Partagez | 
 

 Une rencontre hors du commun [Selendil]

Aller en bas 
AuteurMessage
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Mer 4 Juil 2018 - 20:09

Panahos, 2ième ennéades de Karfias


Une forêt dense les entourait, malgré que le fait que le soleil brillait au-dessus de leurs têtes, les deux mercenaires encapuchonnés, ne pouvaient pas voir sur une longue distance. Leur cheval, alourdit par les lourds sacs, avançait lentement en évitant les troncs d’arbres et les gigantesques bosquets. Ils marchaient depuis des jours, en silence, en tentant de faire le moins de bruit possible. La forêt des Elfes était dense, et semblait bien sinistre à Miriel.  Elle et son compagnon, Herendil revenaient de Thetien. Il avait aguerrit, plus ou moins légalement certains remèdes médicinals que son collègue vendrait à bon prix à Thaar. La mission était périlleuse, et très inquiétante pour Miriel, elle qui, à demi-drow, n’était aucunement bien vu par les Elfes. La seule raison qu’elle avait accepté ce contrat était parce que son ami, Herendil, avait un don inouï pour chercher les ennuis, et qu’elle ne s’était pas résolue à le laisser partir seul.

Les préparations de ce pénible périple lui parurent incroyablement difficile. Entre apprendre la langue, et étudier les différents terrains de la forêt elfiques, Miriel avait tenté tant bien que mal de trouvé une façon de passer inaperçue dans les villes. Avec sa peau et ses longs cheveux blancs comme la neige, elle détonnait dans tous les villes qu’ils croisèrent et était facile à reconnaître. Si les autorités étaient alertées, elle se retrouverait encore une fois dans une prison. Une prison différente de ce qu’elle avait vécu au Puy, certes, mais une prison qui l’empêcherait de profiter de sa liberté. La bonne nouvelle c’est que les les grandes villes leurs laissèrent le couvert de l’anonymat, ils se faisaient passé pour des marchands et tout semblait avoir fonctionné jusqu'à présent. Il passèrent la majorité de leur temps dans la forêt d'Anaëh,
à éviter les sentiers qui pourrait mener à des rencontres infortunées.

Ils atteignirent finalement une clairière ornée d’un petit étang. Son acolyte profita de leur découvert et remplit rapidement leurs gourdes. Pendant ce temps, Miriel étudia les environs. Elle était incroyablement inconfortable, comme si quelqu’un les épiaient… Elle ne savait pas si ce sentiments était fondés ou si elle était tout simplement trop nerveuse de se trouver dans un territoire elfe. Elle entendit le craquement d’une branche à leur gauche et se retourna rapidement, inspectant la forêt autour d’eux. Son ami ne semblait guère ne s’en soucier. Il ouvra la carte qu’il déposa rapidement sur le sol.

« Voilà, nous devrions être tout prêt de Daranovar, il a un sentier pour contourner les montagnes. Mais il va falloir refaire l’ascension que nous avons faite il y a quelques temps… Si au moins on pourrait monter les deux sur ce cheval! » Il leva la tête et remarqua que la demi-drow ne portait aucunement attention à ce qu’il disait. Toujours absorbé par le bout de forêt d’où provenait le craquement. Elle se pencha soudainement à côté de son ami et murmura : « Nous sommes suivis… Prend le cheval et pars au galop. Je te rejoindrais à Thaar dans quelques ennéades et surtout évite les ennuis! » Avant que ce dernier ne puisse protester, Miriel lui fit un regard légèrement agressif. Il comprit que les efforts qu’il pourrait faire pour convaincre son amie de continuer avec lui étaient futiles. Elle resterait à l’arrière pour le protéger. Ce dernier hocha la tête et lui tendit une gourde qu’elle prit rapidement. Elle s’approcha du destrier et retira son sac, qu’elle mit en bandoulière et cacha sous sa longue cape noire. Elle rabaissa son capuchon sur sa tête, tentant tant bien que mal de cacher son visage.

Herendil monta sur le destrier et le partit aussitôt au galop, laissant la mercenaire derrière. Elle le regarda partir, espérant en son for intérieur qu’elle avait bien fait… Elle s’approcha de l’étang et s’agenouilla au bord. Elle mit rapidement ses mains dans l’eau et éclaboussa rapidement son visage. Mieux valait être prête à toute éventualité dans cette forêt, elle n’espérait pas qu’un elfe ne l’accueil à bras ouvert. Elle replaça le capuchon de sa cape encore une fois et se releva. Un autre bruit vint chatouiller ses oreilles.  Elle se retourna en direction dudit bruit et aperçu une ombre entre les arbres. Elle eut un air agacée, fallait admettre qu’elle avait eu encore raison. Elle déplaça lentement sa main sur le pommeau de son épée, prête à dégainer son épée au moindre signe d’agression de la personne qui se trouvait en face de lui.

« C’est bon, sortez de votre cachette! Inutile de rester à l’arrière » s’écrit-elle avec un elfique un peu tremblant.


Dernière édition par Miriel le Jeu 26 Juil 2018 - 20:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Jeu 5 Juil 2018 - 13:14

La caserne de Daranovar était investi d'une activité plutôt... Létargique. L'été était là, et même si les températures restaient tout de même plus basses ici, sur les plateaux de Daranovar que dans le reste de l'Anaëh. Malgré tout, il faisait chaud en journée, et la nuit voyait des températures plus basses. Quelques soldats saluèrent le conseiller, mais également frère d'armes pour ces elfes avec qui il s'était déjà battu. Revêtu de son armure, il arriva directement sur le terrain d'entraînement où quelques elfes s'entraînaient. Deux maîtres d'armes étaient en train d'apprendre l'art de manier la lance à leurs jeunes élèves. Selendil resta à l'abri du soleil, sous l'un des portiques de pierre entourant la grande enceinte de la cour. Selendil sortait tout juste d'une séance du conseil qui avait vu une nouvelle fois se prolonger des palabres infructueuses. Entre Lanthalorans et Daranovans, la tension était monté d'un cran. Seul médiateur entre les deux partis, Selendil tentait tant bien que mal d'éviter aux deux partis de s'entre-déchirer. Admirable, certes, mais il avait mieux à faire. Revenir à la caserne, lieu de son apprentissage et finalement, seconde maison pour lui, était un moment qu'il appréciait. Ici pas de palabres, de faux semblants. C'était le rire et la fraternité, la bonne humeur qui régnait entre ces soldats endurcis.

- Les nouvelles recrues promettent de futurs soldats plutôt courageux. Fit alors un officier, légèrement plus jeune que Selendil. L'elfe au cheveux blancs se tourna vers son homologue qui était un peu plus en retrait. Il eut un petit sourire et lui répondit:
- En effet Tagrul. En effet. Selendil se cala contre l'un des piliers et admira le combat un instant avant que le caporal ne se rapproche de lui. Visiblement, il avait à lui parler. Quelque chose ne va pas? demanda l'elfe sans lui adresser un regard.
- Disons que je ne n'ai trouvé aucun grand officier à qui référait de cela, fit alors Tagrul. Deux individus, inconnus, visiblement armés, viennent de pénétrer chez nous.
- Des voyageurs égarés. Termina simplement Selendil. Il était certes rares que des voyageurs passent par ici, et si ce n'était des elfes des autres cités ou du Noss, qui pourrait bien venir en ces terres? Selendil n'y accorda donc pas trop d'attention, mais nota que si Tagrul lui en parlait, c'est qu'il devait y avoir une raison. Il reprit donc. qu'est-ce qui vous a semblé digne d’intérêt chez eux?
- Leur accoutrement laisse penser qu'ils ne veulent pas se faire remarquer. Ils semblent préparer quelque chose, et ils n'ont pas l'air d'être de simples voyageurs, ils ne sont sans doute pas elfe d'ailleurs.
Selendil n'était pas du genre à s'affoler pour rien, mais les récents événements lui avait appris qu'il allait devoir être plus prudent, aussi choisit-il de prendre les choses en main.
- Je veux trois guerriers en plus de toi pour m'accompagner. On va aller voir de quoi il retourne. Le caporal s'éloigna le temps d'aller préparer ses hommes alors que Selendil ajustait sa cape et filait chercher son casque. Autant se rendre plus intimidant. Bientôt, les cinq elfes en armes se retrouvèrent près des portes de la ville. Conduis-nous où ils ont été aperçus la dernière fois.

Et les cinq elfes dans leurs armures étincelantes sortirent de la cité et se dirigèrent plus à l'ouest. Selendil apprécia la sortie, notant que la nature continuait encore et toujours à reprendre plus de droits. Bientôt, la forêt fût atteinte et en quelques instants, le bruit des bas remplaça celui des plateaux, le vent soufflait moins ici, le soleil peinaient presque à passer sous les frondaisons des arbres. Une fois sur place, les elfes ne tardèrent guère à repérer les traces des chevaux. Ils étaient deux en effet. Selendil hocha la tête positivement: Ils se mettaient en chasse. Les elfes, à bonne foulée malgré leurs armures prirent le même chemin qu'avait emprunté les nouveaux-venus. Ils s'arrêtaient de temps à autres pour écouter les bruits de la forêt, voulant éviter de tomber dans un quelconque traquenard et pour ne pas surprendre ceux qu'ils suivaient. Pourtant, bientôt, le bruit des chevaux se fit entendre. Selendil fit se déployer ses soldats en arc de cercle. Ainsi, alors que trois de ses hommes dont Tagrul prenait position sur la droite, Selendil et un autre de ses hommes partaient à gauche. La cadence, relativement lente des chevaux, permit aux elfes de suivre sans problèmes les deux intrus. Malgré leurs armures, les elfes jouaient parfaitement des grands troncs pour les abriter, ou des feuillages épais de quelques buissons. Le fait qu'ils ne soient pas venus en nombre évitait d'attirer le regard et l'oreille. Cependant... A chaque pas qu'ils faisaient, les bruits de la forêt se taisaient, comme si tous les êtres vivants avaient compris que quelque chose se tramait. Au fur et à mesure de leur avance, Selendil comprit qu'ils comptaient franchir les plateaux. Mais qui étaient-ils? Des espions? De simples voyageurs égarés. Bientôt, ils atteignirent une clairière. Les elfes prirent position et Selendil profita de l'ombre d'un grand arbre pour rester en retrait.

L'un des deux acolytes alla immédiatement remplir sa gourde dans l'étang. Selendil prit le temps de les détailler. Visiblement, ils ne semblaient pas être des elfes. Mais la jeune femme le laissait perplexe. Sa peau était d'une blancheur inouïe, tout comme ses cheveux, si bien que si l'on omettait son attirail noir, elle aurait peut-être pu être une elfe. C'était la première fois qu'il voyait d'autres espèces que des elfes, et... Il était curieux. intrigué était le mot, face à ces nouveaux venus. Or, l'un des soldats eut le malheur de marcher sur une brindille qui craqua. Les elfes cessèrent même de respirer. Si le premier qui s'était agenouillé devant l'étang et remplissait son outre ne semblait guère inquiet, la seconde elle, était visiblement sur ses gardes et au son du craquement, elle se retourna. Soit elle avait l'ouïe fine, soit elle était tellement inquiète qu'un rien la faisait se retourner. Peut-être les deux. Selendil fit signe à ses combattants de tenir leurs positions. Il aperçut alors la jeune femme se pencher vers son camarade. Elle lui parla mais d'où ils étaient, ils ne saisirent rien de ce qu'ils se dirent. En tout les cas, son acolyte lui laissa une gourde, grimpa sur un cheval et s'en alla au triple galop. D'un geste, Selendil fit signe à Tagrul de le prendre en chasse avec ses deux soldats. Prenant soin de ne pas se faire repérer, les elfes disparurent dans les bosquets. Selendil resta seul avec le dernier combattant de la troupe.
- Reste ici. Fit-il alors. Il se redressa et descendit tranquillement, jouant sur l'ombre des bois pour ne pas se révéler alors qu'elle avait rabattue son capuchon après s'être trempé le visage. Cette fois-ci, il fît volontairement craquer une branche sous ses pas pour attirer son attention, attendant sa réaction. Inquiète, elle s'était bien retournée vers lui, et elle finit par lui demander de s'approcher.

Il s'avança donc, entrant dans la lumière de la clairière. Il avait l'avantage de la taille, et son armure ne tarda guère à luire aux premiers contacts du soleil. Elle avait son capuchon qui recouvrait son visage, il avait son casque, au ciselage parfait et délicat, qui lui recouvrait son visage à lui. Seul sa longue chevelure blanche descendait sur son armure au niveau de son torse. Elle avait une main sur la poignée de son épée, prête à dégainer, et si elle ne dégaina pas, elle n'était sans doute pas très loin de le faire. Il garda le silence, son regard bleu perçant détaillant celle qui lui faisait face. Elle était armée, ce qui prouvait qu'elle pouvait se défendre. L'archer derrière lui le couvrirait en cas de problème, aussi, pour une fois, il ne porta pas la main à la poignée de son épée et la laissa.
- Vous êtes sur les terres de Daranovar étrangère. Qui êtes-vous et que venez vous faire en ces lieux? La question était claire, et directe. Si Selendil n'avait pas la main sur son arme, au moindre signe d'agression, il était prêt à en faire usage. Entraîné et fourbu à des années de pratiques, il maniait son arme de manière exceptionnelle et se savait bon combattant. Mais comme il ignorait qui lui faisait face, il préférait encore se méfier, et c'est pourquoi il avait gardé une certaine distance avec elle. Finalement, il osa demander:
- Vous n'êtes pas elfe n'est-ce pas? C'était criant de vérité. Elle était bien trop inquiète pour être une elfe, mais elle en avait la taille autant que la carrure.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Jeu 5 Juil 2018 - 19:27

La mercenaire fixa l’ombre qui commençait à se dessiner. L’elfe en face d’elle était grand, très grand, son armure reflétait les rayons du soleil qui se faufilait au travers des branches des arbres. Ce dernier s’arrêta à bonne distance d’elle, il semblait curieux mais son ton était ferme. Il n’était clairement pas seul, et Miriel n’avait aucun doute que ce dernier savait comment se défendre. Elle n’avait pas affaire à la racaille de Thaar, mais à un soldat bien entraîné. Elle sentit ses membres se crisper. Elle espérait vraiment dans son for intérieur que Herendil réussirait à s’échapper. Elle lâcha le pommeau de son épée et descendit doucement son capuchon, dévoilant ses oreilles pointus et ses yeux gris perçant. Elle savait pertinemment qu’il aurait l’avantage dans un combat singulier. Elle réussissait très bien lors d’attaque surprise et courte, mais ce soldat bien entraîné semblait avoir une endurance hors du commun. Non, la meilleure façon de s’en débarrasser serait une attaque surprise, vite et efficace. D’après sa réaction elle pouvait comprendre assez rapidement qu’il n’avait aucune idée de ce qu’elle était. Il semblait intriguer et elle pouvait apercevoir ses yeux bleus la détailler, tentant désespéramment de mettre le doigt sur qui il avait affaire.

Elle replaça sa cape tranquillement, dévoilant ses bras et son épée. L’armure de son opposant lui causait énormément de problème. Cette dernière semblait impénétrable. Mais il y avait toujours une façon de déterminer les faiblesses de son adversaire.  Elle continua de fixer les yeux bleus perçant qu’elle distinguait au travers du casque et fit un pas en sa direction. Voyant que ce dernier ne bougeait pas, ou ne dégainait pas son épée, elle avança tranquillement. Jusqu’à être à moins d’un mètre de ce dernier. « Non je ne suis pas une elfe… Peut-être mes ancêtres le furent, mais je doute qu’il ne me porte attention, ou me considère comme tel maintenant. » Elle détailla le visage de son adversaire, ce dernier avait des yeux extraordinaires. D’un bleu perçant, elle ne pouvait aucunement lire en lui. Ses longs cheveux blancs lui tombaient sur le torse. Miriel ne put s’empêcher de le trouver attirant, mais disons que leurs rencontres n’étaient pas vraiment ce qu’elle avait en tête. Elle baissa doucement le regard vers l’armure. Cette dernière, d’un acier qui semblait solide, avait des scènes engravées. Décidément, cette dernière devait valoir une fortune. Elle marcha tranquillement autour de lui, tentant de trouver le point faible et observant les différentes scènes qui l’ornaient. Elle feignait l’innocence, mais en vérité on aurait pu croire à un animal qui observait sa proie avant de la chasser.

Le sol s’enfonçait légèrement à chaque pas que la mercenaire faisait. Le terrain était à son avantage. Ne portant pas de lourde armure, elle pourrait au moins compter sur sa rapidité. Elle s’arrêta devant le soldat et soutena encore son regard. « Je crois que vous pouvez dire à vos collègues de sortir. Vous et moi savons pertinemment que vous n’êtes pas seul. » Elle leva la tête, fière, tentant de contrôler ses émotions, mais en réalité elle était terrifiée.  Une légère brise se fit sentir et elle replaça rapidement une mèche de ses longs cheveux blancs qui s’étaient déposé sur son visage.  Elle lui souria et lui tourna le dos pour retourner près de l’étang. Une fois qu’elle sentit qu’elle était assez loin de lui. Elle hausse les épaules, tentant d’avoir l’air le plus innocente possible et dit d’un ton enjouée « Moi et mon ami nous sommes des marchands de Thaar, nous croyons que nous étions attaqué par des brigands, et je lui ai dit de partir avec la marchandise que nous avons acquis à Thetien. » Elle avait rapidement appris de rester le plus prêt de la vérité lorsqu’elle mentait. D’accords la marchandise qu’ils s’étaient procurés était d’une manière plus ou moins honnête, mais elle l’elfe en face d’elle n’avait aucune raison de vraiment le savoir! À moins que cet apothicaire ait parlé! Ce qui surprendrait la demi-drow qui avait été très claire et peu courtoise avec ce dernier. Elle s’assit sur un tronc d’arbre en fixant l’elfe devant elle. L’avait-il cru? Avait-il deviné ses origines? Qu’allait-il faire si il apprenait qu’elle était en fuite? De millions de questions se bousculait dans sa tête. Elle continua tout de même à s’identifié en ayant le l’air le plus naturel que possible. «  Quant à mon identité, je doute que mon nom ne vous soit vraiment nécessaire, êtes- vous toujours aussi accueillant avec les pauvres marchands qui traversent votre territoire? La forêt est dense, et plein de danger, nul n’a besoin de se faire suivre par un groupe de soldat. »

Elle le regardant d’un air agacée, et se releva du tronc d’arbre sur lequel elle s’était assis quelques minutes auparavant. Le soldat et son ou ses acolytes camouflés dans la forêt commençaient à l'énerver au plus haut point. Elle n’avait pas de temps à perdre. Elle devait à tout prix retrouver Herendil et sortir de cette forêt. La mercenaire n’était clairement pas la bienvenue sur ces terres. Elle avait réussi à mettre une certaine distance entre elle et l’elfe.  La demi- drow espérait que ce dernier serait ralenti par son armure. Elle lui fit une révérence et lui dit « Sur ce, je vous souhaite une bonne journée. » Elle se retourna rapidement et se mit à courir dans la direction qu’Herendil était partie. Avec un peu de chance elle pourrait être plus rapide que les Elfes, car la dernière chose qu’elle voulait était de les affronter en combat. Elle entendit un sifflement et bifurqua rapidement à droite. Une flèche la manqua de peu.

Elle ne laissa pas cette attaque la distraire. Courant avec toute l’énergie qu’elle avait, en ne regardant pas derrière elle. Son but était de mettre le plus de distance possible entre eux et elle. Surtout que s’ils la rattrapaient, la conversation ne serait vraiment pas amicale. Au bout de quelques minutes, elle sentit quelqu’un la plaquer au sol. L’impact fut si brutal, qu’elle en perdit son souffle pendant une seconde. Elle se libéra rapidement de la poigne de son assaillant et se releva rapidement en tirant son sac et sa cape sur le sol. Elle se retourna pour faire face à son adversaire et  dégaina son épée à une vitesse fulgurante, prête à attaquer. La mercenaire était terrifié, mais aussi franchement furieuse qu’ils aient réussi à la rattraper. « Laissez-nous partir et je ne ferais aucun mal à toi où à quiconque t’accompagne! » Elle bougea rapidement la tête pour déplacer la mèche rebelle qui lui cachait la vue. L’attitude du mercenaire était totalement différente de celle qu’elle avait un peu plus tôt. Elle avait le souffle court, et toute trace d’innocence avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Ven 6 Juil 2018 - 11:44

Visiblement, elle ne s'attendait pas à avoir à faire à une elfe tel que lui. En armure, sachant pourtant se déplacer de manière silencieuse, Selendil avait le don d'impressionner, et son ton froid n'était jamais pour rassurer ceux qu'ils croisaient. L'elfe à la chevelure blanche resta calme et patient alors qu'elle réajustait les pans de sa cape, dévoilant son bras, prêt à dégainer son épée. Il n'eut aucun mouvement de recul, restant figé là telle une statue de pierre. Elle ne tarda guère à répondre qu'elle n'était pas elfe... Cependant, elle ne s'arrêta pas là et déclara que ses ancêtres l'avaient peut-être été mais elle doutait fort qu'il lui porte attention ou qu'il la considère comme tel. Selendil en fut surpris. Elle n'était donc pas une elfe, mais peut-être en avait-elle des origines... Il s'agissait donc d'une hybride. Sans nul doute. Elle s'approcha d elui, pour le détailler, et il la laissa le regarder. Il suivait chacun des mouvements qu'elle faisait de son regard. Lorsqu'elle commença à tourner autour de lui, tel un tigre tourne autour de sa proie, il ne put s'empêcher d'avoir un léger sourire, caché par son casque. Il ne s'identifiait pas comme une proie à vrai dire. Plutôt comme un prédateur, et la méfiance de l'hybride lui laissait entendre qu'elle n'était tout simplement pas rassuré. Sa main sur la poignée de son épée laissait voir son inquiétude, et il n'y avait aucun doute, au moindre signe de danger, elle dégainerait son arme. Alors qu'elle le jaugeait, car c'est bien ce qu'elle faisait, il fit de même. Elle était plus petite, semblait plus vive, et ne serait pas encombré par son armure qui semblait être une armure de cuir légère. Si toutefois il s'agissait d'une armure. Ce n'était peut-être que des vêtements de cuir après tout. En tout les cas, elle aurait l'avantage de la vitesse et de la vivacité sur lui, bien qu'en réalité, les armures elfiques étaient taillées pour ne pas limiter les mouvements de leurs porteurs. Cependant, malgré tout le savoir faire des forgerons elfes, il fallait reconnaître qu'avec une armure sur le dos, on était jamais vraiment capable de reproduire des mouvements tels qu'on les faisaient sans armure.

Finalement, elle déclara qu'il pouvait dire à ses amis de sortir. Si elle savait la vérité... Trois des siens couraient après son coéquipier et le dernier se tenait prêt à tirer au moindre mouvement agressif de l'hybride. Il profita de leur proximité toute relative pour la détailler. Plutôt élégante, elle avait une peau étonnamment pâle, au même titre que ses cheveux étonnement blancs quand à eux. C'était assez atypique, et ses yeux gris n'étaient pas dénués d'un certain charme. La tête haute, fière, elle parvenait sans trop de mal à contrôler ses émotions. Elle replaça une mèche de ses cheveux dans un mouvement non moins élégant et lui adressa un sourire. Il en fût presque étonné. premier sourire, et il semblait amical. Cependant, il ne bougea pas et ne déclara rien alors qu'elle reprenait en lui tournant le dos qu'ils étaient de simples marchands de Thaar. Ils avaient cru être attaqué par des brigands et elle avait ordonné à son ami de fuir pour éviter de perdre la marchandise. Le nom de la cité d'Ithri'Vaan fit écho dans l'esprit de l'elfe. Il ne connaissait la cité que de réputation et encore. Cependant, elle éveilla sa curiosité. Ils étaient donc venus de loin. Son histoire tenait la route en soit... Mais son accoutrement et son attitude démontrait qu'elle n'était pas plus marchande que lui n'était cueilleur de baies. Elle s'assit sur un tronc d'arbre alors qu'il gardait un oeil, et même deux, sur elle. Finalement, elle lâcha que son identité ne serait pas nécessaire à l'elfe. Et elle enchaîna avec une autre question, demandant si ils étaient toujours aussi accueillants avec les étrangers traversant leurs territoires qu'il ne l'était avec elle. Elle ajouta que la forêt était assez inquiétante, inutile donc d'y ajouter un groupe de combattants armés de pied en cap.
- Disons que depuis un certain temps, nous nous méfions des étrangers... D'autant plus lorsqu'ils sont armés et font tout pour éviter de se faire remarquer. lâcha-t-il tranquillement, pas le moins du monde perturbé. Il était chez lui et en toute confiance sur ses terres qu'il connaissait parfaitement. Elle se leva du tronc, finalement, fit quelques pas en arrière et s'inclina dans une révérence en lui souhaitant une bonne journée. L'instant d'après, elle partait en courant. Selendil partit au quart de tour alors que sa main se levait pour faire signe à l'archer de lâcher son trait. La flèche fila, mais, habile, elle l'esquiva. Selendil, habitué à porter son armure partit juste derrière elle.

Il ne tarda guère à la rattraper, réduisant la distance entre lui et la jeune femme. Cependant, elle n'était pas décidé à s'arrêter, aussi bondit-il pour la plaquer au sol. Le saut réussit, il attrapa l'hybride par les épaules et le choc la propulsa à terre. cependant, elle se releva rapidement, tira à elle son sac et sa cape et dégaina son arme dans un geste rapide. Quelques centièmes de secondes après, il tirait son épée hors du fourreau et lui faisait face alors que l'archer les rattrapait. Elle imposa ses conditions, mais il nota que la brise n'avait de cesse de ramener la mèche rebelle de l'hybride. Décidément, elle avait quelques problèmes au niveau de la vue. Elle aurait dû couper la mèche. ce n'était jamais bon pour un combattant que de s'imposer un tel défaut dans le combat. Elle le menaça, du moins voulut-elle imposer ses conditions.
- C'est hors de question. Lâchez votre arme et il ne vous sera fait aucun mal. Elle n'accepta pas et se jeta sur lui. Il esquiva sans mal cette furie, dévia sa lame. Mais, rapide et vive, elle repartit à l'assaut. Il para un coup dirigé contre son épaule avant de dévier la lame de son adversaire qui allait sans doute s'attaquer à son abdomen. L'instant d'après, une nouvelle fois, il écartait la lame mortelle de le blonde qui tenait décidément à attaquer. Il profita d'un instant, alors que la mèche de l'hybride la gêna pour attaquer à son tour. Elle eut plus de mal à se défendre. il lui asséna toute une série de coups, plus destiné à l'épuiser qu'à la tuer. Il n'avait aucune envie de la tuer de toute manière. Elle tenta, tant bien que mal de répliquer. Au moment où elle attaquait, il esquiva la lame, tourna sur lui même, et enchaîna un tourniquet pour venir se plaquer contre elle. Il bloqua son bras encore tendu, le lui tordit pour qu'elle lâche son arme. De sa main libre, elle le frappa sur la casque. Courageuse, certes, mais le métal repoussa sans mal l'attaque. Elle avait dû se blesser les phalanges. Sans lui lâcher le bras, à un souffle d'elle, il plongea son regard dans le sien et ramena sa lame sous la gorge de la blonde.
- Dois-je vous attacher pour que vous me suiviez sans faire d'histoire? Ou acceptez-vous de vous laisser conduire sans tenter de nous fausser compagnie? Sinon je pourrais être plus expéditif la prochaine fois... Fit-il un peu plus menaçant.

Son acolyte ramassa l'épée de l'hybride alors que Selendil ne la lâchait pas, conservant avec elle une proximité des plus... Déconcertantes. Mais, son regard dans le sien, sa lame sous la gorge de son adversaire, il avait pris un avantage décisif pour cette manche. Elle s'était bien battue, mais il lui manquait sans aucun doute l'expérience, et la sagesse du combat. Plus expérimenté, mieux armé, l'Elfe avait sut dépenser peu d'énergie pour remporter une victoire qui, sans être facile, avait été acquise dés les premiers coups. Au fond cependant, il respectait cette femme qui lui avait tenu tête. Mais il ne s'étalerait pas en félicitations. Voyant qu'elle hésitait, il raffermit sa prise sur elle.
- Alors? Il lui laissait le choix. Sinon, le combattant encore à ses côtés se chargerait d'attacher la blonde pour qu'elle ne pose pas de problèmes. Et les cordes elfiques étaient reconnus pour leur solidité. De plus près, il en profitait pour la détailler, il essayait de comprendre, de la comprendre. Si elle n'était pas elfe, mais alors, qu'était-elle? Elle avait les mêmes oreilles que les elfes, une chevelure blanche qui pouvait leur être similaire, et tout dans son être pouvait faire penser à une elfe... Excepté la blancheur de sa peau peut-être. Selendil ne la lâcha pas, bien qu'une petite idée faisait jour dans son esprit. Et si c'était une drow? A la peau blanche, impossible! Or, elle l'avait dit elle même, elle avait sans doute des ancêtres elfes. *Si tant est qu'ils la considèrent encore comme tel* pensa-t-il alors. Il comprenait à présent le sens de cette phrase. Ou du moins, il pensait l'avoir saisi bien qu'il ne se clamait pas l'être le plus intelligent de cette terre. C'était à elle, désormais, de faire son choix. Quoi qu'il en soit, il la ramènerait à Daranovar. Qu'elle le veuille... Ou non. Et sur cette option, il ne lui laisserait guère le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Ven 6 Juil 2018 - 17:12

Cette maudite mèche… C’était la seule chose qui lui vint à l’esprit lorsqu’elle retomba devant ses yeux en plein milieu du combat. L’elfe profita de ce moment pour l’attaquer à une vitesse fulgurante. Elle para tant bien les coups, mais elle se devait d’admettre qu’il était un combattant hors du commun. Elle bloqua tant bien que mal les coups et devait terminer ce combat le plus rapidement possible sinon elle se fatiguerait. Elle finit par déjouer ses coups et elle attaqua. L’elfe esquiva rapidement le coup et il fit un tourniquet et se plaqua contre elle. Elle eut une douleur lancinante dans le bras droit ce qui lui fit lâcher son épée. Elle répliqua de sa main gauche en tentant de lui décrocher un solide crochet sur la figure, mais le casque de l’elfe l’arrêta net. Elle sentit la douleur se propager dans sa main gauche et lâchant un gémissement. Elle regarda rapidement les dommages et remarqua le sang qui coulait de ses jointures. Décidément, elle n’avait aucune chance avec les crochets… Quoi que le dernier qu’elle avait donné à ce mercenaire insolant à Thaar avait bien fonctionné, mais disons que la situation était légèrement différente.

L’elfe se rapprocha dangereusement d’elle. Elle pouvait sentir son souffle sur son visage et ses yeux bleus tentaient tant bien que mal de la déchiffrer. La demi-drow frissonna lorsqu’elle remarqua à quel point il était prêt d’elle. Cette dernière tentait tant bien que mal d’éviter tout contact, mais voilà que l’elfe brisait toutes les barrières qu’elle croyait avoir érigée. Son souffle s’accéléra et elle tenta, tant bien que mal de soutenir son regard, l’air franchement furieux, mais elle tentait tant bien que mal de contrôler ses tremblements. Curieux à quel point l’hybride était totalement effrayé à l’idée que quelqu’un se rapproche d’elle alors qu’elle ne craignait aucunement la mort. Il ramena dangereusement la lame à sa gorge en la menaçant. Elle eut un rictus. Elle avait vécu bien pire souffrance au Puy. Une larme à sa gorge avait été une chose presque quotidienne de son existence, sans compter la torture mentale et physique. Cet Elfe en avait beaucoup à apprendre si il voulait lui faire peur de cette façon! Elle se doutait bien que qu’il ne le ferait pas. Elle remarqua du coin de l’œil l’archer elfe qui les avait rejoints. Ce dernier ramasse son épée et glissa la lame à sa ceinture. Elle sentit les doigts effilés de l’elfe s’enfoncer dans son bras alors qu’il la pressa de prendre une décision. Elle déposa sa main ensanglantée contre l’épée de l’elfe, question de stopper la lame de se rapprocher d’avantage de sa gorge.

Elle plissa les yeux lorsque l’elfe la menaça plus fermement, l’air complétement dégouté et siffla entre ces dents : « Si vous pensez que je vais vous laissez prendre ma liberté et vous laissez me parader comme un trophée dans votre ville vous vous mettez le doigt dans l’œil! » En effet, la chose qui fâchait le plus la mercenaire était de s’être faite prendre. Elle aurait aimé mieux mourir que de retourner comme esclave, ou comme prisonnière. L’autre soldat prit sa réponse pour un non et sortit une corde en agrippant sa main blessé. La mercenaire grimaça pendant quelques secondes et continua à soutenir le regard de l’elfe. Il agrippa sa seconde main pendant que le soldat elfe lâchait doucement son emprise. En quelques secondes, elle se retrouva les deux mains liés dans son dos. L’archer attrapa son avant-bras droit et la guida durement pour qu’elle s’asseye sur le sol. Elle ne lâcha pas le regard de l’Elfe qui l’avait menacé. S’il croyait s’en sortir comme ça, il la connaissait mal!

L’archer attrapa son sac et fouilla à l’intérieur, tentant tant bien que mal de trouver des indices sur elle.  Il arrêta sa fouille quelques minutes plus tard, se rendant compte qu’il n’y avait que des vêtements et quelques victuailles à l’intérieur. Miriel espérait vraiment que ce dernier ne décide de la fouiller, elle. Non seulement, il pourrait découvrir rapidement la marque qu’elle camouflait sur son avant-bras gauche mais aussi la petite lame qu’elle portait dans sa botte. Elle bougea sa botte tranquillement, comme pour essayer de rendre sa position plus confortable et pu sentir la lame qu’elle camouflait à l’intérieur. Valait mieux être préparé à toute éventualité, elle l’avait bien découvert à Thaar…  

Un bruissement les fit tous retourner et trois autres Elfes sortirent des buissons l’air penaud, tous armés plus au moins de la même façon que son adversaire. Elle eut un rictus lorsqu’elle les vit, ces derniers avaient pourchassé Herendil, mais apparemment ils avaient perdus sa trace. Miriel souria en regardant le sol et retourna son regard vers le grand soldat qu’elle avait affronté un peu plus tôt, ce dernier la fixait toujours et la mercenaire pouvait voir l’agacement sur son visage, ou du moins croyait-elle que s’était de l’agacement.  Au moins sa stratégie avait fonctionné! Ne restais qu’à trouver une façon de sortir de la vue des Elfes et le tour serait joué. Voyant que le grand soldat la fixa, elle prit un faux air surpris « Oh non! Ne me dites pas que vous n’êtes pas capable d’attraper un petit marchand? Je crois bien que ma mission est presque terminée. Il ne me reste qu’à retourner à Thaar et je serais bien payée! »

Elle s’assit sur ses hanches et passa ses mains sous ses pieds pour les ramener vers l’avant. L’archer esquiva un mouvement pour l’arrêter, mais elle lui fit un regard mauvais en  lui sifflant « Si tu tiens à ta vie, tu ferais mieux d’éviter de me retoucher! » Ce dernier stoppa net et la demi-drow prit un malin plaisir à l’intimider ainsi. Ce dernier ne semblait pas avoir l’attitude du grand blond. Elle attrapa un bout de tissus qui sortait de  son sac et tenta tant bien mal de l’enroulé autour de son poing gauche. Définitivement, ce dernier semblait avoir besoin d’attention de la part d’un guérisseur, mais disons que le moment était mal choisi. Mieux valait stopper le sang, se débarrasser des elfes et elle pourrait voir à se soigner à proprement parler. Elle vit sa marque de brûlure se dévoiler et repoussa le bracelet le plus discrètement possible pour cacher la marque. Elle releva la tête, tentant tant bien que mal de déterminer si quelqu’un avait remarqué son manège et poussa un léger soupir de soulagement lorsqu’elle remarqua que personne ne semblait avoir vraiment porté attention à son manège… Elle devait attendre le bon moment avant de s’échapper et surtout le faire avant que d’autres Elfes les rejoignent.
Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Lun 9 Juil 2018 - 10:17

Elle ne répondit pas de suite à la question de l'elfe. Trop fière peut-être. Trop orgueilleuse sans doute. Trop dégoûtée d'en être arrivée là. Le coup qu'elle avait décroché dans son casque s'était terminé par une infructueuse douleur dans la main de l'hybride et il le comprit rapidement. D'autant qu'elle ne tarda guère à saigner, preuve de la violence qu'elle avait mis dans le coup sans parvenir à faire quoi que ce soit finalement, sa main ayant rebondi sur l'acier solide et fin de l'artisanat elfique. Le grand blond ne la lâchait pas, se faisait même plus pressant. il al sentait cependant aussi déstabilisé que lui. C'était la rencontre entre deux êtres, assez intéressante, assez atypique il fallait le dire, car elle était finalement d'une autre race, et si par ce qu'elle était, elle le déstabilisait quelque peu puisqu'il ne parvenait pas à identifier ce qu'elle pouvait bien être, il la sentait déstabilisée également. Elle semblait avoir du mal avec cette proximité qu'il imposait alors que son regard bleu, puissant, transperçant d'après certains, la fouillait. Si elle mit la main sur la lame effilée de l'elfe pour le retenir, le rictus qu'elle tira indiqua que ce n'était pas ce qui l'effrayait le plus. Elle refusa cependant de répondre, se contentant simplement de dire qu'elle refusait de se laisser faire, et qu'elle ne les laisserait pas parader avec elle en guise de trophée. Il eut un sourire amusé sous son casque, alors c'est ce qu'elle pensait qu'il allait faire? Il en fût amusé, certes, et si il est vrai que cal aurait pu être le cas, rien à dire, ce n'est pas ce qu'il comptait faire. Le soldat qui était resté avec lui décida finalement de lui lier les poings et il se saisit du bras que Selendil ne tenait pas pour lier le premier poignet avant de s’occuper du second. En quelques instants, elle eut les mains liés dans le dos.

L'archer la fit asseoir sur le sol alors qu'elle ne lâchait pas son regard, et il comprit qu'elle n'avait qu'une envie, prendre sa revanche. Il ne lui en laisserait pas l'occasion. Son compagnon se mit alors à chercher quelques indices, éventuels, dans le sac de l'hybride que Selendil ne lâchait pas du regard. Elle restait étrangement séduisante malgré tout, et malgré son sale caractère, il devina une insatiable envie de liberté. Soudainement, il avait un autre regard sur elle. Elle bougea quelque peu tentant de rendre sa position plus confortable. Un bruissement dans les buissons les fit se retourner. Selendil plissa les yeux en voyant ses trois autres soldats revenir, l'air un peu penaud d'avoir vu leur filer sous les doigts l'autre individu. Selendil attendit que le capitaine prenne la parole, mais en un seul regard ils s'étaient compris. L'hybride eut un grand sourire en voyant qu'ils n'avaient pas réussi à rattraper son compagnon. Elle le regarda et souligna leur "incompétence" du moment pour ne pas être parvenu à rattraper un simple "petit marchand". Elle semblait avoir gagné finalement. Mais il était hors de question qu'il la laisse s'en tirer ainsi. Il se tourna vers les trois autres soldats.
- Racontez-moi ce qui s'est passé.
Tagrul hésita avant de répondre:
- On a tenté de le rattraper... Mais il a sut effacer ses traces correctement. On l'a perdu à l'entrée du col. Il va sans doute traverser les montagnes et...
- ... Et nous le retrouverons de l'autre côté, fit Selendil. Rentre à Daranovar avec un de tes guerriers, arme douze cavaliers, et rattrapez-le. Il fera sans doute route vers Thaar. Tagrul acquiesça et fit signe à un guerrier de le suivre alors que l'autre resterait avec Selendil qui se tourna vers la blonde. Elle avait passé ses mains devant et s'était bandé les jointures du poing avec un morceau de tissu pris dans son sac. Il soupira.
- Vous n'abandonnez jamais vous... N'est-ce pas? Elle commençait à l'épuiser un peu cette hybride, et il se demandait si une épée en travers de la gorge ne serait pas la meilleure chose à faire. Puis il se souvint des paroles de son frère. Ne pas penser seulement par l'épée. " C'est bon... j'ai compris" pensa-t-il pour lui-même. Il s'approcha d'elle, et au moment où il allait se saisir d'elle, elle fit un bond en arrière, et tira une lame de sa botte. Non, elle n'abandonnait jamais. Mais alors quelle entêté!

Il ne tira pas son arme et resta calme. Il préféra user d'une voix plus calme et demanda tranquillement:
- Rangez votre arme avant que tout cela ne tourne mal je vous prie. Elle se débarrassa des liens... Et sa fameuse mèche revint pour lui bloquer la vue. A croire que si son esprit refusait les conditions de l'elfe, son corps faisait tout pour la trahir. Il tourna autour d'elle, alors qu'elle se focalisait sur lui, tentant sans doute de vouloir se venger. Elle lui trancherait la gorge si elle le pouvait, il le sentait. Mais finalement, en tournant ainsi, il l'avait forcé à tourner le dos au troisième elfe resté avec eux. Un signe de tête de Selendil, et la lourde hampe de la lance du soldat frappa l'arrière du crâne de l'hybride qui s’effondra. Selendil s'approcha du corps inerte.
- Attache les mains de cette tête de mule... On la ramène. Les elfes ne prirent guère de temps pour lier les poignets de la jeune blonde et Selendil se chargea de la mettre sur son épaule alors que l'archer ramassait les affaires de la blonde. Il ne paraderait pas, contrairement à ce qu'elle avait pu croire. Par contre, nul doute qu'elle irait en prison pour le moment. Il firent le chemin en sens inverse... Traversant les grands bois de résineux qui formaient leur territoire. Les pins et les sapins se hissaient vers le ciel, leur lourds branchages épineux érigés tels des masses de piques vers le ciel. Selendil porta le corps inerte tout le long du trajet jusqu'à Daranovar. La journée était bien avancée lorsqu'ils arrivèrent dans la cité. Ils rentrèrent sans mal, saluant le soldats en poste qui furent curieux de ce que le grand blond portait, mais ne demandèrent rien. Il alla directement vers les casernes. Ils ne croisèrent que peu d'elfes dans les rues de la cité et bientôt, il arriva vers le cellules. Celes-ci n'étaient pas dépourvus de tout confort. Un siège, une table et un lit ainsi qu'un bac avec de l'eau. Une petite fenêtre avec des barreaux donnait assez de lumière pour rendre la pièce lumineuse.. Il déposa l'hybride sur le lit et nota que durant le trajet, le tissu avait été perdu et que le saignement avait continué. Il fit demander du tissu propre et entreprit de retirer son casque qu'il posa sur le bureau. Il délia les mains de la blonde et s'assit pour la regarder. Bientôt, le tissu arriva. Il le plongea dans le bac d'eau et se saisit délicatement de la main de l'hybride qui se réveilla à cet instant. Elle tenta de retirer sa main, mais il la retint par le poignet.
- Arretez de toujours vouloir résister je vous prie. Il employait un ton doux, pour la première fois avec elle. Il la regarda alors qu'elle était sans doute encore un peu étourdie du coup. Vous ne vous attirerez pas des amis à faire ainsi à chaque fois... Maugréa-t-il alors qu'il s'employait à nettoyer le sang séché en frottant délicatement la main de la blonde. Elle se crispa lorsqu'il toucha la plaie.

- C'est douloureux n'est-ce pas? Il leva son regard vers elle, alors que, un genou à terre pour être à la hauteur de la blonde, il s'employait à être encore plus doux dans ses mouvements. Un petit conseil. Eviter de décrocher un coup de poing, aussi formidable soit-il, à un être couvert d'un casque. la plupart du temps, le métal est plus solide que la peau. Plaisant-t-il un peu pour tenter de détendre l'atmosphère. Il sentait néanmoins qu'elle n'était pas à son aise. Il fallait qu'il la rassure. Comme on rassure une bête blessé qui a besoin de se sentir en sécurité après un incident de chasse. Je n'ai pas fait de parades si c'est cela qui vous chagrine... Donc rassurez-vous, vous n'avez pas été vu comme un trophée... Vous n'avez pas été vu tout court en fait. Il termina d'essuyer le sang et banda adroitement et tranquillement la belle main de son adversaire d'il y avait quelques heures. Cela tiendra le temps que vous cicatrisiez. Avec le temps, on ne devrait même pas s'apercevoir que vous m'avez frappé. Il la regarda pendant un instant avant de se lever, prêt à partir. Il tint néanmoins à préciser. Vos armes ont été confisqué, et je suis dans l'obligation de vous laisser en cellule. je vous ai laissé néanmoins votre sac et toutes les affaires qu'il contenait... Excepté les armes bien sûr, mais il n'avait pas besoin d'en dire plus. Votre comportement a prouvé que vous n'étiez pas des marchands... Cependant j'ai donné l'ordre que aucun mal ne soit fait à votre ami. Il s'arrêta sur le pas de la porte de la cellule avant de se retourner pour demander. Votre marque sur le poignet? Que signifie-t-elle? Il jouait à celui qui ne savait pas, mais en réalité, il avait sa petite idée. Il s'en était aperçu lorsqu'il avait nettoyé le sang séché sur le poignet de la blonde. Il tenait juste à voir si elle serait honnête avec lui, ou non. Cela lui permettrait de savoir à quoi s'en tenir avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Lun 9 Juil 2018 - 16:46

La dernière chose qu’elle se souvenait était une douleur vive sur le crâne, comme si une énorme pierre venait de s’affaisser sur sa tête. Elle perdit connaissance sur le champ, s’allongeant de tout son long dans la forêt. Miriel tenta tant bien d’ouvrir les yeux quelques fois, mais à chaque mouvement lui arrachait une violente douleur. Elle se réveilla en sursaut en sentant quelqu’un prendre sa main. Elle ouvrit grand les yeux en tentant tant bien que mal de reprendre sa main, mais l’Elfe la retint solidement par le poignet en lui demandant d’arrêter de résister. La mercenaire se crispa lorsqu’il toucha à la plaie à ses jointures. Avant de souffler « Disons que généralement je n’ai pas affaire à des gens qui ont les moyens de se payer une armure comme la vôtre. » Elle se cambra lorsqu’il retoucha à sa jointure, il avait beau faire le plus attention possible, la douleur était lancinante et elle croyait sincèrement que sa tête allait exploser.

Il lui banda rapidement la main lorsqu’il eut terminé et Miriel se redressa lentement dans le lit. Elle tenta tant bien que mal de se situer mais elle n’avait aucune idée de où elle était. La chambrette était assez confortable et puis elle aperçut les barreaux aux fenêtres…. et elle sentit son cœur arrêter… Non, elle ne pouvait être en prison, c’était impossible. Elle n’avait rien fait de grave, ou du moins rien de très grave…. Elle ramena les genoux vers elle et accota sa tête sur ces derniers. Elle avait l'impression que cette dernière allait exploser.  Lorsqu’elle entendit les paroles du soldat et ferma discrètement les yeux et tenta tant bien que mal de trouver une solution à leur situation. Herendil était dans de beaux draps… Plusieurs soldats elfique allaient le traquer, et ne cesseraient pas avant qu’il l’attrape. Elle avait maintenant le choix de sauver son ami ou de tenter de s’échapper, ce qui n’allait qu’empirer les choses… Miriel sut ce qu’elle avait à faire à ce moment, elle s’était engagé à protéger son ami et allait continuer sur cette voie. Après tout, ce dernier n’avait rien fait de mal et était un marchand.

Elle releva la tête en fixant droit devant elle, prête à prendre le blâme, lorsqu’elle entendit les paroles de l’elfe « Votre marque sur le poignet? Que signifie-t-elle? » Elle sentit le sang se vider de son corps, son cœur arrêta de battre pendant une seconde et elle retourna rapidement son poignet pour voir sa marque d’esclave à l’air libre et à la vue de tous. Miriel tenta tant bien que mal de replacer son bracelet, mais elle était complétement terrifiée. Des millions de questions lui passèrent par la tête… Et s’il la gardait comme esclave? Ou l’exécutait? Car elle était bel et bien un esclave en fuite et gare à ceux qui se faisait prendre. Ou pire… et si il la renvoyait au Puy? Miriel frissonna en tentant tant bien que mal de reprendre le contrôle de son souffle et de ses émotions. Elle sentait une pression hors de l’ordinaire sur ses épaules.  Elle replaça sa tête sur ses genoux en retenant ses larmes… Mieux valait être honnête à ce point-ci. Elle avait beaucoup plus à perdre. La mercenaire releva la tête et fixa toujours le mur à l’opposée d’elle, tentant tant bien que mal de conserver un visage stoïque. « Une marque qui me rappelle que ma vie ne m’appartient pas. Un rappel cruel que la fuite est ma seule option et que si par malheur je me fais prendre…» Elle soupira en fermant les yeux et en retenant un sanglot.  « Que si je me fais prendre, j’aimerais mieux mourir que de faire face à ce qui m’attendra là-bas ». Elle ré-ouvrit les yeux et fixa l’Elfe pour voir sa réaction. Ce dernier ne semblait en aucun cas surprit.

Elle se tourna et se releva du lit. Le mouvement fut trop rapide pour sa pauvre tête, et la mercenaire dut se retenir contre le mur. Cela lui prit quelques moments pour revenir à ses esprits. Elle ré-ouvrit les yeux et fit quelques pas en tentant tant bien que mal de se glisser entre la porte et l’elfe. Elle avait l’impression que les moindres de ces pas lui demandait un effort surhumain. Une fois qu’elle fut entre la porte et ce dernier, elle se sentit prit d’un étourdissement et se retenu à la taille de l’elfe avant de réaliser ce qu’elle avait fait et de le relâcher immédiatement. Elle ne pouvait retenir son regard, elle avait honte et était terrifié. Il lirait en elle comme un livre ouvert à ce point. Elle continua son histoire : « Comme vous le savez, les hybrides sont mal vu partout autant qu’ici que dans la péninsule… Mais si par malheur vous êtes à demi-drows, vous n’êtes pas mieux que mort. Le fait de survivre jusqu’à l’âge adulte est un miracle en soi. » Elle rassembla son courage et fixa les yeux bleus de l’elfe en tentant de contrôler sa respiration. « Ma mère était humaine, une esclave, qui malheureusement était trop belle pour passer inaperçue. Son maître la prit comme un jouet et elle mourut en me donnant naissance » Elle baissa une nouvelle fois la tête. Sa y’est ce dit-elle, maintenant il a une raison valable pour t’exécuter. « J’ai été assez chanceuse pour être marqué au poignet, car apparemment j’étais plaisante à regarder » dit-elle avec dégoût.

Elle avala sa salive difficilement et tenta une nouvelle fois de soutenir le regard de l’Elfe. « Mon ami est innocent. Il est réellement un marchand. Son échoppe se trouve près des marchés libre à Thaar » Elle recula d’un pas, s’accotant contre la porte de sa cellule en soutenant le regarde de l’elfe « Laissez-le partir, ce n’est pas une mauvaise personne. Au contraire, il est un ami incroyable et la seule chose que je voulais faire était de le protéger et ce même si cela veut dire renoncer à ma liberté. » Elle baissa le sol, regardant ses pieds. Elle avait vraiment l’impression de s’être mise à nue devant lui. L’hybride avait laissé tomber sa carapace de mercenaire est avait révélé qu’elle n’était pas aussi forte qu’il la croyait. « Il n’a rien fait de mal… ». Elle contourna le soldat en fuyant son regard. Elle sentait les larmes lui monter aux yeux et elle refusait de le laisser la voir dans cet état. Elle avança lentement jusqu’à la fenêtre et regarda à l’extérieur.

Miriel savait pertinemment qu’il la fixait et l’attente de sa réponse lui pesait lourd sur les épaules. Elle ferma les yeux et pensa : Tout sauf le Puy… Je vous en supplie dit-elle en levant les yeux au ciel.

La mercenaire se retourna et tenta tant bien que mal de soutenir le regard de l'elfe. Mais il était clair que son attitude avait changée. Ce n'était plus de la provocation qu'il pouvait lire dans son regard mais un mélange d’appréhension et tristesse. Elle était prête à entendre sa sentence...
Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Lun 9 Juil 2018 - 22:57

Elle avait sans doute encore un peu mal du coup que le compagnon d'arme de Selendil lui avait fourni, et la douleur à sa main n'ajoutait pas de bienfaits, au contraire. Cependant, lorsqu'elle répondit qu'elle n'avait pas l'habitude d'avoir affaire à des gens qui peuvent se payer une armure telle que la sienne, il ne put s'empêcher d'avoir un grand sourire.
- On voit que vous connaissez bien mal les elfes... Il ne rajouta rien de plus, se contentant de nettoyer la plaie alors qu'elle bougeait quelque peu sous l'effet de la douleur, mais qu'il se voulait tout de même rassurant. Finalement, il la laissa et se dirigea vers la sortie, non sans quelques explications alors qu'elle se recroquevillait, comme pour pleurer. Il allait la laisser, mais avant de sortir, il voulait satisfaire sa curiosité, et même si il avait à peu près la réponse, il demanda d'où provenait la marque qu'elle avait au poignet. Elle réajusta alors son bracelet qui cachait la marque, inquiète de la laisser visible, elle sembla alors tout affolée. Elle était soudainement moins fière qu'il y a quelques heures et semblait perdre tous ses moyens désormais face à cette simple question. Il faut dire que ce que la réponse impliquée pouvait inquiéter d'autant plus la blonde. Selendil attendit sa réponse alors qu'elle mettait sa tête dans ses genoux comme si elle allait se mettre à pleurer. Finalement, elle fixa le mur et répondit que cette marque lui rappelait que la fuite était sa seule option et que si elle se faisait prendre... Elle préférerait mourir. Lorsqu'elle le regarda, il resta interdit. Ses doutes se confirmaient au fur et à mesure. Il resta où il était, et la regarda se lever.

La démarche chancelante, non sûre d'elle, elle parvint tout de même à venir jusqu'à lui, faisant barrage entre la porte et Selendil, mais, prise d'un vertige, elle se retint à lui... Mais très peu de temps et retira rapidement ses mains. Il eut un mince sourire alors qu'elle continuait. Elle était hybride et comme elle le disait si bien, les hybrides étaient mal vus, que ce soit chez les elfes, comme chez les autres peuples. Ils étaient en effet considérés comme impurs, comme des êtres non naturels, corps étrangers à la nature. Lorsqu'elle lui annonça être à demi drow, il manqua crisper son poing. Rien que de l'entendre ne le rassurait pas. Cette race là, il ne faisait pas confiance. Cependant, il ne put s'empêcher d'éprouver un peu de pitié pour elle. Elle n'avait rien demandé après tout, mais elle était là. Effectivement, c'était un miracle qu'elle ait survécu. Il ne le lui déclara pas, mais se montra admiratif. Il fallait un sacré caractère et être sacrément débrouillarde pour s'en tirer. Selendil l'écouta attentivement alors qu'elle racontait d'où elle venait. Sa mère était une humaine... Morte pour lui donner la vie, mais elle était esclave. Son père? Celui qui avait été également son "propriétaire"... Rien que d'y penser il en avait froid dans le dos. Elle baissa les yeux alors qu'il ne la lâchait pas de son regard puissant. Elle n'avait cessé de l'intriguer, et plus elle parlait, plus il ne savait que faire en vérité. Elle lui déclara alors qu'elle avait été assez chanceuse pour être marqué au poignet car apparemment, elle était plaisante à regarder. Elle avait dit cela avec dégoût.
- Vous auriez préféré qu'il vous marque au visage? Il la regarda. Non, elle était effectivement plaisante à regarder, il ne pouvait le nier. Et là, toute sa fierté, tout son orgueil sur la race elfique, pur, les voilà qui s'envolaient quand il regardait l'hybride en face de lui. Le poignet était effectivement la meilleure option. Conclut-il.

Elle ravala difficilement sa salive avant de poursuivre, défendant son ami, espérant qu'elle parviendrait à changer sa situation. Elle tentait de dire la vérité, elle disait sans doute la vérité, mais il était trop tard. Désormais, les cavaliers lancés à sa poursuite n'auraient de cesse de chevaucher tant qu'ils n'auraient pas mis la main dessus. Par chance, Selendil avait demandé à ce que aucun mal ne lui soit fait. Il avait pris la situation en main. Elle argua qu'elle avait simplement voulu protéger son ami, rien de plus, et qu'elle était prête à payer de sa liberté pour qu'aucun mal ne lui soit fait. Il trouva cela admirable... Pour une hybride. Elle le contourna et alla faire face à la fenêtre, le suppliant de ne pas faire de mal à son ami. Il la regarda, un peu pris au dépourvu par ce changement de comportement. Elle se tourna finalement vers lui, attendant la réponse qu'il fournirait comme si cela allait changer son avenir. Il plongea son regard dans celui de l'hybride qui exprimait désormais de la tristesse, de l'appréhension quand à cette situation qu'elle ne contrôlait plus, mais toute trace de provocation ou de colère avait disparu. Il finit par déclarer:
- Je ne peux malheureusement pas rappeler mes cavaliers. Mais vous avez ma parole, aucun mal ne sera fait à votre ami... Quand à vous... Il s'arrêta un instant, le temps de réfléchir, de peser ses mots, mais il ne trouva pas, trop déstabilisé par ce regard suppliant, implorant la clémence de l'elfe. Je reviendrais ce soir. Lâcha-t-il finalement. Et il la salua d'un geste de la tête avant de prendre son casque et de s'éclipser en fermant la porte. Un garde en verrouilla la serrure alors que Selendil s'éloignait. Il avait besoin de réfléchir. De se poser, d'étudier tous les éléments à tête reposé. Il traversa la caserne, croisant quelques soldats qu'il salua, la tête ailleurs. En vérité, il avait l'esprit complètement pris par une blonde enfermée quelques part en Daranovar. Que faire? Était-elle vraiment innocente? Lui avait-elle vraiment dit la vérité? Probablement oui...

Lorsqu'il arriva, la nuit était tombée. Le garde était toujours en faction à l'entrée. Il ouvrit la porte à Selendil qui ne s'était pas changé. Il avait eu à faire plusieurs choses et n'avait eu le temps de rien faire. Il entra, deux assiettes remplis de nourriture. Des baies, des champignons, des racines, et quelques légumes ainsi qu'un peu de viande composerait le menu de ce soir. L'hybride se tourna vers lui à son arrivée, et il déposa les assiettes sur le bureau alors que la porte se refermait derrière lui.
- Ce n'est pas le plus grand des repas, ni le meilleur j'en conviens, mais cela aura le mérite de vous remplir un peu l'estomac. Fit-il à l'attention de la blonde. Il prit un tabouret et s'assit, sans la lâcher du regard. Il commença à manger, décortiquant une racine, sans pour autant baisser sa garde. En fait, il la détaillait. Finalement, il demanda:
- Comment t’appelles-tu? Il ne la vouvoyez plus désormais. Il avait franchi le pas. Cette femme l'intriguait, il voulait en savoir plus, la connaître mieux. Elle ne représentait plus un danger, mais un potentiel impressionnant pour en savoir plus sur ce qu'il y avait en dehors de l'Anaëh. Tu risques d'être retenu quelques jours ici... Fit-il alors. Simplement le temps que nous soyons sûr que... Tu ne représentes pas de danger. Aucun mal ne te sera fait, sois en certaine. Il se garda bien de dire qu'il avait été nommé pour la surveiller et voir ce qu'elle était réellement, tout comme il se garda bien de dire que certains avaient immédiatement voulu la tuer pour "servir d'exemple". Rien qu'en y repensant, sa mine se fit plus sombre. Il avait alors hurlé qu'avec des idées aussi "barbares", Jamais Daranovar ne serait vu comme une grande cité. Il s'était battu... Pour elle. Cela lui faisait bizarre, mais il ne le regrettait pas. Tu as dû en voir des choses en dehors de l'Anaëh... Soupira-t-il. Comment est-ce? demanda-t-il alors. Comment sont les gens là-bas, en Ithri'Vaan? Il était réellement curieux de savoir cela, il voulait en apprendre plus, se faire une idée de ce qu'il y avait ailleurs. Selendil avait toujours eu ce côté un peu curieux, explorateur même, qui faisait de lui un novateur et quelqu'un d'ouvert. Étrangement, il appréciait d'être en la compagnie de la blonde qu'il écouta.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Mer 11 Juil 2018 - 19:16

Miriel regarda intensément l’elfe en buvant ces paroles. Elle savait qu’il était perdu, qu’il n’avait aucune idée quoi penser.  Il  commença sa phrase sans la finir. L’ai totalement dépassé par les aveux de Miriel. Ce dernier ramassa son casque, et mentionna à Miriel qu’il reviendrait plus tard. L’hybride soupira lorsqu’elle entendit le cliquetis des clé dans la serrure de la porte. Au moins, il lui laissait quelques moments pour se préparer... Elle savait pertinemment ce qui se préparait. On l’avait prévenue à de nombreuses reprises qu’être à demi-drow réduisait ses chances de survie. Personne ne lui ferait confiance ou ne voudrait s’approcher d’elle. La mercenaire soupira en se tournant vers la fenêtre pour inspecter l’endroit où elle se trouvait. La vue sur les montagnes étaient à couper le souffle . Elle se promit de repasser pour explorer si elle réussissait à sortir de cette cellule. Miriel s’approcha de son lit, et s’allongea. Sa tête la faisait atrocement souffrir, mieux valait se reposer et établir un plan plus détaillé lorsqu’elle se sentirait mieux. Elle ne put s’empêcher de penser au soldat Elfe. Ce dernier, quoique un peu froid, était assez séduisant. “Dommage qu’il soit aussi sérieux” pensa-t-elle Elle secoua aussitôt sa tête douloureuse et le regretta aussitôt. Quel pensé horrible... Elle qui avait toujours fuit le moindre contact physique depuis sa fuite du Puy. Le moindre contact le tant soi peu passionné avec quelqu’un d’autre était totalement inconcevable. Personne ne pourrait jamais l’aimer, c’était devenu très clair lorsqu’elle était arriver à Thaar. On la fuyait comme la peste et lorsqu’on s’approchait un peu d’elle c’était uniquement pour profiter d’elle, comme son maître avait fait dans le passé ou comme ce salaud de Valas.... Elle frissonna en repensa à Valas qui passait ces mains crasseuses sur son corps.

Miriel mit ses mains sur sa tête et gémissa en tentant bien que mal de chasser les horribles souvenirs de sa mémoire. Elle finit éventuellement par s’endormir et se réveilla au bout de plusieurs heures. Le soleil était déjà couché et la pièce était éclairée par quelques chandelles dans sa cellule. Il semblait bien que quelqu’un était passé pendant son sommeil. Elle haussa les épaules et se sentit soulager lorsqu’elle vit qu’on avait changé l’eau du bol. Elle se lava rapidement et changea ses vêtements. Elle mit une robe courte noire ,légèrement fendue sur les côtés, à manche longue qui laissait entrevoir ses jambes ciselées et attacha rapidement un corset par dessus cette dernière pour mettre en valeur sa silhouette. Si elle était pour se faire exécuter, au moins elle aurait l’air digne. Elle mit rapidement de long bas, toujours noires et enfila ses bottes. Pendant qu’elle enfilait ses bottes, elle put entendre le cliquetis des clés dans la serrure. Il semblait bien que sa sentence avait été prononcée...

Le garde laissa entrer l’elfe qui avait deux assiettes dans les mains. Il les dépose rapidement sur la table et attrapa un tabouret et s’y assit. Toujours en la fixant. Miriel se demanda alors si il n’avait pas déjà tout vu d’elle. C’était très clair qu’il la détaillait. Désir ou méfiance? C’était maintenant la question que Miriel se posait. Il commenca à manger lorsque le garde referma la porte en vérouillant. La mercenaire, ne sachant pas vraiment comment agir à cet instant, décida d’aller s’assir à ses côtés. Ce dernier, toujours affublé de son armure, lui mentionna que ce n’était le repas le plus luxueux mais que cela ferait le travail. Elle haussa les épaules et attrapa quelques baies qu’elle mangea rapidement que pour lui faire à plaisir. Disons qu’elle n’avait pas vraiment la tête à manger. L’elfe lui demanda en la tutoyant son nom. Elle tenta tant bien que mal de cacher sa surprise. « Miriel » répondit-elle simplement « Puis-je te retourner la question? »

Elle avait toujours le coeur qui battait la chamade... Allait-il cracher le morceau éventuellement? Son visage sembla s’assombrir l’ombre d’un instant ce qui inquièta considérablement l’hybride et lorsqu’il cracha finalement le morceau et lui dit qu’elle serait épargnée et probablement libéré dans quelques jours, elle ne put s’empêcher de sourire en soupirant. Elle leva les yeux au ciel, tentant tant bien que mal de contenir sa joie. Maintenant, la seule chose qu’elle avait à faire était de rester tranquille et ne pas causer de problème. Elle attrapa sa main et la serra légèrement en soutenant son regard. « Merci... Cette nouvelle me rassure énormément » Elle lâcha sa main et attrapa une autre bouchée du plat.

Lorsqu’elle entendit les questions de l’Elfe, elle ne put s’empêcher de sourire. Ce dernier semblait curieux à son sujet. Comme si l’hybride avait allumé une flamme avec sa courte liberté. « Oh tu sais, j’ai rencontré un demi-elfe qui m’as donné la parfaite description de Thaar: C’est la ville des coupes gorges et des dégénérés. Tu ne peux pas vraiment faire totalement confiance à personne. La ville regorge de mercenaire et escroc en tout genre qui tente de survivre. La garde officielle ne donne aucune justice aux citoyens. La seule façon de régler disons un problème est de te faire justice toi même. » Elle prit une autre bouchée de légumes et avala lentement pour finalement continuer « Je ne pourrais pas te dire le nombre de fois que je me suis retrouvé dans des situations particulières, disons que j’ai la chance de rencontrer les bonnes personnes au bon moment. »

Elle retourna son regard vers l’elfe et continua:  «  Ce n’est pas la région la plus sûre, mais c’est celle qui me rend plus ou moins acceptable... »Elle tenta de remarquer un changement d’attitude de l’elfe mais ce dernier resta de marbre. « Je dois être honnête avec toi... Je te remercie pour tout ce que tu as fait jusqu’à présent. Pas nécessairement pour m’avoir mit une lame sous la gorge ou pour avoir ordonné à quelqu’un de m’assommer. »dit elle en plaisantant. «  Je sais pertinemment ce qu’on aurait fait si tu ne serais pas intervenu » C’était criant de vérité ; il avait définitivement fait quelque chose pour l’épargner, sinon il ne saurait jamais revenue la voir pour partager un repas. Elle lui fit un sourire gêné. « Puis-je te demander pourquoi as tu fais ça?» Miriel avait le sentiment qu’une certaine confiance s’était bâti en eux. Que le mur qu’elle avait tant bien que mal tenté de dresser entre eux n’existait plus. Il lui avait sauver la vie, alors qu’elle avait tenté de prendre la sienne et elle n’avait aucune idée de comment le repayer.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Ven 13 Juil 2018 - 12:36

- C'est un affront à notre peuple! Voilà tout! Avait hurlé l'un des membres du conseil. Il avait bien fallu que Selendil réfère de l'événements aux autorités. D'autant que la présence de deux étrangers était bien mal vu depuis les récents événements. On ne sait pas qui elle est. On ne peut donc pas lui faire confiance. C'est une hybride, elle n'est pas de notre sang. Cela servira d'exemple! Quelques membres hochèrent la tête, d'accord avec les propos de Lanthalorans.
- Je ne suis pas d'accord, fit Selendil encore couvert de son armure. Ils étaient deux, certes l'un d'eux nous a échappé, mais cela ne signifie pas que ce sont des espions. Nous devons entendre ce qu'ils ont à dire. Sinon, comment pourrions-nous nous targuer de rendre une justice juste et équitable? Demanda-t-il depuis son siège alors que les regards se concentraient sur lui. Si nous prenons la vie de tous ceux qui traversent nos terres, étrangers, alors personne ne voudra jamais entendre parler de nous si ce n'est pour nous faire la guerre!
- Qu'ils osent! clama un Daranovan d'une voix forte.
- Ils ont osés!!!! Reprit alors Selendil d'une voix forte. Notre histoire le prouve. Nous ne sommes déjà pas bien accueillis auprès des autres cités, si en plus de cela nous ajoutons un comportement agressif et une justice faible, nous contentant d'exécuter tous ceux qui traversent notre territoire, nous ne vaudrons pas mieux que des Drows! s'exclama-t-il laissant l'assemblée pantoise. La garder en prison, en apprendre plus sur elle et savoir quelles étaient ses véritables intentions avec son compagnon, et ensuite nous pourrons juger. Le silence gagna le conseil. Finalement quelques murmures se firent et le Lanthaloran qui avait pris la parole en premier se fit un peu plus doux, plus raisonné peut-être et proposa alors:
- Dans ce cas, je propose que nous la gardions quelques jours et que durant ce laps de temps, Selendil se porte garant d'elle et apprenne tout ce qu'il peut d'elle. Tosu hochèrent la tête et donnèrent leur accord, une main levé en signe d'accord. Selendil remercia le conseil d'avoir porté attention à ses mots et s'inclina devant eux avant de quitter son siège après quelques palabres.

Le soir étant tombé, il avait regagné la cellule de l'hybride. Porteur du repas, certes un peu frugal mais ce serait suffisant, il ne s'était toujours par changé. Son armure ne lui pesait pas.. L'habitude sans doute. Il avait pris le temps de la détailler. Autant elle l'intriguait, autant il admettait qu'elle était plaisante, bien qu'en fait elle soit bien plus petite que lui. Du haut de ses deux mètres et quelques centimètres en plus, il était grand. Elle devait faire dans le mètre soixante-dix, soit bien plus petite que lui. Elle avait changé de vêtements entre temps. Cependant, sa couleur semblait décidément être le noir. La robe courte qu'elle portait lui allait cependant bien, d'autant que le corset qu'elle avait enfilé rehaussait sa silhouette et lui donnait un air plus noble. Plus digne peut-être aussi. Des bas noirs, et des bottes complétaient son habillement, la rendant plus séduisante qu'avec ses vêtements de toute à l'heure. Il s'assit alors, prenant place sur un tabouret, et elle vint s'installer à ses côtés. Il lui demanda finalement comment elle s'appelait alors qu'elle mangeait quelques baies. Miriel. Tel était son prénom. Elle lui retourna aussitôt la question et il répondit sans hésiter:
- Selendil.
Il continua de manger alors que finalement il lui annonçait ce qu'il lui arriverait. Elle serait gardée prisonnière, mais aucun mal ne lui serait fait. Elle ne tarda guère à admettre que la nouvelle la rassurait. Elle lui prit la main et la serra pour le remercier avant de la relâcher. Il ne répondit rien. Que répondre à cela. Qu'il était satisfait lui aussi que le conseil ait opté pour LA solution qu'il avait proposé? Oui, il aurait pu, mais il ne se perdit pas en bavardage.

Finalement, il demanda à quoi ressembler Thaar, l'Ithri'Vaan, et toutes ces régions qu'il ne connaissait pas. Elle eut un sourire et prit le temps de lui répondre. Elle lui donna la description que lui en avait faîte un demi-elfe qu'elle avait rencontré. C'était visiblement une vile plutôt libre dans laquelle l'ordre ne régnait pas. Chacun faisait un peu ce qu'il voulait. Et bien sûr on trouvait de tout. Les meurtriers et les assassins écumaient sans doutes les rues, tout comme les mercenaires et les gens en recherche de quelques récompenses ou bonnes affaires. Ce n'était pas une ville qui plairait à l'elfe, il le savait. Il préférait de loin l'ordre et le calme dans une cité. Pour elle, la seule manière d'avoir un semblant justice était de se faire justice soit même. Il eut un petit sourire.
- Mais nous avons tous un concept de la justice bien différent... Amorça-t-il. Décrite ainsi, je dirais plutôt que le plus fort à raison, je me trompe? Car comment obtenir justice face à plus fort que soit quand on est seul? Selendil avançait des concepts qu'il connaissait, il avançait une conception de la justice elfique, qui reposait sur la vérité, sur des assemblées, des forces rassemblées pour que les lois soient respectés, et encore, les elfes avaient une conception bien à eux de la justice. Tout en l'écoutant, il mangeait.

Elle tourna à nouveau son regard vers lui, et il lui accorda un regard. Elle déclara alors que malgré le fait que ce n'était peut-être pas la région la plus sûre, c'était peut-être la seule où elle était acceptée. Ainsi, si Thaar avait ses défauts, force était de reconnaître que la qualité de la ville était d'accepter tout le monde sans être regardant sur les origines ou la personne. Peu importait la richesse, ou alors le sang qui coulait dans vos veines, pourvu que vous soyez vivants et capable de vous défendre, Thaar pouvait se révéler finalement être une bonne ville. Selendil resta de marbre, mais il comprit très bien ce qu'elle voulait dire. Thaar était le seul endroit où elle ne craignait pas d'être tuée et jugée pour ce qu'elle était.Il ne releva pas. C'est alors qu'elle le remercia. Il en fût surpris mais ne déclara rien alors qu'elle s'osait à un peu de plaisanterie. Il laissa son assiette pour la regarder avec un sourire sincère alors qu'elle lui posait finalement une question qui allait droit au but. Pourquoi? Pourquoi avait-il fait tout ça? Il ne savait pas vraiment que répondre. Finalement, il haussa les épaules et déclara:
- Il fût un temps où je vous aurais tué sans réfléchir. Lâcha-t-il. Mais quelqu'un de plus sage m'a appris que l'épée n'était pas toujours la meilleure solution à un problème. Il continua de la regarder, et sans lâcher son regard, il continua. Je ne tue pas les gens pour ce qu'ils sont... Mais pour qui ils sont et pour ce qu'ils veulent faire. Ce qui signifiait qu'il ne la tuerait pas parce qu'elle était une demi-drow, même si ce n'était pas non plus simple de faire confiance à ce genre de... "races". Et puis son histoire, l'honnêteté de la jeune hybride l'avait démonté, tout simplement, et il n'avait pu se résoudre à tuer quelqu'un qui fuyait désespérément le Puy. Elle n'était pas mauvaise dans le fond. Il avait ce sentiment qu'elle pouvait se montrer plus attentionnée qu'elle ne le voulait. Ce qui signifie que aucun mal ne vous sera fait si vos intentions sont bonnes... Miriel. Et il pensait que c'était le cas, mais il aurait tout le temps de le savoir, elle était là encore pour quelques jours. Finalement il reprit. Parlez-moi des coins où vous êtes allé... Comment est-ce ailleurs? Avez-vous beaucoup voyagé?

Il était curieux, tout simplement, il voulait en savoir plus. Tel un livre non recouvert d'encre, dont les pages sont vierges de toute information, il voulait qu'elle lui parle, qu'elle écrive en lui ce savoir qu'elle possédait. Il voulait s'ouvrir. Il voulait comprendre. Car trop de choses lui échappait. Si il aimait sa terre, si il aimait son peuple, il voulait en savoir plus sur les autres. Les nains, les humains, tous ces peuples dont on parlait dans les livres, qui étaient là, présents, autour des frontières de l'Anaëh, que les elfes avaient déjà combattus. Il voulait savoir. Mais peut-être n'avait-elle pas encore assez voyagé pour le lui raconter. Il ignorait son âge, mais il se doutait qu'elle était bien plus jeune que lui. Selendil termina son assiette et la repoussa un peu avant d'écouter attentivement Miriel.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Lun 16 Juil 2018 - 0:07

 « Mais nous avons tous un concept  de la justice bien différent. Décrite ainsi, je dirait que le plus fort à raison, je me trompe? Car comment obtenir justice face à plus fort que soi lorsque l’on est seul? »

Miriel se leva pour aller regarde à la fenêtre, le paysage était à couper le souffle, elle aurait tout donner pour aller explorer librement mais disons que les circonstances n’étaient pas les meilleures pour aller explorer la ville elfe. La justice elfe l’avait emprisonnée dans cette cellule pour quelques jours. On l’avait enfermée sans vraiment prendre son histoire en compte ou comprendre les faits. Personne ne lui avaient demandé sa version des faits avant de l’emprisonner alors es ce que la justice Elfe était vraiment meilleure? Elle se retourna rapidement vers Selendil pour lui faire face;

« Sans vouloir t’offenser, votre Justice semble à peu près pareil à la notre. Le plus fort gagne, et ce sans vraiment savoir les circonstances... Ai-je vraiment eu un procès pour ce qui s’est passé? Es-ce que quelqu’un a prit le temps de comprendre pourquoi j’ai agi de cette façon ? Je savais pertinemment que aussitôt qu’on saurait ce que j’étais on m’emprisonnerait ou me tuerait sur le champ. » La mercenaire soupir et soutena le regard de l’Elfe.  «  Au moins à Thaar, j’ai une chance. Le plus fort est le plus futé, le plus débrouillard.. » Elle fit quelques pas et s’arrêta près de Selendil, le défiant légèrement. «  Le plus fort est celui qui a déjà une longueur sur son adversaire, qui comprend ses forces et ses faiblesses et qui l’utilisera à son avantage. Voilà comment on survie en Ithri’Vann et surtout ne pas laisser aucun de tes adversaires vivants. »

L’elfe n’avait pas bougé du tabouret, Miriel savait que le défier ainsi n’étais pas nécessairement la bonne façon de faire. Mais elle devait lui faire comprendre ce qu’il faisait était tout aussi injuste. Après tout, il était celui qui avait amener la conversation de ce côté. Après l’avoir défier du regard pendant quelques secondes, elle se retourna pour rejoindre la fenêtre faisant dos au soldat lorsqu’elle entendit les paroles de Selendil. Elle ne put s’empêcher de rire. « Mes intentions ont toujours été claire, Selendil. Retourner à Thaar pour me faire payer par mon acolyte et partir le plus loin possible du Puy. » Mieux valait ne pas mentionner qu’elle voulait réellement retourner au Puy pour retrouver sa protectrice. Après tout, les elfes ne semblaient pas vraiment comprendre sa façon de penser. Elle soupira encore une fois en regardant par la fenêtre « On ne peut enlever la liberté à quelqu’un qui vient de découvrir ce que c’est et s’attendre à ce qu’elle les suivent sans causer de problèmes . C’est probablement une des sentences les plus cruelles qui soit. » Elle détestait le sentiment qui l’habitait. Elle se sentait à la merci de ces elfes et encore une fois toute décision sur sa vie reposait sur une autre personne. Elle ne pouvait s’empêcher de défier Selendil, il lui avait été peut-être sauvé la vie , et elle lui en était reconnaissante, mais il avait prit sa liberté. Lorsque Selendil la sortie finalement de ses pensées, c’étais pour en connaître plus sur elle. Il semblait vouloir connaître son histoire. Il avait terminé son assiette et semblait prêt à boire ses paroles. Elle ne put s’empêcher de sourire, c’était bien la première fois que quelqu’un voulais en savoir autant sur elle. Miriel se demanda si il y avait d’autres intentions à cette conversation ou si Selendil était simplement curieux.

Elle s’assit sur la chaise à côté de lui et eut un air un peu interrogateur... Par quoi commencer? « Le Puy est probablement le pire endroit de tous... froid, noir...» Et elle lui compta son histoire, des moindres sévices que son père ou ce salopard de Valas lui avait fait, de comment Royna l’avait adoptée, entraînée et faite en sorte qu’elle soit la femme qu’elle était aujourd’hui. Elle lui expliqua brièvement sa fuite. Tentant tant bien que mal d’éviter certains détails pour se protéger. Elle lui montra le pendentif que sa protectrice naine lui avait donné lorsqu’elle lui avait dit adieu. Elle savait pertinemment que les Elfes et les nains n’avaient pas la meilleure des relations. Mais elle n’en fit rien. « Je veux aller à Zazagorn, tenter de trouver la famille de Royna, j’ai cet espoir un peu fou que peut-être eux,  ils m’accepteront »

Elle prit un moment de silence avant de continuer son histoire, lui racontant son arrivée à Thaar et comment elle avait commencé sa carrière de merceraire. Elle luis décrivit l’ambiance de la ville, le sentiment qu’elle avait lorsqu’elle se retrouvait sur les docks. La liberté que lui donnait la ville. Selendil ne l’arrêta que pour poser quelques questions plus spécifique mais buvait carrément ces paroles, tentait tant bien que mal de satisfaire sa curiosité. Au bout de quelques heures, Miriel aperçut les premiers rayons du soleil apparaîtrent par sa fenêtre et se taisa. Elle n’avait pas réaliser que le temps avait passé si vite. Malgré tout, l’hybride fut forcer de d’admettre qu’elle appréciait la compagnie de l’elfe. Non seulement était-il séduisant mais peut-être ne jouait il pas de jeu et voulait vraiment la connaître. Elle décida de tenter le tout pour le tout et lui adressa finalement la parole: « Si je suis prisonnière de cette ville, pourrais-tu au moins me la faire visiter? Je ne tenterais pas de m’échapper. » En effet, il fallait être stupide pour tenter de s’évader sans nourriture et tenter d’affronter la forêt d’Anaëh sans arme.[/b]
Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Ven 27 Juil 2018 - 7:41

Sur cette avis de la justice, ils n'étaient visiblement pas d'accord. Et il y avait de quoi. Elle connaissait un monde où chacun faisait justice soit-même, il en connaissait un autre ou la justice était rendu par d'autres, vus comme plus sage. Elle se détourna pour aller se positionner près de la fenêtre de sa cellule, et il comprit qu'elle ne souhaitait que sortir de cette cage, aussi confortable soit-elle. Malheureusement, à cela, il ne pouvait rien y faire. Elle le défia. Arguant que la justice des elfes n'étaient guère meilleure que celle en Ithri'Vaan, puisqu'on l'avait emprisonné sans le moindre procès, sans écouter son avis. Elle avait eu cette certitude que dés qu'on la trouverait on la tuerait, ou tout du moins, on l'emprisonnerait. Chose intéressante, ils l'avaient bien emprisonné, mais pas pour les raisons auxquelles elle pensait. Pour elle, le plus fort était celui qui était le plus rusé, le plus débrouillard, celui qui avait une longueur d'avance sur son adversaire et qui prenait le soin de ne pas laisser ce même adversaire en vie une fois qu'il avait croisé son chemin. Elle le défiait, le toisait, comme si elle cherchait à nouveau à provoquer un duel. Cependant, il resta calme, à sa grande surprise d'ailleurs. Car en vérité, elle l'avait touché dans son amour-propre et dans l'amour de sa culture, mais il ne pipa mot. Il se contenta d'un regard glacé envers la blonde et répondit finalement:
- Disons que comme je l'ai déjà dit, les récents événements nous ont appris à être plus vigilants et plus prudent. Voyez votre tenue, vous avez tenté de nous attaquer, sans doute de nous tuer si vous aviez pu. Si vous aviez baissé vos armes, et préféré un moment d'entrevue sans que votre compagnon ne prenne la fuite... Les choses se seraient peut-être passés différemment et vous auriez franchi, à l'heure qu'il est, le col. Selendil s'arrêta un instant avant de reprendre. Vous avez cette méchante tendance à penser que tout le monde vous veut du mal Miriel... Pourtant, ce n'est pas le cas. Et il le pensait. Certes le simple fait qu'elle soit une bâtarde, une sang-mêlée n'ajoutait rien à l'envie des autres de la laisser en vie, cependant... Cela ne signifiait pas que tout être sur cette terre souhaitait en finir avec elle, loin de là.

Quand à ses intentions, elle ne cacha guère qu'elle souhaitait retourner à Thaar, prendre sa récompense et continuer sa misérable, pardon, pas de jugement de valeur, mais il ne put s'empêcher que ce genre de vie, quoique aventureuse, n'avait rien de bien glorieux du moins à son sens. Mais elle ne recherchait pas la gloire visiblement, du moins n'était-ce pas son objectif pour le moment. Il ne répliqua rien. Il est vrai que ses intentions étaient claires, or, ce n'était qu'à première vue et il se gardait le droit d'en juger par lui-même. Cependant, quelque chose lui disait qu'il pouvait lui faire confiance. Tout ce qu'elle voulait de toute manière, c'était partir. Et elle le lui fit bien comprendre en déclarant que la retenir ici, c'était la privé de sa liberté qu'elle avait à peine goûtée. Il manqua bien de lui dire que passer en Anaëh par les temps qui couraient n'était pas forcément la meilleure idée pour conserver une telle liberté, mais il se tût pour une fois. Elle semblait têtue, déterminée, et avait cette méchante habitude que de la provoquer, de le défier sans cesse, que ce soit par ses mots ou son regard. Il s'en accommodait plutôt bien, du moins pour l'instant.

Finalement, curieux à son sujet, il lui demanda qu'elle lui raconte son histoire. Elle commença par le puy. Il buvait ses paroles, retenait chaque détail qu'elle avait retenu auparavant, et tentait de se faire une image de ce qu'elle lui racontait. Une belle aventure en réalité. Mais la vie n'avait pas été simple avec elle, elle avait perdue sa mère, ne parlons pas du père, et elle avait trouvé une mère adoptive qui était parvenue à la faire partir de cet enfer. Depuis... Chaque jour était une survie. Mais son désir d'apprendre et de réussir, plus forts que la peur, parvenaient à la tenir debout, et c'est pourquoi elle avait voyagé. Finalement, elle déclara qu'elle aimerait retourner en Zazagorn pour retrouver la famille de Royna, espérant qu'ils l'acceptent. Elle semblait poursuivre une quêté désespérée pour renouer avec cette famille adoptive, comme si quelque part, elle cherchait à se raccrocher à un morceau de ce passé qui, quoique sombre et peu enviable, avait eu droit à quelques touches d'amour et d'attention. Il ne déclara rien à la fin de son récit. Il avait la tête pleine... Pleine de ce qu'elle lui avait contée, sans tout dire peut-être, mais l'essentiel était là. Il avait posé quelques questions, la coupant parfois dans son récit, tentant d'obtenir des précisions, et elle y répondait, non sans un sourire de temps à autres. Selendil était réellement curieux et elle avait éveillé en lui une curiosité toute nouvelle qui ne demandait qu'à être comblée de réponse. Ce fût réussi même si elle ne lui avait donné que plus envie d'aller voir ces contrées de par ses propres yeux.

Ils avaient beaucoup parlé, et les premiers rayons de soleil percèrent à travers la cellule, illuminant quelque peu la pièce. Elle se tourna finalement vers lui et lui demanda à sortir, pour visiter les lieux. Sa première réaction failli être celle du refus, mais finalement, il se dit que ce n'était pas une si mauvaise idée. Il pourrait voir quelles étaient les réelles motivations de l'hybride. Il accepta donc d'un hochement de tête avant de déclarer dans un sourire:
- D'accord, mais on ne se fait pas remarquer... Pas de combat à l'épée dans les rues, c'est compris? Il avait ajouté une note d'humour, tentant de la détendre quelque peu avant de se redresser de toute sa taille et de frapper à la porte pour qu'on lui ouvre. La sentinelle ne tarda guère à lui ouvrir la porte et il s'arrêta sur le pas de la porte, faisant signe à Miriel de le rejoindre, ce qu'elle fit rapidement. Il fit signe au garde que tout allait bien et entraîna l'hybride dans les couloirs. Je ne vous ferais pas de commentaires sur les prisons de Daranovar, certes confortable, mais lieu qu'on préfère éviter en général. Lâcha-t-il finalement alors qu'ils s'engageaient dans des escaliers pour rejoindre l'extérieur de la caserne. Bientôt, ils passèrent les immenses battants de la caserne gardés par les deux grands elfes de pierre armés de pied en cap. Les sculptures étonnaient toujours les visiteurs, de par leur taille, mais aussi par le talent des sculpteurs qui avaient donné à ces deux guerriers de pierre une immense une allure noble et dangereuse, traduisant là toute l'expression de Daranovar et de sa culture. Dans la cour de la caserne s'activait quelques recrues et divers soldats. Nombreux saluèrent l'elfe et sa "compagne" du moment. Des frères d'armes. Lâcha-t-il finalement. C'est ce qu'ils sont. Ils se battent pour leur cité, pour leurs frères, leurs familles. Ils viennent de divers horizons, mais ils sont tous réunis sous la même bannière, celle de notre cité. Et tout en cheminant hors de la caserne désormais, il lui parlait de la ville, de Sa Cité, de ses mœurs, de ses habitants. Il l'invita dans les grandes rues de pierre, lui faisant découvrir ce peuple qu'il aimait tant. Daranovar recelait de plusieurs merveilles... Pourvues qu'on prenne le temps de s'arrêter devant. Ils passèrent devant les échoppes des forgerons, des tisserands, des marchands de fruits dont les odeurs se répandaient dans l'air frais du matin. La cité s'éveillait, et elle la découvrait aux premières heures de la journée, soit l'un des meilleur moment. Tout s'éveille avec le soleil, les marchands s'installent, les forgerons commencent à allumer leur forge, et on sent toute cette activité se mettre en place. C'est l'un des meilleurs moments. Quelques elfes se tournaient de temps en temps pour les regarder, sans doute fascinés par cette étrangère que certains saluèrent avec respect. Le fait qu'elle soit accompagné d'un membre du conseil aidait peut-être, et puis les Daranovans n'étaient pas si mauvais, n'étaient pas tous fermés contrairement à ce que l'on pouvait croire.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Dim 29 Juil 2018 - 19:15


Miriel n’en crut pas ses oreilles lorsque Selendil accepta de lui faire visiter Daranovar. Elle l’avait peut-être mal jugé, il était plus ouvert d’esprit qu’il ne le laissait paraître. Lorsqu’il lui mentionna que aucun duel ne serait permit, la demi-drow haussa les sourcils et désigna ses vêtements et sa ceinture sans armes. « Duel? Mais avec quelle arme? Je crois que l’on a déjà prouvé que mon poing contre votre armure était une mauvaise idée. » Elle lui sourit, et le rejoint rapidement dans les couloirs de la prison. Elle évita le regard suspicieux de la sentinelle et suivit Selendil. Au fur et à mesure qu’il avançait dans les couloirs elle ne pouvait plus contenir son excitation. Au moins, quelque chose de positif sortirait de cette aventure. Ils montèrent les escaliers et sortirent de l’institut militaire. Miriel arrêta net lorsqu’elle vit les immenses statues d’elfes en pierre blanche qui gardaient la caserne. Le spectacle était impressionnant, on pouvait facilement deviner que les Daranovans étaient des personnes fières. Fières de leurs cités et des pouvoirs qu’ils avaient pu acquérir. Miriel ne put s’empêcher d’admirer, étonnée, les statues. Au bout de quelques minutes, Selendil lui fit signe de le suivre, que la visite était loin d’être terminé. Il lui parla en détail de la cité, de ses habitants et des mœurs de Daranovar, Miriel écoutait chaque détail avec attention. Elle voulait vraiment en apprendre plus sur cette cité et en son for intérieur, elle voulait en apprendre plus sur Selendil.

Ils arrivèrent  a la grandes place de Daranovar et malgré, que la journée était à peine entamé, les échoppes étaient en pleine action. Les marchands préparaient leurs étals, les forgerons allumaient leurs feux. L’hybride profita du moment pour observer les moindres mouvements des gens qui se trouvait sur la place. Le léger bourdonnement du marché la berça. Elle repensa à l’action chaotique de Thaar et ne put s’empêcher de préféré l’activité de la cité Elfe. Au bout de quelques minutes, elle remarqua une elfe tenta tant bien que mal de transporter trois boîtes, mais cette dernière semblait avoir énormément de mal à soulever la lourde charge. Miriel fit un signe à Selendil, pour que ce dernier l’attende et alla directement aider l’elfe. « Laissez-moi vous aidez. » Dit-elle en prenant deux des trois boîtes que cette dernière transportait et l’accompagna à son étal en souriant. Au moins, elle n’aurait pas fait que du mal lorsqu’elle était en Anaëh. Une fois qu’elles arrivèrent à l’étal de la marchande, Miriel déposa les boîtes, et lui fit un signe de la main pour lui dire au revoir. Mais avant qu’elle n’ait pu s’éloigner la marchande la stoppa net tendit  un fruit que Miriel n’avait même jamais vu auparavant. Cette dernière secoua la tête en lui mentionnant qu’elle n’avait pas un écu sur elle. Mais la marchande lui prit doucement le poignet et lui mit le fruit dans le creux de la main avant de lui serrer doucement le poignet en lui souriant. L’hybride mit sa main sur celle de la marchande avant de la remercier. Décidément, les elfes la surprendront toujours. Elle qui croyait que sa présence aurait suscité que du négatif, mais non au contraire, la plupart des gens était curieux. D’accord quelques uns la regardaient avec dégoût, mais aucun acte de violence n’avait été fait en présence de Selendil, laissant croire que ce dernier n’était pas un simple soldat. La mercenaire remercia encore une fois la marchande avant de se défaire de son étreinte et aller rejoindre l’elfe qui l’attendait un peu plus loin. Elle le rejoint un peu craintive de sa réaction. « Pardon, je t’ai interrompu. Je ne pouvais tout simplement la laisser faire » Devant le sourire de Selendil, elle comprit rapidement qu’elle n’avait pas à s’excuser. « On peut continuer la visite? » Ils continuèrent pendant de nombreuse minutes à explorer la cité avant qu’un soldat interpelle son compagnon. Apparemment qu’il avait un message urgent de la part d’un certain Tagrul…


Elle fit quelques pas de reculons pour donner de l’espace a Selendil et au soldat au cas que la conversation soit confidentielle et se retourna. Elle remarqua un étale de tissus en tout genre, et s’y approcha pour admirer les étoffes et les couleurs. Le marchand la salua gentiment en la regardant avec curiosité, non certain de si il devait être accueillant ou non. Miriel lui fit un sourire en tentant tant bien que mal de le rassuré. Une soierie verte attira son attention, elle la caressa doucement de sa main droite en savourant le contact de la luxueuse étoffe sous sa main. Le vent retrouva rapidement sa force et souffla une nouvelle fois dans ces cheveux, remettant la mèche devant son visage, elle fit un rapidement mouvement de tête pour le replacer mais stoppa son mouvement net. Son cœur s’arrêta lorsqu’elle vit la grande porte de la ville. Elle se retourna pour y faire face, totalement obnubilé. Son cœur avait repris  son ardeur  et battait à toute vitesse. Elle était si près! Quelques mètres et elle pourrait être dehors de cette ville, et retrouver sa liberté. Elle refit un pas lentement vers cette dernière et stoppa net en voyant quatre soldats Elfes, habillé de pied en cap près de la porte. Décidément, ces derniers l’arrêteraient en deux temps, trois mouvements, et elle se retrouverait une nouvelle fois en cellule, probablement avec beaucoup moins de confort que ce qu’elle avait présentement. Fuir était une idée stupide, surtout sans armes et sans argent. Les seules choses qu’elle avait étaient les vêtements qu’elle portait et honnêtement, ils étaient tout à fait inconvenable pour une fuite, courir à travers la forêt d’Anaëh et essayer de combattre des soldats armés. Elle prit une grande respiration en fermant les yeux, son esprit était torturé entre son envie de liberté et le risque que cette fuite pourrait lui amener. Elle ouvra les yeux, l’air vraiment triste en soupirant, non ce n’était pas le bon plan. D’autres occasions allaient arriver… et elle serait prête à ce moment.

Elle fut sorti de ses pensées par une main qui lui attrapa solidement le poignet gauche. Elle sursauta et se retourna rapidement pour voir le regard furieux de Selendil. Sa poigne était ferme et il ne semblait définitivement pas vouloir la laisser aller. La mercenaire paniqua et l’entraîna dans une petite ruelle déserte pour tenter de s’expliquer. Elle se doutait bien qu’elle venait de se mettre dans le pétrin et qu’elle devait des explications à Selendil. Elle se mit contre le mur, tandis que Selendil se retrouva tout prêt d’elle. Elle espérait qu’il puisse comprendre que son geste voulait démontrer qu’elle n’irait nulle part.  Mal à l’aise par cette proximité, elle tenta tant bien que mal de s’expliquer «  Je suis désolé, j’ai vu la porte et je n’ai pas pu m’empêcher… Je... » Les mots lui manquaient alors qu’elle plongea son regard dans les yeux bleu de l’elfe. La profondeur de son regard l’hypnotisait, capturant son esprit, et lui faisant perdre tous ses moyens. La mercenaire ne pouvait tout simplement pas regarder ailleurs, les secondes lui parurent des heures et elle ne remarqua pas que la distance entre eux se réduisait de plus en plus.  L’inconfort du départ sembla se transforme en une douce brûlure. Pour la première de fois de sa vie, elle comprit finalement que ce qu’elle croyait être de l’inconfort était au fond une passion brûlante pour l’elfe devant elle.  Oui, elle le désirait et ce depuis le premier regard qu’elle lui avait jeté dans la forêt, malgré tout ce qui s’était dit entre eux.

Profitant du fait qu’ils étaient à l’abri des regards, elle haussa les épaules et s’exclama;  « Tant pis… » Elle plaça sa main libre sur la joue de l’elfe et guida le visage de ce dernier pour que ses lèvres touche les sienne. Elle sentit l’elfe se crisper sous le contact, mais ce dernier ce détendit rapidement. Quant à Miriel, le baiser l’électrifia. La douce brûlure qui l’habitait semblait avoir fait place à un brasier hors de contrôle. Qu’importe quelle serait les conséquences de ce baiser volé, au moins elle aurait sentit ce qu’est la passion une fois. Elle relâcha son étreinte et recula son visage de Selendil, avec le souffle court, avant de sentir le carmin lui monter aux joues. Elle baissa son regard vers ses pieds, elle ne se sentait pas assez forte pour affronter une nouvelle fois son regard, ou sa fureur. Elle ouvrit la bouche pour s’excuser mais aucun mot ne put sortir. Non, elle ne regrettait rien, au contraire, elle en voulait plus. Pour la première fois, l’hybride voulait qu’on lui donne de l’affection. Elle releva les yeux et planta ses yeux grisâtres dans ceux de l’elfe en ayant un sourire en coin.  «  Je voudrais m’excuser, mais je ne regrette absolument rien. Autant mon esprit veux être le plus loin d’ici, autant mon corps ne demande qu’à être le plus près possible de vous. » Son audace la surprit, mais qu’avait-elle vraiment à perdre? Elle était déjà prisonnière dans cette ville, une déception de plus ne la tuerait certainement pas. De toutes façon, toute future relation serait vouer à l’échec vu son statut.



Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Jeu 2 Aoû 2018 - 13:55

Marcher dans les rues de la cité en la compagnie de l'hybride ne lui déplaisait pas. Selendil prenait même un certain plaisir à lui faire découvrir ces rues qui n'étaient plus inconnues pour lui et qu'il connaissait même par coeur. Vadrouiller ainsi lui faisait du bien et lui permettait même de s'évader un peu, le temps d'une "balade", d'oublier les problèmes et les soucis auxquels il pouvait se retrouver confronté de temps à autres. En partant, elle avait bien souligné qu'elle n'avait pas d'armes pour se faire remarquer... Mais pleine d'idées, il préférait la dissuader de tenter quoi que ce soit. Elle fût éblouie, impressionnée par les deux grandes statues de l'entrée de la caserne, révélant à la fois tout le caractère dur, peut-être froid des Daranovans et leur grande fierté pour les armes. Ils avaient toujours été un peu à part, se prêtant un peu plus aux jeux guerriers que les autres cités. Daranovar se démarquait clairement par son caractère singulier tourné vers les arts de la guerre et de la forge. Bâtie au coeur des montagnes, la cité abritait une société d'elfes qui savait ce qu'était l'honneur, l'entraide et la fierté. Dans les rues, entre marchands et divers intéressés, les gardes couverts de leurs armures rappelaient l'ordre et la qualité de Daranovar. Selendil était lui-même couvert de son armure, et montrait bien qu'il appartenait à la caste de ceux qui se battaient quoique son rôle était désormais bien plus tourné vers l'intendance. Cependant il n'en oubliait pas sa première "patrie"... L'armée, qu'il avait tant côtoyé, tant aimé, et dont chaque frère d'armes restait dans son coeur.

L'hybride quand à elle se montrait attentive. Curieuse, elle prêtait attention à chaque détails, à chaque mots, tentant d'assimiler une culture riche autant que atypique du point de vue beaucoup. Il s'arrêta lorsqu'elle l'interrompit pour aller aider une elfe qui tentait tant bien que mal de soulever trop de boîtes pour ses bras. Il ne fit pas un geste et la laissa se débrouiller. Il fût stupéfait du geste autant que certains elfes présents qui avaient bien compris qu'elle n'était pas vraiment elfe. Le teint de sa peau le rappelait, et son accoutrement également. Cependant, les quelques elfes présents la regardèrent faire. Elle venait, sans le savoir peut-être, de marquer un premier bon point. Lorsqu'elle retourna vers lui, elle semblait craintive de sa réaction, mais bien vite, un large sourire s'afficha sur les lèvres de Selendil.
-Je n'aurais pas fait mieux. Fit-il. Et à sa demande de continuer la visite, il lui indiqua d'un geste de le suivre à nouveau. Ils se perdaient à nouveau dans les rues, profitant parfois d'un moment de silence, écoutant le bruit de la ville avant que Selendil ne commente deux ou trois petites choses. Il aimait Daranovar, et la visite qu'il offrait à Miriel en était bien la preuve. Il voulut continuer, mais fût interrompu par un cavalier remontant au grand galop sur le place. Sitôt arrivé prés de Selendil, visible de loin grâce à son armure, il descendit adroitement de son cheval et commença:
- Tagrul vous fait dire que le fuyard a été rattrapé. Brusque retour à la réalité après ce moment presque idylique. Malheureusement, le fuyard a été blessé et Tagrul ne sera pas de retour avant la nuit. Il demande ce qu'il doit faire. Selendil prit le temps de réfléchir.
- La cause de la blessure?
- Chute de cheval, un peu aidé par nos soldats car il s'est bien débattu.
- Qu'il le fasse soigner pour le ramener ici. Qu'on ne lui fasse pas de mal et qu'on le traite bien. Il doit sans doute être déjà assez apeuré comme ça. Faîtes-lui comprendre que nous ne lui ferons pas de mal.
- Bien seigneur. Le soldat s'inclina légèrement, remonta sur sa monture, et reprit son chemin en sens inverse. Selendil eut tout juste le temps de se retourner pour voir que Miriel avait disparu de ses côtés. Son coeur s’affola. Autant parce qu'il ne tenait pas à la perdre devant le conseil que parce qu'il se sentait soudainement trahi. Il ne tarda guère à repérer sa silhouette près de la porte de la ville. Il s'empressa de la rejoindre alors qu'elle devait sans doute échafauder un plan ou deux pour fuir. Il se saisit d'elle par le poignet avant de déclarer:

- Je pensais avoir votre parole Miriel... Souffla-t-il, un peu énervé, sans prendre le temps de réfléchir. Il avait fallu d'un instant. Elle tenta de maugréer quelques mots, mais ne se débattit pas. Elle l’entraîna alors vers une ruelle à l'abri des regards, ne se sentant sans doute pas la force d'affronter le regard des autres. Il ne lâcha guère son poignet alors qu'elle se calait contre un mur et qu'il venait se placer à un souffle d'elle, non moins énervé par ce qui venait d'arriver. Elle tenta de s'expliquer alors que le regard dur de Selendil se plantait dans celui de l'hybride qui n'avait plus de porte de sortie. Cela avait été plus fort qu'elle... La porte, la possibilité de s'échapper, de redevenir libre... Elle n'avait pu s'en empêcher. Or, il compris que si elle avait eu la possibilité de la partir, elle avait hésité et finalement... Elle était restée.
- Je tente de vous défendre devant le conseil, et le remerciement que j'en ai, c'est que vous me trahissez pour retrouver... Il ne termina pas sa phrase. Quel être ayant goûter à la liberté se laisserait aller à la captivité? Aucun. Elle n'échappait pas à la règle. Oublie ça... Finit-il ne sachant plus que penser. Et il n'eut plus le temps de penser. La main de l'hybride, aux doigts fins, se posa sur sa joue, il se crispa sous le contact, mais n'eut guère le temps de dire quoi que ce soit que sa peau, comme accrochée aux doigts de la blonde, suivit le chemin vers les lèvres de Miriel qui l'embrassa. Si il fût crispé, il ne tarda guère à se détendre, n'ayant jamais vraiment goûter à une telle douceur. Il répondit à ce baiser, et se laissa aller au plaisir alors qu'il sentait l'envie se distiller dans ses veines, alors qu'il désirait l'hybride. Et pourtant, cela aurait dû être inconcevable, pour lui, un elfe pur, non un bâtard ou un sang-mêlé. Mais en un baiser, toutes ces convictions s'écroulaient. Elles remettaient en doute toutes les idées qu'il avait sur les sang-mêlés.

Finalement, elle se sépara de lui, les laissant tous les deux le souffle court. Il ne savait que dire, et elle baissa le regard... Avant de le relever, un petit sourire en coin, ce genre de sourire mutin, provocateur, tout autant que les mots qui suivirent. Elle ne regrettait rien de ce qu'elle venait de faire. Elle en assumait les conséquences sans le moindre mal. La suite, quoique surprenante, n'en restait pas moins une très belle déclaration. Elle n'était pas insensible au charme de Selendil, et le grand blond n'était pas non plus insensible à la beauté de l'hybride. On ne pouvait nier qu'elle était belle, quoique la peau un peu pâle, mais ses lèvres fines avaient un goût merveilleux. Il ne savait que répondre à cela.
- Je... Enfin... Voilà que son assurance le quittait. Disons que c'était en quelques sortes une première, un véritable baptême du feu pour lui. Comment? Lui, Selendil, le grand guerrier, honorable en tout point, fort et fier, qui n'avait pas tremblé durant sa cérémonie d'intronisation à la caserne était déstabilisée par... Elle? Plutôt par ce qu'elle lui avait fait. Je ne sais pas quoi dire... Je... Il planta son regard dans le sien et cette fois, ces lèvres vinrent une nouvelle fois rencontrer celles de l'hybride, avec plus d'assurance, plus de fermeté. Il les dévora un instant avant de s'arrêter. Il se sentait bien. C'était une sensation qu'il n'avait jamais vraiment ressenti, mais... Il aimait ça. Je crois que c'est mieux que les mots. Fit-il. Le début d'une relation? Il savait que cela serait on ne peut plus compliqué, cependant, tant pis, il était prêt à courir le risque de se laisser aller à ce plaisir au moins une fois dans sa vie. Il finit par s'écarter d'elle pour la laisser respirer un peu et lui tendit alors son bras. Son geste n'avait plus rien d'autoritaire, de ferme, non, c'était un geste doux, élégant, attentionné. Elle s'y accrocha et, sans se presser, il sortit de la ruelle pour retrouver les étales des marchands. Elle sembla attirer par une étale aux étoffes colorés et aux vêtements plutôt séduisants. Selendil prit donc cette direction, ou plutôt, elle le guida dans cette direction. C'était elle désormais, qui déterminait où ils allaient.

- Cela te plais? Demanda-t-il alors qu'elle contemplait les étoffes et qu'il saluait respectueusement le marchand. Elle se tourna vers lui et il reprit. Le noir te va bien, mais je suis sûr que de belles couleurs sauraient te rendre encore plus... Magnifique? Le noir avait un aspect plus terne, plus triste, et Selendil aimait la couleur. Nul doute que les divers vêtements qui s'étalaient sous leurs yeux pouvaient aller à la jeune femme. Le marchand se pencha vers eux et finit par déclarer:
- Certains tissus proviennent de Thaar, d'autres des montagnes naines. Ils ont tous été filés en revanche par des ateliers elfiques. Je peux vous proposer plusieurs choses... Si vous le souhaitez, j'ai quelques belles pièces qui pourrait vous plaire, cela vous tente? demanda le marchand. Selendil ne déclara rien, faisant signe que c'était à elle de décider. Il savait qu'il devrait lui parler de la suite des événements, mais pour cette fois, il se laissait aller à un moment de bonheur, sans se presser, appréciant cet instant alors qu'il la laissait libre de ces mouvements... De toute manière, sa décision à lui était déjà prise quand au verdict prochain du conseil. Le tout serait de faire pencher la balance en la faveur des deux personnages... Et Selendil s'en assurerait. L'hybride avait éveillé quelque chose de nouveau en elle, et alors qu'elle ne le regardait pas, il se surprenait à la regarder d'un autre oeil, à la détailler, à la contempler. Il était perdu Selendil... Mais ne l'avait-il jamais été?
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Dim 5 Aoû 2018 - 12:57



Miriel ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle remarqua l’air perdu de Selendil. Définitivement, elle l’avait pris par surprise. Ce dernier était complétement déstabilisé. On aurait du qu’il avait perdu la maîtrise de ses émotions, lui qui quelques minutes auparavant semblait être la définition même de la fierté des elfes.  Alors que son regard grisâtre observait l’elfe, elle ne put s’empêcher de repenser au baiser de l’elfe qu’elle ressentait toujours sur ses lèvres.  Mais elle fut rapidement sortit de ses pensées par Selendil, qui sembla avoir repris contrôle de lui-même, il planta son regard dans le sien avant de répondre par un autre baiser. L’hybride en fut si surprise qu’elle échappa le fruit qu’elle tenait toujours à sa main gauche.  Elle lui répondit avec passion. L’elfe l’embrassa avec assurance, avec fermeté, sûre de la décision qu’il venait de prendre. Le contact avec ce dernier fit frissonner la demi-drow qui libéra son poignet de l’emprise de Selendil pour  mettre doucement ses bras autour du coup de Selendil. Elle voulait l’attirer doucement vers elle,  le contact avec ce dernier la réconfortait et ne faisait qu’alimenter le feu qu’elle avait allumé un peu plus tôt.

Il s’écarta trop rapidement au goût de l’hybride, la laissant le souffle court. Elle senti toujours la brûlure que l’elfe avait laissé sur ses lèvres. Elle venait de goûter a un plaisir qu’elle n’avait jamais imaginer auparavant et elle en voulait plus. Aussi dangereux et inconcevable qu’était cette passion, l’hybride ne put s’en empêcher, elle le voulait lui, et personne d’autre. Chose qui pouvait semblait inconcevable vu les circonstances de leur rencontre. Mais Miriel, ne pouvait être en colère contre lui, il avait fait ce qu’on lui avait ordonné de faire. Lorsque Selendil lui tendit le bras, Miriel ne put s’empêcher de constater que son attitude avait changé, il semblait plus doux, plus attentionné même, comme si la vision qu’il avait d’elle avait changé. Elle attrapa doucement son bras, si accrochant doucement et se laissa doucement guider vers l’étale de vêtement où elle s’était arrêter tout à l’heure. Miriel caressa une nouvelle fois les étoffes luxueuses avant de se faire interpeller par Selendil. Ses paroles la laissèrent perplexe, elle lui fit un sourire moqueur ; « Plus magnifique? Et bien, c’est la première fois que j’ai le droit à ce compliment. »  Le marchand interpella son attention en lui mentionnant que certains étoffes venaient de Thaar et de Zazagorn, prenant un air particulièrement fière de sa marchandise. Miriel lui sourit et lui répondit «  Je ne crois pas que je vais avoir l’occasion de porter de si belle étoffes » Le marchand secoua la tête et lui fit un signe de main « Aucun sens! Une jeune femme comme vous, qui plus est accompagné par l’intendant au ressource, ne devrait pas manquer d’occasion d’être exceptionnellement vêtue » Miriel tenta tant bien que mal de cacher sa surprise. Selendil… membre du conseil? Détails qu’il semblait avoir omit de partager. L’hybride réalisa alors la situation sérieuse dans lequel elle venait de le placer.

Elle n’eut pas le temps d’ouvrir la bouche que le marchand lui prit sa main libre pour l’entraîner dernier son étale avec la robe en soie qu’elle avait admiré un peu plus tôt. Elle se secoua la tête, découragée et se changea rapidement. Elle enfila rapidement la robe verte et ne put s’empêcher de s’admirer dans la glace pendant une minute. La robe était tout à fait hors du commun, digne  des hautes sociétés de Thaar.  Fait d’une soierie fine, la robe bougeait avec grâce, son encolure bateau dévoilait les épaules fines de la mercenaire et sa taille ajustée ne faisait que définir un peu plus la taille fine de l’hybride. La mercenaire était sans voix, elle ne s’était jamais vue habillé ainsi.  Elle fut vite sortie de ses pensées par le marchand qui entra sans prévenir. Il lui sourit « Et bien voilà! C’est tout ce que cela prenait pour vous rendre votre grâce! Allez, montrons le résultat à votre compagnon! » Avant même que la mercenaire ne put protester, elle se fit entraîner à l’extérieur. Décidément, le marchand commençait vraiment à l’énerver, mais mieux valait être poli dans cette cité. «  Monseigneur, voilà votre compagne. Je vous fais livrer ses vêtements à la caserne sans faute! Sinon, passez une bonne journée! » Miriel ne put regarder Selendil dans les yeux. Elle était gêné, la mercenaire ne méritait pas un tel traitement. Elle s’accrocha une nouvelle fois et le guida dans les jardins sans dire un mot. Un mélange de gêne et de tristesse avait pris possession de son esprit. Elle devait lui parler. Miriel trouva un endroit qui sembla assez tranquille et lâcha le bras de Selendil avant de se mettre face à lui.  « Tu allais me le dire quand que tu étais dans le conseil? » On pouvait percer un léger ton de reproche dans sa voix. L’hybride venait de réaliser qu’elle s’était mise dans une situation beaucoup plus difficile qu’elle croyait.

Le souffle court, elle osa fixer les yeux bleus de l’intendant. La mercenaire savait de base que toute relation aurait été impossible avec l’elfe. Mais son statut venait de rendre le tout totalement inaccessible. Elle avait l’impression que quelqu’un lui avait poignardé le cœur. Pourquoi lui? Pourquoi avait-elle si envie de lui? Elle ne pourrait jamais être avec lui et le sentiment qui l’habitait à cette simple pensée lui brisait le cœur.  Elle secoua la tête et alla s’asseoir sur un banc près d’eux en fixant le sol. Quelle idiote! Pensa-t-elle S’il se trouve il ne fait que t’utiliser. Elle releva la tête vers Selendil avant de lui lancer : « Alors qu’es qu’il va m’arriver? » Les choix n’étaient pas nombreux; soit il la laissait partir, la prison ou la mort. Les deux dernières options étaient possiblement ce qu’il y avait de plus possible. Elle se doutait bien qu’après avoir voulu se débarrasser de l’intendant dans la forêt, on ne la laisserait surement pas partir.  L’hybride tentait tant bien que mal de contrôler ses émotions. Il faut dire que la passion qui brulait en elle, ne faisait absolument rien pour l’aider. Si elle ne se contrôlait pas, elle irait directement réclamer un autre baiser, et ce même si ils étaient à la vue de tous. Elle se passa une main dans les cheveux en tournant encore une fois son regard vers le sol. « Je suis désolé pour ce qui s'est passé un peu plus tôt. Cela ne se reproduira plus. Peut-tu me raccompagner à ma cellule? » Non que l'envie de retourner dans sa cage ne la rendait particulièrement heureuse. Mais elle ne voulait pas risquer un autre acte de passion sur Selendil. Du moins, jusqu’à ce qu’elle ait reçut son jugement. Elle avait définitivement un don pour se mettre dans les situations les plus compliqué.  

Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Mar 7 Aoû 2018 - 13:05

Elle était loin la rencontre dans la forêt. Il était bien éloigné le temps du combat. Désormais, Miriel et Selendil se retrouvait à l'ombre d'une rue, et ce n'était plus pour se battre. Elle l'avait embrassé, et l'elfe n'avait sut que répondre. Elle n'était pas déplaisante à regarder, il avait en face de lui un être qui lui plaisait physiquement, il ne pouvait le nier, et il avait cédé à ses pulsions, lui qui d'habitude parvenait à les maîtriser venait de se laisser emporter par le vent du plaisir, ce goût nouveau dans sa bouche, c'était celui d'une certaine attirance pour la blonde. Et elle répondit, s'accrocha à lui, et il adora cette sensation, le simple fait qu'elle enroule ses bras autour de lui lui plut. Ils ne restèrent cependant pas longtemps dans la rue, et Selendil sortit avec la belle hybride à ses bras. Leur attitude l'un vis à vis de l'autre avait changé. Il se montrait plus attentif, elle se montrait bien plus proche de lui, plus à l'écoute, elle semblait également beaucoup plus détendue. Et ils ne tardèrent guère à arriver devant l'étale d'étoffes aux milles couleurs. L'elfe la laissa regarder, contempler de telles étoffes, et il se laissa aller à quelques commentaires. Oui, les tissus étalés là devant leurs yeux la rendrait sans aucun doute plus belle. Et finalement, c'est le marchand qui se fit un peu plus insistant, arguant que la compagne de Selendil, dont il mentionna la charge, ne devrait pas se priver de telles parures. Selendil en fût gêné. Il ne se glorifiait pas de sa place au conseil ni de ce qu'il apportait à la cité, il ne désirait pas un quelconque traitement de faveur, mais il venait de réaliser, que pour elle, elle risquait de le voir d'un autre oeil.

Le marchand entraîna alors l'hybride dans son étalage, pour qu'elle puisse essayer une robe. Selendil la laissa aller, la regardant disparaître entre les tissus. Elle pouvait profiter de la situation pour s'échapper... Mais il savait désormais qu'elle ne s'y risquerait pas. Elle tiendrait parole et... Leur relation, quoique ambiguë rassurait Selendil sur le fait que elle ne partirait pas. Il sentait qu'il lui plaisait... Tout comme il n'était pas insensible à son charme. Pendant l'absence de Miriel, il laissa ses pensées vagabonder, réfléchissant à tout ce qui venait d'arriver. Il n'envisageait pas vraiment une relation avec elle... Du moins si il y pensait, elle lui plaisait, assurément. Mais leurs différence, le simple fait qu'elle soit hybride qui plus est demi-drow... Elle aurait été demi-elfe, à la limite, mais demi-drow... C'était un trop grand écart pour les elfes. Et pourtant. Personne avant lui n'avait-il donc été tenté par un fruit alléchant mais non conforme? Il se le demandait. Amateur d'histoire il faudrait qu'il vérifie si il était le seul dans ce cas. Peut-être l'avait-elle envoûté par une sorte de charme sinon? Il secoua la tête, tentant de réfléchir, mais elle occupait toutes ses pensées. Non, sinon elle aurait fait en sorte de partir, donc ce n'était pas un envoûtement. Mais il ne savait que dire. Il s'arrêta de penser lorsqu'il la vit. Revêtue de la robe verte du marchand, elle était tout simplement... Magnifique. Son regard bleu détailla l'hybride alors qu'il restait sans voix. Elle était décidément très charmante, et il ne pouvait nier que cette robe lui allait bien, peut-être même mieux que son accoutrement de mercenaire. Les épaules légèrement dévoilés, sa taille fine mise en valeur, son beau visage, elle rivalisait de beauté avec les elfes, et ce sans mal. Elle avait du goût, le marchand également.

Ce fût à la fois avec plaisir et respect qu'il reprit l'hybride au bras alors que le marchand lui tendait un sac dans lequel se trouvait les affaires de Miriel. Ce fût elle cette fois qui l'entraîna, vers les jardins. Il la laissa faire toujours sous le charme de la blonde. Elle lâcha alors son bras et se plaça face à lui alors qu'il stoppait sa marche. Elle semblait gênée, légèrement déconcertée, et la question qui suivit révéla ce qui lui posait problème. Le ton, chargé d'un peu de reproche, attendait une réponse. Selendil souffla et posa sa main sur la poignée de son épée, nerveux. Non pas qu'elle l’agaçait, mais qu'il ne savait comment lui exposer tout cela. Il y avait beaucoup de choses qu'elle ignorait. Il répondit donc:
- J'ignore quand est-ce que j'aurais pu te le dire, mais je l'aurais fait... Avant le procès du moins, mais il n'ajouta pas cela. Il allait faire parti de ceux qui allait la juger, les juger plutôt car ils seraient deux. Selendil ne savait plus vraiment où donner de la tête. Il était lui-même un peu perdu. Elle secoua la tête, sans doute aussi perdu que lui qui n'esquissa aucun geste alors qu'elle prit place sur un banc, regardant le sol. Elle réfléchissait peut-être, ou se lamentait de cette situation horrible dans laquelle la vie, le destin les avait placé. La vie se moquait d'eux, le destin se jouait d'eux, et la chance les avait abandonné, sans nul doute. Elle releva le regard vers lui et demanda alors ce qui allait lui arriver. Il retint son souffle un instant. La question était franche et directe. Selendil finit par poser ses pensées, il reprit contrôle de lui même, et reprit sur on ton calme et posé.
- Vous serez jugé dans les prochains jours avec ton compagnon. Vous comparaîtrez devant... Il eut du mal à le dire, mais lâcha finalement. Devant le conseil. Et donc devant lui également. Il vous faudra répondre à leurs questions, les persuader du bien fondé de votre passage en ces terres, et de votre... comportement. Elle n'était pas dans la meilleure des situations, et elle devait s'en douter. Mais il ne pouvait rien de plus pour l'heure.

Elle se passa une main dans ses cheveux, fixa à nouveau le sol alors qu'elle s'excusait pour ce qu'elle avait fait. Il eut un petit sourire cependant.
- Désolé? Ce n'est pas ce que tu as dit il y a quelques instants. Fit-il un peu plus joueur, un peu plus décontracté. Mais elle lui demanda simplement, en guise de réponse, de la ramener en cellule. Il en fût étonné. Son regard s'attrista, il baissa alors la tête vers le sol, regardant ses bottes d'acier avant de finalement tendre son bras. Alors suis-moi... Et c'est sans joie aucune qu'il reprit le chemin vers la caserne et les cellules. Il salua vaguement quelques elfes qui le reconnaissaient. Le soleil était à son zénith désormais, et la journée s'annonçait belle. Pourtant, ils ne tardèrent guère à retrouver sans un mot le chemin des cellules. Il resta volontairement silencieux, se murant dans un silence de marbre, telle de la roche, dure et froide. Ils ne tardèrent guère à arriver devant la cellule de la belle hybride. Un soldat vint leur ouvrir, et l'hybride, parée comme une reine, rentra finalement. Selendil ne lui accorda qu'un vague regard triste. Il la fixa un instant, elle dans sa cellule, et lui ne l'accompagnant pas, pas cette fois. Il avait aimé lui faire découvrir un peu de ce qu'il aimait, un peu de ce qu'il chérissait, mais il fallait croire qu'ils n'avaient aucune chance. Le coeur déchiré, il fit signe au garde que c'était bon après avoir rendu ses affaires à Miriel. Sans un mot, il tourna alors le dos à la "prisonnière" pour qui il s'était découvert une certaine passion. Seul désormais, dans le couloir, accompagné du bruit de son armure, il décida de sortir et se dirigea vers les grands murs de Daranovar. Il se posta sur l'une des tours et contempla la vue qui s'étendait sous ses yeux, regrettant de ne plus avoir Miriel à ses côtés. Mais il avait préféré ne pas la forcer, ne pas la mettre en rogne. Il était désolé de la situation, malheureusement, il n'avait pas le choix.

Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Mer 8 Aoû 2018 - 19:25



Le trajet s’était fait dans un silence pesant. Les deux êtres n’avaient pas échangé un seul mot. La mercenaire, honteuse, ne voulait pas se mettre dans un plus grand pétrin qu’elle était en ce moment. Lorsqu’ils arrivèrent à sa cellule, Miriel prit son le sac que lui tendit Selendil et entra, toujours sans lui adresser un regard. Mieux valait ne pas remuer le fer dans la plaie. Elle eut un soupir de soulagement lorsque le soldat referma la porte derrière elle, la laissant ainsi seule. Elle avait besoin de réfléchir, de trouver une solution. Elle eut un élan de colère et jeta le paquet de vêtement à travers la pièce. Quelle idiote qu’elle avait été! Elle alla s’asseoir sur son lit et se attira des genoux contre elle en enfouissant son visage contre ses jambes. Elle n’avait aucune idée pourquoi elle l’avait embrassé… Elle l’avait voulue et s’était sentie assez confortable pour le faire à ce moment-là. Elle n’avait pas pensée et l’avait fait. Idée stupide… mais Selendil avait suivi son élan de passion. Il avait répondu avec autant de fermeté et d’assurance qu’elle l’avait fait. L’avait-il utilisé? Avait-il tenté de se rapprocher pour connaître toute sa vie? Après tout elle lui en avait dit beaucoup…. Heureusement qu’elle avait caché certains détails. Elle repensa à l’air malheureux qu’il ait eu lorsqu’elle lui avait demandé de la retourner dans sa cellule. Mais ne put empêcher la  voix de la raison déclare qu’il était tout simplement impossible, qu’il ressente la même chose qu’elle. Comment  l’intendant aux ressources pourrait considérer un hybride? Par surcroit, une demi-drow! Et même si cela était le cas, Miriel savait très bien quel serait le prix de cette relation pour lui et pour elle.

Elle soupira une nouvelle fois avant de s’étendre sur son lit. Les minutes se transformèrent en heures… et le soleil se coucha rapidement. Elle n’avait toujours pas bougé, étendue sur son lit, fixant le plafond. Elle avait pris sa décision, et allait en assumer les conséquences. Elle se leva rapidement et alla frapper à la porte. Elle entendit le soldat lui ordonner d’aller à l’autre bout de la pièce, ce qu’elle fit. La sentinelle ouvra la porte en lui demanda ce qu’elle voulait. «  Vous pouvez aller chercher Selendil? » Devant l’air méfiant de la sentinelle, elle soupira en lui faisant un regard agacé «  Dites-lui que je vais avouer mes torts, seulement si il se présente ici, seul. »  L’elfe se redressa avant de refermer la porte rapidement. Décidément, il était entré dans son jeu et ce dernier n’hésiterait pas à aller chercher Selendil. Elle alla s’asseoir sur le bord de la fenêtre, en regardant le coucher du soleil. Les couleurs étaient à couper le souffle. Elle savait pertinemment ce qu’elle allait faire.
Cela ne prit que quelques minutes avant que les sons des clés dans la serrure ne vinrent la sortir de ses rêveries. Elle tourna la tête et vit Selendil, toujours vêtu de son armure, entrer accompagné de la sentinelle. Elle soupira et retourna son regard vers le coucher du soleil. « Je n’avouerais qu’à Selendil. » Cela ne prit que quelques secondes avant qu’elle entende les pas de la sentinelle sortir de la pièce et fermer la porte à clé.

Elle se leva et fit face à Selendil, elle ne put s’empêcher de remarquer la tristesse et l’incompréhension qui se lisait sur son visage. Elle le regarda de ses yeux gris sans laisser transparaître aucune émotion et avança de quelques pas. Elle ne pouvait pas croire qu’elle s’apprêtait à faire, mais elle devait le savoir. Ne décrochant pas son regard de lui, elle s’approcha tout près de lui. Elle ne put s’empêcher de fixer le regard bleu qui la détaillait. Peut-être était-il honnête… Il n’y avait qu’une seule façon de le savoir. Elle leva la tête fière « Je passerai devant le conseil. J’ai cru comprendre que vous avez trouvé Herendil…. Pouvez-vous me confirmer que vous avez tenu votre promesse et qu’aucun mal ne lui a été fait? » La réponse ne la préoccupait pas, elle savait que Selendil allait tenir sa promesse. Après tout, il semblait être un elfe attaché à ses valeurs et à son honneur et il lui avait donné sa parole. Elle lâcha le regard bleuté de l’elfe et se mit à marcher lentement autour de lui, rappelant leur première rencontre lorsqu’elle l’avait jaugé la première fois. Ce dernier avait toujours son armure magnifiquement décoré, et était armé. Elle voyait le pommeau de son épée dépasser de sa ceinture. Au bout de quelques secondes, la mercenaire  se retrouva à nouveau en face de lui, alors que ce dernier n’avait toujours pas bougé d’un centimètre. «  J’ai l’impression que vous vous êtes joués de moi Selendil… Dites-moi que je me trompe? »

En deux temps trois mouvements, elle se saisit rapidement de son épée. Ce dernier n’eut pas le temps de rien voir aller. Elle le mit en joug très rapidement en faisant un sourire moqueur. Elle s’approcha de lui, pour le forcer à se reculer, ce que ce dernier fit. Du moins, jusqu’à ce qu’ils entendirent le cliquetis que son armure avait fait contre la pierre froide du mur. Cette fois, c’est elle qui avait l’avantage, et tout marchait exactement comme elle l’avait prévu. Elle se rapprocha de Selendil, toujours en affichant son éternel sourire moqueur. «  Je croyais vous l’avoir dit,  le plus fort est celui qui a déjà une longueur d’avance sur son adversaire, qui comprend ses forces et ses faiblesse pour l’utiliser à son avantage. » Devant le silence de Selendil, elle ne put s’empêcher de sourire en baissant l’épée de son supposé adversaire. « Et tu as fait exactement ce que je voulais. » Elle laissa tomber l’épée sur le sol qui lâcha un son métallique lorsqu’elle toucha durement le sol. Pendant ce court laps de temps, Miriel attrapa le visage de l’elfe et l’embrassa passionnément. Goutant une nouvelle fois à ce fruit interdit. Selendil répondit à son baiser aussitôt, lui confirmant qu’il ne lui était pas insensible. Décidément, cela serait l’aventure la plus hors du commun qu’elle n’aurait jamais vécu.

Elle le laissa prendre le contrôle et se retrouva le dos contre la pierre.  Miriel n’en fit pas de cas et se laissa embrasser passionnément, tentant tant bien que de reprendre son souffle. Lorsqu’ils se séparèrent enfin, Miriel  l’étreignit et déposa doucement sa tête contre le torse de Selendil. Elle se sentait bien. En fait, elle se sentait plus que bien, c’était une sensation qu’elle n’avait jamais ressenti auparavant, la mercenaire avait l’impression qu’elle avait finalement une vraie raison de survivre, de lutter contre les embûches que le destin lui amenait. Elle ne put s’empêcher de sourire avant de lever son regard grisâtre pour rencontrer celui de Selendil. « Mais qu’es que tu m’as fait? Je n’ai jamais ressenti rien de tel » Elle se mit sur la pointe des pieds et embrassa doucement le nez de Selendil. Elle se dégagea doucement de l’étreinte de l’elfe avant de ramasser l’épée de l’elfe et de la faire tournoyer. Elle prit la lame de sa main gauche et tendit le pommeau à l’elfe, qui la prit rapidement. Une fois débarrassé de l’épée, cette dernière alla s’asseoir sur le lit en faisant signe à Selendil de la rejoindre. « Je crois que l’on peut dire que j’ai assez parlé de moi. Tu m’as fait découvrir ta ville et ta culture. Maintenant je veux en savoir plus sur toi. » Et s’était vrai, elle ne connaissait rien de l’elfe, ou du moins les seules choses qu’elle avait découvert sur lui ne l’avait pas choqué. Elle voulait tout savoir sur lui, sa façon de penser, sa famille, absolument tout. Miriel prit doucement sa main avant de la serrer doucement et elle reporta son regard vers l’elfe, prête à entendre les moindres détails.


Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Jeu 9 Aoû 2018 - 13:40

Perché au sommet de l'une des tours de la ville, Selendil contemplait les montagnes qui s'offraient à sa vue. Les sommets, encore couverts de neiges étaient nettement visible par rapport au vert de la forêt que l'on pouvait apercevoir au loin, bien plus en bas. Là, entre ces montagnes, quelques plaines, quelques collines, l'herbe se balançant au gré du vent, les fleurs, jaunes, blanches, bleu, se mouvant avec grâce dans les airs, se laissant butiner par les insectes. Adossé contre la pierre d'un créneau, il réfléchissait tout en admirant la nature qui s'offrait à sa vue. Plus loin, sur les remparts, une patrouille passait non loin, discutant de choses et d'autres, conversations non audibles aux oreilles de l'elfe. Il ne savait pas vraiment où il en était. La demi-drow avait bousculé tout ses raisonnements. Elle avait, d'un simple baiser, envoyé valser tous ses préjugés. Et si elle l'utilisait? Se servait de lui? Comme d'un vulgaire appât pour se tirer d'ici et filer en bonne et due forme. Il voulait que ce ne soit pas le cas, mais il commençait sérieusement à douter, ne sachant trop ce qu'il devait faire. Tagrul arriva alors, les cliquetis de son armure annonçant son arrivée. Selendil ne se tourna pas immédiatement vers lui alors qu'il déclarait:
- Nous l'avons attrapé... une sacré chevauchée, mais c'est réglé. L'intendant se tourna vers lui.
- Vous êtes rentré plus tôt. Tagrul fût un peu déstabilisé par la réponse mais ne se démonta pas pour autant.
- Nous avons forcé l'allure, préférant éviter de voyager de nuit... Par les temps qui courent. Selendil hocha la tête pour faire signe qu'il avait bien fait. Il est en cellule à l'heure qu'il est. Il boitera légèrement, mais se remettra de sa blessure je pense. Selendil s'approcha du capitaine et lui pressa l'épaule comme pour affirmer que le capitaine avait bien rempli sa tâche. Puis il demanda:
- Ton avis? Ce sont des marchands? Il fallait qu'il sache. Est-ce qu'il était dans la vérité en croyant l'hybride, ou est-ce que son coeur, pour la première fois, était en train de le trahir. Mais Tagrul eut un instant de réfléxion avant de déclarer:
- Je pense. Lui en tout cas. Tout du moins, ils ne nous veulent pas de mal. Il s'arrêta un instant avant de reprendre. Et puis je pense qu'il nous l'a assez répété, tout ce qu'il veut c'est son... "argent". Fit Tagrul dégoûté.
- Il ne sont pas comme nous n'est-ce pas? Fit Selendil amusé. L'autre eut un air dégoûté. Selendil se garda bien de dire en revanche que Miriel lui plaisait. Il garda cette pensée pour lui seule. Pensée secrète, que seul son coeur était en droit de savoir. Personne n'avait le droit de connaître cela, et cela ne regardait personne.

Le capitaine n'avait guère tardé à rejoindre la caserne alors que l'intendant lui, descendait dans les cellules. Et il trouva la cellule du nouveau venu. Lorsqu'il entra ce-dernier tenta de se redresser, mais d'un geste Selendil lui fit signe que ce n'était pas nécessaire. Il rentra dans la cellule et regarda le dénommé Herendil. La blessure qu'il avait à la jambe avait été bandée.
- Comment va votre jambe? demanda alors l'elfe sans se départir de son calme habituel. L'autre grommela que ça allait et demanda alors ce qui était arrivé à Miriel. Selendil  hésita à répondre. Devait-il mentir pour tenter d'en apprendre plus? Ou devait-il dire la vérité? La seconde option fût celle qu'il retint et il répondit au compagnon de l'hybride que cette dernière allait bien et qu'elle était en cellule également. Puis Selendil fixa Herendil et lui demanda alors de lui parler de Miriel.
- En quoi cela vous intéresse-t-il? demanda alors l'autre, moins bête qu'il n'en avait l'air.
- Il en va de sa vie. Répondit calmement Selendil.
- Alors demandez-le lui. répondit-il du tac au tac. En un instant, Selendil le souleva par le col et le fit lever de terre, l'autre ne touchant plus les pieds par terre et tentant de trouver appui quelque part alors que l'elfe le soulevait à sa hauteur.
- Elle ne répondra pas, vous le savez aussi bien que moi. Si vous ne me dîtes rien, je ne pourrais pas faire en sorte que vous partiez d'ici... En un seul morceau. Termina-t-il. Cette fois, l'autre fût alarmé. et Selendil le reposa à terre doucement. Il finit par déclarer qu'il ne connaissait pas tout de la mercenaire, mais il apporta quelques éléments en plus alors que Selendil écoutait. De temps à autres, il posait quelques questions, mais le regard impuissant de l'homme démontrait parfois, accompagné d'un haussement d'épaule sa méconnaissance sur certains points. Selendil le remercia et l'informa de ce qu'il allait arriver, du conseil et de la justice, lui donnant quelques conseils pour s'en tirer au mieux avec les elfes. Herendil le remercia à son tour, et Selendil inclina légèrement la tête en guise de salut et sortit.

Alors qu'il remontait vers les casernes, un soldat l'intercepta, lui faisant savoir que la "prisonnière" souhaitait le voir, qu'elle allait avouer. Mais avouer quoi? Selendil fût interloqué, mais fit signe qu'il arrivait. Il redescendit donc les marches, son esprit confus, torturé. Qu'allait-elle avouer? Il ne tarda guère à se présenter devant la porte de la cellule de la blonde et la sentinelle lui ouvrit. Il entra. Au fond de la pièce, elle scrutait le coucher de soleil. Elle vit la sentinelle, se rétracta, et Selendil, d'un signe de tête, confirma au garde qu'il pouvait les laisser seuls. Il resta là alors que son acolyte les enfermait et qu'elle tournait son beau visage vers lui. Elle se leva droite et fière, et se dirigea vers lui. Lorsqu'elle se fût approchée, elle lui demanda si il avait tenu parole. Il souffla légèrement, mais après tout, comment lui en vouloir. Ils ne se connaissaient pas vraiment. Certes, il y avait eu cet échange entre eux, ces baisers ardents, mais est-ce que cela signifiait quelque chose véritablement.
- Je vous ai donné ma parole... Et ma parole a été tenu. Il souffre d'une légère blessure à la jambe, résultat d'une chute de cheval, mais il sera rétabli rapidement, nos médecins se chargent de lui... Il va bien. Il ne lui déclara pas qu'il était passé le voir il y avait peu. Il attendait cependant qu'elle lui parle de ce pourquoi il était venu, il ne comprenait plus vraiment. Il pensait qu'elle avait été honnête avec lui. L'elfe fût surpris lorsqu'elle lui déclara qu'elle avait la ferme impression qu'il s'était joué d'elle. A aucun moment... Outré, son regard se fit plus dur. Pour l'heure, la seule qui se jouait de l'autre, c'était elle!
- Vous vous trompez. Tout simplement! Vous m'avez fait venir, et c'est pour écouter quoi? Des remises en doutes sur ma parole que je vous ai donné? Vous pensez donc que je serais un menteur? Pardonnez, mais tout le monde n'est pas comme les multiples mercenaires de Thaar. Elle commençait à l'énerver et à le mettre à cran. Il ne savait plus où il en était avec elle, et la tristesse faisait lentement place à la colère.

Elle l'avait jaugé, comme lors de leur rencontre dans la forêt, et elle mettait à nouveau au goût du jour les hostilités en s'emparant d'un geste vif de son épée, le forçant à reculer. Il serra la mâchoire, déçue de voir qu'il n'aurait pas dû lui faire confiance. Il avait fait une erreur, et il se promettait de ne plus refaire la même. Elle réitéra alors ses propos quand au plus malin, à celui qui avait une longueur d'avance. Il ne déclara rien, bien triste de voir que finalement, tout ce qu'ils avaient partagés n'était que poussière. Elle était satisfaite. Il s'attendait au coup d'épée, prêt à se décaler, à répliquer. On le lui avait appris, et même désarmé il pouvait se montrer dangereux. Mais l'épée tomba au sol. Le bruit du métal contre la pierre raisonna dans la cellule, mais il ne put rien faire d'autre que de la laisser venir à lui alors qu'elle l'embrassait. Elle goûtait à nouveau à ses lèvres. Et la question de savoir si elle se jouait de lui ne se posa pas, il répondit ardemment à ce baiser, pivota et la plaqua contre le mur, goûtant aux lèvres de la belle avec passion, ne les relâchant plus, profitant ainsi que la langue de la blonde ne dise plus de bêtises et préférant s'emparer de ses lèvres alors que ses mains serraient la taille de l'hybride. Finalement, ils rompirent ce baiser, reprenant leur souffle. Elle l'étreignit et si il en fût légèrement surpris, peu habitué à ce genre de démonstration d'affection, il ne mit que quelques secondes avant de l'étreindre à son tour alors qu'elle posait sa tête contre l'acier de son armure lui couvrant le torse. Elle finit par relever la tête alors qu'il caressait doucement sa chevelure, et lui demanda ce qu'il lui avait fait. Il sourit et répondit:
- Rien... j'en ai peur. Le pire c'est ça... c'est que je n'ai rien fait de spécial... Il s'arrêta un instant avant de dire en plongeant son regard dans le sien. Je pourrais te poser la même question.

Elle se redressa, lui embrassa la pointe du nez de ses douces lèvres, il la laissa faire alors qu'elle se penchait pour ramasser son épée et qu'elle la lui rendait en lui tendant le pommeau. Il la reprit d'un geste rapide et la rangea dans son fourreau. Puis, elle l'invita à le rejoindre sur le lit. Elle voulait parler... Encore un moment de partage, elle voulait en savoir plus sur lui. Il sourit et finit par la rejoindre. Il s'assit à ses côtés, la regarda, et déclara alors:
- Cela risque d'être long... Environ sept cents ans à résumer... En quelques minutes? Il lui adressa un grand sourire avant de commencer. Lui parlant de sa famille, de son éducation dans l'amour de sa patrie, de sa cité, dans l'amour de Kÿria, dans le respect de la nature. Son enseignement, ses passions, ses jeux de jeune elfe, puis son parcours dans l'armée. Ses luttes, ses combats, ses entraînements. Il lui parla de sa vie, lui donna quelques anecdotes. Ses amis, ceux qu'il avait perdu, ses frères d'armes laissés sur le champ de bataille. A la mention de son mentor, des batailles qu'ils avaient perdu, de ce que les drows lui avait pris, son coeur se serra. Mais il continua malgré la douleur. Etrangement, elle le faisait revenir en arrière, lorsqu'il avait manqué mourir et que son frère l'avait sauvé. Il ne lui cacha que peu de choses en réalité, gardant certaines choses pour lui, parce qu'il conservait tout de même quelques petits secrets, mais la plupart de sa vie, il la dévoilait. Il lui adressa son ressenti sur les entraînements, ce qu'il avait pensé des uns et des autres, de ses frères, de ce temps où il vivait dans l'nsousciance... Avant de connaître l'horreur des batailles, le sang de l'ennemi autant que celui de ses frères avait éclaboussé son armure. Il aurait pu mourir à maintes reprises. Mais il étai encore là... Contrairement à d'autres. Il ne pouvait qu'en remercier Kÿria. Puis il tourna son regard vers elle, se noyant dans ses yeux gris:
- Tu sais... Si nous n'aimons pas les drows, et les hybrides, ce n'est pas seulement parce qu'ils sont... "Différents". C'est parce qu'ils nous ont pris ce que nous aimions. Tout comme nous leur en avons pris. Selendil le reconnaissait. Il replaça une mèche rebelle de la blonde dans sa chevelure avant de continuer un peu, lui parlant du fait qu'il n'avait que peu voyagé, si ce n'était en Anaëh. Le soleil se couchait qu'il lui parlait encore, se plaisant à lui parler, se plaisant à faire remonter des souvenirs anciens qu'il avait cru éteint, enfouis pour toujours dans le fin fond de sa mémoire.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Sam 11 Aoû 2018 - 8:02



Miriel écouta l’elfe avec une attention toute particulière. Elle voulait connaître le moins détail de sa vie, ses ambitions et ses peurs. Elle voulait surtout comprendre pourquoi est-ce lui qui réussit à capturer son cœur. Ils étaient pourtant si différent… Oui, il avait survécu à certaines épreuves éprouvantes, mais il en était sorti plus fort, plus motivé, comme à la conquête d’un but.  Tandis qu’elle s’était emmurée dans une existence de misère, tentant tant bien que mal de survivre à chaque épreuve. Elle lui serra doucement la main avant de dire; « Je t’admire. Tu as passés au travers de nombreuses épreuves, et tu ne t’es pas laissé abattre par aucune d’elle. » Elle lâcha sa main pour replacer une mèche qui lui cachait la vue avant de s’exclamer un peu trop fort. «  Par contre, je ne comprendrais jamais cet attachement pour les dieux. J’ai passé cent ans à servir un maître, je n’ai pas l’intention de laisser personne me dire quoi faire, et ce peu importe qui ils sont. » Remarque  légèrement cinglante, mais cela était vrai. Kyria, Uriz, Othar… peu importe leurs noms, elle défendrait sa liberté avec une passion folle et elle savait que cela serait la même chose avec le conseil de Daranovar. Les seules limites qu’elle avait était celle qu’elle s’était créer, soit pour protéger quelqu’un qu’elle aimait ou elle-même tout simplement. Elle sortit rapidement de ses pensées et posa la question qu’elle redoutait le plus à ce moment. « Quand sera mon procès? » Elle frissonna lorsque Selendil lui confirma que s’était le lendemain. Elle eut un sourire en coin et fixa le regard bleuté de l’elfe. « Alors permet moi de profiter de ce qui pourrait être ma dernière nuit dans ce monde. » Elle prit le bras de l’elfe et le mit sur ses épaules, avant de se dégager. Cet armure était probablement la chose la plus inconfortable qui soit et gênait les plans de l’hybride.

La demi-drow passa ses mains sous le plastron de Selendil, tentant de trouver la sangle qui retenait le tout attaché avant de jeter un regard amusé vers l’elfe. « Elle t’est peut-être confortable, mais elle ne l’est pas pour moi » Dit-elle en désignant son armure.  Voyant que ce dernier la laissait faire, elle continua son mouvement. Miriel voulait se débarrasser de cette armure, de ce barrage entre elle et son amant.  Cela prit quelques minutes, mais elle l’aida à enlever toutes ses pièces métalliques. Elle ne put s’empêcher de le détailler de haut en bas, découvrant une nouvelle fois cet Elfe qui lui avait donné une autre perspective à la vie. Ses lèvres s’accrochèrent une nouvelle fois à celle de Selendil. Un baiser plus passionné, plus aventureux.  Elle laissa ses mains le caresser, et ils finirent bien vite sur le lit dans une étreinte passionné. Miriel sépara ses lèvres avant de lui sourire. Elle se sentait heureuse pour une fois, comme prise dans un rêve. Si seulement ce rêve ne pourrait jamais ce terminé… Elle passa sa main sur la cicatrice de Selendil et repensa à ce qu’il lui avait dit un peu plus tôt. « Je ne comprendrais jamais votre raisonnement. Les drows m’ont pris autant de chose que toi, pendant des années ils m’ont fait souffrir et lorsque je me suis finalement enfui de leur emprise, je me suis retrouvé dans une ville de laissé pour compte. Peu importe de quel race tu proviens, l’Ithri’Vann est le seul endroit où tu peux au moins devenir quelqu’un. » Elle prit un moment de silence, tentant tant bien que mal de s’assurer de choisir les bons mots. « Je suis désolée pour tout ce que les Drow ont pu te prendre » Dit-elle en passant les doigts sur le début de sa cicatrice. Un voile de tristesse envahit son visage. « Je suppose que d’une certaine façon, il est plus facile de considérer qu’ils sont les mêmes que moi. Mais je ne serais jamais Drow, comme je ne serais jamais humaine. Je n’appartiens à aucun de ces deux camps et je ne vous ai absolument rien prit. » Elle eut un moment de silence avant de mettre sa main sur son cœur et en ayant un léger sourire. « Je retire ce que j’ai dit. J’ai pris cela et je n’ai aucune intention de le laisser partir. »

Elle l’embrassa de nouveau, avant de s’étendre à ses côtés, savourant l’étreinte de Selendil. C’était bien la première fois qu’elle se sentait autant en sécurité. Qu’elle avait ce sentiment que tout allait bien allée et que pour une fois, elle n’était pas seule au monde. Miriel ferma les yeux et s’endormit dans les bras de son amant. Elle fut réveillée par les premiers rayons du soleil dans ses yeux. Elle les ouvrit doucement en remarquant la présence de Selendil à ses côtés. Ce dernier semblait toujours assoupie, elle se serra contre lui, appréciant le contact de la peau de l’elfe sur la sienne Après quelques minutes de cette délicieuse étreinte, elle tenta tant bien que mal de se libérer doucement et remit ses vêtements de mercenaire. Aujourd’hui était le jour où elle saurait le sort qu’on lui réservait. Elle soupira en attrapant ses vêtements noirs. Elle enfila rapidement un pantalon  moulant et ses longues bottes, suivie d’une chemise noire qui laissait entrevoir ses épaules et laça son corset autour de sa fine taille. Peut-être que Selendil n’aimait pas ses vêtements noirs, mais aujourd’hui elle devait montrer qui elle était réellement. Que elle, Miriel Navarete n’avait jamais eu l’attention de heurter quiconque sur ses terres…. Si on oubliait le vol des marchandises à Tethien, mais si tout allait bien, rien ne se saurait. Sinon elle prendrait le blâme afin que Herendil puisse retourner à Thaar. Après tout, si elle aurait pu avoir une raison de rester ici et de continuer à fréquenter Selendil un peu plus, elle ne dirait certainement pas non. La mercenaire secoua ses longs cheveux blancs, et soupira. Il était temps de réveiller son amant. Elle s’assit à côté de lui avant de lui donner un doux baiser sur les lèvres, ce dernier se réveilla doucement, et elle ne put s’empêcher de lui caresser la joue du revers de sa main. Elle ignorait ce qui lui avait fait, mais elle ne pouvait jamais avoir assez de sa présence à ses côtés.

« Je crois que l’on doit se séparer, sinon on va te poser des questions. »


Voyant l’expression de ce dernier, elle alla chercher quelques parties de son armure, pour l’aider. Mieux valait ne pas attirer l’attention, et il devait sortir de la même façon qu’il était arrivé. Au bout de quelques minutes, l’Elfe fut recouvert de son armure. Il semblait si grand et fier, Miriel ne put s’empêcher de  sourire en déposant ses mains sur son torse. Elle ignorait pourquoi son cœur l’avait choisi, mais il n’aurait pas pu faire mieux. L’hybride l’étreignit une dernière fois, savourant ce moment qu’elle aurait peut-être pour la dernière fois. Elle avait le cœur en miette, l’hybride savait que ce qui se passait entre eux, ne pourrait jamais sortir au grand jour ou du moins pas en Anaëh.  La mercenaire savait que Selendil était ambitieux, et qu’il n’était ne serais jamais heureux en Ithri’Vann, le récit qui lui avait fait part un peu plus tôt confirmait qu’il était beaucoup trop attaché à ses valeurs et vivre au pays des laissé pour compte, là où l’argent est roi.  Elle lui donna un doux baiser sur ses lèvres et lui fit un signe de tête. « Fais ce que tu as à faire.  Je serais prête pour le conseil. » La mercenaire lui fit un sourire tenta tant bien que mal d’apaiser non seulement la crainte qui envahissait son estomac, mais aussi Selendil. Ce dernier lui fit un de ses signes de tête si caractéristique et sortit de la cellule. Miriel eut un moment pour souffler et alla une nouvelle fois reporter son regard sur les paysages de Daranovar. La neige des montagnes reflétait les multiples couleurs du lever du soleil. C’était à couper le souffle. Au bout de quelques heures d’attente qui lui semblèrent interminable, elle put entendre les cliquetis de la serrure. C’était le moment.

Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Sam 11 Aoû 2018 - 23:37

Elle avait écouté du début à la fin son récit, comme si elle se nourrissait de ses paroles. Il lui racontait l'essentiel, se plaisant à faire remonter des souvenirs enfouis, vieux pour certains de plusieurs centaines d'années. Partager ce qu'il avait vécu, il ne l'avait jamais fait avec personne, et encore moins ce qu'il avait pu ressentir à divers moment de sa vie. Mais elle se montrait admirative, déclarant d'ailleurs qu'elle l'admirait pour avoir tenu bon malgré les épreuves. Elle replaça une mèche de ses cheveux avant de déclare un peu plus fort qu'elle ne comprendrait jamais pourquoi il restait attaché aux dieux. A Kÿria. Il lui adressa un sourire. C'était ainsi qu'on l'avait éduqué, et mère nature ne reprenait-elle pas ses droits depuis le voile. On pouvait nier certaines choses, mais l'existence de la déesse-mère... Quand on voyait ce qui était arrivé à la cité voisine... Kÿria avait peut-être décidée de punir et de prouver qu'elle était bien présente. Mais il ne déclara rien, elle était bien libre de croire ou non bien qu'il aurait aimé qu'elle partagea quelques unes de ses valeurs. Un jour, peut-être, il aurait l'occasion de lui partager cela. Il ne la jugea pas cependant, elle avait eu droit à un autre chemin, à une autre vie. Elle avait amplement le droit de douter et de ne croire qu'en elle-même. Finalement, alors qu'il terminait, elle posa alors une question à laquelle il s'attendait plus ou moins hésitant simplement sur le moment de la demande. Il ne prit pas longtemps avant de répondre:
- Demain. Maintenant qu'ils ont ramenés ton compagnon, le conseil ne perdra sans doute pas trop de temps. Il savait comment cela fonctionnait. Parfois ça mettait du temps, beaucoup de temps même, et les elfes étaient réputés un peu lent de temps à autres, quoique patient, mais quelques fois, ils pouvaient faire preuve de réactivité. Il savait que pour elle, un procès serait difficile. Il s'agirait d'un jugement direct plutôt dans son cas. Mais en réalité, si elle se défendait bien, elle avait une chance. Elle eut alors un sourire en coin, nullement affolée visiblement, et lui demanda de la laisser profiter ce qui pourrait être sa dernière nuit. Il la laissa faire alors qu'elle se mettait face à lui.

Il ne tarda guère à sentir les doigts qui fouillait sous son armure. Il la laissa faire, appréciant le contact doux, et attentionné des doigts effilés de l'hybride. Elle lui fit part du problème et il eut un sourire avant de répondre.
- Il faut dire qu'elle est bien pratique lorsque certaines femmes m'agressent à coup de poing... Fit-il, faisant revenir sur le plateau l'erreur de l'hybride d'avoir cogné dur sur son casque d'acier. Il ne déclara rien d'autres alors qu'elle retirait tranquillement, avec son aide, les pièces de son armure. Bientôt, il se retrouva en tunique alors qu'elle venait se saisir de ses lèvres après l'avoir détaillé. Il se laissa aller à ce baiser passionné qui fût suivi d'une étreinte toute aussi passionnée, les amenant sur le lit de la blonde. Selendil se laissa aller au plaisir alors que les mains de la belle caressait son corps et que cette sensation nouvelle d'être aimée naissait en lui. Il rendait les caresses savourant aussi le corps de la belle hybride pour qui son coeur était tombé. Ainsi, ce ne serait ni les combats, ni les luttes politiques, ni le temps qui avait eu raison de son coeur, mais elle... Elle toucha sa cicatrice avant d'exposer qu'elle ne comprenait pas son raisonnement, et elle y avança ses arguments. Il la laissa dire avant de répondre tendrement.
- Mais pour qui te bas-tu las-bas? Ou pourquoi? demanda-t-il alors. Une ville de laissé pour compte... Tu l'as bien définie. Thaar t'offre simplement la possibilité de vivre... Sans connaître la tension de ce que c'est de se battre pour une cause, pour des frères d'armes... Pour une famille, une cité. Il aimait son peuple, il aimait les elfes, et Daranovar en particulier. Et il ne le cachait pas. Je suis attaché à ma cité non pas parce que je peux vivre comme je suis, mais parce que je suis utile aussi pour les autres... Lâcha-t-il alors, conscient qu'elle ne verrait sans doute pas les choses du même point de vue. Finalement, elle déclara qu'elle était désolée de ce que tout les drows lui avait pris, il secoua la tête pour faire signe que ce n'était rien alors qu'elle reprenait. Il eut un faible sourire à ses dires. Oui, il était plus facile de penser qu'elle était l'une d'entre eux, mais au final, comme elle le disait si bien, elle n'avait rien pris, et, ni drow, ni vraiment humaine, elle faisait parti de ceux qu'on appellerait les... Laissé pour compte.
- Miriel... Souffla-t-il. Certains verront en toi que tu as bien plus de bonté que ce que tu ne veux bien le laisser paraître. fit-il. Lorsqu'elle toucha son coeur et déclara que finalement elle avait pris quelque chose qu'elle ne regrettait pas d'avoir pris, il sourit. Oui... Mais ça c'est un vol autorisé. lâcha-t-il dans un sourire avant de l'embrasser à nouveau.

Elle s'étendit à ses côtés alors qu'il la serrait contre lui, la prenant entre ses bras, comme pour la protéger. Et au final, n'était-ce pas ce qu'il faisait et ce qu'il allait faire? Sans doute. Rapidement, il ne tarda guère a être envahi par la fatigue et se laissa prendre par le sommeil qui l'emporta. Miriel dans ses bras, il lui semblait avoir trouvé quelque chose de neuf, une nouvelle vie, un changement radical qui lui apportait du bien. Il aurait voulu qu'elle reste, qu'elle puisse rester à ses côtés, mais il savait que c'était impossible. Et au fond de lui, son cœur se déchirait de savoir qu'il devrait à un moment donné la laisser partir, son coeur pleurait de savoir qu'il ne pourrait jamais avoir la vie des autres, qu'il ne pourrait jamais l'aimer au grand jour, sans craindre d'être pris la main dans le sac. Ils étaient condamné à vivre ces moments dans l'ombre, cachés, comme deux bêtes traqués. Mieux valait pour lui qu'il évite que cette relation soit éventée. Mais là, pour l'heure, tenant la jolie blonde entre ses bras, il ne s'en séparerait pas pour l'heure, et ses yeux ne tardèrent guère à se fermer, oubliant les soucis du moment, laissant de côté les questions de l'instant présent, reconduisant à demain la séance de torture psychologique pour ce problème, seul comptant les battements du coeur de l'hybride qui dormait à ses côtés.Et la nuit passa, douce et silencieuse, sans qu'on s'en aperçoive. Le réveil fût cependant des plus agréables. Les lèvres, douces, de son amante, vinrent le réveiller. Il porta ses mains dans la nuque de la belle blonde pour l'attirer un peu plus à lui, profitant de l'instant, mais le moment fût de courte durée, car comme elle le disait si bien, il allait falloir qu'il parte sinon on se poserait des questions. Il hocha la tête, ne sachant que répondre. Il se redressa et commença à enfiler son armure. Elle vint l'aider. Il la laissa serrer les dernières sangles, appréciant que quelqu'un le fasse pour lui... Pour une fois. Finalement, elle ne tarda guère à terminer de l'aider, et posa ses mains sur son torse, recouvert de la fine plaque d'acier, non moins solide, qui lui servait d'armure. Il serra ses douces mains, comme pour lui donner du courage. Elle l'étreignit, et il lui rendit son étreinte, son coeur soudainement en lambeau. Il risquait de la perdre. Il s'en rendait compte désormais. Il aurait dû la laisser fuir. Il se disait que peut-être il avait fait le mauvais choix. Elle tenta de le rassurer et il lui adressa un signe de tête. Il allait sortir complètement de sa cellule avant de se retourner légèrement, il la regarda avec un petit sourire alors qu'elle le regardait, interloqué.
- Parfois, la chance seule ne suffit pas... Alors qui sait... Peut-être qu'une prière pourrait être entendue par l'une de ses déesses dans lesquelles on ne croit plus. Et il la laissa sur ses paroles.

Il ne tarda guère à sortir des casernes, se dirigeant vers le siège du conseil. Il salua quelques sentinelles avant de s'engager entre les grands piliers de pierre et le sol de marbre. Le travail d'orfèvre des elfes avait rendu l'endroit magnifique, révélant tout le raffinement de son peuple et Selendil appréciait de se balader entre ses statues de guerriers ou de conseillers célèbres à mesure que l'on avançait vers la salle du conseil. Il ne tarda guère à voir quelques membres du conseil qu'il salua. Beaucop ne tardèrent guère à vouloir savoir ce qu'il avait pu apprendre d'elle, ayant appris qu'il avait passé une bonne partie de la nuit avec elle. Il savait que de là, tout se jouait pour elle et son compagnon.
- Des marchands apeurés et égarés plus que des adversaires. Elle est mercenaire et devait s'assurer de protéger le marchand. Et il est bien marchand. Quelques autres questions fusèrent auquel il répondit, rassurant chacun. Lorsque les grandes portes de bois finement sculptées de la salle du conseil s'ouvrirent, il sut qu'il avait déjà quelques atouts en poche en plus de certains membres du conseil. Il regagna sa place, prenant assise sur son siège. Les débats commencèrent, car Miriel et son compagnon ne serait pas le première problème de la journée. Selendil fit quelques interventions, mais rien de bien important, l'esprit trop accaparé par la suite de ces moments. Puis vint le temps. On exposa les faits au conseil, déjà au courant, mais tout cela prenait ainsi une tournure officielle. Et on fit rentrer les accusés. Selendil souffla de contentement lorsqu'il vit qu'on ne les avait pas enchaîné... Ses ordres avait été suivi, et il savait que Miriel aurait pu se rebeller juste à cause de cela. Il croisa rapidement son regard alors que celui qui dirigeait la séance prit la parole.

- Il y a quelques jours, ces deux individus traversaient nos terres et ont été interceptés par l'une de nos patrouilles. Tout aurait pu se dérouler correctement si la jeune femme n'avait pas dégainé son arme et porter atteinte à nos soldats. Arrêtés, et emprisonnés, ils sont soupçonnés d'espionnage sur nos terres et de prélever des informations pour les drows tout en se faisant passer pour des marchands. Que le conseil juge dés à présent. Il se tourna, revêtu de sa tunique rouge, vers les deux accusés alors que Selendil ne bronchait pas et restait droit et fier. Qu'avez-vous à répondre à cela. Êtes-vous, oui ou non des espions, et que faisiez-vous sur les terres de Daranovar? C'est là que tout allait se jouer, le combat de ceux qui souhaitaient garder leur liberté, celui de ceux qui n'avaient envie que d'une intrigue et les autres qui n'y comprenaient rien. Elle répondit. Et elle donna de la voie pour se faire entendre de tous, sans se démonter, racontant les mêmes choses qu'elle lui avait raconté à lui. Il ne bougea pas non plus, mais dés la fin de son récit, alors que son compagnon reprenait la parole pour confirmer, l'un des membres jeta:
- Comment croire à ses paroles?!!! Elles sont telles du venin!! C'est une hybride! Pourquoi la croirions-nous?! Quelques membres discutèrent entre eux et un brouhaha se répandit dans l'assemblée. Bien sûr que ce sont des espions!! Ne le voyez-vous pas? Elle tente de nous avoir! C'est une mascarade! Beaucoup hochèrent la tête. Qui nous dit que c'est la vérité qu'elle dit?
- A mort! cria alors l'un des membres. Ils n'avaient rien à faire ici!! Si ils attaquent nos soldats, c'est qu'ils avaient peur que leurs plans soient mis à l'eau! A mort! Reprit-il. Un cri de rage et de violence se déchaîna dans la salle, en faisant presque trembler les murs. Mais tout l'être de Selendil semblait lui aussi trembler. Il serra le poing, mais ne déclara rien, laissant les uns et les autres se disputer de qui avait raison. Le chef de la séance tenta tant bien que mal de ramener l'ordre et le calme.
- Peut-être qu'ils mentent... Déclara alors Selendil dont le regard fixé les deux accusés, acculés comme des bêtes blessés entre les lourds soldats Daranovans. Le silence se fit alors que le conseil prêtait attention aux dires de l'un de ses hauts membres. Il se tourna vers le membre qui avait déclaré le mensonge. Mais qui sait, si ils disent la vérité, c'est que c'est nous qui mentons, non? Retourner les questions, emmêler les esprits, se jouait des liens des paroles, employer les verbes, mais sans aucune action. Retirer son pouvoir au mot. Voilà ce qu'il fallait faire. Le faire caduque pour donner à ses mots plus d'importance de valeur. Selendil se leva et défia de son regard glacé chacun des membres. Mais si nous mentons... Et que nous les condamnons... Honte à nous alors! Car des innocents auront péri... Par notre main. Ils se taisaient. L'écoutant avec attention. Et nous ne vaudrions pas mieux que des drows. Certains furent outrés de ses mots. Il s'en moqua. Juge-t-on un ours simplement par la longueur des ses crocs? Parie-t-on sur un aigle simplement sur la taille de ses ailes? Non mes amis... Non! Nous jugeons selon des preuves. Selon des données établies.
- C'est une demi-drow!! Hurla alors l'autre.
- Et nous la jugeons donc pour ce qu'elle est... Souffla alors Selendil, le regard triste, conscient que tous n'avaient pas le même point de vue que lui. Certains furent interloqués, et il lisait dans leur regard qu'ils attendaient qu'il aille plus loin. Mais alors parce que je porte une armure, suis-je forcement l'un de nos soldats? Parce que je suis grand suis-je forcément plus fort? Parce que je suis un elfe, suis-je forcément bon? Il se tourna alors vers chaque membre du conseil avant de poser cette dernière question. Parce que je suis un hybride suis-je forcément mauvais?

Le conseil se taisait, ébahi de ses paroles alors que Selendil continuait de parler tout en se déplaçant désormais d'un siège à un autre, porté soudainement par une force qu'il ne se connaissait pas.
- laissez-moi vous dire, vous m'avez demandé de savoir ce qu'il en était, de savoir pourquoi elle était ici. Il ne le lui avait pas dit, encore un secret, mais au fond ne s'en était-elle pas doutée? Il la regarda, désolé qu'elle apprenne cela à ce moment même. Mais ce qu'il ressentait pour elle, ce n'était pas du faux, juste pour l'amadouer, pour qu'elle lui révèle ce qu'elle savait non. Il continua donc. Une demi-drow. C'est ce qu'elle est. Et un humain. Je confirme. Petit, un peu tête de mûle, mais terriblement sympathique j'en ai peur. une mère humaine, un statut de paria chez les drow, il garderait pour lui qu'elle était esclave. Chassée, traquée, comme une bête, comme un animal. Sauvé par une naine. Aimé par cette dernière. Comprise par elle qui l'a aidé à s'échapper. Désormais mercenaire. Pour survivre. Parce que après tout, où qu'elle aile, si ce n'est en Ithry'Van, elle sera chassée telle une immonde créature. Puis il se tourne vers elle, le regard légèrement embué. Alors oui... Elle est hybride. Mais elle n'est pas animale. Elle peut faire preuve de bonté. Il l'avait vu. Elle peut faire preuve d'amour elle aussi... Comme chacun d'entre nous, elle a un coeur, elle a une âme. Alors... Il lâcha le regard de la blonde pour aller se mettre devant son siège, ferma un instant les yeux et détailla les membres du conseil, se remémomrant ce qu'elle lui avait dit quand à la justice. Si nous jugeons les gens pour ce qu'ils sont, si nous jugeons tout ce qui se présentent juste par leur appartenance à telle ou telle espèce, mais pas à leurs actes... Que valons-nous? Il se rassit. Mon opinion? Ils sont innocents. Marchands égarés à la précieuse marchandise d'herbe médicinale... Ils n'étaient là que pour passer. Si ils avaient voulu obtenir de nous des informations ils se seraient infiltrés dans nos quartiers... Mais honnêtement. Un humain et une demi-drow sont un peu trop visible pour des espions non? Il regarda le maître du conseil. J'ai fait mon choix. Je vote non coupable. Ils sont innocents et je ne m'éterniserais pas sur une question à la réponse aussi évidente. Sa main, seule se leva, contre tous. Bientôt suivi d'une autre. Puis d'une autre. Au fur et à mesure, les mains se levèrent, en accord avec les dires du grand blond qui avait convaincu bien plus de la moitié de l'assemblée. Il gagnait. Il remportait la mise. ils étaient libre. Il venait de gagner un pari.. Fort risqué, mais il l'avait emporté.
Revenir en haut Aller en bas
Miriel
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 41
Âge : 27
Date d'inscription : 24/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  120 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Dim 12 Aoû 2018 - 20:25



La question de Selendil la laisse perplexe. Pour qui se battait-elle? C’était une bonne question. «  Je me bats pour le plus offrant. » Et c’était vrai. Mais il y avait plus. Il y avait une partie d’elle qui se battait pour un désir beaucoup plus important. « Je me bats aussi pour mes amis, quoiqu’il ne sont pas nombreux. Mais je me bats aussi pour Royna » Voyant que la phrase lui avait échappé elle mit sa main sur sa bouche. Selendil la regarda curieusement. Elle venait d’échapper, sans le vouloir le seul élément qu’elle voulait lui cacher. « Je dois t’avouer quelques chose. » Elle le sera dans ses bras, redoutant sa réaction. « Je dois retourner au Puy. Je dois sauver Royna, je ne peux la laisser là-bas. Tu n’as aucune idée qu’es que l’on nous fait endurer. » Elle frissonna en se calant dans les bras de son amant. Tentant tant bien que mal de ravaler ses larmes. « J’ai le même but que toi, Selendil. C’est juste que les autres ne sont pas nombreux dans mon cas. » Lorsqu’il lui mentionna qu’un jour certaines personnes verront qu’elle a plus de bonté qu’elle voulait ne le laisser paraître, elle sourit en répond à son baiser. « Tu es bien la seule personne qui l’as vu. » La nuit passa trop vite dans les bras de Selendil et elle dû le mettre à la porte de sa cellule afin d’éviter les soupçons. Ce dernier quitta avant de lui lancer en souriant qu’elle devrait peut-être faire une prière pour un des dieux qu’elle ne croyait pas en. Miriel secoua la tête en ayant un sourire moqueur. Ah oui! Comme si les dieux auraient pu faire quoique ce soit pour elle!

Il ferma la porte derrière lui, et elle retourna à la fenêtre, admirant les paysages de Daranovar. La neige des montagnes reflétait les multiples couleurs du lever du soleil. C’était à couper le souffle. Au bout de quelques heures d’attente, qui lui semblèrent interminable, elle put entendre les cliquetis de la serrure. Le moment était maintenant venu. La porte s’ouvrit par deux soldats recouverts de pied en cap de leurs armures. Ces dernières étaient beaucoup moins travaillés que celle qu’avait Selendil, mais elle ne leur en fit pas la remarque. Le plus grand des deux lui fit signe d’approcher, ce qu’elle fit en soupirant. Elle leur tendant les poigna, prête à être enchaîné comme un chien. Mais ces derniers secouèrent la tête, et lui firent signe de suivre un troisième soldat qui attendait dans le couloir. L’hybride n’en fit pas un cas, et suivi le soldat. Ils marchèrent pendant de longues minutes avant de finalement arriver devant le siège du conseil, ou du moins devant les grandes portes de ce dernier. Quel ne fut pas sa surprise de voir Herendil approcher en boitant. La mercenaire s’approcha de lui en lui agrippant le bras pour l’aider à marcher. Décidément, la chute avait dû être brutale! Herendil l’étreignit en lui murmura dans leur langue : «  Tu m’as fait peur! J’avais l’impression qu’ils t’avaient tuée sans poser de question » L’hybride tapota l’épaule de son compagnon en souriant. « Ne t’inquiète pas tout vas bien aller. » L’homme se détacha de l’hybride en la regardant d’un air méfiant; «  Il y a un elfe, un grand blond, qui est venu me poser des questions assez spécifiques sur toi. » Miriel haussa les épaules, elle se doutait bien que Selendil avait été interrogé Herendil. Il n’aurait pas fait son travail s’il ne l’avait pas fait. Au bout de quelques moments, les deux grandes portes s’ouvrirent et les deux acolytes s’engouffrer à l’intérieur de la salle du conseil, suivi des soldats Elfes. Miriel aida tant bien que mal Herendil à se déplacer. Ils se mirent en position, et Miriel tenta tant bien que mal d’apercevoir le regard rassurant de Selendil avant de commencer, mais ne put accrocher son regard.

Le procès commença, l’elfe vêtu d’une longue tunique rouge, ouvra le procès. « Il y a quelques jours, ces deux individus traversaient nos terres et ont été interceptés par l’une de nos patrouilles. Tout aurait pu se dérouler correctement si la jeune femme n’avait pas dégainé son arme et porter atteinte à nos soldats. Arrêtés, et emprisonnés, ils sont soupçonnés d’espionnage sur nos terres et de prélever des informations pour les drows tout en se faisant passer pour des marchands. Que le conseil juge dès à présent. Qu’avez-vous à répondre à cela. Êtes-vous, oui ou non des espions, et que faisiez-vous sur les terres de Daranovar? » Les paroles de l’elfe outra l’hybride. Une espionne pour les drows? Valait mieux crever plutôt crever qu’aider les drows. Elle avança d’un pas, tandis qu’elle entendit les soldats derrière d’elle bouger pour la retenir si elle devenait trop agressive. Elle se tena, droite et fière et leur jeta un regard dégouté. Elle lança d’une voix forte; « Plutôt crever qu’aider les drows! » devant l’air surpris des autres conseillers elfes, elle se dit qu’ils ne s’attendaient pas à ce qu’elle se détente avec autant de passion. « Mon nom est Miriel Navanrete, mercenaire de Thaar. » Elle pointa Herendil avant de se retourner pour soutenir les regards du conseil et puis continuer, «  Mon compagnon se nomme Herendil Lespamarma  marchand ayant une échoppe près des Marchés Libres à Thaar. Il m’a engagé pour le protéger durant son voyage. Il recherchait un type de plantes que l’on ne retrouve que dans l’Anaëh et qui doit valoir son poids à Thaar, puisqu’il a fait lui-même le voyage jusqu’à Tethien pour l’acquérir. » Elle prit une longue respiration, essayant tant bien que mal de contrôler sa nervosité. « Nous savions pertinemment que la forêt n’est pas sûr, c’est pourquoi nous avons essayé d’attirer le moins d’attention possible sur nous. » Elle n’eut pas le temps de terminé son récit qu’on la traita de menteuse et le brouhaha des elfes entèrent tout ce qu’elle aurait pu dire. On les condamnait à mort, alors qu’on n’avait même pas entendu ce qu’elle avait à dire. C’était exactement ce qu’elle avait à dit à Selendil, exactement ce qu’elle redoutait.

Elle avança de quelques pas, avant de se faire agripper par un des soldats derrière elle. La mercenaire se libéra violemment de son emprise avant de se retourner devant le conseil. En s’écriant; « Vous savez pourquoi nous avons essayé de s’enfuir? » La salle se fut silencieuse, certains elfes avaient l’air outré de ce qu’elle venait de faire. Mais elle voulait qu’il se rendre compte de ce qu’ils faisaient. « Je savais pertinemment que vous ne me laisseriez aucune chance en sachant que je suis une hybride. » Elle enleva son gant dévoila sa marque d’esclave sur son avant-bras gauche, à l’assemblé devant elle. « Depuis vingt ans que je fuis comme la peste le Puy. PLUS JAMAIS, un drow aura quelconque emprise sur moi! » Siffla-t-elle entre ses dents. « Pas plus qu’un humain, ou que les elfes! » Oui elle était en colère, pour qui se prenait-il tous? Qui était l’idiot qui avait dit que les elfes étaient sage? Herendil lui prit la main, et l’attira près de lui. « Tais-toi, laisse-moi parler, je vais essayer de calmer les choses. » Il lui fit un sourire rassurant en lui serrant la main. Il avança d’un pas et avant qu’il ne puisse prononcer un mot, la foule éclata d’une rage hors du commun. Mirel ferma les poings, elle sentit la rage l’envahir et apparemment c’était très apparent puisque un des soldats elfes agrippa ses poignets par précaution. Elle lui jeta un regard mauvais. Mais son visage resta de glace et il ne lâcha pas sa poigne.

Mais au milieu du brouhaha, une voix familière s’éleva, une voix qui apparemment était énormément respecté puisque tout se taire. Selendil prit finalement la parole.  Il se leva et défia l’assemblé de son regard bleuté. Il se déplaça de siège en siège, soutenant le regard de chaque membre du conseil et lorsqu’il mentionna que le conseil l’avait mis en charge d’en apprendre plus sur elle, elle se redressa, tendu. C’était-il servi d’elle? Non c’était tout simplement impossible… Il n’aurait pas passé de moment si passionné comme ils avaient eus. Il commença à la décrire, à raconter son histoire, puis se tourna vers elle en tentant de caché son regard embué. Il soutena son regard puis retourna vers son siège en finalisant son verdict. Lorsqu’il finit son discours, Herendil et Miriel ne purent que retenir leur souffle en voyant quelques mais se levé pour approuver le verdict de Selendil. Lorsqu’ils eurent la majorité, Miriel se débarra de l’étreinte de l’elfe et sauta dans les bras de Herendil en souriant. Ce dernier lui murmura à l’oreille « Merde, on était à un cheveu d’y passer… Une chance qu’il était là. » Il la lâcha et la regarda d’un air suspicieux avant de lui dire dans la langue de l’Itri’Vaan pour que personne ne le comprenne. « Je ne sais pas ce qui entre vous deux. Mais il n’est pas indifférent à ton charme. » Elle secoua la tête en souriant, elle savait pertinemment où il voulait aller avec cet affirmation, et la dernière chose qu’elle voulait était d’expliquer ce qu’elle ressentait à Herendil.

L’hybride se retourna vers Selendil et lui fit un signe de tête pour le remercier, et les deux compatriotes sortirent de la salle du conseil, escorté par les deux gardes elfes. Mieux valait ne pas rester trop près du conseil afin qu’il ne change pas d’idée. « Que devons-nous faire maintenant? » Un des soldats lui répondit que l’intendant aux ressources voulait discuter avec elle. Herendil croisa les bras et secoua la tête avec un regard amusé. « Vas-y, je t’attends. » Elle se laissa guider dans les couloirs du siège du conseil. Au bout de quelques minutes, le soldat ouvrit une porte et lui dit d’attendre l’intendant à cet endroit. Miriel entra et remarqua une pièce joliment décorés, elle n’en fit pas de cas et alla s’asseoir sur un des nombreux fauteuils qui ornaient la pièce. Quelques minutes plus tard, elle entendit la porte s’ouvrir et se refermé derrière elle. Elle se leva rapidement et fit face à Selendil qui verrouilla la porte derrière lui. Elle ne put attendre plus longtemps, et elle se dirigea rapidement vers lui pour le prendre dans ses bras. Elle attrapa son visage, et attira ses lèvres contre les siennes. Elle avait eu peur, et il venait de lui sauver la vie. Elle savoura son étreinte protectrice avant de lever son regard grisâtre vers le sien. « Merci » Dit-elle dans un murmure « Je ne te remercierais jamais assez. » Elle l’embrassa passionnément une nouvelle fois. Elle se sentait si bien dans ses bras, elle avait l’impression d’être aimée, protégée, que personne ne pourrait jamais lui faire du mal.  L’hybride retourna finalement son regard dans celui de l’elfe. « Quel est la prochaine étape? »
Revenir en haut Aller en bas
Selendil
Elfe
avatar

Nombre de messages : 26
Âge : 21
Date d'inscription : 18/06/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  741 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   Mer 15 Aoû 2018 - 13:10

La nuit avait cédé place au jour, la lune au soleil. Mais les paroles de la blonde était resté dans son esprit. Honnête, elle n'avait pas caché qu'elle se battait pour le plus offrant avant de finalement déclarer qu'elle se battait aussi pour Royna. Et elle avait fini par avouer qu'elle devait retourner au Puy. Il n'avait rien dit, se contentant de garder pour lui ses réfléxions dans un silence de mort. Et si le matin le trouva heureux d'être réveillé par l'hybride, il n'en avait pas moins oublié ses déclarations. Un dernier regard vers elle avant de sortir de la cellule, avant de se rendre au conseil... Et il savait qu'il risquait de la perdre. Dans tous les cas, il la perdrait. Mais mieux valait la savoir en vie que morte, la tête plantée sur une pique. Car parfois, les elfes pouvaient se montrer aussi violents que les humains, aussi cruels que les drows... Après tout, les drows n'étaient finalement que de lointains cousins si l'on suivait bien l'histoire. Il avait fini par la laisser, l'abandonnant pour quelques heures dans la cellule, et tentant, dans l'ombre, de travailler au sursis de la blonde et de son compagnon de voyage. Par chance, respecté, écouté, et apprécié, nombre de conseillers lui prêtaient l'oreille, et il sut, bien avant que le jugement ne débute, qu'il partait avec un léger avantage. Cependant, il n'avait pas crié victoire trop vite, ce serait abréger trop vite une histoire qui pouvait durer encore quelques heures.

Finalement, le conseil avait commencé, et si il avait écouté la blonde, il la jugeait plus vite que ce qu'il l'écoutait. Elle avait explosé la blonde, dans une sombre rage, dévoilant sa marque, son histoire. A cette déclaration, certains elfes s'étaient tus, d'autres même s'étaient rassis, plus calme. Mais beaucoup avait des doutes. Trop égoïstes pour certains, incapable de comprendre que cette condition là, qui avait été celle de l'hybride, ne lui permettait pas de porter les drows dans son coeur. Selendil était resté calmement assis sur son siège, ne déclarant rien, jetant quelques regards vers ses soutiens les plus fidèles, et parmi les plus sages également. Il savait pouvoir compter sur eux, et sur un signe de tête, il leur fit comprendre qu'elle disait la vérité. De toute manière il l'avait bien compris. Certains, à qui Selendil avait parlé auparavant, pris sous l'emprise de la colère et de l'émotion générale, se turent et le regardèrent, comme si ils se rendaient compte que ce qu'elle disait confirmer les dires du grand blond. Mais finalement, certains, plus véhéments que d'autres, tinrent encore à la rendre coupable de sa race plutôt que de ses actes. Cela en fût trop pour Selendil qui se décida à intervenir. Alliant le geste à la parole, usant de ses mots acérés, de ses talents d'orateur, il se décida à intervenir en la faveur des deux prisonniers. Défiant ceux qui lui opposaient leur habituelle résistance de son regard glacé, aucun ne supporta le regard dur de l'elfe. Si du haut de ses sept cents ans Selendil n'était pas le plus âgé des elfes dans cette salle, il n'en était pas non plus le plus jeune et tenait sa place dans le conseil. Plus encore, il était respecté parce qu'il avait participé à quelques batailles et qu'il avait suivi avec acharnement les traditions de sa cité. Personne n'avait jamais pu remettre en cause son amour pour sa cité, et pour le peuple elfique, aussi fallait-il admettre qu'il était l'un des exemples à suivre. Finalement, lorsqu'il accéléra les choses et fit procéder au vote, force était de constater qu'une grande majorité le suivait dans ses avis. Certains suivant le mouvement sans doute, mais finalement, on se rangeait sous son avis. C'était ce qu'il voulait, rien de moins, rien de plus. Lorsque finalement le maître du conseil se prononça:
- Par décision du conseil, les deux individus sont donc jugés innocents. Qu'on les fasse sortir en attendant de savoir quelles mesures le conseil prévoit à leur encontre quand à leur présence sur ses terres. Miriel lui adressa un signe de tête, reconnaissante. Il ne lui répondit que d'un regard alors que les grandes portes se refermaient sur les gardes qui les escortaient.

Finalement, l'un des membres du conseil prit la parole:
- Ils sont innocents, certes, mais il ne peuvent rester indéfiniment sur nos terres. Selendil savait bien que de toute manière, tôt ou tard, ils devraient partir les deux énergumènes. Mais cette fois, il ne pourrait pas lutter pour qu'ils restent, et il n'avait pas intérêt si il ne voulait pas soulever quelques soupçons à son encontre. Finalement, l'un des autres membres proposa une solution:
- Qu'on les raccompagne aux frontières de l'Anaëh, dans la direction de Thaar, sous escorte afin qu'un tel problème ne leur arrive pas à nouveau en chemin. Il s'était calmé, c'était une bonne chose pensa le grand blond qui écouta les avis qui s'exposaient dans le plus grand des calmes, comme si la disparition de l'hybride les poussait à redevenir tel qu'on les décrivaient dans les livres: Des êtres pleins de sagesses et de douceur.
- Rendons leur aussi les marchandises confisqués, fit alors Selendil. Et ajoutons quelques provisions pour nous faire pardonner ce malentendu. Cette fois, certains le regardèrent de travers... Afin qu'on ne dise pas de nous que nous sommes un peuple d'ingrats, aussi peu digne que les drows. Cette fois, tous acquiescèrent à ses mots, et on salua l'idée. Finalement, l'autre reprit.
- Selendil a raison. Je propose qu'il se charge de faire en sorte que tout cela se déroule parfaitement. Il est celui qui leur a témoigné le plus de bienveillance et qui a prouvé sa sagesse. Qu'il prenne la tête d'une douzaine de cavaliers et qu'il les raccompagne à la frontière également. Ainsi, nous serons sûr que tout se passera dans le plus grand des calme et dans les meilleurs dispositions possibles. Tous affirmèrent leur accord et Selendil accepta de se charger de cela. Il salua les membres du conseil, prit le temps de discuter avec certains d'entre eux avant de finalement les laisser pour vaquer à ses occupations.

Il sortit de la salle du conseil et ne tarda guère à se rendre vers la salle où il avait l'habitude de travailler. Il croisa l'un des soldats qui lui fit signe que c'était bon, qu'elle était bien dedans. Il rentra donc dans la petite salle décorée qu'il prit soin de fermer pour ne pas être dérangé. Petite salle destinée aux conseils en petit comité, elle était finement décorée de bois et de pierres, montrant une nouvelle fois l'aptitude des artistes elfiques et de leurs artisans. Mais pour l'heure, son regard se fixa entièrement sur la belle blonde qui se jeta à ses lèvres. Il répondit à son baiser, l'entourant de ses bras, tout en sachant que ce qui suivrait ne serait peut-être pas ce qu'il souhaitait l'un et l'autre, quoiqu'il n'avait pas oublié qu'elle souhaitait retourner au Puy. Elle le remercia, arguant qu'elle ne pourrait jamais le remercier assez et l'embrassa à nouveau. Il laissa sa main aller caresser la chevelure de l'hybride alors que l'autre prenait sa joue comme pour prolonger ce contact si agréable avec elle. Puis finalement, leur baiser se rompit et elle demanda qu'elle était la suite du programme. Il eut un faible sourire en déclarant:
- Le conseil veut s'assurer de votre départ et me charge de vous raccompagner jusqu'à la frontière. De là, vous prendrez la direction que vous voudrez. Il la lâcha un instant, la regardant, la détaillant, comme si il cherchait à graver son image en lui, pour ne jamais l'oublier et la garder au plus profond de son être. Finalement il reprit. Je dois aller préparer tout cela... Il te faut préparer des affaires, et prépare aussi Herendil. Annonce-le lui. Il lui adressa un sourire et finit par lui tourner le dos pour déverrouiller la porte avant de l'ouvrir, laissant apparaître le couloir désert. J'aurais aimé passer plus de temps avec toi Miriel. Il se tourna vers elle. Mais je ne peux prendre le risque que le conseil découvre tout... Tout ça. Fit-il en désignant Miriel et lui-même d'un vaste geste. Je perdrais ma place, et vous risqueriez d'être remis en procès. Et il sortit, suivi par l'hybride alors que deux gardes, postés plus loin, ne tardèrent guère à les encadrer, mesure de précaution prise par Selendil lui-même afin de n'éveiller aucun soupçon. Alors qu'il marchait vers les cellules, Selendil finit par reprendre. Vos armes vous seront rendus, mais une fois l'enceinte de la ville passée. Il lui adressa un regard avant de saluer une troupe qui passait par là. Vous trouverez également dans vos cellules respectives de quoi vous laver et des vêtements propres. Le conseil vous les offre en vous priant de bien les excuser pour... Ces malentendus. Ils ne tardèrent guère à arriver devant les cellules. Il la laissa rentrer pour qu'elle puisse récupérer ses affaires et finalement, après un signe de tête, il déclara:
- Si tu as besoin de quoi que ce soit, fais moi appeler par la garde. Et il la laissa pour aller préparer leur départ. Il avait le coeur lourd, mais malheureusement, il était bien obligé de faire cela.

Il traversa les couloirs pour se rendre à la caserne. Là, en compagnie de Tagrul, il fit faire ce qu'il avait dit au conseil. Il prépara le cheval du marchand, ajouta quelques provisions dans les sacs avec quelques soldats qui l'assistèrent et lui firent également cadeau de quelques plantes médicinales que l'on trouvait dans les montagnes. Si il s'en tirait bien, Herendil pourrait les vendre un bon prix elles aussi. Il fit également préparer un cheval pour l'hybride avant de déclarer à son capitaine:
- Prépare douze cavaliers. Tu viens avec nous également. Nous partirons dés qu'ils seront prêts. L'autre hocha la tête de manière affirmative et le laissa tranquille. Selendil s'assit sur un banc de la caserne le temps de réfléchir un peu, de méditer sur son coeur lourd. Il désespérait de la perdre mais savait que cela était une étape nécessaire. Si il voulait continuer d’œuvrer pour sa cité et qui sait, peut-être un jour pouvoir la mener vers la gloire, il devait passer par ce genre d'étapes. Mais il savait que jamais le beau visage de la blonde ne disparaîtrait de son esprit. C'était devenu une évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre hors du commun [Selendil]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre hors du commun [Selendil]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un guérisseur hors du commun ! {Amarante}
» [Mission: Chasse Aux Voleurs] Une Equipe Hors Du Commun ~ La Louve & Le Samouraï ~
» [Artiste] Un objet hors du commun
» Terrae, Institut pour les jeunes aux capacités hors du commun.
» Nouveau Forum, qui à besoin de vous.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ANAËH :: Terres de Daranovar-
Sauter vers: