ton chemin dans cette forêt de faibles inconscients.

Mille baisers,
La Dame des Ombres
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 809
Âge : 28
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 002ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'échappée belle | Solo   Mar 10 Juil 2018 - 22:44


été - 4e jour du 1ere ennéade de Karfias
11e année du XIe Cycle
Voie Blanche entre Ardamir et Eraison

Ses pas étaient lourds. Sa respiration poussive.

Cela faisait plusieurs jours que ses blessures avaient arrêtées de saigner, mais la poche de sang qui s’était formée dans sa poitrine autour de la flèche avait du mal à se résorber, appuyant sans cesse sur ses poumons. Pourtant elle portait Elghinn plus souvent qu’elle ne l’aurait dû. Elle avait hâte de croiser les ruines d’Eraison. D’après sa carte, il y aurait de quoi trouver une monture et de quoi manger… Mais ils n’y seraient pas avant plusieurs jours.

Le corps de nouveau en pleine croissance de son fils avait besoin de nourriture. Les figues sèches et les quelques bouts de fromages chipés au temple ne suffisaient pas. Son propre corps réclamait de l’eau pour refaire le sang qu’elle avait perdu. Elle avait oublié à quel point la faim et la soif pouvaient tomber rapidement au travers de l’étrange endroit dans lequel elle avait passé ces dernières décennies. Et maintenant, ils ne pouvaient retourner en arrière.

Dans son état, chassé était impossible. Elghinn était trop fatigué, son appétit plus aiguisé qu’elle ne l’aurait cru par les traitements magiques qu’il avait reçu. Elle n’avait plus qu’à espérer ne pas tomber d’inanition avant d’arriver en vue des ruines que son peuple avait offert aux elfes comme remerciement pour leur hospitalité.

Elle regarda à peine par dessus son épaule lorsque le bruit répétitif des sabots sur la terre battue se glissèrent jusqu’à son oreille encapuchonnée. Elle détestait cet accoutrement. Elle détestait cette forêt. Elle détestait cet état de faiblesse dans lequel elle était obligé de survivre. La haine était devenu son principal moteur dans cette marche forcée contre la mort au même titre que la rage. Elle survivrait encore une fois, quelque soit la taille de la forêt de ces putains de bouffeur de salade !

- Heri ? “


Un hennissement la fit sursauter. La grosse tête d’un cheval passa dans son champ de vision et elle faillit pousser un cri de surprise sans que l’enfant qu’elle portait dans ses bras ne se réveil. Sur le cheval, un elfe aux longs cheveux blonds et à l’uniforme impeccable la regardait avec inquiétude. Malheureusement, elle ne connaissait ni l’uniforme, ni l’insigne en forme de piaf qui y était accolé.

- Vous allez bien, Heri ? “ répéta-t-il en calant le pas de sa monture sur celui de la voyageuse.

Elghinn papillonna des yeux. Il se tendit et se détendit en une fraction de seconde en percevant la présence d’un étranger avant de tourner la tête vers lui.

- Le petit est blessé ?
- … Non… Il est a les yeux fragiles. “ répondit-elle sans réfléchir.

Jet de Chance de Krish:
 

Sa voix racla comme du papier de verre et sa respiration sifflante n’arrangeait rien, rendant son accent exotique rauque au point d’en être difficilement discernable. Les sourcils de l’elfe se froncèrent d’autant plus, réveillant suffisamment l’instinct de survie de l’eldéenne pour la pousser à rallumer quelques neronne malgré la fatigue.  

- Nous avons dû fuir. Des loups ont attaqués notre c… “ une quinte de toux des plus sincère, lui coupa la respiration et la plia à moitié en deux à cause de la douleur dans ses côtes et sa poitrine. Elghinn se laissa glisser au sol, la fixant de ses grands yeux parfaitement réveillés derrière son bandeau.

- Attendez. “ L’elfe décala sa jambe et se contorsionna un peu pour attraper son outre de voyage. Le gamin se rua dessus pour en boire quelques lampées avant de la passer à sa gardienne et tourna pudiquement le dos à son sauveur pour boire à son tour. “ Je m’appelle Ildian. J’ai un message urgent à livrer à Eraison. Je ne peux pas rebrousser chemin mais je peux vous y conduire. Vous y serez en sécurité.
- Oui… D’accord.

Quelques instants plus tard, le prêtresse était assise derrière le messager et Elghinn juste devant lui.

- Vous avez été attaqué il y a longtemps ?

- Hier.
- Il nous faudra encore quelques jours pour atteindre Eraison. Il faudra se serrer la ceinture mais ce ne sera qu’un mauvais moment à passer. Nous ferons un petit détour par une rivière pas loin pour se réapprovisionner en eau. Vous pourrez vous désaltérer tout votre saoul.

Dieux… Les elfes étaient tous aussi bavards ?

- Une fois là-bas vous retrouverez les gens de votre ordre et nous pourrons envoyer une patrouille pour retrouver les survivants de votre convoie.


Oh… Génial… des vrais prêtres et des patrouilles. Mieux valait disparaître avant d’en arriver là… Mais dans son état actuel, ça aurait été suicidaire.

- Vous avez quelque chose à manger ?
- Comme je l’ai dit, il faudra se serrer la ceinture. Je n’avais que le stricte minimum et encore. Habituellement je préfère ne pas m’arrêter plus que nécessaire pendant une mission. Moins de poids sur la monture ce sont quelques heures de gagner.
- Ust’Kor...” jura-t-elle entre ses dents.

Et merde… Krish se tendit, l’adrénaline lui éclaircissant soudain les pensées. Un instant de silence. Le dos de l’elfe s’était raidit ou s’était de la paranoïa ? Son coeur marquait les secondes. Son sa main, elle sentait pulser le sang du cavalier.

Jet de Dextérité de Krish:
 

Jet de Dextérité de Krish:
 

Non ce n’était pas de la paranoïa. Elle était certaine de voir la main de l’homme se rapprocher doucement de la dague qu’il portait à la ceinture. Lâchant son épaule, elle plongea la main dans les plis de sa tenue pour en tirer un couteau sans en trahir la présence.

- Ne vous inquiétez pas. Le petit mangera à sa faim. “
Il rit en lançant un regard par dessus son épaule “ Je ne suis pas homme à affamer les enfants. Hein, bonhorghhm !! “

Souplement, Elghinn passa derrière le corps qui était en train de basculer vers l’avant avant d’être entièrement couvert de sang tout en récupérant les rênes. La monture sortie de la piste sur quelques mètres avant de s’arrêter en silence. Ses oreilles bougeaient en tous sens, ses naseaux affolés par l’odeur lourde du sang qui imbibait sa crinière.

Krish sauta à terre et tira l’elfe à bas pendant que son fils fouillait les fonds de selle. Quelques morceau de pain d’une étrange couleur jaune. Quelques baies. Rien que du matériel de première nécessité. Avant de les mettre en vrac dans sa sacoche, Elghinn en rompit un bout pour le porter à ses lèvres.

- Non !
- Mais j’ai faim !” protesta-t-il, assis sur la jument qui trépignait encore.

Un à un les voiles bleus qui empêchaient Krish de respiraient tombèrent. Elle les plia soigneusement et les posa à quelques mètres sous les yeux agacés de son fils.

- Ces trucs sont bons pour les animaux et les esclaves… Et pour survivre quand nous n’aurons plus rien d’autre.
- Et on mange quoi alors ?!

Ue dague glissa hors de son fourreau. En quelques gestes précis, les courroies de l’uniforme avaient sautées. Elle dégagea le bras gauche de l’elfe. Le sang s’écoulait encore doucement de sa blessure. Elle en délogea son arme et en siffla quelques gorgées. ça lui rappelait sa grossesse…

Ce goût cuivré, salé, légèrement acidulé. La douceur du liquide dans sa gorge. Elle se redressa en s’efforçant de respirer un peu mieux et s’essuya les lèvres d’un revers de main. ça lui avait manqué…

Pour la première fois, le sourire qu’elle offrit à Elghinn le fit frissonner. Les dents dont la blancheur tranchait habituellement sur le noir de sa peau étaient d’un rouge carmin.

- On mange de la viande.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'échappée belle | Solo   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'échappée belle | Solo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KENNETH ? l'échappée-belle [SAISON 1]
» Tu l'as échappée belle, hein? [PV: Mischa]
» BELLE TAPISSERIE
» Une très belle peinture
» Belle étalon cherche femme...xD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Terres d'Ardamir :: Ardamir (Cité)-
Sauter vers: