Partagez | 
 

 [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance

Aller en bas 
AuteurMessage
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Sam 4 Aoû 2018 - 21:24

Devoir, Honneur et Enfance





L’obscurité envahissait le ciel peu à peu, la lune passa devant le Soleil et une fois que l’éclipse fut complète il était difficile de deviner les silhouettes de ses parents. Le jeune nobliau écarquilla les yeux, sur le coup cela ne faisait pas bien peur, il faisait juste nuit. Mais les heures passèrent et la lune ne bougeait pas. Tu ne savais rien de ce « Voile » dont parlaient les adultes mais tu compris bien vite que quelque chose n’allait pas. Ton père tournait dans toutes les pièces du palais et ta mère t’ordonna de rester dans ta chambre. La panique s’empara de Beaurivages au bout de la sixième heure. Depuis ton balcon tu entendais les hurlements, les pleurs et tu pouvais apercevoir la panique qui se dessinait en bas. Tu n’avais même pas dix ans et il te fallu trois jours d’obscurité pour comprendre… ou tout du moins commencer à comprendre. Etait-ce la fin du monde ? Durant ces quatre vingt un jours tu ne pleuras point mais de tes lèvres ne s’échappait aucun son. Tu ne sortais plus de ta chambre et mangeais peu. Le manque de lumière naturelle entraîna une profonde dépression dans ton être et tu te mis à remettre en question l’existence même du monde. Il t’es devenu impossible de savoir quand s’étendait le jour et la nuit. Ton rythme interne fut déréglé et ton corps fut prit d’une étrange fatigue qui te cloua au lit à partir du quarantième jour. Le cinquantième jour tu te mis à lire chaque livre de la bibliothèque pour t’occuper. Chaque page te permettait de t’évader et de penser à autre chose. Parfois tu entendais les adultes évoquer le Mal qui s’emparait de la Seigneurie. Les suicides étaient légions et toi tu ne pouvais te reposer que sur ta sœur…

Tu ouvres les yeux en lâchant un profond soupir. Ce n’était qu’un rêve… Un souvenir. Te voici assis sur ce qui te sert de lit, seul et en sueur. Depuis dix ans tu fais et refais ce cauchemar. Au début ça t’arrivais de pleurer seul dans ton lit à la vue de la lumière solaire qui te tirait de ce cauchemar. Puis peu à peu les larmes disparurent, tu te réveillais encore en sueurs et paniqué mais tu réussis à dépasser les émotions enfantines. Tu pris la situation de haut, avec du recul.

Le Soleil baignait la pièce, c’était une petite pièce sans aucune prétention dans laquelle on ne pouvait mettre guère plus qu’un lit, un guéridon et un petit bureau sur lequel était disposé du papier, une plume et de l’encre. La fenêtre quant à elle était toute petite et un homme ne pouvait y passer à travers. Tu posas les pieds sur le sol et tu te vêtis simplement d’une chemise en lin et d’un bas en toile. Au vu de la lumière il ne doit même pas être midi. Tu sors de ton cagibi pour t’étirer de tout ton long et tu pars à la recherche des nones.

Car oui, remettons nous dans le contexte, après avoir apprit que ta fiancé s’est enfuit dans un couvent, il t’a paru évident d’aller la retrouver. Tu laissas donc Missède aux mains du Conseil. D’ailleurs tu te doutes que ta grande sœur ne le verra pas d’un très bon œil et tu sens bien la punition qui va suivre mais peu importe, tu l’aimes comme tu n’en as jamais aimé une autre. Tu développes des sentiments à chaque seconde et il est impensable de la laisser moisir dans un couvent, loin de tout, loin de toi.

Finalement tu réussis à trouver une religieuse après avoir traversé les jardins. Vous discutez une dizaine de minutes sur le cas de l’ex duchesse, désormais marquise jusqu’à la fin de l’année. Tu apprends alors le pourquoi du comment ou devrait-on dire, un début. En effet, elle te raconta la profonde détresse de ta suzeraine et sa peur d’affronter tous ces nobles péninsulaires qui convoitent ses terres. Le fait est que dans « ses terres » il y a les tiennes...
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Mar 7 Aoû 2018 - 14:31

La matinée passa. Tu la passa assis sur un banc au milieu des arbres fruitiers. Par moment, tu aides une religieuse à déplacer des sacs ou à arroser les massifs de fleurs qui forment des figures géométriques sur le sol. Elles t’ont dit que Linaëlle devait passer toute la matinée à prier puis participer à la confection du repas. Respectueux des Dieux et de leurs serviteurs, tu ne cherchas pas à déranger l’organisation du couvent pour tes désirs de mortel. Les clochent sonnèrent treize heures et une femme d’une trentaine d’années te proposa de les rejoindre pour déjeuner, ce que tu accepta.   Alors qu’il en soit ainsi, tu te diriges vers la salle à manger et sans faire d’histoire, tu t’assis sur le premier banc venu. Linaëlle était à l’autre bout de la salle, vos regards se croisent mais ni elle ni toi n’osait bouger. Le repas dura une grosse demie heure et chacun-e devait débarrasser son assiette. Malgré ton sang et ton rang, tu ne fit pas d’histoire. La mère supérieure te rejoignit à l’extérieur du bâtiment pour te faire savoir qu’elle vous autorisiez Linaëlle et toi à « évoquer tout ce qui devait l’être » durant l’après-midi. Il ne t’en fallait pas plus pour rejoindre ta fiancée dans les jardins. Elle avait prit quelques couleurs et ses cheveux habituellement lâchés formaient ici deux tresses reliées entre elles qui couraient le long de sa tête. Ses yeux se posèrent sur toi, tu t’avance et t’assieds à côté d’elle.

_ Quelle belle journée… Tu ne trouves pas ? Il ferait presque trop chaud.
_ Oui. Tu as raison.


Durant une ou deux minutes, personne ne parla. D'ailleurs ce blanc jeta un froid et cela te rendit même mal à l'aise au point de te racler la gorge. Linaëlle le comprit et relança la discussion.

_ Pourquoi es-tu venu ici ? Demanda t-elle.
_ Tu le sais très bien Linaëlle.
_ Je ne reviendrai pas. C’est terminé. Rien de ce que tu pourras dire ne me fera changer d’avis.
_ Je ne suis pas venu ici parce que le conseil de régence me l’a demandé. Et encore moins parce que ma sœur me l’a demandé. Je suis venu ici pour ça.


Tu retires ta bague de fiançailles qui ne te quitte jamais pour la poser sur les genoux de l’ex duchesse. Elle la regarde longuement avant de la prendre dans les mains pour la caresser de l’index.  Elle lâcha un soupir et ferma la main avec la bague à l’intérieur.

_ Est ce qu’un jour ce fût honnête ?
_ Ne l’ai-je jamais été avec toi ?
_ Qui me dit que le jour de ta demande tu n’étais pas uniquement motivé par ma couronne ?
_ Rien ne peut le prouver, je n’ai que ma parole. J’ai fréquenté des filles et des femmes mais aucune n’était comme toi…
_ Duchesse ?

_ Intègre. Le silence tomba quelques instants. Aucune ne fût aussi sensible, honnête et entière. Je ne veux pas épouser une couronne, des terres ou un titre. J’en ai déjà. Certes ce n’est pas exceptionnel mais entre Missède et Beaurivages, j’ai déjà de quoi. C’est toi que je veux.
_ Les religieuses peuvent se marier tu sais…

_ Je sais. Mais ça m’étonnerait que le nouveau Marquis de Langehack s’en amuse. Il craindra une éventuelle descendance et martyrisera Beaurivages. Tu t’échappes d’une situation délicate et tu m’offres le bébé avec l’eau du bain. Toi tu abdiques et tu espères qu’on va te laisser tranquille. Moi je vais devoir prier les Dieux pour que mon nouveau suzerain ne soit pas trop cruel. Je crains pour la vie de Cécilie et pour son rang, je crains pour ma famille et je crains pour toi.
_ Quoi qu’il arrive ils s’en prendront à moi. Autant ne plus être une priorité…
_ Donc tu nous abandonnes ?
_ Arrêtes…
_ Tu sais que j’ai raison.


Linaëlle soupira longuement en posant sa main sur la tienne. Elle murmure un « s’il te plaît » qui voulait tout dire. Ce n’est pas aujourd’hui que tu parviendras à la convaincre mais si elle t’as écouté… Tu le sens, ce sera un travail de longue haleine… Ce sera lent, long et fastidieux. Tu te lèves et l’encourage à faire de même puis vous vous dirigez vers les massifs de rosiers pour vous promener. Tu changes de sujet, inutile de continuer à taper dans un mur… Pour aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Ven 10 Aoû 2018 - 11:22

Le soir venu, vous vous séparez et retournez chacun à votre chambre sans pour autant oublier un doux baiser emplit de l’innocence adolescente. Cette première journée n’était pas totalement synonyme d’échec. Certes Linaëlle n’a pas encore dit haut et fort qu’elle était de retour mais au moins elle ne t’as pas jeté comme une vieille chaussette. Demain vous avez convenu de déjeuner ensemble après la prière du matin. Afin d’aider les religieuse tu te proposa pour la chasse, ce qu’elles acceptèrent. Il faudra donc te lever de bonne heure pour pister le gibier. Tu te couches vers vingt et une heure mais il est impossible de trouver le sommeil avant minuit. Ton esprit fuse et ta réflexion est dense mais après des heures de lutte, tu parviens à quitter ce monde.

Pourtant quelques heures avant que le Soleil ne se hisse dans le Ciel, tes membres se mettent à trembler et ton corps sue sous les coups de la pression. Tes lèvres laissent sortir quelques bruits stressés. Tu commences à te débattre et à froncer des sourcils, ton corps est brûlant, tes cheveux sont trempés et dans un « NON » provenant des tripes, tu te réveilles. Ton coeur s’emballe et ta respiration est courte et saccadée. Encore ce même rêve sur l’éclipse, mais cette fois tu voyais tes sœurs déchues et ta fiancée ensanglanté. Sans même chercher à comprendre, tu chasses ces rêves et tu t’habilles pour partir chasser. Tu grimpes sur ta monture et tu fais route vers le sud à la recherche de lapins, de cerfs ou de créatures plus dangereuses encore. Alternant entre bosquets et forêt, tu passes toute la matinée à retourner des pierres et à courir après des biches jusqu’à ce que sur un coup de chance, tu tombes nez à nez sur un nid. Ni une, ni deux tu ramasses les œufs comme un gros rat et tu les « range » dans les contenants attachés à ton cheval. On verra plus tard  si c’est cuisinable. Mais le tip top de cette matinée arrive sur le chemin du retour. Il ne te restait peut être qu’un ou deux miles à parcourir quand au loin tu aperçu un groupe de quatre chevreuils. Tu descends de ton canasson et t’approches doucement pendant près de trente minutes avant de tirer une flèche qui touche l’animal à la cuisse. Tu en tireras deux par la suite mais aucun ne le retouchera. Pendant l’heure qui suit tu traques ta proie… sans succès. Il y aura uniquement des œufs au déjeuner…

Tu pénètres dans le couvent par la porte principale et tu rejoins les cuisines pour leur donner les maigres fruits de ta partie de chasse. Il devait être onze heures et les œufs ne sont pas bien difficile à préparer. En attendant le déjeuner, tu pars t’entraîner au tir à l’arc contre un tronc. Cela fait bien longtemps que tu ne t’étais plus frotté à la technique et tu compris très vite pour quelle raison la biche s’est enfuit. Pendant une heure tu tires encore et encore contre ce pauvre tronc qui n’avait rien demandé. Sur un carquois de dix flèches, seules trois parviennent à toucher le tronc et deux à se loger où tu le souhaites. C’est extrêmement mauvais, autant viser cinq sur dix, ce sera déjà un brin plus noble… A midi et quelques dizaines de minutes, alors que tu bandais ton arc pour une dernière flèche pleine de haine d’être aussi mauvais, deux mains vinrent cacher tes yeux et une voix féminine s’éleva.

_ Surprise !
_ Aaaah je vais tuer quelqu’un !


Les rires adolescents s’élevèrent et finalement cette flèche ne partira pas. Tu te retournes pour déposer un doux baiser sur son front. Ensemble vous rangez tes affaires et vous partez vers la salle à manger en échangeant des civilités. Comparé à hier, ces premières minutes passées ensemble étaient survolées par la bonne humeur et les sourires. Vous vous asseyez face à face, les pieds sous la table et les couverts en main. Pendant tout le repas vous évoquez les problèmes du quotidien, les solutions, les nones vivant ici et surtout l’une d’entre elles qui est surnommée « le dragon » pour sa rigueur et son manque de bienveillance. A vrai dire tu parles beaucoup plus que Lin… Elle écoute et rit parfois mais parle peu. Ça a toujours été comme ça, tu t’es toujours démené pour la mettre en confiance. Petit à petit sa langue se délie et c’est à ce moment que tu remets le sujet qui fâche sur la table… De façon subtile quand même. Tu parles du nouvel impôt qui t’es tombé sur la tête il y a peu… Un impôt royal censé donné une petite claque derrière la tête au duché/marquisat. Et au final ce sont les petits nobles qui se prennent le coup de pied et pour l’amortir… il faut appauvrir. Linaëlle n’ignora pas les paroles de son fiancé. Elle ne dit rien mais remuait la tête de temps en temps. A la fin elle lâcha quelques mots.

_ Que pouvons-nous y faire ?

Aaaah vite il faut que tu réfléchisses pour trouver le bon argument ! Il faut faire mouche !

_ Tu es la seule à pouvoir faire quelque chose. Envoie un message à Soltariel, leur humiliation est peut être pire que la nôtre… Si Erac pouvait nous suivre, à trois, on pourrait enfin dire « non » à tous ces Nordiens qui s’essuient sur nous. Tu pourrais même leur prouver qu’ils n’ont pas réussi à mettre à bas ta maison…
_ Gaël s’il te plaît…
_ Non Linaëlle… Ce n’est facile pour personne…  
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Ven 10 Aoû 2018 - 20:24



La fin du repas -comme n’importe qui aurait pu s’en douter- ne s’est pas franchement bien passée. Alors que la journée semblait avoir plutôt bien débuté, il fallait que tu abordes le sujet tabou. Celui qui t’as conduit jusqu’ici. Linaëlle te demanda de la rejoindre pour les prières de l’après-midi, pieux comme tu es, tu ne pouvais refuser. Vous vous dirigez ensemble vers le temple en vous tenant la main. Tu ne dis rien, t’agenouilles et suit les saintes paroles de la prêtresse. Parfois il suffit de répéter, parfois il faut se taire. La cérémonie dura une demie heure avant que des femmes d’une vingtaine d’années se mettent à chanter en chœur. Le temps semblait suspendu, tu fermes les yeux. Les voix étaient douces mais semblaient tristes, comme si les Dieux jugeaient les hommes avec sévérité. La solennité de l’instant te prit aux tripes et tes yeux devinrent humides. Toujours clos, ils laissèrent s’échapper de fines larmes qui se frayèrent un chemin parmi le grain de ta peau. Tel une rivière cherchant sa Mère, elle dévala ta joue droite pour venir suivre les traits de ton menton et s’arrêter net au bout de celui-ci. L’amas d’eau ne tarda pas à faire tomber quelques gouttes sur le sol recouvert de dalles grises.

Tu ne le sais pas mais Lin a tout vu et la Soeur à ta gauche l’a vu aussi. La prière passa et à la fin tu séchas tes yeux en te relevant. Tu fus surpris de sentir la main de ta fiancée sur ton épaule. Tu te tournes vers elle un peu surpris, elle avait un très léger sourire sur son visage. A cet instant un frisson se décida à se lancer dans un marathon le long de ta peau pour finir dans un sourire sincère. Plus impressionnant encore, elle vînt se serrer contre toi quelques fugaces instants sans un mot. Les autres religieuses quittèrent le lieu et bientôt ils restèrent seul, enlacés. Après de longues minutes de silence et de frissons de part et d’autre, tu laissas s’échapper quelques mots.

_ Tu m’avais manqué.


La réponse ne fut pas immédiate. D’ailleurs tu ne t’attendais même pas à ce qu’elle réponde. Evidemment cela t’aurai fait plus que plaisir mais ce n’était pas dans sa nature. Pourtant à la surprise générale (et dans générale je veux dire pour toi) elle répondit dans un murmure quasi inaudible.

_ Toi aussi… Je suis heureuse que tu sois ici.


A ces mots, les deux adolescents fiancés resserrèrent leur étreinte en laissant s’échapper un soupir de satisfaction. Ici dans ce temple, sans personne, sans danger, sans problème tu te sentais bien. Tu te sent flotter et tu compris alors… Cette sensation de tristesse n’était pas dû au hasard. Tu ressentais le besoin de recevoir de l’affection. Non pas une déclaration de mariage, simplement un câlin. Sans un baiser, sans arrière pensée, sans paroles complexes et chargées de sens. Non. Tout simplement une étreinte volée au temps. Une simple étreinte pour prouver à ce monde de fous qu’eux ne s’abandonneront jamais, une simple étreinte pour prouver qu’une union sentimentale n’était pas impossible. Un « je t’aime » serait parfait pour sublimer ce tableau mais ce ne sera pas pour aujourd’hui.
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Jeu 16 Aoû 2018 - 16:34

Ce soir une petite fête était prévue. Rien d’extraordinaire, les religieuses n’avaient pas la prétention d’égaler les nobles dans les domaines de la débauche, de l’amusement et de la fête. Elles préparèrent un repas plus conséquent qu’à leur habitude et sortirent tables, chaises et instruments dans les jardins pour profiter des étoiles. Chacun avait un rôle à jouer et tu ne pouvais y échapper. Trois groupes furent formés, l’un devait préparer le repas, l’autre s’occuper de l’aménagement extérieur et le dernier avait pour mission de nettoyer les extérieurs et de s’occuper des lumières. Lin faisait partie du premier groupe, toi du second. Tu devais donc sortir les grandes tables en bois de banquet suivies par les larges bancs. Une fois posées, les tables formèrent un U au centre duquel se trouvera un feu de taille modeste pour illuminer les minois de chacun et chacune. Les nappes blanches sont privilégiées et quelques religieuses sortent des instruments pour en faire profiter les autres.

Tout cela t’amusait. C’est rare qu’un seigneur sorte de son château pour aller rencontrer le petit peuple, ces femmes étaient charmantes et d’une gentillesse rare. Elles étaient certes plus riches que la plupart des petites gens de ce monde mais ne croulaient pas non plus sous l’or. Et pourtant elles t’hébergent et te nourrissent sans rien demander en retour. Donc il est tout naturel que tu leur vienne en aide pour faire ta part des corvées. D’un côté, tu trouvais un certain plaisir à suivre cette vie qui te semblait bien loin des problèmes seigneuriaux. Ici il fallait trouver de la nourriture, de l’eau potable et de quoi se chauffer. Voilà les premiers objectifs des petites gens. Tu en prenais conscience en discutant avec des religieuses. Certaines venaient de familles bourgeoises mais la majorité n’avait même pas de nom.

Vers dix huit heures, tout était prêt et chacun et chacune se mit en beauté. Tes vêtements allèrent du bleu nuit au blanc en passant par quelques broderies argentées et des pointes de rouge. La soirée allait commencer et tu te posais la question suivante : était-ce nécessaire de remettre sur la table le marquisat et confronter une fois de plus Linaëlle à son destin ? Tu espères qu’elle abordera le sujet. Pour le moment tu souhaites la voir sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1201
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Ven 19 Oct 2018 - 14:53

Le ciel se teintait de ses jolies couleurs d’or et de sinople, ces couleurs qu’elle aimât à admirer inlassablement, chaque jour dans le silence bienvenu du couvent. Car ici, tout était calme, tout était doux ; hormis peut-être quelques sœurs un peu dures avec elle, mais sûrement elle le méritait un peu. Elle qui n’avait jusqu’alors pas connu le labeur prenait plaisir depuis son exil aux petits travaux des gens simples : elle aimât cuisiner et se recueillir. Elle avait peu de propension à l’horticulture mais elle suivait avec attention la bien nommée Sœur Hortense, qui prodiguait conseils et leçons sur les plantes. Sa vie avait retrouvé de l’ordre et de la décence, loin des intrigues terribles et des complots qu’elle ne supportait plus. Oui, elle qui se tenait devant son petit miroir de chambré n’avait plus honte de se regarder. Elle n’avait plus honte de la jeune femme qu’elle était – et ne craignait plus de devenir une femme. Alors – oui alors – la peine d’avoir quitté tout ce qu’elle avait toujours connu ne la faisait plus autant souffrir. Lentement, sûrement, elle pansait ses plaies.

Une joie sans fard habillait son humeur, ce soir-là. Elle n’avait guère eu l’envie de ressortir ses belles toilettes et préféra ses fripes quotidiennes dans lesquels elle se sentait en sécurité. Elle ne rêvait plus que d’être oubliée et qu’enfin l’on efface de sa face à peine sortie de l’enfance son nom. Elle ne désirait guère les exigences de la noblesse, ne convoitait pas plus les devoirs dû à son rang. Linaëlle de Lancrais se voulait simplement Linaëlle, et aux audiences préféra la légère brise sous le ciel dégagé du soir. La cour avait pris des airs enchanteurs, à en faire pâlir les luxueuses soirées ; car ici, tout semblait d’une sincérité incroyable. Les bougies vacillaient gaiment tandis que les premières sœurs entamaient quelques mélodies. Un doux fumet s’élevait de là, laissant le petit ventre gargouiller de plus belle. Qui aurait voulu quitter ces dames sans soucis, cette place qui sans fortification parvenait à la préserver du mal.

Et puis se dessina une silhouette qui serra son cœur. Le bel homme se tenait là, souriant, brisant par sa présence toutes les convictions qu’elle avait durement bâties avec son retrait de l’échiquier politique. Pour sûr, elle éprouvait de la tendresse pour Gaël, et pourtant il lui faisait si mal de le voir s’épanouir dans ce monde auquel il n’appartenait pas. Ils étaient à présent comme deux étrangers bien malheureux de ne point se connaître, et qui ne s’en retrouverait que plus malheureux encore lorsqu’ils feraient connaissance. Puis la jeunette ne parvenait à comprendre ce qui poussait le beau Missédois à rester ici. N’avait-elle point été assez claire ? Mais par égoïsme sûrement, et par égarement de jeunesse, elle ne parvenait à se résoudre à le chasser de là. Elle aimât à l’avoir auprès de lui. Sa présence la réconfortait et enfin son nouveau monde semblait complet. Alors elle le regardait en s’avançant d’un pas léger, espérant que cet instant dure toujours, priant chaque jour qu’il ne s’en aille jamais.

Linaëlle avait lâché ses cheveux malgré tout ; elle savait qu’il la préférait ainsi, et si elle n’avait pas poussé l’effort sur toute sa toilette, elle pouvait au moins lui concéder ceci. Un peu gauche, elle glissa ses mains dans son dos en se plantant toute droite à son devant. « Vous êtes charmants Messire, cherchez-vous quelqu’un ? ». La taquinerie allait jusqu’à luire dans ses petites prunelles, espérant que le beau Gaël marcherait dans sa duperie. Autour, le couvent commençait à s’agiter, et quelques éclats de rire s’élevait alors qu’apparaissait enfin les premières étoiles.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Ven 19 Oct 2018 - 17:22

Une légère brise transportait le parfum des champs de fleurs avoisinant. Celui-ci se mêlant aux émanations des réussites culinaires de ces dames, l'air était définitivement envoûtant à n'en point douter. Tu venais tout juste d’aider une religieuse à allumer une bougie un peu trop haute, soufflée quelques secondes plus tôt par le vent venant de l’Ouest. Cette soirée s’annonçait festive, belle et sans la moindre pensée pour le lendemain. Pourtant cette soirée est une de tes dernières ici. Il te faudra bientôt repartir pour Missède, retrouver les affaires courantes de la baronnie… Et puis il ne faut pas oublier Beaurivages. Depuis le retour de Chiard, quelques tensions entres nobles et bourgeois menacent de faire des étincelles. Même si tu refuses de l’admettre, Linaëlle a fait le bon choix en restant ici. Les préoccupations sont moins… intenses.

D’ailleurs en parlant de la louve, la voici de sortie. Tes yeux se posèrent sur elle. Elle s’avançait vers toi avec un sourire innocent, il se transmis sans mal à tes lèvres, soutenu par ses cheveux lâchés dans le vent. Elle était belle, innocente, charmante et inspirante. Si le temps jouait pour toi, tu choisirais de te perdre dans ses yeux pour les jours à venir. Hélas, tout n’est pas si simple. Tu ne dis rien et tu n’as pas besoin de dire quoi que ce soit car ta fiancée se lança.

_ Vous êtes charmants Messire, cherchez-vous quelqu’un ? 

Tu ne pouvais t’empêcher de laisser échapper un léger rire, pourtant avec tout le sérieux du monde, tu te repris. Mademoiselle était d’humeur taquine, voilà qui te fit plaisir. Ses yeux pétillaient de vie et l’espace  d’un instant le temps s’arrêta autour de vous. Là comme ça, vêtu de la plus simple des façons, les cheveux libres et le visage détendu, avenant, elle était de loin la plus belle sur cette Terre.

_ Je vous retourne le compliment Très Chère. Peut être pourriez vous m’aider, je cherche une personne en particulier, peut être que vous la connaissez. C’est une jeune femme aux cheveux d’une douceur incroyable, ils ont dompté le vent et dansent avec lui. Dans ses yeux se reflètent tout ce que la Péninsule a de plus beau à offrir. Quand je les regarde, je m’y perd et il m’arrive même de bafouiller et de perdre mes mots. Son sourire quant à lui peut apaiser tous les maux et soigner les coeurs blessés. Et je ne vous parle même pas de son rire… Quand elle commence à rire, vous ne pouvez vous empêcher de sourire et tous vos soucis s’évanouissent en un claquement de doigts…

Tout en parlant, tu fis glisser tes doigts dans ses cheveux pour tenter malgré le vent, de les replacer derrière l’oreille. Devant l’impossible tâche, tu hisses la bannière blanche et tu rabats tes doigts sur son cou pour l’effleurer avec douceur. Un sourire sincère se forme sur ton visage et l’émotion monte sous la forme d’un frisson.

_ Je ne pense pas avoir besoin de chercher plus loin que la personne que j’ai sous les yeux. Vous me remplissez de joie de vous voir ce soir. Votre journée a t-elle été agréable my Lady ?
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1201
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Dim 4 Nov 2018 - 17:41

Les cheveux blonds du jeune Missédois virevoltaient doucement sous la brise du soir. Et plus elle en venait à voir ce doux visage, et plus elle regrettait déjà la fin de ce doux souvenir. Ils ne pouvaient être ainsi heureux, en demeurant cloîtrés ici ; déjà parce que les sœurs ne le tolèreraient qu’un temps, et puis à quoi rimait donc d’avoir entre quatre murs quelqu’un qui se devait de siéger pour le bien de son peuple. Elle – oui elle – n’avait guère à le faire : il y avait dans le langecin tout un tas de vieux ambitieux qui veillaient farouchement à leur part du gâteau. Aussi, se trouvait elle tout à son aise ici. On n’attendait de la jeune duchesse que ses corvées quotidiennes. Il n’y avait là aucune manigance politique, aucune tromperie, plus de mensonge. C’était le calme auquel elle avait toujours aspiré, la sérénité. Oui, ici, à la lueur de ces chandelles vacillantes dans les rires enfantins, elle pouvait de nouveau être elle sans craindre toutes les ombres qui projetaient sur son petit corps leur avidité morbide.

Et puis il y avait sa voix. C’était une torture de lui sourire, de le sentir à quelques pas de là. C’était horrible de lui répondre de la même voix enchantée, dans une joie feinte – ou pas ? Car après tout, c’était comme si son cœur se séparait en deux à chaque œillade, comme si on la privait d’air à chaque inspiration. Elle avait honte à vrai dire, honte de le vouloir si égoïstement quand, au lendemain, il lui faudra la quitter. Elle ne souhaitait pas le blesser mais il lui était impossible pour l’heure de lui avouer que sa démarche resterait vaine, quand bien même elle l’aimât de tout son cœur. L’amour ne suffisait plus à présent ; elle avait bien trop peur, elle était bien trop lasse pour se défaire de cet écrin tranquille, presque immobile. Voilà peut-être ce qu’elle appréciait le plus dans ce couvent, loin de tout : rien ne semblait se mouvoir, presque impassible face aux changements. Même les saisons, les jours et les nuits semblaient étendre leur emprise doucereuse avec plus de prudence qu’au dehors.

Alors, pour ce soir seulement, elle chassa tout cela de son esprit pour afficher la mine enjouée et sincère d’une jeune fille éperdument entichée d’un jeune homme – un brave -, tout prêt à se sacrifier pour la délivrer des maux qui l’assaillaient. Dommage que ceux-ci ne fussent pas aussi futiles que leurs jeux d’enfants, car sans nul doute qu’il aurait remué ciel et terre pour la voir revenir auprès de lui.

« Oui-da, Gaël ». Elle reprit les familiarités, le discours aussi chaleureux que l’était sa bouille à cet instant. « Tu sais, j’apprécie que tu te donnes du mal comme ça… Sans toi, la fête de ce soir n’aurait pas eu la même allure ! ». Elle éclata à nouveau d’un rire cristallin alors que ses prunelles se mirent à luire de bonheur. Elle ne mentait pas : le garçon avait beaucoup aidé sa communauté, et grâce à sa chasse matinale, le repas de ce soir-là serait autrement plus frugal que d’ordinaire. Et puis il occupait tant l’espace que la petite cour aurait bien parut vide, s’il n’avait été là, à la dévisager…

HRP:
 

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Mer 7 Nov 2018 - 21:06

Certains peuvent penser que ta seule motivation à être ici était un titre de Duc (et maintenant Marquis) à la clé. Pourtant, considérer ceci sans voir plus grand serait une erreur. Premièrement et certainement le plus important à tes yeux à cet instant n’est pas un titre ou un rang mais bel et bien une personne. Tu l’aimes, ça tu en es certain et par un égoïsme primaire et certainement amoral, tu la veux près de toi à chaque instant. Tout part de ce simple égoïsme qui les saisit tous les deux, mais alors que celui-ci pourrait être comblé grâce à leur volonté commune, se hisse une montagne qui les sépare. D’un côté Linaëlle a toutes les raisons du monde de vouloir se couper de ce monde qui l’a tant fait souffrir, de l’autre tu ne peux décemment pas quitter tes obligations et renoncer à ton nom. Car hélas c’est là l’épée de Damocles qui plane au dessus de tout noble : honorer son nom quoi qu’il lui en coûte. Tu es le seul héritier mâle et en cette qualité ton nom est le premier de tes soucis. Les deux fiancés sont donc dans une impasse...

_Oui-da, Gaël. Tu sais, j’apprécie que tu te donnes du mal comme ça… Sans toi, la fête de ce soir n’aurait pas eu la même allure !
_Oh c’est tout naturel… Je viens ici sans même avoir prévenu quiconque et ces bonnes femmes m’hébergent sans rien exiger en retour, il est normal de participer. C’est le strict minimum… D’ailleurs une fois de retour à Missède, je demanderai qu’on leur donne quelques bêtes, moutons, oies et poulets. C’est ma façon de les remercier pour leur accueil  et de m’excuser d’avoir perturbé leur vie quotidienne… et monopolisé la plus belle demoiselle de ces lieux.


Tu lui fait un clin d’oeil amusé. Ce qui sonnait dans cette fin de phrase était sans conteste la sincérité. Oh oui tu avais connu des femmes en quelques années, toutes plus belles les unes que les autres. Personne n’aurait parié sur un coup de foudre de ta part sur la jeune duchesse après tes conquêtes. Et pourtant, elle était tellement plus forte, tellement plus ingénieuse que ces petites nobles sans grand intérêt que tu as pu rencontrer. Tu ne te l’expliquais pas. Linaëlle était tellement… tellement incroyable à tes yeux, tellement forte, tellement mature que même aujourd’hui tu perds tes mots quand la lourde tâche de la décrire t’incombe.

_Je veux que cette soirée soit inoubliable au cas où… enfin tu sais…

D’un tempérament joyeux et amusé, tu te détournes l’espace de quelques secondes vers le côté obscur. Ta gorge se noue et les mots ont du mal à sortir. Tu souhaitais aborder le sujet mais en même temps tu le redoutais. En fait tout ce que tu souhaites, c’est d’entendre « je viens avec toi ». Ces quelques mots pour te faire bouillonner de plaisir. Mais tu sais très bien que rien n’est gagné et qu’en partant d’ici tu risques d’être brisé. Le silence s’installe, quelques secondes. Tu baisses les yeux et tu te mords la lèvre. Un, deux, trois… Dix bonnes secondes passent avant que tu ne prennes une grande inspiration et que tu prennes les mains de ta belle.

_Ne gâchons pas la fête avec ça. Profitons pleinement de ce moment, je veux te voir te jeter sur le dîner et avaler ta part jusqu’à la dernière miette !
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1201
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Dim 18 Nov 2018 - 19:13

Il y avait une telle dichotomie entre le jeune Missédois et elle : lui brillait, étincelait d’une aura argenté, si lumineuse qu’il aurait pu éblouir une pièce entière de sa présence. Elle, tout au contraire, avait vécu trop d’horreur à présent ; il planait au-dessus de son crâne comme un air terrible, comme si ses démons s’accumulaient dans une masse informe en tentant vainement de se saisir d’elle. Parfois – oui parfois, lorsque la force lui manquait pour se battre, elle s’abandonnait aux ténèbres qui l’habitait. La jeunette avait eu beau fuir, l’ombre placide la suivait encore, terrifiante et patiente, prête à l’absorber. A son arrivée au couvent, elle avait jeûné trois jours entiers, se nourrissant seulement de prières entre ses lèvres mouillées par les pleurs qu’elle ne parvenait plus à contenir. Oh Gaël… Elle avait tant souffert, que sa simple visite faisait resurgir en elle tout ce qu’elle avait vaille que vaille tenter d’achever en s’éloignant des tourments politiques. Elle l’aimait, de toute son âme et même plus encore mais il lui rappelait combien elle ne serait jamais digne de lui. Pourquoi l’amour se devait-il d’être toujours aussi douloureux ? Pis encore, pourquoi ne pouvaient-ils pas s’aimer comme de simples enfants ?

Une main tranquille et chaude se posa sur la joue du chevalier, tandis que dans un sourire elle essayait de faire taire l’affreuse vérité qui s’imposait à eux avant même qu’ils n’aient eu à parler. Et peut-être, oui peut-être que c’était cela le trouble qui les hantait alors que tout autour d’eux se prêter aux choses plus légères et innocentes. Ils devaient aborder le sujet de sa venue, il était temps. Les prunelles de l’enfant se levèrent sans crainte, comme si la peur l’eût abandonnée au moment même où elle s’était rendue à l’évidence. Elle voulait tant le garder auprès d’elle, et c’était sûrement ce qu’elle désirât le plus fort au monde mais elle ne pouvait le rejoindre si tôt. C’était à présent comme s’ils vivaient deux univers différents, séparés à jamais par des choix qu’ils n’avaient pas fait. Ils subissaient toute la vilénie dont pouvait faire preuve les Cinq eux-mêmes. Tragique.

« J’aimerai tellement te dire ce que tu veux entendre, Gaël… ». Et une larme roula bien malgré elle, s’écrasant sur cette joue étirée dans un sourire pourtant sincère. Se disaient-ils au revoir ? Non, elle espéra qu’il ne s’agissait pas de cela. « Il m’est si dur de te voir et de te chérir quand je ne peux que rester muette face à tes suppliques. Ces ténèbres… Ils me rongent Gaël… ». Une seconde larme suivit le même sillon que la première, et bientôt le flot sembla ne plus s’interrompre. Les choses allaient bientôt être dites.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Dim 18 Nov 2018 - 23:38

La Nuit semblait être spectatrice de l’événement qui se déroulait sous son voile, à la lumières des étoiles ardentes. Ses murmures se firent entendre par le biais des feuilles sifflant sous l’effet de la fine brise. Elle cacha les deux enfants des yeux curieux des religieux et leur offrit quelques instants d’intimité. Par conscience de ce luxe ou bien par souhait d’achever l’épilogue, Linaëlle se lança dans l’arène sous les griffes du Passé. Sa main vînt se poser sur ta joue et un frisson se fraya un chemin sous ta peau. Tes muscles se figèrent et la paralysie se saisit de toi. Ton coeur ne su résister à la montée d’émotions et tes yeux brillèrent aussi ardemment que les étoiles. Ton sang ne fit qu’un tour.

_J’aimerai tellement te dire ce que tu veux entendre, Gaël…


Elle se mit à pleurer… Face à cette réalité ta gorge se noua. Il te faisait si mal de la voir dans cet état, quelle torture de ne point pouvoir la guérir de tous ses maux. Son émotion était contagieuse mais malgré la douleur qui te saisit en cet instant, tu ne pouvais te laisser aller. Ton corps se refusait à l’exercice et tes yeux bien qu’humides, tinrent les écoutilles avec difficulté.

_Il m’est si dur de te voir et de te chérir quand je ne peux que rester muette face à tes suppliques. Ces ténèbres… Ils me rongent Gaël…

Et qu’il est si dur de ne point pouvoir la sauver comme le Prince des contes pour enfants, sauvant la demoiselle en détresse. Terrasser un dragon semble si aisé, pourquoi fallait-il que tout soit compliqué ? Pourquoi ne parviens-tu pas à lui offrir ce bonheur que tu désires si fort ? Pourquoi fallait-il qu’elle se refuse à toi malgré son coeur ? Pourquoi Néera ne parvenait-elle pas à vous délivrer d’Arcam ? Etait-ce lui le véritable spectateur de cette scène ? Avec la Nuit pour déguisement, était-il hilare devant le spectacle qui se tenait sous ses yeux ? Miradelphia pour planches et vous deux, pauvres enfants comme comédiens ? L’abandon. Si il y a bien une chose que nul chevalier ne peut accepter, c’est bien l’idée même d’abandonner. Alors, tu fis face. De ton index tu tentas de sécher les larmes de ta belle puis tes lèvres vinrent déposer un baiser sur son front. Ce dernier dura un peu. Puis se fût au tour de tes bras d’enlacer la proie d’Arcam. Tu posas ta tête contre la sienne, déposant ça et là quelques baisers en la serrant contre ton coeur. Et puis tu te mis à chanter. Cela ressemblait davantage à des murmures car ta voix était basse et presque inaudible afin que seule Linaëlle puisse t’entendre.



Il est bien connu que la religion a une place à part dans ta famille et tu n’as pas échappé aux anciennes langues. Cette prière bien connue, tu as dû la réciter des centaines de fois durant ta courte vie. Linaëlle a dû la murmurer au moins aussi souvent. Peut être te joindra t-elle dans cette invitation que tu lui fais comme pour lui rappeler que même si vos deux mondes ne sont pas identiques, ils ne sont pas pour autant différents.

_ En la Déesse tu auras Foi, et ses conseils avisés tu suivras… Regarde, je suis ton fidèle bouclier face aux flèches empoisonnées du Menteur.


Un léger sourire trouve le courage d’illuminer ton visage quelques instants. Tel un Croisé sur le champs de bataille, tu offres ton corps à l’acier de l’ennemi pour protéger ton trésor. Ainsi nichée au creux de tes bras, tu osas espérer qu’elle se sente soulagée du mal qui l’assaille. Tu essayes de hisser ton écu face aux malédictions du Menteur pour le vaincre.

_ Je sais… Je sais le mal qui plane sur toi et qui attend que ta volonté flanche. Et c’est pour cette raison que je refuse de te laisser. Je ne veux pas te perdre une fois de plus, je refuse de faillir une seconde fois. Je n’ai pas été à la hauteur pour te protéger des malins et des envieux. Aujourd’hui je le suis. Désormais, et avec la bénédiction de Néera, je déferai tes ennemis avant même qu’ils ne le deviennent.


Mais ce n’était pas tout. C’est bien beau de la protéger de l’avenir, mais encore fallait-il la protéger du passé. Et plus difficile encore, fallait-il lui prouver que l’avenir à tes côté sera paisible et que plus jamais la malheur ne s’abatte sur elle. Ton étreinte perd peu à peu en intensité et tu laisses Linaëlle regagner sa liberté. Pourtant, tes mains restent posées sur ses hanches et l’une d’elles vient lui remettre une mèche rebelle derrière l’oreille.

_ On ne peut pas changer le passé… Mais on peut forger l’avenir. Je ne peux pas te sauver de tes cauchemars et je ne le pourrait probablement jamais bien que je le désire plus que tout au monde. Et probablement que nul ne le pourra. Mais il y a une chose dont je suis certain, peu de personnes auraient été capables de surmonter ce que tu as surmonté. Moi le premier. Tu es d’une force et d’une volonté incroyable. Personne ne te l’enlèvera. Tu es unique et… et j’en perds mes mots…

Une fois encore tu lui embrasses le front en fermant les yeux. Cette fois une larme vient se frayer un chemin entre les grains de ta peau, à un moment, elle se heurte à un poil mal rasé qui la retient. Une seconde suit le chemin tracé par son aînée et l’afflux de liquide permet à la première de chuter et finir sa course sur le sol.

_ Je ne veux pas te perdre… Je t’aime tellement Lin’…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1201
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Dim 25 Nov 2018 - 14:55

« Si ce que tu dis est vrai, commença-t-elle et sa voix tremblait. Si tes paroles reflètent les vérités de ton cœur, alors tu pourrais… » Linaëlle de Lancrais ne cherchait pas ses mots ; ils étaient imprimés en lettres de feu dans son esprit. Elle ne parvint pas à les prononcer, pourtant. C’était comme si la question qu’elle mourrait d’envie de de poser lui brûlait et la langue et le gosier. Aussi, en fait d’une question, la marquise conclut sa réponse à la déclaration de son fiancé d’un soupir et détourna une énième fois le regard. Les prunelles passionnées du jeune homme lui étaient si difficiles à soutenir, car il vibrait autant de confiance en lui qu’elle souffrait de ses doutes.

Si seulement elle ne s’était pas laissée convaincre par le conseil… Si elle était restée sincère à cette vocation qu’elle avait voulu embrasser sans tarder, alors tout aurait pu être plus simple. Mais il flottait entre eux, ce jour-là, cette décision qu’on refusait de la laisser prendre. Chaque fois qu’elle avouait combien elle appréciait sa vie au couvent, on l’enjoignait à patienter jusqu’au terme de son année de retraite ; par contre, quand elle confessait que le Langehack de son enfance lui manquait, là ! il lui suffisait soudainement d’un mot et on lui rendrait sa couronne et ses tourments.

« Si vraiment tu m’aimes autant que tes actes le crient, alors… ne pars pas, » lâcha-t-elle enfin en lui saisissant les mains. Et c’était comme si elle était possédée par cette idée qu’elle se soufflait dans le secret de ses pensées depuis plusieurs jours déjà. Alors qu’elle trouvait enfin le courage de la vocaliser, elle lui apparaissait clairement comme la solution parfaite pour déjouer la tragédie que les dieux leur réservaient. « Renonce à ces titres qui t’enchaînent à moi. Si, libre, tu te tournes à nouveau vers moi et prononces tes doux aveux une nouvelle fois, je pourrais enfin te confier les miens. »

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Dim 25 Nov 2018 - 16:12

_Si ce que tu dis est vrai, si tes paroles reflètent les vérités de ton cœur, alors tu pourrais…

Tu sentais la question arriver. C’est limpide comme de l’eau de roche, tu t’y attendais. Ce « tu pourrais » hésitant allait forcément déboucher sur une demande impossible et ça tu le savais très bien. Tu t’étais préparé à cette question, persuadé qu’elle allait tomber. Même si, il est vrai, tu espéra ne pas avoir à y répondre. Alors dans l’attente, tu la regardes. Patientant, préparant ta réponse, tentant de prendre de l’avance sur le dilemme qui allait te tomber dessus. Les secondes passent et elle se lança.

_Si vraiment tu m’aimes autant que tes actes le crient, alors… ne pars pas.

Elle est tombée. Le voici le dilemme. Il va falloir être diplomate, pourquoi elle devrait faire ce choix impossible alors que toi tu ne le puis. Pourquoi devait-elle porter tous les efforts alors que toi tu ne le veux pas. Diplomate, mais ne pas mentir. Être vrai, mais ne pas la blesser. Sinon ce sont tous tes efforts qui tomberont à l’eau et ton coeur qui sera brisé. Alors… Tu ouvris la bouche dans une inspiration nerveuse, mais Linaëlle reprit de plus belle comme inspirée par les mots qu’elle venait de libérer.

_Renonce à ces titres qui t’enchaînent à moi. Si, libre, tu te tournes à nouveau vers moi et prononces tes doux aveux une nouvelle fois, je pourrais enfin te confier les miens.

Ton inspiration se stoppa net. Tes mains sont dans les siennes et ton coeur manque de chavirer. Choix cornélien si il en est. Tu fermes les yeux en soupirant. Tu ne pouvais te laisser déstabiliser, il fallait dominer la situation. Rester droit et capable. Tu regardes tes mains, vos mains.

_Linaëlle… Tu… Non, surtout pas commencer comme ça. La panique s’insinue, le doute aussi... Et si...

Et là, silence. Renoncerais-tu à tes titres et à tes ambitions pour une Dame ? Si ton père te voyais, il n’hésiterait pas une seule seconde à te gifler en t’insultant de tous les noms d’oiseau de Miradelphia. « Et si quoi ? Quel fils indigne qui renie jusqu’à son propre nom ! ». Oh oui tu l’entends d’ici.

_Si j’abandonne tout, si je proclame mes vœux et si je perds jusqu’à mon nom. Cela voudra dire que je laisse Beaurivages et Missède à Cécilie… Mais Cécilie est partit… Et nul ne sait quand elle rentrera. Et même si elle vient à rentrer et que j’absous mon nom pour te rejoindre ici, cela voudra dire que je renonce à Sainte Aliénor et à tout ce qu’elle a accomplit. Tu sais à quel point notre nom est une bénédiction… Et même si pour toi j’allais jusqu’à renoncer ce pour quoi mon aïeule s’est battu, qui fera régner la bonté et la justice sur ces terres ?

Ce nom c’est toute ta vie, cette ascendance c’est toute ta piété. La religion sans ton nom ce n’est plus pareil. Il donne un sens à tes actes, c’est ton nom qui te donne foi en l’avenir comme un passe-droit pour la rejoindre le jour de ta mort. Renoncer à ce nom c’est renoncer à ce pour quoi tu es venu au monde.

_Nous avons l’opportunité unique de changer notre monde Linaëlle, ensemble. Combien de Ducs, Comtes ou Barons ont la chance d’épouser une personne qu’ils aiment ? Nous avons la chance de changer ce monde main dans la main. Plus personne n’aura à subir ce que tu as subit. Ensemble on peut rendre Langehack meilleur qu’il n’a jamais été.


Tu serras ses mains, les prunelles rayonnantes mais humides. Tu étais convaincu au plus profond de ton âme. Et cette confiance était audible et visible.

_Et puis… si jamais je te rejoignais ici, nous n’aurions ni garde, ni revenu. Et si un jour le nouveau marquis triple les impôts pour payer le Régent nordien qui exige des réparations énormes ? Comment le couvent paiera ? Et si il décide de nous entraîner dans une guerre ? Je serai recruté comme un simple lancier de première ligne, fauché par une flèche lors de la première escarmouche. Si nous restons ici, notre vie sera dictée par les nobles qui gouvernent. Nous avons l’occasion d’être ces nobles qui gouvernent. On peut éviter que des enfants se retrouvent orphelins et que d’autres meurent de faim.
En restant ici, notre vie sera faite de « si ». Est ce la vie que tu souhaites ? Aujourd’hui le couvent est calme, mais qu’adviendra t-il dans cinq ou dix ans ?
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1201
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Dim 25 Nov 2018 - 16:55


« Ah, Gaël, » souffla tristement Linaëlle quand le chevalier eût terminé sa diatribe.

Elle avait su, bien sûr, quelle serait sa réponse ; c’était d’ailleurs la principale raison qui l’avait poussée à ne pas aborder le sujet plus tôt. Elle ne dit rien, tout le temps qu’il parla. Elle l’écouta même religieusement, mais ses paroles sonnaient si creux dans son oreille. Ce n’était pas tant qu’elle remettait en cause la vertu ou la sincérité du jeune homme ! C’était tout le contraire. C’était qu’à ces belles paroles et ces louables attentions, elle ne pouvait plus croire.

« Nous ne changerons rien du tout, » énonça-t-elle avec une conviction qui valait celle de son fiancé. Il était là, le fossé qui les séparait désormais. Si cette conversation avait au moins un mérite, c’était d’en avoir si bien délimité les contours. « Je suis désolée, je ne peux pas, souffla-t-elle et ses épaules s’affaissèrent pour souligner ses propos. Je ne puis plus croire qu’en tant que marquise, j’œuvrerais mieux pour le bien commun qu’ici. » Elle se releva, libérant tant ses mains que son regard en se détournant du jeune homme qui voyait son beau discours manquer sa cible. « La vie de tout à chacun est faite de ces “si” que tu sembles tant craindre ; m’affirmer qu’à Langehack, ma voie sera tracée et mes doutes effacés… C’est un mensonge bien peu digne de toi. »

Ses paroles dépassaient sa pensée et elle retint celles qui se bousculaient encore contre ses lippes. Ils avaient parlé, mais de ces négociations qui ne portaient pas leur nom, il ne ressortirait pas ce qu’il avait pu escompter. Pas tout de suite. Pour autant, son cœur serré, Linaëlle s’interdit de perdre espoir. Aussi souffla-t-elle, faiblement peut-être, mais sans que sa voix cette fois ne tremblât. « L’année n’est pas finie. Mon choix n’est pas arrêté. Il n’appartient qu’à moi et il en va de même pour le tien. »

Elle tourna légèrement la tête et lui jeta un regard lourd de sentiments contradictoires, avant de se détourner à nouveau de lui et commencer à s’éloigner.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Dim 25 Nov 2018 - 17:38

La raison. Même en appuyant la raison plus que les sentiments, elle reste hermétique. Pourquoi ? Pourtant elle est loin d’être sotte, comment se peut-il qu’elle reste impassible face à tant d’arguments ? Tu es là, face à ton échec. Que faire ? Que dire ? La vérité.

_Non c’est vrai. Tu as raison. Ta voie n’est nullement tracé, tes doutes ne seront que plus nombreux et je ne le nie pas.

Alors qu’elle se détourna, tu lui retînt le bras de justesse, une larme se faufilant sur ta peau à la vue du spectacle. Elle tourna la tête vers toi et tu pu lire tout le désespoir du monde. Ton coeur s'emballe.

_Je ne te demande ni ta couronne, ni tes titres, ni ton rang et encore moins les richesses que le marquisat procure. Si je suis ici devant toi c’est pour t’implorer de me laisser porter tes doutes, partager tes angoisses, souffrir pour toi et prendre les coups à ta place. Je crains l’avenir autant que toi, peut être même plus. Si tu restes ici, je ne pourrais m’en remettre. De tous les côtés on me presse de te ramener derrière les remparts pour qu’il ne t’arrive rien. J… J’ai peur pour toi Linaëlle.

Les larmes se mirent à couler, tu la sentais s’éloigner comme si c’était tout ton monde qui s’écroulait. Tes pensées se bousculent et, laissant la raison de côté, tu sombres dans les sentiments, le ressentiment.

_Qu’est ce qui te fait si peur ? Pourquoi gardes-tu tout cela pour toi ? Ces fiançailles ont-elles si peu de sens pour toi ? Ne puis-je pas partager ton malheur et l’apaiser comme nous nous l'étions promis ?

Il semblerait que non. Et, alors que tu lances tes dernières forces dans la bataille, tu t’attends à un échec cuisant. Si la réponse de la marquise venait à être une fois de plus négative, il ne te restera plus qu’un seul argument à faire valoir. Ou plutôt deux qui sont liés.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1201
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Lun 26 Nov 2018 - 22:21


Les mots dépassaient-ils finalement la pensée ? Ou bien, tout au contraire, la rattrapait-elle, dans un cruel retournement de situation ? Aux accusations terribles de Gaël, Linaëlle pâlit. Ses questions étaient comme autant de coups de massue qui firent plus de mal à la jeune marquise qu’elle n’était prête à se l’avouer. Et puis, il y avait ce poing, qui serait trop fermement son avant-bras. C’était comme s’il l’avait piégée pour mieux la brutaliser.

« Tu le peux, répondit-elle d’une voix blanche, simplement tu ne le veux pas. » L’adolescente se dégagea avec une force qui la surprit elle-même et tandis qu’elle couvrait de ses doigts fins sa peau qui avait subi la poigne du chevalier, elle darda un regard ou pour une fois, la colère tutoyait le désespoir.

Ah ! Elle aurait voulu le gifler ; et en même temps, elle comprenait et c’était là toute l’étendue de sa malédiction. De son côté, il semblait que Gaël ne parviendrait jamais qu’à effleurer la surface de son mal-être. C’était peut-être sa faute. Elle aurait dû mieux le lui expliquer. Sauf que c’eût été mettre des mots sur des pans entiers de sa vie qu’elle cherchait à oublier.

« Ne comprends-tu pas ? Si je n’avais pas envie de t’avoir à mes côtés, te demanderais-je de rester ? Nos désirs d’avenir ne sont pas réconciliables… mais la différence entre nous, c’est que je respecte ta volonté. »

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Ven 7 Déc 2018 - 10:27

Un conflit. Voici le seul mot qui pouvait décrire la situation présente. Deux visions s’opposèrent frontalement et les mots de part et d’autre furent cinglants, coupants, violents. Tu avais pris l’initiative d’un tel discours et tu ne tarderas pas à le regretter. En effet, la réponse de Linaëlle fut sans équivoque.

_Tu le peux, simplement tu ne le veux pas.

Bim... Le coup de massue qui fit s'arrêter ton coeur tomba avec une violence inouïe. A cet instant tu ne souhaitais qu'une seule chose: mourir. Ici et maintenant pour ne plus subir son courroux.

_Ne comprends-tu pas ? Si je n’avais pas envie de t’avoir à mes côtés, te demanderais-je de rester ? Nos désirs d’avenir ne sont pas réconciliables… mais la différence entre nous, c’est que je respecte ta volonté.
_Tu as raison… Excuse moi… Nous devrions aller manger, je ne voulais pas te blesser…


Les deux fiancés se retournèrent alors vers le banquet. Elle devant, toi derrière. Une tension flottait dans l’air et n’échappa aucunement aux religieuses. Celles-ci échangèrent des regards interrogateurs mais aucune ne se lança dans une question hasardeuse. Oh bien sûr elles comprirent bien vite que la tournure de la discussion des jeunes tourtereaux s’envenima quelque peu. Deux enfants aux attitudes passionnées ne pouvaient éviter les étincelles, les plus expérimentées le savaient très bien. Pourtant, malgré ce froid glacial qui s’était installé entre les deux nobliaux, leurs hôtes se mirent en quête d’un sourire, voire même d’un rire de leur part. Linaëlle fut taquinée par deux dames d’un certain âge qui étaient assises à côté d’elle. La première commença par murmurer tout bas, à la manière des grands-mères, que ce beau jeune homme est bien bâti et qu’elle avait du goût. Et telle une grand-mère dans toute sa splendeur, la seconde renchérit que le de Laval « louche un un peu non ? ». Ce qui était totalement faux mais la réflexion eut le mérite de faire sourire la petite marquise et de mettre la seconde none dans une colère à peine dissimulée.

_Mais enfin que racontes-tu là Hortense ? L’as-tu regardé au moins ?
_Je me suis arrêté pour ne pas avoir de torticolis je le reconnais… Comment fais-tu Linaëlle pour préserver ton cou lors de vos discussions passionnées ? C’est bien l’un des rares seigneurs pour lequel je suis soulagée d’incliner la tête !


De l’autre côté de la table ce fût à ton tour de subir les histoires des nones qui ne te laissèrent aucun répit. A peine assis, qu’une voix venant de ta droite te posa la question suivante : « Alors tu l’as embrassée ? ». Ton regard étonné se tourna en direction de l’origine du son. Tu étais sur le point de répondre quand, de ta gauche, surgit une seconde voix : « L’a-t-il déjà fait au moins ? ». L’étonnement était tel que tu perdis les mots et dans une tentative d’échappatoire tu tentas le bluff.

_Mais euh… enfin… bien sûr… enfin… je…
_Ah tu vois Léonie, il doute ! C’est peut-être de là que vient tout le problème…
_Mais… quel problème ?
Ta voix venait de perdre toute forme de conviction. Tu doutas de tout et de rien à la fois. En fait l’attitude de ces femmes te fit perdre tous tes moyens.
_Tu vois bien qu’elle attend des solutions concrètes et pas de vaines promesses n’est ce pas…
_Oui mais…
_Non tu ne le vois pas. Tu vois ce que tu veux voir jeune garnement.


Et c’est à ce moment que tu pris conscience non pas de la situation mais surtout du fait que depuis le début, les religieuses te tutoyaient. Etait-ce réellement un problème en soi ? Fallait-il s’indigner d’un détail aussi futile ? Non, tu laissas passer car au final, les deux femmes firent office de grand mères de substitution durant tout le repas.
Et de part et d’autre de la grande table en bois, les religieuses plaisantèrent et supposèrent à haute voix aux côtés des deux fiancés qui échangèrent quelques regards. Les premiers débordèrent de gêne et parfois même un peu plus mais après de longues minutes durant lesquelles vos regards se fuyaient, elle lâcha un sourire gêné en baissant les yeux, entoura par le rire de ses consœurs. Les religieuses à tes côtés se saisirent de l’occasion pour sous-entendre que Sœur Hortense a encore fait un sous-entendu douteux. Oh rien de bien méchant car il ne faut pas oublier que nos deux amoureux sont des enfants. Ah la la cette sœur Hortense alors. Le repas semblait s’être détendu car désormais vos regards s’accompagnaient de sourires.

Elle et toi êtes assis de chaque côté d’une table en U. La force des choses a voulu que vos chaises libres soient presque en face l’une de l’autre pour que quoi qu’il arrive vos regards se croisent durant tout le repas. Etant-ce Néera ou ses servantes ? Nous ne le saurons jamais avec certitude mais par la force des choses, la situation était ainsi faite.

Un peu avant le dessert tu te levas de table, feignant une envie pressante pour t’éclipser. Tu posa ton regard sur Linaëlle qui te sourit. Evidemment, un sourire tu lui renvoya et tu partis à l’extérieur de l’enceinte du monastère pour t’asseoir sur le chemin menant au village le plus proche. Il te fallait quelques minutes pour t’isoler, pour réfléchir, pour prendre une décision. A cet instant ton cœur se serra. Mais objectivement, tu ne trouvais pas les mots pour te l’expliquer. Tu restas assis à regarder le ciel étoilé pendant une bonne quinzaine de minute avant qu’un craquement de branche ne te ramène à la réalité.

_Tout va bien ?

Cette voix, tu pouvais la reconnaître entre mille. Et comme si tu n’attendais que ça, tu fermas les yeux par soulagement durant quelques secondes.

_Oui ne t’inquiète pas…
_Bon… si tout va bien je vais y retourner…
_Non attends… reste un peu… s’il te plaît…


Tu posas ta main à côté de toi pour lui signifier que cette place était libre. En fait on pouvait bien se demander qui pourrait s’asseoir à côté de toi si elle refusait. Peut être un renard passant par là qui lui aussi serait attiré par les étoiles. Alors elle s’assit, ignorant l’état dans lequel pourront être ses vêtements une fois debout. Tu lui carressa doucement le poignet que tu avais saisit un peu plus tôt.

_Je suis vraiment désolé, j’espère que je ne t’ai pas fait mal… Je m’en veux d’avoir été si tranchant avec toi. Je n’aurai pas dû.

Tu serres ton index et ton majeur droit pour y déposer tes lèvres pour ensuite toucher le poignet de Linaëlle avec un sourire.

_Le voici guéri de tout mal.

Tu aimerais que cela soit aussi facile mais tu sais que ce n’est pas aussi simple. Rien n’est simple dans ce pays. C’est bien connu pourtant. Rattrapé par ton enfance tu t’allongeas sur le chemin, ton dos fut amorti par quelques brins d’herbe et tu te mis à regarder les étoiles.

_Quand j’étais enfant, mon père me disais que les lumières dans le ciel étaient nos ancêtres disparus et qu’à chaque fois que je venais à douter, je devais leur demander conseil. La première fois que je me suis allongé dans l’herbe la nuit, c’était pour leur demander comment pourrais-je prendre des bonbons au miel sans que père ne le sache.

Tu souris. C’était complètement stupide oui, mais c’était amusant et surtout il n’y avait aucun sous-entendu politique, aucun complot, aucune action importante derrière. Ta main vînt se poser sur le dos de ta fiancée et tes doigts glissèrent çà et là sur ses vêtements.

_Je crois que je n’ai pas été assez à l’écoute de tes sentiments et de tes souhaits. Je me suis emporté imaginant une vie idéale à tes côtés sans prendre en compte tes critères de vie idéale. Il me suffit de te voir chaque matin pour être certain qu’aucun malheur ne m’atteigne. J’en suis certain maintenant.

Tu tournas légèrement ta tête pour la regarder. Dans l’obscurité où seule la lune vous éclaire, tu peux percevoir sa silhouette mais aussi la lueur de ses yeux qui réfléchissent les faibles rayons de lumière.

_Je regrette d’avoir tenu un tel discours. J’espère que tu me pardonneras…

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Entité
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1201
Âge : 818
Date d'inscription : 14/01/2008

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : Eternel.
Niveau Magique : Spécial.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Jeu 13 Déc 2018 - 6:37


« Je le regrette aussi, » répondit-elle simplement, sans qu’il ne fut possible a priori de savoir si elle parlait du discours de Gaël ou du sien propre.

Une seule chose était certaine, pour qui la connaissait un tant soit peu : l’épisode l’avait marquée.

« Je t’ai déjà dit ce que je voulais, murmura-t-elle ensuite en fuyant son regard. Je t’ai dit aussi ce que je ne voulais pas. » Elle marqua une pause, soupira, puis darda des prunelles tristes dans sa direction. « À toi, au conseil… À la Damedieu aussi. Je le dis et le répète chaque jour, mais il n’y a qu’Elle qui semble m’entendre. »

Elle baissa le regard, rassembla ses mains sur ses genoux et ferma les yeux. « Je suis désolée moi aussi, finit-elle par expier. Il était injuste de ma part de te demander de renoncer à tes titres pour vivre avec moi, ici. Je sais combien ton nom et ton héritage sont importants pour toi. Je respecte cela. Je le comprends. Tout comme tu dois comprendre, ce soir, que mon nom charrie d’autres destins que le tien. » Elle n’avait qu’à garder les yeux clos pour que s’imprimât en négatif sur ses prunelles l’image du corps de sa mère, froid déjà, poignardé pour toujours. « Ce que je veux… reprit-elle en rouvrant les yeux et en secouant la tête pour chasser la vision terrible qui l’assaillait déjà. J’ai fini par m’en convaincre ce soir, pendant le repas : ce n’est pas la bonne question. Que voulons-nous ? »

Elle prononça ce mot avec une telle force, une telle conviction ; Gaël ne put y rester indifférent. C’était l’amour qui la faisait parler. Elle trouva en elle la force de le regarder à nouveau et ses prunelles brillaient. Quand à savoir le feu qui les nourrissaient… Il était multiple et changeant.

« Respecte mon Choix qu’Elle m’a confié et que j’exerce dans Sa maison, le supplia-t-elle une dernière fois. Respecte-le et je respecterai le tien. Laisse-moi devenir prêtresse et je te rejoindrai à Missède. Il doit en être ainsi. C’est en traçant la voie que j’ai choisi qu’elle se mêlera à la tienne. J’aurais affronté et surmonté mes peurs, nous ferons face aux tiennes. » À ce suzerain sans nom ou visage qu’il craignait assez pour chercher à la convaincre d’embrasser une vie dont elle ne voulait pas.

Elle voulut ajouter quelque chose  son visage cria son désir de continuer, mais la flamme de son regard mourut sous l’intensité de celui de son promis.

Elle avait déjà trop parlé.

C’était son tour, maintenant, mais il pouvait voir la solennité du moment. Pour Linaëlle, il était clair qu’ils étaient désormais à la croisée des chemins.

_________________
Ombre fugace
Maître de ton destin

-Crédits de l'avatar: ETERNAL RETURN - Art of pierre / Alain D.
Site de l'artiste: http://www.3mmi.org/v9/
Revenir en haut Aller en bas
Gaël de Laval
Humain
avatar

Nombre de messages : 65
Âge : 19
Date d'inscription : 27/07/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  18 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   Jeu 13 Déc 2018 - 22:09

_ J’ai fini par m’en convaincre ce soir, pendant le repas : ce n’est pas la bonne question. Que voulons-nous ?

Qu’aurais-tu pu dire ? Rien. Absolument rien. Ce « nous » était criant et ton coeur voulu répondre avec une telle conviction que ta peau fut le théâtre de vigoureux frissons. Tu craignais ce futur pour beaucoup de raisons, beaucoup de si. Peut être un peu trop d’ailleurs. Elle plonge son regard dans le tien, l’obscurité n’enlève rien à l’intensité qu’elle y met. Tu te mords la lèvre inférieure et ta gorge s’assèche.

_ Respecte mon Choix qu’Elle m’a confié et que j’exerce dans Sa maison. Respecte-le et je respecterai le tien. Laisse-moi devenir prêtresse et je te rejoindrai à Missède. Il doit en être ainsi. C’est en traçant la voie que j’ai choisi qu’elle se mêlera à la tienne. J’aurais affronté et surmonté mes peurs, nous ferons face aux tiennes.

On arrive au bout. Tu fermes les yeux et prend une grande respiration. Il fallait donc faire un choix ce soir, ici même. Accepter son choix, et vivre avec elle jusqu’à la fin ou refuser, assumer tes arguments, la voir refuser et te marier à une noble pour tisser une alliance. Ciel, quelle triste vie. Alors l’espace d’un instant tu imaginas. Que préférais-tu ? La même vie qu’aujourd’hui mais aux côtés de celle que tu aimes, ou une vie de comte à l’autre bout de la Péninsule aux côtés d’une femme inconnue et peut être même infâme ? Tu ouvres les yeux. Elle te regarde, encore. Tu te redresses, t’agenouille devant elle pour prendre ses mains et y déposer un baiser.

_ Tu as conscience que mes peurs pourraient avoir raison sinon de nos vies, en tout cas de celles de Missède et Beaurivages ?

Si évidemment tu craignais qu’un malotru ne grimpe sur le trône du marquisat, c’est surtout la possible guerre de succession qui menace qui t’effraie. Sans aucune décision de Linaëlle, il n’y a aucune légitimité. Certes le Conseil nommera certainement quelqu’un mais il est probable que des nobles étrangers, voire même la couronne ne viennent fourrer leur nez dans l’affaire et là imaginez les indignations des bourgeois, des nobliaux et d’autres nobles étrangers. Tout le monde aura quelque chose à dire et les étincelles seront légion. Mais… mais oserais-tu quitter celle que tu aimes ?

_ Mais je n’imagine personne d’autre que toi à mes côtés pour les affronter. Parce qu’à mes yeux il n’y a que toi. Si tel est ton choix alors je te donne ma bénédiction. Je ne te demanderai qu’une seule et unique chose pour éviter que tout Langehack ne se saigne en guerres de succession, nomme ton successeur et soumet son nom au Conseil. Ainsi mes peurs s’évanouiront car je sais ton jugement juste et guidé par Néera elle même. Et dès lors, je pourrai poser mes yeux sur toi sans craindre qu’un noble malavisé ne s’en prenne à nos vies, à nos terres et à nos Maisons.


Voilà ta seule demande. Si elle tient tant à devenir prêtresse, qu’il en soit ainsi. Peut être que les Dieux parlent à travers elle et quel de Laval ferais-tu si tu refusais d’écouter Néera elle même ? Alors oui, tu cèdes face à ses exigences mais est-ce une mauvaise chose. Tu ne voulais qu’une seule chose en venant ici… c’était de récupérer la fille que tu aimes. Et il semblerait qu’elle soit prête à revenir à tes côtés. Alors… Oublions l’idée d’un mariage aboutissant à une alliance pour un mariage d’amour et surtout un mariage sincère. Tu séchas une larme qui commençait à s’écouler sur sa joue et tu lui offris un sourire.

_ Promet moi de sourire à nouveau, de rire et de chanter… Il me fait si mal de voir des larmes sous tes yeux… J’assisterai à tes vœux… je ne t’abandonnerai plus jamais…


Et il était temps. Tu pris une grande inspiration et tu te lanças.

_ Il y a aussi un petit quelque chose que je voudrai te demander avant que tu ne deviennes prêtresse… Linaëlle de la Maison de Lancrais, acceptes-tu de m’épouser ?

Tu laissas ta question faire son effet et tu repris quelques secondes plus tard, en souriant.

_ Bon je n’ai pas de bague sur moi mais je te promet qu’à peine rentré à Missède je me mettrais en quête du plus beau bijoux du marquisat !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP/Solo] Devoir, Honneur et Enfance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MAISON TULLY? famille, devoir, honneur 0/5]
» MAISON TULLY ? famille, devoir, honneur [5/5 Libres]
» Il y a soixante-dix ans, 1937 : 70 ans après, un devoir de m
» Renom et honneur du marine Walter C Drake
» Renom, Honneur et Wanted d'un Nain?!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: PÉNINSULE :: Marquisat de Langehack-
Sauter vers: