Partagez | 
 

 Partie d'échecs | Premier coup

Aller en bas 
AuteurMessage
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 651
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  965 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Partie d'échecs | Premier coup   Ven 13 Juil 2018 - 23:57


Arcamenel de la 3e ennéade de Kärfias
Onzième année du Onzième Cycle


Jet de dés :
 
Jet de dés :
 


Une ennéade et trois jours à batailler.
Contre la peur d’abord ; la silencieuse terreur qui te prit les tripes lorsque la trame se fit la seule à jouer une tonalité tangible à ton oreille.
Contre la colère ; les instincts destructeurs que te soufflaient la proche forêt d’Aduram, dans des arpèges si réconfortants à un cœur ne pouvant plus se raccrocher à la pureté des Chants d’Anaëh.
Contre les frustrations ; des plus triviales des tiennes à celles d'une Eldéenne devenue dépendante de toi au prix de son intimité.
Contre le destin ; les caprices du monde d’incertitudes que sont les Terres Mortelles. Des terres où chaque arbre pouvait dissimuler en plus d’une créature affamée, un possesseur du Souffle rendu vorace par la vaine idée de ce qu’il appelle une vie meilleure.
Contre les regrets ; parce que déjà Yriaë te manque, déjà Ilweran te manque, mais que tu sais à quel point égoïste de vouloir n’importe lequel des deux auprès de toi, alors que tu avais choisi de plein gré d’entrer dans des conditions qui leurs seraient potentiellement mortelles.
Contre l’angoisse ; face à une Eldéenne dont le long silence et la coopération, s’il on pouvait appeler ainsi sa quasi apathie, étaient pour tout sauf te rassurer.

Tu aimes l’eau, mais pour l’heure tu ne rêves que d’en sortir la tête. Que l’apnée s’allonge encore et tes poumons auraient bien pu exploser. Détour à l’utilité contestable, mais à tes yeux nécessaire. Première étape de votre périple : le Royaume de Naélis. Le Royaume de Naélis qui malgré son ancrage dans la culture Péninsulaire portait toujours autant des restes des celle d’Anaëh que de celle des Vaanis.

  Naélis, ses artisans de la terre.
     Naélis, ses hommes de la mer.
        Naélis, ses cultes contradictoires.
           Naélis, sa relative insouciance.
              Naélis, les flèches de ses guetteurs.
                 Naélis, les épées de sa garde.

Séparé du monde par un Voile à peine opaque, le golem qui portait Krish et toi avanciez, lentement, à la rencontre des soldats. Des elfes, il y en a régulièrement qui traversent les frontières de ce Royaume. Des Drows… estropié ou pas, c’était assez pour éveiller la méfiance, mais Krish comme toi devriez bientôt montrer patte blanche pour obtenir votre droit de passage.

_________________
Ce n'est encore qu'un début:
 


Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 722
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 001ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   Sam 14 Juil 2018 - 8:28

Une ennéade et trois jours à reprendre des forces.

Sur le qui-vive comme elle ne pouvait s'empêcher de l'être depuis bien longtemps, elle dormait dès qu'elle en avait l'occasion, parlait le moins possible et entretenait sa musculature en s'obligeant à bouger ses lourdes jambes à la force de ses bras. En plus des prières quotidiennes qui étaient devenues autant de réflexes que d'heures dans la journées, elle priait Kiran de la diriger vers quelqu'un qu'i saurait venir à bout de sa déchéance et Isten de ne jamais laisser le désir de remarcher s'émousser. Mais surtout elle priait Uriz, pour de bonnes et de mauvaises raisons. Elle le priait pour s'obliger à penser à son regard sur elle, pour s'interdire de flancher, pour se donner la force de survivre et de mener son plan à terme. Cela faisait des siècles qu'elle ne s'était pas senti à ce point physiquement impuissante, mais son esprit ne se préparait qu'avec p lus d'acharnement.

Vu la direction qu'il prenait depuis un moment, ils se dirigeaient vers Naélis. Ils entreraient dans son monde et à partir de là, l'elfe serait perdu, dans tous les sens du terme. Elle lui avait conseiller de se rendre à Thaar, mais comme première étape, ils auraient put tomber plus mal. Elle avait déjà une bonne dizaines d'occasions à saisir en tête, à commencer par les gardes de la porte, mais même cela ne prenait pas toute sa concentration.

Si Uriz occupait tant ses pensées c'est qu'elle cherchait à comprendre... Depuis quand cette sensation brûlante sommeillait en elle ? Qu'est-ce qu'elle était ? Qu'est-ce que cela impliquait ? Ce qu'elle avait ressentit au bord de la rivière ne s'était pas reproduit pour la simple raison qu'elle n'arrivait pas à se résoudre à laisser cette chose se répandre malgré la puissance et la chaleur qu'elle dégageait. Se laisser priver des dernières parcelles de liberté et de libre arbitre qu'elle avait n'était pas dans ses plans immédiats... Pourtant, Cette présence lui rappelait le chamboulement que Néo avait amené dans sa vie... Et ce qu'elle commençait à entrapercevoir à propos de sa nature était aussi effrayant et exaltant que répugnant.

Mais déjà, les premiers soldats étaient en vue. Ils n'étaient pas encore vraiment en terres Vaanies mais ça commençait à venir. A force de tranquillité, elle avait obtenu que le Golem la tienne un peu plus convenablement le long de leur interminable balade et sa tunique blanche lui ouvrait les bras. Avec un peu de chance, elle aurait simplement l'air d'un vétéran particulièrement amochée... Et on ne se demanderait pas pourquoi aucun mage ni aucun artisan digne de ce nom ne s'était penché sur son problème de jambes. Elle chercha des yeux des têtes connues mais non. Ils étaient encore trop loin de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 651
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  965 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   Sam 14 Juil 2018 - 13:25


- J’ai d’importantes informations quant à la situation d’Anaëh et d’Aduram à partager avec la Guilde de l’Aurore.

Ce n’est qu’un demi-mensonge. Débattre avec qui voudrait bien l’entendre de l’avenir d’Anaëh et d’Aduram sous l’influence de l’Estel, et des répercussions qu’auraient cette évolution sur le Royaume de Naélis. Tester les eaux, découvrir qui comprendrait ou pas de quoi il en retourne, observer les réactions face à la perspective d’une embrassade entre les Royaumes Naélisien  et Sylvain. C’était ton objectif premier. Avant de la rencontrer elle et son abomination de fils.
Vous vous étiez alliés à eux dans la guerre par le passé. Vous aviez renouvelé l’idée d’une alliance avant de reprendre Eraïson. Halyalindë et la Reine d’ici se connaissaient de près. Des elfes et des semi-elfes à la fois curieux de leur culture originelle et trop attachés à leur routine pour s’y confronter vivaient ici… et tu n’avais ni la volonté ni le temps de t’entretenir avec eux.

- Et elle ?

Guerrière Eldéenne s’étant mystérieusement retrouvée dans les profondeurs de l’Anaëh avec son fils. A possiblement abusé de la détresse d’un ami pour en faire son jouet. Planifie l’éradication de ta race et certainement la conquête de Miradelphia une fois cet obstacle passé. Réduite à moitié à l’état de légume par tes soins, de peur qu’elle n’essaie de se débarrasser de toi avant que tu n’aies pu obtenir d’elle qu’elle te prouve Halandarin seul responsable de sa descente aux enfers.

- Une marchande partie à la recherche d’essence rares près des bordures d’Aduram. Son cortège a fait une mauvaise rencontre.

Un plein mensonge cette fois, mais quel autre choix avais-tu ? Tu doutes fortement que les Naélisiens voient d’un bon œil que l’on amène des règlements de comptes à leurs portes. Et c’est tout sauf d’un bon œil que tu cherches le regard de Krish, lui sommant de ne rien ajouter.

_________________
Ce n'est encore qu'un début:
 


Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 722
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 001ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   Sam 14 Juil 2018 - 16:56


Le regard de l'elfe lui fit lâcher un rire mauvais. Il était décidément d'une assurance et d'une finesse ahurissante. Ouiiiii. Quel meilleur plan que de balancer un mensonge qui aurait pu passé et de le ponctuer par un regard menaçant et hostile. Ce type savait ce qu'il faisait. C'était évident...

Le garde de droite fronçait déjà les sourcils. Ils allaient finir criblés de flèches... Ce dont elle aurait put se passer.

- Les forêts sont plus traitres que ce que j'aurai cru. " ajouta-t-elle avec une douloureuse dérision. " Mais Nakor pourra peut-être me permettre d'en finir avec cette gargouille. "

Elle tapa deux fois sur le bras du golem. Son Oliyan avait un fort accent Thaari mais un accent de pur souche... En même temps, elle avait appris cette langue à l'époque ou la ville avait été fondée et son argot n'avait aucun secret pour elle qui se mêlait à toutes les couches sociales. Usant d'un patois bourgeois suffisamment initié pour avoir une expédition sous ses ordres et suffisamment aventureux pour avoir risqué un truc aussi débile, son langage corporel était quelque peu rouillé, mais son état physique l'expliquait sans peine.

- J'étais en affaire avec l'Armateur Faeron qui s'est bien mis dans la merde pour votre roi et au cas ou ça vous tracasse... " elle se redressa et gigota un peu " Même si j'étais armée, ce qui n'est pas le cas, je ne suis pas vraiment en capacité de représenter une menace. "
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 651
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  965 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   Sam 14 Juil 2018 - 22:59


Ni son rire, ni les moues dubitatives de la garde, ni même sa tirade, pourtant concordant avec tes dires, ne surent arracher le reflet de l’Eldéenne du coin de ton regard. Pire encore, le temps qu’ils passaient à vous sonder était comme des griffes de chat aux portes de ce qu’il te restait de patience. Naélis. Tu ne connais Naélis que de loin. Tu connais mieux l’Aduram que Naélis ; et à l’heure qu’il est, l’Aduram te semble contrées plus hospitalière que l’escale forcée.

Le jeu de l’Eldéenne - ou alors était-elle une Thaarie depuis le départ ? – soit loué, les suspicions ne furent pas assez profondes pour que le passage vous soit refusé. Pour autant votre dynamique était trop curieuse pour qu’ils n’en soient pas inquiétés, et certainement au cours de votre séjour, les ombres vous observeraient. T’observeraient toi en particulier, et qui serais-tu pour les en blâmer ?
Le jeu de la Thaarie soit loué, parce qu’un peu plus et tu n’aurais plus tenu. L’hostilité que tes yeux suffisaient encore à exprimer serait devenue violence, et le sang aurait coulé. Et les racines de l’ancien Linoïn s’en seraient volontiers rassasié.

- Une remarque déplacée et ton sang-froid n’est plus une métaphore.

Une fois hors de portée des oreilles humaines, tu assènes la remarque comme un coup de fouet. Le sommeil et le silence. Pendant une ennéade et trois jours le sommeil et le silence l’avaient maintenue en vie, mais qu’en savait-elle ? Ses ancêtres étaient passés par là depuis bien trop longtemps. Leurs humeurs avaient pour toujours été élevées, mais depuis de longs Cycles maintenant leurs sens s’étaient émoussés. Elle n’entendait pas. Elle n’entendait rien. Et elle ne voyait pas, du moins tu es persuadé qu’elle ne voyait pas.
Elle ne voyait pas le sang coulant déjà dans ta gorge avant que vous ne partagiez le produit de tes chasses. Elle ne voyait pas l’inhabituelle violence avec laquelle tu donnais la mort. Elle ne voyait pas les cadavres des prédateurs avec lesquels tu t’étais disputé les proies. Et même s’il est des choses qu’elle voyait, elle ne savait pas. Elle ne pouvait pas savoir la profonde signification que portait une victime ne rendant son dernier souffle qu’au moment où tu revenais sur les lieux de votre bivouac. Pour elle tu n’étais ni plus antipathique, ni plus dangereux qu’au moment de votre rencontre.

Et pourtant…

Les villageois interloqués vous observaient de loin. Agacé, tu observais les villageois de haut. Quelques heures de marche encore, et vous trouveriez enfin les murs de Naélis la Cité, mais ces quelques heures, vous ne les auriez pas avant la nuit. Tôt ou tard, il vous faudrait vous arrêter, seulement, tu étais perplexe quant à savoir s’il valait mieux tôt ou tard pour ta santé mentale.
Est-ce que côtoyer d’autres formes de vies que celle d’un poupon millénaire machiavélique te ferait du bien, ou est-ce que les regards curieux des Arïn te mettraient hors de toi ? Au contraire, est-ce que la presque solitude te reposerait, ou est-ce que la Dame Sombre retrouvant le confort d’un terrain connu te la rendrait infernale ?
Pourquoi est-ce à elle que tu laisserais en décider ? L’absence de la Symphonie et les échos de la Dissonance te poussaient-ils à ce point à questionner ta capacité de réflexion ?

- Tu préfères rester à l’auberge ou continuer à avancer ?

Ton aversion pour elle est toujours la même, mais prends garde que sa dépendance à toi n’endorme pas ta méfiance.

_________________
Ce n'est encore qu'un début:
 


Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 722
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 001ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   Sam 14 Juil 2018 - 23:31


Le vent n'avait jamais fait s'effondrer Elda et le remarques incendiaires de l'elfe ne trouvèrent qu'une froide indifférence auprès de la sanguine survivante. Il pouvait toujours gueuler. Plus ils avançaient, plus elle s'approchait de son territoire et plus il approchait d'une mort aussi lente que douloureuse. Elle lui jeta simplement le regard désintéressé et légèrement méprisant auquel il avait désormais droit la plupart du temps. Des elfes timbrés, elle en avait vu, elle en avait même façonné. Mais pour l'heure, elle retournait à son introspection et à ses prières. Transformer sa colère flamboyante en rage froide et endurante capable de contenir autant de haine, de sadisme et de passion ne se faisait pas tout seul, surtout quand la vengeance l'obnubilait à ce point.

Les heures passaient, placides.

- Avançons. " répondit-elle sans empressement quand il lui demanda son avis pour de mystérieuses raisons. " Si je croise un seul regard de pitié dans cette auberge, jambe ou non, il y aura des morts. "

Dans le jour déclinant, la campagne Naélisienne était exactement comme dans ses souvenir. Presque trop semblable à ce qu'elle avait connu étant donné tout ce qu'elle avait vécu depuis. Elle eut une pensée pour Elghinn et T'Challa qui devaient descendre le long de l'Oliya s'il avait suivit ses directives. Il leur faudrait du temps pour rejoindre Sol'Dorn et encore plus pour parvenir à Thaar, mais au moins, ils étaient certains de ne pas se perdre comme ça.

Là ou elle allait, au moins, elle aurait déjà quelques cartes à jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Lœthwil
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 651
Âge : 21
Date d'inscription : 20/10/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  965 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   Hier à 3:32


Des prairies et des champs à perte de vue. Un arbre fruitier jaillissant à l’occasion du tapis herbacé. Des murmurants. Des centaines, des milliers, des millions de murmurants, et aucun Chanteur. Ici tu te sens seul. Ici tu es seul. À peine plus d’une ennéade, et la solitude te pesait déjà. Et dire qu’il te faudrait continuer ta percée jusqu’à Thaar… plus le temps passait, et plus tu te demandais si Halandarin valait véritablement tant d’efforts.

Le soleil décline, la brise se lève sur des champs de fleurs dont les tiges dansantes se présentent comme un accueillant tapis pour les deux êtres mentalement épuisés que vous étiez. Les étoiles se lèvent, les Lunes les éclipsent, et soudainement tu n’as plus comme compagnie que le cortège d’astres.
La tête posée sur ta tunique et ta cape roulées en un oreiller improvisé, tu dégustes le calme d’une trame dont tu ne trouves autorisation de te séparer que la nuit tombée, chaque fois que le porteur attitrée de la Thaarie retourne à l’état de poussière. Ce soir tu dégustes le silence en pleurant l’amer arrière-goût qu’il te laisse en bouche. Les échos de l’Aduram s’étouffent de plus en plus au fur et à mesure que vous approchez de la Cité, et ce soir encore tu les regrettes. Ta controversée affection pour la forêt blessée mise de côté, la fureur excessive qui y Dissone, son permanent et douloureux chaos, maintenant que le silence t’avale, tu en viens à presque plus les regretter, eux qui sont ta dernière accroche aux Chants, que tu ne regrettes la Symphonie.

Les raisons pour lesquelles tu avais été autant marqué par l’Aduram te devenaient aussi évidente que ta survie au silence durant tes deux siècles Vaanie te paraissait exceptionnelle.

Tu pleures. Les larmes finissent malgré tout par percer tes défenses. Tu pleures face au ciel en fredonnant ton interprétation d’une vieille comptine des faubourgs de Thaar. Un conte du combat contre la solitude des gens des rues, aussi nombreux que leur peuple était fractionné. Un conte que tu as en partie vécu. Un conte que tu vis à l’instant, loin de ta forêt. Tu murmures, tu fredonnes, jusqu’à ce que la mélodie ne fasse plus que cultiver ton aigreur, que tu n’arrives plus à évacuer.

Là tu te lèves, en même temps que ta voix, et quelques pas à te délecter des tiges craquant entre tes orteils, tu te laisses aller. Ton timbre clair cherche sa résonance, tes os s’enivrent des vibrations, et en faisant tes propres Chants, ta propre Symphonie, tu expies. Tu oscilles entre de vaporeux et difficiles graves, testament de l’agonie de ton Souffle et les explosives hauteurs d’une voix mixte tonnant comme des sursauts de volonté. Tu joues avec les limites de ton agilité, construit des phrases sans sens, exprime ta confusion dans des vocalises pourtant tout sauf illogiques. Tu joues avec les limites d’un fausset perçant, cri d’un oiseau chanteur trouvant la mort dans la nuit.
Et parce que ta magie est musique. Parce que ta magie est miroir de ton univers sonore, retranscription des arias du Monde, tes doigts, ton bras droit rentrent dans la danse, et d’eau et de cristal de glace tu redessines des lieux, des visages, un univers où les faciès tour à tour s’affinent et s’épaississent, ne sachant pas s’ils appartiennent à une elfe ou à un nain ; où les branches poussent des fenêtres des bâtiments pour ensuite tomber comme les feuilles d’automne, et ne plus laisser place qu’à la répugnante somptuosité des tours des palais Vaanis.

Soumis par ta condition d’elfe à un cortège d’émotions que peu d’autres chez les autres races pourraient comprendre, contre la raison, au clair des Lunes, tu soulages ton âme.

Même au calendrier Drow, ce soir est un soir d’Arcamenel.

_________________
Ce n'est encore qu'un début:
 


Anorn : J'aimerais pas me la prendre je crois
Revenir en haut Aller en bas
Krish Al'Serat
Drow
avatar

Nombre de messages : 722
Âge : 27
Date d'inscription : 27/03/2015

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : 1 001ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   Hier à 9:32


Et il chantait en plus. Roulée sur le ventre, la tête sur ses bras croisés, l'oreille dressée de Krish écoutait la mélodie que l'elfe s'obstinait à fredonner entre deux sursauts de sa respiration. Des sursauts qui ressemblaient de plus en plus à l’émotion contenue de sanglots... Après ce qu'il lui avait fait, c'était lui qui pleurait ! Tchh... Quelle mauviette.

Au moment ou elle crue en voir la fin... Et bien ce fut tout le contraire. Les cris perçants reprirent de plus belle. C’eut été la plus belle voix du monde qu'elle ne lui aurait pas trouver la plus infime valeur. Le roulis confus des marchands de la Sanguette. Les psaumes des processions. Le concert des marteaux qui tombent sur le métal. Les mélodies lascives liés aux parfums capiteux des prêtres. Les tambours de guerres soutenus d'accords sourds et vibrants. L'éclat de l'acier contre l'acier. Autant de musiques qui avaient un sens et pouvaient faire vibrer le cœur, mais ce que l'elfe piaillait en se fatiguant toujours plus avait au mieux la capacité d'effrayer les prédateur, au pire celle d'attirer des curieux. S'il voulait encore plus utiliser sa magie pour rien, soit. S'il ne voulait pas dormir tant mieux pour lui.

Se concentrant sur la fraicheur de la terre et les mouvements qui la parcouraient inlassablement, Krish se concentra une fois de plus sur ses méditations. Uriz et Teiweon soient loués. Uriz soit loué.La Vengeance et la colère d'Uriz soient louées. Et toujours cette sensation étrangère au creux de son être. Non. Elle n'était plus étrangère que ça. Elle commençait doucement à l'accepter même si elle ne lui permettait toujours pas de se répandre ou de gagner en force. Ici résidait quelque chose qui lui couterait autant qu'il lui apporterait.

Loué soit Uriz. Louée soit Sa Force. Loué soit Son nom.

Au matin, lorsqu'on vint la secouer, elle n'avait pas beaucoup dormis... Ou du moins pas comme d'habitude. Son repos n'avait pas été paisible mais elle était en pleine forme. Elle avait ouvert les yeux une seconde avant que la main de l'elfe ne se pose sur elle et l'avait acceptée sans bouger. Sans un mot. Elle s'exécutait toujours, ignorant ou méprisant la présence de l'elfe au point qu'il devait douter de l'état mental dans lequel il l'avait plongée. Mais elle avait tout intérêt à endormir sa méfiance avant de frapper et rassemblait ses forces. Elle n'arrivait simplement pas à interagir de façon plus sympathique avec lui sans sentir de violentes envies de lui sauter à la gorge pour lui arracher la carotide à coups de dents.

Contrairement à ce que beaucoup d'hérétiques pensaient, Uriz n'était pas un psychopathe tranchant la chair à la moindre occasion et buvant le sang des nouveaux nés par plaisir. La patience et le contrôles pouvaient être des armes aussi mortelles que le feu et la soif de sang. La création de Teiweon en était témoin.

Aujourd'hui, si Uriz le voulait, ils arriveraient à Naelis.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Partie d'échecs | Premier coup   

Revenir en haut Aller en bas
 
Partie d'échecs | Premier coup
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GARRY KASPAROV/ La vie est une partie d'échecs
» Combien ont coûté à Haiti les deux coups d'état contre Aristide ?
» Event#4 : St Valentin 2015
» Partie d'échecs (pv Orie & Amuro)
» La vie est une partie d'échec dans laquelle le roi finit toujours par mourir... [Pv Edwin]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Royaume de Naelis-
Sauter vers: