Partagez | 
 

 L'art de tester les limites [Haldren]

Aller en bas 
AuteurMessage
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 94
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: L'art de tester les limites [Haldren]   Mer 15 Aoû 2018 - 19:52




8ième ennéade de Karfias, An 11, Cycle 11




Le voyage avait été long, de  Naélis à Thaar  en passant par les principautés, Maralina avait tenté tant bien que mal d’agrandir ses affaires. Mieux valait étendre ses affaires le plus possible par temps de relative paix.  Relative paix, si on excluait le fait que le marché libre avait été détruit par un mage pendant une dispute avec Krish Al’Serat. Cette fameuse « dispute »  fut excessivement mauvaise pour ses affaires. De nombreux établissement avaient été abimés, ou détruit durant leur affrontement, et malheureusement pour elle, ce n’était pas seulement les établissements de ses compétiteurs qui furent touchés. La princesse marchande n’avait pas hésité à déployer quelque uns de ses mercenaires pour trouver l’elfe. N’hésitant pas à récompenser la moindre information relative à cet événement. Mais au moins, son dernier voyage en valut la peine, son modèle d’affaire semblait plaire tant à la populace qu’à l’élite de l’Ithri’vaan. Elle poussa son pur-sang au gallot lorsqu’elle put finalement apercevoir les murs de Thaar, suivi rapidement de plusieurs soldats de sa milice personnelle. Ils entrèrent finalement dans la cité alors que le soleil commençait sa descente dans le ciel et Mara en avait eu assez de voyager. La seule chose qu’elle voulait en ce moment précis était le confort de son foyer. Au bout de longues minutes, qui semblèrent lui durer des heures, elle passa finalement les portes du domaine familial. Elle ne put s’empêcher de pousser un soupir de soulagement lorsque les énormes portes de sa demeure s’ouvrirent devant elle. Enfin à la maison!

Elle fut rapidement accueillie par quelques esclaves qui la suivirent la tête baissé. D’une humeur massacrante après cette longue et inconfortable chevauchée, elle ne souhaitait que de se dépoussiérer pour reprendre son allure normale. La demi-elfe prit son bain si mérité, avant d’enfiler une légère robe en soie rose, qui soyons honnête, ne faisait que souligner les courbes de la jeune hybride. Elle retourna rapidement à son bureau, là où de nombreux documents l’attendaient. Elle ouvrit rapidement les fenêtres du bureau pour laisser le doux vent salin de Thaar entrer dans la pièce, avant d’admirer la lune, qui semblait avoir pris rapidement la place du soleil. Elle se retourna avant de s’asseoir dans son fauteuil, pour commencer à jeter un coup d’œil aux multiples documents qui ornaient son bureau. Avec un peu de chance, la calme et la tranquillité resteraient maître des lieux, et elle pourrait terminer rapidement son travail. Peut-être pourrait-elle aller rejoindre un de ses amants? Quoi de mieux après un voyage éprouvant que de se laisser conquérir par la passion d’un homme? Malheureusement, un de ses esclaves vint rapidement la sortir de ses pensées.  « Maîtresse » dit-il d’une voix tremblante. La pauvre âme se prosterna devant elle alors qu’elle le regarda d’un air glacial. « Pardon de vous déranger maîtresse, mais il y a quelqu’un à la porte qui souhaite vous voir. Il dit que c’est d’une urgence capitale. » Une urgence capitale à cette heure? Cela n’annonçait rien de bon. « Qui est-ce? » L’esclave  toujours accroupi au sol « Nous n’en avons aucune idée. Mais il est très insistant. »  Maralina soupira en lui faisant un signe de main que c’était bon.

Elle prit une gorgée du nectar rougeoyant qui traînait sur son bureau, tentant désespérément de se donner une touche de courage. Elle se leva finalement et alla s’assoir sur le devant de son bureau, prête à accueillir le demandeur. Mais la personne qui entra dans la pièce lui était inconnu et franchement, il n’avait pas nécessairement un air qui attirait sa confiance. Mara se croisa les bras, en le fixant de son air méfiant. C’était lui qui avait dérangé sa soirée de repos? Mais qui était-il et surtout que lui voulait-il? Son invité se planta devant elle et la demi-elfe lui adressa finalement la parole, d’un ton  ferme, légèrement agacé, bien loin de son air généralement séducteur. Elle resta tout de même polie, mais il devait reconnaître que de venir la déranger à telle heure n’était pas nécessairement ce qu’elle appréciait le plus. « On m’as dit que vous aviez une requête urgente. Comment puis-je vous aider? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1031
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: L'art de tester les limites [Haldren]   Ven 17 Aoû 2018 - 12:04

La chute brutale de l'ancienne Princesse Marchande d'Uldal'Rhiz avait fait beaucoup de bruit dans tout l'Ithri'Vaan. Amshet Ahk Afah constituait l'un des piliers du commerce d'esclaves sur la région et son rôle dans le marché de la prostitution n'était pas non plus à sous-estimer. Certes les bruits couraient depuis déjà quelques temps que ses affaires périclitaient, toutefois plus d'un craignait la période d'instabilité qu'engendrerait sa chute avant que tout ne se stabilise à nouveau ; tout du moins jusqu'au prochains soubresauts tel qu'il s'en produisait au moins une fois par décennie. Car telle était la vie dans le monde en lisière de la légalité : des positions acquises durement et perdues rapidement.

Grandeur et décadence des seigneurs du crime...

Pour autant, Haldren se trouvait moins concernée par la chute d'Amshet que par son sort. Certes la déstabilisation du commerce d'esclaves impacterait un temps ses propres activités en Ithri'Vaan mais cela ne l'inquiétait guère car il savait qu'au temps long tout se calmerait. Le sort de la princesse l'embêtait bien plus du fait de sa filiation, malgré la réaction pour le moins acerbe de la Princesse Marchande lorsqu'elle avait appris que l'eldéen se trouvait également être son géniteur. Que lui importait alors le sort de ce rejeton ayant failli ?

Il lui importait beaucoup, quand bien même Amshet ne se trouvait être qu'une bâtarde. Son ancienne nature drow de Prima Sanguis comptait pour peu de choses une sang-mêlée, mais sa nature elfique désormais dominante en lui insistait sur l'importance d'assurer au moins pour cette fois le rôle de père envers la malheureuse vaincue. Qu'Amshet ait perdu son empire financier laissait de marbre l'archimage, mais il ne pouvait se résoudre à laisser croupir en geôle ou pire alors qu'il pouvait essayer de l'en sortir. Restait à résoudre un problème compliqué : comment l'arracher des griffes de Mara Irohivrah, la nouvelle et redoutable Princesse Marchande qui ne devait guère porter son ancienne rivale dans son cœur.

Ayant analysé plusieurs options, Haldren retint celle qui selon lui offrait le plus de chances de succès et le moins de risques une fois l'extraction réussie. Venir voir Mara sous son apparence actuelle, celle d'un elfe quémandeur sans la moindre responsabilité politique en Anaëh risquait de se voir accueilli par un refus sec. Arriver comme un archange du chaos en détruisant tout sur son passage constituait une solution certes séduisante mais aussi peu discrète que coûteuse. Il restait donc la voie plus diplomatique qui allait nécessiter un sortilège d'illusion et beaucoup de culot.

~~~~~

Lorsque la porte du bureau de la Princesse Marchande, ce ne fut pas un elfe qui rentra mais un drow à la peau d'ébène et aux effrayantes pupilles blanchâtres, une rareté parmi les eldéens dont le seul exemple connu dans la vie publique se trouvait justement être le visiteur de Mara : Haldren Baenfere, Triumvir de l'Elda.

Recréer magiquement son ancienne apparence n'avait pas été très compliqué pour l'archimage, mais la sensation de se retrouver de nouveau dans la peau d'un drow le mettait mal à l'aise, quand bien même il ne s'agissait que d'une illusion. A moins de disposer de réseaux d'informateurs très à jour dans les hautes sphères politiques du Puy d'Elda, la Princesse Marchande ne pouvait pas savoir que le Triumvir avait en réalité disparu depuis plus de deux mois, ce qui rendait sa visite crédible bien que surprenante. Il ne lui restait plus qu'à prendre un air glacial et de commencer la partie.


Une requête ? Sans doute vos laquais ont-ils mal compris.

Délaissant du regard la Princesse Marchande, le "drow" marcha jusqu'à une fenêtre pour regarder la cour d'un œil distrait où des serviteurs couraient accomplir leurs tâches au milieu de gardes à la tenue impeccables. L'efficacité semblait être le maître-mot de cette maisonnée, ce qui n'avait rien d'étonnant au vu de l'habileté dont faisait preuve la maîtresse des lieux.

Votre... ascension... n'est pas passée inaperçue en Elda. Remarquablement organisée, bien préméditée, brutale et efficace, une attitude digne d'une drow suis-je tenté de dire malgré la souillure de votre sang elfique. Remarquable mais avec de très désagréables conséquences car Amshet était directement liée avec une affaire sensible sur laquelle j'enquête.

Sortant un parchemin de sa tunique, le Triumvir revint près du bureau et le tendit à Mara qui put y lire des listes chiffrées, ainsi que des lignes écrites en drow relatant des patrouilles militaires. Sans être elle-même issue d'une académie de formation, la Princesse put aisément comprendre qu'il s'agissait d'un rapport comme ceux qu'elle devait elle-même lire de la part des responsables de ses comptoirs.

Ceci est le dernier rapport de la garnison de Yutar sur leurs besoins en termes de ravitaillements et sur l'affaiblissement de leur capacités de leurs défenses suite au renvoi au Puy de plusieurs compagnies du Ier ost qui ne devaient être remplacées que le mois suivant. Vous devez être au courant que la forteresse est tombée depuis sous un assaut Noss parfaitement coordonné et étudié au plus près pour exploiter nos points faibles. Simple coïncidence ?

Haldren continuait de fixer d'un air glacial son hôtesse. Nulle agressivité ne se lisait en lui, juste une froide détermination et une colère rentrée. Il ignorait si Mara le croirait sincère, toutefois il pariait sur le fait que la visite d'un Triumvir ne pouvait se justifier que pour un cas exceptionnel, ce qui lui fermait toute excuse comme la volonté d'établir un partenariat commercial. La chute bien réelle d'une position fortifiée telle que Yutar constituait un choc suffisant pour qu'un Triumvir mène en personne l'enquête sur ses causes.

Peu vraisemblable, nous pensons qu'un traître au sein de la haute hiérarchie militaire drow vend des informations stratégiques en Ithri'Vaan, d'où ils remontent vers l'Anaëh. Nos espions ont indiqué qu'Amshet pouvait avoir servi d'intermédiaire mais nous n'avons pas eu le temps d'en apprendre plus. Dès lors vous devez comprendre que la disparition subite de l'ancienne Princesse Marchande ne peut nous laisser indifférent.

Le drow se tut, laissa un silence pesant s'installer.
Revenir en haut Aller en bas
Maralina Irohivrah
Sang-mêlé
avatar

Nombre de messages : 94
Âge : 27
Date d'inscription : 09/08/2018

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge :  98 ans
Niveau Magique : Non-Initié.
MessageSujet: Re: L'art de tester les limites [Haldren]   Lun 20 Aoû 2018 - 18:13



Mara ne put cacher sa surprise lorsqu’elle vit un drow entré dans son bureau. Avec sa peau noire comme l’ébène et les pupilles blanches qui la fixaient, la nouvelle princesse marchande ne pouvait dire qu’elle s’y attendait. Elle reprit rapidement son air glacial, et chercha dans sa mémoire. Disons que les événements qui se passaient au Puy ne l’avait guère intéressée, ou du moins jusqu’à maintenant. Qui était-ce curieux personnage qui étaient entré chez elle sans invitation? Le drow lui rendit son regard glacial, avant de se déplacer pour aller regarder par la fenêtre derrière elle. Mara ne le lâcha pas du regard tandis qu’il prit finalement la parole. La demi-elfe encaissa l’insulte que le drow lui balança au visage. Elle plissa des yeux avant de siffler entre ses dents; « Un coup organisé? À croire que vous avez été mal informé, mon cher »  Elle prit un moment  pour reprendre son calme ; « Amshet a envoyé un assassin pour m’assassiner et assassiner ma famille. Dois-je vous rappelez que mon père ainsi que ma très chère sœur périrent sous les ordres de l’ex princesse marchande? Ce n’était pas un coup monté, mais ce que l’on appelle la justice. » Elle avait prononcés ses paroles d’une façon si convaincante qu’il était impossible que le drow ne se rendre compte de la place que Mara avait joué dans son coup.


Maralina reconnut finalement la personne en face d’elle. Pas qu’elle ne le connaisse personnellement, mais les yeux gris et son attitude ne pouvait qu’être qu’une seule personne; Haldren Baenfere. Elle resta légèrement surprise par le fait que le Trumvir de l’Elda se trouvait dans sa demeure. En effet, ce dernier ne devait pas se déplacer pour rien et son ascension n’avait rien d’excitant pour le Triumvir. Ou du moins, c’est ce qu’elle avait cru jusqu`à ce qu’il lui mentionne que sa rivale faisait partie d’une enquête qu’il menait. Il lui tendit un document qu’il expliqua rapidement. Les écritures drow ne lui dirent absolument rien, mais il ressemblait à un des nombreux rapports qu’elle avait l’occasion de lire à chaque jour. Il lui décrivit l’essentiel avant de lui dire carrément qu’il croyait qu’Amshet vendait des informations à l’Anaëh. Quoi que l’idée de la voir en dans une prison drow était beaucoup plus alléchant que de la laisser croupir dans ses cachots…


Elle prit quelques minutes pour analyser la situation, refuser de leur donner Amshet de son propre gré n’était pas une bonne idée. Cela serait déclarer une guerre contre les drows et éventuellement se fermer toutes les portes de marchés potentiels dans l’Elda. Et tous savait que les drows raffolaient d’esclave de toutes sortes! Elle hésita un moment. Mara se doutait bien que si l’ancienne princesse marchande tenterait de la tuer aussitôt qu’elle en aurait l’occasion, mais elle avait signée elle-même le contrat, se livrant à elle si elle tentait quoi que ce soit ou se trouvait en Ithri’Vann… Maralina claqua des doigts et un esclave arriva avec deux coupes de vin, elle en prit une et offre la deuxième à son invité. Elle en but une petite gorgée en observant de haut en bas le drow en face d’elle. La marchande avait pris sa décision, ne restait qu’à savoir quels autres avantages pourrait-elle en tirer. Elle déposa la coupe sur son bureau et alla rejoindre Haldren qui était toujours prêt de la fenêtre. La demi-elfe plongea ses yeux bleutés dans ceux du drow avant de pencher légèrement la tête vers la droite. « Et quel seront mes avantages à ce que je vous la remette? » Elle détailla son interlocuteur de la tête au pied avant de continuer « Quels seront les garantis que vous m’offrez en échange de Amshet? Tant qu’elle sera dans l’Ithri’Vann, elle m’appartient comme esclave, et je peux faire ce que je veux avec elle. » Elle se retourna en faisant virevolter sa robe et se hissa gracieusement sur son bureau pour s’y asseoir. Elle croisa les jambes et reprit sa coupe de vin  avant de continuer; « Nous sommes d’accord qu’il ne s’agit que d’elle que l’on parle et non pas de sa sœur assassin! » Elle était prête à négocier la vie de Amshet, mais sa demie sœur resterait derrière les barreaux aussi longtemps qu’elle vivrait.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Haldren Umbarion
Ancien
Ancien
avatar

Nombre de messages : 1031
Âge : 118
Date d'inscription : 19/12/2009

Personnage
:.: MANUSCRIT :.:
Âge : ~1050 ans
Niveau Magique : Archimage.
MessageSujet: Re: L'art de tester les limites [Haldren]   Mer 22 Aoû 2018 - 8:43


Quelles pertes terribles en effet, et qui vous amènent seules à la tête de l'empire familial.

Le drow eut un petit sourire amusé comme pour bien montrer à son hôtesse qu'il ne gobait absolument pas son histoire mais qu'il appréciait la manœuvre habilement menée pour se débarrasser autant de sa famille que de sa rivale. Quel maladroit que ce soi-disant assassin qui vise d'abord les cibles les moins dangereuses et échouait lamentablement lorsqu'il s'agissait d'atteindre la seule personne qu'Amshet craignait réellement. Dans le grand jeu politique perpétuel de l'Elda, cela s'appelait un coup de maître digne de se voir raconter encore et encore comme un exemple à suivre. Réussir ainsi à vider le plateau de jeu pour conserver l'intégralité des gains démontrait des qualités de manouvrières admirables et Haldren se promit de garder un œil attentif sur Mara dans les années à venir. Avec le succès vient la faim, et peut-être allait-elle viser d'autres cibles après avoir jeté à bas l'empire d'Amshet.

Lorsque la Princesse osa parler de compensation, l'oeil du Triumvir redevint glacial.


Demandez-vous plutôt ce que seraient vos inconvénients à ne pas me la remettre. Vous êtes douée en affaires, princesse des Irohivrah, mais vous surestimeriez votre influence en pensant pouvoir traiter à la légère la puissance de l'Elda. Je vous offre ma parole de Prima Sanguis qu'Amshet ne remettra plus jamais les pieds en Ithri'Vaan. Là où je l'emmène, vous ne voudriez pas aller même pour conserver votre fortune. Quant à sa sœur, elle nous importe peu.

Fondamentalement Haldren disait exactement la vérité, même s'il n'envisageait pas d'emmener Amshet au Puy comme devait le croire Mara. Non pas que cela changerait grand chose, dans tous les cas elle ne serait plus en mesure de revenir jouer un rôle en Ithri'Vaan. Retournant dans le hall d'accueil, Haldren y attendit qu'on lui amène la prisonnière, ce qui ne tarda guère. Triste spectacle au demeurant que la demi-drow dans cet état d'effondrement complet. Vëtue d'une vulgaire loque, marquée par des traces de mauvais traitements et avec le désespoir au fond du regard, elle s'approcha à petits pas de l'archimage qui attendait patiemment sans faire le moindre signe de reconnaissance.

Papa ? murmura la princesse déchue.

Haldren ne répondit pas et Amshet eut assez de bon sens pour comprendre que les explications viendraient plus tard. Vaincue mais pas stupide, elle devait avoir bien compris que son géniteur ne souhaitait pas parler au milieu d'ennemis potentiels. Ce fut donc sans mot dire que le Triumvir la guida jusqu'à la grande cour d'honneur du palais. Il voyait tout autour d'eux les gardes et serviteurs de Mara, attirés par la curiosité mais veillant à conserver une distance prudente avec cet invité inattendu et d'une rare dangerosité.


Où allons-nous ?
Abyssea.

Invoquant son art, l'archimage fit apparaître un portail de ténèbres devant eux. Il y guida sa fille et disparut, l'emmenant ainsi jusqu'à la lointaine cité des marais où ses adeptes du Chaos sauraient prendre soin d'elle et l'aider à se reconstruire tant physiquement que mentalement. Ce faisant, Haldren savait briser le serment envers Halyalindë de ne pas reprendre contact avec le culte du Chaos, mais aucune promesse ne pouvait à ses yeux l'obliger de briser ses liens de famille.

Le rôle d'Amshet Ahk Afah en Ithri'Vaan était clos, celui d'Amshet la chaotique ne faisait que commencer.


FIN
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'art de tester les limites [Haldren]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'art de tester les limites [Haldren]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Limites humaines
» {END} Tyrèn B. Gündchen ? Il faut tester la marchandise avant de l'acheter, non ?
» Tester des produits de marque
» L'ACNE
» L'Armée d'Haïti, Bourreau ou Victime?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ITHRI'VAAN :: Thaar :: Les Soieries (Haute-Ville)-
Sauter vers: